mardi 3 mai 2016

Journée du 3 mai en direct

an

  • 14h10 : Quelques pétards éclatent mais sinon, c’est très calme sur la place. Slogans "Tous les flics sont des bâtards", "Paris debout soulève-toi". Unité spontanée contre la répression policière. Une partie des gens partent.
  • 14h La base de la CGT vient se mélanger quand il y a des attroupements, face à la barrière policière "Pétain, reviens, t’as oublié tes chiens !" On sent que la base de la CGT a aussi envie d’en découdre ! Vision d’horreur : La CFE-CGC (syndicat des cadres) est présente mais a mis un fil tout autour d’eux avec des mecs de sécu privée tout autour. Ils se font chambrer par la CGT et traité de "traîtres". Slogans : "Tout le monde déteste la police", "Que fait la police ? ça crève les yeux !", "Qui sème la misère récolte la colère"
  • 13h50 : Quelques lycéens arrêtés parce que portant des masques à gaz pour se protéger des différentes grenades, lacrymogènes envoyées régulièrement par les forces de l’ordre depuis le début du mouvement pour le retrait de la loi Travail.
  • 13h : Le secrétaire général de la CGT , Philippe Martinez, prend la parole. Pas de grandes annonces, il a néanmoins répété que la CGT continuera jusqu’au retrait et a dénoncé les violences policières. Finalement ça passe à peu près. Par contre personne n’a pu entendre William Martinet, président de l’Unef : il s’est fait huer aux cris de "Unef, Medef, même combat". 
  • 12h35 : 3000 personnes rassemblées aux Invalides. Un drone dans les airs.
  • 12h20 : La CFE-CGC (cadres et techniciens), dont le syndicat de porcs Alliance fait partie, se sont auto-parqués dans un coin de la place, derrière des barrières infranchissables à qui ne possède pas la carte du syndicat, et les syndiqués ont ordre de ne pas parler aux passants.
  • 12h00 : rassemblement intersyndical Place des Invalides et prises de paroles.
  • 11h20 : Départ de Montparnasse. Pas mal de flics dans le quartier, mais ils restent plutôt discrets.
  • 11h00 : Manifestation de Montparnasse aux Invalides.
  • 10h30 : Les manifestants ont été prestement virés par les flics de Brigade d’intervention.
  • 9h30 : Une centaine de manifestants  issue de Nuit  Debout s’assoit pacifiquement devant l’assemblée nationale. 

Et pendant ce temps, une vingtaine de députés débattent de la loi El Khomri ! Quel sérieux, quel intérêt pour les 540 ou 550 absents ! Courage, fuyons !

loi_travail_myriam_el_khomri_assemblee_absenteisme_5591889

Posté par jl boehler à 10:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 2 mai 2016

Premier mai à Moscou

La marche traditionnelle des syndicats à l'occasion de la fête du 1er mai qui s'est déroulée à Moscou au slogan "Doubler les salaires face à la montée des prix", a rassemblé près de 140.000 personnes, annoncent les organisateurs de la marche.

Le maire de Moscou Sergueï Sobianine, le président de la Fédération des Syndicats indépendants Mikhaïl Chmakov, le leader des syndicats de Moscou  Sergueï Tchernov ainsi que la chef des syndicats de la région de Moscou Valentina Kabanova ont pris part à la marche.

Cela change des défilés militaires de l'ère soviétique. Visiblement Poutine a aussi ses soucis avec la politique d'austérité qu'il impose à son pays.

moscou

 

moscou

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 17 avril 2016

Après Mayotte, la Nouvelle-Calédonie

" La vie n’a jamais été aussi chère et les pauvres aussi nombreux."

kone_viechere

La Confédération syndicale des travailleurs de Nouvelle-Calédonie, la CSTNC dont le secrétaire général est Sylvain Néa a appelé ses adhérents à une journée de mécontentement général. Elle reproche au gouvernement de ne rien faire pour améliorer une situation qui se dégrade.

Les "exigences" :

  • une plan crédible soit mis en place afin de garantir l’emploi des travailleurs et surtout d’éviter les fermetures de centres,
  •  les provinces doivent mettre la main à la poche pour participer à l’effort
Il dénonce l'exportation des ressources minières qui sert  l’intérêt d’une minorité : les « petits mineurs » (mais « gros les comptes »), c’est-à-dire ceux qui on gagné de l’argent depuis des années, mais qui ont détruit nos  forêts, saccagé nos montagnes, pollué nos rivières et nos rivages, ceci au détriment du peuple calédonien. " Des préavis de grève ont été déposés.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 15 avril 2016

Blocages routiers en Belgique

Multiplication de barrages filtrants organisés par des routiers, bugs informatiques… la mise en place d’une redevance au kilomètre en Belgique depuis le 1er avril se fait difficilement, malgré l’appel au calme d’une des principales fédérations de transporteurs.

belge

La décision d’introduire le prélèvement kilométrique repose sur un accord entre les trois régions belges, Wallonie, Flandre, Bruxelles, et s’applique à tous les poids-lourds de plus de 3,5 tonnes sur les voies soumises au péage. Le montant dépend du poids du camion, de ses émissions et de la route empruntée. Selon les calculs de la Fédération royale belge des transporteurs et des prestataires de services logistiques (Febetra), un transport qui coûtait 100 euros se monte à 108 euros depuis l’introduction de la taxe le 1er avril.

Plusieurs fédérations minoritaires de transporteurs ont alors appelé à mettre en place des barrages filtrants, provoquant des ralentissements et des blocages. Mardi encore, un peu moins d’une trentaine étaient recensés par la police, principalement en Wallonie. Les ralentissements étaient importants notamment sur le réseau secondaire et sur certains points d’accès aux frontières.

« On prend en otage les collègues »

« Nous avons une concertation permanente avec nos décideurs politiques, mais nous ne sommes pas en faveur des barrages car les seules victimes sont les camions. On prend en otage les collègues transporteurs », a regretté mardi la Febetra (fédération belge des transports).

Lundi, quatre représentants de « petits » transporteurs ont été reçus par le ministre wallon du Budget et ont exigé une taxe « juste et équitable ». L’UPTR, Union professionnelle des transports et de la logistiques, autre grande fédération du pays, a refusé de condamner les actions de certains routiers. « Cela fait des mois qu’on prévient que les problèmes sont innombrables avec l’opérateur Satellic (désigné pour prélever au nom des trois grandes régions belges la taxe kilométrique, NDLR) et on n’arrive pas à se faire entendre ». L’Union n’appelle pas au blocage mais refuse « de tirer dans le dos de ceux qui ont pris le taureau par les cornes ».

Michaël Reul a en outre expliqué avoir reçu de nombreux retours faisant état de dysfonctionnement du dispositif, un boîtier satellite (OBU, On Board Unit) devant être activé en permanence à bord du véhicule, qui enregistre les kilomètres parcourus. « OBU qui ne se connecte plus, n’apparaît plus sur le site web, montants dus débités deux fois… Malgré tout, le politique s’enferme dans son mépris », a dénoncé l’UPTR.

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 11 avril 2016

"Nuit debout" s'étend

Alors que les CRS font évacuer la place de la République à Paris, le mouvement "Nuit debout" s'étend à la France entière, y compris l'outremer (Réunion notamment), alors que Mayotte en est déjà à la grève générale.

nuit2

Saint-Denis (Réunion) : Passer la nuit à la belle étoile sur une place publique à échanger sur les enjeux auxquels doit faire face la société, dans une ambiance conviviale, c’est ce que propose le mouvement "Nuit Debout" le  vendredi 8 avril sur le Parvis des Droits de l’Homme à Champ-Fleuri à Saint-Denis. 

Cette forme de contestation trouve son origine dans les manifestations du 31 mars contre la loi Travail avec l‘idée de poursuivre l’action en occupant la place de la République à Paris. Un mouvement qui dure maintenant depuis 6 nuits consécutives dans la capitale et qui rassemble des étudiants, des syndicalistes mais aussi des militants associatifs ou des politiques.  

A La Réunion, comme dans d’autres villes de France, le mouvement citoyen se propage. L’événement a pour objectif de montrer son "exaspération" face aux "différentes politiques de droite comme de gauche menées par une oligarchie déconnectée et aliénée à la financiarisation et à l'ultra-libéralisation de notre société".  

Les organisateurs ralliés au mouvement national souhaitent ainsi faire de cette action  "un point de convergence des luttes", indiquent les initiateurs du mouvement à La Réunion. Ils en appellent ainsi "à tous ceux qui en ont marre d’avoir marre" à venir les rejoindre pour "tenter de comprendre, se retrouver, imaginer, réinventer".

reunion1

reunion2

derniere_minuteLa première "nuit debout" a eu lieu à la Place de la Savane à Fort-de-France en Martinique !

Posté par jl boehler à 10:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 9 avril 2016

Grève générale à Mayotte

Pas un mot dans les médias, pourtant Mayotte est un département français

mayotte

La grève générale entamée le mercredi 30 mars se poursuit à Mayotte. Les grévistes barrent de nombreux axes routiers un peu partout dans l’île aux parfums et se mobilisent dans de grands rassemblements. 

Au centre des revendications, l’égalité réelle tant au niveau du respect du code du travail que des mesures pour le développement de l’ile.  

Les négociations jusqu’à présent engagées auprès de la préfecture et du conseil départemental n’ont pas donné satisfaction aux manifestants, indiquait hier Mayotte 1ère

Des élus ont rejoint le mouvement de protestation organisé ce jeudi 8 avril sur la place de la République à Mamoudzou. Une motion adressée au gouvernement devait être signée conjointement par les syndicats et les élus.

Posté par jl boehler à 02:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 28 février 2016

Après les morts de la RN 59, certains élus récupèrent les malades

"De nombreux élus, parlementaires Les Républicains, maires, conseillers municipaux du centre Alsace défilent aux côtés des habitants." Voilà comment une certaine presse présente la manifestation du samedi, 27 février en faveur de l'hôpital de Sélestat !

selstat2

La "récupération politicienne sarkozyste" est bien huilée. On crée une association en amont chargée d'organiser une manifestation d'ampleur et de ramasser sur les réseaux sociaux des milliers de signatures. Puis vient l'intervention des élus pour fournir des "navettes" de transport. Tout cela, pour court-circuiter et ignorer les syndicats qui mènent la lutte depuis des années. Enfin, même les photos sont claires : c'est le député LR Antoine Herth qui est en tête du cortège. Voilà comment on promulgue qu'une manifestation de défense d'un service public comme l'hôpital devient une action LR ! Tous les élus de l'arrondissement, tous les syndicalistes, tous les manifestants sont-ils censés avoir la carte LR ? Ce serait un cas unique en France !

Un couac dans tout ça ! Siégeant dans les instances administratives de l'hôpital, le maire LR de Sélestat, Marcel Bauer, reconnaît devant les micros de France 3 Alsace qu'il a donné son accord pour la suppression du service de réanimation, même s'il ajoute très discrètement qu'il souhaite que "cela se fasse dans les meilleures conditions possibles". En voilà au moins un qui sait pourquoi il manifeste : il est sur la même position que l'A.R.S. (agence de régulation de la santé) qui a pris la décision concernant d'abord la néonatologie, puis la réanimation. Mais il est de bon ton de mettre en cause l'Etat et le gouvernement. Tant pis pour les malades et le personnel soignant. L'important c'est de préparer 2017. CQFD !

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 25 février 2016

Non au démantèlement du service public

Rappel

hopital

Posté par jl boehler à 03:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 18 février 2016

Manifestation pour l'hôpital de Sélestat

Communiquéhopital

Faisant suite au constat d'absence de réponses de l'Agence Régionale de Santé (ARS) et de perspectives d'avenir pour notre hôpital, l'association "Je Veux Un Hôpital à Sélestat" invite la population à se rassembler devant l'hôpital de Sélestat le 27 février prochain à 9h30 !


Nous défilerons tous ensemble en cortège dans les rues de la ville jusqu'à la Sous-Préfecture, afin de montrer notre totale détermination à maintenir des soins de qualité et de proximité pour les 180 000 habitants du Centre-Alsace! 

Nous exigeons :

- soit le maintien de la réanimation,
- soit la création d'une Unité de Surveillance Continue et d'une Unité d'Hospitalisation de Courte Durée de 8 lits chacune 
- et le maintien du SMUR 24h/24.

Tous ensemble, population d'Alsace Centrale, montrons notre détermination aux décideurs de l'ARS et au Gouvernement !

Posté par jl boehler à 00:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 14 février 2016

Manifestation des Kurdes à Strasbourg

kurdes3

Des milliers de Kurdes, membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont manifesté ce samedi à Strasbourg pour exiger comme chaque année la libération de leur chef historique Abdullah Öcalan, emprisonné en Turquie depuis février 1999.

Selon les organisateurs, entre 13.000 et 15.000 personnes participaient à la manifestation. "A bas le régime fasciste", ont lancé quelques personnes à l'intention du régime turc. Abdullah Öcalan purge depuis 1999 une peine de prison à vie dans l'île-prison d'Imrali (nord-ouest de la Turquie).

Le PKK est un parti nationaliste kurde, d'inspiration marxiste-léniniste, qui revendique la création d'un Etat pour les Kurdes vivant en Turquie. Le PKK dispose d'une antenne dans les zones de peuplement kurde en Syrie, le Parti de l'Union démocratique (PYD). Ce dernier combat l'Etat islamique, et a conclut une alliance de circonstance avec le régime de Bachar al-Assad. 

Après un espoir de processus de paix et des années de négociation entre le gouvernement turc et le PKK, la Turquie a pris le parti de la répression. Ankara a lancé une campagne militaire contre plusieurs villes à majorité kurde du sud-est anatolien, depuis juin dernier, pour y détruire les cellules du PKK. 

Des opérations particulièrement meurtrières ont été menées contre les rebelles dans le bastion kurde de Cizre (sud-est de la Turquie). Jeudi 10 avril, le ministre turc de l'Intérieur Efkan Ala a annoncé qu'elles étaient finies. Mais les opérations continuent dans le quartier de Sour, à Diyarbakir, la principale ville du sud-est de la Turquie, et un couvre-feu y est en vigueur depuis le 2 décembre.

Posté par jl boehler à 03:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,