Différences : le blog de Jean-Louis BOEHLER

mardi 25 avril 2017

Elections à double emploi

Distribution au bureau de vote !

A Villé, la municipalité a profité de l'ouverture du bureau de vote pour distribuer un "courrier aux habitants de Villé", qui doit être un premier d'une série puisque "courriers" s'écrit avec un "s" (au pluriel). Attendons-nous donc à trouver une nouvelle information le 7 mai prochain, ainsi qu'au mois de juin lors des élections législatives. Peut-être même aurons-nous droit enfin de cette manière au prochain bulletin municipal. Une manière de soulager de leur travail traditionnel les élus locaux en surcharge de distributions diverses ?

_lections

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 24 avril 2017

Côte d’Ivoire : l’opposition n'est pas morte

Nouvelle coalition pour contrer Ouattara 

ci

En Côte d’Ivoire, l’opposition se remobilise avec une nouvelle coalition politique, Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (ESD), dont le président est Georges Armand Ouégnin. Cette nouvelle union de l’opposition ivoirienne a vu le jour ce jeudi 20 avril 2017.

Cette coalition, présidée par Georges Armand Ouégnin, médecin de profession et vice-président du RPP, le parti de Laurent Dona Fologo, est composée de quatre partis politiques, le Rassemblement pour la paix (RPP), l’Alliance ivoirienne pour la République et la démocratie (AIRD), l’Union des nouvelles générations (UNG) et le Front populaire ivoirien (FPI) tendance Aboudramane Sangaré et de plusieurs organisations comme le Congrès panafricain des jeunes et des patriotes (Cojep) ou de syndicats, comme le Syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire (SYNAP-CI), souligne RFI.

Une convention en douze points a été signée par les parties prenantes à cette coalition concernant entre autres la réconciliation nationale, la libération des prisonniers politiques, la liberté de la presse, la politique monétaire du pays ou le procès de Laurent Gbagbo et Charles Ble Goudé à la CPI, souligne le site.

Dans son discours de clôture, le président Georges Armand Ouégnin a souligné les trois points fondamentaux qui doivent, à son avis, conduire ce mouvement politique : réaliser une vraie réconciliation nationale, la restauration de la liberté d’opinion en Côte d’Ivoire et la reconquête politique du pouvoir d’Etat en 2020 par des élections libres, consensuelles et transparentes. (selon "Afrik.com")

Posté par jl boehler à 03:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 23 avril 2017

Présidentielle : le message d'Iris Mittenaere

com

Iris Mittenaere, Miss Univers 2016, a posté un message à l'attention des électeurs français sur la page Facebook de Miss Univers. Elle demande à tous les Français de se rendre aux urnes ce dimanche pour le premier tour de l'élection présidentielle. Si Iris Mittenaere n'avait pour l'instant pas vraiment donné son avis sur la situation en France, elle a fini par s'impliquer ce vendredi 21 avril.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

samedi 22 avril 2017

Tati en danger : 1700 emplois menacés !

Mobilisation des salarié.e.s de Tati, dont les 1700 emplois sont menacés par la mise en vente de leur enseigne. Cette revente a lieu au moment où la loi Travail, qui facilite les licenciements en cas de reprise d’entreprise, entre tout juste en application. 

Lettre au PDG de Tati

tati

Monsieur Xavier Biotteau,

Vous êtes le patron du groupe Eram et vous possédez (encore) les magasins Tati que vous êtes sur le point de vendre. Les magasins Tati, la plupart des citoyennes et citoyens les connaissent pour leurs produits à bas prix. Tati, ce sont aussi 1700 emplois partout en France. 90 emplois sont directement menacés dans le Tati Barbès, à Paris.

Monsieur Biotteau, nous sommes inquiets. Aucune garantie n’a a ce jour été donnée pour la sauvegarde des emplois. Cette annonce a lieu au moment où la loi de Myriam El Khomri, qui facilite les licenciements en cas de reprise d’entreprise, entre tout juste en application. Alors que près de 6 millions de personnes sont au chômage ou en sous-emploi, la perte de 1700 emplois serait une catastrophe pour les familles concernées.

Votre groupe a bénéficié du CICE, aide directe de l’Etat français, à hauteur de 20 millions d’euros. Monsieur, pouvez-vous nous assurer que la sauvegarde des emplois sera une des conditions de la reprise ?

Merci d’avance de votre réponse,

Hakim BENCHALAL, TATI Stains – Fouzia BEKHEDDA, TATI Aubervilliers -Brigitte BONGOLO, TATI Stains – Nicole COGER, TATI Barbès – Hakima DJELLOUAH, TATI Stains – Armelle FLOQUET, TATI Nancy -Amparo ISIDORO, TATI Barbès – Mohamed ISSAC, TATI Sevran – Zahia NEBBACHE, TATI Stains -Sandrine PORTEMER, TATI Barbès – Yann PRIGEANT, TATI Clichy – Mélissa SABLON, TATI Italie 2 – Djaffar ZENNADI TATI Argenteuil

caroline

Cette action est soutenue par Caroline De Haas, initiatrice de la pétition « Loi Travail, non merci » et Ian Brossat, adjoint à la Maire de Paris. Ils sont tous les deux candidats aux législatives dans le 18ème arrondissement de Paris. 

Posté par jl boehler à 11:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 21 avril 2017

La « Marine Le Pen » allemande jette l’éponge

Frauke Petry subit exactement le sort qu’elle avait réservé au fondateur du parti « AfD » Bernd Lucke – elle s’est faite désavouer. Maintenant, elle déclare prendre sa retraite.

OK_Frauke_Petry_Harald_Bischoff_Wiki_ccbysa30_620x310

Lorsque l’extrême-droite ne sait pas si elle doit adopter des positions d’extrême-droite ou d’ultra-droite, elle a un problème. Et ce genre de problème est généralement l’occasion pour les extrémistes parmi les extrémistes de tenter un « putsch ». Frauke Petry , la chef de l’AfD, avait réussi le sien lorsqu’elle avait éjecté de son parti, le fondateur de l’AfD, Bernd Lucke. Mais sa joie n’était pas de longue durée – maintenant, ce sont les ultra-extrémistes qui ont eu raison d’elle. Dans la course à la nomination pour les élections législatives au mois de septembre, Frauke Petry s’avoue vaincue et ne sera pas candidate, « ni à titre individuel, ni dans une équipe de candidats ». Comment doit-on comprendre cette évolution ?

Frauke Petry, c’était la « Marine Le Pen allemande ». Tristement célèbre pour des propositions comme celle de tirer sur des réfugiés qui tenteraient de franchir clandestinement la frontière allemande, le reste de son parti estimait qu’elle n’était pas assez radicalement à l’extrême-droite. Ce sont les vieux hommes du parti, souvent avec un passé dans le parti NPD, qui prennent maintenant les commandes.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, mais l‘extrême-droite allemande glisse encore davantage vers la droite, se rapprochant ainsi de mouvements comme la « Pegida » qui porte la violence xénophobe dans les rues allemandes. Si Frauke Perty avait récemment essayé d’imiter sa collègue française en tentant de dédiaboliser son parti, cette nouvelle orientation n’était pas du goût des vieux hommes du parti qui eux, défendent des positions ouvertement antisémites, xénophobes et « völkisch », utilisant sciemment une terminologie des nazis, cherchant des votes parmi cette frange de la population qui rêve toujours d’un « Reich » de 1000 ans.

Au niveau électoral, le retrait frustré de Frauke Petry risque d’affaiblir davantage ce parti qui, après un essor fulgurant, commence déjà à s’effriter. Désormais, ce ne seront plus que les électeurs à tendance néo-nazi qui voteront pour l’AfD et les « électeurs de protestation », nombreux, se rabattront certainement sur des partis de la droite bourgeoise.

Dès qu’il faut discuter contenus, l’extrême-droite a un vrai problème. Fort en slogans, l’AfD peine à présenter un programme politique digne de ce nom – mais pour les électeurs, il ne suffit plus d’être simplement contre tout. L’AfD, c’est le parti qui est contre le monde politique, contre les étrangers, contre les médias, contre l’Europe, mais comme dans d’autres pays, ces extrémistes n’ont aucune idée comment diriger un pays.

Après le mauvais score de l’ami néerlandais de Frauke Petry, Geerd Wilders, et après le mauvais score aux élections régionales en Sarre, l’AfD a perdu sa dynamique. C’est rassurant que ce parti s’auto-dévore, car les électeurs n’apprécient pas ce genre de manque d’orientation politique. Maintenant que les vieux qui rêvent d’un 4e Reich prennent les commandes, l’AfD s’auto-disqualifie aux yeux des électeurs et ceci est donc une bonne nouvelle. Il faut croire que sur l’échiquier politique en Allemagne, il n’y a pas vraiment de la place pour des formations qui défendent des idées proche des néonazis. Tant mieux ! (selon "Eurojournalist")

Posté par jl boehler à 02:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 20 avril 2017

Franc CFA : quel avenir ?

"Le Franc malgré son nom est la monnaie des Africains" (Michel Sapin)

franc1

Le ministre français de l’Economie Michel Sapin a refusé vendredi d’évoquer le débat sur le Franc CFA en Afrique, se retranchant derrière la souveraineté des Africains sur le sujet lors d’une réunion des ministres des Finances de la zone franc à Abidjan.

"Ce n’est pas un sujet que j’aborde car c’est un sujet qui appartient aux Africains. Le Franc malgré son nom est la monnaie des Africains, ce n’est plus la monnaie de la France, il a disparu en Europe. Sur toutes ces questions-là, c’est aux Africains de se prononcer et ce n’est pas à nous de le faire à leur place", a affirmé le ministre.

"Il y a un rôle institutionnel bien connu: nous sommes un élément de garantie de la monnaie mais, pour le reste, le rôle est avant tout d’écouter, de faciliter et d’appuyer lorsqu’il le faut", a-t-il précisé.
"La France est là en amie pour soutenir, aider des pays qui sont puissants, ont beaucoup d’avenir, mais qui doivent faire face à un certain nombre de difficultés", a-t-il ajouté alors que de nombreux pays de la zone CFA ont actuellement des problèmes budgétaires touchés par un ralentissement de l’activité et une baisse de certaines matières premières.
Le "CFA", utilisé par 15 pays francophones d’Afrique de l’ouest et du centre (155 millions d’habitants), est lié à l’euro par un système de parité fixe. Pour garantir cette parité, les Etats africains doivent déposer 50% de leurs réserves de change auprès du Trésor français.
La zone Franc comprend 14 pays d’Afrique subsaharienne (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale, Centrafrique et Tchad). Le quinzième membre est l’archipel des Comores.
Ce lien fort avec l’euro est considéré par beaucoup comme un gage de stabilité. Mais certains économistes, responsables africains et militants accusent le CFA de freiner le développement de l’Afrique et considèrent que ce lien avec l’ancienne puissance coloniale est une perte de souveraineté, les pays étant tributaires de la zone euro.
Paris s’est dit ouvert, à la mi-mars dernier, "à toutes les propositions" que les 15 pays de la zone franc pourraient formuler lors de la réunion d’Abidjan où il sera aussi question des programmes du FMI et l’accès des pays à des emprunts.
pgf/jlb

franc

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 19 avril 2017

L'Europe s'arrête à Visegrad

Une enquête menée dans les 4 états dits de Visegrad (Pologne, Slovaquie, République Tchèque, Hongrie) plus en Autriche montre que les valeurs européennes ne sont pas partagés à l'est de l'Europe.

OK_V4_Chancellery_of_the_Prime_Minister_of_Poland_Wiki_PD_620x310

Une enquête menée par la Fondation Bertelsmann a montré l’un des grands problèmes de l’Union Européenne – un clivage énorme entre l’Europe de l’Est et l’Europe occidentale. Interrogés sur différentes questions concernant l’Europe, les 15 à 24 ans dans le pays de l’Europe Centrale et l’Europe de l’Est ont fait preuve d’une mentalité peu européenne. Le leitmotiv : « Soyez solidaires avec nous, mais ne nous demandez pas d’être solidaires à notre niveau ». Déplorable.

Si, les jeunes dans les pays de Visegrad (Pologne, Slovaquie, République Tchèque, Hongrie) et en Autriche aiment bien l’Europe. Ainsi, dans ces pays, 78% des 15 à 24 ans estiment que l’Union Européenne joue un rôle important pour maintenir la paix entre les états-membres. 66% apprécient la possibilité de pouvoir s’installer et travailler dans un autre pays européen, et 62% estiment que pouvoir étudier dans un autre état-membre de l’UE constitue une plus-value. Ce qui est juste.

Et l’appréciation positive de l’UE ne s’arrête pas là. Pour 60% des sondés, l’UE et la seule autorité capable d’instaurer des standards environnementaux communs, 53% se réjouissent de la libre circulation dans l’espace Schengen et 45% soulignent l’importance du transfert de fonds européens vers les pays émergeants de l’Union, donc et surtout, vers les états de Visegrad.

Donc, on aime bien l’Europe, dans les états de Visegrad. Mais seulement lorsqu’il s’agit de profiter des bienfaits de cette Union Européenne – dès qu’il s’agit de se montrer soi-même solidaires, les jeunes dans ces 5 pays ne veulent plus entendre parler d’Europe.

Interrogés s’ils estiment que les états-membres de l’UE devraient être solidaires en accueillant des réfugiés de zones de conflits, seules les jeunes Autrichiens sont d’accord (61%) – plus à l’est, c’est le mur de l’égoisme. 73% des jeunes Polonais ne veulent pas accueillir des réfugiés, tout comme 75% des jeunes Slovaques, 70% des jeunes Tchèques et 72% des jeunes Hongrois. Décidemment, la propagande xénophobe des Orban, Zeman, Fico et Szydlo a fait de l’effet – dans les états de Visegrad, on craint rien, sauf les réfugiés, même si le nombre de réfugiés ayant trouvé asile dans ces pays, est ridiculement faible.

Cette enquête montre clairement que l’Union Européenne est considérée comme une sorte de supermarché à l’est de l’Europe. L’oncle bruxellois sert juste à envoyer des chèques, mais pour le reste, on s’en fiche des valeurs européennes. Mais l’Europe n’est pas ça, l’Europe ne peut avoir une pespective commune que si elle s’entend sur certaines valeurs de base.

Les 4 états de Visegrad profitent bien de l’UE et c’est bien ainsi. C’est l’un des objectifs de cette Union Européenne de pouvoir adapter les conditions de vie dans les pays moins fortunés à un niveau européen, de mener des projets d’infrastructure, de développement structurel et économique. Le rejet de ceux qui ont besoin du soutien et de la solidarité de l’Europe, est carrément honteux.

Les jeunes générations dans les états de Visegrad sont intoxiqués par la propagande nationaliste de leurs gouvernements et cette évolution est inquiétante. Comment construire une « Europe des Valeurs » si même des valeurs basiques ne sont pas partagés ?

Tout comme il n’est plus envisageable de continuer à verser des milliards à la Turquie pour financer les projets de promotion de l’état de droit et de la démocratie, il convient de remettre en question les relations avec les états de Visegrad. Il semblerait que seule une Europe Fédérale capable de délibérer à la majorité et non pas à l’unanimité puisse constituer un projet européen viable. Et il faudra aussi songer à attacher certaines subventions versées à ces états au respect des règles de base qui ne sont pas négociables.

Et si les états de Visegrad ne se retrouvent pas dans les valeurs européennes, ils peuvent actuellement suivre en direct leur alternative – s’ils ne sont pas contents, ils peuvent actionner l’article 50 des Traités Européens et quitter l’Union Européenne. Et, pourquoi pas, rallier la Russie qui elle, représente certainement une interprétation des Droits de l’Homme plus proche de ce que souhaitent ces états… (selon "Euro-journalist")

Posté par jl boehler à 02:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

mardi 18 avril 2017

Grève aux papeteries Clairefontaine

Conditions de travail désastreuses ! 

cgt

Une vingtaine de salariés syndiqués CGT des Papeteries de Clairefontaine ont débrayé mardi 11 avril, l'après-midi.Le motif ? Protester contre des conditions de travail qu’ils estiment être actuellement désastreuses. « Voilà maintenant 4 bonnes années que les conditions de travail se dégradent ici, et cela va en s’accentuant. A travers ce mouvement syndical, par ailleurs le premier depuis des années, nous dénonçons des techniques de management qui engendrent des conditions de travail désastreuses, avec notamment une pression constante de la hiérarchie sur de nombreux salariés. Aujourd’hui, quelqu’un qui a un souci de santé ou se blesse au travail se retrouve licencié. A ce propos, les accidents de travail sont de plus en plus en fréquents. On en dénombre ainsi 7 en janvier, 6 en février et 4 mars. Ces accidents de travail sont l’une des conséquences des mauvaises conditions de travail » déplore David Trocmé, responsable syndical CGT aux Papeteries de Clairefontaine, tout en précisant que « nous les employés respectons la direction, alors on aimerait qu’on nous respecte également en retour. Si la situation ne s’améliore pas, le mouvement syndical se poursuivra et s’intensifiera ». Parmi leurs revendications, les salariés syndiqués CGT souhaiteraient qu’il y ait plus d’embauches en CDI, que les cadences de travail soient moins élevées et que les salaires soient augmentés à hauteur de 3%. A l’heure actuelle, les Papeteries de Clairefontaine emploient 580 personnes, dont 518 en CDI.(selon "Vosges-Matin")

Posté par jl boehler à 10:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 17 avril 2017

La naturalisation de 28 tirailleurs fait polémique en Afrique

Suite à la naturalisation le 15 avril par François Hollande de 27 tirailleurs sénégalais, l’association internationale "Mémoires & Partages" basée à Dakar et à Bordeaux, tient à regretter une mesure politicienne qui ne soulagera qu’une infime partie des requérants. 

s_n_gal

François Hollande avait profité de la visite officielle du chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, le 20 décembre dernier pour annoncer son intention de faciliter l’octroi de la nationalité française aux tirailleurs sénégalais, ces soldats d’Afrique subsaharienne qui ont combattu dans les rangs de l’armée française. « J’ai demandé qu’il y ait des instructions très claires qui soient données pour qu’il y ait toutes les facilités pour leur permettre d’accéder à la nationalité française… C’est eux qui formeront cette demande mais on compte bien marquer la reconnaissance. Il n’y a pas plus belle reconnaissance que de pouvoir accueillir ces anciens combattants dans la nationalité française », a déclaré le chef de l’Etat à l’issue d’un entretien à Paris avec le Président sénégalais Macky Sall, en visite d’Etat à Paris.

"Mémoires & Partages" (M &P) qui avait fait partie des initiateurs d'une pétition en faveur d'une telle mesure, avait aussitôt réagi en décidant d’assister les tirailleurs sénégalais concernés par cette annonce par l’installation d’un guichet dans ses services à Bordeaux pour répertorier, préparer et accompagner les dossiers de demande de naturalisation des tirailleurs sénégalais.

Karfa Sira Diallo, son directeur, qui avait prévenu « des incertitudes qui pèsent sur une annonce aux périmètres et conditions floues », constate « une précipitation certaine dans l’annonce de cette cérémonie de naturalisation par l’Elysée…Et cela n’augure rien de bon pour les nombreux demandeurs qui continuent de se manifester ».

Et Karfa Diallo d’apporter d’autres éléments « Sans qu’il n’y ait eu aucune coordination avec les services du ministère de l’intérieur qui sont restés sourds à nos demandes, malgré la transmission d’une vingtaine de dossiers, l’Etat français annonce que 27 tirailleurs, tirés on ne sait par quel sort, ont bénéficié de cette décision présidentielle avant que François Hollande ne quitte définitivement ses fonctions. Il y a de quoi douter sur la continuité d’une telle mesure dans le climat de xénophobie ambiant qui règne en France ».

Invité par l’Elysée à cette cérémonie, le directeur de Mémoires & Partages qui est en Afrique occidentale pour un plaidoyer déclarant la traite des noirs et l’esclavage crimes contre l’humanité, dénonce « les nombreuses trahisons d’une classe politique française qui, du droit de vote des immigrés aux tirailleurs continue de lâcher en rase campagne les descendants d’immigrés ».

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,