Différences : le blog de Jean-Louis BOEHLER

dimanche 5 avril 2020

Coronavirus aux Etats-Unis

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 4 avril 2020

Des virus préhistoriques

Avec le réchauffement climatique, les régions arctiques, dont les terres sont gelées depuis des millénaires, deviennent plus facilement accessibles. Or, le sous-sol, s'il contient du pétrole et du gaz, réserve aussi quelques surprises...

virusEnfoui depuis 30.000 ans, "Pithovirus" refait surface

C'est à Marseille, dans le laboratoire Information génomique et structurale (CNRS/AMU), qu'il a été découvert en juillet 2012. Un virus inconnu jusque-là, de taille inédite – 0,5 micronw de diamètre pour 1,5 micron de long –, qui fonde la troisième famille de virus géants, les seuls visibles au microscope optique. Tout droit venu de l'extrême Nord-Est sibérien, dans la région de Tchoukotka, cette surprenante bébête était enfouie à 30 m sous terre depuis 30.000 à 40.000 ans. Bien cachée jusqu'à ce qu'une équipe franco-russe s'avise de prélever des échantillons de permafrost, cette couche de sol gelée en permanence depuis des millénaires qui peut dépasser 1.500 m d'épaisseur. "Les amibes que nous cultivons au labo ont attrapé ce virus pour nous après avoir été mises en contact avec le permafrost.

Infectées, les amibes sont mortes, tuées par le virus qui s'est multiplié en plusieurs milliers de nouveaux exemplaires", explique Chantal Abergel, virologue et codécouvreur de ce Pithovirus sibericum. Conclusion : après avoir survécu congelé pendant plus de 30.000 ans, celui-ci a conservé tout son potentiel infectieux. Et consolation : ce virus-là est inoffensif pour l'homme. Une certitude qui ne suffit pas à rassurer tout à fait Jean-Michel Claverie, professeur à la faculté de médecine de Marseille et également codécouvreur : "Qui nous dit qu'il n'y a pas, dans cette nouvelle famille, d'autres virus dont nous ignorons l'existence et qui pourraient être pathogènes pour l'homme et les animaux?

Le virus de la variole sur une femme momifiée

virus1

L'inquiétude des scientifiques se nourrit d'abord de l'existence même du permafrost, qui recouvre des millions de kilomètres carrés dans les régions arctiques, en Russie, au Canada, en Alaska… Un vrai congélateur naturel où la lumière ne pénètre pas, sans oxygène, au pH neutre, idéal pour conserver les molécules organiques. D'autres que Pithovirus s'y trouvent donc certainement, mais lesquels ? Le virus de la variole, éradiqué dans les années 1970, pour lequel on a arrêté la vaccination mais qui a tué des dizaines de millions de personnes au cours du XXe siècle, est vite évoqué : "Au niveau du génome et de leur mode de réplication dans les cellules, Pithovirus sibericum et le virus de la variole se ressemblent, constate Jean-Michel Claverie. Notre travail démontre que ce dernier, s'il a été éliminé de la surface de la Terre, pourrait toujours exister dans les profondeurs du sous-sol."

Une autre équipe franco-russe a d'ailleurs retrouvé des séquences du virus de la variole sur les restes d'une femme momifiée et conservée dans le permafrost depuis 300 ans en Iakoutie, au nord-est de la Sibérie. Des personnes ont donc certainement succombé à cette épidémie dans la région. Avec la variole, d'autres virus, connus ou non, pourraient faire leur réapparition. "Si l'extinction de l'homme de Neandertal il y a 30.000 ans, contemporaine de Pithovirus, avait pour origine une infection virale, le virus responsable pourrait très bien ressurgir un jour et être pathogène pour Homo sapiens", estime Chantal Abergel. Sans compter les bactéries : on sait déjà que lors d'étés particulièrement chauds, marqués par un dégel plus important de la couche superficielle du permafrost, des foyers d'épidémie de maladie du charbon (anthrax) ressurgissent chez les rennes. Une maladie déclenchée par les spores "libérées" que mangent les animaux.

Un catalogue des micro-organismes

virus2

Si le réchauffement climatique ne va pas dégeler le permafrost sur de grandes profondeurs – "la Sibérie ne va pas devenir Saint-Tropez du jour au lendemain", plaisante Jean-Michel Claverie –, il fait déjà fondre la glace de mer, ouvrant ainsi une nouvelle route maritime au nord de la Sibérie, qui donne accès à des contrées jusque-là quasi vierges. Avec à la clé la prospection de minerais, et des forages pour aller chercher du gaz ou du pétrole à de grandes profondeurs. "On va aller tripatouiller des couches de permafrost jamais touchées depuis des millions d'années et faire remonter de la tourbe qui se retrouvera à l'air libre, au contact direct de l'homme. Or elle contient peut-être des virus dangereux", s'inquiète Jean-Michel Claverie. Pour l'heure, sans verser dans la science-fiction, l'équipe marseillaise va tenter d'isoler et de cataloguer les micro-organismes présents dans une quinzaine d'échantillons de permafrost prélevés à différentes profondeurs en Sibérie. "Nous prenons le maximum de précautions, précise Chantal Abergel, on ne cherche pas à réactiver autre chose que des virus d'amibes." "Le séquençage" des ADN contenus dans le premier échantillon de permafrost doit commencer ces jours-ci. (Selon JDD, Richard Bellet)

virus3

Posté par jl boehler à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 3 avril 2020

Le coronavirus chez nos amis de Thimister

Couac dans la distribution des masques

thimister

Ce n’est un secret pour personne, les masques manquent en Belgique.

Si on parle souvent du personnel hospitalier, il y a aussi les soignants indépendants qui peuvent être en contact permanent avec le virus. Heureusement, pour eux, hier, sur instruction de la Région Wallonne, les communes ont pu se fournir en masques avec des règles strictes. La commune de Thimister était l’une d’elles. Elle a pu récupérer 7 paquets de 50 masques à distribuer à ses infirmières de première ligne.

Cette nouvelle n’a malheureusement pas su soulager tout le monde puisque plusieurs communes, dont Thimister, n’ont pas reçu le quota espéré. " Ce ne fut pas simple comme démarche car les listes qui ont été communiqués pour la distribution ne sont pas du tout en accord avec la réalité. Les listes étaient incorrectes. Ils nous manquaient 11 paquets de masques. On espérait pouvoir les récupérer ce jeudi, mais sans certitude", explique Lambert Demonceau, le bourgmestre de Thimister. 

Malgré le hic, on espère, désormais, voir arriver fréquemment ce type de stock, surtout  si la crise venait à durer mais aussi pour aider d’autres professionnels au contact du virus, comme les aides soignants par exemple.

"Nous avons beaucoup d’aides familiales, d’aides soignantes qui sont, elles, aussi en contact possible avec le virus. On aimerait pouvoir contenter tout le monde", affirme le bourgmestre avant d’ajouter : " Nous sommes en contact permanent avec les différents bourgmestres de l’arrondissement afin de  relayer nos demandes et celles de nos soignants. C’est très important pour nous car ils sont en première ligne".

Il ne reste plus qu’à croiser les doigts. (selon Télé-Vedia)

Posté par jl boehler à 00:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 2 avril 2020

Poisson d'avril !

Vous aviez deviné ? Non ? Vous avez certainement vu la date du dernier message ? Evidemment, il n'y aura pas de recours au tribunal, et Frédérique Mozziconacci ne siègera pas au prochain conseil municipal, bien que les villois auraient été nombreux pour assister aux réunions si les tahitiennes évoquées avaient été de la partie. Dommage, ce sera pour une autre fois !

Et tant pis pour ceux qui n'en ont pas ri, ou même souri, ce sera pour une autre fois aussi.

mozzi

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 1 avril 2020

Villé : un recours au tribunal administratif

Les élections municipales risquent-elles d'être à recommencer ?

mozzi8Décidément, à Villé rien ne va plus ! Alors qu'on espérait que l'ancien maire pourrait bénéficier d'un régime spécial d'une retraite peut-être même bien méritée, le voilà encore en poste. Espérons quand même que ce ne sera pas pour l'éternité.

mozzi

Il semblerait finalement que c'est le tribunal administratif qui sera amené à régler l'affaire à la requête de l'ancienne première adjointe Frédérique Mozziconacci, et encore toujours conseillère départementale du Bas-Rhin alors même qu'elle a élu domicile dans un petit village de l'Ariège.

En effet, toujours citoyenne de Villé, elle aurait rassemblé une liste de 19 candidats et l'aurait même fait parvenir à temps aux autorités. Mais ses bulletins de vote ne sont jamais apparus au bureau de vote. Allez savoir pourquoi !

Bien sûr, sur sa liste figuraient des candidats peu connus à Villé, n'habitant pas la commune, mais y étant éligibles du fait qu'ils paient des impôts locaux. On trouvait ainsi sur la liste un guadeloupéen, deux martiniquais, une réunionaise, un corse, un mahorais et deux tahitiennes, tous de nationalité française et propriétaires fonciers au bourg-centre. Il y a donc de fortes chances que d'ici quelque temps les villois doivent retourner aux urnes après l'invalidation des élections du 15 mars dernier par le tribunal administratif. Et une liste si exotique attirera forcément de nombreuses voix villoises.

Ci-dessous les photos des deux personnes qui étaient prévues comme adjoints en cas de victoire de Frédérique Mozziconacci :

mozzi2

mozzi7

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 31 mars 2020

Le roi de Thaïlande se confine dans les Alpes avec un harem de 20 jeunes femmes

En pleine pandémie de Covid-19, Rama X, le controversé roi de Thaïlande, a fait le choix de se confiner dans un hôtel de luxe d'une station alpine allemande, accompagné d'un harem de 20 jeunes femmes. La nouvelle soulève la colère dans son pays.

thailande

Le confinement n'est pas forcément dur à vivre pour tout le monde. En pleine pandémie du coronavirus, Rama X, le roi de Thaïlande, a choisi de prendre soin de lui pendant son confinement.

Comme le rapporte The Independent, le souverain controversé s'est isolé dans un hôtel quatre étoiles de la station alpine Allemande de Garmisch-Partenkirchen, accompagné d'un harem de 20 jeunes femmes.

Bien que les maisons d'hôtes et les hôtels de la région aient reçu l'ordre de fermer leurs portes, le Grand Hotel Sonnenbichl a reçu une autorisation exceptionnelle justifiée par un porte-parole local : « les invités constituent un groupe unique et homogène de personnes sans aucune fluctuation ». Une justification paradoxale, étant donné que 119 membres de l'entourage royal ont été renvoyés en Thaïlande, soupçonnés d'avoir contracté le virus.

La nouvelle a provoqué la colère du peuple Thaïlandais, qui s'est fait entendre sur les réseaux sociaux et notamment Twitter, où le hashtag thaïlandais "pourquoi avons-nous besoin d'un roi" a rapidement fait son apparition. Il est à noter qu'en Thaïlande, toute personne critiquant le roi s'expose à 15 ans de prison.

Ce samedi 28 mars, le ministère de la santé Thaîlandais annonçait 109 nouveaux cas dans le pays, portant le nombre total de personnes infectées à 1388.(selon La dépêche)

Posté par jl boehler à 11:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 30 mars 2020

Navire en quarantaine

Coronavirus: l'odyssée vire au cauchemar

panamaAlors que de nombreux ports lui ont refusé l’accès, les autorités panaméennes ont finalement autorisé samedi 28 mars le Zaandam à traverser le canal du Panama, étape nécessaire pour pouvoir débarquer en Floride, aux États-Unis. Plusieurs cas de Covid-19 y ont été déclarés, quatre passagers sont décédés. Des passagers sans symptômes sont actuellement transbordés pour éviter toute contamination supplémentaire.

« La traversée par la voie interocéanique va être autorisée pour que (le navire) poursuive son voyage », a indiqué dans un communiqué le ministère de la Santé du Panama, qui précise que la position du gouvernement a été « réévaluée » pour apporter une « aide humanitaire » au navire. Mais « aucun passager ni membre d'équipage ne seront autorisés à débarquer sur le sol panaméen », a toutefois indiqué le gouvernement.

 Quatre décès à bord :  « Cela fait très peur »

Plusieurs cas du virus ont été déclarés à bord du bateau. Et vendredi, la compagnie Holland America (groupe Carnival) qui exploite le paquebot a annoncél e décès de quatre passagers, sans en préciser la cause, et la contamination d'au moins deux autres au Covid-19.

La croisière du Zaandam a débuté à Buenos Aires le 7 mars et devait s'achever à San Antonio, au Chili. Mais après la découverte de symptômes grippaux chez plusieurs passagers, les autorités chiliennes lui ont refusé le débarquement. Peu à peu, les autres ports sud-américains sur sa route lui ont également été fermés, notamment en raison des restrictions mises en place par les gouvernements pour tenter de freiner la propagation de l'épidémie de nouveau coronavirus.

 Confinement strict depuis le 22 mars

Depuis le 22 mars, les passagers, dont une centaine de Français, ainsi que des Américains, des Canadiens et des ressortissants de plusieurs pays européens, étaient strictement confinés dans leur cabine.

Mercredi 25 mars, les autorités panaméennes avaient dans un premier temps autorisé le paquebot de croisière et ses 1 800 passagers et membres d'équipage à emprunter le canal de Panama… avant de revenir deux jours plus tard sur leur décision.

Après avoir donc autorisé une nouvelle fois son passage, le Panama a également annoncé le transfert samedi 28 mars des passagers sains à bord d'un autre navire, le Rotterdam, dépêché dans les eaux panaméennes depuis le port de San Diego, aux États-Unis. Le Rotterdam a notamment apporté des vivres, du personnel et des tests de Covid-19.

« Le transbordement de passagers ne présentant pas de symptômes du paquebot Zaandam à bord du paquebot Rotterdam a démarré », a indiqué ce samedi l'Autorité maritime du Panama (AMP).

Le nombre exact de passagers transférés n'a pas été précisé pour l'heure. Mais vendredi, le ministre panaméen des Affaires maritimes, Noriel Arauz, avait indiqué à l'AFP qu'environ 400 personnes avaient été testées négatif au Covid-19 et pourraient être accueillies à bord du Rotterdam

Selon la compagnie Holland America les passagers du Zaamdam pourront terminer leur croisière et débarquer à Fort-Lauderdale, en Floride, lundi 30 mars. (selon AFP)

panama2

Posté par jl boehler à 02:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 29 mars 2020

Elections fatales !

Deux maires ayant pris part aux élections municipales 2020 sont morts après avoir contracté le Covid-19 aux alentours du premier tour.

_lections

Considéré par de nombreux médecins comme l'une des plus grosses erreurs stratégiques du gouvernement dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19, le maintien du premier tour des élections municipales 2020 continue de faire des victimes. Jacques Lajeanne, maire de Beurey-Bauguay en Côte d’Or, une commune de 130 habitants, est ainsi décédé du coronavirus à 82 ans dans la nuit de mercredi à jeudi à l’hôpital de Dijon, a rapporté l'AFP. Il était tombé malade "une semaine après" avoir assisté aux opérations de vote du premier tour. 

"Nous sommes très, très inquiets, a déclaré le premier adjoint au maire, qui craint désormais pour son village. C'est la première personne à mourir du virus ici. Jusqu’à présent, on ne voyait ça qu’à la télé..." Le premier adjoint a également fait savoir qu’avant sa mort, le maire allait "souvent" à l'hôpital pour rendre visite à sa femme, elle-même atteinte du virus et dans un état "grave". 

En Alsace, François Lantz, 74 ans, maire sortant de Saint-Nabor (67) a lui aussi perdu la vie après avoir attrapé le Covid-19. Il ne s'était pas représenté aux élections municipales après 12 ans de mandat, mais était présent au bureau de vote le dimanche 15 mars.

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 28 mars 2020

Le bac aura-t-il lieu ?

Blanquer : "Pour l'instant, on fait comme si"

blanquer

Le bac ? "Pour l'instant, on fait comme si de rien n'était". Pour les lycéens de Terminale, au stress du confinement et du travail à distance, s'ajoute celui de l'examen en juin. Sauf que cette année, nul ne sait encore s'il pourra être organisé.

"Oui le bac doit avoir lieu, c'est très important qu'on puisse garantir à tous les élèves de Terminale qu'ils ne sont pas lésés par rapport aux générations suivantes et aux générations précédentes", assurait mercredi à BFM TV le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer.

Mais, en raison de l'épidémie de coronavirus et de lycées fermés depuis le 16 mars pour une durée indéterminée, il est maintenant probable qu'il ne se tiendra pas aux dates prévues ou dans sa forme habituelle. "On va devoir certainement faire des aménagements", a reconnu le ministre.

Différents scénarios sont actuellement discutés avec les organisations syndicales pour arriver à une solution "consensuelle" d'ici une dizaine de jours.

Plusieurs options sont sur la table: si les cours reprenaient le 4 mai, comme Jean-Michel Blanquer l'espère, l'examen pourrait sans doute avoir lieu "à l'identique", mais plutôt fin juin, et non pas à partir du 17 comme prévu.

Dans le scénario le plus pessimiste, les lycées resteraient fermés et les notes du contrôle continu de l'année pourraient servir à valider ou non l'examen.

"Un retour en cours après la mi-mai rendrait quasiment impossible une organisation +classique+ des épreuves", estime Philippe Vincent, le secrétaire général du SNPDEN, premier syndicat des chefs d'établissement. Selon lui, une des options retenues pourrait être le maintien d'une seule épreuve écrite en fin d'année. Mais pas la philosophie, "trop lourde" pour être conservée.

Le choix du scénario ne pourra de toute façon se faire qu'en fonction des dates de reprise, que nul ne connaît.

Malgré tout, "le ministre doit vite s'exprimer sur le sujet pour enlever de la pression aux élèves et aux enseignants", juge Claire Guéville, secrétaire nationale responsable du lycée au Snes-FSU, le premier syndicat du secondaire.  

"Beaucoup d'incertitudes"

"Il faut qu'il dise clairement que les cours à distance ne peuvent pas remplacer les cours au lycée, que le programme doit forcément être allégé". Car pour le moment, "les enseignants sont tentés d'avancer coûte que coûte, ce qui va laisser sur le carreau un certain nombre d'élèves", craint-elle. 

En l'absence de directives, la plupart des professeurs poursuivent en effet le programme. "On fait comme si on était en cours, je transmets à mes élèves tous les documents nécessaires par mail, pour l'instant on se dit qu'il y aura bien le bac à la fin de l'année", témoigne Marjorie Alaphilippe, prof d'histoire-géo à Châtellerault (Vienne). 

Malgré le confinement chez eux, les lycéens tentent eux aussi de maintenir un semblant de normalité: "On continue d'apprendre de nouveaux chapitres, on fait comme si de rien n'était", raconte Adèle, en Terminale S, à Versailles. Mais la situation, totalement inédite, engendre un surcroît de stress: "On ne sait pas très bien comment ça va finir. Si par exemple, ne sont prises en compte que les notes du contrôle continu, cela pourrait desservir les élèves de certains lycées comme le mien, plutôt sévères dans la notation", redoute-t-elle.

"Il y a beaucoup d'inquiétudes, d'incertitudes", souligne pour sa part Mathieu Devlaminck, en Terminale ES à Arras et vice-président du syndicat lycéen UNL. Le bac, "c'est un peu le sujet du moment, avec beaucoup de bruits qui courent sur le contrôle continu, le calendrier...", décrit-il. "Pour l'instant, les lycéens font comme si tout était normal, mais on sait très bien que le bac sera peut-être purement et simplement annulé à la fin".

Et si beaucoup de jeunes s'enthousiasment à l'idée de le remplacer par du contrôle continu, ce serait "une fausse bonne idée" selon lui, car "cela créerait un bac local et inégalitaire". (selon AFP)

Posté par jl boehler à 09:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 27 mars 2020

Coronavirus : état d’urgence en Côte d’Ivoire

En vue de lutter plus efficacement contre le coronavirus, les autorités ivoiriennes ont décidé d’instaurer un couvre-feu qui tend vers un confinement progressif dans un contexte général marqué par la montée de la maladie dans le pays.

abidjan

Pays de 26 millions d’habitants, la Côte d’Ivoire a enregistré officiellement 25 cas de Covid-19, et aucun décès selon le dernier bilan publié dimanche. Pour mieux se protéger contre de nouvelles infections, la Côte d’Ivoire pris un certain nombre de mesures dont la fermeture de ses frontières depuis le lundi 23 mars à minuit. Tous les établissements scolaires avaient été fermés la semaine dernière et tous les événements sportifs et culturels suspendus, ainsi que les cultes religieux.

A ces mesures s’ajoute désormais un couvre-feu dans un contexte où le chef de l’Etat Alassane Ouattara a décidé d’instaurer l’Etat d’urgence. « Face à la progression de la pandémie (…), je déclare l’état d’urgence sur toute l’étendue du territoire (…), l’instauration d’un couvre-feu de 21h à 5h du matin à partir du 24 mars (…), le confinement progressif des populations par aire géographique en fonction de l’évolution de la pandémie » a-t-il précisé lors d’une allocution télévisée lundi.

Parmi les autres mesures prises, le président a annoncé la fermeture de tous les maquis et bars à partir de minuit ce lundi et la régulation des transports interurbains avec « l’interdiction des déplacements non autorisés entre Abidjan et l’intérieur du pays ». Le président Alassane Ouattara qui a également annoncé un plan de riposte national d’un montant de 95,8 milliards de francs CFA contre l’épidémie n’a pas précisé la durée de ces nouvelles mesures.

« Dans cette lutte contre la propagation du Covid-19, notre principal ennemi sera l’indiscipline et le non-respect des consignes de prévention », a souligné le président. Son appel aux ivoiriens pour « l’union sacrée » afin de vaincre la maladie semble doublé d’un appel au civisme à travers le respect scrupuleux des mesures instaurées pour le bien-être des populations.

Ebony T. Christian (dans "Eburnie today")

Posté par jl boehler à 03:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,