Différences : le blog de Jean-Louis BOEHLER

vendredi 20 juillet 2018

Elzach : construction d'un terrain de football synthétique

Et encore un coup d'avance pour les jumelés au Val de Villé !

elzach

Cérémonie inaugurale pour les amis sportifs / Grande participation des associations / campagne de sponsoring et mur des donateurs.

Bientôt, les amis sportifs (Sport Freunde) de Elzach-Yach auront de meilleures conditions d'entraînement et de jeu. Le gazon artificiel du Domänestadion, conçu par le club lui-même, se rapproche. Plusieurs membres du conseil d'administration de SF, avec le maire Roland Tibi, ont inauguré les travaux du premier gazon synthétique. Le terrain en gazon artificiel est créé à l'endroit du terrain dur précédent. 

En outre, la zone voisine est prévue pour la construction d'un nouveau terrain de football. Le coût total du projet de construction est de 320 000 €. L'association reçoit du Land une subvention de 84 000 €, dans le cadre d'un programme de promotion du sport. La ville d'Elzach accorde une subvention de 120 000 €. Les amis du sport se sont fait un devoir de couvrir les coûts restants.

Le maire Roland Tibi a félicité les amis sportifs du club pour le démarrage des travaux. La construction du centre de tennis du club de tennis Grün-Weiß Elzach, pour lequel les SF ont délaissé leur ancien terrain de football, est également commencée. Tibi a trouvé positif que le centre sportif, qui était recherché du point de vue de l'urbanisme, soit en train de prendre forme.

Le futur terrain en gazon synthétique a une superficie de 92 à 60 mètres. Il aura la taille minimale prescrite par l'Association allemande de football. Pour y parvenir, le terrain existant est prolongé de plusieurs mètres - vers le remblai du chemin de fer. Dans le sol le drainage est pleinement fonctionnel. Un système de gicleurs est installé en permanence. Trois couches sont stratifiées: une couche de nivellement et une couche élastique ainsi que la couverture d'herbe artificielle avec des granulés de caoutchouc de polyuréthane et une combinaison de deux fibres. Le travail est effectué par l'entreprise Gotec-Sportanlagenbau Weil. "Les amateurs de sport Elzach-Yach obtiennent une surface de jeu faite de matériaux de haute qualité", a déclaré Ralf Goldschmidt de la société spécialisée.

"Le financement de la contribution propre de la SF d'environ 100.000 € a également bien progressé, mais le montant n'est pas encore entièrement couvert", a déclaré Kevin Maier. Il a remercié les quelque 500 donateurs, les sociétés Elzacher et Oberelztäler ainsi que les nombreux particuliers qui ont déjà fait don de montants importants pour le projet. Cela a montré à tout le monde à quel point le football d'Elzach est ancré dans la population et son travail de jeunesse est apprécié.

"Même si la construction est en cours, d'autres dons restent les bienvenus", a déclaré Maier. Il a mentionné le parrainage en cours depuis mars. Tout le monde peut soutenir la construction du terrain en gazon artificiel avec l'action "Devenir fan de sport". Déjà pour 15 euros, un adolescent peut être "ami sportif" et reçoit une écharpe ainsi qu'une inscription sur un mur de sponsors. Pour les adultes il y a le même pour les donateurs à partir de 50 euros. De plus, chaque donateur est «immortalisé» sur un mur de photos dans le pavillon, mur qui s'agrandit de jour en jour.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 19 juillet 2018

Découverte d'un mystérieux sarcophage en Egypte

Une tombe de l'époque de Ptolémée

alexandrieUn mystérieux sarcophage de granit noir, ainsi qu’un buste, ont été découverts en Egypte. La tombe, qui remonte à la période ptolémaïque entre 305 av. et 30 av. J.-C., a été retrouvée dans la ville d’Alexandrie.

Dans un post sur Facebook, le Dr. Mostafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, a annoncé que le sarcophage de 6 pieds de haut, long de 8,7 pieds et large de 5,4 pieds, est le plus grand jamais trouvé à Alexandrie. Il n’a jamais été ouvert depuis sa fermeture, il y a plus de 2 000 ans.

C’est le ministère égyptien des antiquités qui a annoncé la découverte sur Facebook, mais sans donner d’informations précises sur la date de la découverte, la datation du sarcophage ou le nom de l’équipe qui a réalisé cette découverte.

alexandrie1

Aucune inscription ne ressortant sur le sarcophage, toutes les interprétations sont possibles à partir de la taille du sarcophage et du buste qui indique que la personne enterrée dans le cercueil était d’un statut social élevé.

D’autres découvertes récentes incluent un ancien cimetière en Egypte avec plus de 40 momies et un collier contenant un “message de l’au-delà”. Une ancienne statue d’un roi de Nubie avec une inscription en hiéroglyphes égyptiens a également été trouvée dans un temple du Nil au Soudan.

Posté par jl boehler à 00:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 18 juillet 2018

La victoire des Bleus s'invite à l'Assemblée Nationale

Macron "s'approprie" la joie du peuple, selon des députés !

AN

Le parti communiste

Les députés communistes ont estimé mardi que le chef de l'Etat avait provoqué "beaucoup de frustration" en s'appropriant "la joie du peuple" liée à la victoire des Bleus, regrettant aussi la vitesse avec laquelle le car des footballeurs a défilé lundi sur les Champs-Elysées. "Il semble qu'il y ait eu beaucoup de frustration que le président de la République s'approprie presque de manière exclusive et irrationnelle la joie qui est celle du peuple de France", a observé l'un de leurs porte-parole, Sébastien Jumel, lors d'un point de presse. Le chef de l'Etat "avait l'air pressé de les retrouver" et "entre un bus qui fend la foule pendant quatre heures en 1998 et des supporters qui attendent quatre/cinq heures en plein cagnard et qui voient les footballeurs dix secondes, je pense qu'on pouvait trouver un équilibre", a ajouté ce député de Seine-Maritime. Emmanuel Macron "se prend pour le capitaine de l'équipe de France alors qu'il n'a pas beaucoup joué", a aussi affirmé M. Jumel, ajoutant être "très heureux" de la victoire des Bleus face à la Croatie, deuxième Coupe du monde de football remportée par la France, vingt ans après celle de 1998. "On peut être en joie et continuer à combattre les choix politiques" du gouvernement, a observé à ses côtés Elsa Faucillon, également porte-parole des élus PCF.

Les Républicains

Un peu plus tard, dans les couloirs de l'Assemblée, Fabien Di Filippo (LR) a formulé des critiques similaires, déplorant le peu de "temps passé sur les Champs-Elysées" où le public n'a vu les joueurs qu'"une douzaine de petites minutes" quand "dans le confort douillet de l'Elysée", il y a eu "deux, trois heures de célébration". "Une Coupe du monde, c'est une liesse populaire et cette célébration, elle doit se faire avec le peuple (...) et à côté de ça, on a fait accélérer le bus pour qu'ils soient le moins en retard possible à la réception à l'Elysée", a-t-il dénoncé, évoquant la déception de familles et enfants qui "ont traversé la France parfois, attendu des heures entière dans la chaleur pour voir leurs idoles".

Jean Lassalle, député non-inscrit

"Le petit peuple n'a pas le droit de voir l'équipe qui vient de triompher en son nom devant la planète toute entière", a lancé lundi soir dans l'hémicycle de l'Assemblée Jean Lassalle, jugeant que "M. Macron a voulu les accaparer à l'Elysée".

crillon

Les Bleus ont descendu lundi devant environ 300.000 personnes l'emblématique avenue des Champs Elysées sur un bus à impériale, là où un demi-million de personnes était venu le 13 juillet 1998 acclamer leurs glorieux aînés - dont faisait partie leur sélectionneur Didier Deschamps. Joueurs et encadrement de l'équipe de France ont ensuite été reçus à l'Elysée, où la présidence avait invité 3.000 personnes, dont de nombreux jeunes, pour les fêter. Cette journée de communion s'est toutefois finie sur une fausse note : alors que des milliers de supporters attendaient ensuite l'apparition des Bleus au palace du Crillon en soirée, ils ont vu leurs espoirs douchés et certains ont laissé éclater leur colère.

15789940lpw_15790925_article_fblwc2018fraarrivalfans_jpg_5419586_660x281

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 17 juillet 2018

Quand le chat n'est pas là, les souris dansent !

Démission ! Enfin !

mozzi

Ce n'était donc pas une "rumeur", comme le prétendait la première adjointe Frédérique Mozziconacci  dans la presse. Elle a bien démissionné avec  effet du 1er juillet ! Et ceci, alors que le maire était en vacances pour  une semaine !  Décidément, il y en a qui ont tout fait pour les lui gâcher. C'est bien connu : quand le chat n'est pas là, les souris dansent.

Et encore a-t-il fallu que ce soit une conseillère municipale de la majorité qui annonce la nouvelle ! "Courage, fuyons..." ! En tous cas, monsieur le maire a décidé : les délégations de la démissionnaire ont été réparties provisoirement entre les adjoints restants. Quant au remplacement, rien n'est envisagé : 15 jours de réflexion n'ont pas suffi pour proposer une solution.

Posté par jl boehler à 09:34 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

PLUi et aires de stationnement au bourg-centre

C'est quoi, cette cacophonie ?

parkingDans les documents du PLUi, l'orientation concernant les aires de stationnement de Villé est pourtant claire et adoptée par tous les élus de la comcom de la vallée. Alors, où sont les problèmes ?

 1) Les rapports municipalité - comcom !

DSCF0536

Et là, il faut revenir à la situation du Super-U en 2002. Les locaux (maison Choiseul-Meuse, bureaux, halll de vente et le parking) appartenaient à la société Valvil-Services, émanation de l'ancienne coopérative ouvrière des FTV (Filatures et Tissages de Villé). En cas de dissolution de cette société, les biens immobiliers et financiers auraient pu revenir à la commune de Villé, et cette solution aurait été acquise à l'amiable si le maire de Villé, mal conseillé par des personnes extérieures au conseil municipal, n'avait menacé les dirigeants de la société d'actions en justice. Ceux-ci ont pris la mouche et tout légué à la comcom.

Mais l'affaire ne s'arrête pas là. La municipalité de Villé ayant souhaité la création d'un parking, la comcom a proposé la signature d'une convention de mise à disposition des terrains. Malgré les accords intervenus, la commune n'a toujours pas signé cette convention.

DSCF0542

Et pendant ce temps, le terrain n'est entretenu par personne, ne comprend que des nids-de-poules, des arbustes et des déchets jamais ramassés.

Rajoutons à tout cela les incohérences : le maire de Villé accepte par ses votes la mise en place d'une aire pour camping-cars, ne parle plus de stationnement des voitures, et laisse même courir le bruit de l'aménagement d'un marché couvert. Il s'agit là de non-choix, alors que le rôle d'un élu est de faire des choix.

Alors, PLUi ou pas, la situation risque de péricliter encore longtemps. D'ailleurs pour accueillir des camping-cars, il faudrait déjà nettoyer et viabiliser le terrain (électricité, eau, etc...) avec quelles finances ?

2) L'ancien parking "Signalux"

DSCF0549

Là aussi, il y a à redire. Rappelons l'histoire, même si elle est ancienne. Elle date de l'arrivée à Villé de la famille Gallone et de leur entreprise Signalux, qui s'est faite après des tractations avec l'ancien maire Lucien Herrbach. L'une des exigences de Signalux était l'aménagement du parking devant l'entreprise. Ce qui fut fait,  contre une création immédiate de 60 emplois qui devinrent bien plus par la suite.

DSCF0548

L'entreprise Signalux ayant disparu, ce parking sert surtout aux riverains, aux clients des magasins et de la supérette voisine. L'aire n'est évidemment pas prête à n'accueillir que des camping-cars. A voir les panneaux d'interdiction, on peut même imaginer que la commune ne le souhaite pas. Alors là aussi, il s'agirait de clarifier les idées.

Et au fait ? a-t-on consulté les entreprises installées dans les anciens locaux Signalux ? Là aussi, tout semble loin d'être réglé.

Bientôt sur ce blog : PLUi et feuilleton de l'ancienne gendarmerie !

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 16 juillet 2018

Mexique : les Afromexicains oubliés depuis 200 ans

On estime à 450.000 le nombre d’afromexicains dans le pays, mais le chiffre réel est inconnu, car les autorités n’ont pas effectué un décompte précis.

mexique4

Lors de la guerre d’indépendance du Mexique dont les célébrations des 200 ans débutent cette semaine, des milliers d’Afromexicains ont combattu dans l’armée rebelle. Deux des héros les plus illustres du mouvement, José María Morelos et Vicente Guerrero avaient une ascendance noire.

Mais ces faits n’ont pas été reconnus. Et deux siècles plus tard, les communautés afrodescendantes vivent isolées et dans des conditions d’extrême pauvreté.

La majorité des habitants du pays ne sait pas qu’il y a des Noirs Mexicains et même les autorités ne connaissent pas totalement ce secteur de la population, affirme Ricardo Bucio, président de Conseil National pour la Prévention de la Discrimination (CONAPRED), un organisme gouvernemental.

"Il n’y a pas de statistiques fiables émanant du gouvernement, ni de politique publique spécifique en leur faveur. L’information empirique que nous avons, c’est qu’ils sont dans une situation désavantageuse", indique-t-il dans un entretien avec BBC Mundo.

Les études de l’Université Nationale Autonome Mexico (UNAM) estiment à environ 450.000 personnes la population des afromexicains, et selon la Chambre des députés, la moitié environ se trouve dans une situation de forte marginalisation.

La population afromexicaine provient des esclaves emmenés en Nouvelle-Espagne dès 1580, pour remplacer les quelques 10 millions d’indigènes morts suite à une série d’épidémies inconnues sur ce territoire.

Certains historiens évaluent à environ 250.000 le nombre d’esclave arrivés dans le pays.

Les africains se mélangèrent aux peuples autochtones, ce qui fit apparaitre les afrométisses (afromestizos) qui constituèrent une nouvelle classe sociale qui vivait en liberté, mais dans des conditions difficiles.

Il y avait cependant encore des milliers d’esclaves, surtout dans les exploitations agricoles du centre et du sud-est du Mexique.

mexique2

En Décembre 1810, Miguel Hidalgo abolissait l’esclavage dans la ville de Guadalajara, à l’ouest, où l’on trouvait l’un des rares marchés d’êtres humains opérant au Mexique.

De nombreux afromestizos rejoignirent l’armée d’Hidalgo, particulièrement dans le sud du pays.

Mais il y eut également des esclaves dans les forces adversaires, car les propriétaires des haciendas les obligèrent à rejoindre l’armée du Vice Roi espagnol, explique à BBC Mundo le chercheur Faustino Aquino, de l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire.

Leur participation à la conquête de l’indépendance a été oublié. "Le patrimoine noir est resté occulté, il a presque disparu", indique Aquino.

Aujourd’hui, deux siècles plus tard, les afromexicains se tiennent habituellement à part.

Leurs manifestations culturelles sont un mélange de traditions indigènes avec des caractéristiques venant d’Afrique.

Les choses ont toujours été ainsi, indique à BBC la chercheuse Alejandra Luz Cardenas, de l’Université Autonome de Guerrero.

"L’Inquisition disait que leurs vêtements étaient condamnables, et certaines femmes furent accusées d’avoir participé aux pratiques de sorcellerie uniquement pour accomplir leurs rituels".

Aucun ne fut condamné à mort, pour une raison perverse : "Les esclaves coûtaient autant qu’une maison, et personne ne voulait perdre tant d’argent", indique Cardenas.

Beaucoup d’esclaves s’échappèrent des plantations pour se réfugier dans les zones montagneuses, où ils fondèrent des communautés qui existent encore, comme à Guerrero et Oaxaca, au sud du pays.

Et comme à l’époque, leurs conditions de vie sont souvent difficiles.

Près de deux siècles après l’abolition de l’esclavage, les communautés d’afromestizos sont virtuellement invisibles.

mexique3

Par exemple, les recensements de population n’incluent pas de questions visant à mesurer la population noire, ce qui a pour conséquence l’inexistence de statistiques fiables et ce qui entraine à son tour une négligence de la part des autorités, préviennent les organisations de la société civile.

"Les programmes gouvernementaux confinent les communautés noires, car ils semblent avoir été conçues pour une autre population", affirme Israël Reyes, coordinateur de l’association África AC.

En plus, selon le président du CONAPRED, les descendants des Africains sont une minorité qui n’a pas l’habitude de s’organiser pour faire les démarches pour l’obtention de services, ce qui les met dans une situation désavantageuse par rapport aux autres groupes ethniques comme les autochtones.

Dans de nombreuses communautés et selon certaines informations, ils vivent dans des logements sans plancher solide, sans drainage ou entassés. Mais en la réalité, il n y a aucune donnée spécifique.

Alors que l’on célèbre 200 ans d’indépendance du Mexique, les communautés d’afrodescendants ont peu de choses à fêter, ou alors elles le font à leur manière.

À Melchor Muzquiz, Coahuila, au nord du pays, il y a un peuple d’afromexicains qui préfère célébrer le 19 Juin plutôt que l’anniversaire du bicentenaire.

Cette date leur semble plus importante toute la célébration de l’indépendance : un 19 Juin il ya 200 ans, les Noirs Moscongos, comme le nom que porte cette communauté, ont cessé d’être des esclaves et devinrent légalement des citoyens de ce pays.

Posté par jl boehler à 00:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 15 juillet 2018

Un conseil en pleines vacances !

Il était temps !

vill_C'est par un mois de juillet vacancier bien entamé qu'aura lieu le prochain conseil municipal à Villé (voir l'annonce ci-contre).

Mais il fallait s'y attendre, après les retards importants entrevus lors des distributions du bulletin municipal.

Finalement la date arrangera tout le monde : le maire, qui n'aura pas à débattre avec une partie de son conseil déjà en vacances, les conseillers absents exemptés de discours inaudibles et soporifiques, les services qui auront moins de conseillers à fournir en oreillers et draperies nocturnes.

Quant à l'ordre du jour, il a enfin été affiché à la mairie ! Après une réunion "point unique", voilà la réunion "fourre-tout" (sauf le point 10).

La réunion est évidemment publique ! Et emmenez un stylo qui marche pour ne pas déranger le maire pendant son monologue.

Ordre du jour

1) décision modificative budgétaire n° 1.

2) tarifs de l'accueil communal pour les enfants de l'ULIS école.

3) convention de mise à disposition de personnel avec l'association Tremplins.

4) création de postes pour l'accompagnement des enfants de l'ULIS.

5) délibération instituant à titre expérimental la médiation préalable obligatoire.

6) avis sur une installation classée.

7) convention avec DOMIAL sur les mesures environnementales compensatoires.

8) mise en conformité avec le règlement général sur la protection des données - convention avec le CDG67.

9) validation du document d'information communal sur les risques majeurs (DICRIM) et du plan communal de sauvegarde (PCS).

10) projet de constitution d'une association foncière urbaine autorisée  (AFUA) *voir remarque sous l'ordre de jour.

11) choix d'un fournisseur de gaz.

12) divers.

13) communications du  maire.

* commentaire du point 10 : après la réunion PLUi du 15 mai, il fallait s'y attendre. Les promoteurs sont sur les rangs ! Ils ont fait vite !

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 14 juillet 2018

A propos des hélicoptères de l'armée française

Seul un aéronef léger sur trois en état de voler

h_licopt_re

En quelques jours, deux hélicoptères de l'armée se sont crashés, l'un à Abidjan, l'autre dans le Var. Au total : 3 morts ! Au même moment, le Sénat a remis un rapport alarmant au ministère des Armées, dans lequel il préconise de moderniser rapidement la flotte d'aéronefs légers. Edifiant !

"Seul un hélicoptère sur trois est aujourd'hui en mesure de décoller", s'alarme Dominique de Legge, sénateur Les Républicains (LR) d'Ille-et-Vilaine et rapporteur des crédits de la mission "Défense", dans Ouest-France.

Dans le détail, en 2017, sur 467 hélicoptères, 300 étaient ainsi immobilisés au sein des armées ou chez les industriels. Les raisons de cette immobilité sont diverses.

Au Sahel, où les forces françaises sont engagées depuis 2013, les appareils sont par exemple soumis à de rudes conditions climatiques (chaleur, poussière, etc.) qui accélèrent leur usure.

Des accidents en hausse

L'indisponibilité des appareils a des conséquences lourdes au quotidien : la gestion des hélicoptères s'effectue à flux tendu "conduisant à un épuisement des personnels de maintenance" ainsi qu'à une réduction des temps de vol destinés à l'entraînement des jeunes pilotes. Conséquence directe de ces défaillances ou pas, le nombre d'accidents a considérablement augmenté depuis le début d'année. Le 10 juillet dernier, un soldat français a été tué et un autre grièvement blessé dans le crash d'un hélicoptère militaire près d'Abidjan."

Seul un effort massif de régénération des matériels permettrait" d'inverser la tendance, selon Dominique de Legge. "Or l'effort prévu, dans le cadre de la loi de programmation militaire pour les années 2019 à 2025, apparaît limité s'agissant de la composante hélicoptères, d'autant plus que la livraison des premiers hélicoptères léger interarmée a été reportée à 2028", regrette le rapporteur. D'ici là, combien de crash ? combien de morts ?

h_licopt_re1

h_licopt_re3

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 13 juillet 2018

Nos voisins vosgiens mécontents

Pour l’ensemble des organisations syndicales des retraités,

« la situation se dégrade »

saintdi_

Les représentants de l’ensemble des organisations syndicales des retraités des Vosges ont fait le point sur les actions menées depuis quelques mois et sont tous d’accord pour constater que la situation des retraités vosgiens se dégrade. Unanimement, au nom de tous les retraités vosgiens, ils s’opposent toujours et encore à cette majoration de la CSG et à l’augmentation de tous les prix et charges qui érodent de plus en plus leur pouvoir d’achat.

Un communiqué

« Les journées de manifestation ont été bien suivies par les retraités vosgiens  témoignant du malaise grandissant. Une pétition a été largement signée sur les marchés du département : Epinal, Gérardmer, Contrexéville, Bruyères…..

Très bien accueillie, cette démarche a permis de mesurer le très fort mécontentement des retraités qui voient leur pouvoir d’achat baisser rapidement. De plus, ils vivent très mal le mépris manifesté à leur encontre par nos gouvernants dans cette accumulation de mesures.

 Vient s’y ajouter l’idée de perdre la pension de réversion ce qui est insupportable pour toutes et tous !

Pourquoi cette augmentation de prélèvement de CSG au bénéfice des actifs, alors que dans le même temps serait envisagé une deuxième journée de solidarité pour « les anciens » ? Comprenne qui pourra !

Tous ces passages en force sans concertation, le mépris et la non reconnaissance de la place des retraités dans la société sont très mal vécus. La non prise en compte de leur apport économique très important au sein des familles, des associations, de leur engagement au sein des municipalités, leur contribution à la cohésion sociale les blessent profondément. En arriver là après toute une vie de labeur est insupportable pour tous et revient à nier leur contribution à l’évolution économique pendant leur période d’activité.

Plus de 600 signatures, recueillies en peu de temps, sont remises au préfet, ainsi qu’un courrier demandant la prise en compte de ces revendications dans le projet de loi rectificative pour l’abrogation de la hausse de la CSG, et réitérant la demande d’augmentation générale des pensions de retraite.

Nous attirerons aussi son attention sur le fait que les retraités ne baissent pas la garde devant les mesures annoncées et qu’ils restent mobilisés quoique puisse en penser le gouvernement. Les nouvelles actions qui devraient s’engager dès la rentrée témoigneront, s’il en était besoin, de la volonté réaffirmée des retraités de faire entendre leurs voix, reconnaître leur place dans notre société et la justesse de leurs revendications. »

l’UD CGT des Vosges

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 12 juillet 2018

Automobilistes belges et luxembourgeois mal accueillis en France

L’aire la plus répugnante de France se trouve sur l’A31

thionville2

Toilettes bouchées, robinets fermés, poubelles ouvertes aux quatre vents… La première aire de repos que les étrangers découvrent en arrivant en France par l’A31, à Entrange, est insalubre. Le problème dure depuis des années. Écœurant.

Thionville Porte de France mérite-t-elle encore son appellation d’aire de repos? C’est à en douter.

thionville5

Depuis des années, cet arrêt censé soulager les automobilistes qui arrivent en France par l’A31 offre un spectacle pitoyable. Et encore, si on ne parlait que d’équipements vieillots, de panneaux d’information d’un autre âge, de parking défoncé et de carreaux de carrelage manquant, cela passerait…

Le vrai problème de la première aire de repos du pays, c’est son caractère franchement insalubre. Du genre à vous faire plier bagages en deux temps trois mouvements. Après, on pourra toujours sortir les rames pour vanter les charmes de la France et de la Moselle…

Où est l’hygiène ?

thionville

La reprise des migrations estivales vers le sud, depuis le début de la semaine, ne fait qu’amplifier le problème. En attendant, les touristes vont de haut-le-cœur en vaines invectives en découvrant l’ampleur des dégâts.

Du côté des femmes, les portes des toilettes ne ferment plus. Le sol semble ne pas avoir été nettoyé depuis des lustres, les semelles s’y accrochent comme à du chewing-gum. Les excréments s’accrochent aux parois des blocs WC, les murs transpirent de graffitis mal faits. Évidemment, il ne faut pas compter y trouver la moindre feuille de papier. « Cet endroit est absolument atroce ! Quelle honte ! », lâchent deux valeureuses touristes belges après à avoir tenté l’expérience. « Bonne chance mais si j’étais vous, je me retiendrais encore un peu… » Tout est dit.

Chez les hommes, ça n’est pas mieux. En réalité, c’est même pire : un des deux urinoirs est bouché depuis des jours, un liquide désormais verdâtre déborde jusque sur le sol. On patauge, c’est à vomir. Après un temps d’hésitation, cet autre touriste belge se ravise franchement. « Je vais plutôt aller derrière un arbre au fond du champ. Au moins, je ne risque pas d’attraper une maladie ! C’est étrange de trouver un endroit aussi sale ici… » Eh bien malheureusement si.

selon "Le Républicain Lorrain"

thionville1

Posté par jl boehler à 04:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :