Différences : le blog de Jean-Louis BOEHLER

jeudi 18 août 2022

Encore un marché du terroir

trhanvill_Et en concurrence avec celui de Villé (mêmes jours, mêmes heures) : sans blagues la solidarité !

Posté par jl boehler à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 17 août 2022

Zürich : un redoutable virus remplit le cimetière des éléphants

Silencieux et invisible à l'oeil nu, il a terrassé trois éléphants d'Asie - une espèce en danger - du zoo de Zurich en un mois. Ce redoutable tueur qu'est le virus de l'herpès a laissé les scientifiques impuissants.

Z_richIl ne reste plus que cinq des huit éléphants d'Asie qui peuplent les 11.000 m2 qui leur sont dédiés dans le zoo surplombant la plus grande ville suisse.

"C'est un peu triste, surtout qu'ici à Zürich, les éléphants ont assez de place", a indiqué à l'AFP Mauro Müller, 29 ans, habitué du parc animalier. 

Le jeune Umesh, 2 ans, fut le premier à ne pas avoir réussi à tromper le virus de l'herpès fin juin. Suivi quelques jours après par sa soeur Omysha, 8 ans, puis par une jeune éléphante de 5 ans, Ruwani, d'un second troupeau matriarcal sans contact avec les deux premiers.

Tous ont été emportés de façon foudroyante par ce virus qui déclenche une hémorragie interne et une défaillance des organes. 

En captivité, ce virus "est la principale cause de décès des éléphants âgés de deux à huit ans. Cela arrive aussi dans la nature mais il est plus difficile à détecter" car les animaux sont moins surveillés, a expliqué à l'AFP Pascal Marty, conservateur du zoo de Zurich.  

Le virus de l'herpès est présent à l'état latent chez presque tous les éléphants, tant en liberté qu'en captivité.  

Il ne devient dangereux que lorsqu'il se multiplie fortement dans l'organisme. Les scientifiques ignorent encore en grande partie ce qui provoque chez certains cette poussée virale mortelle. 

"Nous ne savons toujours pas pourquoi et quand cela se produit", a indiqué M. Marty, plein de tristesse. 

Les cinq puissants pachydermes encore en vie- tous adultes - ont pu eux passer quelques heures auprès des dépouilles de leurs jeunes compagnons. 

"Nous leur laissons le temps, comme pour dire adieu. Ils réalisent que l'animal n'est plus en vie, ils les touchent avec la trompe", a raconté ce spécialiste en comportement animalier. 

Moins d'une semaine après le troisième décès, ils vaquent désormais avec nonchalance à leurs occupations, entre baignade et recherche de nourriture, glissant leurs trompes dans des trous où des carottes et de l'herbe sèche sont glissées de façon aléatoire par un programme informatique pour les forcer à marcher comme à l'état sauvage. 

Ouvert en 2014, le nouvel enclos leur offre six fois plus de place que le précédent. Mais huit ans après l'ouverture en grande pompe de cet espace, le parc traverse des "jours difficiles". 

"Il est particulièrement frustrant de constater que nous sommes impuissants face au virus, malgré les meilleurs soins vétérinaires prodigués par l'hôpital vétérinaire universitaire de Zurich", a assuré le directeur du zoo Severin Dressen. 

Il n'existe pas de vaccin, et les traitements antiviraux n'ont que 30% de chances de succès. 

"L'épidémiologie de la maladie n'est toujours pas claire. Le virus est excrété par intermittence par les adultes, mais avec une fréquence accrue pendant les périodes de stress, ce qui est considéré comme la source d'infection des jeunes" individus, a indiqué à l'AFP le Dr Bhaskar Choudhury, vétérinaire et membre du groupe sur les éléphants d'Asie à l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). 

"L'UICN est très préoccupée par la mortalité dans le monde entier en captivité et plus encore dans la nature", a-t-il souligné. 

L'éléphant d'Asie, qui peut vivre jusqu'à 50-60 ans, est inscrit sur la liste rouge des espèces en danger de l'UICN.  

Il en resterait environ 50.000 à l'état sauvage. La déforestation, l'expansion urbaine et le développement des surfaces agricoles les privent de leur habitat naturel. Le braconnage et le commerce illégal de l'ivoire menacent également les troupeaux. 

"Les populations sont en déclin presque partout. Pour des raisons de conservation, il est très important que nous ayons des populations d'éléphants d'Asie en bonne santé" comme ici à Zurich, a relevé le Dr Marty. 

Les éléphants de zoo sont des "ambassadeurs de leur espèce, nos partenaires pour éduquer les gens sur les problèmes" auxquels ils font face à l'état sauvage, a-t-il dit. Le virus qui a frappé le parc "ne change rien à notre objectif" de les élever, a-t-il assuré. (selon "L'express")

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 16 août 2022

Norvège : Un morse devenu une vedette estivale pourrait être euthanasié

Le morse Freya se baigne dans les eaux d’Oslo depuis le 17 juillet dernier et attire énormément d’attention au point de mettre sa vie et celles des badauds en danger.

Il est devenu une véritable vedette dans le fjord d’Oslo. Les autorités norvégiennes ont annoncé jeudi qu’elles envisageaient d’euthanasier le morse Freya. Cette jeune femelle de quelque 600 kg continue d’attirer énormément d’attention malgré les appels incessants à rester à distance et à ne pas la déranger.

norv_ge« Le comportement imprudent du public et le non-respect des recommandations des autorités peuvent mettre des vies en danger », a souligné une porte-parole de la Direction norvégienne de la pêche, Nadia Jdaini. « Nous explorons maintenant des mesures supplémentaires parmi lesquelles l’euthanasie peut être une véritable alternative », a-t-elle ajouté.

Sur place depuis mi-juillet

Les morses vivent généralement sous les latitudes encore plus septentrionales de l’Arctique, mais Freya, dont le nom renvoie à une déesse associée à l’amour et à la beauté dans la mythologie nordique, est arrivé à Oslo. Devenu une vedette dans la torpeur estivale, l’animal a été filmé chassant des oiseaux ou se hissant sur des embarcations chaloupant sous son poids pour y somnoler, y faisant au passage des dégâts significatifs.

Mais, malgré les consignes, l'animal continue d’être importuné par des curieux qui se baignent à proximité ou s’en approchent excessivement, parfois avec des enfants, pour le photographier, a indiqué la Direction de la pêche. « Son bien-être est clairement diminué. Le morse ne dispose pas d’assez de repos et les experts avec qui l’on discute estiment maintenant qu’il est stressé », ont fait valoir les autorités.

Espèce protégée, le morse se nourrit essentiellement d’invertébrés tels que les mollusques, les crevettes, les crabes et les petits poissons. S’il ne s’en prend normalement pas aux êtres humains, il peut, selon des experts, se sentir menacé par des importuns et les attaquer. (Selon "20 minutes")

NB : Aux dernières nouvelles, et contre toute attente,  le morse a été euthanasié.

Posté par jl boehler à 02:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 15 août 2022

Épinal : quatre jours de jeûne pour réclamer la non-prolifération des armes nucléaires

Le rendez-vous est une tradition respectée chaque année à la même période. Du 6 au 9 août, les militants de Vosges alternative au nucléaire et Abolition des armes nucléaires se réunissent devant le kiosque du parc du Cours.

_pinalPendant quatre jours, ils jeûnent durant ce laps de temps symbolique, les dates anniversaires des bombes atomiques lâchées sur les villes japonaises d’Hiroshima et Nagasaki.

Ce dimanche, ils étaient une petite dizaine à poursuivre le jeûne, malgré la chaleur de l’été. « Nous souhaitons l’abandon des armes nucléaires. Cette année, l’actualité de la guerre en Ukraine est importante. Cela montre la gravité de la situation », insiste Jean-Luc Tonnerieux, co-président de "Vosges alternative au nucléaire".

En France, ils sont cinq groupes à suivre cette initiative déclinée dans tous les continents. « À l’ONU, 66 pays ont ratifié le traité d’interdiction des armes nucléaires et presque autant sont en voie de le faire. Certains avaient déjà lancé leur programme de développement et l’ont abandonné. Il est primordial que les pays respectent l’article numéro 6 du traité sur non-prolifération conclu en 1968 et qui stipule qu’il est nécessaire de tendre vers un désarmement de bonne foi », poursuit Jean-Luc Tonnerieux. (selon "Vosges-Matin")

Posté par jl boehler à 06:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 14 août 2022

Venezuela : les manifestations se multiplient

Des syndicats de fonctionnaires ont défilé le 2 août à Caracas, pour dénoncer des nouvelles coupes budgétaires, alors que le pays subit toujours la crise économique. Des protestations désormais quotidiennes qui renforcent la pression sur le président Nicolás Maduro.

venezuela1Énième manifestation sur fond de crise économique sans fin au Venezuela. Au bruit des casseroles et des poêles martelées, plusieurs centaines de Vénézuéliens ont fait le 2 août une « marche des casseroles vides » dans les rues de Caracas. Menés par des syndicats du secteur public, professeurs, infirmiers et retraités ont défilé devant le ministère du travail. Ils réclament le versement de plusieurs primes par le gouvernement de Nicolás Maduro, au pouvoir depuis 2014 : la prime des vacances - 1,48 euro par mois - aux enseignants, qui devait être accordée en juillet, ne l’a pas été.

22 manifestations par jour

Le calcul de celle-ci, versées aux employés de l’éducation à la fin de l’année scolaire, a été faite sur la base des salaires de 2021 par l’Office national du budget (Onapre). Les syndicats assurent eux, ne pas avoir perçu cette prime (comme d’autres) et dénoncent une «violation » de leurs droits du travail.

Loin d’être un épiphénomène, c’est une nouvelle manifestation de la colère qui s’exprime désormais quotidiennement dans le pays. Au premier semestre de 2022, l’observatoire vénézuélien des conflits sociaux en a enregistré 3 892 dans le pays. Plus de 1 600 d’entre elles ont eu lieu pour réclamer des salaires décents. Des chiffres qui donnent le tournis : en moyenne, cela représente 22 manifestations par jour, soit une hausse de 15 % par rapport à l’année passée.

Le pays traverse une profonde crise économique depuis 2015, provoquée initialement par la baisse du coût du pétrole, principale ressource économique du pays. Les sanctions américaines, la mauvaise gestion de l’économie due à la corruption ont provoqué une hyperinflation (jusqu’à 3 000 % en 2020) et plongé les habitants dans la misère. Trois quarts de la population vit actuellement sous le seuil de pauvreté. L’économie est exsangue : en neuf ans, le PIB national a chuté de 80 %.

Menaces sur la rentrée scolaire

Début de 2022 une légère reprise a été enregistrée avec la remontée des prix du pétrole liée à la guerre en Ukraine et à l’adoption généralisée du dollar américain. Mais alors que l’inflation grimpe toujours (53 % en 2022), les salaires ont stagné. Pour un professeur, le revenu moyen avoisine les 50 dollars (48,5 euros) par mois depuis mars dernier. Une somme dérisoire, alors que le prix du panier alimentaire moyen d’un Vénézuélien est presque huit fois plus élevé. Et reste inaccessible pour la plupart des ménages.

À Caracas, hier, les manifestants ont remis leurs demandes au ministère du travail et annoncé qu’ils resteront dans les rues jusqu’à ce qu’ils obtiennent une réponse des autorités. La fédération des enseignants du Venezuela, qui regroupe une grande partie des professeurs, a déclaré se préparer à ne pas assurer la rentrée scolaire en septembre, si le gouvernement de Maduro ne remplit pas ses obligations​ envers le corps enseignant. (selon "Ouest-France")

venezuela

Posté par jl boehler à 04:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 13 août 2022

Dictature militaire en Birmanie

L'Asean hausse le ton contre la junte

birmanie1L’Association des nations d’Asie du Sud-Est hausse le ton contre la Birmanie, sans pour autant imposer de sanctions à la junte. Les chefs de la diplomatie des pays membres du bloc, réunis à Phnom Penh, ont exhorté les autorités de Naypyidaw d’appliquer l’accord de sortie de crise en cinq points convenu trois mois après le putsch entre le régime militaire et l’Asean.

Dans une déclaration commune, les diplomates se disent « profondément déçus par le progrès limité et le manque d’engagement de la junte dans la mise en œuvre du consensus en cinq points ». Un accord qui prévoyait, entre autres, de mettre fin aux violences, d’entamer le dialogue avec les partis d’opposition et de nommer un envoyé spécial de l’Asean dans un rôle de médiation.

Isolée sur la scène internationale, la Birmanie n’a pas été invitée au sommet de Phnom Penh en signe de protestation du bloc contre les récentes exécutions d'opposants politiques. L’Asean n’envisage pas à ce stade d’exclure son partenaire de l’organisation, un nouvel examen de la situation aura lieu lors du prochain sommet en novembre.

Signe que certains pays perdent patience, le Premier ministre cambodgien Hun Sen a prévenu mercredi 3 août que de nouvelles exécutions de prisonniers pourraient contraindre le bloc à repenser l’accord. Selon l’ONU, plus d’une centaine de prisonniers se trouvent actuellement dans le couloir de la mort.

birmanie2

Posté par jl boehler à 03:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 12 août 2022

Donald Trump lâché par les médias

L’ancien président américain, Donald Trump, continue de dire que l’élection de 2020 était truquée. Il a eu droit à des articles incendiaires ce week-end dans des médias du groupe Rupert Murdoch. La preuve que la relation entre les deux hommes est peut-être en train de basculer définitivement.

donaldIl y a des signes qui en disent long. Et dans ce cas, il suffisait de garder un œil sur les médias appartenant au magnat Rupert Murdoch. Jusqu’ici, Donald Trump était comme chez lui sur Fox News. Et le New York Post lui servait souvent de plateforme.

Mais ces derniers jours, ces mêmes médias semblent lâcher l’ancien président. Fox News d’abord, contrairement à son habitude, la chaîne a choisi de ne pas diffuser en direct le meeting de Donald Trump qui avait lieu vendredi soir dans l’Arizona.

Éditoriaux très critiques

Quelques jours auparavant, le New York Post et le Wall Street Journal ont tous deux publiés des articles et des éditoriaux très critiques envers l'ancien président. Les quotidiens estiment notamment que Donald Trump a manqué à son devoir le 6 janvier 2021. Qu’il a perdu la légitimité pour diriger à nouveau le pays. « Le caractère d’un leader est révélé en temps de crise, écrit par exemple le Wall Street Journal, Donald Trump a échoué le 6 janvier. ».

Ce changement intervient après les auditions de la Commission du 6 janvier, signe que Rupert Murdoch y a prêté attention et estime qu’il est temps de tourner la page Donald Trump. D’ailleurs, ce vendredi soir, au lieu du meeting de Trump, Fox News diffusait une interview de Ron De Santis, le gouverneur de Floride qui affiche d’ores et déjà des ambitions pour la prochaine présidentielle. (selon RFI)

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 11 août 2022

Le chat, espèce invasive en Pologne

Un institut scientifique polonais déclare les chats comme "espèces exotiques invasives" et déclenche un tollé.

Le chat, espèce invasive ? L'Académie polonaise des sciences a inscrit au mois de juillet les chats sur la liste des espèces invasives en raison des répercussions sur la biodiversité liées au grand nombre d'oiseaux et d’animaux qu'ils chassent.

chatFelis catus a été inscrit par l'Institut dans la base de données nationale gérée par l'institut de conservation de la nature de l’Académie. Les dégâts infligés aux autres animaux sauvages, et notamment les oiseaux, sont invoqués.

Consensus scientifique

Wojciech Solarz, biologiste à l'Académie polonaise des sciences, a décrit le consensus scientifique croissant selon lequel les chats domestiques ont une incidence néfaste sur la biodiversité étant donné le nombre d'oiseaux et de mammifères qu'ils chassent et tuent.

Les critères pour considérer ces félins parmi les espèces invasives "sont remplis à 100" %", déclare le scientifique à l'agence Associated Press. Mais des réactions agacées se sont fait entendre. Dorota Sumińska, l'auteur d'un livre intitulé "The Happy Cat" (Le Chat heureux), a souligné d'autres causes de diminution de la biodiversité, notamment un environnement pollué et des façades de bâtiments urbains qui peuvent tuer des oiseaux en vol.

140 millions d'oiseaux tués chaque année

Mais les scientifiques polonais ont mis en avant les 140 millions d'oiseaux tués chaque année en Pologne par les chats. D'autres pays ont également pris des mesures pour limiter les effets des chats sur la biodiversité. En 2016, l'Australie a par exemple lancé un plan d'éradication de millions de chats errants. À l'époque, le commissaire australien aux espèces menacées expliquait : "L’Australie a perdu 29 espèces de mammifères ces deux derniers siècles, et les chats ont contribué à la plupart de ces extinctions". (selon "GEO")

Posté par jl boehler à 06:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 10 août 2022

Mali : une organisation peule dénonce des violences ciblées

Alors que les autorités maliennes de transition démentent toute allégation d’exactions ciblées de son armée contre les Peuls du Mali et accusent ceux qui se risquent à évoquer le sujet d’inciter à la haine et de nuire à la cohésion du pays, l’organisation culturelle peule Tabital Pulaaku Mali fait part de son inquiétude.

mali1Une organisation culturelle peule, Tabital Pulaaku Mali, a fait part ce mercredi de son inquiétude dans un communiqué. Elle y condamne d’abord toutes les attaques ayant frappé l’armée malienne, qui ont été nombreuses ces dernières semaines.

Mais l’organisation communautaire peule déplore également que ces attaques servent de prétexte pour « la poussée d’un sentiment de haine » et des « appels à la violence », contre les Peuls spécifiquement, notamment sur les réseaux sociaux.

Plus grave encore, Tabital Pulaaku « enregistre de nombreux cas d’arrestations » qualifiées d’« arbitraires » et d’« injustifiées », et dénotant, selon l’association, « stigmatisation » et « amalgame ». Et de rappeler certaines évidences : « Tous les Peuls ne sont pas des jihadistes », « tous les jihadistes ne sont pas des Peuls » et, selon la loi, « la responsabilité de l’infraction est individuelle ». Une manière de dénoncer des actes perçus comme une punition collective contre la communauté peule.

« Soumission ne signifie pas adhésion »

L'association rejette aussi les accusations de collusion avec les groupes terroristes, dans des zones échappant au contrôle de l'Etat. C’est notamment le cas de nombreux villages du centre du Mali, où s’exerce la domination de la katiba Macina, dirigée par Amadou Kouffa et membre du Jnim, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, lié à al-Qaïda. « Dans les zones sous occupation jihadiste, les populations sont soumises contre leur volonté », rappelle l’association,et « soumission ne signifie pas adhésion ». Tabital Pulaaku demande la libération de plusieurs dizaines de Peuls arrêtés sans qu’aucun lien ait pu être établi avec les groupes terroristes.

Elle sollicite également des enquêtes sur l’assassinat de 16 notables peuls du hameau de Zanancoro en juin dernier, de « l’enlèvement et la détention » au camp militaire d’Alatona dans le cercle de Niono, de « plusieurs dizaines de personnes depuis plus de deux mois » et « de l’arrestation et de la détention » de 21 villageois de Diaba, près de Sofara.

Tabital Pulaaku salue les propos du chef d’état-major de l’armée malienne, qui a dénoncé les amalgames. L’association demande enfin au Premier ministre Choguel Maïga, qui avait en avril dernier évoqué une « rébellion peule » en préparation au Mali, et surtout au président de transition, le colonel Assimi Goïta, de prononcer rapidement « un discours d’apaisement ». (selon RFI)

mali

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 9 août 2022

Pakistan, refuge historique des cadres d’al-Qaida

Pendant sa cavale, Ayman al-Zawahiri a pu compter sur la mouvance talibane et djihadiste pakistano-afghane.

alqaida2Il aura fallu plus de vingt années aux services de renseignement américains pour éliminer le chef d'al-Qaïda. Son prédécesseur, Oussama Ben Laden, n’avait pas tenu aussi longtemps, lui qui fut abattu par les Navy Seals au Pakistan en 2011. Cette capacité de l’islamiste égyptien à rester en vie en dit long sur la solidité de ses réseaux au Pakistan et en Afghanistan.

Arrivé en Afghanistan en 1997, Ayman al-Zawahiri quitte le pays en catastrophe en décembre 2001. Le régime des talibans afghans, qui avait autorisé al-Qaida à résider sur son territoire, vient de s’effondrer sous les coups de boutoir de la résistance afghane et des bombardiers occidentaux. Zawahiri se trouve à Tora Bora, dans les montagnes du Spin Ghar, dans le Nord-Est afghan, et il passe au Pakistan. Il s’installe au Waziristan du Sud, dans les zones tribales pakistanaises, non loin de la frontière afghane. Comme beaucoup de combattants d’al-Qaida, Zawahiri a sans doute bénéficié de l’aide logistique du réseau Haqqani…

alqaida1

Posté par jl boehler à 02:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,