Différences : le blog de Jean-Louis BOEHLER

vendredi 28 juillet 2017

Touristes arnaqués

Avion payé, mais pas de réservation !

billet_avion_decollage

Quatre-vingt-dix personnes ont déposé plainte mardi devant le tribunal correctionnel de Lyon contre l’agence Anatolia Voyage pour escroquerie. Certaines ont constaté que leur réservation n’avait jamais été effectuée alors que les billets avaient été payés. D’autres, coincées à l’étranger, ont appris que le vol retour n’existait pas

Pour eux, les vacances ont tourné au cauchemar. Ces touristes pensaient avoir réservé des séjours de rêve (pour la majorité en Turquie) mais rien ne s'est déroulé comme prévu, rapporte franceinfo.

Tous ont un point commun, avoir fait confiance à cette agence. Mais, l'établissement du second arrondissement de la ville a mis la clé sous la porte.

Au total, une centaine de victimes ont déposé plaintes devant le tribunal de Lyon. Certains passagers n'ont pas pu prendre l'avion car leur billet n'avait pas été payé par l'agence. "Et puis, on a des gens qui vont pouvoir faire l'aller mais lorsqu'ils sont arrivés à l'aéroport pour rentrer, le retour n'avait pas été payé", explique à franceinfo Aurélie Sauvayre, l'avocate en charge de l'affaire. Certains voyageurs ont également appris que leur vol n'existait pas.

Cette agence de voyages facturait donc les billets d'avion aux clients mais sans effectuer la réservation. D'après l'avocate, le préjudice pourrait s'élever au moins à 200 000 euros. Une page Facebook a été créée afin de rassembler les victimes. Aujourd'hui, l'agence reste injoignable. Selon des informations de franceinfo, les responsables se seraient envolés à l'étranger.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 27 juillet 2017

Fécondité en Afrique

La CEDEAO se plie aux desiderata de Macron

Femme_Enceinte_7

Au sommet du G20 en Allemagne, le Président Macron dénonçait le taux de fécondité comme facteur d’appauvrissement de l’Afrique. Les parlementaires de la CEDEAO semblent donc se résigner à cette assertion en luttant désormais contre la forte démographie africaine.

La capitale burkinabè Ouagadougou accueillait, ce week-end, une rencontre régionale sur la démographie. Outre les 15 pays de la CEDEAO, les parlementaires de la Mauritanie et du Tchad ont tous répondu présent. Il était question, lors de ces assises, d’évoquer la baisse de moitié du taux de fécondité à l’horizon 2030. Et ce, par la limitation à trois du nombre d’enfants par femme africaine.

Ainsi, le président de l'assemblée nationale burkinabè Salifou Diallo, hôte de la cérémonie, a-t-il déclaré : « Les parlementaires de la Cédéao, de la Mauritanie et du Tchad ont convenu que, d’ici 2030, les parlements devaient inciter les gouvernements à mettre en place des politiques tendant à faire en sorte que chaque femme ait au plus trois enfants pour maîtriser le boom démographique. » Puis, il ajoute : « Il est urgent de contenir la poussée  démographique dans l’espace Cédéao pour promouvoir un réel développement viable et durable. »

Cependant, certains observateurs s’interrogent sur « l’urgence » alléguée par Diallo. D’autant plus que quelques jours plus tôt, le président français Emmanuel Macron déclarait que les financements des bailleurs de fonds vers l’Afrique seraient englouties par le fait que les femmes africaines avaient en moyenne huit maternités chacune. Propos qui avaient suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. Le timing entre la déclaration de Macron et celles des parlementaires de la CEDEAO est très criant. A telle enseigne que cela s’apparente à une dictée de l’Occident aux Africains. Comme si les leaders africains n’attendaient que le signal de leur puissance tutélaire pour prendre conscience de leurs réalités. Ou bien est ce la condition sine qua non pour recevoir le financement de Macron, fervent soutien de la Françafrique ? (Rufus Polichinelle, "Afrique sur 7")

Posté par jl boehler à 00:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 26 juillet 2017

La démacronisation est en marche

Baisse des APL : Robert Hue lâche Macron 

hue1

Soutien d'Emmanuel Macron, l'ancien Premier secrétaire du Parti Communiste Français dénonce la baisse des aides aux logements décidée par le gouvernement.

La baisse des APL n'en finit pas de faire couler l'encre. Cette fois, c'est l'ancien premier secrétaire du Parti Communiste Français Robert Hue, soutien d'Emmanuel Macron lors de l'élection présidentielle, qui a pris sa plume pour dénoncer la baisse des aides au logement. Dans un communiqué du mouvement des progressistes, sa nouvelle formation politique, Robert Hue dénonce une mesure "particulièrement indécente", conjuguée à l'annonce de la baisse de l'impôt sur la Fortune (ISF), qui "touchera des familles et des jeunes dont on connaît bien les difficultés".

"Fidèle à son profond attachement à la justice sociale, le Mouvement des Progressistes s’insurge contre cette décision et souhaite qu’une toute autre direction soit prise afin que les propositions faites pendant la campagne électorale par le candidat Emmanuel Macron – hausse du pouvoir d’achat, protection des classes sociales les moins favorisées – soient véritablement mises en oeuvre", a averti le sénateur du Val-d'Oise.

Posté par jl boehler à 01:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 25 juillet 2017

Le Drian avale des couleuvres

Vers une démission de Le Drian ?

couleuvres

La question n'est déjà plus de savoir s'il va démissionner, mais quand. La démission du général de Villiers a été un nouvel épisode du désenchantement de l’ancien ministre de la Défense du président Hollande. Si Jean-Yves Le Drian a salué le « grand soldat » qu’est l’ ancien chef d’état-major des Armées, en revanche la nomination du général Lecointre l’a laissé de marbre. 

Un Le Drian meurtri

Le Breton a peu apprécié le discours du président Macron à l’hôtel de Brienne, le 13 juillet. Il a été meurtri par les discours contre les pratiques anciennes du ministère de la Défense vis-à-vis de Bercy et, notamment, les attaques contre son ancien directeur de cabinet, Éric Lewandowski. Le premier ministre, le ministre de l’Economie et des Finances et celui des comptes publics sont issus du parti Les Républicains et ne sont pas réputés pour être des amis de l’ancien ministre préféré du président Hollande. Les économies demandées au ministère des Armées, qui n’est plus chargé seul de la Défense, sont aussi une stratégie visant à mettre la lumière sur les faveurs du hollandisme envers les militaires et de leur ancien ministre. Bercy tient sa revanche. Les échanges entre Darmanin et Le Drian doivent être très différents de ceux qu’avaient jadis Jean-Yves Le Drian avec Michel Sapin.

La revanche des diplomates

ledrian1

De même au Quai d’Orsay, Jean-Yves Le Drian mesure l’hyper présidence d’Emmanuel Macron. Les diplomates prennent aussi leur revanche sur les militaires. La politique étrangère est, plus que jamais, définie à l’Élysée avec Philippe Étienne, le conseiller diplomatique, et Franck Paris, le conseiller Afrique. Ces deux diplomates sont des spécialistes de l’Europe et de l’Afrique, aussi le ministre des Affaires étrangères se trouve souvent cantonné dans un rôle de porteur de messages. Jean-Yves Drian est aussi sous la surveillance rapprochée de son dircab, Emmanuel Bonne, spécialiste du Proche et Moyen Orient qui vient du Liban où il etait ambassadeur mais qui avait été aussi, jadis, un collègue apprécié d’Emmanuel Macron, à l’Élysée. Il n’est pas sûr que ce nouveau rôle ministériel convienne à l’ancien « duc de Bretagne ».

Entre deux

Sur ses terres bretonnes, Jean-Yves Le Drian a également beaucoup perdu de son aura. Son ralliement précoce au candidat Macron a déçu les socialistes bretons, légitimistes envers le président Hollande. Le Drian n’est plus des leurs, d’autant qu’il n’est plus le président du conseil régional. Lâché par les socialistes, il n’est pas devenu pour autant un leader macroniste. La place est prise. Richard Ferrand tisse sa toile pour devenir le nouveau « duc de Bretagne », sans égards pour Jean-Yves Le Drian qui commence à s’interroger sur sa place dans un tel gouvernement. Homme de caractère et en bon Breton, le Lorientais ne mangera pas son chapeau très longtemps.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 24 juillet 2017

Représentation féminine chez Macron ?

Les ministres-femmes sont-elles les bonnes à tout faire du président ?

Florence_Parly_2017__cropped_

Lors de l'épisode Villiers-Macron, la ministre avait complètement disparu des radars. Pourtant, c’est elle qui aurait dû porter le clash budgétaire avec Villiers. En tant qu’ancienne secrétaire d’Etat au Budget, responsable des Armées, elle a laissé s’installer un duel président-chef d’état-major, elle était complètement ailleurs. Son rôle, Emmanuel Macron l’a d'ailleurs réaffirmé mercredi en affirmant que François Lecointre "n’aura non pas un budget à défendre, car c’est le rôle de la ministre des Armées, il aura des troupes à défendre, des opérations à mener". Et pourtant, bien présente à Istres, Jupiter ne l'a pas laissé apparaître à une quelconque prise de vue lors de son discours aux militaires. Serait-elle là comme "éventuel fusible" ou comme "bonne à tout faire, notamment cirer les bottes" ? A chacune et chacun de juger. Elle a quand même eu le droit d'annoncer le nom du successeur du démissionnaire Villiers, à savoir le général Lecointre.  Mais on a bien compris qu'elle ne faisait que répéter le nom "soufflé par le chef". 

Et Laura Flessel ?

laura

Ancienne escrimeuse, ministre des sports, à quoi sert-elle ? En ces temps de vacances, elle est en Afrique, très exactement à Abidjan.

 

Ce vendredi s'est ouvert la 8e édition des Jeux de la Francophonie qui se tiendra du 21 au 30 juillet 2017, en Côte d’Ivoire. Cette huitième édition ambitionne de s’inscrire dans un projet de développement et de renforcement de cohésion nationale pour la Côte d’Ivoire, un voeu pieu alors que les militaires rebelles continuent de faire régulièrement parler les armes ces dernières semaines. Macron avait promis à son homologue ivoirien Ouattara d'être présent. Mais les militaires français et les mutins ivoiriens en ont décidé autrement. Les jeux de la francophonie, vous connaissez ? Pas un media français n'en parle. Alors Laura Flessel suffira ! Elle assistera à l’ouverture et accompagnera les premiers pas de la délégation tricolore, décision du chef ! 
Elle profitera de son déplacement pour poursuivre ses échanges avec ses homologues internationaux et les présidents de fédérations afin de poursuivre le développement du réseau d’influence de la France à l’international a-t-elle déclaré. Il faut bien dire quelque chose ! Laura est une bonne palliative du chef, qui lui s'intéresse beaucoup plus au très médiatique Tour de France. Passer à la télé française, c'est plus important ! Et après tout, le chef ira à Assinie (résidence côtière du président Ouattara en Côte d'Ivoire) pour le réveillon de Nouvel An ... en compagnie de l'habitué Nicolas Sarkozy ?
Marlène Sciappa, punie ?

 

marlene

Secrétaire d'Etat à l'égalité hommes/femmes, elle semble avoir une langue qui fourche souvent. Ainsi, elle a annoncé au Sénat que  "les subventions aux associations ne baisseraient pas d'un euro". Oui mais voilà, elles auraient diminué de 25% ! Elle a certes essayé par la suite de noyer le poisson en disant que la baisse se fera sur les budgets de fonctionnement, et pas sur les subventions des associations. Mais les responsables d'associations n'ont pas été dupes et restent très fâchés. Voilà qui n'a pas dû plaire au chef qui 'aime guère la contradiction. 

Et voilà qu'elle dérape encore à propos des chiffres des viols et se fait recadrer par l'Insee. Alors que la secrétaire d'État rencontrait la délégation aux Droits des femmes du Sénat jeudi 20 juillet, elle s'est permis de faire un raccourci sur les agressions sexuelles, révèle Le Lab d'Europe 1. Elle a affirmé tout de go que les viols étaient plus fréquents dans le nord que dans le sud. Selon Le Lab, Marlène Schiappa se sert d'une enquête de l'Insee de 2014 qui fait état de "576 plaintes dans le Nord, dix en Corse dont une sur voie publique". Attention, Marlène, le chef va se fâcher !

Posté par jl boehler à 02:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 23 juillet 2017

RN 59 : Zone test, non mais ...

Des économies au détriment de la sécurité !

test"On se fout de la gueule du monde ! un travail de cochon ! Une honte !" voilà les commentaires recueillis sur les réseaux sociaux  à propos des travaux concernant le revêtement de la RN 59 entre le giratoire de Lièpvre et le tunnel. "Une zone test" sur une route déjà très dangereuse,  n'est-ce pas tout simplement irresponsable et criminel ?

Et on est tout simplement sidéré par les propos de la "DIREST" (Direction Interdépartementale des Routes Est) : "Nous avons appliqué une double couche de gravillonnage. On verra ce que ça donne sur la RN 59". C'est du tout vu ! avec des gravillons sur des bords de route non définis, voilà qui va permettre aux véhicules d'aller plus facilement dans le fossé. "Traitement comme sur une départementale !" Faut pas se gêner !

Le tout, pour économiser 10000 €. Les victimes, on les comptera plus tard.

Posté par jl boehler à 00:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 22 juillet 2017

Eddy Merckx n'apprécie pas le tour de France 2017

La légende du cyclisme belge trouve que les étapes ne sont pas assez captivantes et que le Tour manque de spectacle.

merckx

Eddy Merckx était en visite sur le Tour de France vendredi dernier. Le quintuple vainqueur de l’épreuve n’est pas vraiment enthousiaste au sujet de l’édition 2017. «  J’ai regardé le Tour, mais je ne l’ai pas vraiment trouvé intéressant.  »

Merckx était présent au départ de la 19e étape, à Embrun, aux côtés du manager du Sporting d’Anderlecht et de Justine Henin. «  C’est toujours chouette de venir au Tour  », a-t-il déclaré avant le départ. «  J’ai suivi toutes les étapes, mais elles ne m’ont pas vraiment captivé. Ce n’était pas un grand Tour, il y a eu peu de spectacle. Beaucoup d’étapes étaient assez ennuyeuses. J’ai souvent regardé le départ puis fait autre chose. Je ne suis pas resté des heures devant la télévision.  »

Merckx trouve que le parcours aurait pu être mieux dessiné. «  Ces longues et plates étapes doivent changer. Il ne se passe presque rien : une échappée qui est reprise dans les derniers kilomètres. Il y avait trop d’étapes où tu savais à l’avance qu’il ne se serait rien passé.  »

Le Cannibale s’attendait à une plus grande lutte entre les ténors. «  Je m’attendais quand même à quelque chose en montagne. Maintenant bon, Froome a toujours roulé défensivement, se défendait très bien et pouvait compter sur une équipe très forte. Lors du chrono d’ouverture, quatre hommes de Sky ont fini dans le top dix. Il ne s’est presque rien passé dans ce Tour. Beaucoup de leaders n’ont rien fait d’autre qu’attendre. Froome lui-même n’a jamais attaqué, mais il gagnera le Tour, donc s’est bien défendu. Il n’a rien fait d’exceptionnel, mais il n’y avait personne pour le battre. Il mérite la victoire. Bien entendu, il faut encore attendre le contre-la-montre, mais je ne vois pas qui pourrait encore le battre. Je ne pense pas qu’Uran puisse encore le dépasser dans le contre-la-montre.  »

Parmi les rivaux du Britannique, Romain Bardet a tenté sa chance à plusieurs reprises. «  Il a couru un bon Tour, mais n’était pas assez fort pour lâcher Froome. L’équipe de Froome est également trop forte, tu ne peux pas le nier.  »

Froome est en route vers une quatrième victoire finale au Tour. Peut-il poursuivre sa domination ? «  S’il continue à se concentrer uniquement sur le Tour, pourquoi cela devrait-il changer à l’avenir ? Il ne roule que le Tour  », a indiqué Merckx. Une conception du cyclisme que le Cannibale regrette un peu. «  Si tu vois les choses de la sorte, alors autant n’organiser que le Tour vu que c’est la seule course qui compte… Mais le cyclisme n’est pas que le Tour. L’histoire du cyclisme, c’est aussi le Tour d’Italie, Milan-San Remo, Paris-Roubaix… Toutes ces courses ont leur valeur. Je trouve dommage que tu ne le vois pas sur Paris-Nice, par exemple, ou d’autres courses.  »

Par rapport aux Belges, Merckx résume : «  la plupart des Belges roulaient au service de leur équipe. Ils ont bien roulé mais nous n’avons pas encore gagné et tu ne peux pas être satisfait de cela.  » (selon sud.info.be)

Posté par jl boehler à 02:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 21 juillet 2017

La double ou pluri-nationalité

Une réalité sociale et contemporaine

double

 La double citoyenneté ou plurinationalité est depuis quelques années de plus en plus l’objet de débats passionnés entre partisans et adversaires.

 La polémique concernant la double nationalité suit différents argumentaires. Pour les uns, le fait d’avoir une double nationalité serait être en partie étranger à ses pays. Pour les autres, la double nationalité constituerait une entorse au principe d’égalité des citoyens.

Or, un citoyen qui possède une double (ou plus de nationalités) n’est-il un citoyen a part entière de toutes ses citoyennetés héritées ou choisies ? En quoi un citoyen serait-il moins citoyen parce qu’il tiendrait à une double nationalité représentant son patrimoine humain ?

Cependant, certes la double nationalité ou plurinationalité opposée aux autres citoyens qui n’en ont qu’une seule pourrait sembler une inégalité face a ceux qui disposent d’un choix. Pourtant, l’essentiel de l’égalité des citoyens ne réside-t-il dans le seul fait que tout individu ne puisse se retrouver apatride ? De meme, l’égalité entre les citoyens ne réside-t-elle aussi dans le fait que lorsque le citoyen d’un pays possédant une double ou plurinationalité ne puisse se prévaloir d’une autre nationalité que celle du pays avec lequel il est relation ? Ainsi devant la loi, le citoyen est égal et ne saurait se soustraire à ses obligations au prétexte d’une autre nationalité.

Alors donc que la double ou plurinationalité est une richesse à partager, un héritage mixte et pourtant profondément citoyen de l’ensemble des appartenances, l’égalité véritable réside justement dans la citoyenneté entièrement exercée sans pouvoir opposer une nationalité étrangère aux fins de se soustraire à ses obligations en dehors des accords bilatéraux entre pays.

La citoyenneté exclusive des citoyens qui n’auraient qu’une nationalité par rapport aux citoyens qui disposent d’une double ou plurinationalité n’est ainsi aucunement menacée ou minorée si elle est mise sur pied d’égalité devant la loi du pays et que tout citoyen est garanti contre un arbitraire qui le transformerait en apatride.

Nul individu ne saurait en effet, n’avoir aucune patrie, aucun pays, situation des plus inhumaines. En revanche, dès lors que tout humain est assuré d’avoir une nationalité, en quoi s’opposerait, sauf cas exceptionnels tels des conflits armés, une double ou plurinationalité à un intérêt national ?

Par contre, la question à juste titre est de savoir si une double ou pluricitoyenneté en Europe demeure toujours une double ou plurinationalité ou bien si la nationalité européenne étant unique, il ne s’agirait que de double ou pluri-citoyenneté d’un même pays. Une telle interprétation voit le jour mais ne sera que pleinement valable le jour ou adviendra une Europe unitaire, régie par un centralisme démocratique moteur d’une véritable démocratie.

Dans l’hypothèse d’une Europe unitaire, la double ou pluri-nationalite serait constituée par le fait d’avoir la nationalité européenne et celle(s) d’(un) autre(s) état mais constituerait en temps de paix, toujours une richesse tant pour l’héritage ou le parcours de l’individu dépositaire que la collectivité garantie contre toute situation apatride.

En conclusion, a l’heure ou par exemple, la Chine envisage de réformer son code de la nationalité dans les prochaines années face à la réalité de citoyens chinois disposant d’une autre nationalité et fiers d’être chinois, pourquoi revenir sur une évolution des mentalités rarement combattue, même au sein de pays refusant la double ou pluri-nationalite qui sont pour l'essentiel des états justifiant légitimement leur position face a des menaces extérieures sur leur intégrité ? (Fabrice BEGUIN-HUANG)

Posté par jl boehler à 01:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 20 juillet 2017

Armes offertes, puis volées

Un grand merci, messieurs Macron et Le Drian

armes4

Dès la mi-mai, l'ancien ministre de la défense socialiste, nouveau ministre LREM Jean-Yves Le Drian (le plus rapidement opérationnel) faisait don gratuitement de matériel militaire, d'armes, de véhicules et même d'hélicoptères de combat au gouvernement ivoirien, alors que le président de ce pays Alassane Ouattara était le premier à être reçu par Macron à l'Elysée. Sans compter que dans ce pays que l'armée française était sensée quitter à la fin de l'opération Licorne, less effectifs ont été renforcés, sous prétexte que l'aéroport de Port-Bouët (Abidjan) devait servir de base arrière pour l'envoi de troupes et de matériel vers le Mali-Nord.

La bonne blague ! Voici que cette nuit du 19 au 20 juillet, des tirs ont empêché les abidjanais de dormir, des hommes masqués ont envahi deux casernes d'Abidjan, dans les quartiers de Yopougon et de Cocody, et ont "embarqué" des véhicules, des armes et des munitions. Et ce n'est pas la première fois que cela arrive dans ce pays, où les mutineries sont nombreuses et où le terrorisme a déjà fait bien des victimes.

Alors que ce matériel tombe forcément "en de bonnes mains", Macron annonce une réduction de 850 millions d'€ du budget militaire, limoge l'un des meilleurs généraux ! C'est vrai, il utilise la meilleure méthode pour éradiquer le monde du terrorisme qui le ronge. Avec du matériel vétuste par les réductions militaires, nos soldats vont-ils devoir se battre contre des bandes armées de bon matériel français ? Messieurs Macron et Le Drian, un grand merci, que vos consciences reposent en paix !

Posté par jl boehler à 11:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 19 juillet 2017

Démission

Oui chef ! Merci, chef ! Adieu, chef !

bercy

Le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers, en conflit avec le président Emmanuel Macron au sujet du budget de la Défense, a démissionné mercredi, une semaine après avoir été brutalement rappelé à l'ordre par le chef de l'Etat.

"Dans les circonstances actuelles, je considère ne plus être en mesure d'assurer la pérennité du modèle d'armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd'hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays. Par conséquent, j'ai pris mes responsabilités en présentant, ce jour, ma démission au Président de la République, qui l'a acceptée", écrit le général de Villiers dans ce communiqué.

Le maintien ou non en poste du chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, agitait depuis plusieurs jours les milieux militaires, alors qu'Emmanuel Macron a multiplié les rappels à l'ordre à son égard. Le chef de l'État lui a reproché des critiques sur le budget de la défense.

Bercy a réclamé 850 millions d'euros d'économie cette année aux armées, dans un contexte de serrage de vis budgétaire global en 2017, avec une baisse prévue de 4,5 milliards d'euros des dépenses de l'Etat.

"J'ai toujours veillé, depuis ma nomination, à maintenir un modèle d'armée qui garantisse la cohérence entre les menaces qui pèsent sur la France et sur l'Europe, les missions de nos armées qui ne cessent d'augmenter et les moyens capacitaires et budgétaires nécessaires pour les remplir", déclare le général de Villiers, en rappelant qu'il assumait les responsabilités de chef d'état-major depuis trois ans et demi.

"Dans le plus strict respect de la loyauté, qui n'a jamais cessé d'être le fondement de ma relation avec l'autorité politique et la représentation nationale, j'ai estimé qu'il était de mon devoir de leur faire part de mes réserves, à plusieurs reprises, à huis clos, en toute transparence et vérité" ajoute-t-il. (selon AFP, ce matin 9h47)

Posté par jl boehler à 10:10 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,