jeudi 11 janvier 2018

Limitation à 80 kmh sur la RN 59

Est-ce bien efficace pour améliorer la sécurité ? 107 morts sur la RN 59 depuis 1976 ! On peut se demander ce que la réduction de la vitesse de 90 kmh à 80 kmh va améliorer.

Les dangers de cette route sont répertoriés depuis belle lurette :

rn2

1) L'augmentation du trafic ! La 2x1 voie actuelle est inadaptée aux 23000 véhicules/jour (carrefour de Val de Villé) alors que tous les spécialistes de sécurité routière fixent à 17000 véhicules/jour le seuil au-delà duquel une mise à 2x2 voies s'impose.

2) Les dangers du verglas qui s'y maintient souvent du fait du peu d'ensoleillement.

3) Les platanes, qui datent de l'âge des diligences, sont en mauvais état et trop près de la route (parfois à 10 cm de la chaussée goudronnée). Jusqu'à maintenant, le manque de coordination entre le Bas-Rhin et le Haut-Rhin n'a pas permis de régler ce problème.

4) Les trop nombreux accès latéraux menant à cette route sinueuse provoquent les fautes d'attention des chauffeurs.

La seule amélioration de la sécurité sur cette route ne peut donc venir que de l'aménagement en 2x2 voies du contournement de Châtenois et d'une nouvelle route de Val de Villé à Lièpvre. Les mesures comportementales ne servent à rien si on oublie l'inadaptation de l'infrastructure. En réalité, l'Etat cache la misère de son réseau routier en culpabilisant l'automobiliste.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 10 janvier 2018

Edouard Philippe : "Faites ce que je dis, pas ce que j'ai fait"

Contrôlé à plus de 150 km/h, près de Rouen

edouard

Vendredi, 2 octobre 2015, vers 21 heures, les gendarmes du peloton autoroutier de Bourg-Achard (Eure) effectuent un contrôle de vitesse à Tourville-la-Rivière (Seine Maritime) sur l'autoroute A13 sur une portion où la vitesse est limitée à 110 kmh.

Dans la jumelle des gendarmes, le député-maire du Havre (Les Républicains), Édouard Philippe, a été contrôlé à plus de 150 km/h – 155 km/h, exactement – au volant d’un véhicule de la Ville. Le véhicule avec lequel il se rendait à Paris, pour un motif personnel - dit-il -, est celui qui lui est attribué par la Ville en tant que maire. Sur France 3 il reconnaît qu'il s'est rendu à l'Assemblée Nationale. Malgré cette précipitation, il était resté un des plus mauvais "pointeurs" aux séances. 

Les militaires de la Brigade rapide d’intervention, au volant de la Mégane RS, ont intercepté l’élu, porte-parole d’Alain Juppé en vue de la primaire… Un excès de vitesse et une interception qui ont eu lieu le jour où Manuel Valls a dévoilé son plan anti-vitesse.

Pour un tel excès de vitesse, la loi prévoit, au maximum, une amende forfaitaire de 135 euros, un retrait de quatre points sur le permis de conduire, une suspension de trois ans du permis de conduire ainsi que l’éventuelle confiscation du véhicule. Mais le futur premier ministre s'en sort avec un retrait de permis de 72 heures. Comprenne qui pourra ! 

Chope_en_exces_de_vitesse_avec_une_voiture_de_la_ville_Edouard_Philippe_le_maire_du_Havre_rend_publique_son_infraction

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 6 janvier 2018

Un radar « fou » flashe à tout-va en Moselle

Le radar installé sur la RN4, au sud du département, se déclenche si les automobilistes roulent à 70 km/h. Le tronçon est portant limité à 90km/h.

radar

Depuis quelques jours, le radar de chantier implanté sur la portion de route en travaux pour la mise à deux fois deux voies de la RN4 entre Saint-Georges et Héming au pays de Sarrebourg, flashe tout ce qui passe. Ou presque. Plusieurs centaines d’automobilistes en ont déjà fait les frais.

Sur ce tronçon, la vitesse est limitée à 90 km/h en raison des travaux en cours. Le problème, c’est que le radar se déclenche dès 70 km/h dans le sens Nancy-Strasbourg.

Payer avant d’être remboursé

Un piège pour les automobilistes, en infraction malgré eux, destinataires de contraventions indues leur intimant de débourser 68 euros. Selon la Dreal Grand-Est, consciente du problème, « ces contraventions dans le sens Nancy-Strasbourg seront annulées, le temps qu’un nouveau réglage de la machine soit fait ». En clair, il faut s’acquitter de l’amende, et envoyer dans la foulée un autre courrier avec un RIB pour être remboursé. En attendant, il vaut mieux lever le pied à l’approche de ce gigantesque chantier routier du sud-mosellan…

Posté par jl boehler à 01:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 24 décembre 2017

Il n'y a pas qu'à Châtenois que ça bouchonne !

Complément d'enquête. "Oui, j'aime les bouchons" - 23 nov. 2017 (France 2)

Autoroutes : Le grand bouchon - Documentaire

Côte d'Ivoire • L'autoroute à péage du Nord - Belle sécurité : il manque les glissières !

Humour britannique : Un bouchon sur l'autoroute ? Sortez les instruments !

Il arrive trop vite à un embouteillage sur l'autoroute et s’encastre

Posté par jl boehler à 00:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 11 décembre 2017

Chemin de fer en Afrique : au tour de Bolloré !

Côte d’Ivoire: lancement des travaux du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou

Rame_de_Sitirail_0Les usagers de la ligne de chemin de fer Abidjan-Ouagadougou attendaient avec impatience la rénovation de la voie gérée par la Sitarail. Jusqu’ici, il ne faut pas être pressé pour relier les deux capitales en train  puisque cela nécessite une journée et demie. Mais la réhabilitation devrait permettre de sérieusement raccourcir le temps de trajet. Les travaux ont donc officiellement été lancés à la gare du Plateau à Abidjan.

Evidemment, ce n'est pas le TGV

rame7

Cette voie unique qui va d’Abidjan à Ouagadougou c’est l’autre axe, avec la route, qui permet de transporter 200.000 passagers et 800.000 tonnes de marchandises par an. Mais cette voie de 1.145 kilomètres est vétuste. Les wagons qui datent des années 1970 sont fatigués au point que l’on roule à 40 kilomètres/heure de moyenne

Mais aujourd’hui, les travaux de rénovation de 853 kilomètres de voie vont être entamés. Au total, 50 ouvrages d’art vont être construits, 31 gares réhabilitées, des ponts, des passages à niveau. Les travaux d’un coût total de 260 milliards de francs CFA - 400 millions d’euros - seront financés par le groupe français Bolloré, le même que celui qui détient le marché du fuel domestique en Alsace, concessionnaire de cette voie de chemin de fer à travers les sociétés Sitarail et Bolloré Railways, et dureront jusqu’en 2021.  Le trafic sur cette voie de chemin de fer unique ne sera pas interrompu pour autant, nous assurent les responsables du groupe français. 

rame3

Les travaux par phases de huit heures se feront en alternance avec le passage des trains de marchandises ou de passagers. Résultat dans trois ans, donc, avec cette nouvelle voie et ces nouveaux wagons, des trains-couchettes. On passera à 300.000 passagers et un million de tonnes de marchandises par an. Henri Bolloré envisage de continuer la ligne au-delà de Ouagadougou vers Niamey au Niger, puis vers le Bénin et Cotonou. Pour l'instant il s'agit pourtant d'améliorer le réseau existant qui date du temps de la colonisation.

rame9Jonction prévue avec la ligne Parakou - Cotonou au Bénin

rame5Un manque évident de gares

rame6Peu de passages à niveau sécurisés

rame1Vieux pont écroulé depuis 2016

Posté par jl boehler à 00:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 9 octobre 2017

10 avril 1985

Un accident grave s’est produit à Belval, au pied du col du Hantz dans les Vosges, où un camion-citerne qui roulait trop vite dans une descente, à la suite d'une rupture des freins, a percuté une maison avant de déverse son chargement de fioul et d’exploser. Neuf bâtiments ont été détruits, six autres sérieusement endommagés. Par miracle, il n’y a qu’une victime, le chauffeur du camion. Même la rivière locale était en feu sur plusieurs centaines de mètres. 

A la suite de cet accident, pour éviter les catastrophes dûes aux ruptures de freins des poids-lourds, les "voies de détresse" ont été préconisées partout au bas des cols. Encore aujourd'hui, ces aménagements se comptent dans le massif vosgien sur les doigts des mains. 

belval1

belval2

belval3

belval4

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 8 octobre 2017

Conférence de presse de l'association des élus du massif vosgien

Les cols sont dangereux, mais les mesures proposées aussi !

cols5J'ai cru rêver en lisant les propositions de circulation de l'AMV : un plan col par col à partir de 2018 pour interdire ou réguler le passage des camions. Pourtant, depuis la fermeture du tunnel de Ste-Marie-aux-Mines en 2000 (suite aux graves accidents des tunnels du Mont-Blanc et des Tauern (Autriche), des arrêtés préfectoraux d'interdiction existent. Il y en a plus de 20 ! Encore faudrait-il qu'ils ne soient pas contradictoires, ni dans les textes, ni dans leur signalisation. Un chauffeur de poids-lourd peut ne rien y comprendre tant c'est compliqué.

J'ai cru rêver aussi lorsqu'on annonce le contournement de Châtenois pour 2020, alors que rien n'est commencé. Et encore faudrait-il respecter le schéma d'orientation du territoire et la D.U.P. Schéma d'orientation du territoire : établi en 1976 et renouvelé  en 1991. La RN 59 est classée en grande liaison du territoire, et doit permettre à l'Alsace, et même le Pays de Bade, d'avoir une voie rapide vers Paris.

cols7

L'AMV met surtout l'accent sur la sécurité et les nuisances dans les cols. J'y souscris : évidemment, les cols sont dangereux, surtout en hiver. Il faut donc orienter leur trafic vers le tunnel. 

J'ai donc cru rêver aussi en entendant Mr. Tacquard, vice-président de l'AMV, affirmer que le tunnel de Ste-Marie-aux-Mines ne devait servir qu'au transport régional... en contradiction complète avec les orientations de la Région et du gouvernement. L'AMV semble oublier totalement l'intérêt économique de la RN59 et de son tunnel transvosgien. Et c'est là que le bât blesse le plus. En 2000, une méchante guéguerre a opposé les élus alsaciens aux vosgiens sur le doublement du tunnel. Les alsaciens ont gagné, les lorrains avaient raison. On en paie déjà le prix : le tunnel est à saturation de camions alors que les internationaux y sont interdits ! Bref, on est dans l'impasse totale.

Et les vallées périclitent et se vident. Envoyer 60% des salariés sur la route matin et soir, pour aller travailler dans la plaine, n'assure pas la sécurité ! Aussi est-il étonnant que personne n'imagine plus une nouvelle route de Lièpvre à Val de Villé.

Autrement dit, l'AMV va remplacer en 2018 un plan de circulation par un autre, en ne réglant en rien l'insécurité dans le Centre-Alsace. C'est bien dommage.

vosges

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 4 octobre 2017

Après la visite de Le Drian à Abidjan

Les 1,4 milliards d'Euros de financement deviennent 2 milliards prêtés

plateau_2010_abidjan_0

Le ministre des Affaires Etrangères Jean-Yves Le Drian était à Abidjan, comme annoncé. Voici ce qu'en dit RFI (Radio France International) : "Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian a assisté, lundi 2 octobre, à l'ouverture de la deuxième édition des rencontres économiques franco-africaines, Africa 2017, dont l'objectif est de relancer les échanges entre la France et l'Afrique dans le secteur privé. Il a réitéré le soutien de la France à la Côte d'Ivoire, soulignant que Paris avait accordé un prêt de deux milliards d'euros devant notamment servir au financement du métro urbain d'Abidjan.

C'est l'un des projets emblématiques du moment dans la capitale économique ivoirienne. La construction du métro de la ville, qui permettra le transport d'environ 300 000 personnes par jour, vise à « résoudre le problème des embouteillages à Abidjan, qui engendrent des pertes importantes pour l'économie ivoirienne », a ainsi indiqué l'ancien ministre des Transports Gaoussou Touré.

C'est l'heure de la présentation du projet en gare de Treichville : « Bonjour à tous. Je suis Kinapara Coulibaly, directeur général du Bureau national d’études techniques et de développement (BNETD)… » Sur l’écran, un magnifique train gris et bleu traverse la ville d’Abidjan à vive allure ; mais c'est un convoi qui est encore virtuel. Le tracé de cette ligne n°1, lui, est déjà dessiné : 37 kilomètres du nord au sud de la ville, « en passant par la commune d’Abobo, Adjame, Plateau, Treichville, Marcory et Port-Bouët… », continue Kinapara Coulibaly."

Voitures pare-choc contre pare-choc

Pour mieux se rendre compte de l'ampleur du chantier à venir, direction l’unique voie de chemin de fer à bord d’une draisine. Avant d’arriver dans le sud du quartier d’Adjamé, le petit train jaune se fraie un passage entre les habitants qui traversent les voies. De part et d’autre, des rails, des baraques de taule et de parpaings. Sur la bretelle d’autoroute en contrebas, les voitures sont pare-chocs contre pare-chocs.

Dans cinq ans, cette scène n’existera peut-être plus. « Quand on traverse ces zones très déshéritées, précise Jean-Yves le Drian, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, qui vont être transformées inévitablement, il faudra aussi un accompagnement social très important. Il va permettre la réhabilitation de plusieurs quartiers. Il va permettre un brassage de population. Et il va être aussi très important pour l’environnement. »

Selon nos informations, 80 millions d’euros ont été programmés au titre du dédommagement pour le démantèlement de l’habitat informel sur le tracé de la ligne numéro 1 du métro d’Abidjan."

Ivoiriens entubés, l'arnaque est en place !

Le Drian est un excellent VRP et négociateur pour Macron qui est en fait le vrai décideur de cette affaire. Il n'est pas utile de revenir sur la façon dont Bouygues a remplacé Alsthom sur ce marché ivoirien. Voyons plutôt la suite.

abidjan_adjame_train_futur_metro_0

Il s'agit de rendre l'affaire crédible et populaire, et non de convaincre les responsables ivoiriens qui se sont déjà ralliés aux exigences macroniennes. Alors on présente un beau métro bien conçu et on l'oppose aux pauvres rues de la banlieue abidjanaise. Il apparaît comme une évidence que les abidjanais ne peuvent pas continuer à vivre dans ces conditions, surtout qu'on leur promet "l'émergence pour 2020" ! Evidemment, Le Drian n'est pas là pour prendre en compte leurs voeux prioritaires : ce sera le métro de Bouygues ! Et comme les asiatiques (Japon et Corée du Sud) présentent des projets 30% moins cher, on va jusqu'à promettre de "financer" la différence. Différence de 1,4 milliards d'€ donnés devient brutalement un crédit de 2 milliards : et voilà le tour de passe-passe est réussi ! Finalement, les ivoiriens paieront, leurs dirigeants se féliciteront de cette réussite qui les fera réélire, Macron et Bouygues seront contents du bon tour joué à Alsthom-Lohr-Siemens l'allemand.

Quant aux 80 millions de dédommagement, on peut se demander où ils iront. Lors des inondations du début d'année 2017, le président Ouattara était venu à Strasbourg quémander une aide (qui s'est élevée à 18 millions d'€) dont peu d'Ivoiriens sinistrés ont vu la couleur. Bien au contraire, la plupart a été sommée de "déguerpir" et vit encore aujourd'hui dans la précarité et la misère. Dans ces histoires, on peut se demander qui sont "les brouteurs" (terme ivoirien pour désigner les arnaqueurs). Pas forcément ceux que l'on croit. Dans le monde rothschildo-macronien, tous les moyens sont bons, y compris l'exploitation de la misère du monde.

Ouattara_et_Le_Drian_Jpg

Posté par jl boehler à 01:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 2 octobre 2017

Jean-Yves Le Drian, lieutenant de la Françafrique

Jean-Yves Le Drian effectue les 2 et 3 octobre une visite en Côte d’Ivoire et au Niger. Ce déplacement sera centré sur les enjeux de diplomatie économique. Il sera reçu par le président Ouattara ! 

ledrian

Il y a 2 mois, le président Macron avait tordu le bras au président ivoirien Ouattara pour le convaincre d'accepter le métro de Bouygues dans sa capitale économique d'Abidjan. Le président ivoirien qui avait l’intention de profiter de sa rencontre avec Macron pour solliciter un appui budgétaire à Paris se retrouvait donc dans une difficile position. Si les travaux démarrent dans les prochains mois, cela voudra dire qu’il a cédé au coup de pression du président français en faveur de Bouygues. Et dans ce cas-là, les Ivoiriens se retrouvent avec un métro bien plus coûteux que celui des autres capitales africaines. Les sympathiques pressions de Macron semblent donc avoir porté leur fruit.

On se rappelle qu'il y a quelque temps, après des prises de contact entre le gouverneur d'Abidjan Mambè Beugré et Patrick Kron, PDG d'Alsthom, le tramway sur pneus était promis à cette belle ville d'Abidjan (après le fiasco des négociations avec Bamako dans l'affaire Lohr - Ville de Strasbourg). Mais Alsthom fusionne avec l'allemand Siemens, et c'est donc l'Afrique qui va payer le prix de la facture.

Même si Macron a tenu sa promesse de débloquer 1,4 milliards d'€ (15% du coût du projet) pour une seule ligne de l'aéroport de Port-Bouët à Anyama (nord d'Abidjan), alors que le tramway d'Alsthom-Lohr devait avoir une ligne de l'aéroport au Plateau (centre administratif d'Abidjan). Peut-être même que la première dame de Côte d'Ivoire, Dominique Ouattara née Nouvian, de nationalité française, se verra attribuer en guise de reconnaissance une carte de membre gratuite à LREM, après avoir bénéficié d'une carte LR du temps de Sarkozy.

metro_dabidjan

 

  •  NB : Bouygues a déjà réalisé les métros du Caire et de Sydney.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 19 septembre 2017

La semaine "anti-ordonnances" a commencé

Les routiers établissent des barrages dès lundi matin !

barrage

Les routiers sont passés à l'action ce lundi en Moselle. A l'appel de leurs syndicats CFDT et CFTC, des camionneurs, mais aussi des chauffeurs de car, venus de tout le Grand Est ont installés vers 6h un barrage filtrant au péage de Saint-Avold sur l'autoroute A4. Ils bloquent les poids-lourds et laissent passer les automobilistes après leur avoir distribué un tract. C'est un mouvement d'action contre les conséquences de la réforme du Code du travail.

Une centaine de camions étaient arrêtés vers 8h, provoquant un kilomètre de bouchons. Les manifestants bloquent par vagues, toutes les 20 minutes. Certains camionneurs bloqués depuis le tout début de la matinée commencent à s'impatienter. Les forces de l'ordre sont présentes en nombre. Un hélicoptère survole le péage.

Macron fabrique des chômeurs dans les transports

 Les manifestants protestent contre les conséquences de la réforme du Code du travail dans les petites entreprises de transport. "Macron nous a enflé", proteste l'un d'entre eux. "Macron fabrique des chômeurs dans les transports" proteste un routier alsacien. Les camionneurs reprochent au président et à ses ordonnances de vouloir affaiblir les syndicats dans les petites entreprises. C'est le coup d'envoi d'une semaine sociale chargée.

barrage1

barrage2

barrage3

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,