jeudi 1 novembre 2018

Le prix de l'essence grimpe !

Trop c'est trop ! Les usagers s'insurgent contre la hausse démentielle des prix des carburants.

Pourquoi les prix des carburants sont-ils en hausse ?

Posté par jl boehler à 00:14 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

lundi 24 septembre 2018

RN59 : Le maire de Châtenois ne comprend pas ce qui bloque...

... nous, si !

rn596Ce samedi, la presse se fait l'écho d'une doléance du maire de Châtenois au Préfet ! Pourquoi la RN 59 et le contournement de Châtenois bloquent-ils ?

1) Sur la forme :

Pour obtenir quelque chose des pouvoirs publics, il faut y aller rassemblés ! Ce n'est pas le cas : à la mairie de La Vancelle, on a une vue toute autre en ce qui concerne la RN 59. Les maires du Val d'Argent ne se sentent pas concernés si on n'envisage pas une nouvelle route Lièpvre - Val de Villé. Ceux de la vallée de Villé sont aux abonnés absents.

Et au sommet de l'Etat, le ministère des transports est devenu un "bureau annexe" du ministère de la transition écologique. Hulot n'a pas fait avancer le projet, et De Rugy ne le fera pas plus. La sécurité des papillons prime sur celle des usagers.

2) Le projet : 

La défense d'un projet commun avait été proposée et acceptée par la grande majorité des élus à partir de 1998, à l'initiative de l'association RN59 Sécurité : un axe est-ouest cohérent avec une nouvelle route Lièpvre - Val de Villé et un contournement de Châtenois à 2x2 voies. De reculade en reculade, le nouveau tronçon Lièpvre - Val de Villé a été abandonné, le contournement de Châtenois a été réduit à 2x1 voie. Voilà qui n'intéresse plus personne. Normal non ?

Et ce n'est pas la harangue du maire de Châtenois qui y changera quoi que ce soit ! 

rn597

Posté par jl boehler à 08:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 14 août 2018

Des travaux cache-misère sur la RN59 !

Qui est Emmanuel Barbe, cité dans l'article du 13/8/2018 ?

ob_97e064_dscn4929

Délégué interministériel à la sécurité routière, en poste auprès du 1er ministre depuis 2015, auprès du ministre de l'Intérieur depuis le 30 mai 2017. Auprès de qui aujourd'hui ? Plus personne ne sait ! Comme pour Benalla, même pas Collomb ! Un nouvel espion du président, cet O.S.S. 117 routier ? Peut-être.

Toujours est-il que les usagers et les associations telle "RN59 Sécurité" , qui avaient un interlocuteur en la personne du ministre des Transports depuis 1997, n'en ont plus. Voilà qui ne va pas améliorer les choses et  qui ne fera pas accélérer la réalisation des travaux du contournement de Châtenois et d'un nouveau tronçon Lièpvre - Val de Villé ! Le maintien de nids-de-poules est sa priorité.

Que faut-il attendre pour la RN59 ?

rn593

Quelques travaux d'entretien courant, en fermant l'accès au Val d'Argent la nuit, des déviations de plus de 20 km par le vignoble et le Haut-Koenigsbourg , le val de Villé et le col de Fouchy ! Un vrai rallye nocturne qui va satisfaire les habitants de Kintzheim, Fouchy, Noirceux et Rombach-le-Franc !

Il paraît que les élus ont même été informés lors d'une réunion ? Mais aucun n'a bougé, ni dans le Val d'Argent, ni dans le Val de Villé. C'est ça la volonté politique !

Ces travaux n'ont rien à voir avec un réel projet global de sécurisation et de développement économique ! Même l'accès à la zone d'activité (ou plutôt d'inactivité) interdépartementale du Danielsrain n'est pas prévu; encore moins une nouvelle route de l'autoroute A-35 au tunnel de Ste-Marie-aux-Mines. D'ailleurs le montant alloué de 500.000 € est si faible qu'il permet à peine l'entretien habituel.

La manoeuvre décidée en haut lieu, sans que l'on sache lequel, ne prend plus. On voit déjà ce que cela donne du côté du GCO (grand contournement ouest de Strasbourg). Des travaux, des travaux, mais toujours pas de contournement avant 2022 année d'élections présidentielles. Macron refilera-t-il tous ces bébés encombrants à son successeur ? Quelle moralité ! Juste bonne à donner des emplois bien rémunérés à quelques hommes de main ?

Le président ferait mieux de dire la vérité plutôt que de nous gaver d'un baratin cache-misère et de travaux à peine utiles : il n'y a plus d'argent dans les caisses de l'Etat, et les 107 morts sur la RN59 comptent pour du beurre.  Merci monsieur le président. 

Les accidents vont continuer sur la RN59 quoi qu'en pense votre honorable délégué interministériel qui prétend que les nids-de-poules ralentissent la fréquence des accidents. Même les motards vont apprécier, surtout en arrivant dans le "virage Stocky" si renommé pour son insécurité.

nid_de_poule

rn591

Posté par jl boehler à 04:19 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 13 août 2018

"L'état des routes est un problème relatif" estime le délégué interministériel

N'importe quoi, pour ne pas améliorer les structures !

rn1

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 4 août 2018

Impressionnante vidéo en Afrique du Sud

crash_696x426

Un passager a diffusé la vidéo du crash de son avion mardi 10 juillet, qui a fait deux morts et de nombreux blessés. L’avion, un vieux modèle bimoteur Convair-340, transportait une vingtaine de passagers et s’est écrasé près de Pretoria. Seize passagers et deux membres d’équipage ont survécu.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 14 juillet 2018

A propos des hélicoptères de l'armée française

Seul un aéronef léger sur trois en état de voler

h_licopt_re

En quelques jours, deux hélicoptères de l'armée se sont crashés, l'un à Abidjan, l'autre dans le Var. Au total : 3 morts ! Au même moment, le Sénat a remis un rapport alarmant au ministère des Armées, dans lequel il préconise de moderniser rapidement la flotte d'aéronefs légers. Edifiant !

"Seul un hélicoptère sur trois est aujourd'hui en mesure de décoller", s'alarme Dominique de Legge, sénateur Les Républicains (LR) d'Ille-et-Vilaine et rapporteur des crédits de la mission "Défense", dans Ouest-France.

Dans le détail, en 2017, sur 467 hélicoptères, 300 étaient ainsi immobilisés au sein des armées ou chez les industriels. Les raisons de cette immobilité sont diverses.

Au Sahel, où les forces françaises sont engagées depuis 2013, les appareils sont par exemple soumis à de rudes conditions climatiques (chaleur, poussière, etc.) qui accélèrent leur usure.

Des accidents en hausse

L'indisponibilité des appareils a des conséquences lourdes au quotidien : la gestion des hélicoptères s'effectue à flux tendu "conduisant à un épuisement des personnels de maintenance" ainsi qu'à une réduction des temps de vol destinés à l'entraînement des jeunes pilotes. Conséquence directe de ces défaillances ou pas, le nombre d'accidents a considérablement augmenté depuis le début d'année. Le 10 juillet dernier, un soldat français a été tué et un autre grièvement blessé dans le crash d'un hélicoptère militaire près d'Abidjan."

Seul un effort massif de régénération des matériels permettrait" d'inverser la tendance, selon Dominique de Legge. "Or l'effort prévu, dans le cadre de la loi de programmation militaire pour les années 2019 à 2025, apparaît limité s'agissant de la composante hélicoptères, d'autant plus que la livraison des premiers hélicoptères léger interarmée a été reportée à 2028", regrette le rapporteur. D'ici là, combien de crash ? combien de morts ?

h_licopt_re1

h_licopt_re3

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 10 juillet 2018

L’Allemagne devient chère pour les camions

Depuis le 1er Juillet 2018, les poids lourds doivent payer un droit de péage non seulement sur les autoroutes allemandes, mais aussi sur la totalité des routes nationales. L’Allemagne devient chère…

camions

Voilà une décision que le monde politique aime bien placer en pleine période de vacances et de Coupe du Monde : le 1er Juillet 2018, le réseau routier payant en Allemagne a été élargi de 39000 km, à savoir la totalité du réseau des routes nationales, en plus des autoroutes. Ainsi, les transporteurs qui laissaient rouler leurs camions sur les routes secondaires allemandes se voient privés de la dernière possibilité de traverser l’Allemagne sans passer par la caisse. Pour l’Allemagne, il s’agit d’une excellente source de revenus.

A l’occasion de l’introduction du droit de péage pour les camions de plus de 7,5 tonnes en 2005, certaines grandes routes nationales faisaient partie des tronçons payants. 2300 km de routes nationales étaient déjà concernées par ce droit de péage (Maut), mais désormais, ce sont les 39000 km du réseau des routes nationales qui sont payants. Le gouvernement allemand table sur des recettes d’environ 7,2 milliards d’euros, un plus de 2,5 milliards.

Le marché du transport, déjà hautement concurrentiel, doit désormais composer avec cette nouvelle donne qui risque d’avoir des répercussions sur les calculs de tous les transporteurs qui desservent l’axe nord-sud européen. Le droit de péage, lui, est assez compliqué. L’état tient compte de la classe de pollution du véhicule (A à F) ainsi que du nombre d’axes du véhicule. Le droit de péage se situe entre 8,1 cent/km et 21,8 cent/km et les transporteurs doivent doter leurs chauffeurs d’une série de nouveaux documents, car ce sont les chauffeurs qui doivent être en mesure de justifier à tout moment de s’être acquittés de la bonne somme.

Avec de tels droits de péage, il est évident que le prix du transport à travers l’Allemagne augmentera, puisque logiquement, les transporteurs passeront ce surcoût à leurs clients. Si on comprend aisément que l’Allemagne cherche à financer la rénovation urgente de son réseau routier par le biais d’un tel droit de péage, la situation est particulièrement ennuyeuse  pour toutes les régions frontalières de l’Allemagne où les échanges économiques avec les pays limitrophes risquent de s’en trouver alourdis. Pourtant, au début de la discussion, plusieurs ministres-présidents de Länder frontaliers  avaient demandé une dérogation dans les régions frontalières, il n’y en aura pas.

A terme, les usagers du réseau routier sur l’axe nord-sud européen choisiront leur itinéraire selon le paramètre du coût – et il y aura davantage de circulation sur le réseau français, si les tarifs devaient se situer en-dessous des tarifs allemands. En tout cas, ce sera un groupe français qui régulera ce flux de la circulation. Outre le GCO à hauteur de Strasbourg, le groupe Vinci s’est également assuré d’un goulot d’étranglement sur l’autoroute allemande A5 entre Malsch et Offenburg. Et qu’importe l’itinéraire choisi par les transporteurs entre les pays scandinaves, baltes et de l’Europe Centrale et les pays du sud de l’Europe : tout le monde paiera chez Vinci. C’est aussi ça, l’Europe… (selon "Euro.journalist")

vinci

Posté par jl boehler à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 26 juin 2018

Les pistes cyclables du Val de Villé

Elles ne sont pas les oubliées du PLUi !

piste6

piste2

Voilà les termes dans lesquelles elles figurent au PADD joint au PLUi. La réalité ? Une piste de Saint-Maurice à Thanvillé, et la piste "multiactivités" qui longe le Giessen en contournant Villé. Pour le reste, les cyclistes sont condamnés au vélo-cross ou à longer la D-424 ! Les projets ont cependant été élaborés depuis belle lurette, sous la direction très efficace - semble-t-il - du maire de Villé, vice-président aux transports à la comcom. Un projet a même été établi pour prolonger la piste cyclable de la piscine vers Bassemberg, Lalaye, Urbeis. Une autre piste aurait aussi été envisagée de Villé vers Saint-Martin, Maisonsgoutte et Steige. Mais à l'heure actuelle, alors que les débats à ce sujet datent d'une décennie, tout semble au point mort. Le but était pourtant, selon une des rares cartes publiées, de pouvoir faire le tour de la vallée à vélo.

piste3Mais comme d'habitude, lorsqu'un projet est prêt dans ces vallées, il laisse place à la zizanie et à l'endormissement. A lire (ou à relire) : 

Du rififi pour une piste cyclable (5 juillet 2008)

piste7

Il semblerait que la piste de Villé - Saint-Martin - Maisonsgoutte se soit heurtée aux mêmes tirs de barrages. Et notre vaillant maire de Villé, tel Don Quichotte, n'était armé que pour faire front à des "moulins à vent". Il semblerait d'ailleurs que le président de la comcom ne lui prête plus une grande confiance : "Si vous vous intéressez aux pistes cyclables, adressez-vous à moi et non au maire de Villé.", déclarerait-il à qui veut l'entendre. Il est vrai que pour aller de Saint-Maurice (où il est maire) à Villé, il y a déjà ... un panneau ! C'est un bon début.

Mobilisation des amoureux du vélo !

Aussi, ne vous étonnez pas chers élus si de nombreuses personnes du Val de Villé vont se réunir et vous soutenir pour la réalisation de ces pistes déjà inscrites à l'ancien Contrat de Territoire du Conseil Général en 2006, et relancées dans le PLUi douze ans plus tard sans avoir bougé d'un iota. Un sujet que notre vaillant maire de Villé n'a même pas évoqué devant ce conseil municipal réservé à ce nouveau plan le 14 mai dernier. Pas grave, cher André, pas grave cher Jean-Marc, pas grave chère Frédérique, les citoyens le feront à votre place !

piste4

- Bientôt : les parkings du bourg-centre dans le PLUi !

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 29 mai 2018

Brésil : grève des routiers

Malgré la mobilisation de l’armée !

br_sil1

La crise des routiers empire au Brésil, où l'on proteste contre l'augmentation du prix de l'essence. Au sixième jour de grève et de mobilisation nationale, le pays est paralysé par des barrages routiers. Manque d'approvisionnements, pénuries d'essence… Même la décision du gouvernement de mobiliser l'armée pour débloquer les routes n’a pas pu changer la donne.

La protestation ne faiblit pas et prend chaque jour plus d'ampleur. Six cents barrages routiers ont été dénombrés dans tout le pays. Pour tenter de réduire la pénurie d'essence qui touche notamment les aéroports, l'armée a mis en place des escortes de camion-citerne pour qu'ils aient accès aux raffineries. Supermarchés et restaurants commencent à manquer de produits frais et le prix des denrées explose dans certaines régions.

Les négociations entre les syndicats de routiers et le gouvernement traînent. Elles n’ont pas permis pour l'instant de débloquer la situation. A huit mois de l'élection présidentielle, Michel Temer, déjà très impopulaire, n'a pas réussi à faire lever les barrages, et ce malgré un décret permettant à l'armée d'intervenir et de faire usage de la force. Une décision très critiquée par les syndicats de routiers et jugée « inadmissible » par Amnesty International.

Pour tenter de faire plier les routiers, souvent appuyés par leurs patrons, le gouvernement a également décidé d'appliquer des amendes de plus de 25 000 euros par jour de grève à l'encontre des entreprises de transport. Le mouvement de protestation ne semble pourtant pas prêt de s'arrêter.

br_sil

br_sil3

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 30 avril 2018

RN 59 : des retards comme d'habitude

Il fallait s'y attendre !

rn59

A la lecture de la presse régionale des 29 et 30 avril, on peut estimer que bien naïfs sont ceux qui ont pu croire que le contournement de Châtenois sur la RN59 verrait le début des travaux fin 2017 pour être opérationnel en 2020.

Pendant des années, les retards étaient dûs (voire organisés) à des recours divers en justice. Hélas, après la dernière enquête parcellaire, malgré le projet défini dans la D.U.P. (déclaration d'utilité publique) non respecté, personne ne s'est hasardé à déposer un n-ième recours.

Il a donc fallu en haut lieu trouver un autre subterfuge, avec des travaux préalables de fouilles archéologiques à réaliser en 3 tranches en 2018 et 2019. 

Et comme par hasard, 2020 marquera la fin du Contrat de Projet Etat-Région, contre lequel le président du conseil départemental 67 Frédéric Bierry avait d'ailleurs voté. 

On peut donc s'attendre à une réinscription au futur Contrat de Plan, qui peut-être ne repoussera la réalisation du contournement qu'en 2026, si un autre subterfuge n'est pas trouvé. Et de report en report, nous arriverons peut-être à voir une route digne de ce nom en l'an 2099.

S'il est étonnant que l'AMV ne parle pas des recherches archéologiques, il est encore plus surprenant que la conseillère départementale Mozziconacci, élue (ou nommée ?) dernièrement vice-présidente du comité du massif vosgien, n'en pipe mot.   

Usagers et riverains, continuez à prendre votre mal en patience !

- A relire : Archéologie sur le contournement de Châtenois

squelette

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,