lundi 19 octobre 2020

Comcom : le virus n'est jamais bien loin !

Faire endosser le démantèlement du service public à la covid-19 ?

repas1

Mais que se passe-t-il donc à la comcom de la vallée de Villé ? Il semblerait que là aussi les élus se soient mis à l'heure de la crise sanitaire. Et l'heure de dégainer est arrivée ! La sous-préfète représentante du gouvernement était d'ailleurs venue une semaine auparavant donner "les derniers conseils" (ou plutôt "les derniers ordres"). Et nos gentils élus très dociles vont tout adopter !

Et les premières victimes sont nos aînés ! Pas de repas de fin d'année pour eux. Certains auraient le coronavirus qui les aurait contaminé lors de promenades estivales ou automnales dans nos forêts, et pourraient provoquer l'un ou l'autre cluster dans le Centre-Alsace.

Mais bien sûr, il y a beaucoup d'autres menaces ! Comme celle de la fermeture de la perception. Non pas que les habitants de la vallée seraient exemptés d'impôts, mais bien pour qu'ils ne sachent plus où porter leur réclamation en cas d'erreur manifeste des agents du Trésor Public. Tout ça à cause du coronavirus ?

Et n'oublions pas les bureaux de mairie qui ne délivrent plus de cartes d'identité (malgré une timide relance annoncée à Villé) pour lesquelles les habitants de la vallée sont conviés de se rendre à Sélestat, Sainte-Marie-aux-Mines ou Saint-Dié-des-Vosges ? Après tout les voyages forment la jeunesse, et à ce propos Papeete (capitale de Tahiti) convient aussi. Rappelons cependant, que l'Elysée, lieu de résidence du responsable de ce démantèlement du service public, convient aussi. La comcom du val de Villé pourrait se charger de l'organisation des déplacements.

Et même la ZAIM de Maisonsgoutte reste déserte ! Là se pose d'ailleurs un problème de légère incohérence : malgré le vide de plus de 20 ans, nos élus approuvent l'achat d'un terrain supplémentaire ! Comprenne qui pourra. Mais là on ne peut pas dire que c'est l'état sanitaire : "zone vide" et "co vide", ce n'est pas la même chose. Il s'agirait plutôt d'un problème de vide cervical.

Annonçons quand même une bonne nouvelle. Une association, décidée à combattre la pollution plastique, va développer la fabrication de stylos en bois. En freinant l'appauvrissement de la vallée, elle va aussi contribuer à la lutte contre les chèques...en bois. Et par hasard, ne serait-ce pas la "nouvelle spécialité du Val de Villé" destinée à offrir un cadeau à nos aînés, privés de repas ?

stylo1

Posté par jl boehler à 03:13 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 16 octobre 2020

Désertification bancaire

Provenchères-sur-Fave n'a plus de distributeur de billets

provench_res

Outre le manque de services publics, les communes rurales souffrent de la désertification bancaire. Les distributeurs automatiques de billets disparaissent petit à petit comme à Provenchères-sur-Fave, dans les Vosges.

On compte 53 000 distributeurs de billets dans le pays. Cependant, 28 000 communes, essentiellement rurales, n'ont aucun dispositif. De ce fait, douze millions de Français n'ont aucun accès à l'argent liquide. A Provenchères-sur-Fave, le distributeur de billets a été retiré par la banque faute de rentabilité. Il faudrait 10.000 euros par an à la commune pour que le distributeur soit maintenu. Impossible pour le maire.

Pour de nombreux habitants et commerçants, cela pose problème. Ils sont obligés de se rendre à Saint-Dié-des-Vosges, située à 15 km, pour retirer de l'argent liquide.

Posté par jl boehler à 01:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 13 octobre 2020

Bade-Wurtemberg : troisième jour de grève

Appel à la grève dans les services publics mercredi

gr_ve

Les grèves sont rares en Allemagne, mais ce mercredi 14 octobre aura lieu la troisième journée de grève en quinze jours dans les collectivités du Bade-Wurtemberg. Le syndicat Verdi appelle les salariés de ce secteur à cesser le travail. Jusqu’à présent limitée aux seuls transports urbains, la mobilisation s’étend maintenant à tous les services publics communaux et intercommunaux : crèches garderies, hôpitaux, administrations communales, salles de spectacle, éboueurs et bien entendu les transports urbains.

Le syndicat réclame toujours des hausses de salaires de l’ordre de 4,8 % (150 euros mensuels) et une harmonisation des conditions sociales au niveau fédéral (notamment la généralisation de trente jours de congés payés). Les deux dernières journées de grève ont été massivement suivies, bus et trams étaient totalement l’arrêt dans la plupart des grandes villes du Bade-Wurtemberg comme Stuttgart, Karlsruhe, Baden-Baden ou encore Fribourg-en-Brisgau. Cela devrait à nouveau être le cas mercredi. Les grévistes du sud du pays de Bade ont prévu de manifester à Fribourg-en-Brisgau à partir de midi au départ de la place de l’ancienne synagogue.

gr_ve1

Posté par jl boehler à 03:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 29 décembre 2019

Villé : la pagaille organisée continue

Que se passe-t-il avec les biodéchets ?

DSCF0688

Depuis quelques temps, le système des biodéchets fonctionne bien dans le Centre-Alsace ... sauf à Villé. Les quatre très beaux bacs du bourg-centre débordent régulièrement, au point d'attirer les rats des égoûts voisins ! Pourtant, lors de l'aménagement de ces containers, les représentants du SMICTOM en avaient préconisé huit à Villé ! Monsieur le maire, avec son bâton de maréchal du bourg-centre, en a décidé autrement : "Quatre, et pas un de plus !" Et pas un socle en béton comme recommandé ! On voit le résultat en cette fin de mandat de notre premier magistrat : les ordures traînent à côté et sur les bacs ! 

DSCF0683

Autre service non rendu : en ces fêtes de fin d'année, les services du SMICTOM ont des horaires aménagés ! Oui, mais une fois de plus, dans la montée de la croix, des voitures stationnent de façon gênante, mais non interdite car Monsieur le Maire refuse toujours de mettre en application sa vieille promesse d'arrêté municipal, de pose de panneau d'interdiction de stationner et de lettre d'information des riverains. Et ainsi tout le quartier "du petit Liban" bénéficie de la dynamique politique municipale et voit ses poubelles rester pleines au bord du trottoir. Là aussi, les rats menacent ! Pourvu qu'ils n'amènent pas la peste !

Question posée : faudra-t-il appeler à la grève du paiement des impôts locaux pour services non rendus ?

Et surtout, n'écrivez pas à la mairie : le stock de timbres-poste pour les réponses est épuisé !

rats

Posté par jl boehler à 00:08 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 21 novembre 2019

Quand le maire de Villé rencontre les facteurs grévistes...

...et soutient la direction !

facteur4Ménager la chèvre et le chou ! Ne jamais prendre une position ferme ! C'est l'art de beaucoup d'élus, notamment du maire de Villé. Ainsi lors de cette grève très particulière des facteurs de la vallée, il les a bien reçus (contraint et forcé pour rentrer chez lui ?), leur a affirmé son soutien (pour quelle lutte ?), même signé la pétition (sans la lire ?), pour mieux diffuser  dans le bulletin municipal Villé-infos n° 16 un communiqué fourni par la direction. Singulière façon de défendre le service public dans le monde rural !

facteur

Sans aucune gêne, il titre page 4 du bulletin n° 16 "Communiqué de votre facteur" ! Et cela apparaît comme une nouvelle dégradation du service pour les habitants. Des nouveaux "services facteurs" comme l'accompagnement et les services au 3ème âge, alors que le "chronométrage" des tournées permet à peine aux préposés de déposer le courrier et repartir à toute vitesse ! On croit rêver... Quant à "l'amplitude horaire élargie", belle formule pour expliquer que le courrier arrivera avec du retard ! Vive le progrès du vocabulaire !

Et pas un mot de soutien aux grévistes ! pas un mot sur les raisons de la grève ! Bien que le titre de l'article soit "Communiqué de votre facteur", il reprend le seul texte  de la direction ! Bravo, une fois de plus.

Et évidemment, pas un mot sur le démantèlement du service public dans nos vallées ! Se rappelle-t-il du temps où chaque village avait sa poste ! son facteur, alors qu'aujourd'hui il m'arrive de voir en une semaine trois facteurs différents sur une tournée. Alors les erreurs de distribution ne se comptent plus (la bonne volonté des faux destinataires ne suffira pas toujours !), et qu'est-ce que ce sera lorsque le facteur poussé à la faute se trompera en amenant les mauvaises courses ou portera le mauvais menu à la bonnne adresse ou le bon repas à la mauvaise adresse ! Et je ne parle même pas des conditions de travail des facteurs !

Monsieur le maire, votre bulletin est une fois de plus à la hauteur de vos convictions. Pour compenser votre manque de la plus petite pensée pour le service public, je publie ci-dessous des félicitations aux facteurs en grève, qui viennentt évidemment d'autres bords politiques que le vôtre, pour lequel vous exprimez avec tant d'ambiguïté.

Enfin, signalons quand même qu'une fois de plus le bulletin municipal publie avec un mois de retard sur le début des nouvelles fonctions de la poste. En espérant que la poste n'ait pas changé le programme des facteurs à la fin de la grève...

Mais au fait, que fait notre conseillère départementale Frédérique Mozziconacci ? Quelle est sa position ? A-t-elle reçu les grévistes dans le local départemental de la rue de Luttenbach ? ou chez elle ? Fait-elle déjà du ski dans les Pyrénées ou va-t-elle venir en vaisseau-fantôme diriger quelques mômes sur les pistes du Champ du Feu ? Et notre cher député Herth, macroniste à la mode Lemaire et agriculteur du Ried n'y connaissant rien aux friches agricoles de nos vallées ? ne l'oublions pas !

facteur3

lutte

Depuis mardi 22 octobre, les facteurs de Villé sont en grève contre la prétendue « réorganisation » de leur service, la suppression d'un emploi de facteur, et pour réclamer que tout le monde soit embauché en CDI.

Bien sûr, la direction pensait pouvoir les forcer à se partager la tournée du facteur dont le poste est supprimé. Mais sur ce point, leur grève a déjà réussi à la faire reculer.

Mais les postiers n'ont aucune envie de se laisser faire, ils ne veulent plus accepter les tournées à rallonge qui atteignent déjà 60 km pour certaines et ils se battent pour que ce soit bien clair.

Ils ont lancé une pétition pour faire savoir leur combat et de nombreux habitants expriment leur soutien, en la signant ou en klaxonnant devant la tente qu'ils ont installée.

Les postiers ont bien raison de se défendre ! Ça suffit de presser les travailleurs comme des citrons, tout en dégradant le service rendu à la population !

facyteur1

facteur2

Posté par jl boehler à 00:59 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 8 novembre 2019

Pour remplacer les facteurs grévistes, la direction embaucherait des coureurs kenyans

Extrait de la presse régionale du 7/11/2019 : Ce mercredi, les facteurs en grève à Villé ne se sont pas rendus sur le marché hebdomadaire comme ils l’avaient fait la semaine dernière pour faire signer une pétition demandant le maintien des neuf tournées dans la vallée. Ils ont choisi de rester devant le bureau de poste, le long de la route, au pied de la tonnelle qu’ils occupent de 8 heures à 16 heures depuis seize jours exactement. « Ça commence à être un peu fatigant, concède Olivia Dielaine, secrétaire de la section locale CGT FAPT 67. On se doutait qu’il faudrait tenir au moins une semaine mais seize jours… »

Cynthia, factrice depuis trois ans et demi, assure ne pas trouver les journées trop longues : « On est mieux ici que dans le stress du boulot », sourit la jeune femme. Réunis autour d’un feu, les grévistes se réchauffent et discutent régulièrement de leurs conditions de travail, qui ne cessent de se détériorer selon eux. La goutte d’eau qui les a poussés à se mobiliser, c’est la dernière réorganisation annoncée par la direction, marquée par la suppression d’une des neuf tournées dans la vallée.

« Certains doivent déjà rogner sur leur pause de midi voire y renoncer »

Vill_

« C’est la réorganisation de trop, s’énerve Christine, 31 ans de carrière à La Poste. Jusqu’en 2008, on était douze facteurs pour desservir les 18 communes de la vallée. Ils ont supprimé deux tournées cette année-là, puis une autre quelques années plus tard. Et là, une quatrième tournée disparaît. Cette suppression, c’est 45 minutes à une heure de travail en plus pour les autres. » « Certains doivent déjà rogner sur leur pause méridienne, voire y renoncer pour terminer à 16 heures et ils n’y arrivent pas toujours », souffle Olivia Dielaine. On peut comprendre la baisse du trafic, mais on ne demande pas la lune : on veut simplement travailler dans de bonnes conditions. » « On essaie de faire des efforts, et voilà la récompense », lâche Nicolas, 17 ans d’ancienneté.

Alors que les négociations semblent au point mort – « des propositions leur ont été faites mardi, mais ils ont décidé de reconduire leur mouvement », indique-t-on simplement à la direction, les grévistes disent pouvoir compter sur le soutien de la population locale : la pétition qu’ils font signer aurait recueilli près de 900 signatures, dont celles de plusieurs élus de la vallée.

Une distribution assurée par des marathoniens kenyans ?

vill_2

Jeanne, d’Urbeis, n’a pas hésité à la signer : « Je trouve ce qui leur arrive inadmissible. Quand je les vois distribuer le courrier, ils sont déjà en train de courir. Leur mettre toujours plus de pression, ça ne va pas ! » Croisé au marché, Hubert, d’Urbeis également, ne mâche pas ses mots. « Ils ont plus que raison de faire grève, ils sont maltraités par des c… de patrons. » Cet habitant dit leur avoir apporté des croissants en guise de soutien. Ce mercredi, une dame est venue déposer un kougelhopf sur la table bien garnie dressée sous la tonnelle.

Régulièrement salués par des coups de klaxon, les grévistes, confortés par ce soutien, n’entendent pas relâcher la pression. « Les sept qui sont en grève depuis le début sont toujours là », insistent-ils. Christine l’assure : « On restera jusqu’à ce que la direction nous entende ! » En attendant, la distribution du courrier continue d’être assurée par d’autres postiers venus parfois des Vosges ou de Nancy.

Premier commentaire : Avec la loi des "quotas pour l'immigration" prévue par le tandem Macron-Edouard Philippe, la Poste pourrait embaucher des athlètes-migrants kenyans ou éthiopiens... Dopage autorisé, aux frais des salariés... Face à ces sournoises menaces sur leur emploi, les grévistes reprendront-ils le travail ?

Posté par jl boehler à 05:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 1 septembre 2019

Taxival : vers des licenciements ?

Le 28 août, la presse annonçait la suspension de ce service de transports à la carte dans la vallée de Villé. Voir aussi le message du même jour : Taxival suspendu : de qui se moque-t-on ?

taxival

Et déjà des usagers de ce service se plaignent de ne pas savoir comment se déplacer à partir du 1er septembre ! Et des salariés de l'entreprise gestionnaire de ce service craignent pour leur emploi. Le bruit de 1, 2 ou même 3 emplois menacés court !

Et pourtant lundi, 26 août, cette société du val de Villé faisait paraître l'annonce suivante :

Embauche conducteur / conductrice de navette de moins de 9 personnes (H/F)

La société Transarc Bastien spécialisée dans le transport scolaire et extrascolaire recrute un(e) conducteur / conductrice de transports scolaires en microbus (VL) : Sur les secteurs de Triembach-Au-Val, Villé. CDI à temps partiel (environ 15h par semaine) idéal pour un complément d'activité ou de retraite, à pourvoir en septembre 2019 Titulaire Permis B depuis plus de 10 ans.

Principales missions : - Maitriser réglementation du transport de personnes. - Préparer le véhicule, repérer le parcours, et prévoir les aléas. - Vérifier les titres de transport. - Contrôler l'état de fonctionnement du véhicule. Savoir être : - Sens relationnel, contact - Sens des responsabilités - Ponctualité. Possibilité d'évolution au sein de la société (passage permis D,...) Salaire x 13 mois + primes.

On croit rêver !

Elus responsables (représentants du canton de Mutzig/Villé au conseil départemental : Bierry, Mozziconacci, communauté des communes : Riebel, président, Frantz, président de la commission transports), allez-vous enfin prendre le taureau par les cornes, régler ce problème qui touche toute la vallée de Villé et veiller à la défense du service public un peu trop souvent démantelé dans la ruralité ? Quant à l'emploi, je ne vous ai jamais vu le défendre.

Posté par jl boehler à 00:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 28 août 2019

Taxival suspendu : de qui se moque-t-on ?

"Le transport à la demande est temporairement suspendu par la communauté de communes de Villé à compter du 1er septembre. Le service devrait reprendre début octobre. L’intercommunalité ne s’est pas entendue sur les tarifs proposés par le prestataire. Une nouvelle négociation a été engagée. La commission technique doit valider le coût et les modalités." annonce la presse locale ! Evidemment, le président de la comcom, et son vice-président aux transports le maire de Villé, ne vont pas diffuser un "spécial comcom'info" pour une si triste nouvelle qui ne leur fait pas honneur !

taxival

Car, que démontre une fois de plus cette affaire ? que notre vallée est malade de ses transports collectifs, bien sûr ! mais aussi, qu'au niveau de la responsabilité des élus ça ne vole pas bien haut, et que par les temps qui courent les uns pensent à leur réélection, les autres ont déjà entamé leur retraite. Et tous les autres dossiers n'avancent plus ! Voyez l'édifiante affaire des pistes cyclables : 

Mais ont-ils pensé aux personnes sans moyen de locomotion, sans permis de conduire, sans personne dans la  famille pour les conduire, et ce sont souvent nos seniors et même nos handicapés ! Et ces élus ont-ils réfléchi aux efforts faits par leurs prédécesseurs pour obtenir cette qualité de service ?

Alors, se réfugier derrière des négociations non abouties est-ce bien sérieux ? surtout si les échéances étaient connues ? Et on va vous répondre que la suspension ne durera qu'un mois ! Qu'en savent-ils sur l'avancée des négociations dans un mois, surtout avec une société de transports qui a ses origines du côté de Lons-le-Saunier et son siège social à Dijon, et qui n'en a que faire des habitants du Val de Villé ? et que tout ce qui l'intéresse c'est d'obtenir à terme des avantages dans le développement des "bus Macron" et de rêver aux bénéfices d'une grande ligne Fribourg - Colmar - Sélestat - Saint-Dié - Nancy ... et terminus à Paris ?

La vallée a une population vieillissante et se vide. L'économie régresse. Ce ne sont pas de telles négligences, de la part de responsables qui ignorent jusqu'aux politiques de la ruralité, qui vont permettre d'y renverser la vapeur. 

taxival

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 2 avril 2019

La Région Grand Est ouvre des lignes ferroviaires à la concurrence

Parmi elles, deux lignes alsaciennes !

Accident_Train_2Le Conseil Régional du Grand Est s’est réuni en séance plénière à Metz hier jeudi. Lors de la réunion, les élus régionaux ont voté en faveur de l’ouverture à la concurrence des lignes ferroviaires Nancy-Vittel-Contrexéville, Sélestat-Molsheim-Strasbourg ainsi que Epinal-Saint-Dié-des-Vosges-Strasbourg, dont les trains ne circulent plus entre Epinal et Saint-Dié-des-Vosges depuis le mois de décembre dernier. Avec ce vote, le Grand Est devrait être la première région de France à mettre en oeuvre la concurrence ferroviaire. Car avant que l’ouverture à la concurrence ne se généralise à l’échelle du pays, en 2023, les opérateurs, français ou étrangers, qui seront retenus pour l’appel d’offre de la Région feront circuler les trains sur les lignes concernées à partir du début de l’année 2022. Une fois de plus, l'Etat macronien laisse aller les Régions à l'avant-garde du démantèlement progressif du service public. On a déjà vu ce qu'ont donné les bus Macron dans la ruralité (suppression de lignes, ignorance de sécurité et de confort au dépens de la rentabilité) ! L'inverse du développement des transports collectifs pourtant préconisé !

Posté par jl boehler à 09:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 27 novembre 2017

Démarches auprès des organismes publics

A Villé, la Sécurité Sociale, la CRAV (Caisse Régionale d'Assurance Vieillesse), les bureaux de la douane ont déjà fermé leur porte. Le service offert par la Poste n'est-il pas qu'un cache-misère de la désertification du monde rural ? du démantèlement du service public ? Le tract distribué dans toutes les boîtes aux lettres est-il une attestation de bon fonctionnement du système mis en place à la poste ?

poste1

poste2

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,