lundi 29 août 2016

Le SDEA à Madagascar

Le 21 janvier dernier le SDEA a fait don de 20 compteurs d'eau réformés aux associations "Entre ici et Mada" et "France-Vozama". Ces compteurs équiperont des bornes-fontaines de la future adduction d'eau potable des Hauts Plateaux Malgaches.

madagascarOn connaisssait déjà les défibrillateurs offerts en leur temps par le président du Conseil Général Guido Kennel aux pompiers abidjanais. Et voilà qu'on apprend que le SDEA (Service des eaux et de l'Assainissement) intervient sur des projets en cours dans trois pays, la Moldavie, le Cameroun et Madagascar. Et trois responsables du SDEA vont régulièrement en délégation à la rencontre des élus de ces pays, pour faire le point sur l'avancée des travaux, semble-t-il.

Intéressons-nous surtout au chantier à Madagascar, débuté en 2015 à Vatovavy-Fitovivany (au sud-ouest de Tananarive). Le trio dirigeant de cette affaire est composé de Florence Bruvingt, directrice du pilotage et de l'expertise technique, de Pascal Mellier, directeur général-adjoint "territoires", et un certain Jean-Marc Riebel, vice-président (inconnu ? dans le Val de Villé). 

Bien sûr, des rapports sont établis à chaque voyage et voici l'un des derniers donnant l'état de la distribution d'eau dans le secteur à aménager :

Partenaires : AE Rhin-Meuse, Moulins les Metz 50000€, Région Alsace Strasbourg,  SDEA Strasbourg,  SEM Mananjary, SEM Schiltigheim 7000€

Budget global : 800.331 €

Contexte: L'approvisionnement en eau potable dans le district de Nosy Varika se trouve loin en-dessous de la moyenne nationale. Seuls 6% de la population dans la zone d´intervention de SEM ont accès à l'eau potable sans risque pour la santé. Ceci est causé, d'une part, par le faible nombre de points d'approvisionnement (puits ou captages de sources), d'autre part, par l'abondance d'eau de surface toute l'année (cours d'une rivière, lacs, mares) où les populations s´approvisionnent habituellement.

Les points d'eau potable sont généralement situés à proximité des rizières et donc de la nappe phréatique. Les chemins d'accès sont souvent difficiles, pentus et plus éloignés des habitations que les sources risquées (fleuves, rivières). La grande partie des écoles primaires, qui se trouvent souvent à l'intérieur de la localité ou à mi-chemin entre plusieurs localités, ne disposent d'aucune installation en eau potable. Par conséquent, des maladies très répandues comme la diarrhée touchent les populations. Les quelques puits construits dans les villages sont souvent en misérable état : trous d'eau à peine creusés, sans couvercle, exposés à toutes sortes de contaminations. Les eaux de surface plus ou moins contaminées pénètrent ainsi facilement à travers les murs des puits non munis de filtres.

La majorité des ménages s'approvisionne toujours dans les eaux de surface non-traitées. Des maladies liées à l'eau contaminent les habitants (diarrhée, dysenterie, choléra, bilharziose), ce qui engendre une mortalité élevée chez les enfants et les nourrissons.
La distribution de l'eau potable sans risque pour la santé ne présente aucun grand défi, étant donné que le niveau de la nappe phréatique est important dans toute la région, grâce à sa pluviométrie élevée. Par contre, la construction et l'entretien des installations ainsi que l'intensification de la conscience de l'hygiène chez les usagers sont davantage problématiques.

Il convient de noter que cette zone est extrêmement isolée et ne peut être rejointe qu'après plusieurs heures d'une très mauvaise piste. De ce fait, le taux d'éducation y est particulièrement bas.

Action tranche 2015 : Dans chaque village, il s'agit de construire des systèmes d'adduction d'eau potable avec captages de sources gravitaires et des latrines dans les écoles et structures collectives. Une borne fontaine sera attenante à chaque latrine, pour pouvoir se laver les mains.
Par ailleurs, des actions de sensibilisation et formation à l'hygiène seront conduites.

Eléments complémentaires: 

Critères de sélection des villages bénéficiaires :
- le village, représenté par ses autorités (fokontany2, maire, tangalamena3) a déposé une demande auprès de SEM ;
- sa position géographique permet techniquement la construction d’un système d’adduction d’eau potable gravitaire ;
- le village fait preuve de sa bonne volonté pour participer à la mise en place de l´AEP : suivi des formations et travail valorisé des villageois (fourniture de sable, de gravier, transport des matériaux et enterrement des tuyaux).

75000 personnes bénéficieraient de l'aide du SDEA, mais est-ce bien de compteurs à eau aux fontaines dont ces habitants (qui n'auront toujours pas d'eau courante chez eux) ont le plus besoin ? A voir l'état du pays, on peut se demander si les compteurs offerts sont très utiles.

madagascar1Les rizières fournissent l'eau des fontaines.

Posté par jl boehler à 08:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 9 mars 2016

Electricité (suite)

A s'arracher les cheveux !

electricite1

Vu les nombreuses questions que posent les internautes concernant l'augmentation intempestive de leur facture taxée (ou plutôt surtaxée) suite au transfert de compétence à la comcom, voici l'argumentaire présenté aux conseillers municipaux par la direction intercommunale. Très technique et très administratif, nombre d'élus n'y ont vu que du feu ! L'illisibilité d'un texte pour le commun des mortels ne les exonère pas de leur responsabilité et ne les oblige pas à se transformer en moutons de Panurge qui suivent les yeux fermés.

electriciteCe regroupement s'imposait d'autant moins que l'électricité de la vallée voit intervenir plusieurs fournisseurs (centrale électrique à Villé). Quant au très haut débit, qui arrive à peine dans la vallée, il est déjà facturé par Orange, alors pourquoi encore le taxer sur la facture d'électricité. Mais j'admire surtout "la carotte" finale de reversement éventuel d'une quote-part aux communes. Visiblement 17 communes sur 18 se sont laissées prendre à l'hameçon, alors que cette promesse n'est même pas chiffrée ! Mais après tout, elle n'engage que ceux qui y croient.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 8 mars 2016

Factures d'électricité

Votre consommation a baissé, votre facture augmente !

electricite

On peut se demander les raisons de ce paradoxe. Il est tout simple : c'est l'application du vote des conseillers municipaux et des délégués intercommunaux de 17 des 18 communes de la vallée (seuls ceux de Thanvillé ont voté contre).

Voici le texte voté par une majorité de nos élus :

electricite1Lorsque la compétence décrite était communale, il arrivait qu'elle n'était pas perçue, ou représentait  1 ou 2% de la consommation, la comcom l'a fixée de façon brutale et sans motif bien apparent à 8%. On peut se poser aussi la question pourquoi un fournisseur d'électricité aurait vocation à jouer un rôle de percepteur. A moins qu'il y ait une volonté manifeste de démanteler un peu plus le service public en milieu rural ! Merci, chers élus, nous penserons à vous le moment voulu. 

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 7 février 2016

Vosges : le monde rural fait encore les frais du démantèlement du service public

40 villages sans boîtes aux lettres

poste1

« La Poste a mis au point, après des années de bons et loyaux services, un nouveau module de formation : arracheur de boîtes aux lettres. Cette innovation se traduit par l’arrachage de boîtes jaunes dans les hameaux de nos villages. Les opérations se déroulent certainement la nuit, à l’abri des clients postaux, pour éviter le stress des administrés. Merci pour cette délicatesse. » Écœuré et très en colère, c’est en ces termes sarcastiques que Michel Fournier, président des maires ruraux qualifie l’attitude de la Poste qui, depuis une dizaine de jours, procède au retrait de certaines boîtes aux lettres de rue. « Les maires sont révoltés. Certains ont même failli porter plainte pour vol de boîte aux lettres. Même les facteurs n’étaient pas au courant. La Poste ne mesure pas que ça a un impact sur les territoires ruraux. On atteint des sommets de la bêtise. Une seule boîte par village, c’est ridicule. Ça n’apporte qu’un sentiment de révolte qui va se traduire par un vote n’importe comment encore le prochain coup. »

Ces enlèvements concerneraient une quarantaine de villages vosgiens selon l’élu des Voivres : « Je n’ai même pas été prévenu, ni à aucun moment consulté sur le sujet. Merci à la Poste, défonceuse du service public, menteuse comme une arracheuse de boîtes ! », explique l’édile des Voivres qui a obtenu un rendez-vous avec le directeur régional la semaine prochaine.»

De son côté, la direction de la Poste, a répondu par l’intermédiaire d’un communiqué.

Une boîte pour 200 habitants

Si l’institution se gargarise de proposer l’un des réseaux parmi les plus denses en Europe avec 140 331 boîtes en France fin 2013, dont 128 000 de rues, soit une boîte pour 200 habitants, elle reconnaît également être obligée de vivre avec son temps et de se moderniser : « Il faut s’adapter aux modes de vie et de consommation des Français (des boîtes aux lettres près des lieux de vie, des boîtes aux lettres propres et bien entretenues, des boîtes aux lettres pour un dépôt tardif) et à la diminution constante du volume de courrier depuis plusieurs années. Aussi, la baisse du nombre de boîtes aux lettres (moins de 1 % en comparaison avec l’année dernière) doit être comparée à une baisse de près de 6 % du volume de courrier. » Autre chiffre assez explicite : celui du courrier collecté en boîtes aux lettres qui ne représente que « 12 % du total du courrier traité par la Poste, le reste étant collecté soit aux guichets des bureaux de Poste, soit déposé directement dans les centres de traitement de courrier. »

Du côté de la défense, on va même jusqu’à rappeler que « le facteur est à même d’emporter toutes les lettres à poster que les clients lui confieront » ou qu’il est indiqué sur les boîtes restantes les lieux de dépôt plus tardifs les plus proches.

Autant d’arguments qui auront du mal à convaincre les élus et leurs administrés de tous ces villages de plus en plus oubliés.

(Vosges-Matin du 6/2/2016)

Posté par jl boehler à 03:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 29 janvier 2016

Hôpital de Sélestat

Le démantèlement des services publics de proximité continue !

hopital

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 29 décembre 2015

Démantèlement du service public

La Poste, bonne à tout faire !

services2

Décidément on va tout voir ! La dernière élection a vu l'expression du mécontentement du monde rural, notamment en matière de désaffection industrielle et du démantèlement du service public. Qu'importe, on continue comme avant, et une fois de plus le Val de Villé donne l'exemple. 

Pourtant ce démantèlement dure depuis bien longtemps, je le dénonçais déjà à travers ma candidature aux élections cantonales de 2004 ! J'avais donné des pistes, visiblement en pure perte (voir extrait de mon programme ci-dessous).

campagneQuelque temps plus tard, le Maire de Villé transformait l'ancienne école de garçons, devenue logement des soeurs garde-malades, puis centre administratif de la Sécurité Sociale, en "maison des services publics". Un grand progrès ? J'avais déjà exprimé mes doutes à cette époque, car le regroupement de différents services sous un même toit ne pouvait que correspondre à une diminution de la qualité de ces services, et à terme leur démantèlement. Et le fait de dire comme le premier magistrat villois : "Si elle n'a pas perduré (nb : la maison des services publics), c'est parce-que la commune et la communauté des communes, insuffisamment aidées par l'Etat, n'ont pas voulu payer les frais liés à la labellisation." C'est exactement ce genre de discours dont le citoyen ne veut plus. L'ex-candidat LR non élu devrait le savoir.

Soins palliatifs pour une vallée moribonde

Qu'est-ce que le MSAP ? Pour l'instant, c'est une table et un ordinateur coincé entre un guichet de la poste et les boîtes aux lettres,  sur le passage des clients de la Poste. Sans vouloir mettre en cause la bonne volonté des responsables de la Poste (qui ont eux-mêmes déjà subi une grande part de démantèlement, notamment dans les petites communes de la vallée), il faut reconnaître que ce MSAP (maison de service au public) est bien inadapté. On peut se poser la question notamment de la confidentialité des dossiers des personnes.

Mais nos élus sont contents, ils donnent l'impression de participer au progrès, alors qu'ils n'administrent à la vallée que quelques soins palliatifs adoucissant le démantèlement, alors que les friches agricoles, industrielles ou administratives se multiplient.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 27 octobre 2015

Villé : La première annonce du maire-candidat "Les Républicains" aux Régionales

Fin mai 2015, la CPAM envoyait un courrier à tous ses assurés pour annoncer la fermeture de la permanence de Villé à compter du 1er juin 2015 ! Voir le message de ce blog : Permanence de la sécurité sociale (lundi, 8 juin).

ss

On s'attendait à une réaction du Conseil Municipal de Villé, mais rien n'est venu. Et voilà que le bulletin municipal n° 5 d'octobre, même publié sur le site communal (on fait des progrès à la mairie), annonce la fermeture pour le 17 décembre (histoire d'embrouiller un peu plus les assurés sociaux ?). Toujours est-il qu'on attend toujours une réaction des municipalités de la vallée, de la comcom, de l'association des maires de la vallée présidée par le maire de Villé (s'il n'est pas trop pris par sa candidature aux prochaines élections régionales) et bien sûr aussi de nos deux représentants cantonaux (Bierry et Mozziconacci). Une motion contre cette fermeture ne serait-elle pas plus efficace que celle exposée au dernier conseil municipal concernant les dotations de l'Etat, que le maire ressasse dans son éditorial ?

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 8 juin 2015

Le binôme Bierry - Mozziconacci s'est encore planté

Lors de leur campagne électorale pour les élections cantonales, j'avais posé au tandem UMP candidat pour le canton Mutzig - Villé la question de la défense du service public, et notamment de l'éventuelle fermeture du guichet de la Sécurité Sociale à Villé. Frédéric Bierry, aujourd'hui président du Conseil Départemental, avait affirmé qu'il était pour le maintien du service public dans nos vallées. Quant à la candidate adjointe au maire de Villé, elle n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. Ce 4 juin, tous les assurés sociaux reçoivent un courrier leur indiquant que le guichet de Villé ferme à partir du 1er juin. Bierry / Mozziconacci, aujourd'hui élus d'une assemblée destinée à gérer les affaires sociales, un grand merci pour service non rendu ! Votre intervention a dû être décisive.

ss

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 8 avril 2015

Le PS et l'hôpital de Sélestat

 

banniere_ps

« De source syndicale, des menaces pèseraient sur le service de pédiatrie-néonatologie de Sélestat. Une logique comptable serait la seule motivation d’une possible suppression. Pourtant, ce service donne pleinement satisfaction et dégage des recettes qui bénéficient au budget général de l’établissement. Au regard de l’intérêt qui s’attache à son maintien, en terme de proximité et de qualité de prise en charge notamment, la section PS de Sélestat apporte son total soutien aux initiatives prises pour défendre la pérennité de ce service et invite la population à faire de même en signant la pétition diffusée sur les réseaux sociaux et auprès des commerçants sélestadiens depuis la fin de semaine dernière. Par ailleurs, Bénédicte Vogel, secrétaire de la section PS et conseillère municipale à Sélestat, a alerté Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, sur la situation dans un courrier en date du 1er avril 2015 et sollicité son aide et son soutien dans ce dossier. Au-delà de cette affaire, reste posée la question de la place et du rayonnement réservés à l’hôpital de Sélestat dans le cadre de la nouvelle organisation hospitalière régionale. » Section du PS de Sélestat.

Posté par jl boehler à 02:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 5 avril 2014

Service public à Villé : un vrai parcours du combattant

cpam2_0

Non, nous ne sommes pas dans la rubrique "humour", mais bien dans celle très sérieuse intitulée "service public". Le 10 avril 2011, j'avais déjà publié le post La sécu ferme le mercredi . L'évolution a continué dans le même sens, grâce au soutien de la mairie (nous rendons ainsi à César ce qui est à César). Et pour bien comprendre l'évolution, voici le témoignage d'un visiteur du blog :

"Vendredi dernier, je me suis rendu au bureau de la CPAM ouvert en principe ce jour-là, pour obtenir une simple attestation. J'y ai appris que le jour d'ouverture était désormais le jeudi. Enfin, tant pis ! de Breitenbach à Villé, juste pour ça, soit 2x4 km, au prix de l'essence qui baisse constamment, ce n'est pas catastrophique.

Je suis donc revenu le jeudi suivant. Fermé ! c'est à ne plus rien comprendre ! Il y avait quand même une petite affiche : "En cas d'absence, s'adresser à la mairie." Je me suis rendu à la mairie. Fermée, elle aussi ! ça doit être une journée de deuil national à Villé, je ne me l'explique pas autrement. Je téléphone quand même, mais ne tombe que sur un répondeur qui indique que la mairie est fermée. Mystère, car en partant, j'ai vu de loin sortir de la mairie la nouvelle première adjointe. Quand même ! la moindre des politesses aurait voulu qu'elle décroche le téléphone.

Je retourne à la maison des services publics, pas si publics que ça, et oh miracle ! une porte est ouverte. J'entre. Une dame me reçoit poliment, je lui explique tout aussi poliment ma requête, et alors que je m'attendais à recevoir mon attestation, elle me dit d'un air désolé : "Il n'y a pas d'électricité. L'informatique ne marche pas ! Revenez la semaine prochaine ou allez à Sélestat."  La discussion me fait comprendre que l'électricité dépend de la mairie.

Oui, mais j'avais déjà attendu une semaine, et la réception de mon papier devenait urgente. Je suis allé à la CPAM de Sélestat, profitant d'une nouvelle ... baisse de l'essence. Là j'attends dans une queue innommable ! Je prends un tiquet : le n° 344 ! Et comme le tableau indique le 341, je me dis que je vais passer rapidement... Pas de chance ! du 341, le tableau d'appel passe au 125 ! Une heure d'attente avant de passer à un guichet, où une dame, au sourire équivalent à celui de Margaret Thatcher, enregistre ma demande ... et m'informe que mon attestation me parviendra par envoi postal.

Décidément, si vous êtes en bonne santé, ne vous adressez pas à la Caisse Primaire d'Assurance Maladie. Vous en tomberez malade. Et à ce jour, j'attends toujours mon attestation."

Posté par jl boehler à 00:14 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,