samedi 26 décembre 2020

Mésaventure en forêt vosgienne

Le champion de VTT Julien Absalon braqué par un chasseur lors d’une sortie dans les Vosges

absalon1Le double champion olympique de VTT Julien Absalon a eu une sacrée frayeur lors d’une sortie vendredi 18 décembre. Il a été ciblé par le fusil d’un chasseur, comme il le raconte sur son compte Facebook.

Fusil chargé mais pointé en l’air

Le sportif a confronté l’homme qui braquait un fusil sur lui, ce dernier rappelant bien que son fusil était chargé, mais « pointé en l’air » et non sur le cycliste.

Julien Absalon a également tenu, sans polémiquer, à s’interroger sur la dangerosité d’un homme qui « chasse seul avec son chien », pour reprendre les mots du chasseur lui-même. Une rencontre et une frayeur dont se serait bien passé l’ancien champion de VTT…

"Je ne souhaite pas créer de polémique mais j’ai une petite question.
Hier, lors de ma sortie en VTT à la sortie d’un virage j’ai été mis en joue par un chasseur, j’ai crié pour lui notifier que je n’étais pas un sanglier (j’espère qu’il avait remarqué...).
Je lui demande pourquoi il me vise, il me répond que son fusil est chargé (rassurant) mais qu’il est en l’air (un peu en ma direction quand même...). Bon on s’explique calmement (en même temps il vaut mieux car il a une arme chargée dans les mains...)
Avant de repartir je lui demande si il est seul.
Il me répond : oui, je chasse seul avec mon chien.
Du coup ma question : Est-il autorisé de chasser seul ? Du coup sans signalement sans mettre de panneau....
Je ne suis pas anti-chasse mais c’est un peu « étrange » de croiser en forêt des personnes seules armées de fusils chargés."

Posté par jl boehler à 03:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 22 novembre 2020

Petite frayeur et grosse colère

Gérardmer : Des promeneurs pris au beau milieu d’une chasse au parcours de santé

chassePlusieurs promeneurs se sont retrouvés au beau milieu d’une chasse ce dimanche matin. Chasse qui avait lieu sur le site du parcours de santé et qui avait semble-t-il joué les prolongations.

De promeneurs qui se sont donc faits une bonne frayeur et qui décolèrent pas. La question qui se pose est donc la suivante : la chasse avait-elle le droit de se dérouler sur ce site, qui plus est en dehors de l’horaire prévu par une autorisation définie jusqu’à 10 h 30 ? Pour ce qui est des promeneurs, ils étaient à priori tous dans le cadre de la fameuse attestation de sortie dérogatoire, à savoir : « Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie. » De sortie sur un sentier entretenu, balisé et relativement plat, ils ne prenaient pas non plus de grand danger…

battue3« Il y avait semble-t-il un panneau indiquant la chasse jusqu’à 10 h 30 nous a dit un autre promeneur. Panneau que nous n’avons pas vu à notre arrivée et notre retour de promenade car nous sommes arrivés après 10 h 30. Le panneau avait donc sans doute été retiré à ce moment là, donc je ne me suis pas méfié, et pourtant ça continuait de tirer ! » confie ce promeneur qui était avec ses deux enfants. Et d’ajouter : « De retour à mon domicile, j’ai appelé la Gendarmerie qui m’a confirmé que les chasseurs avaient bien une autorisation pour chasser en forêt, mais semblait également surprise qu’il puisse y avoir une chasse sur ce  parcours de santé qui est tout de même dédié à la promenade… Le Gendarme m’a dit qu’ils allaient se rendre sur place, mais que les chasseurs auraient sans doute quitté les lieux entre temps puisque j’avais eu une petite conversation avec l’un d’entre eux... » Bref, la question demeure en suspens, que prévoit exactement la loi ?  Pour l’heure, la seule chose qui est sûre, c’est que promeneurs et chasseurs font rarement bon ménage et ne devraient pas pouvoir se croiser sur un même sentier pour des raisons évidentes de sécurité…

Posté par jl boehler à 06:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 16 octobre 2020

Désertification bancaire

Provenchères-sur-Fave n'a plus de distributeur de billets

provench_res

Outre le manque de services publics, les communes rurales souffrent de la désertification bancaire. Les distributeurs automatiques de billets disparaissent petit à petit comme à Provenchères-sur-Fave, dans les Vosges.

On compte 53 000 distributeurs de billets dans le pays. Cependant, 28 000 communes, essentiellement rurales, n'ont aucun dispositif. De ce fait, douze millions de Français n'ont aucun accès à l'argent liquide. A Provenchères-sur-Fave, le distributeur de billets a été retiré par la banque faute de rentabilité. Il faudrait 10.000 euros par an à la commune pour que le distributeur soit maintenu. Impossible pour le maire.

Pour de nombreux habitants et commerçants, cela pose problème. Ils sont obligés de se rendre à Saint-Dié-des-Vosges, située à 15 km, pour retirer de l'argent liquide.

Posté par jl boehler à 01:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 7 octobre 2020

Vosges – Le Département s’intéresse à la bioénergie

Utiliser les accotements routiers pour produire du biogaz, le Conseil départemental y réfléchit depuis 2018. Une expérimentation à plus grande échelle est actuellement en cours et se poursuivra en 2021. Explications.

vosgesDepuis 2018, le Conseil départemental des Vosges cherche à valoriser la biomasse du bord des routes pour alimenter les unités de méthanisation du territoire, avec comme objectif de produire du biogaz. Chaque année, le Conseil départemental entretient près de 5000 kms d’accotements routiers, ce qui représente des quantités non négligeables de matière organique. On estime que plus de 10 000 tonnes de biomasses sont ainsi fauchés !

Pour récupérer cette « bioénergie », qui n’est d’autre que de l’énergie solaire stockée sous forme de carbone dans de la matière vivante, en l’occurrence de l’herbe, une faucheuse spéciale est nécessaire. L’outil, développé par la société Lorraine Norremat, aspire littéralement les résidus de tonte. L’herbe ainsi récupérée est stockée dans une benne située à l’arrière de la faucheuse. Une fois la remplie, la benne est débarrassée d’éventuels déchets (cannette, plastique, verre, mégots), et transportée dans l’une des 40 unités de méthanisation du département. Elle est vidée dans les digesteurs, sorte de « grosse marmite verte » que l’on peut apercevoir lorsque l’on parcourt la campagne… Une fois l’herbe « digérée » et décomposée, on récupère du gaz et de la chaleur. On peut ainsi chauffer des bâtiments, utiliser le gaz comme combustible ou pour produire de l’électricité.

L’expérimentation en cours fait l’objet d’un suivi chiffré, comparatif et précis pour évaluer le coût et les gains de l’opération globale. On sait déjà que récupérer la matière organique permet de réduire les coûts de curage des fossés.

L’opération est financée et soutenue par l’Agence Française de la transition écologique (ADEME) à hauteur de 88 585 € pour une opération totale de 117 750 €. A noter que d’autres départements (Bas-Rhin, Saône et Loire) réfléchissent à mettre en œuvre cette action qui pourra être dupliquée et un réseau collaboratif et d’échanges d’expériences pourrait voir le jour.  (selon Vosgesmag)

Posté par jl boehler à 02:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 2 octobre 2020

RN59 – Travaux de réfection de chaussée, côté vosgien

Entre Remomeix et Raves, du 12 au 24 octobre

Du lundi 12 au samedi 24 octobre, la DIR Est va réaliser des travaux de réfection de chaussée sur la RN59, de Remomeix à Raves. Ces travaux seront réalisés les nuits, de 20h à 6h, hors week-end.

59RN

  • Les usagers désirant se rendre en direction de Strasbourg seront déviés par la RD58C, puis la RD420 jusqu’au giratoire de Frapelle;
  • Les usagers venant de Provenchères seront déviés par la RD420 jusqu’à l’intersection de la RD420, et de la RD58C à Remomeix;
  • Les usagers désirant se rendre vers la RD459 en direction de Sainte-Marie-aux-Mines emprunteront la sortie Raves sur la RN159;
  • Les usagers venant de la RD459 et désirant se rendre vers Nancy seront déviés à Raves par la RN159, puis utiliseront la déviation la RD420 depuis Frapelle.

Durant la période des travaux, il est probable qu’un afflux massif d’automobilistes ait lieu.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 21 août 2020

Une escroquerie de plusieurs centaines de milliers d’euros

Vosges : Ils vendaient aux seniors un « masque miracle » à 1500 euros pièce

arnaqueLes gendarmes vosgiens ont interpellé six individus soupçonnés d'être à l'origine d'une vaste escroquerie au masque anti-coronavirus. Les victimes, des personnes âgées, étaient contactées par une plateforme de de phoning basée au Maroc. Ils profitaient de la crise sanitaire pour vendre un "masque miracle" à 1500 € jouant sur la vulnérabilité au virus des seniors.

Au cours du mois de juillet une plainte pour escroquerie et abus de faiblesse avait été déposée à la gendarmerie de Gérardmer.

Le mode opératoire est un peu plus élaboré. Les victimes, des personnes âgées, sont contactées par une plateforme de phoning basée au Maroc leur annonçant qu’elles ont gagné un prix de valeur. Mais pour se faire remettre le joli cadeau, elles doivent assister à une présentation, au cours de laquelle elles se voient proposer des produits hors de prix par de prétendus kinésithérapeutes. Ainsi, profitant de la crise sanitaire, ils ont réussi à vendre le « masque miracle » à 1500€ pièce jouant sur la vulnérabilité des seniors.

De nombreuses victimes dans toute la France
Les investigations réalisées par les gendarmes mettent en évidence une escroquerie à l’échelon national avec un nombre de victimes considérable.
Le juge d’instruction délivre une commission rogatoire nationale afin de poursuivre l’enquête et confie le dossier à la brigade des recherches de Saint-Dié-des-Vosges.
Débute un véritable travail de fourmis qui permet d’identifier 6 auteurs et à ce jour, plus d’une centaine de victimes en France.
Les individus sont interpellés. Trois sont placés en détention provisoire et trois sous contrôle judiciaire.
Les perquisitions réalisées par les enquêteurs ont permis la saisie de documents prouvant les escroqueries et abus de faiblesse, mais également de véhicules de luxe, pièces de joaillerie, mobilier et articles de déco, et en attente, de biens immobiliers d’une valeur de 400 000 €.
Une escroquerie de plusieurs centaines de milliers d’euros
L’analyse des comptes bancaires des auteurs laisse apparaître un bénéfice de plusieurs centaines de milliers d’euros découlant de l’escroquerie, somme qui n’a pas fini de grimper puisque toutes les victimes ne sont pas encore recensées. (selon "Saint-Dié Infos")

arnaque1

Posté par jl boehler à 01:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 18 juillet 2020

Randonnée Breitenbach - Champ du feu

215002153_7a

Posté par jl boehler à 00:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 17 juillet 2020

31ème Festival International de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges

Malgré des incertitudes liées à l’actuelle crise sanitaire, le 31ème Festival de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges aura bien lieu cet automne, les vendredi 2, samedi 3 et dimanche 4 octobre prochains.

31_me_FIG_2020_Affiche

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 4 juillet 2020

Insécurité routière et les nuisances sonores

L'association "SOS Massif des Vosges" pointe du doigt

moto1

En cette fin juin, l’association SOS Massif des Vosges pointe du doigt « le bruit et l’insécurité générés par un nombre élevé de motos sur les routes des vallées et des crêtes du Massif Vosgien, qui s’en sont trouvés décuplés à la faveur du déconfinement. »

« Les week-ends qui ont suivi le déconfinement ont connu ce que beaucoup de personnes ont perçu comme un déchaînement de vacarme et de bruit, constituant une atteinte insupportable à la qualité de vie que l’on est en droit d’espérer dans un espace naturel. Cela ne peut plus durer » déplore l’association, qui ne veut cependant pas engager une guerre contre les motards.

« Les motards ont, comme n’importe quels autres usagers de la route, le droit d’y circuler. Mais à ce doit sont associés des devoirs. Le premier d’entre eux est, pour les motards comme pour les autres usagers, de respecter le Code de la Route et notamment de rester maître à tout moment de leur véhicule, en adaptant leur comportement au contexte et aux circonstances. Il est par conséquent parfaitement inacceptable, qu’au nom d’un petit plaisir égoïste, quelques individus colonisent, par le bruit et l’insécurité, des espaces naturels, lieux de calme et de sérénité, en excluant de fait tous les autres. »

Concrètement, SOS Massif des Vosges propose les mesures suivantes :

  • Le classement symbolique de la route des crêtes en « route touristique » et la limitation de la vitesse à 40 Km/h (vitesse paysagère), sur la totalité de son parcours et des tronçons adjacents ainsi que la réduction à 60 Km/h sur l’ensemble des routes du Massif;
  • La fermeture aux véhicules à moteur de tronçons significatifs de la route des crêtes, entre le col de la Schlucht et le col du Calvaire par exemple, partie de la route qui traverse de part en part la réserve nationale du Gazon du Faing et qui affecte fortement ses objectifs de protection de la faune et de la flore;
  • La fermeture de la route d’accès au Hohneck qui transforme ce sommet emblématique des Vosges en parking embouteillé et inutile;
  • La mise en place de contrôles sérieux et ciblés, tant de la vitesse que du bruit (il existe aujourd’hui des radars de bruit qui peuvent être déployés en points fixes ou mobiles). Chacun a pu constater pendant le confinement la présence nombreuse et très inhabituelle de forces de gendarmerie chargées du contrôle d’éventuels randonneurs sur l’ensemble du Massif, il serait difficilement compréhensible que l’on nous oppose aujourd’hui le manque d’effectifs ou toutes autres raisons pour justifier le laisser aller et se satisfaire de quelques opérations « coups de poing » sans lendemains. (selon "Saint-Dié.info")

    moto3

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 12 janvier 2020

Une oreille tendue vers les élus de la montagne

Les Vosges alsaciennes absentes du débat ?

vosges4

Invitée à présider le conseil national de la montagne qui se tenait ce vendredi à Saint-Dié-des-Vosges, la ministre Jacqueline Gourault a martelé sa volonté de concertation entre les élus des territoires montagneux comme les Vosges et l’État. Le but : être à l’écoute des problématiques spécifiques à la montagne et proposer des politiques adaptées. Encore faudrait-il que tous les interlocuteurs soient présents. Car la vice-présidente alsacienne du Comité du Massif Vosgien, une fois de plus, manquait à l'appel. Et on peut se demander qui représentait ce versant du massif pendant que le président Bierry fêtait la nouvelle année et le départ à la retraite du président Riebel à la comcom de la vallée de Villé.

vosges5

Pourtant à l’ordre du jour figurait notamment le désormais célèbre décret relatif à l’obligation d’équipement des véhicules en période hivernale, « prêt depuis deux ans mais reporté d’abord à cause de la crise des gilets jaunes puis de l’opposition des transporteurs routiers » précisait la ministre. Il était aussi question de la prise en compte de la politique de la montagne dans la future Agence Nationale de Cohésion des Territoires, des montants alloués aux futurs contrats de plan interrégionaux de massif, mais aussi de la caisse pivot des saisonniers pluriactifs (moniteurs de ski, guides, personnel hôtelier, etc...) du régime spécial de l’activité partielle en montagne (sujet qui horripile pourtant le président Macron), ou face au changement climatique, ou encore du maintien des espaces agricoles et du déboisement.

La manifestation improvisée à l'arrivée de la ministre n'y a rien fait. Malgré le contexte social tendu qui entoure le projet de réforme des retraites, la ministre de la Cohésion territoriale a tenu à se concentrer sur son cheval de bataille, l’aménagement du territoire, sans en dévier d’un iota. Et pas n’importe quel territoire : la montagne.

Profitant de la perche tendue par ce Conseil National de la Montagne qu’elle préside à l’espace François-Mitterrand de Saint-Dié ce vendredi, elle a expliqué en premier lieu le projet de loi dit des « 3D » : décentralisation, différenciation et déconcentration. « Tout doit être appliqué en fonction de la géographie des territoires, comme le transport ou la santé dans des vallées de montagne avec des services publics éloignés », constate la ministre.

Une différenciation à discuter lors de concertations

vosges1

Pour ce faire, les élus des territoires pourront exposer leurs besoins et leurs propositions à l’occasion de concertations régionales organisées prochainement. Aucun domaine n’est exclu. Ce travail interministériel doit aboutir à un texte qui doit être « prêt pour la fin du premier semestre 2020 ».

Parmi les inquiétudes de la montagne : le réchauffement climatique, « une réalité » et les forêts. « Ce n’est pas qu’un territoire touristique et sportif. Il y a une voix de la montagne avec des problématiques spécifiques : les saisonniers, la pluriactivité, les équipements spéciaux en hiver ou les conditions du maintien d’une agriculture de montagne », expose Annie Genevard, présidente de l’association nationale des élus de la montagne. Également députée LR du Doubs, elle souhaite que la ministre puisse faire entendre cette voix spécifique au gouvernement.

Des conseils avec une nouvelle agence

Depuis le 1er janvier, l’Agence nationale de la cohésion des territoires a vu le jour. Fruit de la fusion entre l’Agence du numérique, le Commissariat général à l’égalité des territoires et l’Établissement public national d’aménagement et de restructuration des espaces commerciaux, elle doit conseiller les collectivités territoriales avec une fonction « d’ingénierie » juridique, financière ou technique comme sur le programme "Action coeur de ville" ou les maisons France Service.

Une chose est sûre : la ministre assure qu’il y aura un programme spécifique consacré à la ruralité de montagne pour mener des politiques publiques adaptées. Reste à voir l'application... avec des élus absents ?

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,