dimanche 30 avril 2017

Le blog de Frédéric Faravel, militant socialiste

Ne pas reculer pour mieux sauter en 2022 !

faravel

 Comme en 2002, la gauche sort éliminée du premier tour de l'élection présidentielle ; à une différence près... le score total de la gauche est bien plus catastrophique (à peine 28%, le pire jamais cumulé à une présidentielle), comme le laissait imaginer les reniements et les échecs du quinquennat de François Hollande (qui sur les questions européenne, économique et sociale aura fait l'exact contraire de ce à quoi il s'était engagé devant les citoyens). Par sa politique, il aura fracturé la gauche, durablement peut-être, il aura également inscrit les rapports de la gauche socialiste et des Français sous le signe de la défiance, durablement sans doute.

Pourtant un temps, avec la réussite (inespérée) de la primaire de la gauche et l'élan réel de la campagne interne de Benoît Hamon, avec ensuite la dynamique de fond de Jean-Luc Mélenchon, on a pu espérer que la gauche saurait se reconstruire et retrouver enfin le sens de son projet et de ses valeurs. Las, on ne dira jamais assez à quel point leur incapacité partagée à s'accorder et se rassembler place aujourd'hui la gauche et surtout la France dans une impasse.
J'espère que désormais l'intelligence prévaudra et que pour les élections législatives la gauche saura se rassembler sur la base des projets de ses deux candidats pour qu'un groupe parlementaire d'opposition fort puisse combattre les politiques de faillite économique et de régression sociale qui s'annoncent.

Car si le réactionnaire François Fillon est heureusement écarté, les projets portés par Emmanuel Macron sont du point de vue économique, social et européen à la fois dans la continuité libérale, mais aggravés, de François Hollande et dans une certaine convergence avec les propositions de François Fillon.

Tout le monde connaît mon opposition viscérale à l'extrême droite et à Marine Le Pen, comme à son père auparavant et à tous leurs séides ; je ne confond pas la droite et l'extrême droite, même si depuis Nicolas Sarkozy la droite s'est donnée beaucoup de mal pour nourrir la confusion. Cependant, ce soir, j'ai bien plus peur qu'auparavant car deux courses vers l'abîme nous sont présentées : le nationalisme xénophobe et le libéralisme technocratique... Emmanuel Macron propose de poursuivre en l'aggravant la politique de François Hollande qui a échoué et qui a été rejetée au point que celui-ci a renoncé à se représenter. Il propose même des orientations que la droite réactionnaire partageait (autonomie des établissements scolaires, parmi tant d'autres) ou n'osait pas imaginer (déconstruction de l'assurance-chômage).
Ces politiques ont fait prendre 5 points au Front National en 5 ans, il lui a permis d'atteindre plus de 27% aux élections régionales. On imagine ce que pourraient donc être les conséquences de la perpétuation de ces politiques. Enfin le profil présenté par Emmanuel Macron, fait de libéralisme éculé, de technocratie sourde et d'indifférenciation politique droite-gauche, propose une incarnation presque parfaite à l'argumentation du FN sur l'UMPS ou LRPS.

En conscience, je ne peux soutenir une personnalité et une politique qui serviraient de marchepied à Marine Le Pen en lui permettant une nouvelle progression qui lui apportera la victoire en 2022 avec sans doute une majorité parlementaire à la clef. Je ne veux pas soutenir  quelqu'un qui permettra à l'extrême droite d'arriver en meilleure position plus tard. On ne peut pas combattre l'extrême droite avec quelqu'un qui nourrira sa dynamique.
Si donc il faudra faire battre Marine Le Pen et son programme de haine le 7 mai, jamais il ne faudra donner la moindre caution à l'orientation de celui qui sera sûrement élu. Dès aujourd'hui, nous devons nous mobiliser pour dénoncer l'extrême droite comme les libéraux lors des élections législatives et engager une opposition frontale à leurs projets dans le prochain hémicycle de l'Assemblée Nationale.

Nous devons maintenant construire une nouvelle gauche qui soit capable de conjuguer toutes ses cultures et d'offrir une espérance et un projet neuf qui a pu parfois, même imparfaitement, émerger des campagnes de Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon ou Arnaud Montebourg. Cette nouvelle gauche devra combattre tout à la fois la voie du libéralisme technocratique dépolitisé, la droite radicalisée qui n'hésitera pas à dériver encore, et enfin l'extrême droite en lui opposant un projet politique et culturel puissant et diamétralement différent.
Voila comment nous ferons reculer durablement l'extrême droite ; voila comment nous ferons renaître l'esprit de la République sociale.

Frédéric FARAVEL
membre des instances nationales du PS
membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du PS

Posté par jl boehler à 00:19 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 29 avril 2017

Avec Arnaud Montebourg ...

Déclaration étonnante ? Non, logique : Arnaud Montebourg défend son projet.

montebourg

Au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle, Arnaud Montebourg a lui aussi appelé à voter pour Emmanuel Macron, tout en lui faisant quelques petites idées.

Ce lundi, dans un communiqué publié sur son compte Twitter, l'ancien candidat à la primaire de la gauche, a annoncé qu'il soutiendrait Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle pour "combattre et rejeter" Marine Le Pen.

Mais Arnaud Montebourg ne s'est pas arrêté là. Il en a profité pour faire cinq suggestions au candidat d'En Marche! Des suggestions qui sortent tout droit de son programme comme : "la fin de l'austérité en Europe et en France", "le patriotisme économique, la réindustrialisation et le soutien au Made in France", "le maintien et l'amélioration de la protection sociale des Français", "le retour de l'indépendance de la France à l'égard des puissances du monde" ou encore "la nécessité de démocratiser le système politique sous la forme d'une VIe République", détaille Arnaud Montebourg dans son communiqué.

L'ex-candidat de la primaire de la Belle Alliance Populaire a par ailleurs invité Emmanuel Macron à "prendre en considération (la) France des oubliés et des perdants".

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 28 avril 2017

Marchands d'armes !

Le commerce d'armes fleurit comme jamais avant. Et en Allemagne et en France, on profite bien des conflits armés dans le monde...

armes

Cinq pays dans le monde n’ont aucun intérêt à ce que la paix s’installe. Les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France et l’Allemagne se partagent 74% du marché juteux des armes et – on les vend à peu près à n’importe qui. Si possible, aussi aux belligérants dans les mêmes conflits. Qu’ils s’entretuent – pourvu qu’on assure l’emploi chez nous.

Quand Jan van Aken, élu de « Die Linke » effectuait une mission d’observation en Syrie, il ne croyait pas ses yeux. Sur place, il trouvait des missiles français et allemands autant chez les troupes du dictateur Assad que chez les rebelles et d’autres milices qui combattent en Syrie. Selon les textes en vigueur, aucun de ces belligéreants n'aurait du se trouver en possession de ces armes. Et pourtant, tout le monde les avait.

Le fait que le plus grand importateur d’armes soit l’Inde, n’a rien de rassurant. Hormis la question comment un pays dont une large partie de la population vit dans la misère peut se permettre d’acheter autant d’armes, on est en droit de se poser la question pourquoi et pour qui l’Inde achète toutes ces armes. N’oublions pas que l’Inde fait partie de la fédération d’états la plus puissante du monde, largement ignorée en Europe, les « états BRICS », donc la Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Pour mener son conflit dans la région frontalière entre l’Inde et le Pakistan, l’Inde n’a tout simplement pas besoin d’autant d’armes, donc on peut se poser la question si l’Inde n’achète pas toutes ces armes pour le compte de tiers. Mais ça, personne ne veut vraiment le savoir.

Et quid des numéros deux et trois parmi les plus grands acheteurs d’armes ? Quid de l’Arabie Saoudite et du Qatar qui ont, tous deux, augmenté leurs importations d’armes pendant la période 2012 à 2016 de plus de 200% ? Ne sait-on pas que le régime de Riyad soutient des groupes terroristes ? Est-ce que les exportateurs d’armes ne veulent vraiment pas savoir pourquoi un pays minuscule comme le Qatar achète des armes à tout-va ? Mais non, tant que ce sale commerce assure des emplois chez nous, on se fiche pas mal où atterrissent les armes que nous produisons et qui se fait tuer.

L’hypocrisie de nos responsables face aux guerres et guerres civiles dans le monde est insupportable. Nous profitons de ces guerres en acceptant que les armes que nous vendons, tuent des êtres humains ailleurs. Et l’argument « si nous ne vendons pas ces armes, quelqu’un d’autre le fera » est plus que faible. Si les 5 grands producteurs et exportateurs d’armes décidaient d’un moratoire pour la vente d’armes, le marché des instruments à tuer baisserait de 74%. Et il deviendrait techniquement difficile de mener des guerres comme aujourd’hui. A quand un gouvernement qui aura le courage de casser ce cercle vicieux ? A quand une politique moins cynique qui respectera la vie d’autrui autant que nos sacro-saints emplois ?

Si le monde va aussi mal qu’aujourd’hui, il ne faut pas se tromper – nous en portons tous une part de responsabilité, en élisant des gouvernements qui continuent à fournir à tout le monde, les machines à tuer. Se trouver en tête du ranking mondial des exportateurs d’armes, n’est pas un succès commercial, mais une honte.(selon "Euro-journalist")

Posté par jl boehler à 00:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 27 avril 2017

Un journaliste de RFI condamné à 10 ans de prison au Cameroun

Pour avoir fait son travail

Ahmed_Abba_2

Le correspondant de RFI au Cameroun, Ahmed Abba, a été condamné à 10 ans de prison ferme pour "non-dénonciation d'actes de terrorisme et blanchiment d'actes de terrorisme" par le tribunal militaire de Yaoundé.

Le journaliste est condamné à "10 ans de prison ferme avec mandat d'arrêt à l'audience (...) et à verser 55.726.325 francs CFA" (environ 85.000 euros), a déclaré le président du tribunal, précisant qu'il pourrait faire cinq ans de prison supplémentaires en cas de non-paiement de l'amende.

"Ahmed Abba est déclaré non coupable d'apologie du terrorisme, coupable des faits de non-dénonciation d'actes de terrorisme, et blanchiment d'actes de terrorisme", a-t-il dit.

Le verdict a été annoncé lundi à 17H30 GMT après avoir été reporté de quatre jours à la suite du dernier procès du correspondant de RFI en langue haoussa. Le commissaire du gouvernement (procureur) avait requis la perpétuité.

Les avocats du journaliste, qui clame son innocence, ont décidé de faire appel dès mardi matin.

"RFI est consternée par le verdict du tribunal militaire de Yaoundé", a indiqué dans un communiqué la radio très écoutée en Afrique, ajoutant qu'"aucune preuve n'a été apportée au dossier" et que "cette condamnation est celle d'un journaliste qui n'a fait qu'exercer son métier".

Cette condamnation après un "procès injuste" est "un travestissement de la justice", estime pour sa part dans un communiqué l'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International.

Correspondant de Radio France Internationale (RFI) dans le nord du Cameroun, qui est la cible des attentats de Boko Haram, Ahmed Abba avait été arrêté fin juillet 2015 à Maroua, dans l'extrême-nord du pays.

Le journaliste de RFI, qui risquait même la peine de mort début avril, est soupçonné par les autorités camerounaises d'avoir collaboré avec le groupe extrémiste Boko Haram et de ne pas avoir partagé les informations qu'il détenait.

Il a d'abord été incarcéré par les services de renseignements camerounais pendant trois mois et affirme avoir subi des actes de torture. Ahmed Abba a finalement été transféré à la prison de Yaoundé où il est détenu depuis 636 jours.(lu dans "Oeil d'Afrique")

* RFI : Radio France International.

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 25 avril 2017

Elections à double emploi

Distribution au bureau de vote !

A Villé, la municipalité a profité de l'ouverture du bureau de vote pour distribuer un "courrier aux habitants de Villé", qui doit être un premier d'une série puisque "courriers" s'écrit avec un "s" (au pluriel). Attendons-nous donc à trouver une nouvelle information le 7 mai prochain, ainsi qu'au mois de juin lors des élections législatives. Peut-être même aurons-nous droit enfin de cette manière au prochain bulletin municipal. Une manière de soulager de leur travail traditionnel les élus locaux en surcharge de distributions diverses ?

_lections

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 24 avril 2017

Côte d’Ivoire : l’opposition n'est pas morte

Nouvelle coalition pour contrer Ouattara 

ci

En Côte d’Ivoire, l’opposition se remobilise avec une nouvelle coalition politique, Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (ESD), dont le président est Georges Armand Ouégnin. Cette nouvelle union de l’opposition ivoirienne a vu le jour ce jeudi 20 avril 2017.

Cette coalition, présidée par Georges Armand Ouégnin, médecin de profession et vice-président du RPP, le parti de Laurent Dona Fologo, est composée de quatre partis politiques, le Rassemblement pour la paix (RPP), l’Alliance ivoirienne pour la République et la démocratie (AIRD), l’Union des nouvelles générations (UNG) et le Front populaire ivoirien (FPI) tendance Aboudramane Sangaré et de plusieurs organisations comme le Congrès panafricain des jeunes et des patriotes (Cojep) ou de syndicats, comme le Syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire (SYNAP-CI), souligne RFI.

Une convention en douze points a été signée par les parties prenantes à cette coalition concernant entre autres la réconciliation nationale, la libération des prisonniers politiques, la liberté de la presse, la politique monétaire du pays ou le procès de Laurent Gbagbo et Charles Ble Goudé à la CPI, souligne le site.

Dans son discours de clôture, le président Georges Armand Ouégnin a souligné les trois points fondamentaux qui doivent, à son avis, conduire ce mouvement politique : réaliser une vraie réconciliation nationale, la restauration de la liberté d’opinion en Côte d’Ivoire et la reconquête politique du pouvoir d’Etat en 2020 par des élections libres, consensuelles et transparentes. (selon "Afrik.com")

Posté par jl boehler à 03:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 23 avril 2017

Présidentielle : le message d'Iris Mittenaere

com

Iris Mittenaere, Miss Univers 2016, a posté un message à l'attention des électeurs français sur la page Facebook de Miss Univers. Elle demande à tous les Français de se rendre aux urnes ce dimanche pour le premier tour de l'élection présidentielle. Si Iris Mittenaere n'avait pour l'instant pas vraiment donné son avis sur la situation en France, elle a fini par s'impliquer ce vendredi 21 avril.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

samedi 22 avril 2017

Tati en danger : 1700 emplois menacés !

Mobilisation des salarié.e.s de Tati, dont les 1700 emplois sont menacés par la mise en vente de leur enseigne. Cette revente a lieu au moment où la loi Travail, qui facilite les licenciements en cas de reprise d’entreprise, entre tout juste en application. 

Lettre au PDG de Tati

tati

Monsieur Xavier Biotteau,

Vous êtes le patron du groupe Eram et vous possédez (encore) les magasins Tati que vous êtes sur le point de vendre. Les magasins Tati, la plupart des citoyennes et citoyens les connaissent pour leurs produits à bas prix. Tati, ce sont aussi 1700 emplois partout en France. 90 emplois sont directement menacés dans le Tati Barbès, à Paris.

Monsieur Biotteau, nous sommes inquiets. Aucune garantie n’a a ce jour été donnée pour la sauvegarde des emplois. Cette annonce a lieu au moment où la loi de Myriam El Khomri, qui facilite les licenciements en cas de reprise d’entreprise, entre tout juste en application. Alors que près de 6 millions de personnes sont au chômage ou en sous-emploi, la perte de 1700 emplois serait une catastrophe pour les familles concernées.

Votre groupe a bénéficié du CICE, aide directe de l’Etat français, à hauteur de 20 millions d’euros. Monsieur, pouvez-vous nous assurer que la sauvegarde des emplois sera une des conditions de la reprise ?

Merci d’avance de votre réponse,

Hakim BENCHALAL, TATI Stains – Fouzia BEKHEDDA, TATI Aubervilliers -Brigitte BONGOLO, TATI Stains – Nicole COGER, TATI Barbès – Hakima DJELLOUAH, TATI Stains – Armelle FLOQUET, TATI Nancy -Amparo ISIDORO, TATI Barbès – Mohamed ISSAC, TATI Sevran – Zahia NEBBACHE, TATI Stains -Sandrine PORTEMER, TATI Barbès – Yann PRIGEANT, TATI Clichy – Mélissa SABLON, TATI Italie 2 – Djaffar ZENNADI TATI Argenteuil

caroline

Cette action est soutenue par Caroline De Haas, initiatrice de la pétition « Loi Travail, non merci » et Ian Brossat, adjoint à la Maire de Paris. Ils sont tous les deux candidats aux législatives dans le 18ème arrondissement de Paris. 

Posté par jl boehler à 11:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 21 avril 2017

La « Marine Le Pen » allemande jette l’éponge

Frauke Petry subit exactement le sort qu’elle avait réservé au fondateur du parti « AfD » Bernd Lucke – elle s’est faite désavouer. Maintenant, elle déclare prendre sa retraite.

OK_Frauke_Petry_Harald_Bischoff_Wiki_ccbysa30_620x310

Lorsque l’extrême-droite ne sait pas si elle doit adopter des positions d’extrême-droite ou d’ultra-droite, elle a un problème. Et ce genre de problème est généralement l’occasion pour les extrémistes parmi les extrémistes de tenter un « putsch ». Frauke Petry , la chef de l’AfD, avait réussi le sien lorsqu’elle avait éjecté de son parti, le fondateur de l’AfD, Bernd Lucke. Mais sa joie n’était pas de longue durée – maintenant, ce sont les ultra-extrémistes qui ont eu raison d’elle. Dans la course à la nomination pour les élections législatives au mois de septembre, Frauke Petry s’avoue vaincue et ne sera pas candidate, « ni à titre individuel, ni dans une équipe de candidats ». Comment doit-on comprendre cette évolution ?

Frauke Petry, c’était la « Marine Le Pen allemande ». Tristement célèbre pour des propositions comme celle de tirer sur des réfugiés qui tenteraient de franchir clandestinement la frontière allemande, le reste de son parti estimait qu’elle n’était pas assez radicalement à l’extrême-droite. Ce sont les vieux hommes du parti, souvent avec un passé dans le parti NPD, qui prennent maintenant les commandes.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, mais l‘extrême-droite allemande glisse encore davantage vers la droite, se rapprochant ainsi de mouvements comme la « Pegida » qui porte la violence xénophobe dans les rues allemandes. Si Frauke Perty avait récemment essayé d’imiter sa collègue française en tentant de dédiaboliser son parti, cette nouvelle orientation n’était pas du goût des vieux hommes du parti qui eux, défendent des positions ouvertement antisémites, xénophobes et « völkisch », utilisant sciemment une terminologie des nazis, cherchant des votes parmi cette frange de la population qui rêve toujours d’un « Reich » de 1000 ans.

Au niveau électoral, le retrait frustré de Frauke Petry risque d’affaiblir davantage ce parti qui, après un essor fulgurant, commence déjà à s’effriter. Désormais, ce ne seront plus que les électeurs à tendance néo-nazi qui voteront pour l’AfD et les « électeurs de protestation », nombreux, se rabattront certainement sur des partis de la droite bourgeoise.

Dès qu’il faut discuter contenus, l’extrême-droite a un vrai problème. Fort en slogans, l’AfD peine à présenter un programme politique digne de ce nom – mais pour les électeurs, il ne suffit plus d’être simplement contre tout. L’AfD, c’est le parti qui est contre le monde politique, contre les étrangers, contre les médias, contre l’Europe, mais comme dans d’autres pays, ces extrémistes n’ont aucune idée comment diriger un pays.

Après le mauvais score de l’ami néerlandais de Frauke Petry, Geerd Wilders, et après le mauvais score aux élections régionales en Sarre, l’AfD a perdu sa dynamique. C’est rassurant que ce parti s’auto-dévore, car les électeurs n’apprécient pas ce genre de manque d’orientation politique. Maintenant que les vieux qui rêvent d’un 4e Reich prennent les commandes, l’AfD s’auto-disqualifie aux yeux des électeurs et ceci est donc une bonne nouvelle. Il faut croire que sur l’échiquier politique en Allemagne, il n’y a pas vraiment de la place pour des formations qui défendent des idées proche des néonazis. Tant mieux ! (selon "Eurojournalist")

Posté par jl boehler à 02:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,