samedi 9 septembre 2017

Macron met ses policiers au régime sec

Un banquier ça sait compter et ça économise 

forbach1

Lundi 4 septembre, jour de la rentrée des classes, Emmanuel Macron était en visite dans une école primaire de Forbach. Un voyage officiel (VO) qui nécessitait un important dispositif de sécurité. Les fonctionnaires de la Direction départementale de la sécurité publique de Moselle (DDSP) avaient reçu des renforts extérieurs à l’instar des hommes de la Section d’intervention (SI) de Nancy, à en croire les réseaux sociaux des différentes organisations syndicales.

En poste sur les lieux du VO avant 6 h du matin pour certains, les policiers recevaient, vers 10 h, un petit sachet repas. À l’intérieur : une pomme, une bouteille d’eau de source 50 cl, une mini-brique de jus d’orange et un sachet de 4 biscuits. Un encas dans l’attente d’un repas de midi qui tienne l’estomac ? Que nenni !

Ce sera la seule et unique collation - un « goûter d’écolier » plaisantent certains - distribuée aux forces de l’ordre chargées d’assurer la sécurité autour du déplacement présidentiel. Autant dire qu’il fallait avoir de la réserve pour tenir une vacation sur le terrain d’une durée de près de 10 h. « Quand on a su qu’il s’agissait du seul et unique repas auquel nous aurions droit, on a cru à une blague », note un policier. « C’est un manque criant de considération pour des économies de bout de chandelle. S’il y avait eu au moins un sandwich dans le colis, la pilule aurait peut-être pu passer mais là… D’autant que, bloqués sur le dispositif, on ne pouvait pas aller acheter de quoi se restaurer ».

Le buzz !

Le « goûter présidentiel » fait le buzz sur les pages Facebook à l’instar de celle du Syndicat Unité-SGP-Police FO. Et les commentaires fusent : « On dirait le goûter de mon fils de 6 ans » ; « Honteux » ; « Les voyous en prison ont des repas chauds matin, midi et soir » ; « Au prochain repas à l’Elysée, le cuistot devrait reprendre cette merveilleuse idée »…

Secrétaire départemental d’Unité-SGP-Police FO en Meurthe-et-Moselle, Abdel Nahass « n’accepte pas de telles conditions de travail ». Le représentant syndical compte « alerter le préfet délégué et saisir le CHSCT ». « C’est toujours la DDSP qui reçoit - ici la Moselle - qui à la charge d’assurer la restauration. Avec la possibilité de demander un remboursement à l’administration et en cas de déplacement hors du lieu de résidence, les fonctionnaires ont droit à un forfait repas de 15,25 €. Là, on en est loin ! ».

Un raté de cantine qui amenait nombre de policiers extérieurs au département de la Moselle, à se précipiter vers la première enseigne de restauration ouverte à la fin du VO. A priori, l’administration devrait tout de même rembourser le ticket à hauteur du forfait : 15,25 €. (selon "L'Est Républicain").

NB : Evidemment, ce repas est l'équivalent de celui pris à la tour Eiffel par les couples Trump et Macron le 14 juillet dernier. Une rentrée scolaire à Forbach, ça vaut bien une belle fête nationale.

trump

Posté par jl boehler à 00:08 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 19 août 2017

Proxénétisme saisonnier

Vacances à n'importe quel prix !

prostitu_e

C’est un emploi saisonnier pas vraiment comme les autres. Trois hommes originaires de Seine-Saint-Denis et de l’Essonne ont été interpellés ce week-end à Nice, indique Nice-Matin. Déférés devant le parquet de Nice, les trois hommes sont soupçonnés d’avoir prostitué deux de leurs amies, dont une mineure de 16 ans, cet été, à Nice et à Cannes. Et ce, afin de financer leur séjour sur la Côte d’Azur.

Le procureur Jean-Michel Prêtre a requis leur placement en détention provisoire. Une information judiciaire a été ouverte pour “proxénétisme aggravé”. Le trio était connu de la justice pour des violences ou du trafic de stupéfiants.

L’argent que gagnaient les jeunes filles était immédiatement dépensé, sur la Côte d’Azur,  Âgés entre 20 et 30 ans les trois proxénètes sont également soupçonnés d’avoir violenté les jeunes femmes.

Posté par jl boehler à 03:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

lundi 7 août 2017

Curiosity : cinq ans sur la planète Mars

Le petit robot à six roues, de 900 kg, de la taille d'un petit 4x4, a parcouru 17 km depuis son arrivée le 6 août 2012.

curiosity2

Les équipes internationales qui pilotent le robot Curiosity ont célèbré dimanche les cinq ans de la mission martienne. Initialement prévue sur deux ans, elle vise à évaluer l'habitabilité de la planète rouge et à préparer les futures missions habitées, vers 2033.

Emmené par la Nasa, ce programme fait aussi intervenir des ingénieurs du Cnes, l'agence spatiale française et plusieurs scientifiques français dont les Toulousains de l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie, chargés d'opérer la caméra laser ChemCam embarquée sur le rover américain.

Déposé par une sonde dans le cratère de Gale, après neuf mois de voyage, le robot mobile à six roues, de 900 kg, de la taille d'un petit 4x4, a parcouru 17 km depuis son arrivée le 6 août 2012. Ses déplacements sont pilotés à distance par les opérateurs du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa, depuis la Californie.

Pour réaliser ses analyses, le rover martien s'appuie sur dix instruments embarqués, dont deux franco-américains. C'est le cas de la caméra laser ChemCam (Chemistry Camera) qui a été en grande partie imaginée et conçue à Toulouse par les équipes du Centre national d'études spatiales (Cnes) et de l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie (Irap).

Hissée sur le mât du robot Curiosity, cette caméra chimique permet de réaliser à distance des tirs sur le sol et les roches pour connaître leur composition.

 Mars a été habitable 

curiosity«Le rover vise un échantillon et ChemCam envoie un faisceau laser très puissant, jusqu'à sept mètres, qui va provoquer une étincelle sur la roche. La lumière émise, différente selon le type de roche, va être utilisée pour une analyse spectrale», explique Olivier Gasnault, co-responsable des opérations scientifiques de ChemCam et chercheur à l'Irap.

«Cet instrument permet des mesures à distance, ce qui évite de déplacer le robot et donne un aperçu rapide de son environnement. En cinq ans, nous avons procédé à un peu plus de 480 000 tirs», précise le chercheur. En fonction de l'analyse des données, de futures cibles de roches sont choisies.

«Dès la première année, Curiosity a trouvé un ancien lac dont on pense que l'eau était compatible avec une vie microbienne. Ce lac et ceux qui ont été découverts par la suite, tous asséchés, sont restés suffisamment longtemps pour que la roche se transforme partiellement en argile attestant d'un environnement adéquat pour l'émergence de la vie. Cela confirme que Mars a été une planète habitable il y a 3 milliards d'années», explique Olivier Gasnault.

Reconduite deux fois

curiosity1

Le robot Curiosity longe actuellement une crête de 6 km de long à la base du mont Sharp, une montagne de sédiments consolidés en roches. Plusieurs couches géologiques, témoignant d'un changement climatique sur la planète rouge, y ont été repérées par les satellites. L'objectif dans les prochains mois est de permettre au rover de gravir cette crête pour aller explorer la zone argileuse qui se trouve derrière.

«Nous voulons comprendre les différences entre les roches argileuses visibles par satellite, qui attestent de l'altération des roches en présence d'eau dans le passé et d'autres matériaux argileux, découverts par le rover, pour appréhender, à partir d'une géologie locale, l'histoire globale de la planète Mars», précise Olivier Gasnault.

Prévue pour durer 23 mois, la mission Curiosity dans laquelle la Nasa a engagé plus de 2,5 milliards de dollars, a déjà été reconduite deux fois. La mission suivante, appelée Curiosity 2 ou Mars 2020, consistera à rechercher des traceurs biologiques, c'est-à-dire des traces de vie ancienne, à la surface de la planète rouge. (Selon "L'essentiel luxembourgeois")

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 22 juillet 2017

Eddy Merckx n'apprécie pas le tour de France 2017

La légende du cyclisme belge trouve que les étapes ne sont pas assez captivantes et que le Tour manque de spectacle.

merckx

Eddy Merckx était en visite sur le Tour de France vendredi dernier. Le quintuple vainqueur de l’épreuve n’est pas vraiment enthousiaste au sujet de l’édition 2017. «  J’ai regardé le Tour, mais je ne l’ai pas vraiment trouvé intéressant.  »

Merckx était présent au départ de la 19e étape, à Embrun, aux côtés du manager du Sporting d’Anderlecht et de Justine Henin. «  C’est toujours chouette de venir au Tour  », a-t-il déclaré avant le départ. «  J’ai suivi toutes les étapes, mais elles ne m’ont pas vraiment captivé. Ce n’était pas un grand Tour, il y a eu peu de spectacle. Beaucoup d’étapes étaient assez ennuyeuses. J’ai souvent regardé le départ puis fait autre chose. Je ne suis pas resté des heures devant la télévision.  »

Merckx trouve que le parcours aurait pu être mieux dessiné. «  Ces longues et plates étapes doivent changer. Il ne se passe presque rien : une échappée qui est reprise dans les derniers kilomètres. Il y avait trop d’étapes où tu savais à l’avance qu’il ne se serait rien passé.  »

Le Cannibale s’attendait à une plus grande lutte entre les ténors. «  Je m’attendais quand même à quelque chose en montagne. Maintenant bon, Froome a toujours roulé défensivement, se défendait très bien et pouvait compter sur une équipe très forte. Lors du chrono d’ouverture, quatre hommes de Sky ont fini dans le top dix. Il ne s’est presque rien passé dans ce Tour. Beaucoup de leaders n’ont rien fait d’autre qu’attendre. Froome lui-même n’a jamais attaqué, mais il gagnera le Tour, donc s’est bien défendu. Il n’a rien fait d’exceptionnel, mais il n’y avait personne pour le battre. Il mérite la victoire. Bien entendu, il faut encore attendre le contre-la-montre, mais je ne vois pas qui pourrait encore le battre. Je ne pense pas qu’Uran puisse encore le dépasser dans le contre-la-montre.  »

Parmi les rivaux du Britannique, Romain Bardet a tenté sa chance à plusieurs reprises. «  Il a couru un bon Tour, mais n’était pas assez fort pour lâcher Froome. L’équipe de Froome est également trop forte, tu ne peux pas le nier.  »

Froome est en route vers une quatrième victoire finale au Tour. Peut-il poursuivre sa domination ? «  S’il continue à se concentrer uniquement sur le Tour, pourquoi cela devrait-il changer à l’avenir ? Il ne roule que le Tour  », a indiqué Merckx. Une conception du cyclisme que le Cannibale regrette un peu. «  Si tu vois les choses de la sorte, alors autant n’organiser que le Tour vu que c’est la seule course qui compte… Mais le cyclisme n’est pas que le Tour. L’histoire du cyclisme, c’est aussi le Tour d’Italie, Milan-San Remo, Paris-Roubaix… Toutes ces courses ont leur valeur. Je trouve dommage que tu ne le vois pas sur Paris-Nice, par exemple, ou d’autres courses.  »

Par rapport aux Belges, Merckx résume : «  la plupart des Belges roulaient au service de leur équipe. Ils ont bien roulé mais nous n’avons pas encore gagné et tu ne peux pas être satisfait de cela.  » (selon sud.info.be)

Posté par jl boehler à 02:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 21 juillet 2017

La double ou pluri-nationalité

Une réalité sociale et contemporaine

double

 La double citoyenneté ou plurinationalité est depuis quelques années de plus en plus l’objet de débats passionnés entre partisans et adversaires.

 La polémique concernant la double nationalité suit différents argumentaires. Pour les uns, le fait d’avoir une double nationalité serait être en partie étranger à ses pays. Pour les autres, la double nationalité constituerait une entorse au principe d’égalité des citoyens.

Or, un citoyen qui possède une double (ou plus de nationalités) n’est-il un citoyen a part entière de toutes ses citoyennetés héritées ou choisies ? En quoi un citoyen serait-il moins citoyen parce qu’il tiendrait à une double nationalité représentant son patrimoine humain ?

Cependant, certes la double nationalité ou plurinationalité opposée aux autres citoyens qui n’en ont qu’une seule pourrait sembler une inégalité face a ceux qui disposent d’un choix. Pourtant, l’essentiel de l’égalité des citoyens ne réside-t-il dans le seul fait que tout individu ne puisse se retrouver apatride ? De meme, l’égalité entre les citoyens ne réside-t-elle aussi dans le fait que lorsque le citoyen d’un pays possédant une double ou plurinationalité ne puisse se prévaloir d’une autre nationalité que celle du pays avec lequel il est relation ? Ainsi devant la loi, le citoyen est égal et ne saurait se soustraire à ses obligations au prétexte d’une autre nationalité.

Alors donc que la double ou plurinationalité est une richesse à partager, un héritage mixte et pourtant profondément citoyen de l’ensemble des appartenances, l’égalité véritable réside justement dans la citoyenneté entièrement exercée sans pouvoir opposer une nationalité étrangère aux fins de se soustraire à ses obligations en dehors des accords bilatéraux entre pays.

La citoyenneté exclusive des citoyens qui n’auraient qu’une nationalité par rapport aux citoyens qui disposent d’une double ou plurinationalité n’est ainsi aucunement menacée ou minorée si elle est mise sur pied d’égalité devant la loi du pays et que tout citoyen est garanti contre un arbitraire qui le transformerait en apatride.

Nul individu ne saurait en effet, n’avoir aucune patrie, aucun pays, situation des plus inhumaines. En revanche, dès lors que tout humain est assuré d’avoir une nationalité, en quoi s’opposerait, sauf cas exceptionnels tels des conflits armés, une double ou plurinationalité à un intérêt national ?

Par contre, la question à juste titre est de savoir si une double ou pluricitoyenneté en Europe demeure toujours une double ou plurinationalité ou bien si la nationalité européenne étant unique, il ne s’agirait que de double ou pluri-citoyenneté d’un même pays. Une telle interprétation voit le jour mais ne sera que pleinement valable le jour ou adviendra une Europe unitaire, régie par un centralisme démocratique moteur d’une véritable démocratie.

Dans l’hypothèse d’une Europe unitaire, la double ou pluri-nationalite serait constituée par le fait d’avoir la nationalité européenne et celle(s) d’(un) autre(s) état mais constituerait en temps de paix, toujours une richesse tant pour l’héritage ou le parcours de l’individu dépositaire que la collectivité garantie contre toute situation apatride.

En conclusion, a l’heure ou par exemple, la Chine envisage de réformer son code de la nationalité dans les prochaines années face à la réalité de citoyens chinois disposant d’une autre nationalité et fiers d’être chinois, pourquoi revenir sur une évolution des mentalités rarement combattue, même au sein de pays refusant la double ou pluri-nationalite qui sont pour l'essentiel des états justifiant légitimement leur position face a des menaces extérieures sur leur intégrité ? (Fabrice BEGUIN-HUANG)

Posté par jl boehler à 01:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 29 juin 2017

Disparition de Guy-André Kieffer : une affaire enfin relancée ?

Qui a intérêt à cacher quoi ?

kieffer2

Guy-André Kieffer est l’aîné d’une fratrie de trois garçons issu d’une famille alsacienne, avec un père ingénieur dans le nucléaire et une mère au foyer. Dans les années 1970, il part au Québec et y devient attaché parlementaire d’un député canadien. Il se marie, a un enfant et acquiert la double nationalité franco-canadienne puis divorce à deux reprises. Il revient en France pour passer son diplôme de journaliste, retourne au Canada où il rencontre sa future épouse, Osange Silou-Kieffer, journaliste guadeloupéenne, en 1979, celle-ci le décrivant comme "plutôt trotskiste et idéaliste".

Journaliste économique, il travaille d'abord à Libération. Il rejoint ensuite, dès sa création en 1984, le quotidien La Tribune, créé par quatre journalistes économiques du quotidien Le Monde. Il y reste 18 ans. Guy-André Kieffer s'intéresse au monde des affaires dans le domaine des matières premières.

En 2002, il part pour la Côte d'Ivoire, où le président Laurent Gbagbo lui commande un audit sur la filière cacao. Cet audit met rapidement en lumière des malversations.

Il élargit le champ de ses investigations au financement des ventes d'armes en Côte d'Ivoire. Il publie de nombreux articles critiques concernant l'économie de le Côte d'Ivoire, dans la presse ivoirienne (sous différents pseudonymes) et dans La Lettre du Continent, publiée en France.

kieffer

Disparu le 16 avril 2004, il aurait été enlevé sur le parking d'un supermarché d'Abidjan, alors qu'il avait rendez-vous avec Michel Legré le beau-frère de la première dame Simone Gbagbo. Par la suite il aurait été assassiné. Son corps n'a jamais été retrouvé, ses geôliers et ses assassins jamais arrêtés, ni même identifiés sérieusement.

En 2015, la garde des sceaux Christiane Taubira s'était rendue à Abidjan. Malgré toutes les promesses de collaboration du président Alassane Ouattara, les portes se sont fermées rapidement devant elles, notamment celles de la MACA (prison d'Abidjan).

Qui a donc intérêt à cacher quoi ? Peut-être le saurons-nous grâce à des journalistes d'investigation ivoiriens du journal satirique "L'éléphant déchaîné", équivalent de notre "Canard enchaîné". 

Posté par jl boehler à 00:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 17 juin 2017

Abject et inhumain

 Assassinats en mer !

anti_migrants_l_indigne_cagnotte_des_identitaires_video

Des membres de groupes européens identitaires d'extrême droite ont collecté plus de 50.000 euros en moins de trois semaines pour mener des opérations de sabotage de sauvetage de migrants en Méditerranée. 

C'est le mouvement français raciste et xénophobe Génération identitaire qui a lancé l'idée sur internet via un site et une campagne promettant de "défendre l'Europe".

Des paroles qu'il ne faut pas prendre à la légère venant de ceux qui ont déjà tenté en mai dernier de bloquer le départ du navire L'Aquarius, le bateau de l'ONG SOS Méditerranée, en Italie alors qu'il s'apprêtait à partir pour une mission de sauvetage humanitaire en Sicile  D'autres actions de ce genre sont en effet prévues pour cet été. 

Rappelons que grâce à l'aide humanitaire, 6.000 personnes ont pu être sauvées de la noyade, rien que cette année. 

  • NB : lire le communiqué du 9/6/2017 de la LICRA : LICRA

Posté par jl boehler à 00:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 14 février 2017

Un tableau très parlant

Pour qui le contribuable français paie-t-il le plus ? Pour nos riches concitoyens qui pratiquent l'évasion fiscale vers certains paradis ? ou le pauvre migrant, bombardé dans son pays, qui cherche refuge chez nous ?

migrants

Posté par jl boehler à 01:57 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

samedi 11 février 2017

Fin des frais d'itinérance en Europe

Bruxelles est content – un accord entre les grands opérateurs de télécommunication semble avoir été trouvé. Mais est-ce que cela signifie réellement la fin des frais d’itinérance ?

Il s’agit d’un progrès énorme pour les consommateurs européen. Le 15 juin 2017, les institutions européennes comptent prendre la dernière marche dans l’abolition des frais d’itinérance qui s’appliquent encore et toujours à la téléphonie et l’utilisation d’internet à l’étranger. A Bruxelles, un accord a été trouvé entre les institutions et les grands opérateurs de télécommunication qui eux, doivent continuer à se rémunérer mutuellement lorsque leurs clients se trouvent dans un autre réseau à l’étranger. Mais est-ce vraiment la fin du « roaming » ?

OK_mobile_phone_Tim_Parkinson_Wiki_ccby20_620x310

Oui et non. Puisque les opérateurs devront continuer à se rémunérer mutuellement, les frais d’itinérance ne sont pas totalement abolis, mais en cas de dépassement du forfait contracté dans leur pays d’origine, les frais d’itinérance appliqués à ce moment-là, ne pourront pas dépasser le « prix du gros » en vigueur entre les opérateurs. Ces « prix de gros » seront de 0,032 € par minute pour les appels et 0,01 € pour les SMS et les tarifs pour l’utilisation d’internet seront régressifs : 7,7 € / Go à partir du 15 juin 2017, 6 € / Go àa partir du 1er janvier 2018, 4,5 € / Go en 2019, 3,5 € / Go en 2020, 3 € / Go en 2021 et 2,5 € / Go en 2022.

Seul petit soucis – la clause permettant aux opérateurs d’appliquer des frais d’itinérance en cas « d’abus » par les consommateurs. Ces « cas d’abus » ne sont pas (encore ?) définis dans les textes et tant que les opérateurs peuvent déterminer eux-mêmes ce qu’ils considèrent être un « cas d’abus », les frais d’itinérance n’auront pas encore tout à fait disparus.

Mais force est de constater qu’il s’agit d’une véritable percée de la politique européenne en faveur des 500 millions de citoyens européens. Connecter toute l’Union Européenne, c’est forcément une bonne chose et ainsi, les temps des mauvaises surprises au retour des vacances sont terminés – plus de facture de téléphone mobile pharaonique, plus de coupure à l’étranger pour cause de dépassement du forfait.

C’est la pratique qui montrera comment cela se passera avec « l’utilisation abusive » – mais on en saura plus dès cet été. Car vous pourrez profiter de cette abolition des frais d’itinérance dès les vacances d’été et il sera plaisant de vivre cette expérience d’une Europe connectée à des tarifs comme à la maison. Si seulement l’Europe pouvait agir avec la même détermination dans tous les autres dossiers brûlants qui nous occupent actuellement…

Posté par jl boehler à 00:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 1 janvier 2017

Meilleurs voeux !

Bonne année 2017, bonne santé et beaucoup d'humour pour ne rien gâcher.ob_32520f_bonne_annee

Posté par jl boehler à 13:35 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :