jeudi 29 novembre 2018

Filatures & Tissages de Villé : du nouveau

Le silence des élus !

auto

Le 13 novembre dernier, lors de la réunion publique à propos du PLUi, j'ai interrogé le président de la comcom Jean-Marc Riebel sur la politique industrielle dans la vallée (pour laquelle la comcom est compétente) et sur la situation des FTV (Filatures & Tissages de Villé). Je n'ai eu comme seule réponse concrète (après une longue explication sur le coût astronomique concernant la dépollution du site) que la comcom avait "gelé" l'affaire ! Présent, et très certainement au courant de tout ce qui se passe dans sa commune, le maire de Villé André Frantz est resté muet comme une carpe à ce sujet.

Après le gel, le dégel !

Et voilà qu'à peine la réunion passée, la nouvelle court ! Et, pour avoir interrogé des personnes directement concernées, cela semble plus qu'un ragot de comptoir de bistrot : le site des FTV, après le textile, après bien des péripéties où ses propriétaires envisageaient même de le transformer en "unité touristique de masse", deviendrait à courte échéance un auto-casse pouvant permettre de stocker de 5000 à 10000 véhicules hors d'usage. Il est vrai que pour ce stockage polluant et inesthétique, pas la peine de dépolluer le site. Les truites du Giessen continueront à se noyer dans les huiles de vidange. On demandera simplement à notre barde Roger Siffer de ne plus chanter que le Val de Villé est la plus belle des vallées. Avec une telle verrue en plein milieu de la figure, visible depuis le camping de la route de Bassemberg, de la piscine, des courts de tennis et même du kiosque de la Bellevue dans le Klosterwald, le panorama n'aura plus rien d'encourageant pour le tourisme. 

Sans compter que ce genre de dépôt ne fera pas grimper la moyenne très basse des salaires de la vallée, ne fera pas baisser significativement le taux de chômage et n'arrêtera pas l'exode des citoyens vers des cieux plus cléments. Il n'y a d'ailleurs que quelques élus taiseux qui croient à cette activité tout en baissant les yeux de honte, belle preuve de leur réussite. Les "gilets jaunes" vont pouvoir recruter dans la vallée !

- A lire (ou à relire) l'évolution  des FTV (cliquer) : FTV Villé

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 14 novembre 2018

PLUi : réunion publique à Villé !

Une séance de xyloglossie !

plui1

La langue de bois, voilà ce qui a marqué la réunion publique consacrée au PLUi du Val de Villé. On peut résumer les discours du président de la comcom à une phrase : "La comcom c'est bien, les ratés viennent des municipalités." Et le seul maire qui répond avoue n'être au courant de rien. On croit revoir Gérard Collomb devant la commission d'enquête parlementaire dans l'affaire Benalla.

Revenons à la présentation du PLUi par le président Riebel. On apprend que c'est la comcom qui est chargée d'établir le Padd (plan d'aménagement et développement durable), que ce plan devait être approuvé par les conseils municipaux puis par la comcom. Premier accroc : à Albé on votait depuis un an à toutes les réunions, à Villé on n'a jamais voté (une seule séance d'inscription du PLUi à l'ordre du jour, et pas de vote à ce sujet, juste une information).

D'où ma première question : "Y a-t-il eu  un accord de coordination ou de procédure commune dans les 18 communes ?" La réponse du président fuse : la comcom est seule responsable, les communes font comme bon leur semble. Aucun maire présent ne prend la parole pour expliquer sa propre méthode. Dont acte. Eh bien ça promet pour la suite de la réunion.

Ma deuxième question : "Le PLUi se doit de respecter le SCOTT et la loi-montagne. Si pour le SCOTT, cela ne semble pas trop compliqué, comment faire pour la politique de montagne alors que, dans la vallée, seule la moitié des communes figure en zone de montagne." La réponse du président est pour le moins foireuse, et il ne peut se retrancher derrière un maire quelconque. Il reconnaît que la "zone montagne" ne couvre effectivement que 10 communes de la vallée, mais que l'ensemble des communes bénéficient de la politique du massif vosgien. Voilà qui va réjouir les agriculteurs de l'avant-vallée qui n'ont jamais touché un centime de fonds européens d'aide à ce titre. Quant au RPI Villé-Albé que j'ai évoqué, on ne sait toujours pas quels sont les critères de création ou de fermeture de classes. Certes, la décision ne dépend pas du PLUi, mais il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'une préoccupation des parents des deux communes à laquelle nos élus se doivent de répondre.

A propos des zones de montagnes, à titre annexe, je rappelle que la conseillère départementale et municipale Frédérique Mozziconacci est vice-présidente de la commission permanente du Comité de Massif. Elle aurait pu nous éclairer. A-t-elle seulement été invitée ?

plui

Nouvelle question : "Les bâtiments en friches : sont citées dans le PADD trois friches à Villé (ancienne gendarmerie, ancienne maison de retraite, anciennes FTV, et trois autres à Steige). Que prévoit la comcom pour l'avenir de ces bâtiments ?" Là encore des réponses ambiguës de la part du président. Les FTV : trop cher ! Vu la dépollution à réaliser, il faudrait pouvoir l'acheter à l'€ symbolique. La comcom a donc décidé de "geler" ce dossier. On peut donc se demander pourquoi l'avoir inscrit au PADD. Quant à la gendarmerie et à la maison de retraite, pas un mot. Pourtant il me semble que notamment pour la gendarmerie, l'Etat était prêt à le céder à l'€ symbolique. Alors ? 

Autre question : "Les compétences de la comcom : ne faudrait-il pas les modifier ? ou y rajouter d'autres telles les chemins forestiers, surtout que beaucoup vont d'une commune à une autre ? Certaines municipalités font un grand effort pour leurs chemins, d'autres rien." Je lance de façon humoristique : "Inutile dans certains cas d'aborner les limites communales, il suffit de voir à quel endroit l'état d'entretien des chemins change. (rires dans la salle, tout le monde sait qui je vise). Sur le fond, le président ne souhaite pas prendre cette compétence. Il veut cependant aider les communes qui le souhaitent. A noter, que le maire vice-président chargé des transports et de la mobilité douce n'a pas de contacts avec lui à ce sujet.

Dernière question : "Friches agricoles, viticoles et zones AOC" : je rappelle que les friches datent des années 1950/60, et qu'elles ont deux origines : 

1) la PAC (politique agricole commune) mise en place par l'Europe, imposait aux viticulteurs d'abandonner 10% de la surface viticole. De nombreux viticulteurs du piémont ont acheté des vignes dans notre vallée ... pour mieux les abandonner en friches.

2) La crise industrielle textile, obligeant de nombreux habitants à quitter la vallée, a fait le reste.

Certaines communes, comme Villé, ont acquis ces terres il y a plus de 30 ans afin de réhabiliter les friches. Quelle politique la comcom mènera-t-elle dans ce domaine." Là encore, pas de réponse précise. "Certaines communes ont déjà réhabilité des friches, d'autres non." Le président, une fois de plus, renvoie aux communes. L'agriculture, comme l'industrie, est pourtant une compétence intercommunale. Et aucun maire ne prend l'initiative de répondre. Le chef dirige la manoeuvre ! Les sous-fifres n'ont pas droit à la parole ! J'arrête mes questions car le bois à langues va devenir rare. Et d'autres personnes vont encore s'exprimer : entrée est de Villé, le Schmissberg, les zones inondables, etc... J'aurai encore l'occasion de revenir là-dessus.

plui3

Posté par jl boehler à 05:23 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 28 octobre 2018

Villé capitale d'Alsace ?

Tout est possible avec la réunification du Bas-Rhin et du Haut-Rhin

Roland_Ries

Depuis que le gouvernement s'est prononcé pour un département unique alsacien, la guerre est déclarée entre le maire de Strasbourg Roland Ries et  celui de Colmar Gilbert Meyer. Chacun souhaite en effet que sa ville devienne capitale d'Alsace. Ce conflit pourrait bien profiter à un troisième larron, à savoir le maire de Villé André Frantz. Celui-ci aurait d'ailleurs écrit au président Macron dans ce sens, en lui rappelant que le Val de Villé possède tous les atouts pour réaliser des aménagements à moindre coût, ce qui permettrait de réduire la CSG des retraités de l'hexagone. 

gilbert_meyer

Il faut reconnaître que Strasbourg, qui semble tenir la corde, a un gros inconvénient : sa place de capitale européenne n'étant pas définitivement acquise, Emmanuel Macron préfèrerait porter ses efforts de ce côté pour battre définitivement les Bruxellois dans cette course à pas forcés pour emporter ce titre très envié. Quant à Colmar et son maire Gilbert Meyer, ils sont très sérieusement plombés par le vote négatif du Haut-Rhin au referendum de 2013. Par ailleurs, le président pourrait estimer que Colmar a déjà beaucoup obtenu, notamment avec l'arrivée du Tour de France en juillet 2019. Et le caractère frondeur de Gilbert Meyer n'est pas fait pour arranger les choses.

frantz

Alors, il reste Villé ! Le bourg-centre de la plus belle des vallées a l'avantage d'être situé près de la frontière Bas-Rhin / Haut-Rhin et se trouve à équidistance de Lauterbourg et Saint-Louis. Autre avantage : de nombreux locaux sont disponibles avec peu de frais d'aménagement.

L'ancienne gendarmerie de la route de Bassemberg pourrait abriter les bureaux de la nouvelle préfecture. L'Etat serait prêt à céder le bâtiment à l'euro symbolique, ce qui ne pourrait que réjouir les élus du futur département unique.

L'ancienne maison de retraite deviendrait l'hôtel du département après quelques travaux de désamiantage. Une solution de repli provisoire serait envisagée à la villa Mathis au Kreutzweg (commune de Breitenbach). Enfin l'avantage décisif pourrait se situer à Albé avec l'aérodrome qui serait facilement agrandi en aéroport, délestant des nuisances les habitants d'Entzheim. Sans compter que le village de vacances tout proche permettrait de loger les forces de l'ordre de façon définitive. Décidément, Villé a tous les atouts de son côté. Même la volonté politique sans faille et l'imagination débordante du maire de Villé peut faire pencher la balance du côté villois.

Reste un point à éclaircir : inscrire ce projet au PLUi de la vallée de Villé. C'est du ressort de la comcom. Dans la procédure en cours, des réunions publiques sont prévues dès le mois de novembre. Compléter le PLUi implique un nouveau report de ces réunions. Le président de la comcom rendra-t-il ce service à son ami de 17 ans, le maire de Villé ? Whait and see !

a_rodrome1- Si cet article contient beaucoup de fiction, il faut aussi y voir quelques  réalités bonnes à dire, pas toujours bonnes à entendre. 

Posté par jl boehler à 01:59 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 7 septembre 2018

Réunions publiques reportées !

Le PLUi n'est pas prêt ! A avoir suivi la réunion du conseil municipal de Villé réservée à ce seul sujet, rien d'étonnant. Il risque même de ne pas l'être avant la Saint-Glinglin. J'avais promis d'aller à cette réunion où le maire de Villé ne pourra pas me couper la parole. J'attends avec impatience la nouvelle date.(ci-dessous : annonce dans la presse - DNA du 6/9/2018)

plui1

Posté par jl boehler à 01:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 17 juillet 2018

PLUi et aires de stationnement au bourg-centre

C'est quoi, cette cacophonie ?

parkingDans les documents du PLUi, l'orientation concernant les aires de stationnement de Villé est pourtant claire et adoptée par tous les élus de la comcom de la vallée. Alors, où sont les problèmes ?

 1) Les rapports municipalité - comcom !

DSCF0536

Et là, il faut revenir à la situation du Super-U en 2002. Les locaux (maison Choiseul-Meuse, bureaux, halll de vente et le parking) appartenaient à la société Valvil-Services, émanation de l'ancienne coopérative ouvrière des FTV (Filatures et Tissages de Villé). En cas de dissolution de cette société, les biens immobiliers et financiers auraient pu revenir à la commune de Villé, et cette solution aurait été acquise à l'amiable si le maire de Villé, mal conseillé par des personnes extérieures au conseil municipal, n'avait menacé les dirigeants de la société d'actions en justice. Ceux-ci ont pris la mouche et tout légué à la comcom.

Mais l'affaire ne s'arrête pas là. La municipalité de Villé ayant souhaité la création d'un parking, la comcom a proposé la signature d'une convention de mise à disposition des terrains. Malgré les accords intervenus, la commune n'a toujours pas signé cette convention.

DSCF0542

Et pendant ce temps, le terrain n'est entretenu par personne, ne comprend que des nids-de-poules, des arbustes et des déchets jamais ramassés.

Rajoutons à tout cela les incohérences : le maire de Villé accepte par ses votes la mise en place d'une aire pour camping-cars, ne parle plus de stationnement des voitures, et laisse même courir le bruit de l'aménagement d'un marché couvert. Il s'agit là de non-choix, alors que le rôle d'un élu est de faire des choix.

Alors, PLUi ou pas, la situation risque de péricliter encore longtemps. D'ailleurs pour accueillir des camping-cars, il faudrait déjà nettoyer et viabiliser le terrain (électricité, eau, etc...) avec quelles finances ?

2) L'ancien parking "Signalux"

DSCF0549

Là aussi, il y a à redire. Rappelons l'histoire, même si elle est ancienne. Elle date de l'arrivée à Villé de la famille Gallone et de leur entreprise Signalux, qui s'est faite après des tractations avec l'ancien maire Lucien Herrbach. L'une des exigences de Signalux était l'aménagement du parking devant l'entreprise. Ce qui fut fait,  contre une création immédiate de 60 emplois qui devinrent bien plus par la suite.

DSCF0548

L'entreprise Signalux ayant disparu, ce parking sert surtout aux riverains, aux clients des magasins et de la supérette voisine. L'aire n'est évidemment pas prête à n'accueillir que des camping-cars. A voir les panneaux d'interdiction, on peut même imaginer que la commune ne le souhaite pas. Alors là aussi, il s'agirait de clarifier les idées.

Et au fait ? a-t-on consulté les entreprises installées dans les anciens locaux Signalux ? Là aussi, tout semble loin d'être réglé.

Bientôt sur ce blog : PLUi et feuilleton de l'ancienne gendarmerie !

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 26 juin 2018

Les pistes cyclables du Val de Villé

Elles ne sont pas les oubliées du PLUi !

piste6

piste2

Voilà les termes dans lesquelles elles figurent au PADD joint au PLUi. La réalité ? Une piste de Saint-Maurice à Thanvillé, et la piste "multiactivités" qui longe le Giessen en contournant Villé. Pour le reste, les cyclistes sont condamnés au vélo-cross ou à longer la D-424 ! Les projets ont cependant été élaborés depuis belle lurette, sous la direction très efficace - semble-t-il - du maire de Villé, vice-président aux transports à la comcom. Un projet a même été établi pour prolonger la piste cyclable de la piscine vers Bassemberg, Lalaye, Urbeis. Une autre piste aurait aussi été envisagée de Villé vers Saint-Martin, Maisonsgoutte et Steige. Mais à l'heure actuelle, alors que les débats à ce sujet datent d'une décennie, tout semble au point mort. Le but était pourtant, selon une des rares cartes publiées, de pouvoir faire le tour de la vallée à vélo.

piste3Mais comme d'habitude, lorsqu'un projet est prêt dans ces vallées, il laisse place à la zizanie et à l'endormissement. A lire (ou à relire) : 

Du rififi pour une piste cyclable (5 juillet 2008)

piste7

Il semblerait que la piste de Villé - Saint-Martin - Maisonsgoutte se soit heurtée aux mêmes tirs de barrages. Et notre vaillant maire de Villé, tel Don Quichotte, n'était armé que pour faire front à des "moulins à vent". Il semblerait d'ailleurs que le président de la comcom ne lui prête plus une grande confiance : "Si vous vous intéressez aux pistes cyclables, adressez-vous à moi et non au maire de Villé.", déclarerait-il à qui veut l'entendre. Il est vrai que pour aller de Saint-Maurice (où il est maire) à Villé, il y a déjà ... un panneau ! C'est un bon début.

Mobilisation des amoureux du vélo !

Aussi, ne vous étonnez pas chers élus si de nombreuses personnes du Val de Villé vont se réunir et vous soutenir pour la réalisation de ces pistes déjà inscrites à l'ancien Contrat de Territoire du Conseil Général en 2006, et relancées dans le PLUi douze ans plus tard sans avoir bougé d'un iota. Un sujet que notre vaillant maire de Villé n'a même pas évoqué devant ce conseil municipal réservé à ce nouveau plan le 14 mai dernier. Pas grave, cher André, pas grave cher Jean-Marc, pas grave chère Frédérique, les citoyens le feront à votre place !

piste4

- Bientôt : les parkings du bourg-centre dans le PLUi !

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 13 juin 2018

PLUi : friches agricoles et viticoles

Le bourg-centre : paroles, paroles ...

PV5

Lors du dernier conseil municipal, nos élus (ou plutôt notre élu, le maire de Villé, car il n'y a pas eu de vote) se sont penchés en point unique de la réunion sur le PLUi. Voici in extenso le compte-rendu intégral ! Un monument du genre ! En contradiction complète avec le projet bourg-centre, établi certes de façon téméraire sans évaluation budgétaire en 2003 (ce qui a en grande partie amené à l'impasse budgétaire actuelle de la commune). J'avais déjà dit à cette époque que ce document pouvait au plus figurer dans les archives de la Société d'Histoire, mais manquait de sérieux et de chiffré pour des demandes de subvention. La suite me donnera raison, puisque toutes les subventions espérées, notamment une grosse partie du FISAC (fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce) n'a pas été versée. Les travaux de la succession villoise du baron Haussmann ont été payés par les  seuls villois.

PV1

PV2

PV3

PV4Pourtant, en 2003, le maire de Villé André Frantz écrivait dans son projet :

"3 secteurs d'Appelation d'Origine Contrôlée partiellement plantés en vignes, au nord et au nord-est de la commune couvrent une superficie totale de 2,1 ha..."

Puis un peu plus loin :

"Après avoir effectué une étude paysagère sur Villé, deux problèmes importants se sont posés, à savoir les friches sur les versants vers Albé et Triembach-au-Val et les plantations forestières sans réglementation pour Villé depuis 1968. Une nouvelle réglementation et une résorpsion des friches passent par la création d'une Commission Communale d'Aménagement Foncier, financée par le Conseil Général du Bas-Rhin.

En date du 12 mars 2002, le conseil municipal décide à l'unanimité de demander au Conseil Général la création d'une C.C.A.F.

Le 21 octobre 2002, la commission permanente du Conseil Général émet un avis favorable à l'institution à Villé d'une C.C.A.F. ayant pour vocation de donner un avis sur la réglementation de certains boisements."

Si par la suite, il a bien été créé une CCAF, celle-ci ne s'est réunie qu'une fois pour sa création et pour deux visites sur le terrain, restées sans aboutissement ! et ceci malgré toutes mes relances (j'en étais membre en tant que représentant des propriétaires forestiers). A mes dernières relances, en 2014, monsieur le maire n'a même pas daigné répondre. (voir ci-dessous)

PV61

Aujourd'hui, à l'heure du PLUi, on  en voit le résultat : 

1) Les friches viticoles et agricoles ne sont pas résorbées. De deux zones, elles sont même devenues trois (Giesshübel, vers Saint-Martin, en plus) !

2) Les zones AOC restantes risquent de disparaître à jamais ! au profit de lotissements-bidon (comme "les Pommiers 2"?). Et pourtant les élus de Villé ont souscrit au P.A.D.D. du PLUi (projet d'aménagement et de développement durables) : "Les terres agricoles et viticoles seront préservées de I'urbanisation. De plus, il s'agira d'en reconquérir d'autres sur les nombreux terrains en friche, pour faire face à la forte demande en foncier agricole ou viticole AOC. Cet objectif est nécessaire au maintien d'une agriculture de montagne dynamique qui entretient le paysage et évite l'enfrichement." Mais c'est connu, à Villé on n'a peur de rien, surtout pas des contradictions.

3) Et la réglementation des boisements n'aura pas lieu ! Voilà encore un point qui va rendre plus complexe le zonage ! J'y reviendrai dans un article ultérieur.

Quelle crédibilité peut-on accorder à un vice-président de la comcom pour la réalisation d'un PLUi cohérent, alors qu'il a échoué dans l'application de sa propre politique dans le bourg-centre qu'il dirige d'une main plus que tremblante ?

NB : Dans les années 1960/70, dans le cadre de la PAC (politique agricole commune) et à l'occasion des quotas instaurés par la commission de Bruxelles, de nombreuses terres viticoles de la vallée - et notamment à Villé - furent achetées par des viticulteurs de Scherwiller, Nothalten, Dambach-la-Ville, qui ont ainsi contourné la règle des quotas dans leur vignoble. Les anciennes vignes de la vallée, sont restées à l'abandon et devenues des friches. Les 2,1 ha cités par le maire de Villé sont la surface viticole encore cultivée et non le périmètre de la zone AOC.

friches

Friche d'une ancienne vigne à la Gänzlach !

* Prochain article à propos du PLUi : toujours, et encore des friches,  F.T.V. ou les occasions manquées !

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 6 juin 2018

PLUi : pas forcément le beau temps !

Le PLUi pour la vallée de Villé a été décidé à la comcom dès 2015. Intention louable ! Oui, la méthode est définie, mais... au service de quelle politique ? La réponse est là beaucoup plus floue.

PLUi9A noter que le POS de Villé, comme bien d'autres de la vallée (7 très exactement), sera caduc en 2020 ! Alors, la commune aurait intérêt à intégrer tout son zonage dans le PLUi ! et pas seulement les deux sites évoqués en  exclusivité au conseil municipal (Schmissberg, entrée est de Villé) ! Ce travail de fond, à 18 ou 20 mois de l'échéance est-il entrepris ? On peut en douter ! Il ne semble même pas envisagé  dans le bourg-centre.

petr

S'il est fait une rapide référence au SCoT du Centre-Alsace, approuvé depuis 2013, aucune allusion cependant au Schéma Interrégional du Massif Vosgien, qui est pourtant aussi important que le SCoT ! Le PLUi ne peut être en contradiction avec ces documents approuvés, et pourtant ... Là aussi il y a beaucoup à redire. Quant à la loi ALUR citée dans le document de la comcom, si elle encadre les loyers, régule les frais d'agences et les plafonne, on se demande en quoi elle peut intervenir et impacter un document de zonage. Comprenne qui pourra.

PLUi1

Le Schéma Interrégional du Massif des Vosges est un document officiel de 163 pages que tout élu de notre vallée devrait avoir en livre de chevet. Il est aussi important que le SCoT ! Il a d'ailleurs été lui aussi approuvé en 2013. Incongruité pour le Val de Villé : seule la moitié des communes est dans la zone "Montagne et Régions défavorisées" ! Et ceci personne ne s'en est rendu compte parmi nos élus ! Première difficulté, et de taille ! A noter, que même Frédérique Mozziconacci, vice-présidente du comité de massif, qui plus est première adjointe du maire de Villé, ne s'est guère exprimée à ce sujet.

PLUi

Dans la vallée deux responsables politiques devraient être particulièrement au courant de ces documents à la base du PLUi : Jean-Marc Riebel, président de la comcom et premier vice-président du PETR (pôle d'équilibre territorial et rural) de la région de Sélestat, qui est très versé dans la mise en place du SCoT, puis déjà citée, notre conseillère départementale, très bien placée au niveau du Comité du Massif Vosgien. Nul doute qu'ils imiteront le maire de Villé, qui apparaît de plus en plus sur ce blog dans un rôle très "constructif" (hérité du député Herth et de la sénatrice Keller), et proposeront dans les articles à venir de très intéressantes contributions sous formes de commentaires.

* Prochains articles concernant le PLUi : Une vallée de friches en tous genres !

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 28 mai 2018

Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi)

A Villé, les élus n'ont rien compris !

PLUi1

Lundi, 14 mai, lors d'une réunion du conseil municipal, monsieur le maire a "présenté" d'une voix à peine audible un document pour la confection d'un PLU intercommunal. Comme les documents n'avaient été distribués aux conseillers qu'au début de la réunion, même eux n'ont pu ni débattre ni se prononcer. D'ailleurs, même ceux de la majorité du maire, ont reconnu que la présentation était mauvaise. Seule annonce positive : une réunion publique, le 19 septembre 2018 à 20h00 à la salle festive de l'école primaire de Villé.

PLUi4

Si l'impréparation est la même qu'en ce 14 mai, les citoyens de Villé et de ses vallées risquent d'obtenir un document sans queue ni tête, allant contre les aspirations de la population, qu'elle paiera malgré tout à travers les impôts. L'illisibilité  n'amènera qu'à favoriser quelques intérêts particuliers aux dépens de l'intérêt général. 

Pour éviter une telle situation, je présenterai très régulièrement de façon hebdomadaire des informations concernant ce PLUi, celles que le premier magistrat a été dans l'incapacité de donner !

PLUiUne des grandes modifications proposées par les conseillers municipaux de Villé 

PLUi9Prochain article : SCOT, zone de montagne, schéma interrégional du massif vosgien et PLUi !

Le programme complet des réunions publiques dans la vallée

PLUi9

Posté par jl boehler à 04:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 10 mai 2018

Rencontre Elzach - Villé ...

... pour quelques élus seulement !

elzach

Des élus de notre bourg-jumeau de Forêt Noire, Elzach, ont été reçus dans le Val de Villé, comme publié dans la "Badischezeitung" du 5 mai dernier et dans le bulletin de la municipalité d'Elzach. Du côté badois, on notait la présence du "Bürgermeister" Roland Tibi, la secrétaire générale Ulrike Schneider et la représentante au district d'Emmendingen Silke Tebel-Haas. Du côté "willerthal", on notait Jean-Marc Riebel, président de la comcom, André Frantz, le premier magistrat du bourg-centre, et la conseillère municipale franco-allemande Rosemarie Durand.

Et c'est tout ! Les autres conseillers municipaux de Villé ou délégués de la comcom, aux abonnés absents, ont-ils seulement été invités ou informés ? Selon, certains, non ! Pourtant le pinot noir d'Albé était en nombre important, au point que les restes ont pu servir exclusivement au vin d'honneur de fin de cérémonie du 8 mai.

Même l'adjointe-conseillère départementale a brillé par son absence. A-t-elle été seulement invitée ? ou tenue au courant ? Ou le président de la comcom, ou le maire, n'ont-ils pas souhaité la voir, tant leurs relations personnelles semblent bonnes. Ou était-elle déjà en train de chercher son écharpe tricolore perdue, qu'elle n'aura pas encore retrouvée le 8 mai à la cérémonie de dépôt de gerbe au monument aux morts ? 

On ne sait d'ailleurs plus si c'est la comcom ou la commune de Villé qui sont jumelés avec Elzach. Mais passons...

Il est plus urgent de s'intéresser au futur programme élaboré pour les 25 ans du jumelage lancé en son temps par le curé Trendel) par ces si importantes délégations.  Et beaucoup d'idées ont été évoquées ! 

Un échange d'élèves devrait avoir lieu dès 2018, et les enseignants des écoles villoises et elzachiennes vont travailler dur à l'élaboration d'un programme d'activités pendant les visites.

Quant au jumelage Elzach-Villé des adultes, qui a été officiellement scellé en 1993, après plus de 30 ans de rencontres d'amitiés entre citoyens et les clubs (notamment les sections des jeunes juniors, cadets et minimes de l'AS Villé), le report à 2019 des festivités du 25ème anniversaire se fera au 26ème. Histoire de pouvoir peaufiner quelques "schnaps-idées" encore trop peu élaborées en vue de ce jour qui devra être mémorable.  

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,