vendredi 24 novembre 2017

Migrants vendus comme esclaves

Standing ovation à l'Assemblée après une question sur l'esclavage en Libye

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 31 octobre 2017

Mauvais coups à répétition contre les plus démunis

L'Assemblée nationale a supprimé dans la nuit de vendredi à samedi l'obligation de généraliser le tiers payant au 30 novembre.

buzyn

L'Assemblée nationale a supprimé dans la nuit de vendredi à samedi, dans un hémicycle pratiquement vide, l'obligation de généraliser le tiers au 30 novembre. Peu après, les députés ont achevé l'examen en première lecture du projet de budget de la Sécu, à l'issue de quatre journées de débats dont une dernière de plus de 15 heures au total. L'ensemble du projet de loi fera l'objet d'un vote solennel mardi. 

Au sujet de ce dernier amendement clé du gouvernement qui a été adopté, la ministre de la Santé a dit souhaiter "changer de méthode": "il s'agit d'abord de mettre en place les outils" en vue d'un tiers payant "généralisable" mais "pas obligatoire", selon Agnès Buzyn

La politique du perroquet !

perroquet1

Les socialistes, qui avaient voté cette dispense d'avance de frais au 30 novembre dans le cadre de la loi Santé de Marisol Touraine, ont vivement protesté. C'était "vraiment un progrès social" et "il y a de temps en temps des mesures qui nécessitent du courage", a lancé Joël Aviragnet (Nouvelle Gauche).  

L'Insoumis Adrien Quatennens a déploré la disparition d'un des très rares acquis sociaux du quinquennat Hollande et évoqué "un amendement clientéliste" à l'égard des médecins qui en nombre ne voulaient pas du tiers payant généralisé, synonyme selon eux de lourdeurs administratives. "A l'heure de la télémédecine, c'est d'une simplicité biblique" pourtant, a ironisé le communiste Pierre Dharréville, après le vote d'autres mesures dites "d'innovation" dans le cadre de ce projet de budget.

Quant aux LREM, ils n'ont comme toujours d'autre argumentation que : "C'était prévu dans le programme présidentiel de Macron !" En fait, la "politique du perroquet".

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 11 août 2017

Liberté d'expression !

Certaines personnes étant intervenues pour que je retire l'article "Le vocabulaire choisi de la droite" du 10 août, je tiens à préciser que je ne retirerai pas cet article, bien au contraire je fais paraître ci-dessous l'article intégral du "Canard Enchaîné" du 9 août ! Nous sommes dans une république où l'expression est libre !

jacob

Posté par jl boehler à 16:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 10 août 2017

Le vocabulaire choisi de la droite

Les torpilles de Christian Jacob atteignent Antoine Herth

traitre2

 

traitre

On ne l'entend pas souvent à l'Assemblée Nationale, notre député de la 5ème circonscription du Bas-Rhin Antoine Herth, grand ami de Bruno Lemaire. Mais il ne doit pas être un grand ami de Christian Jacob, le président du groupe LR à l'assemblée nationale. Celui-ci n'arrive toujours pas à pardonner à ses anciens collègues républicains leur ralliement à la majorité présidentielle.

Il n'hésite donc pas à leur faire savoir qu'il est encore très en colère. Le Canard Enchaîné rapporte ce mercredi 9 août quelques insultes lancées, il y a deux semaines, par le président du groupe LR à l’Assemblée nationale au député du Bas-Rhin et membres des "Constructifs", Antoine Herth et à Jean-Luc Warsmann, ex-LR devenu macroniste. Le premier aurait été traité de "salope". 

"Traître, tu n'es qu'une salope !", aurait lancé Christian Jacob, dans les couloirs du palais Bourbon à Antoine Herth. "Toi, tu n’es qu’un traître !", aurait aussi déclaré Christian Jacob cette fois dans l’hémicycle à Jean-Luc Warsmann, autre député du Grand-Est (Ardennes).

Ce dernier s'est signalé en son temps en protestant contre le projet d'accueil de 50 migrants dans une ancienne maison de retraite dans sa circonscription (à Floing), action qui relèverait plus de l'extrême-droite (rappel : l'affaire de l'ancienne gendarmerie de  Villé).

Quant à Antoine Herth, tout le Val de Villé se souvient comment ce candidat LR s'est retrouvé sans candidat LREM en face de lui. Pas très constructif, tout ça. Si Christian Jacob avait été au courant, aurait-il trouvé des mots encore plus durs ? Enfin, laissons lui le droit de régler ses affaires de famille avec des gens qui, bien qu'ayant changé d'étiquette, restent à droite au moins autant que lui.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 15 juillet 2017

Chef, non chef !

Premiers frondeurs au sein de LREM

armee1

Jean-Jacques Bridey, député LREM du Val-de-Marne et président de la commission de la défense de l'Assemblée, a déploré la décision du gouvernement de réduire les dépenses des armées. 

L'exécutif a annoncé jeudi un plan de 850 millions d'€ d'économie au ministère de la Défense en 2017.

Il s'agit de l'effort le plus conséquent demandé à un ministère. Visiblement, cette politique budgétaire ne plait pas du tout à Jean-Jacques Bridey, qui avait conseillé Emmanuel Macron sur les sujets de défense pendant la campagne présidentielle. "C'est un choix. Personnellement, je le regrette, surtout quand je vois l'explication qui a été donnée par Bercy, puisqu'on nous dit qu'il faut faire 4 et quelques milliards d'économies mais que, dans le même temps, on ouvre 1,5 milliard d'ouverture de crédit pour la capitalisation d'Areva", a fait savoir l'élu, vendredi 14 juillet, au micro de RFI. 

"Nos hommes risquent leur vie tous les jours"

"Je trouve un peu délicat de donner cette explication. Nos hommes risquent leur vie tous les jours sur les théâtres d'opération et on leur demande de faire des sacrifices budgétaires pour recapitaliser une société, qui est certes importante, mais pour qui on aurait pu trouver d'autres solutions", a poursuivi le député. "Il y a nécessité de tenir les 3% (de déficit public imposé par Bruxelles ndlr). Et donc il faut que tous les ministères, y compris celui de la Défense" fassent des économies, a-t-il concédé. "Est-ce que ce doit être à hauteur de 850 millions d'euros ? Il faut qu'on regarde quels seront les impacts, et j'espère qu'ils seront a minima pour les armées." L'élu du Val-de-Marne demande notamment que les équipements assurant la sécurité des soldats ne soient pas touchés. 

Jeudi soir, Emmanuel Macron a fermement recadré le chef d'État-major Pierre de Villiers, qui avait dit s'être fait "baiser" par ce train d'économies, selon une citation du journal Les Échos. "Je regrette que ces propos soient parus dans la presse", a commenté Jean-Jacques Bridey. "C'était à huis clos, j'avais demandé à tous mes collègues de tenir la confidentialité de ces propos." Toutefois "je comprends le raisonnement du chef d'État-major, qui est un excellent officier général, un excellent chef d'Etat-major, apprécié des armées", a-t-il assuré.

Les députés LREM Jean-Charles Larsonneur (Finistère) et Gwendal Rouillard (Morbihan) ont rejoint Jean-Jacques Bridey sur cette position. La fronde est en marche.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 12 mai 2016

Du rififi chez les pseudo-socialistes

Macron et Valls, les frères ennemis, se chamaillent en public à l'Assemblée Nationale

Cela doit être joyeux en conseil des ministres, entre Simplet et Grincheux !

Posté par jl boehler à 11:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 11 mai 2016

Valls dégaine le 49/3, la kalachnikoff des faibles

Au risque de voir se soulever tout le pays

Alors qu'il risquait de ne pas avoir la majorité pour voter la loi dite "Travail", portée par Myriam El Khomri, Manuel Valls a souhaité recourir à l'article 49 alinéa 3 de la constitution. À 14h30, le Premier ministre a convoqué un conseil des ministres extraordinaire qui l'a autorisé à engager la responsabilité du gouvernement. Une motion de censure a été déposée par l'opposition. Mais le Front de gauche, le Parti communiste et le Front national souhaitent aussi voter la motion de censure. Ce sont les députés PS frondeurs qui feront -ou non- pencher la balance. Déposé mardi après-midi, la motion de censure sera discutée et soumise au vote jeudi. Dès 18 heures, de nombreux opposants au texte se sont rassemblés devant l'Assemblée nationale, dans une ambiance tendue face au CRS qui en bloquent l'entrée.Invité du journal de 20 heures sur TF1, Manuel Valls a assuré ne pas craindre la motion de censure. Et il a appelé les députés de la majorité susceptibles de la voter à prendre leurs responsabilités. Les sept syndicats contestataires appellent à deux nouvelles journées de grèves et de manifestations les 17 et 19 mai.

AN2

AN1

Filippetti: "On n'a pas de leçon à recevoir si on vote avec la droite"

Et si, en fin de compte, c'est la rue qui votait la motion de censure avec ses pieds ?

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 13 mars 2016

Agriculture de montagne

Communiqué de l'ANEM

anem

Le projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’agroalimentaire et la forêt, adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 14 janvier, a été enrichi de plusieurs dispositions en faveur des agriculteurs et de l’agriculture de montagne.

Ces ajouts résultent d’amendements des parlementaires de la majorité et de l’opposition. Ils donnent ainsi à l’agriculture de montagne, notamment au secteur de l’élevage, une priorité et une visibilité, absentes de la rédaction initiale.

Ces dispositions nouvelles portent principalement sur :

  • l’affirmation de l’importance stratégique des secteurs de l’élevage et du pastoralisme dans la conduite de la politique du développement rural, et d’une politique spécifique à l’agriculture de montagne en application de l’article 8 de la loi du 9 janvier de 1985;
  • le maintien d’un nombre d’exploitants agricoles sur l’ensemble des territoires en adéquation avec les enjeux d’accessibilité et d’entretien qu’ils représentent;
  • la représentation de la montagne au sein du Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l’économie agricole et alimentaire, et la consultation pour avis des comités de massif lors de l’élaboration des plans régionaux d’agriculture durable;
  • la surface minimale d’assujettissement (SMA) adaptée à la montagne;
  • la possibilité de solliciter les fédérations de chasse pour contribuer au retrait des prédateurs, à l’initiative du préfet;
  • la présentation, d’ici le 31 décembre, d’un rapport du gouvernement au Parlement sur le développement des formations biqualifiantes dans l’enseignement agricole;
  • la reconnaissance du rôle de la forêt dans la prévention des risques et la fixation des sols en montagne, justifiant une politique publique.

Ce résultat illustre la capacité de l’ANEM à élaborer des propositions en amont et en concertation, de façon consensuelle avec les pouvoirs publics, facilitant ainsi leur adoption.

* ANEM : association nationale des élus de montagne.

Posté par jl boehler à 00:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 7 juin 2015

Carton rouge pour un député-maire

Le député-maire "Les Républicains" de Sarrebourg Alain Marty va-t-il relancer la guerre entre l'Alsace et la Lorraine ? 

rty

En effet il vient de se faire flasher sur l'A-4 à la vitesse de 151 kmh, entre Sarre-Union et Sarreguemines, sur une route limitée à 110 kmh.  La brigade rapide d’intervention de Phalsbourg a procédé à ce contrôle. Et pour ce genre d'infraction, les élus parlementaires ne bénéficient pas de l'immunité parlementaire. Et le permis lui a été retiré immédiatement. Ce qui fait débat, c'est le tribunal devant lequel il devra passer en jugement ! En Lorraine à Sarreguemines, ou en Alsace à Saverne ? Vaste débat qui risque de créer un nouveau conflit entre les deux provinces ? Finalement, non, il  sera jugé à Saverne.

1966879_652180764894809_7101827320303230476_n

Ce député est d'ailleurs un récidiviste ! Il y a quelques mois, l’homme avait déjà fait l’objet d’un retrait de permis dans les mêmes circonstances, sur la RD955 entre Château-Salins et Sarrebourg. Voilà ce que c'est que de cumuler les mandats ! On est pressé et on met en danger la vie des autres.

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 6 avril 2015

Les boulettes pascales de nos députés UMP

En cette dernière journée de travail parlementaire avant Pâques, à savoir vendredi 2 avril,  nos députés UMP devaient déjà avoir la tête ailleurs, notamment Bernard Accoyer et André Schneider.

Bernard_Accoyer1

Tout d'abord Bernard Accoyer, il s'offusque d'être obligé de siéger un vendredi-saint, jour férié seulement en Alsace-Moselle. Quel ignorant ! Il ne sait pas que vendredi-saint est aussi jour férié dans les Antilles françaises et dans les îles du Pacifique, sans oublier la Guyane ! S'il avait demandé la délocalisation de la séance de l'Assemblée Nationale à Strasbourg, Metz ou Papeete, peut-être aurait-il évité de siéger ce jour-là. Pour éviter toute nouvelle boulette à ce député, voici tous les jours fériés sur une partie du territoire national :

- Vendredi Saint : vendredi 3 avril 2015 (Moselle, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Guadeloupe, Guyane, Martinique, Polynésie Française).
- Abolition de l'esclavage à Mayotte : lundi 27 avril 2015.
- Saint Pierre Chanel : mardi 28 avril 2015 (Wallis-et-Futuna).
- Abolition de l'esclavage en Martinique : vendredi 22 mai 2015.
- Abolition de l'esclavage en Guadeloupe : mercredi 27 mai 2015.
- Abolition de l'esclavage en Guyane : mercredi 10 juin 2015.
- Fête de l'autonomie en Polynésie Française : lundi 29 juin 2015.
- Fête Victor Schoelcher, en Guadeloupe et en Martinique : mardi 21 juillet 2015.
- Fête du Territoire à Wallis-et-Futuna : mercredi 29 juillet 2015.
- Fête de la citoyenneté en Nouvelle Calédonie : jeudi 24 septembre 2015.
- Abolition de l'esclavage à la Réunion : dimanche 20 décembre 2015.
- Saint Etienne : samedi 26 décembre 2015 (Moselle, Bas-Rhin, Haut-Rhin).

Et pour gagner un jour férié supplémentaire  à l'assemblée nationale, peut-être pourra-t-il demander le déplacement de la fête de l'abolition de l'esclavage à la Réunion, qui tombe un dimanche.

vendredi

andre_schneider_brasseur_300x225

Quant au député alsacien André Schneider, il reproche à Jean-Pierre Pernaut de situer Strasbourg en Allemagne. Lui au moins n'avait donc pas de raison d'être absent vendredi matin. Pourtant son banc était vide. Peut-être a-t-il siégé au Bundestag à Berlin ?

schneider

Toujours est-il qu'il n'a dû voir que le début et la fin de l'émission de Jean-Pierre Pernaut qui a fait d'abord un reportage sur Strasbourg, et ensuite un reportage en Allemagne. Entre les deux reportages, notre cher député UMP, après une semaine de travaux de forçat, a dû s'assoupir devant son poste de télévision. Bon sang, pourvu qu'il n'ait pas trop souvent ce genre de coups de fatigue à l'Assemblée Nationale, surtout pendant les séances de questions au gouvernement retransmises en direct dans toute la France ! Cela donnerait une très mauvaise image des élus alsaciens.

Mais peut-être André Schneider avait-il accompagné dès 1989 son ami Nicolas Sarkozy à la chute du Mur de Strasbourg ? Il est vrai que ce dernier, venu en tant que Président de la République visiter une des grandes scieries alsaciennes, avait par un regrettable lapsus situé notre province en Allemagne.  Et peut-être aussi se prend-il à rêver de devenir ministre des affaires étrangères dans un prochain gouvernement d'Angela Merkel ? Et peut-être rêve-t-il aussi qu'Angela Merkel désigne Strasbourg comme candidate aux Jeux Olympiques en Germanie en 2024 ? Et peut-être a-t-il vu Jean-Pierre Pernaut non sur TF1, mais sur ARD (1ère chaîne allemande) ? 

Décidément nos élus UMP ont un grand potentiel pour se rendre ridicules, surtout au moment où l'on s'y attend le moins. Qu'ils continuent donc à dormir du sommeil du juste.

 

270px_PortedeBrandebourg_nuitLa porte de Strasbourg (selon André Schneider ?)

strasbourg_cathedrale_de_nuit_661La cathédrale de Berlin (toujours selon André Schneider ?)

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,