Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Différences : le blog de Jean-Louis BOEHLER
30 novembre 2023

Maladies respiratoires en Chine

Les cas de maladies respiratoires se multiplient dans le pays chez les enfants, alerte l'Organisation mondiale de la santé. Cette dernière demande aux autorités des « informations détaillées » et de mettre en place des mesures barrière.

chine0L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé, mercredi, à la Chine des « informations détaillées » sur une augmentation des maladies respiratoires et « des foyers de pneumonie » chez les enfants alors que les principaux centres médicaux pédiatriques du pays sont submergés de patients.

Cette requête, qualifiée de « vérification de routine » par le bureau local de l'OMS à Pékin, intervient près de quatre ans après l'apparition en Chine d'une mystérieuse « pneumonie virale », qui allait être à l'origine de la pandémie de Covid-19. A l'époque, l'OMS avait été critiquée pour son manque de réactivité. Dans les mois suivants, l'Organisation avait reproché aux autorités chinoises leur manque de transparence lors de l'enquête sur les origines du Covid-19.

Premier hiver hors « zéro Covid »

Le 13 novembre, devant la presse, les autorités chinoises de la Commission nationale de la santé ont tenu une conférence de presse pour signaler une augmentation de l'incidence des maladies respiratoires, semblant frapper particulièrement durement les enfants. Elles ont attribué cette augmentation à l'abandon, il y a presque un an, des restrictions sanitaires contre le coronavirus et à la circulation d'agents pathogènes connus, alors que la Chine du Nord entre dans l'hiver. Elles assurent, ce mercredi, qu'aucun « pathogène nouveau ou inhabituel » n'a été détecté.

L'OMS a cité des rapports, dont celui publié cette semaine par ProMED, qui suit les épidémies de maladies infectieuses dans le monde, mettant en garde contre une « pneumonie non diagnostiquée chez les enfants du nord de la Chine ».

Alors que parents et enfants inquiets affluent dans les unités pédiatriques de Pékin, la capitale chinoise, située dans le nord du pays, fait actuellement face à une vague de froid, avec des températures nocturnes négatives. La ville « entre dans une saison à forte incidence de maladies respiratoires infectieuses », a rappelé mercredi à la presse Wang Quanyi, directeur adjoint et chef épidémiologiste du Centre de contrôle et de prévention des maladies de Pékin.

L'OMS a dit avoir demandé des informations épidémiologiques et cliniques supplémentaires, ainsi que des résultats de laboratoire concernant les foyers signalés chez les enfants, par l'intermédiaire du mécanisme du règlement sanitaire international. Elle a également réclamé à la Chine des informations sur la circulation des agents pathogènes connus et sur la charge qui pèse sur les systèmes de santé.

Mesures de précaution

Les médias locaux ont signalé une augmentation constante des infections par un agent pathogène appelé mycoplasme chez les élèves des écoles maternelles et élémentaires. Alors que le germe a tendance à ne provoquer que de légers rhumes chez les enfants plus âgés et les adultes, les jeunes enfants sont susceptibles de développer une pneumonie, dont les symptômes durent des semaines.

Les mycoplasmes peuvent provoquer des épidémies majeures tous les trois à sept ans, a prévenu Tong Zhaohui, le vice-doyen de l'hôpital Chaoyang de Pékin, le principal centre médical de Chine pour les maladies respiratoires.

Difficulté supplémentaire, l'antibiotique le plus couramment utilisé pour traiter les infections à mycoplasmes est confronté à une résistance médicamenteuse plus élevée en Chine que partout ailleurs dans le monde. Jusqu'à 60 à 70 % des cas chez les adultes et jusqu'à 80 % des cas chez les enfants ne répondent pas au médicament, a déclaré Yin Yudong, médecin spécialiste des maladies infectieuses, au « Beijing News ».

Les données du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies ont également montré que le taux de positivité de la grippe a augmenté régulièrement en octobre, tandis que les taux de Covid continuent de baisser après un petit pic au cours de l'été.

L'OMS recommande aux personnes résidant en Chine de prendre des mesures pour réduire le risque de maladie respiratoire, comprenant la vaccination, la distanciation avec les malades, l'isolement en cas de symptômes, des tests et soins en cas de nécessité ainsi que le port du masque. (selon "Les Echos")

Publicité
Commentaires
O
l'OMS.... Organisme privé financé par la fondation GAVI (Bill and Melinda Gates) demande à ce que la chine Vaccine tout le monde...<br /> <br /> On a bien vu les hivers 2021 et 2022 -> Tous vaccinés = tous contaminés...
Répondre
Publicité
Différences : le blog de Jean-Louis BOEHLER
Derniers commentaires
Archives
Différences : le blog de Jean-Louis BOEHLER
Visiteurs
Depuis la création 2 241 676
Publicité