Alors qu'une dizaine de groupes mondiaux -- dont Boeing et Airbus -- travaillent sur ce moyen de locomotion censé révolutionner la mobilité urbaine, c'est un constructeur chinois qui a été le premier à proposer un vol à plusieurs passagers.

taxidrone

Des vols de démonstration de courte durée ont été proposés ce jeudi par la société EHang à plusieurs représentants de la presse invités à Vienne en Autriche. 

L'EHang 216, un appareil autonome bi-place s'est contenté de très brèves élévations verticales d'une dizaine de mètres, suivies d'atterrissages au point de départ. Sans dépasser les tribunes du stade Generali Arena de la capitale autrichienne où la démonstration a eu lieu. 

Ce véhicule aérien électrique sans pilote, bourré d'électronique, doit à terme pouvoir transporter deux passagers à basse altitude sur une distance de jusqu'à 35 km et offrir une nouvelle solution de mobilité en zone urbaine, selon EHang. 

La technologie est aujourd'hui prête pour un développement industriel mais ce type d'appareil doit encore être certifié par les autorités aériennes, puis décrocher des autorisations de vol, souligne Derrick Xiong, responsable marketing de la société. 

"Notre principal défi n'est pas la technologie, ni la réglementation, c'est le public", à savoir s'il est prêt à utiliser de tels appareils", a-t-il estimé lors de la présentation. 

Malgré l'absence de certification à ce jour -- qui explique que l'appareil n'ait pu quitter l'enceinte du stade --, EHang a recueilli "des milliers" de précommandes et veut faire produire son appareil en série "dès l'année prochaine". 

L'EHang 216 affiche une autonomie de vol de 30 minutes, une vitesse de pointe de 130 km/h et peut embarquer jusqu'à 260 kg. Sa charge de 17 kilowatts rend sa consommation utile comparable à celle d'une voiture électrique en milieu urbain.