dimanche 15 octobre 2017

Loi-montagne n° 2 : les déserts médicaux

Une mesure qui va attirer les médecins ? 

desert_m_dical

L'acte II de la loi-montagne (loi n° 2016-1888 du 28 décembre 2016 de modernisation,  de développement et de protection des territoires de montagne) aborde le problème des déserts médicaux.

Article 22 : Exemption de cotisations des médecins à la retraite continuant d’exercer en montagne Sont exonérés pour moitié du paiement des cotisations de retraite (vieillesse et invalidité-décés), les médecins retraités qui continuent à exercer leur activité ou qui effectuent des remplacements en zone de montagne caractérisée par une offre de soins insuffisante.

Il est évident que cette seule mesure n'attirera guère de nouveaux médecins, mais elle a le mérite d'exister.

Qu'en est-il chez nous ?

Les vallées vosgiennes alsaciennes sont encore peu touchées (voire pas du tout) par la désertification médicale en monde rural. Pourtant ce problème risque de se poser un jour. Et alors là, que verra-t-on ? L'inadaptation du territoire de montagne ! Par exemple un Val de Villé coupé en deux zones (une partie en zone de montagne, une autre non), résultat d'un alignement sur une directive européenne qui n'a pas tenu compte des spécificités territoriales. 

Nos médecins soignent indifféramment des patients de l'arrière-vallée, classée en zone de montagne, et de l'avant-vallée (qui ne l'est pas). Nos médecins, pour profiter de cet article 22 de la loi-montagne, devraient s'installer au Climont, à Noirceux, au Blanc-Noyer ou au Kreutzweg ? On voit le ridicule de l'application : on en est là, car nos élus n'ont pas tenu compte dans le classement en zone de montagne des bassins de vie, d'économie et d'emploi de la population, mais uniquement de courbes de niveau fantaisistes.

Merci à notre conseillère départementale, première adjointe de Villé, qui, présente à la dernière réunion de l'ANEM, n'a pas jugé utile de soulever ces problèmes, et merci aussi à tous nos élus, siégeant à l'association des maires du Val de Villé sous la présidence du maire de Villé, à la Comcom, à la municipalité de Villé, de ne jamais soulever ces problèmes.

Par contre, elle aurait pu protester contre l'article 93 qui autorise des "sous-médecins" à exercer en zone de montagne. La médecine doit être de qualité sur l'ensemble du territoire !

Article 93 : Résidants de médecine n’ayant pas soutenu leur thèse. Les médecins qui n’ont pas soutenu leur thèse dans les temps mais qui souhaitent pouvoir exercer la médecine, sont autorisés à le faire en contrepartie de l'engagement d'exercer en zone sousdotée.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 11 septembre 2017

Ecole de Neubois et zone de montagne

Nos élus aux abonnés absents !

loimontagne

En tant que délégué national "montagne" du PS de 1981 à 1985, j'avais participé à de nombreux travaux de préparation de la loi-montagne adoptée par le parlement (tous groupes confondus). Des critères pour le classement en zones de montagne des communes avaient été établies. Deux thèses s'opposaient : l'une proposait des caractéristiques telles que les handicaps liés au climat, à l'altitude, la pente... Certains allaient jusqu'à retenir l'altitude du coq du clocher de l'église. J'avais quant à moi soutenu la deuxième thèse de classement en zones de montagne des "bassins d'emploi", ou plus globalement des "bassins de vie". Et c'est cette dernière qui a été retenue dans la loi. De ce fait, l'intégralité des 18 communes du Val de Villé étaient intégrées en zone de montagne. 

Ces critères s'appliquaient encore en 2001, où j'ai été élu conseiller municipal de Villé et désigné comme délégué de la commune à l'AMV (association des élus du massif vosgien), jusqu'en 2008. C'est en 2014, que le gouvernement est revenu à la première thèse, suite à la perspicacité d'un ministre de l'économie nommé Emmanuel Macron qui a ressorti la directive européenne 76/401/CEE du Conseil du 6 avril 1976. Remettre à niveau une loi de 1985 en 2014, certes, mais en se basant sur une directive de 1976 mise au placard, était-ce bien judicieux ?

En tous cas, fatal pour notre vallée de Villé, dont une moitié seulement des communes répondait aux critères. Comment expliquer qu'un bassin économique se trouve coupé en deux zones ? Et aucun élu n'a pris garde à ce nouveau découpage, et tous ont accepté les yeux fermés, sans rien comprendre, l'arrêté interministériel qui entérinait cette faute pourtant évidente.

Aujourd'hui, toutes les administrations vont répondre, y compris pour l'école, que Neubois n'est pas en zone de montagne, et que le maintien d'une école, possible à Urbeis, ne l'est pas à Neubois. Mais qu'en ont à faire nos élus qui continuent à dormir, et pas seulement dans un poème d'Arthur Rimbaud intitulé "Le dormeur du val".

montagne1

montagne2

neubois1

Posté par jl boehler à 00:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 12 mai 2017

Billet d'humour

Histoire d'investitures

invest

Décidément, les nouvelles têtes ont le vent en poupe au nouveau parti "En marche" qui, semble-t-il possède déjà une section dans le Val de Villé. En effet, notre vallée va être bien représentée avec la nouvelle candidate Eliane Tomaszewski, conseillère municipale et présidente du dernier Noël à Fouchy. 

eliane_tomaszewski_presidente_du_comite_des_fetes_1430583290

D'ailleurs, cette candidate surprise a déjà rencontré un éminent personnage, à savoir Jean-Marc Riebel, ancien conseiller régional d'Alsace sur la liste PS-Verts, président de la comcom du Val de Villé, maire de Saint-Maurice, vice-président du SDEA. Sera-t-il son suppléant ? Peut-être. Dans ce cas, on peut se demander si le val de Villé, qui a perdu son titre de canton, ne deviendra pas une circonscription législative, ce qui ne pourrait avoir que des avantages pour les dossiers locaux.

 

caroline

Quant à la très socialiste Caroline Reys, candidate autoproclamée du PS et de EELV, qui avait déjà affiché le soutien de Pernelle Richardot et de Christelle Hamm, membres éminents de la fédération PS 67, sans passer par la case "assemblée générale de circonscription", on peut se demander si, à force de vouloir être plus rapide que l'éclair, elle n'a pas contribué à sa perte, n'ayant pas  été investie par "En Marche", ce jeudi matin, après avoir adhéré mercredi matin et ayant demandé l'investiture mercredi soir. La voilà, sans aucune investiture, nue comme un ver.

Posté par jl boehler à 10:27 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 3 mai 2017

Taxival, première victime des bus Macron ?

Offre de plus en plus réduite ! 

taxival

D'habitude, avant une élection, on voyait fleurir des mesures, certes symboliques et démagogiques, d'amélioration dans la vie des électeurs, tels augmentation des salaires et des retraites, report des dates-limites de paiement des impôts, etc... Cette fois-ci, même pas. Au contraire, voilà qu'on nous annonce à 5 jours du deuxième tour de l'élection présidentielle, une dégradation du service public dans la vallée ! Bien sûr, cela ne fait pas la "une" de la presse locale, et pourtant de nombreuses personnes vont être touchées, telle cette grand'mère qui, non prévenue, a dû se résigner à prendre un taxi de Villé à Albé pour un montant de 20 € !  

Je me suis posé la question de savoir si à distance rapprochée du débat public entre deux candidats, dont l'une m'horripile, et l'autre m'inspire la plus grande méfiance, j'allais m'exprimer de suite, ou le lendemain de l'élection. Finalement, considérant que le libéralisme sauvage n'accorde aucune trêve, il n'y a pas de raison que je ne réponde pas.

taxival1

A partir du 2 mai, l'offre Taxival est réduite de 9h à 15h30, bref une dégradation supplémentaire des transports publics et du service public, dans une vallée qui ne brille déjà pas beaucoup dans ce domaine ! Ce service, mis en place pour permettre un meilleur transport des particuliers dans le Val de Villé, à un coût réduit (2 € au départ, 2,50 € jusqu'en septembre 2016, 2,80 € jusqu'à aujourd'hui) il y a à peine une douzaine d'années, à l'époque où je siégeais à la commission "transports" de la comcom, le voilà en voie de destruction. Qui est responsable ? Les élus locaux ou départementaux en place aujourd'hui, qui ne réagissent pas au démantèlement d'un service public, que, pourtant ils subventionnent ? Les sociétés privées qui ont leur siège à Lons-le-Saunier ou Dijon, qui travaillent pour une société allemande nommée Flixbus, celle-ci ayant adopté le système des bus Macron ? Qu'importe. La seule question qui se pose, c'est de savoir quand s'arrêtera le démantèlement du service public au nom d'une soi-disante rentabilité ? Où va-t-on, après la suppression de Taxival ? Au démantèlement des transports scolaires, des lignes régulières, et j'en passe ? Et tout cela au nom d'un slogan : les bus Macron. Serons-nous ainsi obligés de combattre dès lundi matin celui qui aura été élu dimanche ?

Ici, le slogan de mai 1968 "Elections, piège à cons" semble toujours d'actualité.

Posté par jl boehler à 09:26 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 10 mars 2017

Concert à Breitenbach

Chants et musique slaves par une chorale tchèque

ATENEO_concert___Breitenbach

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 5 mars 2017

Réunion à propos du bilinguisme à l'école

En Alsace, zone frontalière, le bilinguisme intéresse tout le monde.

college

college1

Posté par jl boehler à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 16 janvier 2017

Ranrupt, capitale du Val de Villé !

Primaires citoyennes : pas de bureau de vote à Villé

logo_primaires_agenda_840x473

Monsieur le Maire de Villé, sarkozyste de la première heure (jusqu'à la dernière ?) l'avait affirmé haut et fort : toutes les primaires seront placées sur un plan d'égalité.  Hélas ! une fois de plus, de la parole aux actes, il y a loin. Il y a eu lieu à la mairie de Villé, les primaires de la droite et du centre. Il n'y aura pas de primaires de la gauche. Les électeurs de Villé devront  se rendre à Ranrupt ! En plein hiver, n'oubliez pas de mettre les pneus-neige et les chaînes, il faudra passer le col de Steige.

ranrupt

Je me suis donc penché sur cette anomalie (on n'est plus à une près à Villé) et je me suis adressé par e-mail à la fédération PS du Bas-Rhin en ces termes : "Bonjour, Je viens  de vérifier les lieux de vote pour les primaires. Or, Villé 67220 ne figure nulle part. Un simple oubli très certainement ? Merci de m'indiquer ce qui se passe. Jean-Louis Boehler - Villé". La réponse du Parti Socialiste du Bas-Rhin m'est parvenue dès ce matin : "Bonjour Jean-Louis, Certaines communes n'ont pas fourni les listes électorales de leur commune à la Préfecture, ce qui est malheureusement le cas pour Villé. Toutefois, tu pourras voter dans le bureau de vote auquel ta commune a été rattachée, c'est-à-dire Ranrupt, au local des associations 2 rue de la Mairie, sur présentation de la carte d'identité."

En 2012, des morts figuraient sur les listes électorales du Val de Villé. En 2017, l'équilibre est rétabli à Villé : ni morts, ni vivants ne pourront voter ! On dit merci qui ?

NB : et ce n'est pas de l'humour !

Posté par jl boehler à 13:43 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 10 janvier 2017

RN 59 : les pieds dans le plat !

Il suffit qu'une association bouge !

2567_file_mettrelespiedsdansleplat

Tiens ! Bierry se rappelle qu'il est conseiller départemental du canton Mutzig - Villé. Et le voilà qui vient justifier ce non-sens politique qui l'a amené (avec son collègue haut-rhinois Straumann) à ne pas signer le contrat de plan 2016 - 2020  qui comprend la RN59 ! Comment va-t-il maintenant s'y prendre pour expliquer à ses collègues qu'il faut voter le budget de la RN59 ? Bierry aurait-il des talents de prestidigitateur ?

Toujours est-il que le député Herth (du même parti que Bierry) ne semble pas sur la même ligne et exige une mise au point. Quelle belle salade !

Plus que jamais, il est nécessaire que les usagers et les riverains bougent et permettent de relancer l'association RN59Sécurité en participant à l'AG du 14/01/2017 à 15 h à Rombach-le-Franc (bar de la couaraye).

frantz1article de L'Alsace du 10/01/2017

Posté par jl boehler à 11:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

samedi 7 janvier 2017

RN 59 Sécurité : assemblée générale

Un nouveau comité se met en place

couarail

L'association RN 59 Sécurité, en sommeil de puis 2010, va reprendre son activité à l'initiative de nouveaux membres. L'assemblée générale aura lieu samedi, 14 janvier à 15 h 00  au bar associatif "Le Couarail" à Rombach-le-Franc (au 67, rue du général de Gaulle). Tous les riverains et usagers de cette route dangereuse du Val d'Argent, du Val de Villé, du Centre-Alsace sont invités.

Ordre du jour

1) Mise en place du nouveau comité. Selon les statuts, le comité peut comprendre jusqu'à 21 membres. 

2) Election du Bureau (président, vice-présidents, secrétaire, trésorier, assesseurs).

3) Les dernières informations concernant l'avancée du dossier RN 59 et les transports collectifs dans nos vallées.

4) Les propositions de l'association.

5) Actions à envisager : distribution de tracts, rencontres avec les élus, manifestations, réunions publiques.

6) Divers

Posté par jl boehler à 18:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 2 décembre 2016

La SNCF privatise dans le Val d'Argent

Vers le démantèlement du service public des transports dans nos vallées !

Merci, Macron !

SNCF

 

"C'est officiel ! Le groupe Transarc va opérer pour une durée de 5 ans sur la ligne TER Sélestat - St Dié-des-Vosges avec la société Kristinatours. Il faut donc recruter une douzaine de conducteurs dans ce secteur !"

C'est en ces termes que la société Transarc annonce sur sa page facebook une des plus mauvaises nouvelles pour les vallées d'Alsace-Centrale. La ligne TER Sélestat - Saint-Dié va disparaître du paysage des vallées au profit de lignes privées qui fonctionneront non en faveur des voyageurs qui perdront les avantages accordés par la SNCF (billets à  prix réduits, etc...) mais en faveur des intérêts de groupes privés. 

Les conducteurs licenciés  auront priorité pour une embauche chez Transarc, mais perdront très certainement leur statut de fonctionnaire, voire une partie de leur salaire. Licenciements : 12, embauche : 12, où est le recrutement ?

Quant aux horaires, ils seront décidés par le nouveau concessionnaire, non selon les besoins des habitants des vallées, mais selon les meilleurs bénéfices de Transarc, dont le nouveau siège est à Dijon, et dont l'un des principaux actionnaires est l'allemand Flixbus, lié à l'action qui enregistre un gros flop : "Les bus de Macron" ! Et si les habitants ne trouvent plus un service TER adapté, que deviendra la circulation sur la RN59 ? Encore plus dangereuse.

On se demande où les élus ont la tête pour ne pas voir arriver ce gros pataquès.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,