vendredi 3 août 2018

Centrafrique : trois journalistes russes assassinés

Ils enquêtaient sur une société militaire privée

russieEn Centrafrique, trois journalistes russes ont été tués à environ 200 km de la capitale Bangui. Les trois hommes, reporter, caméraman, et documentariste, ont été retrouvés morts lundi soir à Sibut. L’identité des victimes a été confirmée mardi soir par le ministère des Affaires étrangères russe dans un communiqué. Ce mercredi, les médias indépendants russes ont beaucoup évoqué le professionnalisme des victimes.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a confirmé à la télévision l’identité des trois journalistes tués. Il s’agit du reporter de guerre Orkhan Djemal, du documentariste Alexandre Rastorgouïev et du caméraman Kirill Radtchenko. Maria Zakharova a aussi déclaré que la diplomatie russe n’était pas informée de leur présence en Centrafrique, car leur voyage avait été déclaré comme touristique.

Sur quoi avaient-ils décidé d'enquêter ?

Les journalistes collaboraient avec le Centre de gestion des investigations, un projet lancé par l’opposant en exil Mikhaïl Khordorkovski. L’organisme l’a confirmé, les trois journalistes étaient partis il y a quelques jours enquêter sur « les activités de la société militaire privée Wagner » en Centrafrique, une société qui a notamment été active dans l’est de l’Ukraine à partir de l’été 2014.

Que fait cette société privée en Centrafrique ? C’est justement ce que cherchaient à savoir les 3 journalistes assassinés. Depuis le début de l’année, Moscou a déployé des instructeurs militaires, livré des armes et assure même la sécurité du président Touadéra.*

Selon la rédactrice en chef adjointe du site pour lequel les trois journalistes travaillaient, ils avaient tenté de s’approcher d’une base présumée du groupe Wagner à Bangui, mais en ont été empêchés au motif qu’ils n’avaient pas d’accréditations. Le lendemain, ils ont pris la route pour rejoindre un collaborateur de l'ONU, prénommé Martin qui devait leur servir de fixeur. C'est lui qui leur aurait recommandé le chauffeur, qui est le seul rescapé de l'attaque.

Des professionnels reconnus

L'information sur l'enquête sur la société Wagner est mentionnée dans les médias indépendants russes qui rendent hommage au professionnalisme de ces journalistes. La chaîne de télévision Dodj leur a consacré une émission spéciale dans laquelle on a pu voir le documentariste Vitali Manski très ému. Il avait travaillé avec Alexandre Rastorgouïev qui avait réalisé une dizaine de films.

Trois professionnels reconnus, qui avaient fait beaucoup de terrain. Le plus âgé du groupe, Orkhran Dzhemal, 51 ans, était un reporter de guerre qui a écrit pour des journaux comme Novaya GazetaKommersant, en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Géorgie. En Libye, il avait été blessé à une jambe et depuis il se déplaçait avec une canne. Cela ne l’a pas empêché de repartir dans le Donbass ukrainien en guerre. Le documentariste Alexandre Rasstorgouïev, 47 ans, avait filmé le mouvement d’opposition et les soldats de la guerre en Tchétchénie. Enfin, le plus jeune du groupe, Kirill Radtchenko, 33 ans, cameraman et photographe avait notamment travaillé en Syrie.

Aux dernières nouvelles, ils enquêtaient sur un groupe de miliciens privés russes présents en RCA.

Le motif et les circonstances du drame doivent encore être éclaircis. Les corps des victimes seront rapatriés samedi en Russie. En France l’'ONG "Reporters sans frontières" demande aux autorités russes et centrafricaines de mener une enquête sérieuse et approfondie sur la mort des trois journalistes russes en Centrafrique. Ils seraient tombés dans une embuscade, mais peu d’informations ont filtré sur l'identité des assaillants et leurs motivations. (selon RFI)

Posté par jl boehler à 01:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 30 juillet 2018

Mayotte : le droit du sol à l'Assemblée Nationale

47 députés mettent à mal l'intégrité républicaine

assemblee_3

En pleine période de congés, en présence de 66 députés, avec le soutien du gouvernement et notamment du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, l'Assemblée Nationale a voté par 47 voix contre 19 un nouveau "droit du sol" soit-disant "adapté" à Mayotte.

En nouvelle lecture du projet de loi asile-immigration, les députés ont donné leur aval par 47 voix contre 19 à un article introduit au Sénat qui exige pour les enfants nés à Mayotte que l'un de ses parents ait, au jour de la naissance, été présent de manière régulière sur le territoire national depuis plus de trois mois. 

Fin juin, lors d'un discours consacré aux Outre-mer, Emmanuel Macron avait soutenu cette démarche. Dans l'hémicycle, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, le lieutenant aboyeur, a défendu à son tour une évolution "nécessaire et équilibrée". Il a eu l'appui des deux députés de Mayotte, Ramlati Ali (LREM) et Mansour Kamardine (LR). 

Dans les rangs de la majorité, où 9 LREM et 2 MoDem ont voté contre l'article, des voix se sont élevées contre une disposition "mal préparée", notamment Saïd Ahamada (LREM) ou Nadia Essayan (MoDem).  

"Est-ce qu'on va résoudre des problèmes? La réponse est non", a aussi lancé Sonia Krimi, parmi les élus LREM abstentionnistes en première lecture. La députée, née en Tunisie, a déploré que cela rouvre les débats "sur les +horribles+ étrangers dont je faisais partie" qui "viennent pour profiter". 

La gauche a aussi fustigé un article qui "va à l'encontre de l'Histoire" (Muriel Ressiguier, LFI), vient "casser encore un peu plus l'unicité de la République" (Pierre Dharréville, PCF) ou "ouvre une boite de Pandore" (Marietta Karamanli, PS).  "Nous ouvrons un biais dangereux en droit", a également estimé Olivier Becht (UDI-Agir), magistrat de profession. 

Côté LR, Eric Ciotti (LR) a proposé de "généraliser ce principe à l'ensemble du territoire national". Fallait-il donner des gages à l'extrême-droite ?

assemblee

mayotte

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 25 juillet 2018

Lettre au Président de la République

Un vieux militant de gauche, conseiller municipal puis maire d'une commune du Nord, vient d'écrire à Emmanuel Macron :

pot4

« Monsieur le Président, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être si vous avez le temps… »

Oui Monsieur le Président, comme beaucoup de Français, j’ai voté pour vous en mai 2017, non pas pour les politiques que vous mettez en œuvre depuis et qui consistent à enrichir les très riches tout en appauvrissant, à des degrés divers, tous les autres,

oui j’ai voté pour vous pour éviter l’élection d’une Présidente d’extrême droite ou d’un Président de la droite dure,

avec peut-être un petit zeste d’espoir que vous aviez distillé avec une réelle habileté et que de plus jeunes que moi avaient voulu m’en convaincre de la réalité.

 

pot5

Il ne vous a pas fallu un an pour montrer votre vrai visage quant à la forme et, sur le fond, le vrai sens de vos politiques qui n’ont vraiment rien de neuves et qui, au contraire, nous font reculer de plus d’un siècle en matière économique et surtout sociale.

Finalement, vous avez pu vous féliciter (et vous réjouir) d’avoir su faire passer, en quelques mois, sans trop de tempêtes, ce dont les droites rêvaient depuis des décennies et ce, grâce à votre habileté.

Vous avez allumé ainsi de multiples « petits feux » à première vue inoffensifs, car aux motifs souvent contradictoires (ce qui a d’ailleurs contrecarré Messieurs Mélenchon et Martinez qui espéraient les voir s’agréger).

Mais Monsieur le Président, si vous aviez l’expérience, ne serait-ce que d’un petit élu local comme moi, vous auriez su qu’en multipliant ces petits feux, il suffit un jour d’un bon coup de vent pour que tout s’embrase et qu’on passe presqu’instantanément de petits feux à un vaste incendie.

C’est ce que vous connaissez depuis quelques jours et que « vos pompiers de services Elyséens » ne sont pas prêts de réussir à éteindre.

Et à l’instar du chêne de la fable de Monsieur de La Fontaine  n’oubliez jamais sa conclusion : « le vent redouble ses efforts et fait si bien qu’il déracine celui de qui la tête au Ciel était voisine et dont les pieds touchaient à l’Empire des Morts ».

Ce vent est arrivé en cette semaine écoulée. Il faut dire que « vous aviez fait fort » dans l’affaire en cours.

Monsieur le Président, comme l’aurait dit (nous dit-on), un de vos proches, si vous avez gagné l’Elysée « en mode commando » à coups de grande séduction et de petites « tromperies », en vous appuyant sur certains jeunes attirés par votre jeunesse… tout en veillant bien à « acheter » de « vieux politiciens sur le retour »,

si vous avez pu ainsi démolir de vieilles structures politiques et avec elle « un monde qualifié de vieux », vous avez, en fait, entrepris de reconstruire un monde plus vieux encore avec des outils à l’allure certes plus jeune mais des techniques qu’on aurait pu croire à jamais disparues.

Il y a une semaine, sous les feux de la Coupe du Monde de football et des médias, tout semblait vous être acquis et vos troupes (« gardes rouges » ou « Marie Louise ») rêvaient de faire « main basse » sur bien des villes en mars 2020 après avoir raflé de nombreux sièges de Députés Européens en juin 2019.

Et paf !… à l’image de « la laitière et le pot au lait », poème de Jean de La Fontaine à lire et à relire jusqu’à sa conclusion :

pot1

« Perrette là-dessus saute aussi, transportée.

Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée…

… On m’élit roi, mon peuple m’aime ;

Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant ;

Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même ;

Je suis gros Jean comme devant ».

En l’occurrence, il a fallu une vidéo pour démasquer un système, une simple vidéo pour mettre à jour certains comportements… et peut-être pire quand on se rappelle les graves incidents survenus dans le cortège parisien du 1er mai dernier !

Monsieur le Président, quoi qu’il en soit, sauf à imaginer l’inimaginable ce que je me refuse de faire, … vous êtes Président jusqu’en mai 2022.

Je vous le demande : Reprenez pied sur « le bon chemin » ! Ecoutez nos forces vives et tous les élu(e)s à tous les niveaux de notre République !

François Mitterrand savait le faire en n’écoutant pas et en ne sollicitant pas que les avis de ses courtisans… Je fus en son temps (parmi bien d’autres) un de ceux là… très éloigné de « la cour Présidentielle » mais proche des citoyens.

Monsieur le Président, élu depuis 42 ans, j’avais décidé de me retirer.

Aujourd’hui devant la situation dans laquelle vous avez plongé la France, je m’autorise à m’interroger encore.

Quand je visite les chantiers de travaux dans ma Ville, je me dis que nous, les élus locaux, grâce à la décentralisation que vous remettez en cause de différentes manières, on fait mieux que l’État.

Quand je visite nos centres de vacances et nos centres de loisirs d’été (sans médias écrits ni télévisions à mes côtés), je peux ajuster en permanence nos politiques aux réalités sociétales et humaines.

Quand je vois « l’état de ma ville », je me dis que plus que des discours et des plans nouveaux portant les noms de leurs ministres successifs, il nous faut de la continuité, de la globalité et de l’humanité, car il faut agir pour éviter de descendre une pente ou pour la remonter au moins sur une ou deux générations.

pot3

Quand nous construisons à Villeneuve d’Ascq un Centre Ville du 21ème siècle « sans jeter l’argent par les fenêtres » nous faisons ce que l’État n’a jamais  plus su faire depuis les Villes Nouvelles du Général de Gaulle.

Quand nous protégeons la nature et l’agriculture de proximité, quand nous aidons la vie associative citoyenne, quand nous faisons du partenariat économique, quand nous valorisons nos universités et que nous ouvrons nos écoles sur le monde, quand nous développons du sport et des sports pour tous, quand nous diversifions des habitats adaptés à chacun(e)s,

oui, nous élu(e)s locaux, nous faisons notre travail et vous feriez bien, Monsieur le Président, de vous en inspirer !

« Monsieur le Président je vous fait cette lettre que vous lirez peut-être » :

Arrêtez d’allumer des feux,

Arrêtez de vous croire « le centre du monde » et même celui de la France en vous rappelant le pourcentage et le nombre de voix que vous avez fait au premier tour des Présidentielles de 2017,

Arrêtez de prétendre faire du neuf quand vous ne faites que recycler du « très vieux ».

Regardez les femmes et les hommes de France plutôt que d’attendre qu’ils vous regardent et vous admirent.

Il vous a fallu un an pour tout gagner. Craignez de tout perdre en encore moins de temps.

Croyez-moi, Monsieur le Président, vous allez d’abord perdre celles et ceux qui vous doivent tout puis celles et ceux qui ont cru en vous, et je ne parle pas de celles et ceux qui ont trahi leurs camps pour vous… certains ont d’ailleurs commencé à faire mine d’être « En marche… arrière ».

« Monsieur le Président je vous fais cette lettre »… que vous ne lirez sûrement pas…, je suis trop petit, trop anonyme sans doute, pour cela.

Mais je sais que bon nombre de vos amis et de vos adversaires la liront, que ma parole au moins dans ma région continue à compter et que j’ai la capacité d’un élu local d’éviter de commettre trop d’erreurs et ce, en écoutant mes concitoyens.

J’ai eu pour cela un Maître qui, lui, est resté Président de la République Française durant 14 ans,

pot6

François Mitterrand, un Président et un homme qui reste et restera dans nos cœurs et dans nos mémoires… en particulier de celles et de ceux, qui comme moi se réclament encore fièrement de « la Génération Mitterrand ».

Monsieur le Président, je vous fais cette lettre que vous ne lirez pas, faute de temps… et c’est compréhensible, faute surtout d’intérêt pour ce qui n’est pas vous et votre monde…,

et cela c’est bien dommage, sinon pour vous, mais pour notre pays, la France, à la tête duquel vous êtes et peut être resterez…

Avec mes salutations citoyennes et républicaines !"

 Gérard Caudron, conseiller municipal, puis maire de Villeneuve d'Asq

Posté par jl boehler à 00:28 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

samedi 21 juillet 2018

Alexandre Benalla and co !

Sa voiture était dotée d'équipements de police

benalla4

AFFAIRE BENALLA - C'est instantanément devenu une affaire nationale. Mercredi 18 juillet, Le Monde révélait qu'un collaborateur d'Emmanuel Macron avait été filmé le 1er mai en train de frapper un manifestant, le tout affublé d'un casque et d'un brassard de la police, avant d'être simplement suspendu deux semaines puis finalement réintégré au sein du cabinet présidentiel. La classe politique s'est en grande partie insurgée contre les faits et leur traitement par l'Élysée, pendant qu'un syndicat de police portait plainte pour "usurpation de fonction" et "usurpation de signe réservé à l'autorité publique" et qu'une enquête était ouverte auprès de l'IGPN, la police des polices. 

Depuis, aussi, des éléments de portrait d'Alexandre Benalla sont révélés petit à petit, à l'image de sa tentative de se fournir en matériel d'intervention policière pour équiper le service de protection d'un Emmanuel Macron alors candidat à la présidentielle, ou de plusieurs accès de colère et des réactions disproportionnées dans le cadre de son action en tant que garde du corps.

benalla6

Dernière révélation en date et dernière buche dans le brasier, une photo publiée par BFMTV, et sur laquelle il est possible de constater que la voiture personnelle d'Alexandre Benalla est équipée de différents dispositifs normalement propres aux véhicules de police, et notamment des systèmes d'éclairage utilisés par les forces de l'ordre. Un élément supplémentaire dans le portrait d'un homme parfois gros bras, équipé le 1er mai d'un brassard et d'un casque de police, et prompt à se prendre en photographie aux côtés de militaires armés et en treillis au cours de missions. (selon "Huffington Post")

benalla1

benalla5

benalla2

 "En 28 ans de police, je n'ai jamais vu ça"

Les ruses de Sioux de Macron pour esquiver les questions gênantes

Alexandre Benalla a travaillé sept jours pour Arnaud Montebourg avant d'être "viré...

Posté par jl boehler à 03:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 2 juillet 2018

Hongrie : Médiapart révèle ...

Le fervent soutien de l'ambassadeur français à Orban

hongrieEn plein débat sur la crise migratoire, Mediapart fait des révélations à propos d'un diplomate français. Selon le site d’information, l'ambassadeur de France en Hongrie, Eric Fournier, est l’auteur d'une note très dérangeante adressée au Quai d'Orsay et à l'Élysée dans laquelle il tresse des lauriers au Premier ministre Viktor Orban. Dans cette note, il se réjouit notamment du mur construit par la Hongrie pour repousser les migrants et accuse les musulmans d'être antisémites.

La Hongrie, pour Eric Fournier, est un pays idéal. Le populisme de Viktor Orban est un mythe inventé par les médias, écrit l'ambassadeur français. Aucun autre gouvernement européen ne peut se prévaloir d'une triple victoire aux élections. La Hongrie d'Orban, poursuit le diplomate, est un peu le Real Madrid du monde politique moderne.

En matière migratoire, c'est un modèle, selon Eric Fournier. Un modèle qui a su anticiper les problèmes posés par les mouvements migratoires illégaux. En clair, le représentant de la France à Budapest se félicite que les Hongrois aient construit un mur à leur frontière pour bloquer le passage des demandeurs d'asile (à la mode mexicaine de Trump?).

Mais le télégramme va plus loin. Il devient nauséabond à propos de l'antisémitisme. Si la presse accuse en permanence la Hongrie d'être antisémite, estime Eric Fournier, c'est pour détourner l'attention du véritable antisémitisme moderne, qui est le fait « des musulmans de France et d'Allemagne », selon lui.

Interrogé sur cette note en marge du sommet  de Bruxelles, Emmanuel Macron déclare qu'elle ne correspond en rien à la position française. Ah bon ? L'ambassadeur n'est plus la "voix de son maître" ? A la sortie du "sommet", la voix du maître semblait "floue", même l'italien Conte le trouvait fatigué. Alors le chien ? aurait-il interprété plus ou moins bien le message de Manu ?

hongrie1

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 1 juillet 2018

L'annonce faite par Manu

"La France n'ouvrira pas de centres de rétention pour migrants." Pas la peine, c'est déjà fait.

geispolsheimAinsi, le ministère de l'Intérieur a décidé d'ouvrir à nouveau le centre de rétention administrative (CRA) de Geispolsheim-Strasbourg, qui avait été fermé en 2015. La réouverture est effective depuis le 15 janvier 2018.

Séparation des familles à la Trump ?

Le centre de rétention administrative accueille des étrangers en situation irrégulière devant faire l’objet d’une mesure d’éloignement contraint. Géré par les services de la Direction Interdépartementale de la Police aux Frontières (DIDPAF), le CRA dispose d’une capacité d’accueil de 34 places (pour hommes exclusivement). On peut donc se demander ce que devient le regroupement familial, comme aux Etats-Unis avant le rétropédalage de Trump ? La fermeture provisoire de l’établissement a permis de réaliser plusieurs travaux d’aménagement et de rénovation. Ils sont quand même gâtés, ces migrants ! 

La reprise d’activité du centre de rétention a fait l’objet d’un important travail de concertation préalable avec les services associés au fonctionnement de l’établissement : police aux frontières, préfecture, office français de l’immigration et de l’intégration, association de l’Ordre de Malte et les hôpitaux universitaires de Strasbourg.

Par ailleurs, des réunions préparatoires ont été tenues avec les représentants des juridictions judiciaires et administratives pour veiller à la bonne mise en oeuvre des procédures. D'autres centres existent en France,  à Toulouse, à Mesnil-Amelot (Seine & Marne), à Rouen-Oissel, à Saint-Jacques-de-la-Lande - Rennes, etc...

Manu devrait se souvenir : la parole est d'argent, le silence est d'or.

z1

z2

z3

centreferm_

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 30 juin 2018

Retraités : après la hausse de la CSG ...

... voilà la suppression des pensions de réversion ?

Décidément, Macron ne manque pas d'air ! et son projet est simple : tout ce qui n'est pas économiquement et financièrement rentable doit disparaître ! Et étrangler 4,5 millions de veufs et veuves à la retraite ne le dérange pas. Ci-dessous, le communiqué de F.O. à ce sujet :

FO

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 19 juin 2018

Le PS ne votera pas le projet de loi ELAN

Communiqué du groupe  socialiste au Sénat

PS1

PS2

Posté par jl boehler à 00:06 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 26 mai 2018

Le PS et la taxe d'habitation

Un communiqué du parti socialiste et des élus des groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat.

taxe

Posté par jl boehler à 05:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 16 mai 2018

Macron face à Poutine !

Quel naïf !

Macron_696x463

A peine réélu président de la Fédération de Russie, Poutine profitera du 22 ème Forum économique international de Saint-Petersbourg, du 24 au 26 mai 2018, pour pour recevoir  Emmanuel Macron. Lequel pense, mais à tort, infléchir la politique extérieure du Tsar.

Le Forum de Saint-Pétersbourg accueille autant de monde que celui de Davos mais il ne lui ressemble guère. Le Forum de Saint-Petersbourg n’est pas la grande messe de la « mondialisation heureuse » et la célébration de l’hyper capitalisme « bienfaiteur de l’humanité ».
Poutine a fait de ce Forum international une plateforme politique pour accroître les parts de marché de la Russie dans la compétition mondiale. La politique extérieure de la Russie y est omniprésente. Une centaine d’événements aussi économiques que politiques se tiendront dans la ville natale de Poutine.
Macron sur les traces de Sarkozy
Des chefs de l’État, des chefs de gouvernements, de très nombreux ministres sont invités personnellement par le Tsar. Le candidat à l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy, s’y était rendu, en juin 2016, pour défendre un rapprochement entre l’Union européenne et la Russie, évoquer les situations en Ukraine et en Syrie et essayer de prôner le dialogue pour mettre un terme aux régimes réciproques de sanctions économiques. Emmanuel Macron se rendra en Russie, les 24 et 25 mai 2018, pour participer à ce Forum, en qualité d’invité d’honneur, avec le premier ministre japonais. Il reprendra probablement les mêmes arguments que Nicolas Sarkozy avec les mêmes résultats.
On peut constater que les rencontres, très médiatisées, du président français  avec Donald Trump et Vladimir Poutine n’ont guère infléchi leurs politiques et n’ont pas eu d’incidence sur leurs comportements hostiles. Trump a évidemment, comme prévu, dénoncé l’accord nucléaire avec l’Iran, dénoncé le multilatéralisme béat et n’est toujours pas sensible aux changements climatiques, tandis que Poutine continue la russification de territoires jadis ukrainiens, apporte une fin de non-recevoir aux condamations de son soutien décisif à Bachar El Assad et roule dans la farine les diplomaties occidentales en Afrique, comme en République Centrafricaine.
Si en France, les rencontres internationales du président Macron avec les grands leaders mondiaux sont bien accueillies car élles restaurent la fonction présidentielle, si dégradée avec le précédent chef de l’État, en revanche,  elles montrent aussi les limites de l’action présidentielle et une  certaine méconnaissance des principes fondamentaux des relations internationales.
Au service des grands groupes français
Les visites à l’étranger du président Macron ont essentiellement pour objectif de renforcer l’attractivité de la France et de permettre aux grands groupes français de conquérir de nouveaux marchés. A Saint-Petersbourg, les groupes implantés en Russie, comme  Auchan, Engie, Total, seront particulièrement présents  et le commerce avec la Russie sera au centre de la visite présidentielle . C’est bien un Forum économique international qui motive le voyage du président Macron.
Il est vrai que le quinquennat du président Hollande, avec Laurent Fabius à la manoeuvre destructrice de nos positions commerciales, a été catastrophique dans nos relations commerciales avec la Russie. On se souvient de l’annulation extravagante de la livraison de deux navires de guerre Mistral qui a coûté 950 millions d »euros aux contribuables francais. La France occupe désormais le cinquième rang du commerce avec ce pays, qui est sous sanctions économiques de l’Union européenne, depuis 2014. L’Allemagne, les Pays-Bas, l’Italie et la Pologne devancent la France, incapable de tirer son épingle du jeu des sanctions économiques.
Après l’affaire des Mistral, le président Macron et son ministre des Affaires étrangères ne pourront pas vendre des Rafales ou des navires de guerre. Seuls les secteurs de l’agro alimentaire, de la grande distribution et du pétrole peuvent apporter des satisfactions françaises. Les quatre  États européens, qui devancent la France, apprécient énormément les positions françaises en pointe dans les conflits dans lesquels est impliquée la Russie, comme en Syrie ou en Ukraine. Il n’est pas sûr que les choix politiques français à l’international facilite le  développement du commerce français avec la Russie.
En politique, la cohérence est fondamentale. Le « en même-temps » trouve vite ses limites.(selon "Mondafrique")

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,