dimanche 22 octobre 2017

33ème congrès de l'ANEM à Forcalquier (Alpes de Haute-Provence)

Ciel, notre maire-adjointe y était !

forcalquier1

Notre conseillère départementale, première adjointe au maire de Villé, a participé aux débats suivants : La montagne à l'avant-garde de la transition écologique - l'aménagement numérique de la Montagne un an après l'acte 2 de la loi Montagne - la résilience de la spécificité montagne. Bien que Villé n'est plus en zone de montagne, on aurait aimé connaître le contenu de ses interventions concernant le massif vosgien.

mozziconacci

Il est vrai que notre élue a l'habitude de fréquenter les toits, même si ce ne sont pas toujours les toits du monde (voir photo ci-contre). Mais peut-être a-t-elle même pu serrer la pince au maître de céans, l'ancien député-maire de Forcalquier Christophe Castaner, aujourd'hui porte-parole du dieu Jupiter, maître de la république française. Ou peut-être même à Jacqueline Gourault, ministre rattachée au ministre le l'intérieur Gégrard Collomb, en charge de la cohésion des territoires. Celle-ci a dû recueillir toutes les sympathies de notre maire-adjointe lorsqu'elle a déclaré que pour les communes françaises les DGE (dotations globales de l'Etat) étaient en hausse. Même le maire de Villé va risquer de s'étouffer à l'annonce de cette brillante nouvelle. L'autre membre du gouvernement présent, Julien Denormandie, secrétaire d'Etat lui aussi à la cohésion des territoires, a renchéri en annonçant que le gouvernement n'oublie pas les territoires ruraux. A dire des bêtises, il vaut mieux être à deux. Et puis, il semble que ce cher Denormandie s'imagine déjà à la tête de LREM. Et pour y arriver, il faut bien soutenir ses ministres.

Pour faire plus sérieux, voyons plutôt le discours du porte-parole du gouvernement. 

En altitude, la météo peut vite varier. Malgré la reconnaissance de leur spécificité par deux lois dédiées (la dernière en décembre), les élus montagnards ne se départissent pas d’un naturel inquiet.

Et le changement politique radical en 2017 n’est pas forcément signe de temps clair pour eux, habitués à l’immuable baromètre gauche/droite. D’autant que les nuages s’amoncellent : raréfaction de la ressource publique, fonds de péréquation pénalisant, transfert obligatoire de l’eau aux intercommunalités en 2020, présence du loup… « On a le sentiment que la spécificité montagne est oubliée », s’est désolée Marie Noëlle Battistel lors de ce congrès de l’Association nationale des élus de montagne (ANEM), qu’elle préside et qui perd des adhérents.

Sans aucune langue de bois ?

castaner3

Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, est revenu sur ses terres dire à tous ces montagnards (sans aucune langue de bois ?)  qu’après la pluie vient le beau temps. Lui qui, il y a peu, était encore maire de Forcalquier, revendique une approche innovante : « J’ai vécu la différence de culture entre la plaine de la Durance et la vallée de l’Ubaye, je suis à votre écoute. » Et de louer « l’intelligence territoriale » des élus de massifs, expérience inventive qui doit influencer les politiques de Paris.

La confiance est donc rompue entre l’Etat et les collectivités ? « La confiance, ça se recrée. Que dit le projet loi de finances en ce moment à l’Assemblée ? Pour la première fois, le budget global pour les collectivités va augmenter. (Mais peu de présents y croient). Il n’y aura pas de baisse des dotations. L’effort sera ciblé sur les 319 plus grandes communes. (et les autres ?) » Si le slogan de l’ANEM, le parti de la montagne, c’est bien “ni gauche, ni droite”, ce n'est pas l’esprit en marche à l’Elysée, plutôt "pas de gauche et surtout à droite". « Sur le sujet de l’eau, on est ouvert. La loi mérite d’être adaptée aux territoires » rappelle notre porte-parole macronien en réponse à une pétition du comité directeur de l'ANEM. Mieux, le secrétaire d’Etat Castaner a parlé d’alléger les procédures administratives pour les retenues collinaires : « Simplifions ! ». A défaut d’annoncer avec certitude la neige pour cet hiver, en météorologue optimiste, il prédit des éclaircies sur les hauteurs capitoliennes.

La motion de l'ANEM qui a fait sursauter Castaner

anem

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 17 octobre 2017

Le PS appelle à manifester

Sauvons le logement social !

logo_ps_social_e_cologie_bas_rhin

La fédération du Bas-Rhin du Parti socialiste dénonce le projet de loi de finances 2018 qui menace notamment le modèle français de logement social. En baissant les APL de 60 € pour les seuls locataires des logements sociaux, le gouvernement d’Edouard Philippe veut réaliser des économies sur le dos des ménages les plus fragiles.

La volonté du gouvernement contraint les organismes HLM à supporter cette diminution sur leurs ressources propres provoquant une dégradation significative de la production de nouveaux logements mais aussi de leur capacité de rénover les immeubles existants.

 Dès 2018, l’accès au logement des plus modestes de nos concitoyens en sera rendu plus difficile, avec de surcroît une lourde conséquence sur l’emploi dans le secteur du bâtiment.

 La fédération du Bas-Rhin du Parti socialiste appelle ses militant-es et sympathisant-es à participer, avec les organisations syndicales et associations, au rassemblement organisé mardi 17 octobre à 14 h 30, place Kléber à Strasbourg, pour sauver le logement social.

Ensemble, mobilisés-ées, il n’est pas trop tard pour infléchir les projets du gouvernement.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 15 octobre 2017

Loi-montagne n° 2 : les déserts médicaux

Une mesure qui va attirer les médecins ? 

desert_m_dical

L'acte II de la loi-montagne (loi n° 2016-1888 du 28 décembre 2016 de modernisation,  de développement et de protection des territoires de montagne) aborde le problème des déserts médicaux.

Article 22 : Exemption de cotisations des médecins à la retraite continuant d’exercer en montagne Sont exonérés pour moitié du paiement des cotisations de retraite (vieillesse et invalidité-décés), les médecins retraités qui continuent à exercer leur activité ou qui effectuent des remplacements en zone de montagne caractérisée par une offre de soins insuffisante.

Il est évident que cette seule mesure n'attirera guère de nouveaux médecins, mais elle a le mérite d'exister.

Qu'en est-il chez nous ?

Les vallées vosgiennes alsaciennes sont encore peu touchées (voire pas du tout) par la désertification médicale en monde rural. Pourtant ce problème risque de se poser un jour. Et alors là, que verra-t-on ? L'inadaptation du territoire de montagne ! Par exemple un Val de Villé coupé en deux zones (une partie en zone de montagne, une autre non), résultat d'un alignement sur une directive européenne qui n'a pas tenu compte des spécificités territoriales. 

Nos médecins soignent indifféramment des patients de l'arrière-vallée, classée en zone de montagne, et de l'avant-vallée (qui ne l'est pas). Nos médecins, pour profiter de cet article 22 de la loi-montagne, devraient s'installer au Climont, à Noirceux, au Blanc-Noyer ou au Kreutzweg ? On voit le ridicule de l'application : on en est là, car nos élus n'ont pas tenu compte dans le classement en zone de montagne des bassins de vie, d'économie et d'emploi de la population, mais uniquement de courbes de niveau fantaisistes.

Merci à notre conseillère départementale, première adjointe de Villé, qui, présente à la dernière réunion de l'ANEM, n'a pas jugé utile de soulever ces problèmes, et merci aussi à tous nos élus, siégeant à l'association des maires du Val de Villé sous la présidence du maire de Villé, à la Comcom, à la municipalité de Villé, de ne jamais soulever ces problèmes.

Par contre, elle aurait pu protester contre l'article 93 qui autorise des "sous-médecins" à exercer en zone de montagne. La médecine doit être de qualité sur l'ensemble du territoire !

Article 93 : Résidants de médecine n’ayant pas soutenu leur thèse. Les médecins qui n’ont pas soutenu leur thèse dans les temps mais qui souhaitent pouvoir exercer la médecine, sont autorisés à le faire en contrepartie de l'engagement d'exercer en zone sousdotée.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 10 octobre 2017

Une conseillère départementale à Paris ...

... pour une réunion de l'Anem (association nationale des élus de montagne)

forcalquier

Ciel, notre conseillère départementale villoise est allée à Paris pour une réunion de travail du Comité directeur de l'ANEM. Loi Montagne acte 2, téléphonie mobile, aménagement des territoires, transfert de compétences... comparer et confronter nos pratiques pour mieux répondre aux enjeux qui se présentent. Selon son compte facebook, elle a surtout photographié la Tour Eiffel, plus haut sommet, certes, de l'Ile-de-France. C'est déjà une belle avancée pour la vallée !

Elle nous livre même l'ordre du jour, mais sans rien nous rapporter de concret. Téléphonie mobile : de plus en plus catastrophique dans la réalité ! Fibre optique toujours pas installée ! Aménagement du territoire : on aimerait savoir ! La RN 59, peut-être ? Toujours pas commencée ! Quant au démantèlement du service public en zone de montagne, à la disparition progressive du petit commerce, l'extension des friches industrielles et agricoles, c'est vrai qu'elle connaît, mais ne s'en inquiète guère. Transfert de compétences : qu'elle précise, on aimerait savoir.

Quant à comparer et confronter nos pratiques ! Où était-elle lorsqu'il s'est agi de maintenir l'intégralité du Val de Villé en zone de montagne, au moment où l'Etat n'y a maintenu que quelques villages de l'arrière-vallée, piétinant la notion de bassin d'emploi, d'économie et de vie de la vallée ? Sait-elle seulement que sa commune de Villé n'est pas classée en zone de montagne. Et quelle logique y a-t-il dans ce nouveau découpage par courbes de niveau où l'on est en zone de montagne selon l'altitude du coq du clocher de l'église ? 

Mais peut-être ira-t-elle s'instruire au prochain congrès de l'ANEM à Forcalquier (Alpes de Haute-Provence) les 19 et 20 octobre prochains et reviendra-t-elle avec quelques idées sur l'aménagement et les moyens de développer nos vallées. J'ai bien peur que le citoyen des zones de montagne en apprendra plus en consultant le site de l'ANEM :

Posté par jl boehler à 05:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 6 octobre 2017

Blanquer, incompétent et polémique

Démission au Conseil Supérieur des Programmes

michel_lussaut

"Erreur politique", comportement "discourtois", "mépris" et "désinvolture" : dans une interview accordée au Monde, le président du Conseil supérieur des programmes annonce sa démission autant qu'il charge le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, avec qui Michel Lussault n'a jamais eu de bonnes relations depuis l'installation du gouvernement. 

"Annonces unilatérales et idéologiques". "J’ai eu le sentiment qu’il ne connaissait pas vraiment ce que nous avions fait et n’avait pas la volonté de nous confier quoi que ce soit. Je lui ai dit que le CSP permettait notamment de sortir des débats partisans. Je n’ai pas réussi à le convaincre. Dans ces conditions, il devenait difficile pour moi d’envisager un maintien, ce que je n’ai pas caché au ministre", explique-t-il pour justifier sa décision.

Michel Lussualt renonce à ses missions en raison d'un certain "mépris" affiché, selon lui, par le ministre à l'égard de cet organisme créé en 2013 : "Pour prouver cette indépendance (celle de l'instance, NDLR), il aurait suffi de donner au CSP de nouvelles missions. Au lieu de cela, le ministre multiplie, sans discussion ni concertation, les annonces souvent unilatérales et idéologiques, à l’opposé du pragmatisme revendiqué."

Sortie de la "ligne actuelle de modération". Le bât blesse aussi au niveau de l'image et de la méthode Blanquer : "Ses multiples annonces, tout comme sa présence à la Une de médias comme Causeur ou Valeurs actuelles, sont autant de gestes profondément politiques montrant qu’il sort de sa ligne annoncée de modération, de prudence et de pragmatisme. A mon sens, il commet une erreur politique."

Créé par la loi de refondation de l'école, en 2013, le Conseil supérieur des programmes est chargé de veiller à une conception des programmes indépendante et non-dogmatique. Il s'était notamment attelé à la réforme du collège en 2015.

Posté par jl boehler à 06:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 22 septembre 2017

Côte d'Ivoire : le départ peu reluisant du dernier sarkozyste

Georges Serre, ambassadeur de France en Côte d'Ivoire depuis le 17 avril 2012 (nommé dans les derniers jours du quinquennat de Nicolas Sarkozy), était devenu la véritable "voix de son maître" auprès du président ivoirien Alassane Ouattara. Au point que ce dernier s'est souvent mêlé des affaires françaises pour maintenir à son poste son ami fidèle. C'est bien souvent que Georges Serre s'est retrouvé à Assinie à la résidence secondaire de Ouattara. Il n'en est pas moins vrai que son attitude  lors de son récent pot de départ n'est pas digne d'un diplomate de son rang. Et le "canard" ivoirien "L'éléphant déchaîné", premier journal satirique de Côte d'Ivoire, n'a pas omis de le relever.

ambassadeur

Posté par jl boehler à 02:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 11 septembre 2017

Ecole de Neubois et zone de montagne

Nos élus aux abonnés absents !

loimontagne

En tant que délégué national "montagne" du PS de 1981 à 1985, j'avais participé à de nombreux travaux de préparation de la loi-montagne adoptée par le parlement (tous groupes confondus). Des critères pour le classement en zones de montagne des communes avaient été établies. Deux thèses s'opposaient : l'une proposait des caractéristiques telles que les handicaps liés au climat, à l'altitude, la pente... Certains allaient jusqu'à retenir l'altitude du coq du clocher de l'église. J'avais quant à moi soutenu la deuxième thèse de classement en zones de montagne des "bassins d'emploi", ou plus globalement des "bassins de vie". Et c'est cette dernière qui a été retenue dans la loi. De ce fait, l'intégralité des 18 communes du Val de Villé étaient intégrées en zone de montagne. 

Ces critères s'appliquaient encore en 2001, où j'ai été élu conseiller municipal de Villé et désigné comme délégué de la commune à l'AMV (association des élus du massif vosgien), jusqu'en 2008. C'est en 2014, que le gouvernement est revenu à la première thèse, suite à la perspicacité d'un ministre de l'économie nommé Emmanuel Macron qui a ressorti la directive européenne 76/401/CEE du Conseil du 6 avril 1976. Remettre à niveau une loi de 1985 en 2014, certes, mais en se basant sur une directive de 1976 mise au placard, était-ce bien judicieux ?

En tous cas, fatal pour notre vallée de Villé, dont une moitié seulement des communes répondait aux critères. Comment expliquer qu'un bassin économique se trouve coupé en deux zones ? Et aucun élu n'a pris garde à ce nouveau découpage, et tous ont accepté les yeux fermés, sans rien comprendre, l'arrêté interministériel qui entérinait cette faute pourtant évidente.

Aujourd'hui, toutes les administrations vont répondre, y compris pour l'école, que Neubois n'est pas en zone de montagne, et que le maintien d'une école, possible à Urbeis, ne l'est pas à Neubois. Mais qu'en ont à faire nos élus qui continuent à dormir, et pas seulement dans un poème d'Arthur Rimbaud intitulé "Le dormeur du val".

montagne1

montagne2

neubois1

Posté par jl boehler à 00:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 31 août 2017

Séminaire au Haut-Koenigsbourg

Bierry copie Macron

hk8

HK3

En ces temps de rentrée politique, les "séminaires" foisonnent ! au point que les français se demandent si leur république est encore laïque. En Alsace, la situation est encore plus tordue : un "séminaire", en principe a lieu au Mont-Sainte-Odile, et non au très "impérial" château du Haut-Koenigsbourg. Mais peut-être que le président du conseil départemental 67 sort-il de la cuisse de Jupiter ?

Au vu des photos de ce laïque séminaire, on constate de nombreuses absences d'élus. Il est vrai qu'une ou deux réunions au Haut-Koenigsbourg c'est moins intéressant qu'un lointain voyage d'études (ou de vacances ?) en Afrique. 

HK1

HK

HK2Selon ces photos, il manque des élus de poids. Auraient-ils jugé ce séminaire inintéressant et inutile ? Et l'opposition,  aurait-elle été jetée aux oubliettes de ce beau château ? Enfin, quelques photos de l'armurerie, laissent penser que le conseil départemental va partir en guerre contre ... son opposition ? Philippe Richert et le conseil régional du Grand-Est ? ou contre le conseil départemental du Haut-Rhin et sa nouvelle présidente Brigitte Klinkert ?

En tous cas, les citoyens du 67 auraient aimé connaître les ordres du jour et les comptes-rendus de toutes ces très intéressantes discussions. Ceux qui ont été donnés ne sont guère précis :

- Trajectoire politique et financière pour la préparation du budget 2018.
- Évolution des politiques publiques 
- Présentation des actions concrètes sur les territoires d'action Nord, Sud , Ouest et Eurométropole.
- Comment faire face aux nouvelles baisses de dotations annoncées par le gouvernement.

hk7

hk9

Posté par jl boehler à 00:12 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 30 août 2017

Un labrador au conseil des ministres

Capitaine Nemo !

17_08_29_macron_conseil__1_

Le président français Emmanuel Macron doit être l'un des rares élus à lire ce blog. Il a ainsi pu voir l'exemple du maire de Villé qui préside des réunions avec sa petite fille de 3 ans sur ses genoux. Le "chef Jupiter" a voulu faire mieux et a adopté ce week-end, dans un refuge de la société protectrice des animaux, un labrador croisé de griffon, baptisé Nemo, que des journalistes ont pu apercevoir lundi à l'Elysée au Conseil des ministres...

- A relire : Petite-fille ou 3ème femme ?

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 22 août 2017

Quand l'Angleterre faisait le forcing pour intégrer l'Union Européenne

Brexit : De Gaulle "La Grande Bretagne et l'Europe" | Archive INA

1965 : La Grande-Bretagne demande son adhésion à l'Union Européenne. De Gaulle s'y oppose en dénonçant la politique de libéralisme pratiquée par les britanniques. Depuis ce temps, l'Europe est devenue ultra-libérale. Et les anglais veulent partir !

Posté par jl boehler à 00:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,