jeudi 28 juillet 2016

Solar Impulse boucle le tour du monde

L’avion solaire Solar Impulse 2, qui a bouclé un tour du monde historique en volant jour et nuit, s’est posé à Abu Dhabi, aux Emirats Arabes Unis, d’où il était parti le 9 mars 2015.

solarAprès un périple de 23 jours effectifs de vol et de 43 041 km à travers quatre continents, l’avion Solar Impulse 2 a bouclé, ce mardi 26 juillet 2016, un tour du monde historique. L’appareil, qui a volé jour et nuit à l’énergie solaire, s’est posé sans encombre à 05h05 GMT à Abu Dhabi, aux Emirats Arabes Unis, d’où il était parti le 9 mars 2015.

Piloté par le Suisse Bertrand Piccard, l’appareil est parti dimanche du Caire, en Egypte, et il a parcouru plus de 2 700 km en 48 heures. A son arrivée sur le tarmac de l’aéroport Al-Batten à Abu Dhabi, Bertrand Piccard a été rejoint par son partenaire, le pilote suisse André Borschberg. Là même où Solar Impulse avait pris son tout premier envol le 9 mars 2015 pour réaliser une petite étape : 13 heures de vol pour se rendre à Mascate, la capitale du Sultanat d’Oman.

Depuis mars 2015, les deux pilotes se sont relayés, pour faire voler Solar Impulse au-dessus de l’Asie avec des escales en Inde, en Chine puis aux Etats-Unis. Leur course s’est terminée dans le bassin méditerranéen : à Séville en Espagne puis au Caire en Egypte et enfin aux Emirats Arabes Unis. Au total, l’avion a parcouru plus de 42 000 kilomètres et a réalisé 23 jours de vol.

 L’avion dont les ailes sont composées de 17 000 cellules photovoltaïques qui capturent les rayons du soleil pour recharger les batteries, a volé uniquement grâce à l’énergie solaire. L’appareil qui emmagasinait de l’énergie pouvait alors voler jour et nuit avec un rythme de croisière habituellement compris entre 50 et 100 km/h. Solar Impulse est aussi large qu’un Boeing 747, mais pèse seulement 1,5 tonne.

Posté par jl boehler à 00:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 26 avril 2016

30 ans après Tchernobyl

L'impact en Forêt Noire est encore mesurable

tchernobylLongtemps, en France, on a ignoré l'impact du nuage radioctif de Tchernobyl que nos douaniers auraient empêché de franchir le Rhin. Et pourtant, 30 ans plus tard, le CVUA (bureau d'investigations chimiques et vétérinaires) de Fribourg-en-Brisgau fait encore des constats inquiétants.

Si la cueillette de certains champignons ne porte plus à conséquence (les chanterelles, les coulemelles et les bolets) ne sont plus chargés en césium 137, il n'en est pas de même des champignons importés d'Europe de l'Est.

Le gibier, par contre, et notamment les sangliers, 25% des échantillons analysés ont dépassé les normes en cesium. Ceci est dû essentiellement aux truffes de venaison dont ces animaux raffolent. Beaucoup de cerfs sont également contaminés. Les régions les plus touchées sont celles du Feldberg, de Freudenstadt, du Titisee et du Schluchsee et de Rastatt. Et il est établi que la contamination au cesium 137 ne provient pas des anciennes mines d'uranium de Menzenschwand, mais bien du nuage de Tchernobyl.

Et comme en France, on ne réalise pas d'analyses, il est sûr qu'on ne trouve pas de cesium 137 dans le gibier.

Posté par jl boehler à 00:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 20 avril 2016

Deux éoliennes dans notre canton de Mutzig-Villé

13 ans de palabres

eolienne_134x90

Il aura fallu près de 13 ans aux promoteurs du projet pour voir enfin le bout, toucher au but. Et se préparer à voir, d’ici quelques mois, d’immenses grues hisser au-dessus du plateau de Belfays dix éoliennes.

Cinq à Châtas, trois à La Grande-Fosse et deux à Saâles. Les travaux, prévus pour de longs mois, devraient en toute théorie débuter au début de l’été, pour s’achever au printemps 2017. Il s’agit dans un premier temps de procéder à des terrassements, puis de couler les socles de béton, si possible avant les frimas du prochain hiver. Le montage des éoliennes interviendra alors début 2017.

Plus rien, en tout cas, ne s’oppose à leur installation, les permis de construire respectifs étant installés sur les différents sites. Il en a pourtant fallu de l’énergie et de l’obstination pour que ces moulins à vent des temps modernes puissent produire leur premier kw/h.

Le maire de la Grande-Fosse, Bernard Maetz, l’un des principaux artisans de ce projet avec Jean Vogel, son collègue de Saâles dans le Bas-Rhin, se souvient encore de la première rencontre avec les sous-préfets de Saint-Dié et de Molsheim. L’élu avait promis d’aller jusqu’au bout de sa démarche. Son opiniâtreté lui a donné raison. Le dernier recours engagé par les membres de « Rabodeau environnement » levé, le projet, porté solidairement par les communes de Ban-de-Sapt, la Grande-Fosse, Châtas, Grandrupt, Saint-Stail dans les Vosges et leur voisine de Saâles dans le Bas-Rhin, est entré dans sa phase décisive. Ce projet consiste en la mise en place de 10 éoliennes de 2MW, soit 20 MW pour l’ensemble du parc éolien. De quoi alimenter en électricité près de 15 000 foyers.

Les élus voient dans la réussite de ce projet, « initié avec le soutien massif de la population en toute transparence et dans un souci d’exemplarité en matière de concertation et de prise en compte des enjeux » , les vertus « d’une solidarité sans faille des six communes, solidarité allant au-delà des limites administratives, ne voyant que l’intérêt général d’un territoire rural sinistré. »

Preuve que le projet est partagé par la population : le volet d’actionnariat populaire, engagé avec la création d’une société d’économie mixte alliant collectivités et habitants du territoire en partenariat avec Energie Partagée, a parfaitement démarré. Sans plus aucun vent contraire. (selon "Vosges-Matin")

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 5 février 2016

Chili : la faune marine en péril

Après des centaines de baleines, c'est au tour des calmars de mourir en masse

baleine

Au Chili, les autorités ont réalisé en ce mois de janvier le survol d’une zone éloignée du sud de la Patagonie afin de trouver les causes du décès d’environ 330 baleines, un échouage massif découvert il y a quelques mois dans un fjord. Les recherches prennent une nouvelle dimension avec « un vol de l’Armée chilienne », c’est au mois d’avril que 20 baleines de l’espèce Sei (pouvant mesurer jusqu’à 16 mètres de long et peser 30 tonnes) échouées ont été découvertes par un groupe de scientifiques dans le Golf de Penas, à environ 1950 km au sud de Santiago, puis une nouvelle expédition scientifique effectuée en juin a permis d’identifier près de 330 baleines sans vie.

Les chercheurs souhaitent déterminer si les cétacés sont décédés de causes naturelles ou s’il y a une cause humaine de type pollution et également si les deux échouages s’expliquent de la même façon. Mauricio Ulloa, chargé de préserver les espèces protégées sur le territoire national chilien a rappelé que le nombre de cadavres retrouvés était vraiment impressionnant « il s’agit d’un record mondial. Jamais il n’y a eu un échouage qui inclut autant de spécimens de cette taille et de ce poids dans un même lieu, lors d’un même évènement »À ce jour, les causes restent une énigme pour la communauté scientifique, les autorités chiliennes avaient annoncé au mois de décembre un travail conjoint avec des experts étrangers pour identifier les origines de ces morts.

chili

La présence du Niño en cet été austral pourrait avoir un impact, en effet le réchauffement des eaux océaniques réduit les sources d’alimentation des baleines. L’acidification des océans en raison de l’augmentation du dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère affecte également les baleines, car il réduit le plancton dont elles se nourrissent.

En effet, El Niño, résultant de l’interaction entre l’océan et l’atmosphère dans les régions de l’Est et du centre du Pacifique équatorial, peut avoir des effets dévastateurs, et a déjà provoqué la disparition de 90 % des iguanes marins, 50 % des phoques, 75 % des pingouins et de presque tous les bébés phoques de moins de trois ans aux Galapagos (à 1000 km des côtes équatoriennes).

CalamarPatagonico

Malheureusement, il est prévu que les effets globaux du changement climatique dépassent largement celles causées par El Niño « avec les événements de 1982-83 et en 1997-98, deux des trois phénomènes les plus forts depuis 1950 », a déclaré dans un récent rapport un représentant du Parc national des Galapagos.

Autre fait inquiétant, ces derniers jours les cadavres de milliers de calmars géants (Dosidicus gigas) ont été retrouvés sur le littoral de l’île Santa María, situé face aux côtes de la province d’Arauco (au Chili), et encore une fois l’influence du phénomène météorologique El Niño n’est pas totalement écartée par les scientifiques. (selon Actu Latino)

Posté par jl boehler à 02:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 20 novembre 2014

Karlsruhe : des déchets irradiés dans des fûts rouillés

karlsruhe

Dans l'ancienne usine de retraitement de Karlsruhe, c'est dans 1694 fûts endommagés par la rouille que sont stockés des déchets nucléaires. Ces fûts représentent 10% du nombre total. Il ne s'agit que d'un stockage temporaire, mais le transfert prend plus de temps que prévu. Des experts estiment le nombre de ces fûts déficients plus important, et qu'on ne voit pour l'instant que la partie émergente de l'iceberg. L'Allemagne devra stocker dans les prochaines décennies beaucoup plus de déchets qu'il n'était prévu. La quantité de déchets faiblement ou moyennement radioactifs devrait être doublée, alors qu'il faudra en plus beaucoup pour les stocker dans des sols argileux ou granitiques, en évitant les sols schisteux ou gréseux.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 4 mai 2014

Le tilapia, c'est quoi ?

tilapia_tenu__1_

Le tilapia ? Ce nom ne vous dit peut-être rien, c’est pourtant le poisson le plus vendu au monde. Derrière ce nom se cachent différentes espèces de poissons blancs appartenant à la famille des cichlidés. Il s’agit de l’espèce la plus vendue au monde. L’an dernier, plus de 21 500 tonnes de tilapia ont été vendues aux États-Unis, soit plus de quatre fois le volume des ventes d’il y a dix ans. Omnivore et bon reproducteur à la croissance rapide, le tilapia est le poisson d’élevage idéal. Pour Kevin Fitzsimmons, professeur à l’Université d’Arizona et ancien Président de la World Aquaculture Society, le tilapia est à l’aquaculture ce que le poulet est à l’élevage. Encore peu connu il y a dix ans, le tilapia est aujourd’hui très prisé de certains établissements, surtout des écoles et des hopitaux, confie Orlando Delgado au New York Times. Pour le manager général de la société Aquafinca, cette demande s’explique par la neutralité de la saveur du tilapia, “il n’a pas le goût du poisson” précise-t-il. Comme il s’agit d’un poisson peu coûteux, il entre dans la composition de nombreux plats industriels.

Mieux adapté à un climat tropical, ce poisson originaire d’Afrique (sur la photo ci-contre, un élevage au Togo) est surtout élevé en Amérique Latine et en Asie. La Chine, premier pays exportateur assure la moitié de la production mondiale. Mais l’élevage chinois ne répond pas aux mêmes normes qu’aux États-Unis ou en Europe. En 2012, un article de Bloomberg Businessweek rapportait les méthodes d’élevage de certaines fermes de la Province du Guangdong, en Chine. Là-bas, une part de l’alimentation des  tilapias est constituée d’excréments de porcs et d’oies. Une pratique économique mais dangereuse, puisque les déjections animales sont fréquemment porteuses de bactéries telles que les salmonelles.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 22 avril 2014

Oschterputz : sensibilisation et exemplarité

decharge1

Oschterputz (nettoyage de Pâques) est devenue une action traditionnelle dans notre vallée et même au-delà, qui dure depuis plus d'un quart de siècle. But à atteindre : sensibilisation à la propreté de la nature et exemple donné afin de faire réfléchir tous ceux qui ont tendance à la polluer. Et ces derniers jours, la presse est envahie de comptes-rendus : c'est à qui fera la plus belle trouvaille : les sièges de voiture à Neubois sont sur le podium. Résultat de 25 ans de pédagogie ! Il est évident qu'à ce rythme il faut commencer l'éducation des enfants, main d'oeuvre gratuite pour pallier aux défaillances et à l'incompréhension des adultes qui ne connaissent pas encore le sens du mot "déchetterie". 

Balayons d'abord chez nous ...

Profitons de ce moment de dur labeur et de convivialité (tous les Oschterputz se terminent dans la joie avec un apéritif ou un vin d'honneur, ou même un bon repas pris sur le terrain) pour voir ce qui se passe chez nous. Et j'en reviens au chef-lieu où la municipalité a organisé une matinée de collecte de déchets ! D'habitude, le maire se retrouvait avec l'un ou l'autre adjoint zélé. Cette année, une grosse partie du conseil municipal (surtout les nouveaux) était présente. C'est déjà un bon point ! Pour le reste, on verra...

En faisant le tour de la vallée en ce dimanche, voilà ce que n'importe quel promeneur aurait  pu découvrir ! Commençons par Villé, le chef-lieu "moteur du canton" ! Et les images ci-dessous sont édifiantes, car à sortir du centre du bourg et à s'éloigner des berges du Giessen, ce beau monde n'a pas bien regardé. Les conseillers municipaux qui, la semaine précédente avaient été conviés à une visite du patrimoine,  n'ont certes par été invités en cette belle propriété communale, près de la route de Saint-Martin, sur le chemin du Wirbelsbach. C'est là que se trouve la plus belle décharge (sauvage ou réservée ?) de Villé ! Comble, c'est la commune qui y fourgue ses déchets encombrants qui sont là pour certains depuis la vente des terrains annexes de l'atelier municipal à la SIBAR en 2007 : déchets de poteaux électriques badigeonnés avec je ne sais quel produit toxique, traverses de chemin de fer goudronnées (la gendarmerie a été construite en 2008 sur ces terrains de l'ancienne gare de Villé où aucun train n'est plus arrivé depuis 1976), des palettes et des planches, et même un lapin de décoration déjà endommagé ! Le tout près d'un ruisseau et des maisons d'habitation de Villé et de Saint-Martin ! Voilà pour l'exemplarité ! Et bien sûr, le terrain est bloqué par une barrière cadenassée, ce qui interdit aux autres ce que la mairie se permet à elle-même. Histoire de sensibiliser le particulier...

wirbelspach_005

wirbelspach_004

wirbelspach_008

wirbelspach_007

wirbelspach_001

Avec cette visite édifiante dans le chef-lieu, ne nous étonnons donc pas de trouver des situations similaires dans certains villages !

decharge_sauvage2

decharge3

d_chets_001

d_chets_006

Val de Villé = 100 % Nature ... et même plus !

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

samedi 15 février 2014

Une Saint-Valentin écologique

80703563_w_479

Vendredi, 14 février, c'était la Saint-Valentin ... et vous l'avez oublié ? Félicitations, car vous avez fait un geste écologique. Et si vous ne l'avez pas oublié, vous aurez offert des fleurs, telles des tulipes provenant des Pays-Bas ou des roses arrivées d'Afrique ou d'Amérique du Sud. "Global 2000", une association écologique, a enquêté sur les fleurs coupées. Les roses africaines ont battu un record : elles contenaient 31 pesticides, avec une concentration particulièrement élevée dans la fleur elle-même. En outre, elles contenaient des produits cancérigènes ! Quant aux tulipes hollandaises, elles contenaient des pesticides, essentiellement dans la tige. Nous ne parlerons pas ici, des conditions de cueillette en Afrique et d'autres pays producteurs (travail des enfants, rémunération faible, sans vêtements de protection, etc...). Amoureux de l'écologie, ne fêtez plus la Saint-Valentin ! Ou fêtez la en chanson !

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 8 novembre 2013

Honneur au ministre

figurine_miniature_j_carlton_garde_republicaine

Dernièrement un ministre est venu dans le Val de Villé, à Albé très précisément ! Il y a même pris son repas ! Pourtant, son hélicoptère n'a pu atterrir sur l'aérodrome intercommunal ! Il a dû se contenter du terrain de football voisin ! Vous voulez savoir qui est ce ministre ? ce qu'il est venu faire ? pourquoi la garde républicaine ne l'a pas accueilli, ni même les autorités de la vallée. Vous le saurez en achetant le Heb'di du mois de novembre, en vente depuis ce matin !

 

1391971_612033632172208_690894294_n

Posté par jl boehler à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 20 août 2013

Les rossignols hivernent en Afrique

74504062_p_590_450Des chercheurs de la station ornitholgique suisse de l'Université de Bâle ont découvert où hibernent les rossignols d'Alsace, d'Italie, de Suisse et de Bulgarie. La majorité d'entre eux passent les mois d'hiver sur la Côte d'Ivoire et au Ghana, certains préférant même y rester. Auparavant on supposait qu'ils allaient en Afrique du Sud, bien que certains de ces oiseaux, bagués, avaient été retrouvés en Afrique de l'ouest. Mais les chercheurs ont remis au goût du jour une vieille méthode qui consistait à mesurer la durée du jour à partir des bagues électroniques. Ils ont ainsi pu faire des relevés à partir des géolocators sur 30 oiseaux. Il est frappant de constater que les oiseaux de différentes zones européennes se sont peu mélangés, mais ont hiberné dans des zones bien définies. Les rossignols d'Alsace et de la région de Bâle ont volé vers la Côte d'Ivoire et le Ghana, ceux de l'Italie du Nord sont partis plus à l'est entre le Ghana et le Nigeria, ceux de Bulgarie au Tchad, en Ouganda et au Congo. Ainsi, pour protéger efficacement notre oiseau chanteur, faut-il explorer sa vie en hiver...

Posté par jl boehler à 10:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :