Le gouvernement brésilien a annoncé une nouvelle étape dans la rénovation d'une autoroute qui traverse la forêt amazonienne. Mais cette opération inquiète particulièrement les associations environnementales.

br_silConsidérée comme une prouesse, puis laissée à l'abandon, la route BR-319 est maintenant un objet de discorde. Cette autoroute traverse le nord-est du Brésil, en plein cœur de la forêt amazonienne, et relie les villes de Manaus et Porto Velho. Le gouvernement a annoncé avoir accordé un permis pour une nouvelle phase de rénovation de cette voie rapide.

En pleine campagne pour la prochaine élection présidentielle brésilienne, Jair Bolsonaro a promis de poursuivre la rénovation de la BR-319. Cette route a été construite dans les années 1970, mais son entretien s'est fortement dégradé. Son tronçon central est couvert de boue et est presque impraticable au moment de la saison des pluies, de décembre à juin.

Marcelo Sampaio, ministre des infrastructures, a annoncé, jeudi, sur Twitter, la délivrance d'un permis qui permettra au gouvernement de passer un contrat avec des entreprises pour réaliser les plans des futurs travaux de cette portion de 400km de route.

"En alliant ingénierie et respect de l'environnement, nous allons sortir la société amazonienne de l'isolement" a ajouté Marcelo Sampaio.

Le risque d'accélérer la déforestation

Selon des experts cités par le quotidien britannique The Guardian, paver cette portion de l'autoroute faciliterait l'accès à l'Amazonie aux exploitants forestiers illégaux. Une étude estime que le projet multiplierait par cinq la déforestation d'ici 2030. Des effets sont déjà visibles autour des grandes villes, où d'autres tranches de travaux ont déjà commencé.

Selon Paula Guarido, chercheuse en politique publique à l’Institut pour la Conservation et le Développement Durable de l’Amazonie (IDESAM) citée par l'ONG française Planète Amazone, la situation s'est déjà dégradée.

"Les résultats de janvier 2022 sont alarmants. Le taux de déforestation a été 339% plus élevé qu’en janvier 2021, dans la zone la plus prisée de la BR-319" indique-t-elle. 

Les mois de janvier, février et avril 2022 ont tous battu des records de déforestation en Amazonie. La politique de président Jair Bolsonaro a accéléré ce phénomène, en allant à l'encontre de plusieurs agences environnementales de son pays. (selon BFMTV)