Mobilisation de la diaspora

roumanie2Gaz lacrymogènes, canons à eau et contusions… Le Président roumain a condamné «l’intervention brutale» de la police dans le but de disperser une manifestation antigouvernementale qui a dégénéré vendredi soir à Bucarest. Selon le Président, des explications du ministère de l'Intérieur sont attendues.

Plus de 450 personnes ont été blessées et une trentaine interpellée lors d'une manifestation contre le gouvernement qui a dégénéré vendredi soir à Bucarest, a annoncé samedi la gendarmerie.

Nombre de blessés ont dû être soignés après avoir inhalé des gaz poivre et lacrymogènes utilisés en abondance par les policiers et gendarmes anti-émeutes, tandis que d'autres souffrent de contusions, selon des sources hospitalières. La gendarmerie a assuré avoir agi «de manière graduelle et proportionnelle» en réponse aux actions violentes de plusieurs dizaines d'agités qui ont tenté de traverser les cordons de sécurité installés autour du bâtiment du gouvernement, lançant des bouteilles et des pavés sur la police.

Les manifestations étaient organisées partout dans le pays par des groupes d'expatriés roumains qui entendaient dénoncer la corruption et les bas salaires. Selon les estimations de la Banque mondiale, trois à cinq millions de Roumains travaillent et vivent hors de leur pays, soit un quart de la population. Les expatriés sont aussi bien des travailleurs journaliers que des médecins. L'année dernière, ils ont envoyé à leurs familles l'équivalent de 4,5  milliards d'euros, soit près de 2,5 % du produit intérieur brut de ce pays, l'un des plus pauvres de l'Union européenne.

Et samedi et dimanche, les manifestations ont repris ... avec moins de présence policière.

roumanie3