lundi 13 novembre 2017

Des détenues torturées suite à une évasion de canards

C’est une histoire qui pourrait porter à sourire si elle n’avait pas eu de fâcheuses conséquences. Le jeudi 20 octobre 2017, des canards se sont « échappés » de la Prison « 1930 » de Kigali au Rwanda. S’en est suivi un lynchage public de dames d’un certain âge de la part des gardiens de la prison. 

rwanda

Ce vendredi 21 octobre, le Rwanda faisait les titres des journaux internationaux en raison de l’annonce du comité de l’ONU pour la prévention de la torture qui a indiqué avoir suspendu sa visite au Rwanda en raison « du manque de coopération du Gouvernement et d’une série d’obstacles imposés par les autorités ». Un jour plus tôt, c’est une histoire qui aurait eu tout pour paraitre cocasse mais qui a très mal finie pour des mères de famille incarcérées dans la Prison 1930 de Kigali.

Dans les prisons rwandaises, les détenus ont la charge de se débrouiller pour organiser le peu qu’ils ont à disposition pour se nourrir. C’est également eux qui ont la charge de préparer les mets des surveillant de prison. C’est ainsi que des dames s’occupent d’élevage de canards destinés au repas des gardes pénitenciers. Mais au milieu des multiples tâches et des conditions de vies exécrables qui règnent dans le vétuste centre de détention de Kigali, la tâche est parfois ardue. Ainsi, des canards ont réussi à faire faux bond et à s’exfiltrer de la prison. Les gardiens, prenant connaissance des faits, seraient rentrés dans une colère noire. Ils s’en sont alors pris à ces dames, d’un certain âge, pour avoir laissé échapper les canards de la prison. Jambonews a réussi à recueillir le témoignage d’un membre de la famille d’une détenue qui a assisté aux exactions. « Ils ont tabassé ces mamans avec tout ce qui leur passait par la main. Ils les ont torturées durant un très long moment. Au départ, ils étaient en colère mais à la fin, ils semblaient prendre plaisir. Pour l’une des mamans, ils ont pris un marteau et ils ont tapé de toutes leurs forces sur chacun de ses orteils ». L’auteur de ces tortures serait le Sergent Ryamukama Vertu. Une dame surveillante aurait également participé à ces agressions de manière très active. Ce genre d’exactions ne serait pas rare au sein de la prison. « Tous les jours, des détenus sont torturés et tabassés, parfois pour des consignes non respectées mais très souvent sans raison apparente » a expliqué notre contact au sein de la Prison « 1930 » qui a requis l’anonymat.

Ces faits s’ajoutent à ceux relatés par Human Right Watch dans son rapport " Nous t'obligerons à avouer" d’octobre 2017. Ce rapport documente 104 cas de personnes détenues illégalement, dont une majorité auraient été victimes de tortures – bastonnades, décharges électriques, simulacres d’exécution – par les services de sécurité dans des prisons, camps militaires et autres centres de détention entre 2010 et 2016 au Rwanda.

Pour sa part, Arman Danielyan, le chef de la délégation du sous-comité de l’ONU en charge de la prévention contre la torture a indiqué dans un communiqué daté de vendredi 20 octobre que les autorités rwandaises les ont « empêché d’avoir des entretiens privés et confidentiels avec certaines personnes privées de liberté. De plus, beaucoup de ceux que nous avons réussi à interviewer ont exprimé des craintes de représailles ». Il en appelle au gouvernement rwandais afin de poursuivre sa coopération avec l’organe onusien et parvenir à « la création d’un mécanisme national de prévention contre les torture indépendant et efficace dans le pays ».La Prison Centrale de Nyarugenge (Kigali) ou autrement dit Prison « 1930 » est tristement célèbre pour avoir été le théâtre de tortures et maltraitances à l’égard des prisonniers, principalement ceux accusés de génocide, depuis 1994 et l’arrivée du FPR au pouvoir. Cette prison a été de nombreuses fois critiquée par les organes internationaux car, initialement construite pour 480 détenus (au début des années 1910), elle a compté jusqu’à 50000 détenus au milieu des années 1990. Au début de l’année 2017, elle comptait encore plus 5000 détenus avant qu’une partie des détenus masculins ne soit déplacée vers une autre prison. La Prison « 1930 » est également connue pour abriter Victoire Ingabire, opposante politique condamnée à 15 ans de prison en 2014. Cette prison est au centre des récits de celle qui est d’ores et déjà comparé à Mandela dans son livre témoignage : « Entre les 4 murs de 1930 ». (Norman Ishimwe, journaliste rwandais)

rwanda1

Posté par jl boehler à 01:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 9 novembre 2017

Paludisme : une nouvelle technique de dépistage mise au point

Un simple alcootest ! 

palu1

C’est une découverte qui pourrait révolutionner les politiques de lutte contre le paludisme. Des scientifiques américains ont mis au point une technique de dépistage hors du commun.

La découverte est bien surprenante puisqu’elle diffère de la méthode classique de dépistage du paludisme qui est en rapport avec les tests sanguins. Désormais, il vous sera possible d’ouvrir juste la bouche pour qu’on se rende compte que vous souffrez de la maladie ou non. Des chercheurs américains seraient sur le point de réaliser une nouvelle méthode de dépistage du paludisme.

L’utilisation d’un prototype d’alcootest serait à mesure, à partir de l’haleine, de donner notre état de santé. Selon les études de ces chercheurs, des examens faits sur des échantillons d’haleine de personnes atteintes de paludisme ont permis de démontrer que leurs bouches dégageaient une odeur particulière qui permettait de détecter la maladie.

Le prototype de l’alcootest a été testé sur des enfants au Malawi. Des études supplémentaires sont en train d’être effectuées pour finaliser cette nouvelle technique de dépistage. Alors que la maladie continue de faire de nombreuses victimes dans le monde, surtout en Afrique, l'alcootest pourrait devenir un moyen fiable de diagnostic précoce du mal, ce qui pourrait aider à prévenir ou diminuer les décès.

Rappelons que le paludisme est une maladie mortelle qui sévit dans 91 pays, notamment en Afrique et en Asie. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), cette maladie a été responsable de 429 000 décès dans le monde et a infecté 212 millions de personnes, en 2015.

Posté par jl boehler à 00:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 5 novembre 2017

Kenya : un village composé uniquement de femmes !

Umoja, interdit aux hommes !

kenya

La femme n’a pas forcément un statut enviable en Afrique. Au Kenya comme ailleurs, elles ne sont pas épargnées. En réponse des Kenyanes ont créé, il y a plus de 30 ans, leur village et elles vivent heureuses ! Dans son article, Rahimat Emozozo, explique l’étonnante histoire de ces femmes indépendantes, vivant dans un village interdit aux hommes et qui, grâce à leur esprit d’entreprise, vivent loin de la pauvreté dans leur village de femmes !!

kenya7

En Afrique, les femmes ont longtemps été handicapées par un manque d’indépendance sociale et financière, en particulier dans les régions les plus pauvres. Les cultures locales ont imposé la dépendance à l’égard des hommes, forçant souvent les familles pauvres à vivre d’un seul revenu. Les perspectives financières et professionnelles des femmes sont donc souvent sombres.

Le système patriarcal qui existe dans la plupart des régions du continent africain expose les femmes aux abus conjugaux et aux mauvais traitements. Par ailleurs, de nombreuses coutumes et traditions, perpétuées par les cultures locales, sont hostiles aux libertés des femmes, qu’elles soient sociales ou même physiques : des mariage précoces, aux mutilations génitales, jusqu’aux crimes d’homicide.

Umoja, un village rien que pour les femmes

kenya4

Dans certaines cultures, en particulier en Afrique du Nord, les cas d’agressions sexuelles contre les femmes sont encore réglés en exigeant que l’agresseur épouse la victime. Autrefois, les femmes étaient expulsées de leurs maisons pour vivre séparées de leurs familles et de leurs communautés. Les lois en vigueur dans ces lieux ne garantissent pas que les maris violents, commettant des abus, soient traduits en justice. Les lois dans ces pays continuent de considérer les femmes comme les coupables, en omettant de les protéger contre les abus des hommes, au sein et en dehors du ménage. Ce raisonnement se résume finalement à faire des femmes, une fois mariées, une propriété des hommes.

Cependant, un petit village kenyan a remis en cause cette mentalité depuis près de trois décennies. Après avoir subi des abus continus de la part de son mari, Rebeca Lolosoli a formé un village « féminin », interdit aux hommes, appelé Umoja en 1990 dans la région de Samburu au Kenya (à 300 km de Nairobi). Elle voulait créer un refuge pour les femmes maltraitées cherchant à se libérer de la société toxique et injuste dont elles provenaient toutes. À Umoja, toutes les maisons et tous les bâtiments, même une école, ont été construits à partir des ressources naturelles par les habitants locaux, c’est-à-dire par toutes les femmes du village. Les hommes sont interdits de vivre là-bas pour protéger les femmes.

Le changement par l’entrepreneuriat

kenya1

Si Umoja a survécu c’est grâce à l’esprit d’entreprise. En tant que village habité seulement par des femmes, l’un de leurs plus grands défis était de générer des revenus dans une culture qui les décourageait de travailler. Lorsque le village a commencé, les femmes gagnaient de l’argent en vendant des bijoux faits à la main sur la route principale près d’Umoja. Finalement, elles ont été forcées de s’éloigner des routes par des hommes mécontents de la région environnante qui agressaient fréquemment et volaient celles qui vendaient des objets.

Le village a attiré de plus en plus d’attention grâce à l’originalité de sa mini-société. Suite à un tournant très favorable des événements, les femmes habitantes ont utilisé cette attention pour réorienter le commerce de l’artisanat de la route principale pour qu’il passe par leur village où elles font maintenant toutes leurs affaires. Les rondes régulières des touristes qui visitent Umoja ont créé un flux de revenus fiables pour l’ensemble des habitantes du village. Grâce au tourisme et à leur existence en tant que société autonome et féminine, les villageoises d’Umoja ont acquis une stabilité financière, la liberté et l’affranchissement du patriarcat culturel et une véritable indépendance.

Quid de l’avenir ?

kenya6

En ce qui concerne la sécurité des fonds, des services comme l’argent mobile au Kenya, M-PESA, contribuent à réduire le coût de protection de son argent des braqueurs et des voleurs. M-PESA a facilité les échanges pour les femmes d’Umoja tout en offrant une sécurité supplémentaire en matière d’argent. Avec la disponibilité de l’argent mobile, même dans les villages éloignés tels que Umoja, les transactions avec des clients nécessitent rarement un échange de la main à la main. Les touristes peuvent effectuer des paiements pour des bijoux et des objets-souvenirs directement à partir de leurs téléphones mobiles. Toutes les recettes restent stockées de manière sécurisée à distance dans un compte virtuel pour l’utilisation des vendeuses.

En plus d’être entièrement capables de construire leurs propres infrastructures, de gérer leurs propres écoles, d’assurer un approvisionnement régulier en eau et de cultiver leurs propres aliments, ces femmes ont pris en main les questions de sécurité et d’application des lois. En règle générale, l’application de la loi est considérée comme un bien public dans la société moderne. Cependant, il existe des exemples comme celui-ci où la sphère publique ne fournit pas suffisamment ces biens. Dans ce cas, l’application de la loi dans des communautés comme l’Umoja et les villages environnants, perpétue un biais contre le bien-être des femmes. Pour cette raison, les femmes ne peuvent pas compter sur les agents de l’État pour garantir la justice et la sécurité. Les résidentes du village d’Umoja ont, pour cette raison, pensé à recourir à leur propre agence de protection : elles-mêmes. Elles ont mis en place un système de rotation pour assurer la sécurité ainsi que la loi et l’ordre.

Pendant près de 30 ans, ces femmes ont réussi à se prendre en charge et à vivre de manière autonome dans leur petit village. Je suis certaine qu’elles continueront à le faire grâce à leur sens de coopération et leur esprit d’entreprise.

Rahimat Emozozo, étudiante diplômée en économie au Johnson Center for Political Economy de l’Université de Troy (Article publié en collaboration avec Libre Afrique)

kenya2

Posté par jl boehler à 03:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

lundi 23 octobre 2017

Justice : ils découpent le radar pédagogique à la meuleuse

Quand l'alcool donne des idées !

radar

L’alcool est néfaste pour la santé, et encore plus pour les neurones. C’est la conclusion qu’on peut tirer au regard des faits commis par trois prévenus convoqués cette semaine devant le tribunal. Face aux juges, deux hommes et une femme d’une vingtaine d’années regardent leurs baskets et se disent que tourner à l’eau claire peut parfois éviter des ennuis judiciaires…

Pour comprendre l’affaire, il faut remonter à une soirée de l'été dernier. Cette nuit-là, le trio absorbe de l’alcool jusqu’à plus soif, au domicile de l’un d’entre eux. Soudain, ils sont frappés par le génie de Thomas Edison, ou plus certainement par les verres de « bibine » qu’ils ont absorbés et décident d’aller explorer l’univers mystérieux des… radars pédagogiques.

Un choix qui n’est pas dû au hasard puisqu’il y en a un à quelques mètres de leur lieu de beuverie. Ils sortent de la maison, traversent la route en déroulant un câble et s’arrêtent devant le radar. Ce câble, c’est celui d’une meuleuse électrique. Les prévenus ont en effet décidé de découper le socle de l’appareil. Pour ce faire, ils montent sur le toit de la voiture garée devant l’engin. Mais pendant qu’ils « ferraillent » avec le radar, le voisin, lui, est réveillé par le boucan. En observant la scène, il prévient la gendarmerie et filme les trois acolytes en pleine action et notamment une scène digne du film « Nuit d’ivresse ». La jeune femme alcoolisée a pour rôle de rattraper le radar une fois scié. Mais elle n’a plus vraiment le compas dans l’œil. Résultat : elle a beau tendre les bras, le radar s’écrase lamentablement au sol…

Ce dossier est bien plus léger que les affaires courantes d’un tribunal correctionnel et fait sourire les magistrats. Mais les prévenus, eux, ne font pas les fiers et ne bronchent pas face aux peines d’amende requises à leur encontre. Pour expliquer leur geste, un des protagonistes avance, un brin gêné, qu’ils voulaient « voir ce qu’il y avait dedans… »

L'avocat de la défense, estime que ces amendes sont appropriées et fait part des regrets de ses clients. Après avoir émergé de ses excès nocturnes, l’un d’entre eux s’est en effet excusé auprès du maire et s’est proposé de payer les réparations de l’appareil. Le juge a même endossé le rôle de sage en lançant une conclusion qui s’est souvent révélée exacte : « Est-ce que quelqu’un a déjà eu une grande idée en buvant beaucoup d’alcool ? Dans le domaine artistique, vraisemblablement. Mais dans un domaine plus technique, non… »

Jugement : 200 € pour le vol du radar et 100 € pour le tapage nocturne qu’ils ont provoqué. Les frais de justice et de remise en état du radar en plus.

Posté par jl boehler à 01:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 16 septembre 2017

Il traite son maire d' "escroc" et obtient gain de cause devant la CEDH

Un conseiller municipal, condamné en France pour diffamation, a remporté une importante bataille pour la liberté d'expression des hommes politiques.

justice

L’Etat français doit verser à un élu du Broc la somme de 11.670 € pour dommages. La Cour Européenne des Droits de l'Homme a condamné, jeudi dernier, la France pour entrave à la liberté d’expression d’un conseiller municipal qui avait été poursuivi pour diffamation, sans possibilité de prouver ses allégations.

La Cour avait été saisie par Michel Lacroix, conseiller municipal du Broc, une commune des Alpes Maritimes, condamné en 2010 à une amende pour « diffamation publique » après avoir accusé le maire et la première adjointe de la ville d’escroquerie sur un marché public dont il était en charge au cours d’une séance du conseil municipal puis dans un tract. La CEDH a jugé que cette condamnation avait violé le droit à la liberté d’expression de Michel Lacroix. 

Le requérant, en tant que conseiller municipal, Michel Lacroix avait « un rôle de vigie et d’alerte » de la population dans le domaine spécifique des marchés publics dont il était en charge, a considéré la cour.

La sanction pénale infligée à Michel Lacroix « n’a pas ménagé un juste équilibre entre la nécessité de protéger le droit du requérant à la liberté d’expression et celle de protéger les droits et la réputation du plaignant », ont estimé les juges européens. Ces derniers ont rappelé que « le prononcé d’une condamnation pénale est l’une des formes les plus graves d’ingérence dans le droit à la liberté d’expression ».

Posté par jl boehler à 00:18 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 5 septembre 2017

Paris capitale du pétrole ?

La place Vendôme

vendome

La place Vendôme, située dans le 1er arrondissement de Paris, se trouve au nord du jardin des Tuileries, au sud de l'Opéra Garnier et à l’est de l’église de la Madeleine.

Typique de l'urbanisme classique français, c'est une des places de Paris les plus célèbres et considérée comme l'une des plus luxueuses du monde. Son architecture est due à Jules Hardouin-Mansart qui conçut en 1699 un plan d'urbanisme strict auquel devaient se conformer les propriétaires des immeubles. Une grande partie des façades est classée monument historique. En son centre, se trouve la colonne Vendôme édifiée en 1810, abattue par les communards, reconstruite ensuite.

Elle a été appelée place Vendôme dès le 17ème siècle. C'était plus anciennement la place Louis le Grand et, à l'origine, la place des Conquêtes. On lui a donné le nom de place des Piques pendant la Révolution. Elle fut nommée place Internationale en 1871, pendant la seconde Commune de Paris, durant laquelle la colonne Vendôme fut détruite par les communards, qui y voyaient un symbole de la tyrannie et du militarisme de Napoléon. Avant de devenir un lieu central pour la joaillerie que l'on connait de nos jours, la place Vendôme est, avec la rue de la Paix, l'épicentre de l'élégance parisienne durant un demi siècle, comptant nombre de couturiers ou modistes.

L’hôtel de Bourvallais, situé au n° 13, abrite le ministère de la Justice.

Son nom lui vient du vaste hôtel de Vendôme, sur l'emplacement duquel on construisit la place, et qui avait été bâti pour César de Vendôme , fils de Henri IV et de Gabrielle d'Estrée.

Place des sultans et émirs

La prestigieuse Place Vendôme "écrin de l’élégance parisienne" est aujourd'hui, par ses luxueux hôtels, propriété de riches étrangers : les hôtels de Coëtlogon et d’Orsigny appartiennent au sultan de Brunei, Hassanal Bolkiah, souverain depuis 1968 de l’Etat du même nom, les hôtels Crozat et de Gramont appartiennent désormais au milliardaire égyptien Mohamed Al Fayed, tandis que l’hôtel Lambert de l’île St-Louis appartient à l’émir du Qatar... Il n'y a pas que le PSG qui intéresse les rois du pétrole. Et n'oublions pas que Dominique Ouattara, épouse du président de Côte d'Ivoire, possède près de 200 hôtels à Paris.

Et ce brave Nicolas Hulot, richissime ministre de l'écologie, qui s'imagine un Paris sans pétrole en 2040, il n'est pas au bout de sa peine...

vendome1

Posté par jl boehler à 00:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 29 juillet 2017

Inondations en Afrique

Les sinistrés d'Abidjan se sentent oubliés

abidjanDepuis le début de la saison pluvieuse, au moins vingt personnes sont mortes en Côte d'Ivoire du fait d'inondations ou de glissements de terrain. Dans certaines communes d'Abidjan, les habitants des quartiers sinistrés vivent dans la crainte de nouvelles pluies diluviennes, parfois sans solution de relogement malgré les promesses d'aide financière. Reportage à la cité Coprim, à Yopougon.

Don Paul Kohou regarde avec crainte l’imposante fissure qui strie depuis peu les murs de sa chambre. Si une partie de sa maison, nichée au bord du canal de terre de la cité Coprim à Yopougon, tient encore en partie debout, ce n’est plus le cas de celle de son voisin. Après des pluies diluviennes, une partie de l’immeuble d’à côté s’est brutalement effondrée dans le canal, le 25 mai dernier, entraînant dans sa chute une partie de sa petite villa.

Depuis le début de la saison pluvieuse, le fonctionnaire de 59 ans a vu des pans entiers de deux autres immeubles se fracasser dans le canal, qui a aussi englouti six autres villas basses. Malgré les impressionnants dégâts, Don Paul Kohou « remercie Dieu » : jusqu’à présent, les dommages ne sont que matériels. Seule une femme a été légèrement blessée. Elle était chez elle lorsque sa maison s’est effondrée après un énième glissement de terrain.

Contraints de dormir ailleurs

Dans cette partie de la cité Coprim, l’absence de victimes s’explique d’abord par les réflexes développés par ses habitants. De mémoire de riverain, le premier éboulement remonte à juin 2015. Depuis, à chaque pluie, les occupants des 48 habitations nichées en bordure de canal ont donc pris l’habitude de s’éloigner de leurs maisons par peur de nouveaux glissements de terrain. « Nous ne pouvons pas prendre le risque de dormir chez nous lorsqu’il pleut, nous avons peur que tout s’effondre. Nous sommes contraints de dormir à l’extérieur, en face, ou chez ceux qui peuvent nous accueillir », s’indigne Rigobert Blaka, dont la maison penche désormais dangereusement vers le canal.

La plupart des riverains en veulent à la mairie de Yopougon. Ils assurent que la commune leur avait annoncé en décembre 2015 la réfection tant attendue du canal. Car il y a encore une dizaine d’années, le fossé de terre avait l’envergure d’un petit caniveau que les riverains pouvaient enjamber d’un simple saut. Mais la vigueur des dernières saisons pluvieuses, couplée à la construction d’ouvrages ne laissant pas l’eau s’écouler, ont considérablement creusé le lit de la rigole.

La mairie pointée du doigt

Faute de travaux, le petit canal s’est depuis transformé en un ravin de plus de dix mètres de large par endroit. « Si des travaux avaient été faits pour l’aménager et le consolider, il n’y aurait jamais eu ces glissements de terrain et nos maisons n’auraient pas été mises en danger », déplore Don Paul Kohou, devenu le porte-voix de l’association informelle des habitants de la cité.

Des critiques que balaie la mairie de Yopougon. « La mairie n’a ni les moyens, ni les prérogatives pour effectuer ces travaux, qui relèvent de la compétence de l’État », assure Yaya Coulibaly, directeur de cabinet du maire de la commune, Gilbert Koné Kafana. « Chaque année, le maire demande aux personnes vivant dans des zones à risque de quitter les lieux », tient-il également à préciser.

Reste que les habitants, dont les économies d’une vie ont pour la plupart été investies dans ces maisons, n’ont pas les moyens de se reloger. « On nous dit de quitter les lieux, mais nous n’avons pas les moyens de partir : les logements sont trop chers à Abidjan pour que nous nous logions ailleurs », rétorque Don Paul Kohou.

« Nous vivons dans nos maisons la mort dans l’âme »

Des sinistrés que les autorités se sont pourtant engagées à aider. Le 14 juin dernier, une délégation ministérielle est venue promettre des travaux, ainsi qu’une enveloppe financière aux riverains. « Les propriétaires des 48 villas se sont ensuite vus proposer 300 000 Francs CFA [457 euros] pour se reloger provisoirement. Mais pour l’instant nous sommes seulement six riverains à avoir reçu l’argent. Quarante-deux autres attendent toujours. Le dossier traîne, et nous ne savons toujours pas quand commenceront les travaux », déplore Don Paul Kohou, qui fait partie des six premiers bénéficiaires.

En attendant, le canal continue de s’élargir, creusé par les eaux usées et les ordures qui s’y accumulent. Un quatrième immeuble, toujours habité, menace désormais de s’effondrer. « On évoque l’incivisme et l’inconscience des personnes qui continuent de vivre dans les zones dangereuses, mais comment ceux qui n’ont pas l’argent pourraient-ils faire pour en partir ? », s’indigne Don Paul Kohou. Avant de lâcher, amer : « Nous vivons dans nos maisons la mort dans l’âme. » (selon Claire Rinfroy, "Jeune Afrique")

NB : Lors de son voyage à Paris et Berlin, le président Ouattara a sollicité à Strabourg l'aide de l'Europe. Qu'est devenue cette aide ?

Posté par jl boehler à 00:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 28 juillet 2017

Touristes arnaqués

Avion payé, mais pas de réservation !

billet_avion_decollage

Quatre-vingt-dix personnes ont déposé plainte mardi devant le tribunal correctionnel de Lyon contre l’agence Anatolia Voyage pour escroquerie. Certaines ont constaté que leur réservation n’avait jamais été effectuée alors que les billets avaient été payés. D’autres, coincées à l’étranger, ont appris que le vol retour n’existait pas

Pour eux, les vacances ont tourné au cauchemar. Ces touristes pensaient avoir réservé des séjours de rêve (pour la majorité en Turquie) mais rien ne s'est déroulé comme prévu, rapporte franceinfo.

Tous ont un point commun, avoir fait confiance à cette agence. Mais, l'établissement du second arrondissement de la ville a mis la clé sous la porte.

Au total, une centaine de victimes ont déposé plaintes devant le tribunal de Lyon. Certains passagers n'ont pas pu prendre l'avion car leur billet n'avait pas été payé par l'agence. "Et puis, on a des gens qui vont pouvoir faire l'aller mais lorsqu'ils sont arrivés à l'aéroport pour rentrer, le retour n'avait pas été payé", explique à franceinfo Aurélie Sauvayre, l'avocate en charge de l'affaire. Certains voyageurs ont également appris que leur vol n'existait pas.

Cette agence de voyages facturait donc les billets d'avion aux clients mais sans effectuer la réservation. D'après l'avocate, le préjudice pourrait s'élever au moins à 200 000 euros. Une page Facebook a été créée afin de rassembler les victimes. Aujourd'hui, l'agence reste injoignable. Selon des informations de franceinfo, les responsables se seraient envolés à l'étranger.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 11 avril 2017

Au coeur de la légion étrangère française

Chaque année, 10 000 jeunes venus du monde entier se présentent au Centre de sélection et d'incorporation de la Légion étrangère d'Aubagne. Seulement 10% réussiront les tests d'entrée. L'américain Lim, le Malgache Vaifana, les Français Liénart et Revel espèrent faire partie de cette troupe d'élite. Au même moment, à quelques kilomètres de Sper Kunday, en Afghanistan, 250 légionnaires tiennent un poste de combat avancé entourés par des insurgés. Le harcèlement est quotidien.

Posté par jl boehler à 00:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 26 mars 2017

Passage à l'heure d'été

L'heure d'été. Problème ou solution ? - TATOU FAUX

Posté par jl boehler à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :