dimanche 8 juillet 2018

La nourriture des Touareg

Tikomart : le beurre et le fromage sec des nomades du Mali et du Niger

touareg

Dans les régions habitées par les Kel Tamasheq et les Peulh se perpétue encore la production traditionnelle du tikomart, un fromage sec ancestral dont le rôle est, aujourd’hui encore, de conserver le lait, même par des températures élevées comme celles des régions désertiques, tout en permettant aux populations nomades de transporter des provisions alimentaires très nourrissantes lors de leurs longs déplacements et dans les périodes où les autres sources de nourriture se font rares à cause de la sécheresse.

Le lait (akh) joue un rôle essentiel chez les pasteurs touareg du Mali, car il nourrit, rafraîchit et guérit. Les produits laitiers comme le beurre fondu (widi) et le fromage sec sont également d’une grande importance dans leur culture gastronomique. Le tikomart est un fromage à base de lait de vache, de lait de chèvre ou d’un mélange des deux qui est tellement déshydraté qu’il ne peut plus être mâché. Seul un mortier et un pilon peuvent être utilisés pour le casser en morceaux afin qu’il puisse être mangé trempé dans du thé ou mélangé à de la bouillie de millet.

touareg4

Ce fromage est donc essentiellement utilisé comme assaisonnement. Un morceau d’estomac de chevreau séché fournit la présure pour cailler le lait, qui est placé dans une grande cuve en bois. À l’aide d’une grande louche, les femmes retirent le lait caillé et le placent sur un tapis pour égoutter. Ils façonnent les fromages à la main avant de les placer sur des tiges de fenouil sauvage pour les aromatiser.Tikomart est produit par les Touareg (ou Kel Tamahaq, « ceux qui parlent Tamahaq »), un peuple berbère africain qui vit nomade ou semi-nomade au Sahara désert et à qui le lait et les produits laitiers sont d’une importance énorme.

Au Mali, cette communauté est concentrée dans les régions de Tombouctou, Gao et Kidal. Le lait et les produits à base de lait comme le tikomart sont appréciés tant pour leur qualité nutritionnelle que pour leur valeur symbolique. La langue touareg a de nombreux adjectifs pour décrire les états du lait, qu’il soit frais, aigre, caillé ou dilué. Les bergers utilisent toute une gamme de techniques (comme la fabrication de fromages) pour s’assurer qu’ils conservent une quantité suffisante de lait pour la nourriture.

touareg2

touareg1

Posté par jl boehler à 01:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 4 juillet 2018

Faites entrer l'accusé

Jacques Plumain, le fantôme de Kehl

Faites entrer l'accusé Le 19 janvier 2001, deux automobilistes ont une violente altercation sur un parking commercial de Strasbourg. L'un d'eux, Jacques Plumain, ancien militaire devenu vigile, sort un sabre et blesse grièvement son opposant. Immédiatement arrêté, il est condamné à douze ans de prison en septembre 2003. Dès les premiers mois de détention, Plumain est confondu pour les meurtres de trois femmes, survenus de l'autre côté du Rhin, à Kehl, et une tentative d'assassinat sur une quatrième. Acquitté pour celui de Hatice Celik, il est condamné en avril 2006 à la prison à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 20 ans pour les meurtres de Gisela Dallman et Ursula Brelowski. 

Posté par jl boehler à 06:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 17 mai 2018

Le Ramadan 2018 débute ce jeudi

Fixé par le Conseil français du culte musulman (CFCM)

ramadan

Comme l’a annoncé le Conseil du culte musulman (CFCM) ce mardi 15 mai, le ramadan commencera jeudi 17 mai 2018 en France. Le président du CFCM, Ahmet Ogras, a fait cette annonce à la grande mosquée de Paris, en présence des représentants des principales fédérations qui structurent la deuxième religion de France, dont le nombre de fidèles est estimé à cinq millions de personnes.

Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), instance représentative de l’islam auprès des pouvoirs publics, Ahmet Ogras, a fait cette annonce à la grande mosquée de Paris, en présence des représentants des principales fédérations qui structurent la deuxième religion en France.

Ce mois de jeûne et d’abstinence dure de 29 à 30 jours. Cette année, le Ramadan devrait prendre fin le 16 juin, jour où les Musulmans fêteront l’Aid Al Fitr. Le Ramadan est le neuvième mois du calendrier musulman et l’un des cinq piliers de l’Islam, avec la profession de foi, la prière, l’aumône et le pèlerinage.

A noter que le ramadan est un moment de grande consommation comme les fêtes de fin d’année. Selon les estimations du cabinet Solis, spécialisé dans le marketing identitaire, les familles musulmanes voient leurs dépenses alimentaires grimper de l’ordre de 34%, soit 434 euros en moyenne par foyer.

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

lundi 19 mars 2018

Fonction publique : appel pour une grève unitaire le 22 mars

Non au plan "Cap 2022" de suppressions de postes du gouvernement

gr_ve1

Le mois de mars sera celui des luttes sociales dans la fonction publique. C'est en tous les cas ce qu'envisagent les principales organisations syndicales du secteur (CGT, FO, FSU, Solidaires 31), qui appellent à une grève unitaire le 22 mars. Une journée qui devrait servir à agréger différents combats engagés ces dernières semaines, dans les hôpitaux, les EHPAD, les finances publiques. La levée de boucliers des fonctionnaires vise d'abord à défendre leur statut, que le gouvernement a déclaré vouloir assouplir, et qu'ils estiment mis en danger. Au-delà de leurs propres cas, ils alertent sur les dangers que représente la remise en question du statut pour les usagers du service public : «le statut du fonctionnaire est la pierre angulaire du service public, qui aujourd'hui tend à basculer vers le privé, ce qui va impliquer une absence de suivi des usagers et des services payants.» Carte grise, déclaration d'impôts, les exemples sont nombreux. Présents lors de la réunion qui s'est tenue hier, des représentants des syndicats étudiants entendent également rattacher le mouvement étudiant au wagon de la contestation du 22 mars : «on est tous des usagers du service public, et surtout, nous sommes également concernés par cette même logique de casse et d'austérité», a déclaré Aurélie-Anne Those de l'UET. La manifestation du 22 mars fera suite à la mobilisation des retraités et des EHPAD aujourd'hui. Le début d'un long mouvement ?

C'est le mot qui revient dans toutes les bouches au moment d'évoquer la journée du 22 mars : le CAP 2022, plan d'action engagé par le gouvernement pour la refonte du service public, qui prévoit la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires, et d'atteindre une baisse des dépenses publiques de l'ordre de -3 % du PIB. Les syndicats préconisent la suppression de ce plan et la création d'emplois.

Posté par jl boehler à 01:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 8 mars 2018

TF1 : une affaire de gros sous !

Qui va gagner ? qui va perdre ?

tf11

 Pour l'instant, seul Canal+ refuse de retransmettre les chaînes affiliées au groupe TF1. Demain, vont peut-être s'y joindre Orange et Free ? Qui va gagner dans ce combat de gros bras ? On sait déjà qui va perdre : le téléspectateur qui devra acheter un boîtier TNT ou qui à terme verra grimper sa facture Canalsat et sa redevance télé ? Tout est possible ! 

canal_fin_tf1

Posté par jl boehler à 01:34 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 10 février 2018

Attention aux belles promesses qui sont des arnaques !

FAUSSE JOIE : VELUX REMBOURSE VOS FENÊTRES ?

VELUX_VIl ne faut pas rêver : cette opération de remboursement concerne uniquement 100 acheteurs répondant aux conditions (remplacement de fenêtres intervenu entre le 16 octobre et le 17 décembre 2017) et désignés gagnants lors d'un futur tirage au sort. L’astérisque accompagnant la promesse "VELUX rembourse vos fenêtres" fait référence à un minuscule paragraphe : "100 gagnants par tirage au sort. Inscription et règlement sur velux.fr." Le fabricant de fenêtres prône un meilleur éclairage naturel de vos pièces mais ne brille pas par son offre publicitaire. Selon : "Arnaques-infos".

  • NB : à l'heure actuelle, la publicité sur velux.fr ne fait plus état que du tirage au sort de 10 gagnants ... d'un volet roulant.

Posté par jl boehler à 02:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

mardi 2 janvier 2018

"Plus personne dans les rues": l'"impossible" promesse de Macron

Emmanuel Macron avait promis: "Plus personne dans les rues" d'ici à la fin de l'année. Pourtant, quelques heures après l'échéance, de nombreux sans-abri affrontent encore un froid glacial et les associations jugent que la promesse était "impossible" à tenir sans moyens supplémentaires.

rues

A Paris, Zkigniew passe les nuits dehors près du canal de l'Ourcq, en attendant une place en hébergement. Un peu plus loin, un groupe de trois hommes s'est installé sous la ligne de métro, près de la station Stalingrad.

Ils se rendent dans des centres d'accueil de jour pour manger et se laver. L'un d'entre eux, Pierre (le prénom a été changé), raconte que leur assistante sociale a fait une demande d'hébergement: ils attendent toujours une réponse.

Lors d'un discours à Orléans sur l'accueil des migrants en juillet, le président de la République avait déclaré: "la première bataille: loger tout le monde dignement. Je veux partout des hébergements d'urgence. Je ne veux plus de femmes et hommes dans les rues". 

Une promesse "impossible à tenir à ce jour" car "aucune mesure sérieuse n'a été prise" a souligné vendredi matin au micro de RFI le président d'Emmaüs France, Thierry Kuhn.

Lundi, le DAL (Droit au logement) a manifesté sous les fenêtres du ministère de la Cohésion des territoires, en charge du logement. Le porte-parole de l'association Jean-Baptiste Eyraud a appelé les ministres Jacques Mézard et Julien Demormandie à la démission "parce qu'ils ont failli à la mission que leur a donnée le président".

Dans une vidéo postée sur son compte Twitter le 21 décembre, la Cimade, association qui vient en aide aux étrangers, pointait également le nombre de personnes encore à la rue. "On fait le constat que la parole présidentielle n'est pas suivie d'effets", a déclaré à l'AFP Jean-Claude Mas, secrétaire général de l'association.

- "Continuité dans l'échec" -

"On a soutenu cette volonté forte" explique Florent Gueguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité, "mais sur le terrain, il n'y a rien de nouveau, pas de mobilisation particulière." Il dénonce une "continuité dans l'échec": "il faut mettre fin à cette gestion du thermomètre", consistant à adapter la capacité d'hébergement aux baisses de température.  

"Il manque 3.000 places d'hébergement d'urgence", selon Eric Pliez, président du Samu Social. Car chaque soir, le 115 est saturé. En novembre, le baromètre du 115 révèle que sur 35.380 demandes d'hébergement, soit des appels passés par 5.900 personnes, seules 25% ont abouti. 

A l'échéance, le ministère de la Cohésion des territoires a répondu vendredi que 9.000 places d'hébergement d'urgence ont été ouvertes cet hiver. En 2016, 10.000 places avaient été ouvertes, selon Florent Gueguen. 

Au total, 140.000 places sont disponibles sur tout le territoire "soit 13.000 de plus que l'an dernier", selon le ministère. En plus de ces places, 80.000 sont destinées aux demandeurs d'asile. 

"La différence importante est que cette année, le gouvernement ne s'est pas engagé à pérenniser des places", dénonce M. Gueguen. La Fédération demande ainsi à l'exécutif de "pérenniser au moins 5.000 places" en 2018. 

L'Etat "doit avoir une connaissance des publics qui vivent à la rue" et "mettre les moyens pour développer les places d'hébergement dignes avec des travailleurs sociaux, et non pas juste des dortoirs", précise Aurélie el Hassak-Marzorati, directrice générale adjointe d'Emmaüs Solidarité.

Le ministère a aussi annoncé que 500 places supplémentaires seront ouvertes à Paris "entre le 26 décembre et le 15 janvier". 

Posté par jl boehler à 00:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 8 décembre 2017

Joyeux anniversaires !

Les seniors à l'honneur !

etatcivil3

C'est l'habitude : les communes transmettent à la presse locale les anniversaires du mois pour les "anciens" octogénaires, nonagénaires et centenaires. Histoire de faire un peu de publicité aux élus qui se rendent régulièrement au domicile de ces personnes qui sont très heureuses d'une telle visite où il ne manque en général que la fanfare.

Oui mais voilà ! Dans la publication ci-contre, visiblement toutes les communes ne sont pas à jour dans la tenue des registres de leur état-civil. Et c'est ainsi que dans les publications du Centre-Alsace on retrouve régulièrement, dans l'une ou l'autre commune du val de Villé,  des personnes décédées parmi les jubilaires cités. Parfois, il est vrai, celles-ci figuraient dans la même commune sur la liste électorale, preuve d'une non-mise à jour chronique de ces registres. Ce qui peut être encore plus grave, surtout si les morts se mettent à voter. 

Espérons que le maire de la commune visée n'ira pas jusqu'à porter en délégation un cadeau à la personne décédée, dont les héritiers ont même déjà vendu les biens immobiliers. Les nouveaux propriétaires de la maison vendue seraient étonnés de recevoir un beau cadeau d'accueil. A moins que ce même maire aille jusqu'à déposer un bouquet d'anniversaire au cimetière ? La publicité serait garantie dans la France entière.

etatcivil4

 

Rien n'a changé, peu d'élus consultant ce blog.

Posté par jl boehler à 01:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 13 novembre 2017

Des détenues torturées suite à une évasion de canards

C’est une histoire qui pourrait porter à sourire si elle n’avait pas eu de fâcheuses conséquences. Le jeudi 20 octobre 2017, des canards se sont « échappés » de la Prison « 1930 » de Kigali au Rwanda. S’en est suivi un lynchage public de dames d’un certain âge de la part des gardiens de la prison. 

rwanda

Ce vendredi 21 octobre, le Rwanda faisait les titres des journaux internationaux en raison de l’annonce du comité de l’ONU pour la prévention de la torture qui a indiqué avoir suspendu sa visite au Rwanda en raison « du manque de coopération du Gouvernement et d’une série d’obstacles imposés par les autorités ». Un jour plus tôt, c’est une histoire qui aurait eu tout pour paraitre cocasse mais qui a très mal finie pour des mères de famille incarcérées dans la Prison 1930 de Kigali.

Dans les prisons rwandaises, les détenus ont la charge de se débrouiller pour organiser le peu qu’ils ont à disposition pour se nourrir. C’est également eux qui ont la charge de préparer les mets des surveillant de prison. C’est ainsi que des dames s’occupent d’élevage de canards destinés au repas des gardes pénitenciers. Mais au milieu des multiples tâches et des conditions de vies exécrables qui règnent dans le vétuste centre de détention de Kigali, la tâche est parfois ardue. Ainsi, des canards ont réussi à faire faux bond et à s’exfiltrer de la prison. Les gardiens, prenant connaissance des faits, seraient rentrés dans une colère noire. Ils s’en sont alors pris à ces dames, d’un certain âge, pour avoir laissé échapper les canards de la prison. Jambonews a réussi à recueillir le témoignage d’un membre de la famille d’une détenue qui a assisté aux exactions. « Ils ont tabassé ces mamans avec tout ce qui leur passait par la main. Ils les ont torturées durant un très long moment. Au départ, ils étaient en colère mais à la fin, ils semblaient prendre plaisir. Pour l’une des mamans, ils ont pris un marteau et ils ont tapé de toutes leurs forces sur chacun de ses orteils ». L’auteur de ces tortures serait le Sergent Ryamukama Vertu. Une dame surveillante aurait également participé à ces agressions de manière très active. Ce genre d’exactions ne serait pas rare au sein de la prison. « Tous les jours, des détenus sont torturés et tabassés, parfois pour des consignes non respectées mais très souvent sans raison apparente » a expliqué notre contact au sein de la Prison « 1930 » qui a requis l’anonymat.

Ces faits s’ajoutent à ceux relatés par Human Right Watch dans son rapport " Nous t'obligerons à avouer" d’octobre 2017. Ce rapport documente 104 cas de personnes détenues illégalement, dont une majorité auraient été victimes de tortures – bastonnades, décharges électriques, simulacres d’exécution – par les services de sécurité dans des prisons, camps militaires et autres centres de détention entre 2010 et 2016 au Rwanda.

Pour sa part, Arman Danielyan, le chef de la délégation du sous-comité de l’ONU en charge de la prévention contre la torture a indiqué dans un communiqué daté de vendredi 20 octobre que les autorités rwandaises les ont « empêché d’avoir des entretiens privés et confidentiels avec certaines personnes privées de liberté. De plus, beaucoup de ceux que nous avons réussi à interviewer ont exprimé des craintes de représailles ». Il en appelle au gouvernement rwandais afin de poursuivre sa coopération avec l’organe onusien et parvenir à « la création d’un mécanisme national de prévention contre les torture indépendant et efficace dans le pays ».La Prison Centrale de Nyarugenge (Kigali) ou autrement dit Prison « 1930 » est tristement célèbre pour avoir été le théâtre de tortures et maltraitances à l’égard des prisonniers, principalement ceux accusés de génocide, depuis 1994 et l’arrivée du FPR au pouvoir. Cette prison a été de nombreuses fois critiquée par les organes internationaux car, initialement construite pour 480 détenus (au début des années 1910), elle a compté jusqu’à 50000 détenus au milieu des années 1990. Au début de l’année 2017, elle comptait encore plus 5000 détenus avant qu’une partie des détenus masculins ne soit déplacée vers une autre prison. La Prison « 1930 » est également connue pour abriter Victoire Ingabire, opposante politique condamnée à 15 ans de prison en 2014. Cette prison est au centre des récits de celle qui est d’ores et déjà comparé à Mandela dans son livre témoignage : « Entre les 4 murs de 1930 ». (Norman Ishimwe, journaliste rwandais)

rwanda1

Posté par jl boehler à 01:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 9 novembre 2017

Paludisme : une nouvelle technique de dépistage mise au point

Un simple alcootest ! 

palu1

C’est une découverte qui pourrait révolutionner les politiques de lutte contre le paludisme. Des scientifiques américains ont mis au point une technique de dépistage hors du commun.

La découverte est bien surprenante puisqu’elle diffère de la méthode classique de dépistage du paludisme qui est en rapport avec les tests sanguins. Désormais, il vous sera possible d’ouvrir juste la bouche pour qu’on se rende compte que vous souffrez de la maladie ou non. Des chercheurs américains seraient sur le point de réaliser une nouvelle méthode de dépistage du paludisme.

L’utilisation d’un prototype d’alcootest serait à mesure, à partir de l’haleine, de donner notre état de santé. Selon les études de ces chercheurs, des examens faits sur des échantillons d’haleine de personnes atteintes de paludisme ont permis de démontrer que leurs bouches dégageaient une odeur particulière qui permettait de détecter la maladie.

Le prototype de l’alcootest a été testé sur des enfants au Malawi. Des études supplémentaires sont en train d’être effectuées pour finaliser cette nouvelle technique de dépistage. Alors que la maladie continue de faire de nombreuses victimes dans le monde, surtout en Afrique, l'alcootest pourrait devenir un moyen fiable de diagnostic précoce du mal, ce qui pourrait aider à prévenir ou diminuer les décès.

Rappelons que le paludisme est une maladie mortelle qui sévit dans 91 pays, notamment en Afrique et en Asie. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), cette maladie a été responsable de 429 000 décès dans le monde et a infecté 212 millions de personnes, en 2015.

Posté par jl boehler à 00:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :