Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Différences : le blog de Jean-Louis BOEHLER
23 juin 2023

La Suisse et l’emploi d'étrangers diplômés

Face à un important déficit de travailleurs qualifiés, certains responsables politiques helvétiques prônent une intégration plus large des diplômés étrangers. Mais certains cantons soutiennent que cela contreviendrait à la Constitution, explique “Le Temps”.

suisseComment résorber la pénurie d’employés qualifiés qui fait rage dans la confédération helvétique ? C’est la question qui taraude les pouvoirs publics suisses face à une situation qui handicape les entreprises du pays. La clé pourrait être de favoriser l’accès au marché du travail national aux étrangers fraîchement sortis du système éducatif local. Une volonté pas si simple à matérialiser, constate Le Temps.

“La situation est très inconfortable, explique au quotidien genevois Philippe Bauer, député du canton de Neuchâtel au Conseil national (la chambre basse du Parlement suisse). Le besoin en main-d’œuvre qualifiée de notre économie est avéré. Les personnes étrangères diplômées en Suisse seraient utiles à notre pays, où il manque 300 000 travailleurs qualifiés.”

Et ce débat anime le Conseil national depuis plusieurs semaines. Car, selon plusieurs parlementaires, faciliter l’admission sur le marché du travail d’étrangers titulaires d’un diplôme d’une haute école helvétique violerait la Constitution fédérale de la Confédération suisse.

Bientôt un vote sur la question

Notamment l’article 121 A, qui énonce que “le nombre des autorisations délivrées pour le séjour des étrangers en Suisse est limité par des plafonds et des contingents annuels”.

“C’est la fameuse logique des contingents, qui impose aux entreprises une multitude de démarches avant de pouvoir puiser dans un stock de permis de travail défini selon les besoins des branches”, détaille Le Temps.

Or un élargissement des autorisations concernant les étrangers diplômés créerait une nouvelle exception, en plus de celles déjà prévues dans le texte fondamental promulgué en 1848. Inacceptable pour certains. “La norme est déjà très large”, estime Daniel Fässler, député centriste d’Appenzell Rhodes-Intérieures. D’autant plus que “tous les permis n’[ont] pas été épuisés”, selon Andrea Caroni, sénateur d’Appenzell Rhodes-Extérieures.

De l’autre côté, une partie des parlementaires estiment qu’il est urgent de légiférer sur le sujet. “En formant ces personnes en Suisse, on a fait un investissement public. Il s’agit de se demander comment le valoriser”, défend Lisa Mazzone, élue verte genevoise qui milite pour l’ajout d’une nouvelle exception à l’article 121 A.

Loin d’être tranché, le débat devrait rebondir lors d’un vote au Conseil national. (selon "Courrier international")

Publicité
Commentaires
A
Toujours bande à part les Suisses !
Répondre
Publicité
Différences : le blog de Jean-Louis BOEHLER
Derniers commentaires
Archives
Différences : le blog de Jean-Louis BOEHLER
Visiteurs
Depuis la création 2 241 676
Publicité