La SNCF et la Région Grand Est ont conclu un accord afin d’améliorer la desserte de plusieurs grandes métropoles comme Marseille, Nice et Montpellier depuis l’Est, dès 2020.

19

Prendre le TGV pour relier plusieurs villes du sud de la France (Marseille, Nice et Montpellier) devrait être plus simple à partir de 2020 depuis la Lorraine et l’Alsace. La Région Grand Est annonce de nouveaux trajets pour ce secteur du pays, plutôt mal desservi depuis l’Est.

• Ainsi, le TGV qui desservait Metz vers le Sud va faire son grand retour. La suppression le 9 décembre du direct Metz-Nice ralliant la Côté d’Azur avait provoqué la colère des usagers. Rétabli, il passera désormais par l’Alsace et non plus par Nancy. Autre retour : un troisième train quotidien vers Marseille , qui passera par Metz également.

Mais aussi :
• retour d’un TGV matinal vers le sud, à partir de Metz (6h), Strasbourg (7h) et Mulhouse (8h);
• création d’un aller-retour en TGV entre Nancy et Nice, via Strasbourg ;
• retour d’un 3e aller-retour vers Marseille, pour Strasbourg, Metz et Mulhouse;
• retour d’un aller-retour Luxembourg-Marseille ;
• accroissement de l ’offre vers Montpellier pour Mulhouse (2 allers-retours contre 1,5 en 2019 et 1 en 2018);
• Maintien de l’expérimentation Nancy-Lyon via LGV (Marne-la-Vallée) avec un temps de parcours de 3h40, et une modification horaire dans le sens Nancy vers Lyon.
Selon la Région Grand Est, ces annonces s’entendent avec un « maintien des tarifs TGV à l’identique ».

Selon Jean Rottner, président du conseil régional Est, la SNCF n’a pas souhaité rétablir de trajets directs entre le Grand Est et la métropole lyonnaise. D’importants travaux sont toujours en cours à la gare de Lyon-Part Dieu, ce qui implique que les TGV passent par Marne-la-Vallée en région parisienne. Pour 2020, la SNCF maintiendra cette «expérimentation» et promet un temps de parcours de 3h40 contre 4h en direct.
Pour le président de la Région « si ces décisions vont dans le bon sens, les négociations doivent désormais se poursuivre pour pérenniser les deux allers-retours quotidiens du TER Fluo Grand Est entre Nancy et Dijon ». (selon "le quodidien luxembourgeois")