L’Algérie veut sauver ses pyramides 

pyramide_algerie

Vieilles parfois de plus de 16 siècles, les djeddars de Frenda sont 13 pyramides érigées dans le nord de l’Algérie qui souhaite aujourd’hui les inscrire dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les 13 monuments érigés entre le 4e et le 7e siècle, ont des bases carrées de pierre et sont surmontées de monticules anguleux rappelant des pyramides. Ils sont juchés sur deux collines voisines près de la ville de Tiaret, à environ 250 km au sud-ouest de la capitale Alger.

pyramide_algerie_3

L’obtention du statut de patrimoine mondial de l’Unesco est long et demande un dossier bien préparé. Le ministère de la Culture algérien a déclaré que la candidature des djeddars de Frenda serait déposée au cours du premier trimestre 2020. Des experts du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques ont travaillé sur le dossier.

A travers son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco, l’objectif est de « préserver cet héritage, d’une valeur inestimable et d’un héritage ancestral« , a déclaré Mustapha Dorbane, professeur à l’Institut d’archéologie de l’Université d’Alger 2. Lors de la construction des Jeddars, les rois berbères régnaient sur la région dans de petits domaines dont l’histoire est mal connue et dont il reste peu de traces. Ce fut une période de grande agitation pour l’ancienne province romaine de Numidie, l’effondrement de l’empire occidental de Rome, l’invasion des troupes vandales et byzantines et la pénétration des forces arabes à travers l’Afrique du Nord.

patrimoine_alg_rie_4

Construits entre le IVe et le VIIe siècle, ces monuments éloignés ont été en grande partie ignorés, livrés aux ravages du temps et des pilleurs. Certains chercheurs estiment que les tombes sont des lieux de repos pour la royauté berbère. Les Jeddars renferment une ou plusieurs pièces (jusqu’à 20 pour le plus grand) reliées par un système de galeries avec des chambres funéraires.

Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle et les premières explorations archéologiques modernes en Algérie, provoquées par le colonialisme français, que les Djeddars ont commencé à attirer l’attention. Les troupes françaises et les autorités coloniales ont commencé l’exploration de neuf des tombes en 1865. L’archéologue algérien Rachid Mahouz, qui a consacré cinq ans à sa thèse de doctorat sur les tombes, déplore le manque de recherches consacrées aux « merveilles » du pays. « Les archives françaises sur les Djeddars ne sont pas disponibles et les objets et ossements trouvés pendant la période coloniale ont été transportés en France », a déclaré Rachid Mahouz.