vendredi 4 mai 2018

Sarkozy et Ouattara, les ambassadeurs de Bolloré au Rwanda ?

Un vrai carrousel de rencontres dites d'amitié

Nicoloas_Sarkozy_et_Paul_Kagam__au_Rwanda

Le 15 janvier dernier, Nicolas Sarkozy effectuait un voyage au Rwanda en compagnie d'hommes d'affaires français identifiés clairement comme membres du groupe Vivendi-Bolloré. D'ailleurs le nouveau "mis en examen" y était représenté par son propre fils Cyrille.

Et cette visite s'est terminée par "un saut de puce" à Abidjan, capitale de Sarkozie en Afrique occidentale. Evidemment, l'effet du pur hasard... Pourtant, à Kigali, les discussions ont tourné autour des opportunités d'investissements français dans plusieurs secteurs économiques où le pays recèle d'importantes potentialités, notamment dans les infrastructures, la logistique, mais aussi le tourisme d'affaires et l'hôtellerie. De quoi intéresser très fortement Bolloré, notamment en matière de routes et chemins de fer. Ne vient-il pas de décrocher le marché des voies de chemin de fer Abidjan - Ouagadougou et Ouagadougou - Lomé !

rwanda1

Et Ouattara dans cette affaire ? Il se doit évidemment servir de guide pour expliquer à Kagamé le bien-fondé de la démarche de Sarkozy, l'homme qui passe la plupart de ses réveillons de Nouvel An à Assinie ou à Mougins. Le tout bien sûr, pour les intérêts supérieurs de Bolloré.

Et les affaires sont les affaires, qu'importent les pratiques pour arriver au pouvoir dans son pays. Et celui qui a sur sa conscience le massacre de Duékoué dans l'ouest ivoirien est sans-gêne pour aller se recueillir sur les tombes des victimes du génocide rwandais de 1995. Les peuples et leur souffrances, ce n'est pas l'affaire des dirigeants. Juste utilisés, même à titre posthume, dans l'intérêt très financier de quelques-uns. La honte !

Posté par jl boehler à 01:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 31 mars 2018

Sarkozy : les Africains mieux informés que les Français

Voici, l'article paru le mardi 27 mars, concernant notre ex-président, dans "L'Eléphant Déchaîné", journal satirique de Côte d'Ivoire correspondant à notre "Canard Enchaîné". Il est vrai que Nicolas Sarkozy a toujours été un grand ami du président Ouattara, que la force Licorne a aidé à porter pouvoir. Et ceci, sans ingérence dans la politique intérieure de ce pays africain ? Non bien sûr, ce n'est pas ça la "Françafrique".

ED10

ED11

ED12

Posté par jl boehler à 04:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 7 mars 2018

Enlèvements d'enfants à Abidjan

Des centaines de personnes marchent à Abidjan pour ’’dire stop’’ à l’enlèvement des enfants

abidjan

Des centaines de personnes ont marché, samedi, devant le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Cocody-Angré (Est d’Abidjan) pour ’’dire stop’’ à l’enlèvement des enfants dans le pays et exprimer leur soutien à la famille de Traoré Aboubacar Sidick dit Bouba, un enfant de 4 ans enlevé, torturé et assassiné la semaine dernière par un bijoutier de 27 ans pour un crime rituel, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

De noir vêtus majoritairement avec des bougies pour certains et des gerbes de fleurs pour d’autres, ces ivoiriens ont procédé à une marche dite ’’silencieuse’’ ponctuée par des prières devant ledit établissement sanitaire à quelques encablures du CHU où le corps sans vie du « petit Bouba » avait été retrouvé enseveli, ligoté avec la gorge tranchée.

« Le message que nous voulons lancer, c’est de dire stop aux enlèvements et aux crimes rituels d’enfants dans le pays», a expliqué Nicole Mireille Didier, une cyberactiviste ivoirienne co-initiatrice de ce rassemblement.

« Nous n’avons pas le droit de laisser prospérer ces crimes contre les enfants. Il faut que ça s’arrête. Par cette manifestation, c’est un soutien moral que nous apportons à la famille de Bouba », a ajouté Mme Nicole Mireille plaidant auprès des autorités ivoiriennes afin que le carrefour du CHU de Cocody-Angré soit baptisé « carrefour Bouba» en mémoire de la victime.

M. Hassan Hayek, également co-initiateur de ce rassemblement a, pour sa part, espéré que « Bouba sera le dernier cas de crimes d’enfants dans le pays ». Venu ’’marquer sa solidarité’’ à la famille de la victime et exprimer son ’’indignation’’, le célèbre artiste musicien ivoirien, Guillaume Konan dit Kajeem a estimé quant à lui, que « Bouba est un cas extrême » ajoutant que « c’est notre façon à nous de dire qu’il faut que ces crimes s’arrêtent ».

Selon lui, il était important que ce rassemblement ait lieu « simplement pour dire stop aux enlèvements d’enfants, stop à tous ces crimes pour que nos enfants soient un peu plus en sécurité dans nos rues ».

enfant_egorge___Copie_0

Le Week-end dernier, rappelle-t-on, un enfant de 4 ans enlevé dans le quartier de Williamsville (Centre d’Abidjan) a été retrouvé enseveli, ligoté avec la gorge tranchée dans une broussaille à quelques encablures du CHU de Cocody-Angré ( Est d’Abidjan).

Le présumé meurtrier, un bijoutier de son état exerçant dans le même quartier que sa victime, arrêté par la police judiciaire ivoirienne, est passé aux aveux indiquant l’avoir assassiné pour un crime rituel. Cet assassinat avait suscité une vague d’indignation dans le pays. Le gouvernement ivoirien a également exprimé sa compassion à la famille du ’’petit Bouba’’ assurant que justice sera rendue. (selon "APA" - agence de presse africaine)

Posté par jl boehler à 03:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 25 février 2018

A propos de la visite de Georges Weah à l'élysée

La Françafrique, n'existe plus : c'est nouveau ça !

weah2

bollor_2

Dit comme ça, dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, cela pourrait paraître véridique. Oui, mais voilà, beaucoup d'informations très récentes contredisent cette affirmation qui vient pourtant d'un ancien ambassadeur en Afrique.

Evidemment pour Macron, le Liberia de Weah est un petit pays qui n'a que peu d'intérêt financier et économique pour la France. Ce qui a surtout permis à notre président de réaliser une opération de com' vers le monde sportif français  : le seul "ballon d'or" africain, ancien joueur du Paris-Saint-Germain et de Monaco, représentait une occasion idéale. Et cette publicité s'est faite avec une aumône à la clé : 10 millions d'€ offerts gracieusement aux "riens" du pauvre Liberia. Cela se passait le 21 février 2018 !

La remise des pendules à l'heure s'est faite dès le lendemain ! 

Et ça se passait à Abidjan où le richissime français Bolloré avait déjà fait "main basse" sur les trois plates-formes portuaires, sans autre forme de procès. Et en ce 22 février 2018, li inaugure avec les autorités ivoiriennes son nouveau dépôt d'Abidjan-Vridi. Il suffit de lire la presse ivoirienne : 

bollor_

"Le ministre des Transports Amadou Koné a visité les installations de Bolloré Transports & Logistics, à Vridi, le 22 février 2018. A cette occasion, il a invité les autres entreprises exerçant en zone portuaire à s’inspirer de l’exemple de cette société. « Renforcez vos capacités d’action pour accélérer la cadence », leur a-t-il conseillé, à l’inauguration du nouvel entrepôt et de la nouvelle station d’empotage.

Pour lui donc en renforçant  leurs outils d’empotage et de dépotage, cela va contribuer à accélérer la cadence des activités dans différents Ports de la Côte d’Ivoire, les rendant ainsi compétitives. C’est d’ailleurs pourquoi, il a salué la construction de cette station d’empotage de cacao en vrac et l’acquisition de deux ponts bascules

En se dotant  d’un entrepôt moderne de 10.000 m2, Bolloré Transports & Logistics vient d’augmenter sa capacité de stockage à 26.000 m2 à Vridi. La superficie de destockage à Abidjan et San Pedro s’élève à 400.000 m2. Avec l’aménagement de 4000 m2 dans les jours à venir, Bolloré Transports & Logistics va augmenter sa capacité d’entreposage. Au cours cette cérémonie, le ministre des Transports à encourager les opérateurs économiques à renouveler leur parc-auto.

M. Bruno Merilhet, directeur général de Bolloré Transport & Logistics qui avait à ses côtés la Président du Conseil d’administration, Martine Coffi-Studer s’est réjoui de la décision du gouvernement ivoirien d’interdire le stationnement anarchique des véhicules dans la zone portuaire. Avant de réaffirmer le soutien de son entreprise à l’économie ivoirienne pour une croissance durable."

bollor_2

bollor_1

 Et la Françafrique, c'est donc bien fini ? Tu parles !

sarkozy_kagame

Je ne vais pas revenir ici sur tous les mauvais côtés de la Françafrique. Retenons juste quelques faits très récents :

  • Nicolas Sarkozy fait régulièrement des "sauts de puce" en Afrique, dernièrement au Rwanda (où il est reçu par le président Kagamé) en compagnie ... du fils de Bolloré ! Comme lorsqu'il était président, ce déplacement de Nicolas Sarkozy avait pour but de connecter les chefs d'entreprises français aux dirigeants rwandais pour la signature de contrats d'affaires.
  • Pendant ce temps, à Abidjan en Côte d'Ivoire, Macron impose le métro de Bouygues au détriment du tramway de Lohr-Alstom à son homologue Ouattara.
  • Poutine menace Macron de représailles commerciales à propos du franc CFA : au moment où les chefs d'Etat d'Afrique de l'Ouest affirment leur attachement à cette monnaie ! 

Alors ? Françafrique morte ? Malgré quelques tentatives de déstabilisation par la Chinafrique et la Russafrique, la Françafrique est bien là.

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 24 janvier 2018

Nicolas Sarkozy de retour en Côte d’Ivoire

Que cachent toutes ces visites éclair de Nicolas Sarkozy ?

bollore

Nicolas Sarkozy a effectué une visite à Kigali (Rwanda) le 15 janvier 2018 avant de gagner Abidjan le lendemain. Ces visites express de l’ancien président dans la capitale soulèvent bien des interrogations. Serait-il devenu le nouveau ministre des affaires étrangères de Macron ? Le Drian a-t-il été viré ? Ou veut-il saboter la politique de Macron au moment où ce dernier réunit des chefs d'entreprise à Versailles ?

On sait que l’ancien chef d’État français Nicolas Sarkozy entretient un lien de confiance avec le président Alassane Ouattara. Il est régulièrement venu en Côte d'Ivoire depuis l'accession de ce dernier au pouvoir et a même décroché d'importants contrats pour certains industriels français.

L’ex-président français a même été coopté par le Chef d'État ivoirien pour le renforcement de la coopération entre Abidjan et Doha (capitale du Qatar). Et lors de la crise postélectorale de 2011, l'ancien locataire de l'Élysée avait fait intervenir les troupes françaises de l'opération Licorne (destinées à protéger les expatriés européens) en soutien aux forces pro-Ouattara pour déloger le président Laurent Gbagbo. Voir donc l'ex-président régulièrement aux côtés du président ivoirien passe mal aux yeux de l'opposition ivoirienne et des milieux politiques français.

Mardi 16 janvier 2018, Nicolas Sarkozy a effectué une visite éclair à Abidjan. Le jet privé à bord duquel il voyageait a atterri dans la capitale ivoirienne très tôt dans la matinée. Il a eu un tête-à-tête à la présidence avec son ami Alassane Ouattara avant d’être rejoint par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, le ministre de la Défense Hamed Bakayoko et Patrick Achi, le secrétaire général de la présidence.

Si l’on ignore concrètement l’objectif de cette rencontre, il apparaît qu’elle avait pour but de connecter les chefs d'entreprises français aux dirigeants ivoiriens pour la signature de contrats d'affaires. À noter que la veille, Nicolas Sarkozy avait rencontré le Président Paul Kagamé à Kigali (Rwanda). Il était accompagné d’une forte délégation d’hommes d’affaires français, dont Cyrille Bolloré, fils de l'industriel français bien connu (le grand à droite sur la photo). Bolloré ! Voilà un nom français qui revenait souvent en Côte d'Ivoire au temps de Sarkozy président, remplacé par Bouygues -semble-t-il- sous l'ère Macron. Et si cette visite était tout simplement un épisode de la guerre franco-française pour contrer Bouygues qui vient de remporter, avec l'appui de Macron, le juteux marché pour la construction du métro d'Abidjan ?

Posté par jl boehler à 00:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 19 janvier 2018

Hygiène alimentaire en Afrique

Il n'y a pas que Lactalis ! En Côte d'Ivoire: du papier carton présent dans la pâte d'arachide dans les marchés.

Posté par jl boehler à 02:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 8 janvier 2018

Un régime corrompu et menteur qui ne dit pas son nom

Côte d’Ivoire : « Près de 300 détenus politiques croupissent dans les geôles ».

CI

« Près de 300 détenus politiques croupissent dans les geôles ivoiriennes, civils et militaires, et notre culture du pardon ancrée dans nos traditions s’accommode mal d’un tel acharnement  », a déclaré la présidente de l’URD, invitant les Ivoiriens à la réconciliation et les autorités d’Abidjan à faire davantage pour ramener la cohésion sociale dans le pays.

« Des milliers d’Ivoiriens sont encore en exil et n’envisagent pas leur retour parce qu’ils ont peur d’être persécutés ou harcelés. Des fonctionnaires et non des moindre restent toujours sans affectation (ambassadeurs, préfets, fonctionnaires des finances publiques) alors que leurs capacités mises au service du pays seraient un atout supplémentaire pour la nation qui a besoin des bras de tous ses enfants pour se développer  », a déploré Danielle Boni Claverie.

7 ans après la prise du pouvoir par le Président Alassane Ouattara, ajoute-elle, deux camps sont toujours face à face et l’un d’entre eux reste toujours indexé, celui des pro Gbagbo, alors qu’il ne devrait plus y avoir qu’un seul camp, celui des Ivoiriens réconciliés.

« J’ajoute qu’il serait irréaliste de ne pas associer le Président Laurent Gbagbo à tout processus de réconciliation alors que 46% de la population, si l’on en croit les chiffres de la CEI, le soutenait en 2010 », a-t-elle soutenu, avant d’enfoncer : « Les Ivoiriens sont las, les Ivoiriens sont fatigués, les Ivoiriens sont nostalgiques d’une Côte d’Ivoire apaisée, fraternelle avec des valeurs fortes où l’exemplarité jouerait un grand rôle.  »

La présidente de l’URD a dit que le temps est désormais venu de tourner le dos à plusieurs maux qui minent la société ivoirienne, notamment, le mensonge politique, la corruption et la méchanceté. (selon "Afrik.com")

  • NB : URD = Union Républicaine pour la Démocratie (Côte d'Ivoire).
  • CEI = Commission Electorale Indépendante de Côte d'Ivoire.

Posté par jl boehler à 02:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 16 décembre 2017

Esclaves africains au Koweit

Une ivoirienne esclave au Koweït appelle son Gouvernement à l’aide

koweit

Alors que les médias sont focalisés sur le retour de l’esclavage en Libye, il ne faut pas oublier que cette pratique a toujours cours dans de nombreux pays de la péninsule arabique, pour preuve, cette vidéo qui circule actuellement sur les réseaux sociaux où une jeune ivoirienne appelle son Gouvernement à l’aide depuis le Koweït. La video est parvenue le 14 décembre 2017 : avant-hier ! 

Koweït: La défenestration d'une domestique filmée par sa patronne, suscite l'effroi

Le calvaire des jeunes Zimbabwéennes au Koweït

Posté par jl boehler à 00:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 11 décembre 2017

Chemin de fer en Afrique : au tour de Bolloré !

Côte d’Ivoire: lancement des travaux du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou

Rame_de_Sitirail_0Les usagers de la ligne de chemin de fer Abidjan-Ouagadougou attendaient avec impatience la rénovation de la voie gérée par la Sitarail. Jusqu’ici, il ne faut pas être pressé pour relier les deux capitales en train  puisque cela nécessite une journée et demie. Mais la réhabilitation devrait permettre de sérieusement raccourcir le temps de trajet. Les travaux ont donc officiellement été lancés à la gare du Plateau à Abidjan.

Evidemment, ce n'est pas le TGV

rame7

Cette voie unique qui va d’Abidjan à Ouagadougou c’est l’autre axe, avec la route, qui permet de transporter 200.000 passagers et 800.000 tonnes de marchandises par an. Mais cette voie de 1.145 kilomètres est vétuste. Les wagons qui datent des années 1970 sont fatigués au point que l’on roule à 40 kilomètres/heure de moyenne

Mais aujourd’hui, les travaux de rénovation de 853 kilomètres de voie vont être entamés. Au total, 50 ouvrages d’art vont être construits, 31 gares réhabilitées, des ponts, des passages à niveau. Les travaux d’un coût total de 260 milliards de francs CFA - 400 millions d’euros - seront financés par le groupe français Bolloré, le même que celui qui détient le marché du fuel domestique en Alsace, concessionnaire de cette voie de chemin de fer à travers les sociétés Sitarail et Bolloré Railways, et dureront jusqu’en 2021.  Le trafic sur cette voie de chemin de fer unique ne sera pas interrompu pour autant, nous assurent les responsables du groupe français. 

rame3

Les travaux par phases de huit heures se feront en alternance avec le passage des trains de marchandises ou de passagers. Résultat dans trois ans, donc, avec cette nouvelle voie et ces nouveaux wagons, des trains-couchettes. On passera à 300.000 passagers et un million de tonnes de marchandises par an. Henri Bolloré envisage de continuer la ligne au-delà de Ouagadougou vers Niamey au Niger, puis vers le Bénin et Cotonou. Pour l'instant il s'agit pourtant d'améliorer le réseau existant qui date du temps de la colonisation.

rame9Jonction prévue avec la ligne Parakou - Cotonou au Bénin

rame5Un manque évident de gares

rame6Peu de passages à niveau sécurisés

rame1Vieux pont écroulé depuis 2016

Posté par jl boehler à 00:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 3 décembre 2017

Sommet UE-UA à Abidjan

Ouattara applique la réciprocité à Macron

Arriv__d_Emmanuel_Macron___Abidjan_Ouattara_absent

Les présidents français ont cette coutume de ne jamais recevoir les dirigeants africains à leur descente d'avion à l’aéroport. Alassane Ouattara qui a récemment fait l’expérience lors de sa réception par Emmanuel Macron lui a réservé le même type accueil, une sorte de réciprocité. Le jeune président français avait reçu le chef de l'État ivoirien sur le perron de l'Élysée comme l'ont toujours fait tous ses prédécesseurs.

En effet, pour la première fois de l’histoire de la relation franco-ivoirienne, ce n’est pas le président ivoirien qui a fait le déplacement à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny pour accueillir son homologue français, mais son vice-président. Emmanuel Macron qui arrivait à Abidjan pour le Sommet UE-UA en provenance de Ouagadougou ne verra évidemment aucun problème dans le fait d’être reçu par le vice-président Daniel Kablan Duncan pendant que le président Alassane Ouattara se chargeait en personne d’accueillir le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, président de la République de Guinée équatoriale, personnalité autrement plus importante que le nouveau petit Napoléon français.

napoleon1

Rappelons que le premier empereur français ne connaissait de l'Afrique que les pyramides égyptiennes, où il s'est exclamé : "Du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent !" autrement plus sérieux que "Il va réparer la climatisation" dans l'amphithéâtre de Ouagadougou.

Ceci dit, la réciprocité a été respectée comme du temps de Sarkozy. Macron, lors de ses vacances à Marseille, a été invité à Mougins, dans l'arrière-pays cannois, comme il a été invité à Assinie, résidence secondaire de Ouattara (une de plus) en Côte d'Ivoire. 2 - 0 pour Ouattara ! Puis Macron a été invité par Ouattara (ou Ouattara par Macron ?) à poser le premier pavé du métro abidjanais qui a scellé la réconciliation Bouygues - Alsthom. Amitié capitaliste franco-française retrouvée et financée on ne sait pas combien par le contribuable français : 2 milliards d'€ prêtés selon Le Drian, 1,4 milliards d'€ offerts selon Macron. Et comme le chef a toujours raison, rien n'est encore inscrit au budget par les députés français. 3 - 0 pour Ouattara ! Drogba doit se régaler devant la télé !

Posté par jl boehler à 02:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,