samedi 14 octobre 2017

Par manque d'argent, la CPI suspend un procès

Nouveau scandale à La Haye !

cpi

La Cour pénale internationale (CPI) continue de se parfumer au goût des scandales. Et ce, au détriment de ses justiciables. Après le gros pavé jeté dans la mare par Mediapart au sujet des faits de corruption impliquant l’ancien procureur Luis Moreno Ocampo, voilà un autre impair qui vient discréditer cette justice internationale. Le procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé vient à nouveau d’être suspendu. Ainsi que le justifie le juge-président Cuno Tarfusser après le témoignage du médecin légiste Eric Bacard : « Il ne me reste plus qu’à lever l’audience, et nous allons reprendre le 6 novembre. Puisqu’il y aura d’autres procès en cours, nous n’avons pas suffisamment d’argent pour mener de front trois procès simultanés. » Poursuivant, le magistrat italien ajoute : « C’est l’une des raisons de ce décalage. »

La messe est ainsi dite. L’ex-président ivoirien qui vient de se voir refuser une énième demande de mise en liberté provisoire sera maintenu en prison avec son dernier ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé. Attendant, bien sûr, la reprise de leur procès après près d’un mois de suspension. Et pourtant, certains observateurs s’insurgent contre la lenteur de ce procès qui est du reste très suivi.

D’aucuns voient en cette suspension, la confirmation de la théorie du complot pour maintenir Gbagbo en prison, aussi longtemps qu’Alassane Ouattara sera au pouvoir. Ceux indiquent par ailleurs que la CPI se prévaut de ses propres turpitude pour maintenir l’ex-président ivoirien en détention. Toutefois, les avocats des accusés s’activent pour obtenir une libération provisoire de leurs clients. À défaut, la célérité du procès pourrait être l’autre alternative.

Notons par ailleurs que des voix s’élèvent de plus en plus pour réclamer des enquêtes contre des pro-Ouattara. La procureur Fatou Bensouda aurait transmis un message au président Ouattara pour intensifier les enquêtes contre les anciens rebelles. (Rufus Polichinelle, journaliste à "Afrique sur 7")

Posté par jl boehler à 00:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 4 octobre 2017

Après la visite de Le Drian à Abidjan

Les 1,4 milliards d'Euros de financement deviennent 2 milliards prêtés

plateau_2010_abidjan_0

Le ministre des Affaires Etrangères Jean-Yves Le Drian était à Abidjan, comme annoncé. Voici ce qu'en dit RFI (Radio France International) : "Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian a assisté, lundi 2 octobre, à l'ouverture de la deuxième édition des rencontres économiques franco-africaines, Africa 2017, dont l'objectif est de relancer les échanges entre la France et l'Afrique dans le secteur privé. Il a réitéré le soutien de la France à la Côte d'Ivoire, soulignant que Paris avait accordé un prêt de deux milliards d'euros devant notamment servir au financement du métro urbain d'Abidjan.

C'est l'un des projets emblématiques du moment dans la capitale économique ivoirienne. La construction du métro de la ville, qui permettra le transport d'environ 300 000 personnes par jour, vise à « résoudre le problème des embouteillages à Abidjan, qui engendrent des pertes importantes pour l'économie ivoirienne », a ainsi indiqué l'ancien ministre des Transports Gaoussou Touré.

C'est l'heure de la présentation du projet en gare de Treichville : « Bonjour à tous. Je suis Kinapara Coulibaly, directeur général du Bureau national d’études techniques et de développement (BNETD)… » Sur l’écran, un magnifique train gris et bleu traverse la ville d’Abidjan à vive allure ; mais c'est un convoi qui est encore virtuel. Le tracé de cette ligne n°1, lui, est déjà dessiné : 37 kilomètres du nord au sud de la ville, « en passant par la commune d’Abobo, Adjame, Plateau, Treichville, Marcory et Port-Bouët… », continue Kinapara Coulibaly."

Voitures pare-choc contre pare-choc

Pour mieux se rendre compte de l'ampleur du chantier à venir, direction l’unique voie de chemin de fer à bord d’une draisine. Avant d’arriver dans le sud du quartier d’Adjamé, le petit train jaune se fraie un passage entre les habitants qui traversent les voies. De part et d’autre, des rails, des baraques de taule et de parpaings. Sur la bretelle d’autoroute en contrebas, les voitures sont pare-chocs contre pare-chocs.

Dans cinq ans, cette scène n’existera peut-être plus. « Quand on traverse ces zones très déshéritées, précise Jean-Yves le Drian, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, qui vont être transformées inévitablement, il faudra aussi un accompagnement social très important. Il va permettre la réhabilitation de plusieurs quartiers. Il va permettre un brassage de population. Et il va être aussi très important pour l’environnement. »

Selon nos informations, 80 millions d’euros ont été programmés au titre du dédommagement pour le démantèlement de l’habitat informel sur le tracé de la ligne numéro 1 du métro d’Abidjan."

Ivoiriens entubés, l'arnaque est en place !

Le Drian est un excellent VRP et négociateur pour Macron qui est en fait le vrai décideur de cette affaire. Il n'est pas utile de revenir sur la façon dont Bouygues a remplacé Alsthom sur ce marché ivoirien. Voyons plutôt la suite.

abidjan_adjame_train_futur_metro_0

Il s'agit de rendre l'affaire crédible et populaire, et non de convaincre les responsables ivoiriens qui se sont déjà ralliés aux exigences macroniennes. Alors on présente un beau métro bien conçu et on l'oppose aux pauvres rues de la banlieue abidjanaise. Il apparaît comme une évidence que les abidjanais ne peuvent pas continuer à vivre dans ces conditions, surtout qu'on leur promet "l'émergence pour 2020" ! Evidemment, Le Drian n'est pas là pour prendre en compte leurs voeux prioritaires : ce sera le métro de Bouygues ! Et comme les asiatiques (Japon et Corée du Sud) présentent des projets 30% moins cher, on va jusqu'à promettre de "financer" la différence. Différence de 1,4 milliards d'€ donnés devient brutalement un crédit de 2 milliards : et voilà le tour de passe-passe est réussi ! Finalement, les ivoiriens paieront, leurs dirigeants se féliciteront de cette réussite qui les fera réélire, Macron et Bouygues seront contents du bon tour joué à Alsthom-Lohr-Siemens l'allemand.

Quant aux 80 millions de dédommagement, on peut se demander où ils iront. Lors des inondations du début d'année 2017, le président Ouattara était venu à Strasbourg quémander une aide (qui s'est élevée à 18 millions d'€) dont peu d'Ivoiriens sinistrés ont vu la couleur. Bien au contraire, la plupart a été sommée de "déguerpir" et vit encore aujourd'hui dans la précarité et la misère. Dans ces histoires, on peut se demander qui sont "les brouteurs" (terme ivoirien pour désigner les arnaqueurs). Pas forcément ceux que l'on croit. Dans le monde rothschildo-macronien, tous les moyens sont bons, y compris l'exploitation de la misère du monde.

Ouattara_et_Le_Drian_Jpg

Posté par jl boehler à 01:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 2 octobre 2017

Jean-Yves Le Drian, lieutenant de la Françafrique

Jean-Yves Le Drian effectue les 2 et 3 octobre une visite en Côte d’Ivoire et au Niger. Ce déplacement sera centré sur les enjeux de diplomatie économique. Il sera reçu par le président Ouattara ! 

ledrian

Il y a 2 mois, le président Macron avait tordu le bras au président ivoirien Ouattara pour le convaincre d'accepter le métro de Bouygues dans sa capitale économique d'Abidjan. Le président ivoirien qui avait l’intention de profiter de sa rencontre avec Macron pour solliciter un appui budgétaire à Paris se retrouvait donc dans une difficile position. Si les travaux démarrent dans les prochains mois, cela voudra dire qu’il a cédé au coup de pression du président français en faveur de Bouygues. Et dans ce cas-là, les Ivoiriens se retrouvent avec un métro bien plus coûteux que celui des autres capitales africaines. Les sympathiques pressions de Macron semblent donc avoir porté leur fruit.

On se rappelle qu'il y a quelque temps, après des prises de contact entre le gouverneur d'Abidjan Mambè Beugré et Patrick Kron, PDG d'Alsthom, le tramway sur pneus était promis à cette belle ville d'Abidjan (après le fiasco des négociations avec Bamako dans l'affaire Lohr - Ville de Strasbourg). Mais Alsthom fusionne avec l'allemand Siemens, et c'est donc l'Afrique qui va payer le prix de la facture.

Même si Macron a tenu sa promesse de débloquer 1,4 milliards d'€ (15% du coût du projet) pour une seule ligne de l'aéroport de Port-Bouët à Anyama (nord d'Abidjan), alors que le tramway d'Alsthom-Lohr devait avoir une ligne de l'aéroport au Plateau (centre administratif d'Abidjan). Peut-être même que la première dame de Côte d'Ivoire, Dominique Ouattara née Nouvian, de nationalité française, se verra attribuer en guise de reconnaissance une carte de membre gratuite à LREM, après avoir bénéficié d'une carte LR du temps de Sarkozy.

metro_dabidjan

 

  •  NB : Bouygues a déjà réalisé les métros du Caire et de Sydney.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 22 septembre 2017

Côte d'Ivoire : le départ peu reluisant du dernier sarkozyste

Georges Serre, ambassadeur de France en Côte d'Ivoire depuis le 17 avril 2012 (nommé dans les derniers jours du quinquennat de Nicolas Sarkozy), était devenu la véritable "voix de son maître" auprès du président ivoirien Alassane Ouattara. Au point que ce dernier s'est souvent mêlé des affaires françaises pour maintenir à son poste son ami fidèle. C'est bien souvent que Georges Serre s'est retrouvé à Assinie à la résidence secondaire de Ouattara. Il n'en est pas moins vrai que son attitude  lors de son récent pot de départ n'est pas digne d'un diplomate de son rang. Et le "canard" ivoirien "L'éléphant déchaîné", premier journal satirique de Côte d'Ivoire, n'a pas omis de le relever.

ambassadeur

Posté par jl boehler à 02:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 9 août 2017

Vol d'armes, à répétition

Et ça continue ...

adzope5

En Côte d'Ivoire, depuis un certain temps, les mutineries et les attaques de dépôts  d'armes se reproduisent, parfois de façon très sympathique. 

Ainsi, il était 22 heures, ce 5 août, quand plus d’une vingtaine de véhicules (4×4) vitres teintées ont fait leur entrée dans la paisible ville d’ Adzopé. Les individus garent leurs véhicules devant un maquis, entrent et consomment joyeusement et en quantité avant de s’attaquer à d’autres cibles.

Le commissaire de police alerté vient sur les lieux pour essayer de comprendre qui sont ces joyeux lurons et apprécier la situation. Mal lui en prit car, après une discussion avec les types des 4×4, ce commissaire est bousculé, soulevé puis jeté dans un des véhicules, direction le commissariat où il est ligoté avec ses collègues. Les armes sont récupérées.

adzope2

Les hommes de cette colonne de 4×4 se dirigent vers un gérant de dépôt de boissons et prennent son téléphone pour qu’il ne puisse alerter personne.

Le champ est désormais libre, il est plus de minuit, toutes les pharmacies sont cassées. La station Olybia n’est pas épargnée. Des magasins pillés, des véhicules et des armes emportés. Les individus ont fait savoir au gérant du dépôt de boissons qu’ils ne s’en prennent aucunement à la population. À environ 3 heures trente, après plus de cinq heures d'amusements, les hommes quittent la ville tranquillement à bord de leurs véhicules 4×4.

Les autorités commenteront cette seconde attaque d’ Adzopé : "C’est un simple braquage !" Et pourquoi pas : "C'est un banal exercice" ? Curieuse cette nouvelle manie d’attaquer les commissariats de police et de gendarmerie, avant de dévaliser soit les agences du Trésor, soit d’autres magasins !! Peut-être des braquages émergents ? en tous cas très consensuels ! Et bientôt, ces armes gentiment volées après avoir été fournies gratuitement par le tandem Macron - Le Drian, vont-elles se retourner contre nos militaires encore toujours stationnés à Abidjan ?

adzope3

On peut d'ailleurs se demander si dans ce pays il ne se prépare pas une nouvelle guerre civile. 

Divorce entre Guillaume Soro et Alassane Ouattara

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 29 juillet 2017

Inondations en Afrique

Les sinistrés d'Abidjan se sentent oubliés

abidjanDepuis le début de la saison pluvieuse, au moins vingt personnes sont mortes en Côte d'Ivoire du fait d'inondations ou de glissements de terrain. Dans certaines communes d'Abidjan, les habitants des quartiers sinistrés vivent dans la crainte de nouvelles pluies diluviennes, parfois sans solution de relogement malgré les promesses d'aide financière. Reportage à la cité Coprim, à Yopougon.

Don Paul Kohou regarde avec crainte l’imposante fissure qui strie depuis peu les murs de sa chambre. Si une partie de sa maison, nichée au bord du canal de terre de la cité Coprim à Yopougon, tient encore en partie debout, ce n’est plus le cas de celle de son voisin. Après des pluies diluviennes, une partie de l’immeuble d’à côté s’est brutalement effondrée dans le canal, le 25 mai dernier, entraînant dans sa chute une partie de sa petite villa.

Depuis le début de la saison pluvieuse, le fonctionnaire de 59 ans a vu des pans entiers de deux autres immeubles se fracasser dans le canal, qui a aussi englouti six autres villas basses. Malgré les impressionnants dégâts, Don Paul Kohou « remercie Dieu » : jusqu’à présent, les dommages ne sont que matériels. Seule une femme a été légèrement blessée. Elle était chez elle lorsque sa maison s’est effondrée après un énième glissement de terrain.

Contraints de dormir ailleurs

Dans cette partie de la cité Coprim, l’absence de victimes s’explique d’abord par les réflexes développés par ses habitants. De mémoire de riverain, le premier éboulement remonte à juin 2015. Depuis, à chaque pluie, les occupants des 48 habitations nichées en bordure de canal ont donc pris l’habitude de s’éloigner de leurs maisons par peur de nouveaux glissements de terrain. « Nous ne pouvons pas prendre le risque de dormir chez nous lorsqu’il pleut, nous avons peur que tout s’effondre. Nous sommes contraints de dormir à l’extérieur, en face, ou chez ceux qui peuvent nous accueillir », s’indigne Rigobert Blaka, dont la maison penche désormais dangereusement vers le canal.

La plupart des riverains en veulent à la mairie de Yopougon. Ils assurent que la commune leur avait annoncé en décembre 2015 la réfection tant attendue du canal. Car il y a encore une dizaine d’années, le fossé de terre avait l’envergure d’un petit caniveau que les riverains pouvaient enjamber d’un simple saut. Mais la vigueur des dernières saisons pluvieuses, couplée à la construction d’ouvrages ne laissant pas l’eau s’écouler, ont considérablement creusé le lit de la rigole.

La mairie pointée du doigt

Faute de travaux, le petit canal s’est depuis transformé en un ravin de plus de dix mètres de large par endroit. « Si des travaux avaient été faits pour l’aménager et le consolider, il n’y aurait jamais eu ces glissements de terrain et nos maisons n’auraient pas été mises en danger », déplore Don Paul Kohou, devenu le porte-voix de l’association informelle des habitants de la cité.

Des critiques que balaie la mairie de Yopougon. « La mairie n’a ni les moyens, ni les prérogatives pour effectuer ces travaux, qui relèvent de la compétence de l’État », assure Yaya Coulibaly, directeur de cabinet du maire de la commune, Gilbert Koné Kafana. « Chaque année, le maire demande aux personnes vivant dans des zones à risque de quitter les lieux », tient-il également à préciser.

Reste que les habitants, dont les économies d’une vie ont pour la plupart été investies dans ces maisons, n’ont pas les moyens de se reloger. « On nous dit de quitter les lieux, mais nous n’avons pas les moyens de partir : les logements sont trop chers à Abidjan pour que nous nous logions ailleurs », rétorque Don Paul Kohou.

« Nous vivons dans nos maisons la mort dans l’âme »

Des sinistrés que les autorités se sont pourtant engagées à aider. Le 14 juin dernier, une délégation ministérielle est venue promettre des travaux, ainsi qu’une enveloppe financière aux riverains. « Les propriétaires des 48 villas se sont ensuite vus proposer 300 000 Francs CFA [457 euros] pour se reloger provisoirement. Mais pour l’instant nous sommes seulement six riverains à avoir reçu l’argent. Quarante-deux autres attendent toujours. Le dossier traîne, et nous ne savons toujours pas quand commenceront les travaux », déplore Don Paul Kohou, qui fait partie des six premiers bénéficiaires.

En attendant, le canal continue de s’élargir, creusé par les eaux usées et les ordures qui s’y accumulent. Un quatrième immeuble, toujours habité, menace désormais de s’effondrer. « On évoque l’incivisme et l’inconscience des personnes qui continuent de vivre dans les zones dangereuses, mais comment ceux qui n’ont pas l’argent pourraient-ils faire pour en partir ? », s’indigne Don Paul Kohou. Avant de lâcher, amer : « Nous vivons dans nos maisons la mort dans l’âme. » (selon Claire Rinfroy, "Jeune Afrique")

NB : Lors de son voyage à Paris et Berlin, le président Ouattara a sollicité à Strabourg l'aide de l'Europe. Qu'est devenue cette aide ?

Posté par jl boehler à 00:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 24 juillet 2017

Représentation féminine chez Macron ?

Les ministres-femmes sont-elles les bonnes à tout faire du président ?

Florence_Parly_2017__cropped_

Lors de l'épisode Villiers-Macron, la ministre avait complètement disparu des radars. Pourtant, c’est elle qui aurait dû porter le clash budgétaire avec Villiers. En tant qu’ancienne secrétaire d’Etat au Budget, responsable des Armées, elle a laissé s’installer un duel président-chef d’état-major, elle était complètement ailleurs. Son rôle, Emmanuel Macron l’a d'ailleurs réaffirmé mercredi en affirmant que François Lecointre "n’aura non pas un budget à défendre, car c’est le rôle de la ministre des Armées, il aura des troupes à défendre, des opérations à mener". Et pourtant, bien présente à Istres, Jupiter ne l'a pas laissé apparaître à une quelconque prise de vue lors de son discours aux militaires. Serait-elle là comme "éventuel fusible" ou comme "bonne à tout faire, notamment cirer les bottes" ? A chacune et chacun de juger. Elle a quand même eu le droit d'annoncer le nom du successeur du démissionnaire Villiers, à savoir le général Lecointre.  Mais on a bien compris qu'elle ne faisait que répéter le nom "soufflé par le chef". 

Et Laura Flessel ?

laura

Ancienne escrimeuse, ministre des sports, à quoi sert-elle ? En ces temps de vacances, elle est en Afrique, très exactement à Abidjan.

 

Ce vendredi s'est ouvert la 8e édition des Jeux de la Francophonie qui se tiendra du 21 au 30 juillet 2017, en Côte d’Ivoire. Cette huitième édition ambitionne de s’inscrire dans un projet de développement et de renforcement de cohésion nationale pour la Côte d’Ivoire, un voeu pieu alors que les militaires rebelles continuent de faire régulièrement parler les armes ces dernières semaines. Macron avait promis à son homologue ivoirien Ouattara d'être présent. Mais les militaires français et les mutins ivoiriens en ont décidé autrement. Les jeux de la francophonie, vous connaissez ? Pas un media français n'en parle. Alors Laura Flessel suffira ! Elle assistera à l’ouverture et accompagnera les premiers pas de la délégation tricolore, décision du chef ! 
Elle profitera de son déplacement pour poursuivre ses échanges avec ses homologues internationaux et les présidents de fédérations afin de poursuivre le développement du réseau d’influence de la France à l’international a-t-elle déclaré. Il faut bien dire quelque chose ! Laura est une bonne palliative du chef, qui lui s'intéresse beaucoup plus au très médiatique Tour de France. Passer à la télé française, c'est plus important ! Et après tout, le chef ira à Assinie (résidence côtière du président Ouattara en Côte d'Ivoire) pour le réveillon de Nouvel An ... en compagnie de l'habitué Nicolas Sarkozy ?
Marlène Sciappa, punie ?

 

marlene

Secrétaire d'Etat à l'égalité hommes/femmes, elle semble avoir une langue qui fourche souvent. Ainsi, elle a annoncé au Sénat que  "les subventions aux associations ne baisseraient pas d'un euro". Oui mais voilà, elles auraient diminué de 25% ! Elle a certes essayé par la suite de noyer le poisson en disant que la baisse se fera sur les budgets de fonctionnement, et pas sur les subventions des associations. Mais les responsables d'associations n'ont pas été dupes et restent très fâchés. Voilà qui n'a pas dû plaire au chef qui 'aime guère la contradiction. 

Et voilà qu'elle dérape encore à propos des chiffres des viols et se fait recadrer par l'Insee. Alors que la secrétaire d'État rencontrait la délégation aux Droits des femmes du Sénat jeudi 20 juillet, elle s'est permis de faire un raccourci sur les agressions sexuelles, révèle Le Lab d'Europe 1. Elle a affirmé tout de go que les viols étaient plus fréquents dans le nord que dans le sud. Selon Le Lab, Marlène Schiappa se sert d'une enquête de l'Insee de 2014 qui fait état de "576 plaintes dans le Nord, dix en Corse dont une sur voie publique". Attention, Marlène, le chef va se fâcher !

Posté par jl boehler à 02:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 20 juillet 2017

Armes offertes, puis volées

Un grand merci, messieurs Macron et Le Drian

armes4

Dès la mi-mai, l'ancien ministre de la défense socialiste, nouveau ministre LREM Jean-Yves Le Drian (le plus rapidement opérationnel) faisait don gratuitement de matériel militaire, d'armes, de véhicules et même d'hélicoptères de combat au gouvernement ivoirien, alors que le président de ce pays Alassane Ouattara était le premier à être reçu par Macron à l'Elysée. Sans compter que dans ce pays que l'armée française était sensée quitter à la fin de l'opération Licorne, less effectifs ont été renforcés, sous prétexte que l'aéroport de Port-Bouët (Abidjan) devait servir de base arrière pour l'envoi de troupes et de matériel vers le Mali-Nord.

La bonne blague ! Voici que cette nuit du 19 au 20 juillet, des tirs ont empêché les abidjanais de dormir, des hommes masqués ont envahi deux casernes d'Abidjan, dans les quartiers de Yopougon et de Cocody, et ont "embarqué" des véhicules, des armes et des munitions. Et ce n'est pas la première fois que cela arrive dans ce pays, où les mutineries sont nombreuses et où le terrorisme a déjà fait bien des victimes.

Alors que ce matériel tombe forcément "en de bonnes mains", Macron annonce une réduction de 850 millions d'€ du budget militaire, limoge l'un des meilleurs généraux ! C'est vrai, il utilise la meilleure méthode pour éradiquer le monde du terrorisme qui le ronge. Avec du matériel vétuste par les réductions militaires, nos soldats vont-ils devoir se battre contre des bandes armées de bon matériel français ? Messieurs Macron et Le Drian, un grand merci, que vos consciences reposent en paix !

Posté par jl boehler à 11:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 13 juillet 2017

Guillaume Soro, le nouvel ami africain de Macron

Soro, chargé d'instruire Ferrand ?

soro2

La République "En Marche" vient de tenir son premier grand congrès. Alors c'est normal, on invite des personnalités étrangères amies ... comme Guillaume Soro, président de l'assemblée nationale de Côte d'Ivoire.

On sait le poids que peut avoir la France sur la nomination ... pardon, l'élection (ma langue a fourché) des chefs d'Etat africains. Voyez la place prise par Sarkozy en 2011 pour le "couronnement" d'un certain Alassane Ouattara. Et il se dit que Guillaume Soro ambitionne la présidence dans son pays à l'horizon 2020. Ne vient-il pas, comme Macron, de créer son propre parti !

On pensait malgré tout ce genre de pratique terminée. Il semble qu'il n'en est rien. Mais que penser lorsqu'on sait que Guillaume Soro est impliqué dans de nombreuses affaires, y compris en France où un juge d'instruction l'attend toujours pour l'entendre dans des affaires d'enlèvement, de séquestration ou d'esclavagisme. Excusez du peu. Mais voyez la video ci-dessous ! Mieux qu'un long discours !

Mais peut-être a-t-il été invité par certains responsables LREM pour qu'il leur explique comment échapper à la justice ?

Quand le parti d'Emmanuel Macron adoube Guillaume Soro...

Posté par jl boehler à 00:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 6 juillet 2017

Affaire Kieffer : vers de nouvelles pistes ?

Un rôle joué par la Guinée-Bissau ?

kieffer

Cinq pages de révélations surprenantes, et ce n'est pas fini ! Les prochains numéros de "L'éléphant déchaîné" nous réservent encore des surprises. Jusqu'à maintenant, tout le monde s'était accordé sur le fait que l'enlèvement et l'assassinat  de Guy-André Kieffer était lié à la corruption ambiante dans la filière café-cacao. Oui mais voilà ! De nouvelles pistes sont évoquées (au moins quatre) dont la plus importante est la Guinée-Bissau. D'ailleurs, "l'éléphant déchaîné" arrive à la conclusion :  "Enfin Guy André Kieffer (GAK) travaillait sur le paiement des salaires, par le régime Gbagbo, à hauteur de 1,5 milliard de FCFA, des fonctionnaires de la Guinée Bissau, en mars 2004. « L’Eléphant» est en mesure d’affirmer aujourd’hui que c’est cette dernière enquête dont beaucoup de confrères ont déjà parlé, qui a emporté le journaliste." Une sombre histoire de 18 millions de dollars, donnés par un pays exsangue à un pays voisin, pour payer les salaires de ses fonctionnaires. On croit rêver. Et celle-ci arrive le jour où Dominique de Villepin, ministre des affaires étrangères, délègue à Abidjan ses deux "spécialistes" de l'Afrique, Nathalie Delapalme et Bruno Joubert. Curieux, au point qu'on se demande si cette affaire n'est pas franco-française, et n'aurait rien à voir avec la Côte d'Ivoire. A ce titre, il serait intéressant de savoir d'où venaient ces 18 millions de dollars : de l'Etat français ? du trafic d'armes ? ou d'autres filières encore ?

kieffer4

La thèse de l'assassinat commandité par Simone Gbagbo est de plus en plus mise à mal. Quand bien même aujourd'hui, pour des raisons d'opportunité le régime Ouattara la maintient derrière les barreaux. Il est vrai que le beau-frère de la première dame, Michel Legré, qui devait rencontrer Kieffer le jour de son enlèvement est aujourd'hui décédé et ne témoignera plus. L'article de "l'éléphant déchaîné" conclut par ailleurs : "Pourquoi avec toutes les informations très précises et très rapidement obtenues, les autorités françaises, notamment celles du Quai d’Orsay, ont-elles fait preuve d’une incroyable mollesse dans le traitement du dossier de la disparition de Guy André Kieffer?" Plus d'éclaircissements dans un prochain numéro.

kieffer5

Posté par jl boehler à 00:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,