lundi 11 février 2019

Au CD 67, on a tenu compte de mon blog

J'avais dit il y a un mois, à propos de la publication devenue régulière depuis un certain temps, que, dans le nouveau canton de Mutzig/Villé, notre vallée était peu servie. Il a suffi que je le dise pour que, dans le catalogue de distribution des subventions, la vallée soit mieux servie. Comme, depuis décembre, la commission permanente ne semble pas avoir siégé, il devait s'agir d'un simple oubli qui vient donc d'être rectifié. Sinon, il faudra définitivement croire que ce sont les absences de notre représentante qui profitent à la vallée. Mais, au fait, pourquoi tous les citoyens du canton ne reçoivent-ils pas cet intéressant document ? Resterait-il bloqué dans certaines mairies ?

lettre1

lettre2

Posté par jl boehler à 04:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 9 février 2019

Les absences de la comtesse

Y a-t-il des pauvres dans la vallée de Villé ?

pauvres4

La dernière séance plénière du conseil départemental 67 a eu lieu lundi 4 février, avec deux points à l'ordre du jour :

- Vote pour une collectivité européenne d'Alsace.

- Démarche de lutte contre la pauvreté.

Une fois de plus, la conseillère départementale de la vallée a brillé par son absence. Si l'on peut comprendre aisément que le premier point dépasse largement son niveau politique, on peut se poser des questions quant à sa conception de la représentation pour le deuxième : n'y aurait-il plus de pauvres dans la vallée ?  Ou notre élue ne serait-elle plus que la conseillère des riches, un peu comme notre président de la république qui apparaît lui aussi comme le représentant des riches, voire des très riches ?

Après sa "glorieuse prestation" lors de la réunion de bilan à mi-mandat, on aurait pu envisager qu'elle se ressaisisse dans l'enceinte strasbourgeoise du CD. Hélas, elle est restée au niveau de ses présences aux réunions à mi-mandat : présente de corps à Villé (mais pas d'esprit), absente à Saâles, Schirmeck et Muzig ! Avec une présence sur quatre, elle est devenue "madame 25%" ! Mais peut-être ne touche-t-elle que le 1/4 de son indemnité ?

  • Ci-dessous : extrait du PV de la réunion plénière du 4 février 2019.

pauvres

vill_

schirmeck

mutzig

Posté par jl boehler à 10:21 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 1 février 2019

Très haut débit en Grand Est (fibre optique) : où en est-on ?

Des réunions d’information pour les habitants ?

fibre1

Voilà l'information publiée en date du 31/1/2019 qu'on trouve sur le site officiel de la région Grand Est :

L’ouverture commerciale du réseau très haut débit Rosace se poursuit sur le territoire alsacien, dans le cadre du plan Très Haut Débit initié par la Région Grand Est et les Départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin.

Des réunions publiques d’informations se tiendront  :

dans le Haut-Rhin :

  • Muespach-le-Haut – Salle Polyvalente – rue du stade –  le mercredi 6 février à 19h00 pour les habitants de Knoeringue et Muespach-le-Haut.
  • Hausgauen – Salle communale – Le Thalbach – 3, rue du vignoble – le jeudi 7 février à 19h00 pour les habitants de Hausgauen, Hundsbach et Willer.
  •  Raedersheim – Salle Polyvalente – 12, rue de Merxheim – le mercredi 27 février  à 19h00 pour les habitants de Raedersheim.

dans le Bas-Rhin :

  • Wimmenau – Salle Polyvalente – rue du stade – le lundi 4 février à 19h00 pour les habitants des communes de Bosselhausen, Buswiller, Kirrwiller, Ringendorf, Printzheim et Wimmenau.
  • Mittelschaefffolsheim – Salle communale – 7, rue principale – le mardi 5 février à 19h00 pour les habitants de Olwisheim et Mittelschaeffolsheim.

Ces réunions publiques permettront d’informer les habitants et les professionnels sur les modalités de raccordement de leurs logements ou entreprises à la fibre optique et de présenter les offres des différents fournisseurs d’accès internet. A ce jour, le réseau Rosace permet l’accès aux offres de 9 FAI (Fournisseur d’accès à Internet) grand public et de 15 FAI destinés aux professionnels. Organisées conjointement par l'entreprise Rosace et chaque maire, elles associeront les représentants de la Région Grand Est, de chaque Département et de l’EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale), s’il cofinance le projet. D’autres réunions seront organisées au fur et à mesure de l’achèvement des travaux de connexion des villages alsaciens.

Et dans la vallée de Villé ?

Annoncée depuis 2013, la fibre optique n'a pas encore été réalisée ! Même si l'entreprise Rosace effectue actuellement quelques travaux préparatoires. Pour la commercialisation, on repassera !

A noter que les premières réunions publiques ont lieu à Wimmenau, là où habite l'ancien président du Conseil Général, puis du Conseil Régional, Philippe Richert, une chose expliquant très certainement l'autre. Dans le Val de Villé aucune réunion d'information ne semble encore prévue. On a les élus qu'on mérite, avec les résultats que l'on constate ! Même lors de la dernière réunion publique de nos élus départementaux, le sujet n'a pas été abordé.

Posté par jl boehler à 00:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 18 janvier 2019

Suite du débat avec nos conseillers départementaux

Après la "fameuse réunion très houleuse concernant l'accueil de migrants à l'ancienne gendarmerie de Villé" de novembre 2017, j'ai tenu à revenir sur un sujet : l'accueil des "mineurs étrangers isolés". Voici d'ailleurs le sujet tel que je l'avais traité il y a quelque temps :

Dans la banlieue strasbourgeoise, un vieux château accueille des enfants isolés migrants.

ch_teau1

Le Château d'Angleterre, au nord de Strasbourg, en pleine campagne, un vieux manoir qui servait déjà de pavillon de chasse aux nobles exilés d'Angleterre. Depuis 1909, il est devenu une dépendance de l'orphelinat du Neuhof (autre œuvre sociale de Strasbourg). Il est alors réservé aux « mauvais garçons » et sert de maison de correction. Aujourd'hui, il accueille trois types de jeunes de 13 à 21 ans : des jeunes ayant une vie familiale difficile, placés par un juge pour enfants, des jeunes délinquants et des « mineurs étrangers isolés » ayant perdu leurs parents en cours de migration.

« L'EEP assure depuis 1949 une mission de protection de l'enfance pour des mineurs en situation de danger. La structure peut accueillir, 36 adolescents en internat, 24 en accueil de jour et accompagner 4 adolescent en placement à domicile. Ils sont âgés de 13 à 21 ans et sont confiés soit par ordonnance du juge des enfants, soit par le Service de protection de l’enfance. Il est aussi conventionné pour l’accueil de 50 Mineurs Non Accompagnés et 50 Jeunes Majeurs hébergés en appartements collectifs extérieurs. »

CER_Kreutzweg

En ce moment, l'association accueille 32 jeunes migrants, dans ses différentes structures (3 centres dont le Château d'Angleterre Bischheim, un centre à Breitenbach-Kreutzweg et un autre à Urbeis-Climont). J'ai pu en rencontrer quelques-uns : afghans, pakistanais, soudanais, ivoiriens ou sénégalais.

Le directeur de l'accueil m'a indiqué : « Tous ces jeunes que nous recevons sont en grand désarroi. Ils vivent un conflit intérieur, entre leur attachement à leur pays d’origine, leur famille, et l’avenir qu’ils peuvent avoir en France. Parfois ils ont été envoyés là par leurs proches, parfois ils ont fui un conflit… Ils n’ont pas choisi d’être sur cette route et ils ont tous vécu des histoires traumatisantes pour leur âge. C’est pourquoi nous avons dans notre équipe une psychologue et que la première étape de l’accueil commence par un point de leur situation personnelle. Ensuite, nous les aidons à se scolariser, à disposer de papiers en règles, à parler français, etc. Nous stoppons leur migration, et avec un peu de chance, ils se taillent un avenir en France. Ainsi, nous avons un jeune apprenti, qui sera très probablement embauché par la SNCF. »

J'ai moi-même pu discuter avec certains. L'un des jeunes ivoiriens, 16 ans aujourd'hui, m'indique que sa famille a quitté Bouaké en 2010, lors de la crise post-électorale. Ils ont passé par le Burkina-Faso, le Niger, la Libye, où le père a disparu (certainement vendu comme esclave). La maman, avec ses 3 enfants, est partie vers les Balkans, avant de disparaître en Méditerranée. Il est le seul survivant. Il est arrivé en Allemagne en 2015, où il a pu faire une demande de réfugié, qui n'a pas abouti. Il est parti il y a 3 mois vers Strasbourg avec deux de ses camarades africains, mais il s'est fait « ramasser » par la police qui l'a acheminé vers ce château d'Angleterre. Il aimerait aller à Paris où il a de la famille (un oncle et des cousins). Mais l'administration lui refuse ce déplacement.

Ici, il est un peu perdu. Certes il parle parfaitement le français, et il participe à un atelier de menuiserie. Mais les autorités veulent le renvoyer en Côte d'Ivoire où il ne connaît plus personne. Son pays n'est plus en guerre, l'administration française le classe en « réfugié économique », donc « expulsable ». Cette même administration se réfugie aussi, selon le directeur, derrière la législation européenne : « On ne peut faire une demande de réfugié, or ces jeunes ont déjà déposé une requête en Allemagne. » Après la perfide Albion, voilà la perfide Europe ! A Calais, elle empêche d'aller en Angleterre les anglophones d'Afghanistan, du Pakistan, de Syrie, et le long de la frontière allemande, elle interdit aux francophones d'Afrique de l'Ouest, si chère aux Bolloré, Bouygues ou Vinci, de se rendre en France !

climont

Et lorsqu'ils ne sont pas rejetés, ils sont intégrés dans des « centres de rééducation » réservés normalement aux jeunes délinquants. Ils sont mis à disposition de municipalités où ils doivent travailler dur, dans les travaux forestiers ou agricoles, punis bien qu'innocents. Alors beaucoup de ces jeunes, conduits ici par la police, surtout pendant les week-ends, se restaurent, se reposent, puis repartent à l'aventure. Certains retournent bien malgré eux du côté allemand du Rhin, car au moins ils peuvent travailler et gagner quelque argent. Même si ce ne sont que des « Eurojobs » (payés 1 € par heure) et des emplois très précaires. Et il se chuchote de plus en plus que la nouvelle « loi Macron » concernant les migrations, devrait permettre de jeter en prison les jeunes mineurs. 

Ci-dessous : extrait du journal "L'Alsace" du 18/4/2018.

mineurs1

Lors du débat de lundi, Mr. Bierry a pu apporter des précisions : le département cherche de plus en plus des familles d'accueil pour ces jeunes. Alors que normalement, pour des enfants placés le département doit dépenser 90 €/jour, l'Etat ne fournit pour les jeunes migrants que 300 €/mois. D'où certaines difficultés. Cependant, Mr. Bierry relève un côté positif : la plupart de ces jeunes cherche à s'intégrer positivement. L'échange sur ce sujet a été des plus intéressants.

Posté par jl boehler à 05:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 17 janvier 2019

A propos des zones de montagne

Question posée le 14 janvier à la conseillère départementale Frédérique Mozziconacci, membre du comité du massif vosgien, vice-présidente de la commission permanente de ce comité.

9782858153824_cg

Lors de la réunion publique de bilan à la mi-mandat des conseillers départementaux, j'ai posé directement une question concernant les zones de montagne (c'est la seule fois de la soirée où elle pris la parole alors qu'elle était co-organisatrice de la soirée.

Question : De nombreux secteurs de montagne sont liés à des bassins d'emploi, voire à des bassins de vie, c'est le cas de la vallée de Villé et de la vallée de la Bruche. Il est donc étonnant de constater que dans ces cas la moitié des communes sont classés en zone de montagne, alors dans de nombreux domaines les problèmes sont les mêmes, notamment en matière d'agriculture, d'exploitation forestière ou de vie scolaire. Où sont par exemple les différences entre Neubois qui n'est pas en zone de montagne et Albé qui l'est ? Peut-on continuer à se référer à des courbes de niveau pour décréter qu'une commune est en zone de montagne ? Quelle est votre position sur ce sujet ?

Réponse : Mme la conseillère répète la question et en prend note. Aucune réponse claire.

La volonté politique pour  obtenir satisfaction ne semble pas forte, tout comme la connaissance des dossiers de la montagne. C'est tout ce qui ressort de cette discussion. Pas même une impression sur les réunions nationales auxquelles elle a assisté et où les élus "montagnes vieilles" pauvres et "montagnes jeunes" riches par les stations de ski, se sont affrontés une fois de plus.

d_bat

 

  • Bientôt la prochaine question : la politique sociale en faveur des jeunes migrants.

mercredi 16 janvier 2019

Quand nos conseillers départementaux dialoguent avec les électeurs ...

L'animation par Frédéric Bierry

bierry

Un discours bien rodé devant une salle pleine d'une petite centaine de personnes, du président du Conseil Départemental Frédéric Bierry dit "Fredo" du côté de la Bruche, qui est avec Frédérique Mozziconacci, l'élu de notre canton Mutzig-Villé. D'emblée il donne le ton : le bilan à mi-mandat c'est avant-tout le point sur les compétences du département, et l'Alsace (ou plutôt la fusion des deux départements 67 et 68). 

Il aborde aussi deux des questions que je lui avais envoyées par sa page facebook, sans toutefois les développer. J'y suis donc revenu et je publierai les échanges dans des billets à venir. 

D'ailleurs, il a tenu à répondre lui-même aux questions de la salle, ne laissant à sa collègue qu'un léger rôle de comparse, qui se tenait debout, un peu raide, comme une triste statue, sur le côté de la table présidentielle.

statue

Pour l'obliger à sortir de sa réserve, je lui ai adressé une question de sa compétence sur les zones de montagne (elle est devenue récemment vice-présidente de la commission permanente du comité de massif), mais à ma grande surprise, elle n'a pu que répéter ma question. Pourtant j'avais annoncé la question sur la page facebook du président Bierry, elle aurait pu préparer une réponse argumentée. Rien de tout cela. On comprend mieux pourquoi sa démission d'adjointe au maire de Villé est passée inaperçue.  Aucune indication sur les travaux du comité de massif, de l'ANEM (association nationale des élus de montagne) ou sur l'AMV (association des élus du massif vosgien). Elle n'était effectivement là que pour apporter un soutien moral à son président. Soutien moral dont il n'avait évidemment que faire.

J'ai donc posé deux questions au président Bierry : la RN 59 et une question sur l'une des compétences du département, le volet social, à travers les actions menées pour les jeunes migrants (mineurs non accompagnés). Je reviendrai sur ces questions dans mes prochains posts.

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 25 décembre 2018

Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

Comcom du val de Villé : débat sur les taxes & redevances !

frantzele

A trois jours des fêtes de Noël, la comcom débat non sur des taxes, plus exactement sur "la redevance sur le coût des ordures !" Visiblement, il y a des élus qui ont capté le message des "gilets jaunes", notamment le maire de Villé André Frantz, président de l'association des maires de la vallée. Il lui revenait donc de lancer le débat, ce qu'il a fait ! Assez des taxes ! on a déjà augmenté ! on ne veut plus de ça, sinon, comme le député pyrénéen Lassalle, il risque d'enfiler un gilet jaune très citron. Et sept conseillers communautaires l'ont suivi dans le vote, un record !

Oui, mais voilà, le hic ! Dans leur commune, les maires ont souvent eu un tout autre discours quant aux taxes. En effet, huit municipalités n'ont pas entendu ce qu'a dit le président Macron : suppression de la taxe d'habitation. Et elles ont augmenté cette fameuse TH pourtant promise à la disparition. Et Villé figure sur le "podium des hausseurs de taxes" en deuxième position :

1) Neuve-Eglise (+ 4,99 %)

2) Villé (+ 2,99 %)

3) Urbeis (+ 2,52 %)

Gilets jaunes, vous avez du boulot dans cette vallée ! Inutile d'aller bloquer chez Eugène à Sélestat, ça débloque à pleins tubes ici. Quant au maire de Villé, n'écoutez pas son message "clair et net" à la comcom ! C'est du pipeau ! 

podium

Et malgré tout, Joyeux Noël à tous les lecteurs de ce blog !

(J'enverrai une carte de voeux aux rares élus qui n'y viennent jamais)

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 22 décembre 2018

Le père Noël dépose de nombreux cadeaux dans la vallée de la Bruche, peu dans le Val de Villé.

Et voilà, après le "catalogue des 3 Suisses" du mois de novembre, notre tandem de conseillers départementaux fait paraître le "catalogue de la déroute" pour Noël. Plus que 1641 € pour le Val de Villé (pour une excursion de nos collégiens dans la vallée de ... la Bruche) et tout le reste des cadeaux distribués trouve preneur de l'autre côté du col de Steige. Merci Père Noël des vallées pour cette généreuse répartition.  

Espérons que le maire de Villé (président de l'association des maires du val de Villé) et le président de la comcom ne vont pas se battre pour savoir s'il faut joindre cette feuille de chou au Villé-infos de Pâques ou Trinité 2019, ou au comcom info qui restera bloqué dans l'une ou l'autre mairie. Mais, on peut quand même garder l'espoir qu'ils seront assez galants pour ne pas laisser notre conseillère départementale distribuer toute seule son bulletin dans les 18 villages de la vallée, et penseront au moins à l'accompagner dans son pélerinage.

canton

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 15 décembre 2018

La commission permanente du conseil départemental s'est réunie.

Ce qui concerne notre canton Mutzig - Villé !

bierry

Au mois de novembre, notre tandem de conseillers Bierry - Mozziconaci avait informé à travers un bulletin recto + 1/2 verso quelques citoyens du catalogue d'aides obtenues par le canton (et ceci malgré l'absence à la réunion de notre conseillère villoise). Ce mois-ci, la commission permanente s'est réunie lundi 10 décembre. Et, un grand bravo à notre conseillère qui a brillé par sa présence !

Pourtant un seul point concernait notre canton : le chalet du Champ du Feu. Inutile donc que le duo dépense l'argent à imprimer un tract ! Je fais paraître la délibération intégrale et ce sera plus lu qu'un papier distribué parcimonieusement.

"Tous les Conseillers départementaux sont présents à l'exception de Mme Françoise Buffet (ayant donné pouvoir à M. Nicolas Matt), Mme Martine Jung (ayant donné pouvoir à M.Eric Elkouby), M. Etienne Wolf (ayant donné pouvoir à Mme Christiane Wolfhugel), excusés, ainsi que MM. Mathieu Cahn et Bernard Fischer, absents.

N° CP/2018/405 - 62010 - Soutien au développement touristique. Proposition d'attribution d'une subvention à l'Office du Tourisme de la VALLEE DE LA BRUCHE pour l'ouverture et l'animation du chalet du CHAMP DU FEU lors de la saison touristique estivale 2018. La Commission Permanente du Conseil Départemental, statuant par délégation et sur proposition de son président, décide d'attribuer une subvention de 2 327,98 € à l'Office du Tourisme de la Vallée de la Bruche pour l'ouverture et l'animation du chalet du Champ du Feu pendant six jours lors de la saison touristique estivale 2018. Adopté à l'unanimité."

- Prochaine réunion de la Commission permanente : lundi, 7 janvier 2019 à 9 h à l'hôtel du département.

chalet

Posté par jl boehler à 00:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 19 novembre 2018

Réunion publique : le SMICTOM invite

A propos des biodéchets !

Jeudi 22.11 à 19h30 aura lieu à Villé à la salle festive (école primaire) une concertation citoyenne sur le projet de collecte des biodéchets que le Smictom mettra en œuvre sur le territoire d’Alsace Centrale au courant du 2ème semestre 2019. D’autres concertations ont déjà eu lieu (Châtenois, Sainte-Croix-aux-Mines, Rhinau) ou sont à venir (Barr le 20.11, Marckolsheim le 23.11).

C’est un projet ambitieux, qui avait été présenté lors des journées « Objectif terre » fin septembre à la Bibliothèque Humaniste et aux Jardins du Giessen, projet qui vise à restituer à nos sols un compost de qualité compatible avec le cahier des charges de l’agriculture biologique.

biod_chets

Posté par jl boehler à 00:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :