mardi 12 juillet 2022

Maisonsgoutte et la comcom

Enfin, la zone artisanale de Maisonsgoutte se vend ! C'est ce qui ressort du dernier compte-rendu du comité directeur de la comcom. A lire l'article de presse :

Maisonsgoutte1

Maisonsgoutte2

Maisonsgoutte3

Maisonsgoutte4(article DNA - Vivien Montag)

NB : On aurait pu croire que tout le monde allait se montrer satisfait de l'avancée. Hélas, la petite guerre entre le président de la comcom et le maire de Maisonsgoutte ne semble pas éteinte, le premier magistrat reprochant au président qu'il n'ait "pas son mot à dire". Affaire d'autant plus étonnante qu'à Villé, la même semaine, à propos de l'aménagement en parc du stade, le maire, qui est aussi vice-président de la comcom, osait affirmer que "la comcom doit payer, mais c'est nous qui décidons". Deux poids, deux mesures, dans la vallée on commence à avoir l'habitude.

Posté par jl boehler à 07:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 9 avril 2022

épidémie de grippe A en Nouvelle-Calédonie

Après le Covid, c’est une autre épidémie qui sévit actuellement sur le territoire : la grippe A. Le virus se propage assez rapidement sur l’ensemble des îles.

noum_aDouleurs articulaires, problèmes respiratoires, nez qui coule, fièvre, une énorme fatigue, ce sont là quelques symptômes de la grippe A.
" Vous avez un symptôme grippal, vous allez consulter votre médecin déjà parce qu’il faut vérifier en fonction des facteurs de risque si la personne est à risque de forme grave ou pas" explique le Dr Sylvie Laumond,  chef du service de santé publique à la Dass. "Ensuite vous respectez les gestes barrières. Les enfants, quand ils sont à l’école et qu’ils ont de la fièvre, et qu’ils toussent, et qu’ils ont des syndromes respiratoires, les parents les gardent à la maison jusqu’à ce qu’ils n’aient plus de symptômes".

Une population fragilisée

La grippe A a été identifiée le 4 mars sur le territoire. Deux semaines plus tard, les consultations pour les problèmes respiratoires ont augmenté de 22%. Des types de grippe, c’est la plus virulente et la plus contagieuse. Et les personnes fragilisées sont plus susceptibles de l’attraper.
" Quand on a déjà eu une infection, par exemple si on a eu la Covid il y a quelques temps et qu’il y a le virus de la grippe qui passe, notre immunité réagit moins bien que si on avait à faire face qu’à une seule infection à la fois" poursuit le Dr Laumond.

Traiter les personnes vulnérables

Contre la grippe, il n’y a pas de traitement spécifique, sauf pour les personnes vulnérables. " Il y a un traitement qui est recommandé pour les gens qui ont des facteurs de risque. Dans les 48 heures où il y a l’apparition des symptômes, on peut leur donner ce traitement et on a fait un courrier en ce sens la semaine dernière aux médecins pour justement diminuer la sévérité de la maladie et pour diminuer aussi sa transmissibilité" souligne le Dr Laumond. Renseignez-vous auprès de votre médecin traitant si vous êtes à risque.

Le vaccin attendu courant avril

Le virus a commencé sa propagation à Lifou. Un millier de personnes l’ont déjà attrapé aux Loyauté. Selon la Dass, Fidji subirait la même épidémie que nous. Nos deux territoires présentent le même génome. 
Le vaccin spécial hémisphère Sud devrait arriver courant avril.(selon "france.info")

noum_a2

Posté par jl boehler à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 18 décembre 2021

Bientôt du rififi à la comcom ?

Une opposition se réveille... à propos des FTV !

FTV1Il fallait s'y attendre. Alors que le président de la comcom annonce "des dossiers bien ficelés", des membres évoquent des manques budgétaires pour le dossier le plus important de la mandature, à savoir les FTV !

Grave ! Visiblement même l'état des finances n'est pas connue de tous les membres !  Et l'opposition incarnée par le maire de Saint-Maurice le relève : ce manque empêche les conseillers communautaires "de mieux prendre part aux choix".

Le décor est planté. Quant aux FTV fermés depuis 20 ans, l'huile vidangée des vieilles machines continue à couler allègrement dans le Giessen. A se demander à quoi servent les passes à poissons si chères au président précédent. Le dossier FTV n'est pas seulement financier, mais aussi environnemental, et il n'y a pas nécessité d'être un grand expert pour le voir. Quant au repeuplement en saumons dans ces conditions, cela relève de l'utopie.

FTV2

comcom(extrait des DNA du 14/12/21)

Posté par jl boehler à 04:04 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 30 avril 2021

Les pratiques du confinement chez des élus

Lu dans la presse locale

pot

À la communauté de communes des Portes de Rosheim, on tient à conserver les traditions, contre vents et marées. Alors que bon nombre d’intercommunalités ont purement et simplement annulé les pots qui clôturent les conseils communautaires en raison de la crise sanitaire et des consignes de prudence des autorités, les élus de cette comcom – ils sont 31 au total - continuent de partager le verre de l’amitié et quelques encas à l’issue des assemblées, comme si de rien n’était.

Ce fut le cas (pour ne parler que de l'année 2021), le 9 mars à l’Espace du Vallon à Griesheim mais aussi le 13 avril, au complexe sportif et culturel de Bischoffsheim, quelques jours après le début du troisième confinement.

Des citoyens ayant eu vent de ces agapes se demandent si les élus montrent vraiment le bon exemple. 

Posté par jl boehler à 07:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 3 janvier 2021

Val de Villé et collectivité européenne d'Alsace

Le Val de Villé existe-t-il encore ?

bihlEt voilà, le Haut-Rhin et le Bas-Rhin ont disparu, administrativement ! Bel avantage pour les ex-haut-rhinois qui ne subiront ainsi pas le couvre-feu dès 18 heures, pour cause de covide-19. Pourtant le Landgraben était le seul obstacle capable d'arrêter le coronavirus. Et bien tant pis, la gloire des Rottner, Klinkert et Bierry passe avant l'état sanitaire des Alsaciens.

Quant au Val de Villé, qui n'était déjà plus représenté dans l'instance bas-rhinoise depuis la fugue dans les Pyrénées ariégeoises de notre ex-conseillère départementale villoise Mozziconacci, ont aurait pu penser que notre cher ami président Bierry allait profiter de l'occasion pour intégrer la vallée dans un ensemble plus cohérent que l'ex-canton de Mutzig.

Et bien, il n'en est rien. Voilà que Villé et sa vallée, avec le Centre-Alsace, vont se retrouver avec un responsable vice-président, le vétéran maire de Bergheim, ex-vice-président du Haut-Rhin, Pierre Biehl. Très certainement il viendra collecter les voix de quelques élus et maires à l'approche des sénatoriales, où ce haut responsable compte peut-être bien trouver un siège bien mérité pour s'y reposer.

Même le vaillant sélestadien Marcel Bauer ("Sella" pour les intimes) n'a pu s'imposer au duo Klinkert-Bierry qui avait tout régencé à l'avance ! En tous cas, merci Fredo,  les électeurs du Val de Villé t'attendent ... en juin  2021. En attendant, Villé et sa vallée, c'est le Brexit alsacien !

Posté par jl boehler à 00:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 7 octobre 2020

Vosges – Le Département s’intéresse à la bioénergie

Utiliser les accotements routiers pour produire du biogaz, le Conseil départemental y réfléchit depuis 2018. Une expérimentation à plus grande échelle est actuellement en cours et se poursuivra en 2021. Explications.

vosgesDepuis 2018, le Conseil départemental des Vosges cherche à valoriser la biomasse du bord des routes pour alimenter les unités de méthanisation du territoire, avec comme objectif de produire du biogaz. Chaque année, le Conseil départemental entretient près de 5000 kms d’accotements routiers, ce qui représente des quantités non négligeables de matière organique. On estime que plus de 10 000 tonnes de biomasses sont ainsi fauchés !

Pour récupérer cette « bioénergie », qui n’est d’autre que de l’énergie solaire stockée sous forme de carbone dans de la matière vivante, en l’occurrence de l’herbe, une faucheuse spéciale est nécessaire. L’outil, développé par la société Lorraine Norremat, aspire littéralement les résidus de tonte. L’herbe ainsi récupérée est stockée dans une benne située à l’arrière de la faucheuse. Une fois la remplie, la benne est débarrassée d’éventuels déchets (cannette, plastique, verre, mégots), et transportée dans l’une des 40 unités de méthanisation du département. Elle est vidée dans les digesteurs, sorte de « grosse marmite verte » que l’on peut apercevoir lorsque l’on parcourt la campagne… Une fois l’herbe « digérée » et décomposée, on récupère du gaz et de la chaleur. On peut ainsi chauffer des bâtiments, utiliser le gaz comme combustible ou pour produire de l’électricité.

L’expérimentation en cours fait l’objet d’un suivi chiffré, comparatif et précis pour évaluer le coût et les gains de l’opération globale. On sait déjà que récupérer la matière organique permet de réduire les coûts de curage des fossés.

L’opération est financée et soutenue par l’Agence Française de la transition écologique (ADEME) à hauteur de 88 585 € pour une opération totale de 117 750 €. A noter que d’autres départements (Bas-Rhin, Saône et Loire) réfléchissent à mettre en œuvre cette action qui pourra être dupliquée et un réseau collaboratif et d’échanges d’expériences pourrait voir le jour.  (selon Vosgesmag)

Posté par jl boehler à 02:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 1 mai 2020

Grand Est : vol d’identité pour une arnaque aux masques

Le groupe pharmaceutique rémois Creapharm a déposé plainte contre X pour usurpation d’identité après que des escrocs aient utilisé son logo pour monter une arnaque aux masques et au gel, a indiqué sa direction jeudi.

00000« Ce sont des pharmaciens qui nous ont prévenus dès lundi », a expliqué la directrice marketing Sophie Lafon-Rouquier, confirmant une information de France Info et BFMTV.

Les auteurs de l’arnaque ont emprunté le nom, le logo et l’adresse du groupe et imité ses bons de commande pour proposer par fax aux officines masques, gel, lingettes et surchaussures à des tarifs très compétitifs dans un délai de livraison de trois à six jours.

La plainte a été déposée mardi, 29 avril.

« C’était plutôt bien fait », a commenté la directrice marketing. Cependant, quelques détails n’ont pas manqué d’alerter les professionnels comme le numéro d’IBAN (International Banking Account Number) domicilié au Royaume-Uni ou la mention mal orthographiée « votre commande sera parti (sic) lorsque nous recevrons la preuve de virement ».

Assez étonnement, l'information a été rendue publique en premier par "Le quotidien du Luxembourg"  !

Posté par jl boehler à 03:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 21 février 2020

Le Grand-Est ne fait pas assez de bébés

Peu de naissances, peu d’apports de populations, la démographie du Grand Est poursuit sa lente dégringolade. Selon l’Insee, au 1er  janvier 2019, la grande région comptait 13 100 habitants de moins qu’à la même période de 2018. Une dégradation douce, mais obtuse.

b_b_

Au boulot ! Le Grand Est ne fait pas assez de bébés et n’attire pas suffisamment de candidats à l’installation. Conséquence, l’action croisée de ces deux phénomènes fait que la population baisse et vieillit d’année en année. La dernière note de conjoncture de l’Insee sur l’évolution de la démographique en région Grand Est de 2007 à 2017 l’avait déjà révélé en décembre dernier, la dégradation démographique est continue. L’Institut national de la statistique vient de confirmer cette tendance.

Selon sa dernière étude, au 1er janvier 2019, le Grand Est comptait 5 525 300 habitants, soit 13 100 de moins qu’à la même période de 2018. Le vaste territoire qui va de Reims à Strasbourg en passant par Nancy, Metz, Verdun et Épinal rassemble 8,5 % de la population de la métropole. La diminution sur un an est de -0,24 %, alors que dans le même temps, la population française progressait de +0.13 %.

L’Insee note tout de même une évolution positive depuis 2008 : « En dix ans, le Grand Est a gagné 17 000 habitants, soit + 0,03 % par an en moyenne, pour + 0,41 % en métropole », mais constate que cette croissance demeure faible par rapport aux autres régions françaises.

L’Alsace épargnée

Le Grand Est occupe, en effet, la dernière place derrière la Bourgogne Franche-Comté. La démographie est tirée vers le bas par les départements qui désertifient.

« La population augmente ou se stabilise dans les départements les plus densément peuplés, tandis qu’elle diminue fortement dans les plus ruraux », observe l’Insee. Haute-Marne, Ardennes, Meuse et Vosges sont pris dans une spirale descendante. « Ils perdent entre 0,41 % et 0,72 % de leurs habitants chaque année depuis 2008 », indique l’Insee. Le contraste est marqué entre les départements alsaciens, qui conservent une dynamique forte liée en partie à leur attractivité et à leur robustesse économique, et leurs voisins. « Seuls les départements alsaciens (Haut-Rhin et Bas-Rhin) et l’Aube gagnent des habitants sur dix ans (entre + 0,24 % et + 0,34 % par an) », souligne l’Insee. Par ailleurs, la stagnation de la natalité conjuguée à une hausse de la mortalité fait que le « solde naturel s’amenuise ». N’étant pas aidée par l’implantation de nouveaux résidents, la démographie fléchit ainsi depuis une dizaine d’années.

Une région peu féconde

Autre répercussion de ce déficit des naissances, le vieillissement de la population. Une population qui ne se renouvelle pas ou peu, prend de l’âge et décline naturellement. Le problème est général en France, mais plus saillant en Grand Est. Ce qui l’est tout autant, c’est la baisse de la natalité. Il est dû à deux principaux facteurs, selon l’Insee : un, le vieillissement de la population, rapport de causalité ; deux, la faible fécondité des femmes.

La région est, en effet, la moins de féconde de France. Elle se situe derrière la Corse et la Nouvelle Aquitaine avec 1,71 enfant par femme en 2018, contre 1,84 en France métropolitaine. « Avec 10,1 naissances pour 1 000 habitants, le taux de natalité se stabilise à son plus bas niveau depuis 1975, un point en dessous du niveau national », pointe l’Insee qui ajoute : « Dans le Grand Est, 41 % des femmes ont entre 15 et 49 ans, soit 5 points de moins qu’il y a dix ans. Leur nombre se réduit plus fortement dans la région qu’en France métropolitaine. » Depuis 2015, cette caractéristique fait perdre 500 naissances par an à la grande région.

Thierry Fedrigo (Le quotidien du Luxembourg)

Posté par jl boehler à 00:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 12 février 2020

La "lettre du canton" est de retour

Après un mois de janvier aux voeux sans cadeaux, voilà que la lettre du canton est de retour ! Combien de voyages "Bas-Rhin - Ariège" l' "Air Force One" du président Bierry a-t-il dû effectuer pour mettre au point la liste des cadeaux à distribuer ?

A noter une petite erreur du président Fredo : le 10 février était réservé à une séance plénière et non à une commission permanente. L'erreur est humaine surtout pour un président qui doit pallier les trop nombreuses absences de sa binôme gravement malade.

canton1

canton2

Posté par jl boehler à 00:33 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

mardi 19 novembre 2019

Absences et procurations au Conseil Départemental 67

Une comptabilité édifiante !

mozzi

En ce mois de novembre 2019 déjà bien entamé, le Conseil départemental vient de publier ses premiers comptes-rendus (séance plénière et commissions) depuis les vacances d'été.

Il fallait s'y attendre, la conseillère départementale de Villé, qui n'habite plus la commune où elle est aussi conseillère municipale, qui n'habite plus dans son canton de Mutzig-Villé et qui n'habite même plus dans son département (elle a déménagé dans un hameau au pied des Pyrénées ariégeoises, non loin d'une ancienne forteresse cathare), n'a pas pointé présente une seule fois !

Par contre, le président Bierry a bénéficié de 21 procurations de sa part ! Lui aurait-elle écrit à chaque convocation ? ou le président a-t-il d'avance un stock de formulaires qu'il suffit de dater ? En tous cas, voilà qui ne fait pas très sérieux !

absences

Mais il y a pire ! Voilà que cette chère conseillère "partie à l'autre bout de l'hexagone", absente de toute réunion depuis belle lurette, obtient de représenter l'assemblée départementale au sein de divers organismes ! On croit rêver ! Franchement, cher Fredo, tu exagères ! Tu sais très bien que Frédérique Mozziconacci ne viendra pas siéger dans ces réunions où le Conseil Départemental ne sera donc pas représenté !

commission_permanente

Au dernières nouvelles, le président Bierry aurait-il décidé d'organiser certaines réunions du CD67 au château de Montségur au lieu du Haut-Koenigsbourg ?

monts_gurIl reste très lamentable aussi que le président Frédéric Bierry cosigne avec la grande absente son bulletin cantonal même s'il est envoyé avec parcimonie aux citoyens du canton (y aurait-il des citoyens de première zone et d'autres de deuxième zone à ignorer ?). Et à part poser pour une photo en début de mandat, qu'a donc fait la conseillère fantôme Frédérique Mozziconacci ?

bierry1

bierry2Et toute cette liste de subventions accordées, ne peut-on y lire une façon hypocrite d'empêcher les élus de réclamer trop fort la collègue disparue ? Mais peut-être reviendra-t-elle le moment venu incognito déguisée en Père Noël pour distribuer tous ces chèques ?

Posté par jl boehler à 00:19 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,