vendredi 24 mai 2019

Molsheim : le député LREM Michels chahuté

Les gilets jaunes arrivent à la réunion publique.

molsheim_le_depute_lrem_thierry_michels_face_aux_gilets_jaunes_1558470893

Qui redoute les réunions politiques par trop consensuelles aurait dû venir mardi soir à la Monnaie à Molsheim. Dans la salle de part et d’autre de l’allée centrale une toute petite vingtaine de sympathisants de la liste Renaissance, de l’autre une trentaine de Gilets jaunes. Au milieu, le député Thierry Michels. Après des débuts quelque peu anarchiques faits de vives apostrophes et distributions de photos de blessés des manifs, le dialogue s’installe peu à peu. Grâce notamment aux talents de diplomate de Guy Salomon, responsable du Modem, ancien candidat aux législatives et GO du soir.

PAC et travailleurs détachés

Après un bref exposé des grandes lignes du programme le jeu des questions-réponses permet aux Gilets jaunes et aux autres participants de discuter parfois de sujets de fond européens, comme de la directive travailleurs détachés qui devrait permettre en 2020 de freiner le dumping social en Europe. « Mais pour que ça marche il faudrait que les 28 soient d’accord », lance un Gilet jaune « Mais cette directive, elle a été approuvée par les 28 Etats membres et elle va s’appliquer », répond le député qui fait face à des moues dubitatives. Une jeune femme lance le député sur l’élargissement des programmes Erasmus aux apprentis. Un peu de miel pour l’élu, mais le répit ne dure pas. Un Gilet jaune explique qu’il risque de perdre « son emploi à la sucrerie d’Erstein […] parce que vous avez ouvert les quotas ». Le député riposte sur la PAC qui protège les agriculteurs français. « Alors pourquoi ils se suicident », poursuit un GJ ? « Oui il faut que l’on sorte d’un modèle tout productiviste », plaide le Thierry Michels. Une personne se lance alors dans une diatribe anti européenne, acclamée par les GJ. « Bon on va prendre les deux dernières questions », coupe Guy Salomon.

Il est 21 h, dernier échange. Thierry Michels tente de conclure en disant sa foi en une « Europe plus solidaire, plus innovante et plus souveraine ». Les GJ jaunes répondent par de sonores « Macron démission ». Chacun son credo. La messe est dite.(DNA du 23/05, édition de Molsheim). 

Résultat de cette réunion : match nul. L'Europe solidaire, innovante et souveraine, personne n'y croit, pas plus qu'en une démission de Macron.

Posté par jl boehler à 00:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 1 mai 2019

Contournement de Châtenois : un projet bâtard

Echange "bouchon" contre "insécurité" ?

vendanges_013

Il fallait s'y attendre ! Et ceux qui croyaient encore, avant la réunion publique de Châtenois, que le contournement de l'agglomération serait une 2x2 voies permettant la circulation en toute sécurité et le développement économique et humain des vallées, en sont pour leurs frais. Même pas conforme à la D.U.P. de 2012 (déclaration d'utilité publique) qui était déjà en retrait par rapport à celle de 2002 ! Le présentateur a bien parlé d'une "première tranche", mais qui y croit ? Même pas nos élus locaux qui ont pris la parole (Adoneth maire de Châtenois, Bauer maire de Sélestat, Herth le député, Burrus le maire de Ste-Croix-aux-Mines), tous venus pour récolter quelques voix électorales ?

Car, contrairement à Alsace-Nature, qui lors de ses réunions a brillé par "les salles vides", celle de Châtenois était pleine à craquer (près de 300 personnes). Mais  le groupuscule de ces "alsaciens naturels" était présent, provoquant lors de ses interventions à répétition les sifflements, les rires, les agacements et les moqueries de la salle.

Je n'avais quant à moi que deux questions très précises à poser :

1) L'enquête d'utilité publique de 2012 avait déjà présenté une partie "environnementale" de 307 pages ! On y étudiait déjà la mésange charbonnière, le gobe-mouches à collier, le cincle plongeur, le grand corbeau, les amphibiens, la bécassine des marais, le blaireau, le putois, les lézards, les papillons ! Vu le temps qui a passé, l'étude a dû se faire en profondeur au rythme d'un calendrier chinois (un animal par année). Alors pourquoi encore une fois une "enquête publique environnementale" ? Que de temps perdu... même si on avait omis en 2012 l'orchidée et l'azuré de la sanguesorbe.

2) Quel genre de route de déviation est-il prévu ? Une 2x2 voies, qui pour le trafic de plus de 20.000 véhicules/jour permettrait pour les usagers "une conduite apaisée" ? ou une 2x1 voie bâtarde et inutile qui déplacera l'insécurité et la pollution dans les vignes ?

Si sur la première question, la réponse est restée floue, au moins sur la deuxième, c'est clair mais non satisfaisant, c'est une 2x1 voie, avec des aires de dépassement à 3 voies ! De celles qui présentent le plus de dangers. Les responsables ont dû dévoiler leurs cartes, et elles ne sont pas belles. Les 111 morts de cette route risquent de ne pas être les derniers.

Mais, au fait, à quoi servent une DUP ? un contrat Etat/Région ? s'ils ne sont pas respectés ! Un vrai marché de DUPes.

Posté par jl boehler à 08:51 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 14 avril 2019

La campagne des élections européennes commence

Une réunion à Sélestat

europ_ennes

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 4 avril 2019

RN 59 : Alsace-Nature dégaine !

L'affaire GCO leur ayant filé "sous le nez", les "Alsace-Nature and co" se devaient de trouver un nouveau cheval de bataille routier. Et quoi de mieux que la RN59 et le contournement de Châtenois, où une enquête d'utilité publique environnementale se profile à l'horizon en même temps que les élections européennes. Alors, les écolos fanatiques du Val d'Argent publient sur leur page facebook sous le titre "Déviation de Châtenois - Un scandale financier, social, environnemental et de sécurité routière" l'annonce d'une réunion publique à Sainte-Marie-aux-Mines. 

alsacenature

Et ils joignent à l'affiche un texte très hypocrite et électoraliste : "Repenser notre territoire en 2019, c'est aussi avoir une approche nouvelle du dossier dans toutes ses composantes, c'est aussi peut-être savoir reconnaître des erreurs de jugement sur certains aspects plus méconnus du dossier. Beaucoup d'années se sont déjà écoulées et pourtant tant de questions restent en suspens, c'est pourquoi nous souhaiterions inviter toutes les parties prenantes (élus, habitants, associations...) à discuter des différents points (sécurité routière, personnes porteuses de handicap, financement...) et ne pas limiter la réflexion au seul problème du bouchon de Châtenois."

Rappelons quand même : les 25 km de la RN59 en Centre-Alsace, c'est 111 morts depuis 1976 !  Alsace-Nature, c'est l'opposition systématique à la RN59, au contournement de Châtenois, à une nouvelle route sur le tronçon Lièpvre - Val de Villé, au doublement du tunnel Maurice Lemaire, avec une seule arme fatale à la clé, les recours au tribunal administratif ! Et le tout, contre l'avis de la population, des usagers et des riverains !

Alors, vous, les responsables soi-disant écologistes, qui n'avez encore aucune inscription de participation sur votre compte facebook à moins de 48 h pour votre "grand meeting", arrêtez vos histoires, et retournez compter (sous contrôle d'huissier, si cela vous chante) les orchidées et les papillons !

Posté par jl boehler à 05:48 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 1 mars 2019

La réunion du conseil municipal de Villé sera-t-elle encore reportée ?

Tout ça pour ça !

mairie1

Une nouvelle convocation est affichée à la mairie ! L'ordre du jour a pu être complété, les sujets à aborder ont été travaillés en commission au courant de la semaine, une répétition générale appelée "commission réunie" a eu lieu et le maire a fixé une date quasi-définitive :

Lundi, 4 mars à 20h00 à la mairie ! 

Et même l'ordre du jour a été valablement complété :

1) Comptes administratifs et comptes de gestion 2018 de la commune.

2) Compte administratif et compte de gestion 2018 du lotissement "Pommiers 2" (NB : vu le nombre de terrains vendus, ces comptes devraient être vite arrêtés).

3) Divers.

4) Communications du maire. (NDLR : rencontre avec le président de la république à l'Elysée ? contenu synthétique et transmission des cahiers de doléances ? nouvelles démissions ? défilé carnavalesque en vue à Villé ? PLUi ? parution du prochain bulletin municipal ? comptes-rendus annuels des délégués dans différentes instances comme le syndicat des 26 communes ?, remplacement de la conseillère démissionnaire ?, et pas de prêt-relais hypertoxique à l'horizon ? etc...?).

La réunion est publique, et s'il le faut, durera toute la nuit !

flash

Lors d'une réunion de commission de comcom, le maire de Villé a promis d'inscrire à l'ordre du jour  le problème du stationnement devant le collège ! Même ce point n'est pas inscrit ! On croit rêver !

 

Texte figurant au compte-rendu de commission (présidée par Mr. André Frantz, vice-président) : "Plusieurs personnes présentes demandent s'il est possible de réglementer le stationnement devant le collège afin de l'interdire aux heures de sorties des classes, pour éviter accumulation de véhicules de parents qui attendent leurs enfants, ce qui met en danger les piétons. Mr. André Frantz, maire de Villé, en prend note et va proposer ce sujet au prochain conseil municipal."

- A noter que le maire est seul officier de police, les arrêtés concernant la sécurité relèvent de sa seule compétence et non du conseil municipal.

_____________________________________

Pendant ce temps, nos jumeaux d'Elzach s'amuseront comme des fous.

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 24 janvier 2019

Bilan départemental, réunion de Saâles !

Disparue dans le col de Steige ?

Décidément, les disparitions de notre dame du canton de Mutzig/Villé sont très fréquentes. Après sa sortie ratée du lundi précédent à Villé, le président Bierry l'aurait-il renvoyé définitivement dans ses foyers ? ou se serait-elle perdue dans les virages glissants du col de Steige ? A moins qu'elle n'ait été retenue à une commission permanente de massif (où elle est vice-présidente) du côté de Metz, Nancy ou Epinal, ou à une autre de l'ANEM (peut-être même à Forcalquier, chez la nouvelle tête forte montagnarde Castaner). En tous cas, notre cher Fredo a tenu (malgré un mal de gorge ?) la réunion de Saâles tout seul, sans sa Frédérique ! Il paraît que ce n'était pas plus mal.

sa_les1

sa_les* A lire ci-dessous l'extrait de presse du 23/1 relatant la réunion de Villé :

ANEM

* Et l'adhésion du CD à l'ANEM (association nationale des élus de montagne) sans y porter un quelconque souhait de ses électeurs, ça sert à quoi ? sinon à dépenser une partie de 14.000 € de façon inutile ? - voir délibération du CD ci-dessous :

ANEM1

AMV2

Posté par jl boehler à 08:04 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 17 janvier 2019

A propos des zones de montagne

Question posée le 14 janvier à la conseillère départementale Frédérique Mozziconacci, membre du comité du massif vosgien, vice-présidente de la commission permanente de ce comité.

9782858153824_cg

Lors de la réunion publique de bilan à la mi-mandat des conseillers départementaux, j'ai posé directement une question concernant les zones de montagne (c'est la seule fois de la soirée où elle pris la parole alors qu'elle était co-organisatrice de la soirée.

Question : De nombreux secteurs de montagne sont liés à des bassins d'emploi, voire à des bassins de vie, c'est le cas de la vallée de Villé et de la vallée de la Bruche. Il est donc étonnant de constater que dans ces cas la moitié des communes sont classés en zone de montagne, alors dans de nombreux domaines les problèmes sont les mêmes, notamment en matière d'agriculture, d'exploitation forestière ou de vie scolaire. Où sont par exemple les différences entre Neubois qui n'est pas en zone de montagne et Albé qui l'est ? Peut-on continuer à se référer à des courbes de niveau pour décréter qu'une commune est en zone de montagne ? Quelle est votre position sur ce sujet ?

Réponse : Mme la conseillère répète la question et en prend note. Aucune réponse claire.

La volonté politique pour  obtenir satisfaction ne semble pas forte, tout comme la connaissance des dossiers de la montagne. C'est tout ce qui ressort de cette discussion. Pas même une impression sur les réunions nationales auxquelles elle a assisté et où les élus "montagnes vieilles" pauvres et "montagnes jeunes" riches par les stations de ski, se sont affrontés une fois de plus.

d_bat

 

  • Bientôt la prochaine question : la politique sociale en faveur des jeunes migrants.

mercredi 16 janvier 2019

Quand nos conseillers départementaux dialoguent avec les électeurs ...

L'animation par Frédéric Bierry

bierry

Un discours bien rodé devant une salle pleine d'une petite centaine de personnes, du président du Conseil Départemental Frédéric Bierry dit "Fredo" du côté de la Bruche, qui est avec Frédérique Mozziconacci, l'élu de notre canton Mutzig-Villé. D'emblée il donne le ton : le bilan à mi-mandat c'est avant-tout le point sur les compétences du département, et l'Alsace (ou plutôt la fusion des deux départements 67 et 68). 

Il aborde aussi deux des questions que je lui avais envoyées par sa page facebook, sans toutefois les développer. J'y suis donc revenu et je publierai les échanges dans des billets à venir. 

D'ailleurs, il a tenu à répondre lui-même aux questions de la salle, ne laissant à sa collègue qu'un léger rôle de comparse, qui se tenait debout, un peu raide, comme une triste statue, sur le côté de la table présidentielle.

statue

Pour l'obliger à sortir de sa réserve, je lui ai adressé une question de sa compétence sur les zones de montagne (elle est devenue récemment vice-présidente de la commission permanente du comité de massif), mais à ma grande surprise, elle n'a pu que répéter ma question. Pourtant j'avais annoncé la question sur la page facebook du président Bierry, elle aurait pu préparer une réponse argumentée. Rien de tout cela. On comprend mieux pourquoi sa démission d'adjointe au maire de Villé est passée inaperçue.  Aucune indication sur les travaux du comité de massif, de l'ANEM (association nationale des élus de montagne) ou sur l'AMV (association des élus du massif vosgien). Elle n'était effectivement là que pour apporter un soutien moral à son président. Soutien moral dont il n'avait évidemment que faire.

J'ai donc posé deux questions au président Bierry : la RN 59 et une question sur l'une des compétences du département, le volet social, à travers les actions menées pour les jeunes migrants (mineurs non accompagnés). Je reviendrai sur ces questions dans mes prochains posts.

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 9 janvier 2019

Nos conseillers départementaux viennent présenter leur bilan !

A l'heure des "grands débats macroniens",

enfin une initiative louable dans le Val de Villé !

mozzico

Ce n'est pas souvent que des élus sont disposés à dialoguer avec la population ! Alors profitons-en ! Bien des questions méritent d'être posées ! Et le débat se doit d'être contradictoire, aussi j'y serai ! Surtout que les qualifications des élus présents permettront d'avoir des réponses !

- Frédéric BIERRY n'est autre que le président du Conseil Départemental 67 !

- Frédérique MOZZICONACCI est la vice-présidente alsacienne de la commission permanente du Comité du Massif Vosgien !

Voilà qui promet ! rendez-vous pour tous, le lundi 14 janvier à 19 h 00 à la "salles des fêtes à Villé"! Oui mais voilà ... Villé n'ayant pas de salle des fêtes, peut-être faudra-t-il aller à la MJC ou à la salle de réunions de l'école primaire de Villé ? Une petite imprécision dûe au fait que la villoise Mozziconacci n'est plus adjointe, et donc plus au courant des affaires municipales ? Comme aucun élu ne lit ce blog, la soirée commencera donc par un "espace game" à travers le bourg-centre et se terminera par un verre de l'amitié.

 ______________________________________________

* NB : Merci au président qui  m'a confirmé personnellement que la réunion aura lieu au groupe scolaire de Villé. Au moins ceux qui liront ce blog échapperont à un jeu de piste ! 

mercredi 14 novembre 2018

PLUi : réunion publique à Villé !

Une séance de xyloglossie !

plui1

La langue de bois, voilà ce qui a marqué la réunion publique consacrée au PLUi du Val de Villé. On peut résumer les discours du président de la comcom à une phrase : "La comcom c'est bien, les ratés viennent des municipalités." Et le seul maire qui répond avoue n'être au courant de rien. On croit revoir Gérard Collomb devant la commission d'enquête parlementaire dans l'affaire Benalla.

Revenons à la présentation du PLUi par le président Riebel. On apprend que c'est la comcom qui est chargée d'établir le Padd (plan d'aménagement et développement durable), que ce plan devait être approuvé par les conseils municipaux puis par la comcom. Premier accroc : à Albé on votait depuis un an à toutes les réunions, à Villé on n'a jamais voté (une seule séance d'inscription du PLUi à l'ordre du jour, et pas de vote à ce sujet, juste une information).

D'où ma première question : "Y a-t-il eu  un accord de coordination ou de procédure commune dans les 18 communes ?" La réponse du président fuse : la comcom est seule responsable, les communes font comme bon leur semble. Aucun maire présent ne prend la parole pour expliquer sa propre méthode. Dont acte. Eh bien ça promet pour la suite de la réunion.

Ma deuxième question : "Le PLUi se doit de respecter le SCOTT et la loi-montagne. Si pour le SCOTT, cela ne semble pas trop compliqué, comment faire pour la politique de montagne alors que, dans la vallée, seule la moitié des communes figure en zone de montagne." La réponse du président est pour le moins foireuse, et il ne peut se retrancher derrière un maire quelconque. Il reconnaît que la "zone montagne" ne couvre effectivement que 10 communes de la vallée, mais que l'ensemble des communes bénéficient de la politique du massif vosgien. Voilà qui va réjouir les agriculteurs de l'avant-vallée qui n'ont jamais touché un centime de fonds européens d'aide à ce titre. Quant au RPI Villé-Albé que j'ai évoqué, on ne sait toujours pas quels sont les critères de création ou de fermeture de classes. Certes, la décision ne dépend pas du PLUi, mais il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'une préoccupation des parents des deux communes à laquelle nos élus se doivent de répondre.

A propos des zones de montagnes, à titre annexe, je rappelle que la conseillère départementale et municipale Frédérique Mozziconacci est vice-présidente de la commission permanente du Comité de Massif. Elle aurait pu nous éclairer. A-t-elle seulement été invitée ?

plui

Nouvelle question : "Les bâtiments en friches : sont citées dans le PADD trois friches à Villé (ancienne gendarmerie, ancienne maison de retraite, anciennes FTV, et trois autres à Steige). Que prévoit la comcom pour l'avenir de ces bâtiments ?" Là encore des réponses ambiguës de la part du président. Les FTV : trop cher ! Vu la dépollution à réaliser, il faudrait pouvoir l'acheter à l'€ symbolique. La comcom a donc décidé de "geler" ce dossier. On peut donc se demander pourquoi l'avoir inscrit au PADD. Quant à la gendarmerie et à la maison de retraite, pas un mot. Pourtant il me semble que notamment pour la gendarmerie, l'Etat était prêt à le céder à l'€ symbolique. Alors ? 

Autre question : "Les compétences de la comcom : ne faudrait-il pas les modifier ? ou y rajouter d'autres telles les chemins forestiers, surtout que beaucoup vont d'une commune à une autre ? Certaines municipalités font un grand effort pour leurs chemins, d'autres rien." Je lance de façon humoristique : "Inutile dans certains cas d'aborner les limites communales, il suffit de voir à quel endroit l'état d'entretien des chemins change. (rires dans la salle, tout le monde sait qui je vise). Sur le fond, le président ne souhaite pas prendre cette compétence. Il veut cependant aider les communes qui le souhaitent. A noter, que le maire vice-président chargé des transports et de la mobilité douce n'a pas de contacts avec lui à ce sujet.

Dernière question : "Friches agricoles, viticoles et zones AOC" : je rappelle que les friches datent des années 1950/60, et qu'elles ont deux origines : 

1) la PAC (politique agricole commune) mise en place par l'Europe, imposait aux viticulteurs d'abandonner 10% de la surface viticole. De nombreux viticulteurs du piémont ont acheté des vignes dans notre vallée ... pour mieux les abandonner en friches.

2) La crise industrielle textile, obligeant de nombreux habitants à quitter la vallée, a fait le reste.

Certaines communes, comme Villé, ont acquis ces terres il y a plus de 30 ans afin de réhabiliter les friches. Quelle politique la comcom mènera-t-elle dans ce domaine." Là encore, pas de réponse précise. "Certaines communes ont déjà réhabilité des friches, d'autres non." Le président, une fois de plus, renvoie aux communes. L'agriculture, comme l'industrie, est pourtant une compétence intercommunale. Et aucun maire ne prend l'initiative de répondre. Le chef dirige la manoeuvre ! Les sous-fifres n'ont pas droit à la parole ! J'arrête mes questions car le bois à langues va devenir rare. Et d'autres personnes vont encore s'exprimer : entrée est de Villé, le Schmissberg, les zones inondables, etc... J'aurai encore l'occasion de revenir là-dessus.

plui3

Posté par jl boehler à 05:23 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,