mardi 14 août 2007

CRAV : plus de permanence ?

photosA350_006Depuis 2003, la Sécurité Sociale avait abandonné une grande partie des locaux qu'elle occupait dans l'immeuble de l'ancienne école de garçons au coin de la rue René Kuder et de la rue du général Leclerc. La municipalité en avait profité pour restructurer l'intérieur, avec la prise en charge des frais pour moitié par la Communauté des Communes, et créer la "maison des services publics" qui accueillait des permanences d'un certain nombre d'organismes dont les plus importants étaient la Sécurité Sociale et la CRAV (Caisse Régionale d'Allocation Vieillesse d'Alsace-Lorraine). La CRAV gère notamment toutes les retraites des salariés du privé. J'avais considéré le désengagement de la Sécurité Sociale comme une atteinte au service public ! Je n'imaginais à aucun moment que la CRAV allait se désengager à son tour ! Et voici que je viens d'apprendre qu'elle fermerait définitivement sa permanence à partir de fin septembre ! Où vont aller tous ceux qui doivent faire des démarches pour obtenir leur retraite ? Quel contact humain vont encore trouver nos retraités qui ont besoin d'une information sur leur retraite ? Pour y avoir passé à plusieurs reprises, je puis attester que cette permanence du mercredi était très fréquentée ! A titre annexe, cette fermeture touchera certainement aussi le fonctionnement du marché de Villé du mercredi matin, où les retraités des villages environnants se rendaient en même temps qu'ils allaient à la CRAV ! A noter aussi, que la CRAV bénéficiait des locaux à titre gratuit ! J'appelle donc dès à présent tous les élus de la vallée à se mobiliser contre la fermeture de cette permanence qui est une atteinte supplémentaire au service public de proximité (voir lette ci-jointe adressée à tous les maires du canton). A lire : crav

Posté par jl boehler à 10:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 9 juillet 2007

Hold-up à la déchetterie (D. Petit - Lièpvre)

Problèmes de sécurité dans les déchetteries ???

ff42a49b26335b394c6a2ed6c770d548.jpgLe SMICTOM vient d’adresser une lettre aux deux sous-préfets de Ribeauvillé et de Sélestat pour les sensibiliser aux effractions et à l'insécurité dans les déchetteries.

En effet, selon le SMICTOM, les agents et les usagers ne seraient plus en sécurité dans ces espaces de collecte de déchets en apport volontaire car des récupérateurs s'y rendent, de jour comme de nuit, pour voler de la ferraille, des batteries de voiture ainsi que les bacs permettant le stockage des dites batteries. De jour, les récupérateurs s'installent sur certaines déchetteries, menacent directement les agents de représailles lorsqu'ils font valoir l'interdiction de voler des matériaux, puis : ouvrent le coffre des voitures des usagers, volent parmi les déchets qui s'y trouvent ceux qui les intéressent sans le consentement des usagers, pour les déposer dans leurs véhicules personnels dans le but de revendre les matériaux volés ; volent des quantités importantes de ferrailles dans les conteneurs des déchetteries, en présence d'usagers qui respectent le règlement, sollicitent parfois auprès des agents des matériaux récupérables que ces agents leur refusent conformément au règlement mais qui voient d'autres personnes enfreindre en toute impunité ces règlement. De telles situations créent inévitablement des conflits entre les autres usagers et nos agents qui leur interdisent la récupération. De nuit, les grillages des déchèteries sont découpés de plus en plus fréquemment, les matériaux tels que ferrailles et batteries, conteneurs à batteries sont volés. Ces matériaux sont revendus à des récupérateurs locaux ou régionaux qui ne trouvent apparemment rien à redire à ces pratiques illégales, confirmant tacitement leur accord par l'achat de très importantes quantités de ferrailles et de batteries qui leur assurent des revenus conséquents. A ce jour et malgré nos nombreuses plaintes déposées, il semble qu'une seule affaire connaisse des poursuites. Toutes les autres plaintes sont classées sans suite. Le constat que le SMICTOM fait est donc le suivant : il est difficile voire parfois impossible de déposer une plainte, faute du déplacement en temps utile de la gendarmerie sur les déchetteries concernées par un problème grave. Malgré des dépôts de plainte, la majorité des infractions ne donnent lieu à aucune poursuite. Cette situation étant devenue une évidence pour les récupérateurs, les vols et comportements en marge de la loi augmentent de mois en mois, rendant la situation explosive dans les 8 déchetteries.

Nous voilà bien devant un problème de société. Peut-on considérer comme vol quelque chose dont on veut se débarrasser ? Ces récupérateurs ont t’ils d’autres moyens de subsistances ou n’ont t’ils que ce moyen pour nourrir leur famille ? N’est-ce pas là un constat d’impuissance face à la pauvreté ???

Texte provenant du blog de Denis PETIT - conseiller municipal de Lièpvre : http://liepvre.hautetfort.com/

Posté par jl boehler à 11:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 28 mai 2007

Mobilisation des retraités

manif_des_retraitesL'Union Régionale des Retraités des organismes sociaux de l'Est, qui compte 1300 adhérents dans les départements d'Alsace-Lorraine a tenu cette année son assemblée générale à Ventron (88). Cette association oeuvre auprès de tous les organismes de retraite, légaux ou complémentaires, pour la défense et le maintien des droits des retraités. "Dans les 18 mois qui viennent, nous aurons à nous montrer forts pour défendre nos retraites !" annonce le président Jean Chery. Il évoque les effets pervers de la loi Fillon de 2003, l'allongement progressif de la durée de cotisation, la révision des régimes spéciaux, l'individualisation des cotisations et ses effets sur le système de répartition : "Les retraites et les pensions ne sont pas définitivement acquises, les retraités doivent prendre leur place dans les débats, qu'ils se regroupent et s'unissent !" Deuxième thème abordé, la Sécurité Sociale et l'assurance maladie et les réformes mises en place (augmentation du forfait hospitalier, déremboursement des médicaments, dépassements d'honoraires, forfait d'un € par acte et enfin la franchise annoncée par Sarkozy durant sa campagne). Et le président conclut : "Le but de la Sécurité Sociale était de respecter la solidarité entre les générations et de garantir à tout individu le droit de pouvoir vivre dignement jusqu'à la fin de ses jours.(-) Aujourdhui, tout converge vers une médecine à deux vitesses et une détérioration du pouvoir d'achat des retraités."

Voir le site de l'U.R.R.O.S. : http://www.urros.com/accueil.php

Posté par jl boehler à 11:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 27 mai 2007

Hôpital : libéral ou public ? (suite)

647Le 6 mai dernier, j'ai publié sur ce blog le rapport de la Chambre Régionale des Comptes concernant l'hôpital civil de Sélestat, qui était édifiant en matière de gestion du personnel, de gestion financière et de pratiques libérales. Certaines réponses m'ont interpelé, notamment celles de Gilou, qui rappelait les difficultés de gestion du personnel et dénonçait  les "effets dévastateurs" des 35 h en matière de gestion du personnel et de qualité des soins. Je voudrais mettre ici en comparaison un autre évènement qui se situe à Bad-Säckingen, dans le pays de Bade (près de Rheinfelden). La "Park-Klinik", entièrement libérale, a en date du 3 mai dernier déclaré son insolvabilité et déposé le bilan. Sa fermeture est programmée pour le 31 mai. Au-delà des conséquences sur les malades, 60 personnes vont se retrouver sans emploi. Effet dévastateur des 35 h qui n'existent pas en Allemagne ? ou de le l'ultra-libéralisme qui consiste à supprimer tout ce qui n'est pas "rentable" notamment en zones rurales ? Le service public "à la française" ne mérite-t-il pas d'être défendu et même étendu à l'Europe, alors que nous sommes en train de le sacrifier sur l'autel des directives ultra-libérales européennes ? L'interview donné ce jour à la presse par Patrick PELLOUX, médecin syndicaliste, est symptomatique : " En tant que médecin et syndicaliste, je souhaite qu'on préserve le secteur public hospitalier." et "Les médecins urgentistes ne sont pas là pour faire le boulot que les médecins libéraux n'ont pas envie de faire."

A lire : dna2705hopital et dna2705urgences

Posté par jl boehler à 11:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 6 mai 2007

L'hôpital de Sélestat : libéral ou public ?

hLa chambre régionale des comptes a rendu son rapport concernant l'hôpital de Sélestat, communicable depuis le 27 mars 2007. Un point a particulièrement retenu son attention : l'activité libérale de certains praticiens. La cour rappelle d'abord que l'activité libérale ne doit pas excéder 20 % de la durée de service hospitalier hebdomadaire à laquelle sont astreints les praticiens, et que le nombre de consultations et d'actes effectués au titre de l'activité libérale ne peut être supérieur au niveau des actes effectués au titre de l'activité publique. Extraits choisis :

  • En 2004, le service de médecine A a réalisé 56.861 K et 74.169 en privé !

  • En 2003, le service de médecine B a réalisé 170 consultations externes en public et 265 en privé, en 2004 20 CSC externes en public et 214 en privé, en 2004 toujours, 1.620 KE en public et 2.460 en privé.

  • En 2003, le service de chirurgie A a réalisé 796 Cs externes en public et 1.770 en privé, en 2004, 606 Cs externes en public et 1.910 en privé; en 2004 40 KC externes en public et 6.492 en privé.

  • En 2003, le service de chirurgie B a réalisé 10 K externes en public et 530 en privé, et en 2004 10 K externes en public et 280 en public.

  • En 2004, le service gynécologie-maternité-IVG a réalisé 2.689 Cs externes et 4.926 en privé, 5.958 K externes en publics et 36.264 en privé, en 2003, 39.376 K externes alors même qu'il n'y en a pas eu en public cette année-là.

Bref, un certain nombre de praticiens profitent de façon illégale de l'hôpital public pour travailler pour leur propre compte ! La cour des comptes ajoute d'ailleurs : "Les praticiens ayant une activité privée supérieure à leur activité publique ne peuvent être identifiés du fait de l'absence de recensement de l'activité individuelle publique, mais dans les services où l'activité privée est globalement supérieure à l'activité publique, des débordements peuvent être supposés." L'infraction aux règles est bien organisée, puisque si on peut la constater, on ne peut l'imputer à personne ! Et le citoyen lambda qui croyait que l'hôpital est un service public...

A lire, l'intégralité du rapport de la Cour des Comptes : Selestat

Posté par jl boehler à 08:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 13 décembre 2006

ATESAT : qu'est-ce que c'est ?

DicoALe dernier conseil municipal de cette année avait peu de points importants à l'ordre du jour, ce qui donnait une vague impression de "paix des braves" et de lancement des festivités de fin d'année ! Un point cependant me paraît digne d'être éclairci : le renouvellement de la convention ATESAT. Mais que signifie donc ce mot barbare qui ne figure pas dans le dictionnaire de la langue française ? Il s'agit tout simplement de l'abréviation de "l'Assistance Technique fournie par les Services de l'Etat dans le cadre de la Solidarité et de l'Aménagement du Territoire".

Bref suite à un décret pris par le gouvernement Raffarin en date du 27 septembre 2002, tous les services de la DDE ne sont plus gratuits. Seuls le restent quelques menues études de chantiers dans les petites communes à potentiel fiscal faible. Villé correspond aux normes et peut en profiter.

Ce petit profit ne doit pourtant pas faire oublier que la décentralisation à la Raffarin et à la Villepin, a entraîné le démantèlement de la DDE à Villé :

1911X04- pour le déneigement, le centre de gestion est à Barr pour les routes départementales, à Nancy pour les routes nationales !

- pour la gestion des droits du sol (permis de construire), il faut aller à Obernai (SDAU qui instruit au lieu et place de la DDE).

Ceux qui pensaient que la décentralisation devait favoriser la proximité des services, notamment en milieu rural, en sont pour leurs frais.

A lire aussi, l'article du Républicain Lorrain concernant la DIR Est : RL1412direst

Posté par jl boehler à 22:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 30 août 2006

Vous avez dit "personnalisée" !

SOLhebergementPar la loi du 20 juillet 2001, le gouvernement Jospin a créé l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) qui devait permettre aux personnes âgées d'être financièrement indépendantes. Versée à toutes les personnes dépendantes et âgées de plus de 60 ans, l'APA  devait financer des dépenses liées à la perte d'autonomie qui sont définies dans le cadre du plan d'aide personnalisé élaboré par une équipe médico-sociale et adapté aux conditions de vie des personnes concernées. Cette loi a été modifiée fortement sous le gouvernement Raffarin le 31 mars 2003. L'APA comporte aujourdhui deux volets : l'aide aux personnes à domicile et l'aide aux personnes dépendantes placées en maison de retraite ou en hôpital "long séjour". Dans ce dernier cas, l'aide n'est plus personnalisée : le conseil général du Bas-Rhin, comme 58 autres départements, s'est facilité la tâche : les établissements d'accueil touchent l'APA sous forme de dotation globale correspondant à environ 330 à 350 €/mois par personne placée, et ce, quel que soit le montant de la retraite (ce qui, il est vrai facilite le travail du conseil général qui n'a plus à examiner ces dossiers) ! Les cas les plus favorisés peuvent payer, mais les plus défavorisés peuvent amener les héritiers à payer jusqu'à 1000 ou 1200 €/mois ! En cas d'impossiblité, on s'en prend bien sûr aux biens immobiliers des héritiers...ce que, justement, la loi Jospin voulait éviter. Alors, droite et gauche, même politique ? La prise en compte des personnes âgées est un problème de société qu'il faudra bien règler un jour, si possible proche, au risque d'hypothéquer la vie de générations entières obligées de subvenir à la fois aux besoins de leurs aînés et de leurs enfants.

A lire en annexe :

  • loi du 31/3/2003 : apaloi

  • communiqué du gouvernement du 4 janvier 2006 : apagouv

Posté par jl boehler à 22:33 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :