lundi 13 août 2018

"L'état des routes est un problème relatif" estime le délégué interministériel

N'importe quoi, pour ne pas améliorer les structures !

rn1

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 23 juillet 2018

Le balconing, fléau des Baléares

Grisés par l'alcool, des touristes sont de plus en plus tentés de sauter dans la piscine depuis leur balcon d'hôtel. Un petit jeu pouvant mener à la mort.

balconing

Des touristes morts ou grièvement blessés après avoir sauté de leur balcon: le «balconing» fait à nouveau des ravages dans les îles Baléares, prévient un médecin spécialiste du sujet. Après deux ans de recul suite à des campagnes de prévention, ce phénomène revient en force dans l'archipel espagnol, selon Juan José Segura, chirurgien à l'hôpital Son Espases de Palma de Majorque, capitale des Baléares.

Le «balconing» désigne le fait pour des touristes, notamment britanniques ou irlandais et souvent très alcoolisés ou drogués, de sauter du balcon de leur hôtel pour tenter de plonger dans la piscine ou de gagner un autre balcon. Cette pratique très dangereuse vient souvent de défis que se lancent ces touristes en vacances festives dans l'archipel.

 10 à 15 cas chaque été

balconing1

Au moins six cas de victimes de «balconing» sont arrivés à l'hôpital du docteur Segura depuis le début de l'année, concernant des Britanniques, des Irlandais et un Français, dit-il. Trois sont morts et les autres ont été grièvement blessés, paralysés pour certains. C'est déjà plus qu'en 2016 et 2017 réunies, où l'hôpital avait recensé six cas au total dont aucun mortel.

«Il semble que cette année ne va pas être comme les précédentes et que nous allons revenir à la tendance initiale des années 2010-2015, avec 10 à 15 cas chaque été», affirme Juan José Segura, auteur d'une étude sur le «balconing». Ses chiffres ne concernent que son hôpital, ce qui peut laisser penser que d'autres cas ont lieu dans le reste de l'archipel. La police et le gouvernement régional ne sont pas en mesure de donner de chiffre global des cas de «balconing» cette année.

Dans l'archipel, rien que cette semaine, trois personnes sont tombées d'un balcon. La police enquête sur ces cas, qui pourraient ne pas tous être liés au «balconing». Mercredi, un Irlandais de 14 ans a fait une chute mortelle du balcon d'un hôtel où il logeait avec sa mère à Majorque, a indiqué la Garde civile. Il semble qu'il «jouait sur le balcon» et est tombé, a déclaré un porte-parole.

 60% de Britanniques

balconing2

Le même jour, sur l'île d'Ibiza, un jeune homme d'une vingtaine d'années est tombé d'un balcon dans des circonstances pour l'heure inconnues. Il est hospitalisé dans un état grave. Selon des médias britanniques, il s'agirait d'un conseiller municipal de Londres. Et vendredi, sur l'île de Formentera, les services d'urgence ont pris en charge un autre homme d'une vingtaine d'années tombé d'un balcon.

L'étude de Juan José Segura, faite sur la période 2010-2015, a recensé 46 patients traités dans son hôpital après un «balconing». Plus de 60% étaient Britanniques, loin devant les Allemands et les Espagnols.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 1 février 2018

Vers un permis de tronçonner ?

En marche pour satisfaire les assureurs !

tronconneuse1

Non, ce n'est pas un poisson d'avril ! Travailleur ou particulier, il vous faudra bientôt un permis pour utiliser votre tronçonneuse !

La faute au décret n° 2016-1678 du 5 décembre 2016, qui prévoit la mise en place de formations à l’utilisation d'une tronçonneuse à partir du 5 décembre 2017. Une formation pas encore obligatoire à ce stade, mais fortement encouragée selon le journal "France Agricole". Une manière de préparer le terrain à un permis obligatoire, comme c’est le cas dans d’autres pays européens (Italie, Suisse, Allemagne).

Les écoles s’y sont déjà adaptées puisque, selon le même journal, « une nouvelle formation vient d’apparaître au catalogue de plusieurs chambres d’agriculture et d’établissements scolaires : la préparation du permis tronçonneuse ».

Et si le décret ne parle à ce stade que des travailleurs réguliers et des entrepreneurs, monsieur tout le monde risque bien d’être concerné à court terme vu l’historique de l’administration française… Y compris si vous utilisez votre tronçonneuse pour entretenir votre jardin ou donner un coup de main à votre voisin. Bienvenue dans la simplification administrative !

Prévoyez pour cette nouvelle formation au moins 1,5 journée et 250 €, soit bien plus que le prix d'une tronçonneuse standard.

Une réglementation tâtillonne et dangereuse !

Prises individuellement, toutes les mesures sont censées apporter davantage de sécurité peuvent sembler bienvenues. Après tout, qui s’opposerait à plus de sécurité et donc moins d’accidents ? Malheureusement, au lieu de laisser les juges apprécier selon les cas le respect des règles de bon sens en cas de problème, l’administration française entend tout réglementer jusqu’au plus infimes détails.

tronconneuse3

Ainsi le décret sur le bûcheronnage prévoit de multiples obligations, dont la précision laisse pantois. Pour les salariés, l’employeur est ainsi tenu de vérifier la bonne couverture du réseau mobile sur la zone de ses travaux (en pleine forêt…) ou… de vérifier la présence d’un tire-tique dans sa trousse de sécurité, elle aussi obligatoire évidemment ! Autant dire que dans les nombreuses "zones blanches du Val de Villé" il sera quasiment impossible d'exploiter nos forêts.

Autant de raisons qui donneront à des milliers de fonctionnaires tatillons des raisons de pourchasser ceux qui auront le mauvais goût de leur déplaire. Surtout, à réglementer tout jusqu’au plus petit détail, on déresponsabilise encore plus tout le monde. L’important c’est désormais pour l’administration de respecter la loi, pas d’offrir des conditions de sécurité suffisantes.

Voulons-nous vraiment ressembler aux États-Unis, où l’important n’est pas d’éviter le harcèlement mais de montrer à l’administration qu’on a bien suivi des formations vidéo simplettes sur les dangers du harcèlement ? Tout individu qui a travaillé dans une société américaine peut témoigner de l’inutilité totale de cette approche, que l’administration française semble pourtant bien vouloir copier !

Et le fameux "droit à l'erreur" préconisé par Macron ?

tronconneuse5

Une des mesures intéressantes du programme macronien est le « droit à l’erreur » pour les entreprises, en particulier dans le domaine social où les exigences réglementaires sont d’un niveau aberrant. Malheureusement le flou est encore immense et l’on ne pourra juger qu’à la mise en œuvre pratique de cette mesure si elle permet de répondre un peu au problème.

Et mauvaise pioche dans tous les cas pour les tronçonneurs car selon de nombreux juristes, ce droit « pourrait vraisemblablement ne pas s’appliquer à tout ce qui relève potentiellement du pénal ou de la santé et la sécurité des salariés ». » (L'Express)

La bureaucratie a encore de beaux jours devant elle… surtout lorsque les décrets arrangent les compagnies d'assurances qui ne rembourseront plus les accidents forestiers en cas d'absence de ce permis ! Sans oublier que rares vont être les détenteurs de ce précieux sésame, puisque 17 centres sont habilités à le faire passer dans l'Hexagone. Et pour le Grand-Est, il n'en existe que deux (CFPPA de Mirecourt et CFPPA du Balcon des Ardennes Saint-Laurent). 

tronconneuse

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 11 janvier 2018

Limitation à 80 kmh sur la RN 59

Est-ce bien efficace pour améliorer la sécurité ? 107 morts sur la RN 59 depuis 1976 ! On peut se demander ce que la réduction de la vitesse de 90 kmh à 80 kmh va améliorer.

Les dangers de cette route sont répertoriés depuis belle lurette :

rn2

1) L'augmentation du trafic ! La 2x1 voie actuelle est inadaptée aux 23000 véhicules/jour (carrefour de Val de Villé) alors que tous les spécialistes de sécurité routière fixent à 17000 véhicules/jour le seuil au-delà duquel une mise à 2x2 voies s'impose.

2) Les dangers du verglas qui s'y maintient souvent du fait du peu d'ensoleillement.

3) Les platanes, qui datent de l'âge des diligences, sont en mauvais état et trop près de la route (parfois à 10 cm de la chaussée goudronnée). Jusqu'à maintenant, le manque de coordination entre le Bas-Rhin et le Haut-Rhin n'a pas permis de régler ce problème.

4) Les trop nombreux accès latéraux menant à cette route sinueuse provoquent les fautes d'attention des chauffeurs.

La seule amélioration de la sécurité sur cette route ne peut donc venir que de l'aménagement en 2x2 voies du contournement de Châtenois et d'une nouvelle route de Val de Villé à Lièpvre. Les mesures comportementales ne servent à rien si on oublie l'inadaptation de l'infrastructure. En réalité, l'Etat cache la misère de son réseau routier en culpabilisant l'automobiliste.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 27 décembre 2017

La Tunisie suspend les vols d’Emirates

La Tunisie a suspendu les vols d’Emirates Airlines après un tollé général au sujet des mesures de sécurité dans les Emirats Arabes Unis visant les femmes d’Afrique du Nord en général et de Tunisie en particulier.

femmes

Le ministère des Transports de Tunisie a déclaré qu’il avait suspendu les vols d’Emirates Airlines vers Tunis jusqu’à ce que la compagnie aérienne trouve une solution appropriée pour exploiter des vols "conformément au droit international et aux accords". Cette décision est la conséquence de mesure de brimade prise par les Emirat Arabes unis contre des femmes du Maghreb. Un certain nombre de femmes tunisiennes ont, en effet, déclaré que leurs voyages dans l’État du Golfe avaient été retardés et que certains d’entre eux avaient été contraints de subir un examen plus approfondi de leur visa et certaines n’auraient pu embarquer.

Cette situation a déclenché des réactions de colère sur les médias sociaux et les médias en Tunisie et les Emirats n’ont pas apporté de réponse satisfaisantes pour expliquer les raisons de ce traitement particulier. Anwar Gargash, le ministre des Affaires étrangères des Emirats Arabes Unis, a déclaré sur Twitter : "Nous avons contacté nos frères tunisiens au sujet des informations de sécurité qui nécessitaient des procédures spécifiques (...) Nous devons éviter les tentatives trompeuses ... Nous valorisons les femmes tunisiennes et les respectons", a-t-il ajouté, sans préciser.

Malgré la levée officielle de la restriction, les groupes de défense des droits de l’homme tunisiens ont condamné ces mesures comme "discriminatoires et racistes" rapporte The Guardian qui explique que la Tunisie a essayé de rétablir les relations diplomatiques avec les EAU, qui ont été endommagées par sa révolution de 2011 et après que le parti islamique al-Nahda, qui a des liens étroits avec le Qatar, soit arrivé au pouvoir dans le pays nord-africain. Les relations entre le Qatar d’une part et l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, Bahreïn et l’Egypte d’autre part ont été rompues depuis juin après que les quatre pays arabes ont accusé Doha de soutenir des groupes terroristes dans la région.(Afrik.com)

Posté par jl boehler à 00:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 24 décembre 2017

Il n'y a pas qu'à Châtenois que ça bouchonne !

Complément d'enquête. "Oui, j'aime les bouchons" - 23 nov. 2017 (France 2)

Autoroutes : Le grand bouchon - Documentaire

Côte d'Ivoire • L'autoroute à péage du Nord - Belle sécurité : il manque les glissières !

Humour britannique : Un bouchon sur l'autoroute ? Sortez les instruments !

Il arrive trop vite à un embouteillage sur l'autoroute et s’encastre

Posté par jl boehler à 00:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 13 octobre 2017

Sécurité du Parlement Européen et fermeture de piste cyclable

Les riverains manifestent leur désaccord

europe1

« Dans le cadre des travaux de sécurisation des bâtiments, réalisés en concertation avec les autorités françaises, des travaux de sécurisation des berges sont en cours », expliquait-on au service de presse du Parlement.

"Sous couvert de sécurité, le Parlement européen veut interdire le passage des piétons et des cyclistes le long du bassin de l'Ill (...) Les abords du du Parlement sont petit à petit bunkérisés, donnant de l'Europe une image de forteresse qui se coupe de ses citoyens", répond le communiqué des associations ADIL et Verlaüch, qui dénoncent une privatisation des quais.

La manifestation a rassemblé quelque 200 usagers (enfants, parents et retraités) de tout âge qui ont contesté bruyamment, face aux façades de verre du Parlement européen, avec des sonnettes, trompettes et sifflets "cette décision sans concertation", ont souligné des membres du collectif Verlaüch (groupe militant pour les déplacements sains à la Robertsau) et de l'ADIR (Association de défense des intérêts de la Robertsau)

La Ville : "Nous souhaitons que ces berges demeurent naturellement ouvertes" 

La Ville s'est saisie du sujet : trois adjoints Nicole Dreyer, adjointe de la Robertsau - Wacken, Olivier Bitz, adjoint du Conseil des XV, et Jean-Baptiste Gernet, adjoint en charge des mobilités alternatives, informent les manifestants, via un communiqué, que "la Ville est sensibilisée au projet de fermeture aux piétons et aux cyclistes des berges du bassin de l’Ill au niveau du Parlement européen, pour lequel l’Etat a formulé un certain nombre d’instructions".

La conclusion étant : "Pour notre part, nous souhaitons que ces berges demeurent naturellement ouvertes et accessibles, et que d'éventuelles fermetures pour raisons de sécurité soient parfaitement exceptionnelles et motivées. »

Posté par jl boehler à 00:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 7 mars 2016

Les anciennes mines du Val de Villé

L'inventaire du BRGM

En 2005, le BRGM (bureau des recherches géologiques et minières) avait été chargé de dresser l'inventaire et le cahier des charges techniques concernant la mise en sécurité des anciennes mines. La direction régionale des affaires culturelles d'Alsace  avait déjà lancé un projet d'inventaire en 1997, qui avait pour ambition de présenter l'ensemble des travaux miniers toutes périodes confondues sous la forme de fiches regroupées par grandes unités géographiques

Voici la liste par communes établie dans le Val de Villé, qui concerne essentiellement des mines d'argent et de charbon : 

Albé :

theophile5

- Mine "In der Grube", époque contemporaine

- Mine "Truttenthal", époque contemporaine

- Mine "Sonnenbach", époque contemporaine

Bassemberg :

- Mine (sans dénomination), époque contemporaine ?

Fouchy :

- Mines de Noirceux, époques indéterminées

- Mine du Rouhu, bois des cloches, époque moderne

sylvester

Lalaye :

- Mines Les Fossés, Les Forges, La Grotte, époque moderne

- Mine du Wolfsloch, époque moderne ?

- Mine de Sachelingoutte, époque moderne

- Mine La Hollée, Moyen-Age

- Mine Honilgoutte, époque contemporaine

- Mine Pransureux, époque indéterminée

- Mine Le Beheu, époque indéterminée

- Mines du Ruisseau, époque indéterminée

- Mines du Kohlberg, époque moderne

- Mine Katz, époque contemporaine

Maisonsgoutte :

theophile4

- Mine Elber, Moyen-Age

- Mine du Langenkleinbach, Moyen-Age

- Mine Grubtal (Ritschegrube), époque indéterminée

- Mine Rüst (Milengrube), époque indéterminée 

Steige :

- "La Mine", époques moderne et contemporaine

Triembach-au-Val :

- Ensemble minier du Silberberg, Haut-Moyen-Age - Epoque moderne

- Mine du Sarirain, époque contemporaine

- Sondages de charbon Lederle et mine, époque contemporaine

Urbeis :

theophile6

- Mine des Champs Brechete, Bilstein Landzoll, époque moderne

- Mine Théophile, Bilstein Landzoll, époque contemporaine

- Mine Cornelia, Bilstein Landzoll, époque moderne

- Mine Goutte-du-Moulin, Bilstein Landzoll, époque moderne

- Mine du Château, Bilstein, époque moderne

- Mine Saint-Nicolas, époque moderne

- Mine de la Goutte Henri, Les prés de Tante Jeanne, époque moderne

- Mine Donner, Le Haut d'Urbeis, époque moderne, époque contemporaine

- Mine Gravier, époque moderne

- Mine de Schnarupt, Bas d'Urbeis, époque moderne

- Mine de La Chapelle, époque moderne

- Mine d'Aptingoutte, époque moderne

- Mine La Porte de Fer, époque moderne

- Les mines du Revers de Faite, époque contemporaine

Villé :

- Mines de la Gaenslach, époque contemporaine

NB : les époques citées sont : le Haut Moyen-Age (453 - 1000), le Bas Moyen-Age (1000 - 1492), l'époque moderne (1492 - 1789), l'époque contemporaine (1789 à aujourd'hui).

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 15 août 2015

Détecteurs de fumée : pas au point

Les détecteurs de fumée obligatoires dans toutes les habitations d’ici janvier montrent leurs premiers signes de fatigue. La pile, le prix et surtout l’absence de la norme NF ont leur part de responsabilité.

title

Tous les propriétaires de locaux à usage d’habitation se sont prémunis d’un détecteur avertisseur autonome de fumée (daaf), et ce depuis le 9 mars dernier. Ou tout au moins auraient dû l’acheter ou le commander au plus tard le 8 mars. L’appareil devant être impérativement installé avant le 1er janvier 2016. C’est déjà en grande majorité le cas. Le plafond des appartements et maisons étant ornés de ces petits objets depuis déjà plusieurs mois.

Mais qui dit technique, dit forcément risque de panne. Moins de six mois après s’être mis en règle, voilà les résidants face aux premiers tracas. Le daaf se met à émettre un petit « bip bip ». Ce signal sonore indique curieusement que la pile est déjà en fin de vie. Pourtant, bon nombre d’acheteurs avaient justement investi dans un détecteur garanti plusieurs années. « Un appareil dont l’autonomie est garantie pour une période de 5 ou 10 ans ne veut pas dire que la pile durera autant de temps. Certaines sont fichues au bout d’un an », précise-t-on dans les allées d’une enseigne de bricolage de la périphérie d’Epinal. « L’idéal est d’équiper son détecteur de fumée d’une pile au lithium, bien plus fiable », conseille-t-on chez les professionnels.

Plus ennuyeux encore. Ces dernières semaines, des riverains ont été alertés par une sirène hurlante (85 décibels) provenant de la maison de leurs voisins partis en vacances. Leur premier réflexe a bien entendu été de composer le 18. Mais une fois, les sapeurs-pompiers sur place, point de fumée. Après une rapide vérification, il s’agissait d’un dysfonctionnement du daaf. « Ça ne nous inquiète pas pour le moment. Ca reste quelque chose d’infime dans le nombre de nos interventions », rassure le commandant Didier Miller. « Il faut choisir le bon détecteur, fabriqué en Europe avec la norme NF et non pas le moins cher. Un daaf acheté cinq voire trois euros sera estampillé CE. Ce marquage n’est pas une norme et la qualité ne sera pas la même », poursuit le commandant.

L’ange gardien de vos vies

Pourtant, un appareil NF de bonne marque (vendu 23 euros) a été rappelé par le fournisseur. « Un défaut de fabrication a été constaté. Tous les clients qui l’ont rapporté ont eu un appareil neuf en excellent état de marche en échange. »

Il va sans dire que plus les détecteurs garniront les plafonds, plus les pannes iront crescendo. Les détecteurs acquis à petits prix seraient donc ceux qui montreraient le plus de signes de défaillance. Même si la vie n’a pas de prix, il est inutile de mettre des mille et des cents. « Un bon produit vaut environ 20 euros. » Garni de la norme NF et d’une bonne pile au lithium. Et pour mettre toutes les chances de son côté, votre nouvel ange gardien appréciera de temps à autre un petit dépoussiérage, « des particules trop nombreuses pouvant le déclencher bêtement. »

Rappelons-le, le détecteur vous alertera dès l’émission des premières fumées. Il sauvera des vies et l’a indéniablement prouvé ces derniers mois. A Gérardmer, Grand, Passavant-la-Rochère… il a tiré des familles de leur sommeil alors que les flammes dévoraient leur foyer.

Laurence MUNIER (Saint-Dié Info)

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 18 avril 2013

Tirer sur les morts, c'est facile !

petard_1Samedi, 13 avril, les DNA ont publié un excellent reportage sur le "métier d'artificier". Mais ce qui nous a surpris, ce sont les propos du directeur d'une entreprise de son et lumière ainsi que de feux d’artifice à Sand, qui vient de se créer. Le nouvel an 2013 avait été meurtrier ! Et l'une des victimes était un artificier, que le PDG connaissait bien. Pendant l'interview il s'énerve d’ailleurs. « Il savait ce qu’il faisait pourtant. Est-ce qu’il était à jeûn ? C’est sûr que deux morts, c’est un sacré bilan. Mais est-ce que vous interdiriez les voitures à cause de deux tués dans des accidents de la route ? On se trouve dans le département où la législation est la plus dure en matière de pyrotechnie alors que la tradition y est forte. J’aimerais seulement que les politiques fassent la distinction entre les professionnels et le grand public ». Et d’affirmer que les artificiers « ne sont pas toujours bien vus. » 

Propos pour le moins étonnants d'une direction de société de "sons et lumières". Pour elle, ces morts, c'est banal ! Deux morts, un troisième à l'état de mort clinique, 17 amputations, c'est banal. Pire, c'est peut-être eux-mêmes les fautifs ! Sait-il seulement que dans cette affaire, il y a des mises en examen, notamment le fournisseur du matériel ? Sait-il que la qualité du matériel, qui vient à coup sûr de Chine, est certainement de qualité douteuse sans garantie aucune ? Sait-il que la formation que lui-même prodigue est à remettre en cause (5 jours de stage, avec beaucoup de théorie, car un tableau noir et un bout de craie reviennent moins cher que du matériel pyrotechnique) et que beaucoup d'artificiers eux-mêmes en conviennent ? Sait-il que la pratique de 3 feux d'artifice en deux ans ne donne guère d'expérience ? Faut-il attendre qu'il y ait une fête avec 63 morts comme à Abidjan ?

Alors Monsieur le Directeur, revoyez votre fonctionnement, et laissez les morts reposer en paix !

p_tard

visage_dechiquete

Des "artificiers" en possession du brevet d'homologation. La législation et le contenu de la formation ne sont-ils pas à revoir ?

  • A lire le reportage de "L'éléphant déchaîné" (Côte d'Ivoire) après le drame d'Abidjan: feu_d_artifice_prevot

Posté par jl boehler à 00:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,