mardi 28 août 2018

Des meurtriers cachés

Jos Brech wanted!

Une affaire, cet assassinat du jeune néerlandais de 11 ans Nicky Verstappen, qui fait rapprocher ce cas par la presse de l'affaire Gregory. Dans les deux cas, après de longues années d'enquête, ces assassinats semblent rester des mystères. Cela le reste pour l'affaire Gregory, moins pour l'affaire Nicky Verstappen où l'ADN semble avoir désigné un suspect, Jos Brech.

josbrechstemarie

Celui-ci vit reclus et caché dans son chalet des Vosges à Sainte-Marie-aux-Mines. Oui, mais voilà, à l'arrivée des gendarmes au chalet, il a disparu. Et là l'affaire prend une autre tournure, qui fait bien plus penser à un autre quadruple assassin en fuite, Xavier Dupont de Ligonnès, dont personne n'a plus de nouvelles depuis sept ans.

Seule différence : après sept ans de cavale, Dupont de Ligonnès court toujours (à moins qu'il ne soit décédé), Jos Brech est retrouvé et arrêté en Espagne, quelques jours après le lancement d'un avis de recherche international. 

Brech a été interrogé ce lundi par un juge d'instruction espagnol au sujet de son extradition vers les Pays-Bas. Le Néerlandais a accepté la procédure accélérée pour son extraditionBrech a été arrêté par une équipe spéciale pour les fugitifs, la "Fugitive Active Search Team".

josbrecharrete

Jos Brech: la vidéo de son arrestation en Espagne

Posté par jl boehler à 00:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 24 août 2018

Afrique : les coupeurs de routes !

A la frontière du Ghana, les populations de 21 villages se soulèvent

ci3

Des populations, très en colère, se sont soulevés dans l’Est de la Côte d’Ivoire pour exiger des conditions de sécurité meilleures en raison du règne des coupeurs de route dont elles sont victimes.

Elles sont excédées. Les populations des 21 villages des sous-préfectures de Tienkoikro et de Kokomian (département de Koun-Fao) ont bruyamment manifesté dans la matinée du 20 août dernier, érigeant des barrages sur l’axe Agnibilékrou-Takikro-Frontière du Ghana. Portant des bandeaux rouges et brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire des slogans de protestation, les insurgés à bord de véhicules de transport, ont ensuite convergé vers la localité de Tienkoikro (20 km à l’Est d’Agnibilékrou) où ils ont pris d’assaut les locaux de la sous-préfecture. Sur place, au rythme des chansons guerrières, les émeutiers ont tout de suite exigé une rencontre immédiate avec le sous-préfet.

ciSur les raisons de leur ire du moment, les chefs de villages et les représentants des communautés ont expliqué à l’autorité administrative que depuis plusieurs mois, l’axe routier reliant Agnibilékrou-Takikro-Frontière est pris en otage par une horde de coupeurs de route lourdement armés qui sévissent impunément et sans retenue. Dans leur funeste opération, ont-ils précisé, ces malfrats armés de kalachnikovs, libèrent constamment des tirs nourris qui ont fini par plonger les populations locales dans une ambiance de terreur. A en croire Roger Kouakou, le représentant des jeunes de la zone, ce sont 22 attaques à main armée qui ont été perpétrées par ces sinistres individus sur la période couvrant les deux derniers mois. Lesquels individus qui, n’épargnant ni même les handicapés et autres malades en état d’évacuation, ont abattu de nombreuses victimes (dont un officier des douanes) et empoché plusieurs millions de Fcfa. La dernière en date est celle d’un instituteur à la retraite qui a été dépouillé d’une somme de 800 000 Fcfa avant d’être traumatisé par des tirs à l’arme automatique.

ci1

Sur cette voie que les usagers empruntent désormais avec la peur au ventre, ceux ne disposant pas d’argent sont sauvagement tabassés par ces bandits qui règnent désormais en maîtres absolus. Pour les populations de cette zone qui, quoique située non loin d’Agnibilékrou, relève du département de Koun-Fao, la situation n’a que trop duré. Aussi exigent-elles du gouvernement des mesures vigoureuses pour les libérer de leurs ‘’bourreaux’’.

Assindi Kouassi, le sous-préfet de Tienkoikro, qui a promis transmettre les préoccupations de ses administrés aux autorités compétentes, a exhorté ces derniers à collaborer avec les forces de sécurité en leur fournissant les informations sur d’éventuels suspects. Les manifestants ont levé leurs barricades aux environs de 14 heures.(selon "L'infodrome")

Posté par jl boehler à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 7 juillet 2018

Quand la police intervient au conseil municipal

Le maire veut faire expulser une conseillère 

metz

Quelques minutes à peine après le lancement des débats jeudi, le maire de Metz, Dominique Gros, a demandé une suspension de séance… ainsi que l’intervention de la police municipale pour exclure la conseillère d’opposition Christine Singer.

Tout est allé très vite. D’entrée, Dominique Gros a annoncé que l’ancienne ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, démissionnait de son poste de conseillère municipale. Très affectée par sa défaite aux législatives en juin 2017, l’ancienne députée PS avait pris beaucoup de distance depuis avec la vie politique messine.

C’est d’ailleurs sur ce point que Christine Singer est intervenue à plusieurs reprises en ce début de séance. Selon elle, Aurélie Filippetti aurait dû perdre son poste de conseillère dès le mois de mars après ses nombreuses absences non excusées. « A-t-elle oui ou non continué à toucher son indemnité d’élue depuis ? Si oui, c’est de l’enrichissement sans cause et vous êtes donc, Monsieur le maire, en faute. Ce qui est grave. »

Après avoir rappelé Christine Singer à l’ordre à trois reprises, Dominique Gros, qui n’a pas répondu aux questions de son opposante, a décidé de suspendre la séance… et d’appeler la police municipale pour exclure l’élue de la séance. Après une interruption de séance d’une bonne quinzaine de minutes, des négociations entre Jérémy Aldrin (le président du groupe dans lequel siège Christine Singer) et la majorité, le calme est finalement revenu. Et l’élue a pu regagner sa place au sein de l’assemblée. (selon "Le Quotidien du Luxembourg")

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 9 septembre 2017

Macron met ses policiers au régime sec

Un banquier ça sait compter et ça économise 

forbach1

Lundi 4 septembre, jour de la rentrée des classes, Emmanuel Macron était en visite dans une école primaire de Forbach. Un voyage officiel (VO) qui nécessitait un important dispositif de sécurité. Les fonctionnaires de la Direction départementale de la sécurité publique de Moselle (DDSP) avaient reçu des renforts extérieurs à l’instar des hommes de la Section d’intervention (SI) de Nancy, à en croire les réseaux sociaux des différentes organisations syndicales.

En poste sur les lieux du VO avant 6 h du matin pour certains, les policiers recevaient, vers 10 h, un petit sachet repas. À l’intérieur : une pomme, une bouteille d’eau de source 50 cl, une mini-brique de jus d’orange et un sachet de 4 biscuits. Un encas dans l’attente d’un repas de midi qui tienne l’estomac ? Que nenni !

Ce sera la seule et unique collation - un « goûter d’écolier » plaisantent certains - distribuée aux forces de l’ordre chargées d’assurer la sécurité autour du déplacement présidentiel. Autant dire qu’il fallait avoir de la réserve pour tenir une vacation sur le terrain d’une durée de près de 10 h. « Quand on a su qu’il s’agissait du seul et unique repas auquel nous aurions droit, on a cru à une blague », note un policier. « C’est un manque criant de considération pour des économies de bout de chandelle. S’il y avait eu au moins un sandwich dans le colis, la pilule aurait peut-être pu passer mais là… D’autant que, bloqués sur le dispositif, on ne pouvait pas aller acheter de quoi se restaurer ».

Le buzz !

Le « goûter présidentiel » fait le buzz sur les pages Facebook à l’instar de celle du Syndicat Unité-SGP-Police FO. Et les commentaires fusent : « On dirait le goûter de mon fils de 6 ans » ; « Honteux » ; « Les voyous en prison ont des repas chauds matin, midi et soir » ; « Au prochain repas à l’Elysée, le cuistot devrait reprendre cette merveilleuse idée »…

Secrétaire départemental d’Unité-SGP-Police FO en Meurthe-et-Moselle, Abdel Nahass « n’accepte pas de telles conditions de travail ». Le représentant syndical compte « alerter le préfet délégué et saisir le CHSCT ». « C’est toujours la DDSP qui reçoit - ici la Moselle - qui à la charge d’assurer la restauration. Avec la possibilité de demander un remboursement à l’administration et en cas de déplacement hors du lieu de résidence, les fonctionnaires ont droit à un forfait repas de 15,25 €. Là, on en est loin ! ».

Un raté de cantine qui amenait nombre de policiers extérieurs au département de la Moselle, à se précipiter vers la première enseigne de restauration ouverte à la fin du VO. A priori, l’administration devrait tout de même rembourser le ticket à hauteur du forfait : 15,25 €. (selon "L'Est Républicain").

NB : Evidemment, ce repas est l'équivalent de celui pris à la tour Eiffel par les couples Trump et Macron le 14 juillet dernier. Une rentrée scolaire à Forbach, ça vaut bien une belle fête nationale.

trump

Posté par jl boehler à 00:08 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 28 octobre 2016

Encore une histoire à Meaux !

meaux

On connaissait, grâce à son député-maire Jean-François Copé candidat aux primaires de la droite, le prix très intéressant des petits pains briochés à Meaux (entre 10 et 15 centimes d'€). Mais voilà une histoire qui ne manque pas de sel non plus et qui se passe devant lycée privé Bossuet ... à Meaux, une fois de plus ! Décidément cette ville doit souffrir de tous les ... maux !

Et c'est le maire LR Christian Robache de la ville voisine, Montévrain, qui en est à l'origine. Son fils, élève au lycée cité, aurait été victime de quelques mots déplacés sur facebook. Son père a donc demandé à la police de le chercher à la sortie des cours pour l'accompagner à la maison. Une menace grave aurait plané au-dessus de la tête du fiston.

Ce sont donc onze policiers municipaux, formant une escorte inhabituelle, qui ont conduit le fils du maire chez lui. Il paraît que ce genre de pratique est habituel aux Etats-Unis, mais en France ce n'est pas très légal. Pourtant le maire ne risque pas de sanctions pénales (personne n'ayant porté plainte). Il s'est quand même vu adresser quelques remontrances par la sous-préfecture de Meaux pour cette peccadille... Et peut-être ce maire a-t-il contribué au ras-le-bol des policiers contre les surcharges de travail ?

Posté par jl boehler à 00:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 27 septembre 2014

ça se passe à Marseille ?

Une jeune française revient du djihad en Syrie.

papiers_svp

 

Posté par jl boehler à 00:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 18 juillet 2013

Néo-nazis : pas qu'en France

201305181815_fullLa police française se focalise sur un supposé néo-nazi norvégien en Corrèze ! Mais des perquisitions dans les milieux néo-nazis ont eu lieu hier dans différents locaux en Allemagne, en Suisse et aux Pays-Bas dans le cadre d'une enquête sur des projets d'attentats ourdis par les milieux néo-nazis, a déclaré le parquet fédéral allemand.
Un groupuscule appelé "Escadron loups-garous" est soupçonné d'avoir projeté des attentats à la bombe et de s'inspirer des commandos de "loups-garous" que les nazis voulaient envoyer derrière les lignes ennemies vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, écrit le magazine Der Spiegel sur son site internet. Une cinquantaine d'agents ont pris part aux perquisitions dans les Länder allemands de Basse-Saxe, de Hambourg et de Mecklembourg-Poméranie occidentale. La police suisse a fouillé quant à elle les cellules de suspects actuellement en détention. Nul n'a été arrêté en Allemagne, mais la police néerlandaise a procédé, elle, à une arrestation près de La Haye. Les policiers ont confisqué des ordinateurs, des cartes mémoires et autres documents dans les appartements et bureaux de quatre personnes dans les trois pays. La montée de cette idéologie haineuse et raciste, l'effet du hasard ?

Posté par jl boehler à 01:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 13 novembre 2012

L’expulsion brutale d’un Tunisien filmée par un passager à l’aéroport de Lyon

tunisienLes vidéos d’un sans-papiers forcé par la police d’embarquer sur un avion pour Tunis provoque l’indignation sur Internet. L’auteur de la vidéo se dit choqué par le traitement inhumain subi par son compatriote.
 Les passagers du vol TU 751 de 11h50 entre Lyon et Tunis du samedi 10 novembre ont assisté à une scène perturbante alors qu’ils venaient d’embarquer. Un Tunisien est maintenu face contre terre par deux policiers. L’homme, qui refuse d’embarquer, hurle tandis que les passagers supplient les deux agents de la police de l’air et des frontières de le relâcher, leur reprochant de traiter l’homme comme un criminel.
Selon le passager qui a filmé la scène puis posté ses vidéos sur YouTube, le Tunisien aurait été maintenu pendant une quinzaine de minutes au sol, avant d’être finalement sorti de l’avion. D’après les informations qu’il a pu recueillir à bord, le sans-papiers, prénommé Aymen, habitait Lyon, serait divorcé et père de deux enfants. Il avait été placé en détention pendant 45 jours au centre de rétention de l’aéroport, avant d'être embarqué dans un avion pour Tunis.
La préfecture du Rhône a indiqué à FRANCE 24 que le Tunisien faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français de la part de la préfecture de l’Isère qui avait demandé son placement dans le centre de rétention de la région. La préfecture explique que le sans-papiers refusait de monter dans l’avion et s’était montré agressif, insultant même les policiers.
 Après cet incident, l’homme a été placé en garde à vue puis jugé par le tribunal de grande instance de Lyon. Il a été condamné le 13 novembre à 10 mois de prison ferme et 3 ans d’interdiction de territoire français.
 
"Pour la France, pays des droits de l’Homme, c’est vraiment une honte de traiter un être humain de la sorte". Tounsihor (pseudonyme) est franco-tunisien. Il s’apprêtait à rentrer en Tunisie pour une semaine de vacances. Il est l’auteur des vidéos publiées sur YouTube.
 
Extraits de la vidéo originale. Les visages des agents de la police de l'air et des frontières ont été floutés.
 
Le vol avait déjà deux heures de retard. On avait vu qu’avant nous, des personnes étaient entrées dans l’avion. Lorsque nous avons embarqué, on a entendu des cris, des gens se bagarrer. Je me suis dit : ‘C’est pas possible, on vient d’attendre deux heures, et là, il y en a qui trouvent le moyen de se battre pour retarder encore le vol !’.
 Puis, je me suis approché et j’ai vu deux hommes, dont un assez imposant portant un t-shirt orange, tenir à terre un homme qui criait et semblait souffrir énormément. Ils étaient à deux sur lui, lui tenant les bras et les jambes. C’était incroyable de les voir agir si violemment.
 Un passager avec un survêtement Adidas, qu’on voit sur la vidéo, s’est approché pour demander aux policiers de le relâcher. Il a demandé au sans-papiers de se calmer, de faire attention à ce qu’il disait et faisait, car il risquait d’être accusé d’outrage à agent et d’aggraver sa situation. J’ai appris ensuite que cet homme en survêtement connaissait la personne séquestrée. Le sans-papiers s’était levé pour se diriger vers lui et c’est à ce moment qu’il a été mis à terre. "Si un policier tunisien avait fait ça à un Français, ça aurait été un incident diplomatique !" Les personnes âgées autour étaient choquées, il y avait aussi des enfants qui demandaient ce qu’il se passait. J’ai vu des hôtesses de l’air et d’autres membres de l’équipage les larmes aux yeux. La façon dont cette personne a été traitée nous a profondément choqués. Si un policier tunisien avait fait ça à un Français, ça aurait été un incident diplomatique ! Certes, je n’ai pas vu les policiers mettre des coups. Mais je considère qu’il y a d’autres manières pour traiter un être humain, surtout en présence d’autres personnes, comme dans un avion touristique. À un moment, les deux hommes m’ont demandé d’arrêter de filmer. Mais j’ai refusé. Je ne faisais pas ça pour la gloire et j’en avais le droit. Comme je le dis dans la vidéo, pour la France, pays des droits de l’Homme, c’est vraiment une honte de traiter un être humain de la sorte.

Posté par jl boehler à 18:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 11 août 2011

Quand la police attaque

Ce matin, The Sun publiait une vidéo qui scandalise la Grande-Bretagne. Sur celle-ci, on peut voir des policiers attaquer des jeunes.

Dans la nuit de mercredi, à Manchester, sept policiers de la brigade antiémeute, se sont rués sur trois jeunes à vélo. Sans aucune forme de procès, ils s’abattent sur les cyclistes avec leurs matraques. Deux d’entre eux réussissent à s’enfuir. Le troisième reste coincé. Plusieurs coups de matraques plus tard, il tombe de son vélo. Il tente de s’échapper mais se fait rattraper par les coups.

( Lu dans "24 heures Suisse")

  

Posté par jl boehler à 11:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 30 janvier 2011

Alliot-Marie, onzième plaie de l'Egypte ?

Nous avons fait paraître sur ce blog, en date du 16/1/2011, l'intervention devant la représentation nationale de Michèle Alliot-Marie, qui voulait faire bénéficier la police tunisienne de Ben Ali du savoir-faire français. A revoir :

 http://jboehler.canalblog.com/archives/2011/01/16/20132767.html

Mais voilà qu'un document officiel émanant de l'ambassade de France en Egypte atteste qu'en 2010 des policiers égyptiens sont venus s'entraîner en France. Un "savoir-faire" qui à ce jour a un bilan d' "au moins 100 morts et 1200 blessés" dans les grandes villes égyptiennes.  Elle est belle la "formation sur la gestion des foules" à la française. CGT, CFDT, FO, ouvriers, étudiants, lycéens et tous les autres, attention ! vos prochaines manifestations contre la politique de Sarkozy et pour la défense des acquis sociaux risquent de devenir de vrais carnages ! Et ce n'est peut-être rien à côté de ce qui va se passer lorsque les CRS manifesteront contre les fermetures de leurs casernes ?

Image_5_0

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,