jeudi 10 mai 2018

Rencontre Elzach - Villé ...

... pour quelques élus seulement !

elzach

Des élus de notre bourg-jumeau de Forêt Noire, Elzach, ont été reçus dans le Val de Villé, comme publié dans la "Badischezeitung" du 5 mai dernier et dans le bulletin de la municipalité d'Elzach. Du côté badois, on notait la présence du "Bürgermeister" Roland Tibi, la secrétaire générale Ulrike Schneider et la représentante au district d'Emmendingen Silke Tebel-Haas. Du côté "willerthal", on notait Jean-Marc Riebel, président de la comcom, André Frantz, le premier magistrat du bourg-centre, et la conseillère municipale franco-allemande Rosemarie Durand.

Et c'est tout ! Les autres conseillers municipaux de Villé ou délégués de la comcom, aux abonnés absents, ont-ils seulement été invités ou informés ? Selon, certains, non ! Pourtant le pinot noir d'Albé était en nombre important, au point que les restes ont pu servir exclusivement au vin d'honneur de fin de cérémonie du 8 mai.

Même l'adjointe-conseillère départementale a brillé par son absence. A-t-elle été seulement invitée ? ou tenue au courant ? Ou le président de la comcom, ou le maire, n'ont-ils pas souhaité la voir, tant leurs relations personnelles semblent bonnes. Ou était-elle déjà en train de chercher son écharpe tricolore perdue, qu'elle n'aura pas encore retrouvée le 8 mai à la cérémonie de dépôt de gerbe au monument aux morts ? 

On ne sait d'ailleurs plus si c'est la comcom ou la commune de Villé qui sont jumelés avec Elzach. Mais passons...

Il est plus urgent de s'intéresser au futur programme élaboré pour les 25 ans du jumelage lancé en son temps par le curé Trendel) par ces si importantes délégations.  Et beaucoup d'idées ont été évoquées ! 

Un échange d'élèves devrait avoir lieu dès 2018, et les enseignants des écoles villoises et elzachiennes vont travailler dur à l'élaboration d'un programme d'activités pendant les visites.

Quant au jumelage Elzach-Villé des adultes, qui a été officiellement scellé en 1993, après plus de 30 ans de rencontres d'amitiés entre citoyens et les clubs (notamment les sections des jeunes juniors, cadets et minimes de l'AS Villé), le report à 2019 des festivités du 25ème anniversaire se fera au 26ème. Histoire de pouvoir peaufiner quelques "schnaps-idées" encore trop peu élaborées en vue de ce jour qui devra être mémorable.  

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 26 février 2018

Un conseil municipal chez nos jumeaux d'Elzach

"Pas assez d'argent pour les municipalités"

elzach_katz

La commune d'Elzach se compose d'un gros bourg-centre et de hameaux annexes. Les réunions municipales ont lieu souvent dans un hameau. Cette fois tous les élus de la commune se sont déplacés à Katzenmoos. Mardi dernier, Elzach a donc voté son budget 2018 avec un montant total de 20,6 millions d'€ (une voix contre). A noter cependant, l'immobilité fédérale par absence de gouvernement depuis des mois, qui entraîne un manque de subventions au niveau de l'Etat et qui amène la municipalité à la fois à ne réaliser aucun grand investissement tout en l'obligeant à prévoir un emprunt d'environ un million d'€.

elzach_ponts

L'exemple le plus évident est la réfection de nombreux ponts qui sont dans un état lamentable. Certains méritent d'être démolis et reconstruits, car devenus même dangereux. Ces ouvrages deviennent même une poudrière permanente.

D'autres investissements risquent même, bien que nécessaires et urgents, d'être retardés, tels des aménagements scolaires pour les tout-petits, de nouvelles installations pour les seniors, l'entretien des rues, de l'eau, de l'assainissement , de l'électricité et même le réseau internet à très haut débit.

elzach4

La ligne de chemin de fer de Fribourg-en-Brisgau à Elzach mériterait aussi des réfections pour mettre ces deux villes à une demi-heure l'une de l'autre. Ces travaux seront retardés à fin 2019.

La construction de la nouvelle caserne des pompiers et de ses logements va aussi subir de sérieux retards. Et le contournement de Winden, il ne verra la fin qu'en 2024.

Tous les trois groupes du conseil municipal, CDU, SPD et "Freie Wähler" sont en accord sur cette analyse, et en sont désolés. Au fait, quelle serait la situation à Villé, si la dotation de l'Etat disparaissait entièrement ou avait seulement du retard à parvenir ?

Posté par jl boehler à 02:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 7 octobre 2017

Elzach : journée politique pour les jeunes

Stadt_Elzach

Echange avec les maires Les jeunes âgés de 14 à 25 ans sont invités à l'événement «Journées de la politique de la jeunesse à Elz et Simonswäldertal». Le dialogue avec les maires de Biederbach, Elzach, Gutach, Simonswald et Winden est le lundi 9 octobre à 19h dans la maison d'hôtes d'Elzach. Les développement est rapide dans la région de cette ville jumelée avec Villé, et ses alentours.  Dans de nombreux domaines, les conseils municipaux prennent des décisions qui influent sur l'avenir de la région - et donc aussi sur la jeunesse locale. Les maires veulent que les jeunes participent aux développements ultérieurs dans les municipalités et cherchent donc à discuter avec eux. Ils s'intéressent à leurs idées. Que ce soit les thèmes de la construction, du logement, de la vie, du travail, de la mobilité, des affaires sociales, des écoles ou des clubs, l'opinion des jeunes est une base importante pour d'autres décisions. C'est pourquoi ils attendent avec impatience de discuter avec la population de 14 à 25 ans. Voilà une initiative intéressante qui pourrait inspirer nos élus villois ou val-de-villois.

Posté par jl boehler à 00:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 30 juillet 2017

Villé, village fleuri

La troisième fleur, ça se mérite !

gendarmerie

Notre premier magistrat peut être fier : il a obtenu la "troisième fleur". Oui, mais voilà : une troisième fleur se mériterait par des progrès réalisés depuis l'obtention de la deuxième fleur. Est-ce bien le cas ? 

DSCF0505

L'ancienne gendarmerie de la route de Bassemberg était l'immeuble le plus fleuri en mai 2009, aujourd'hui c'est l'endroit le plus sale. Les arbrisseaux et mauvaises herbes ont certes été fauchés juste avant le passage de la "commission", mais même pas dégagés, juste enlevés de la vue des inspecteurs à l'arrière du bâtiment. Un grand bravo à la direction municipale ! Mais veut-on commencer là un nouveau tas de compost sauvage ? Ou s'agit-il d'une simple "symphonie inachevée" ? A Villé rien ne nous étonne. 

 

pont

Le pont de la Leh, dans un état déplorable à la même époque, l'est toujours. Le maire aurait même demandé au SMICTOM de participer à un audit en vue de l'amélioration de l'ouvrage. Aura-t-il satisfaction en le disant avec des fleurs ... manquantes ?

DSCF0501

Quant au cimetière, il est dans un état lamentable ! Allées non entretenues ! Tombes abandonnées dont la concession est reprise par la commune, revenues à l'état sauvage. Haie de clôture non taillée remplaçant une enceinte obligatoire en pierres, jamais réalisée depuis la loi qui date de 1925 ! Villé était pauvre au début du 20ème siècle, l'est toujours et le sera encore à l'avenir ?

Alors, troisième fleur méritée ?

DSCF0498

Posté par jl boehler à 00:23 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 13 octobre 2016

A propos de l'accueil de réfugiés à Villé

Une majorité de lecteurs du blog favorable à recevoir des réfugiés

refugies2

Le débat lancé dimanche à propos de l'accueil de réfugiés a été animé. Il s'agit maintenant d'en faire l'analyse. L'article a été lu près de 1800 fois en trois jours, ce qui est déjà exceptionnel en soi. Sur l'ensemble des parutions (blog, facebook, etc...) plus d'une centaine de lecteurs se sont exprimés d'une façon ou d'une autre (commentaires, "j'aime", etc...). A noter que ceux qui se sont prononcés "pour l'accueil", soit environ 75%, sont souvent restés discrets face à l'idéologie tonitruante et virulente des "contre".

A analyser de plus près les "contre" on trouve dans l'ordre : des jeunes de moins de 30 ans, même souvent issus de l'immigration, mais aussi des proches des autonomistes d' "Elsass frei" (ce qui est moins étonnant). Il est vrai que ce sont les jeunes que l'on retrouve le plus souvent à consulter internet. D'autres, parfois moins jeunes, semblent sortir de classes populaires, celles que Marx appelait déjà le "lumpenproletariat", et ne dépareraient pas la ville de Hayange du maire Engelmann. Ce n'est heureusement qu'une toute petite minorité, mais qui pollue l'atmosphère du bourg.

Une réunion secrète du conseil municipal

Dès lundi soir, le maire de Villé a organisé une réunion "commissions réunies" unique en son genre puisque la convocation n'indiquait aucun point d'ordre du jour ! Certes on reconnaît là la méthode dissimulatrice courante à la mairie de Villé. Mais enfin, admettons, il y a eu une réunion, donc il faut l'espérer, aussi une discussion. Selon des proches du maire, le sous-préfet de Sélestat était présent (serait-ce lui qui a poussé à la réunion ?). Il a été question de l'accueil de personnes réfugiées ou demandeurs d'asile. Pour le reste, il faudra attendre une réunion ultérieure publique du Conseil Municipal ou un bulletin municipal, rare ces derniers temps, pour en savoir plus. Je continue à penser qu'une réunion publique serait la bienvenue pour permettre de lever toute ambiguïté et prévoir un accueil chaleureux à tous ceux que la guerre a chassé de leur pays. On n'a pas fini de parler de cette affaire ... L'accueil des réfugiés s'est bien passé dans des communes du Centre-Alsace et d'Alsace, tout comme chez nos jumelés d'Elzach, alors pourquoi pas à Villé où l'Etat possède de magnifiques bâtiments ?

DNAExtrait de presse : DNA de ce jour

Posté par jl boehler à 00:08 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 6 juin 2016

Les maires et la DGF

La "fausse bible" de l'opposition LR

Régulièrement, on entend des maires, proches de LR et de Sarkozy, s'en prendre à l'Etat qui "réduit les dotations", lorsqu'ils n'arrivent pas à boucler leur budget (souvent du fait de leur propre mauvaise gestion). Rétablissons la vérité : l'Etat ne réduit pas systématiquement, mais cherche à rééquilibrer d'une façon plus juste. Voir le tableau ci-dessous, qui est très parlant :

dgf2016Et chez nous ? où les maires, et notamment celui de Villé, pleurent dans tous leurs discours publics : "L'Etat ne donne plus d'argent." D'ailleurs, même en Alsace, la commune de Bernolsheim voit sa DGF augmenter de 469%, soit 27.979 €. Alors, à voir.

battistel2

Ainsi, après une première concertation datant du 29 mars dernier, la Secrétaire Générale de l'ANEM (association nationale des élus de montagne) Marie-Noëlle Battistel, députée de l'Isère, a pu rencontrer Jean-Michel Baylet, ministre chargé de l'Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités Territoriales, à propos des DGF en zones de montagne.

Elle a rappelé clairement la situation :

- La loi Montagne de 1985 n'a pas eu de traduction financière au sein de la DGF, hormis le doublement pour la voirie dans le cadre de la solidarité rurale. L'ANM souhaite qu'il soit tenu compte dans cette attribution des difficultés spécifiques de la montagne.

- Les communes pauvres situées dans une intercommunalité non éligible à certains avantages devront être identifiées.

- Le ministre a transmis à la représentante de l'ANEM la simulation de la réforme de la DGF en zone de montagne, telle que votée dans la loi des finances 2016. La réforme est globalement positives pour les communes de montagne ! (+10,8 millions d'€). Voir l'évolution de la DGF ci-dessous massif par massif (seules les Alpes - dotées des stations d'hiver les plus rentables financièrement - y perdent 0,1%.) Les Vosges gagnent 0,3% de DGF !

tableau

Alors, tous ces petits élus LR ou affiliés qui répètent comme des perroquets "la bible selon Saint-Sarkozy" devraient se pencher de plus près sur les chiffres, avant de hurler au loup ! Et si leurs finances locales battent de l'aile, qu'ils ne s'en prennent qu'à eux mêmes.

maires

Posté par jl boehler à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 20 août 2014

Non à la cession du produit de la chasse à la commune de Villé !

La municipalité de Villé vient de faire parvenir à tous les propriétaires fonciers de la commune le courrier ci-dessous en y joignant une demande de procuration de garder dans la caisse communale le montant du produit de la chasse qui revient aux propriétaires !

frantz

 Monsieur le Maire oublie dans son sympathique plaidoyer :

- que la location de chasse est régie par le droit local d'Alsace-Moselle !

- que la cession du fruit de la location de chasse ne peut s'obtenir qu'avec l'accord des 2/3 des propriétaires (en personnes physiques) possédant les 2/3 des propriétés foncières.

- qu'en cas de cession, la commune se doit d'affecter le montant à des travaux d'intérêt général, notamment à l'entretien des chemins ruraux !

Qu'en est-il à Villé ?

- L'engagement d'affecter ce produit aux chemins ruraux a été réitéré au conseil municipal du 25 octobre 2005 ! Mais pas tenu !

- La CCAF (Commission Communale d'Aménagement Foncier) n'a plus été convoquée depuis 2007 !

Dans ces conditions, faut-il encore laisser l'argent de la chasse à la commune, qui par ailleurs ne s'est pas gênée d'augmenter les taxes foncières ? Un comble !

Extrait des délibérations du 25 octobre 2005 :

frantz1Plus d'informations dans les prochains posts du blog !

Posté par jl boehler à 12:41 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 16 avril 2014

La RN 59 s'invite au redécoupage cantonal

appel_d_offres_lance_pour_le_contournement_de_chatenois

Décidément, la RN 59 et le contournement de Châtenois sont cités à toutes les sauces par nos élus, chaque fois que cela les arrange. Et cela dure depuis 1976 ! Et la dernière des sauces, c'est le redécoupage cantonal, du moins en ce qui concerne le Val de Villé.

C'est ainsi qu'en plein conseil municipal de Villé, le maire s'écrie : "Notre bassin de vie est Sélestat. Il faut nous rebeller et ne pas se laisser manger, surtout qu'on s'était battus pour le contournement de Châtenois et parce-que l'on a un canton clairement défini." Tiens donc ! Monsieur le Maire a oublié que la RN 59 et son hypothétique contournement de Châtenois forment une route nationale ! Rien à voir avec les cantons.

Nous rappellerons quand même que ce contournement et son prolongement jusqu'à Lièpvre étaient inscrits au contrat de plan Etat - Région qui courait de 2000 à 2007, et qu'au moment de l'élaboration de ce contrat de plan, c'est "l'association RN 59 Sécurité" qui s'est déplacée au ministère des transports à Paris pour arracher l'inscription de ce projet, et non pas le maire de Villé.

Nous rappellerons aussi qu'en 2003, le recours de viticulteurs et d'Alsace-Nature contre la DUP ayant abouti en première instance au Tribunal Administratif, ce sont les élus locaux, y compris le maire de Villé, qui ont conseillé au Préfet de renoncer à faire appel ! Quelle volonté politique affichée de nos représentants, juste pour cacher au citoyen et à l'usager que le financement du contournement était déjà "détourné" vers Mertzwiller par le Conseil Général. On expliquait pourtant alors qu'il serait plus rapide de recommencer un dossier et de déposer une nouvelle DUP ! En 2014, on voit ce que ça donne !

Quant à la conseillère générale, battante de tous les instants, elle estime "qu'il faut suivre les cours d'eau." Elle a dû lire avant d'arriver au conseil la fable de La Fontaine : "La femme noyée". Que n'a-t-elle réagi en septembre 2013 à la session plénière du Conseil Général aux propos du Préfet qui annonçait que la nouvelle route du contournement de Châtenois ne serait pas plus large que l'ancienne ! Ce qui d'ailleurs est contraire à la DUP qu'il a lui-même signée, et qui est définitivement approuvée, les recours n'ayant pas abouti !

Alors, Monsieur le Maire, Villé toujours capitale des moulins à vent ? Et pourquoi payer un avocat pour un recours pour lequel vous êtes convaincu qu'il n'aboutira pas ?

Posté par jl boehler à 11:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 17 avril 2013

A Plaine, 2015 c'est bientôt...

panneau_plaineQuand on tire une chasse d’eau ou qu’on ouvre une bonde de lavabo, on ne se pose pas toujours la question de savoir où s’enfuient les contenus de nos différents réceptacles d’ablutions et autres besoins naturels. Eh bien à Plaine, on va davantage… se pencher sur la question ces prochains temps, en essayant de ne pas tomber dans un débat sans fond et de s’y noyer… Pour faire avancer la réflexion, un groupe de citoyens locaux a créé une association. C’est le but avoué pour la création de cette structure (PAACTE : Plaine action citoyenne pour un territoire équitable, déclarée officiellement le 21 février dernier, qui regroupait une vingtaine de foyers et une trentaine d’adhérents au moment de sa création). Son président, François Doyelle, l’assure tout de go : il n’y a rien d’électoral dans la chose. « Nous ne sommes pas une association à vision politique, ni municipale ». Au cœur des enjeux, l’assainissement dans ce secteur, zone communale étendue, qui compte de nombreux écarts. La commune veut que s’engage un aménagement global en assainissement non collectif, ce que la nouvelle association ne voit pas d’un bon œil.

Une association pour ouvrir le débat

Pour elle, « on n’a pas laissé le choix aux gens », analyse François Doyelle. Il estime aussi que l’information donnée aux habitants n’a pas été suffisante, « juste administrative ». Sans entrer dans les détails d’un dossier des plus complexes, on peut dire que les mises aux normes imposées en matière de traitement des eaux usées font grincer des dents, dans ce village à la géographie et au maillage immobilier particuliers. Du côté de la commune, on assure que l’assainissement non collectif est la voie « la plus raisonnable », d’après le maire, Pierre Grandadam. À l’autre bout du tuyau, on prétend que des solutions alternatives existent. François Doyelle évoque, par exemple, des tranchées drainantes, des lagunages, des microstations. On pourrait donc imaginer d’organiser un assainissement semi-collectif, et non autonome, comme le préconise la commune. Cette dernière option « impose un entretien, regrette le président de PAACTE. Tous les quatre ans, il faut vidanger une fosse toutes eaux ; tous les dix à douze ans, il faut refaire les filtres, soit 3 à 5000 € à chaque fois ! Et le coût pour créer un assainissement autonome, c’est en moyenne 10 000 € à engager, multiplié, à Plaine, par 300 foyers ; faites le compte… ». L’assainissement autonome, aux yeux de la nouvelle association, est « un pis-aller ». Elle s’insurge aussi contre les bilans obligatoires imposés aux particuliers pour leurs installations existantes, aux tarifs fluctuants, colère partagée dans divers secteurs dans l’Hexagone, ire qui mobilise d’autres associations en France.

Plus d’information souhaitée

PAACTE souhaite avant tout « distribuer de l’information au plus grand nombre, et conteste l’utilité publique déclarée dans la commune » quant à la mise aux normes des systèmes d’assainissement. « Nous souhaitons mobiliser un maximum de personnes, souligne encore François Doyelle, mais aussi rouvrir le dossier technique et remettre sur la table les comparaisons entre systèmes d’assainissement ». La solution résiderait, toujours selon la nouvelle association, « entre l’assainissement individuel et le collectif. Ce serait plus efficace aussi au niveau environnemental. Et certains secteurs homogènes de la commune pourraient tout de même bénéficier d’un système d’assainissement collectif. De plus, nous ne sommes pas isolés dans la vallée de la Bruche. Il devrait y avoir une mutualisation intercommunale de la problématique. Nous voulons en tout cas rouvrir ce dossier, visiter des installations existantes, rencontrer des techniciens et avoir une information plus éclairée ». PAACTE ne prétend pas « inventer des solutions techniques. Nous ne sommes pas des techniciens. Mais remettre les choses à plat est un exercice de démocratie. On espère que cette problématique sera prise en compte par les futurs élus ».

Entendre par là ceux qui surviendront à l’orée de 2014, dans environ un an ; après les municipales. Tiens, tiens… (DNA du 13/4/2013)

Posté par jl boehler à 00:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 22 juin 2012

Arnaque au cuiseur vapeur !

espritdeco2Depuis 15 jours, régulièrement une jeune femme d'une plate-forme africaine vous harcèle au téléphone pour vous indiquer l'ouverture d'un magasin "Esprit'Deco" à Sainte-Marie-aux-Mines, dans les locaux de l'ancien Grand Hôtel. Elle vous explique en long et en large, avec son charmant accent africain, où se trouve Sainte-Marie-aux-Mines (ce qui vous évite d'acheter un GPS), la rue du Maréchal de Tassigny et son célèbre feu rouge, et enfin le Grand Hôtel ! Il est vrai que pour un ivoirien d'Abidjan, ce n'est pas évident, mais pour un villois ou un sainte-marien, pas besoin de dessin ! Puis cette charmante demoiselle vous présente les cadeaux qui vous sont offerts lors de votre visite ! Le lendemain, un courrier vous arrive avec la liste des cadeaux qui vous sont attribués : une bouteille de vin et un collier, puis un panier gourmand et un cuiseur vapeur ! Le surlendemain cette chère Myriam, qui se présente enfin, vous rappelle ! Et une nouvelle fois vous explique où est situé Ste-Marie-aux-Mines, la rue du Maréchal de Tassigny, le grand Hôtel. Et le sur-surlendemain, à nouveau un courrier (le même) avec votre numéro de client !

espritdeco3

 Oui, mais voilà tout ça c'est du pipeau ! Car quand vous arrivez, rien ! La friche du Grand Hôtel est vide comme à son habitude ! Evidemment la belle Myriam ne vous a pas prévenu de l'illégalité de l'ouverture impromptue de cette enseigne, pour laquelle le maire de Ste-Marie-aux-Mines s'est empressé de prendre un arrêté municipal de fermeture immédiate ! Et cette chère Myriam ne vous dit même pas où vous pouvez retirer vos cadeaux qui restent très fictifs ! Ah ces arnaques ! 

espritdeco4