lundi 9 décembre 2019

Conseil municipal de la Saint-Nicolas à Villé

Les élus présents au complet ?

cm4

Il fallait s'y attendre ! Comme beaucoup de monde dans la vallée, le maire de Villé a dû croiser la conseillère départementale, encore toujours élue municipale, et s'est-il dit qu'il devait profiter de son passage dans la vallée pour organiser une réunion du conseil municipal, qui pour une fois pourrait siéger au grand complet, et sans se déplacer en Ariège. 

Alors, vite, un ordre du jour a été établi ! Même Saint-Nicolas y trouve son compte avec un programme de travaux forestiers (sur les chemins manquant d'entretien depuis des décennies ?) qui devraient à l'avenir lui permettre de se déplacer plus facilement ! Peut-être les propriétaires forestiers, qui ont laissé leur revenu de la chasse à la commune, s'y retrouveront-ils  enfin aussi. 

Une invitation a été envoyée aux conseillers, et publiée dans la presse, avec comme date et heure :

Lundi, 9 décembre 2019 à 20h00 à la mairie !

Evidemment la réunion est publique. Et peut-être un participant ou deux annonceront-ils leur candidature aux municipales de mars 2020 ?

cm1

cm2

Posté par jl boehler à 09:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 8 novembre 2019

Pour remplacer les facteurs grévistes, la direction embaucherait des coureurs kenyans

Extrait de la presse régionale du 7/11/2019 : Ce mercredi, les facteurs en grève à Villé ne se sont pas rendus sur le marché hebdomadaire comme ils l’avaient fait la semaine dernière pour faire signer une pétition demandant le maintien des neuf tournées dans la vallée. Ils ont choisi de rester devant le bureau de poste, le long de la route, au pied de la tonnelle qu’ils occupent de 8 heures à 16 heures depuis seize jours exactement. « Ça commence à être un peu fatigant, concède Olivia Dielaine, secrétaire de la section locale CGT FAPT 67. On se doutait qu’il faudrait tenir au moins une semaine mais seize jours… »

Cynthia, factrice depuis trois ans et demi, assure ne pas trouver les journées trop longues : « On est mieux ici que dans le stress du boulot », sourit la jeune femme. Réunis autour d’un feu, les grévistes se réchauffent et discutent régulièrement de leurs conditions de travail, qui ne cessent de se détériorer selon eux. La goutte d’eau qui les a poussés à se mobiliser, c’est la dernière réorganisation annoncée par la direction, marquée par la suppression d’une des neuf tournées dans la vallée.

« Certains doivent déjà rogner sur leur pause de midi voire y renoncer »

Vill_

« C’est la réorganisation de trop, s’énerve Christine, 31 ans de carrière à La Poste. Jusqu’en 2008, on était douze facteurs pour desservir les 18 communes de la vallée. Ils ont supprimé deux tournées cette année-là, puis une autre quelques années plus tard. Et là, une quatrième tournée disparaît. Cette suppression, c’est 45 minutes à une heure de travail en plus pour les autres. » « Certains doivent déjà rogner sur leur pause méridienne, voire y renoncer pour terminer à 16 heures et ils n’y arrivent pas toujours », souffle Olivia Dielaine. On peut comprendre la baisse du trafic, mais on ne demande pas la lune : on veut simplement travailler dans de bonnes conditions. » « On essaie de faire des efforts, et voilà la récompense », lâche Nicolas, 17 ans d’ancienneté.

Alors que les négociations semblent au point mort – « des propositions leur ont été faites mardi, mais ils ont décidé de reconduire leur mouvement », indique-t-on simplement à la direction, les grévistes disent pouvoir compter sur le soutien de la population locale : la pétition qu’ils font signer aurait recueilli près de 900 signatures, dont celles de plusieurs élus de la vallée.

Une distribution assurée par des marathoniens kenyans ?

vill_2

Jeanne, d’Urbeis, n’a pas hésité à la signer : « Je trouve ce qui leur arrive inadmissible. Quand je les vois distribuer le courrier, ils sont déjà en train de courir. Leur mettre toujours plus de pression, ça ne va pas ! » Croisé au marché, Hubert, d’Urbeis également, ne mâche pas ses mots. « Ils ont plus que raison de faire grève, ils sont maltraités par des c… de patrons. » Cet habitant dit leur avoir apporté des croissants en guise de soutien. Ce mercredi, une dame est venue déposer un kougelhopf sur la table bien garnie dressée sous la tonnelle.

Régulièrement salués par des coups de klaxon, les grévistes, confortés par ce soutien, n’entendent pas relâcher la pression. « Les sept qui sont en grève depuis le début sont toujours là », insistent-ils. Christine l’assure : « On restera jusqu’à ce que la direction nous entende ! » En attendant, la distribution du courrier continue d’être assurée par d’autres postiers venus parfois des Vosges ou de Nancy.

Premier commentaire : Avec la loi des "quotas pour l'immigration" prévue par le tandem Macron-Edouard Philippe, la Poste pourrait embaucher des athlètes-migrants kenyans ou éthiopiens... Dopage autorisé, aux frais des salariés... Face à ces sournoises menaces sur leur emploi, les grévistes reprendront-ils le travail ?

Posté par jl boehler à 05:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 17 octobre 2019

Disparition inquiétante à Villé : un appel à une battue citoyenne !

On croyait notre conseillère départementale partie dans les Pyrénées ariégeoises, voilà qu'on apprend qu'elle serait cachée quelque part dans la vallée.

001

Elle aurait même participé aux travaux de la dernière commission permanente du Conseil Départemental, qui s'est tenue le 30 septembre à Strasbourg, comme l'atteste dans sa présentation photographique incroyablement hypocrite "La lettre du Canton de Mutzig" (en attente de distribution dans les vallées ?). Voir la lettre du canton publiée plus bas.

Selon le site "Ulule", elle serait même prête à relancer son projet de "poneys pour handicapés", vieux de quatre ans.

Non, non, vous avez bien lu, cette réunion ne s'est pas tenue à Foix dans l'Ariège, mais bien à Strasbourg dans le Bas-Rhin. Aux dernières nouvelles pourtant, la présence de notre conseillère le 30 septembre n'est pas confirmée. Comme le prouve l'extrait du PV à cette date, elle se serait même excusée de son absence (on ne connaît pas le moyen par lequel le billet d'excuse est parvenu de l'Ariège à Strasbourg) : 

Commission

Il nous semble évident que notre conseillère départementale, qui n'apparaît plus depuis près d'un an à aucune manifestation officielle dans le canton, doit se cacher ou avoir été  enlevée et retenue quelque part. Il est donc grand temps de la retrouver et de lui venir en aide. Une battue citoyenne dans la forêt du Klosterwald (la plus proche de son domicile) devrait être organisée prochainement par la mairie de Villé.

Au détour d'une page facebook, ce cher président Fredo nous apprend qu'elle est malade. L'organisation des secours devient donc urgente.

 Il semble d'ailleurs très probable qu'elle soit dans ce secteur villois, puisqu'à la réunion du conseil municipal du bourg-centre le 15 octobre, sa voisine, également conseillère, a présenté elle aussi une procuration de sa part. Lui aurait--elle été glissée discrètement et nuitamment sous la porte ? Mystère.

Par la suite, il faudrait inviter tous les maires de la vallée pour qu'ils demandent à leurs concitoyens de ratisser toutes les autres forêts, notamment celles du massif du Champ du Feu où elle avait l'habitude de se rendre en navette. Dans ce cas, il s'agirait de visiter tous les abris et cabanons vides du secteur.

Une chance existe encore de la retrouver vivante.

battue_citoyenne_1

Pour information, ci-dessous l'intégralité de la "Lettre du Canton" qui devrait prochainement être distribué à tous les habitants du canton :

CD1

CD2

  • Bientôt sur ce blog : l'avenir de l'ancienne maison de retraite : qui paie la dépollution et les réparations ?

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 21 septembre 2019

Retrouvée grâce à son chien

On la disait disparue, malade, fugueuse, enlevée... Qu'en est-il vraiment ?

mozzichien

Rien de tout cela ! Pour des raisons privées que je n'évoquerai pas, elle serait allée s'installer à l'autre bout de la France, aux premiers contreforts des Pyrénées ariégeoises. Et c'est là qu'on a pu la situer grâce à son chien pataugeant dans l'Ariège.

mozzichien2

Et ce brave chien, qui se promenait si souvent sur la piste "multiactivités" des bords du Giessen, on a pu le retrouver aussi marchant docilement à la laisse tenue par l'ami de sa maîtresse dans les rues encombrées de la ville de Foix. D'habitude, c'est le chien qui flaire les personnes, mais là ce sont les personnes qui ont flairé le chien.

Il apparaît que la dame a abandonné dans le Bas-Rhin et particulièrement dans la vallée de Villé ses mandats politiques, ses dossiers, et tout bonnement déserté, disant avant son départ aux personnes rencontrées qu'elle "tournait la page".

Tout cela pourrait apparaître normal si certains des élus, tel le président départemental, ne se montraient complices en prétendant qu'elle est convalescente, en ne demandant pas à la suppléante, madame la maire de Muhlbach-sur-Bruche, de pallier ses absences, plutôt que de les camoufler. On peut d'ailleurs se demander si elle n'a pas tout déserté sauf ... ses indemnités liées à ses mandats (conseillère départementale, vice-présidente de la commission permanente du très officiel comité du massif vosgien).  

Les gesticulations du président Bierry ne servent plus à rien !

La complicité de mauvais goût, tant du maire de Villé qui a annoncé en son temps (17 juillet 2018) de façon plus que douteuse la démission de sa première adjointe (qui ne venait plus à la mairie depuis de longs mois), que celle du président Bierry qui court à tous les coins du canton pour faire croire que la conseillère travaille dans le Val de Villé, ne peut plus que les discréditer eux-mêmes. Et surtout dans la vallée, malgré ces courses à gauche et à droite, beaucoup ont retenu que des dossiers sont restés vides, d'autres ont été "oubliés" ou "arrivés trop tard" à Strasbourg, tel celui très important des pistes cyclables. 

Et que penser en voyant ce beau bureau dans les locaux du Département dans la rue de Luttenbach à Villé et ces beaux meubles bien neufs à disposition de la conseillère départementale qui n'ont que très rarement été occupés lors de ses soi-disantes permanences ?

Et toutes ces photos sur votre page facebook, monsieur le président, n'émeuvent plus personne, en font sourire quelques-uns et surtout en fâchent beaucoup, surtout dans les vallées de Villé et de la Bruche !

Vernissage de l'exposition "René Kuder" à la mairie de Villé :

Pas de conseillère départementale !

vill_5Les complices du "camouflage" au marché de Villé :

toujours pas de conseillère départementale !

vill_

vill_1La navette du Champ du Feu s'est arrêtée à Breitenbach :

Toujours pas de conseillère !

breitenbach

breitenbach1Pendant ce temps, notre conseillère organise-t-elle un marché du terroir dans l'Ariège ?

teilhetEt habite-t-elle dans un beau manoir ?

teilhet3

Nos élus ont une idée de génie : agrandir l'aérodrome d'Albéville

pour permettre à l' "Air Force One" du président Fredo et de sa conseillère

de faire la navette entre l'Ariège et leur canton !

alb_

airforce

 

dimanche 18 août 2019

Evasion ou enlèvement ?

Qui a vu la conseillère départementale - conseillère municipale de Villé ?

mozzico

Décidément, les citoyens du canton de Mutzig/Villé, et encore plus les habitants de Villé, ont du mal à contacter, à rencontrer ou même à apercevoir l'élue Frédérique Mozziconacci, pourtant la mieux payée de la vallée de Villé (près de 2000 € du Conseil Départemental, sans compter l'indemnité de vice-présidente du Comité du Massif Vosgien dont la commission permanente siège régulièrement à la préfecture de Metz).

En fait, elle a disparu du monde politique depuis près de six ou sept mois. Ainsi elle a été aperçue la dernière fois à Villé lors de la réunion de bilan de mi-mandat du 14 janvier 2019. Elle s'était surtout fait remarquer par son manque total de connaissance des dossiers (voir extrait de presse ci-dessous). Elle s'est ensuite absentée des réunions dans la vallée de la Bruche.

mozzico9

Au Conseil Départemental du Bas-Rhin, elle a assisté pour la dernière fois à une session plénière ou à une commission permanente le 4 février dernier !

Quant à la mairie de Villé, c'est bien longtemps qu'elle n'y met plus les pieds tout comme on ne la voit plus à ses permanences dans les locaux départementaux de la rue de Luttenbach. Le beau bureau qu'elle est censée y occuper reste désespérément vide.

Pour couronner le tout, elle n'a évidemment même pas assisté aux repas de Noël et Nouvel An des seniors dans une quelconque commune de son canton.

Alors où est-elle ? fugue-t-elle ou est-elle enlevée par des djihadistes en quête de rançon ? Tous les bruits courent  dans la vallée.  S'est-elle évadée du canton et a-t-elle abandonné ses fonctions ? Et continue-t-elle à toucher ses indemnités pour ne rien faire, avec une démission de fait, alors que même sa ligne téléphonique semble coupée?

Un autre point inquiétant : sur les réseaux sociaux, toutes ses parutions ont disparu, y compris sa photo. En fait, on ne trouve qu'une indication d'un séjour sur une plage espagnole du côté de Barcelone (sur la Costa Dorada) en ce début du mois d'août. Selon certains, elle serait allée à la rencontre de Manuel Valls pour obtenir quelques conseils sur les suites à donner à sa carrière. Elle aurait publié sur facebook, pour échapper à la vigilance de ses geôliers, sous son nom de jeune fille.

Ou alors ses éventuels preneurs d'otages se seraient-ils accordé quelques jours de détente surveillée avant de l'emmener vers l'Afrique et le Sahel, dans l'antre de AQMI ou d'Al-Qaïda ? et la vendre comme esclave en Libye ? Selon certains enquêteurs, les recherches risquent d'être longues.

costa_daurada

Autre question qui se pose : le président Bierry est-il au courant de ce qui se passe ? a-t-il enregistré une démission ? ou est-il tenu au secret sous la menace de ces djihadistes qui lui font miroiter l'éventualité de l'exécution de leur otage et exigent le reversement en rançon de l'indemnité mensuelle de leur prisonnière ? ou est-il complice de cette évasion, notamment en attribuant à sa recordwoman des absences des procurations de complaisance ? Difficile à savoir.

Serait-ce aussi l'une de ces raisons qui l'amène à publier même en l'absence de la conseillère la "lettre du canton" à laquelle elle n'est pas en capacité de participer. Le canton tout entier, de Mutzig à Villé, le remercie pour cet acte très courageux. Car Fredo parcourt en long et en large et au pas de charge, son grand canton en place de la conseillère pour éviter que cette absence ne soit très visible et pour éviter que ... le contribuable ne se pose des questions sur les émoluments versés à sa dévouée collègue ?  

Alors, évasion ou enlèvement ? Suite à un prochain numéro.

mozzico7

mercredi 14 août 2019

Il reçoit 177.000 € par erreur sur son compte en banque...

... et disparaît dans la nature

argent

L'homme n'a pas cherché à comprendre : il a vidé son compte et disparu sans laisser d'adresse.

A l'heure qu'il est, le petit chanceux est peut-être en train de siroter un cocktail au bord d'une plage paradisiaque, qui sait ?  L'histoire fait en tout cas le tour des médias français. 

Tout commence au début de l'année 2017 lorsqu'un habitant de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) reçoit sur son compte en banque la modique somme de 177.000 €. Par hasard, sans avoir été prévenu. Le paiement a été effectué par une société dont il ne connaît absolument pas l'existence. 

Il s'agit évidemment d'une erreur d'encodage de la part du comptable de cette société, qui a introduit un mauvais numéro IBAN. Lequel contacte rapidement le bénéficiaire, s'apercevant de sa terrible erreur. L'homme s'engage sans broncher à reverser les 177.000 euros jusqu'au dernier centime. Tout est bien qui finit bien? Pas vraiment. Il ne remboursera jamais l'argent puisqu'il a, dans la foulée, disparu sans laisser d'adresse.

La justice ordonne alors une saisie sur son compte en banque. Sauf qu'il a été vidé entre-temps et qu'il n'y reste que quelques centaines d'euros. Autant dire qu'il s'agit d'une bouchée de pain par rapport à la somme due.

Plus de deux ans plus tard, le tribunal de Perpignan devait se prononcer sur cette affaire la semaine dernière. L'heureux bénéficiaire a été condamné à 10 mois de prison ferme ainsi qu'au remboursement de la somme. Dans l'hypothèse où on le retrouve un jour...

Posté par jl boehler à 01:35 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 12 août 2019

Villé : vers un sabotage du ramassage des biodéchets ?

Le maire ignore les consignes du SMICTOM  

bio11

Ah décidément, le chef sait tout, commande tout et n'accepte rien des autres. Cela se vérifie encore avec la mise en place du ramassage des biodéchets prévue pour le 1er septembre.

Certes la municipalité a publié (pour une fois à temps) un bel article très certainement rédigé du côté de Scherwiller expliquant l'intérêt de cette affaire. Oui, mais voilà ! Les responsables du Smictom avaient établi un nombre de points de dépôt par commune, huit pour Villé (selon les services) !

Mais le chef villois a dit quatre ! la moitié, pas un de plus ! Et ils sont situés de telle sorte que certains villois des faubourgs (rue de Neuve-Eglise, rue de Luttenbach, rue du soleil, route d'Albé, route de Saint-Martin ou route de Bassemberg et lotissements périphériques) devront parcourir pas loin d'un kilomètre pour déposer leurs biodéchets. Voilà qui va contribuer à la réussite du système.

Mais c'est sûr, Monsieur le Maire, qui en son mandat précédent imaginait le lotissement "Pommiers 2" en "éco-quartier" avec aire de covoiturage, va nous organiser un déplacement collectif des citoyens vers les points de dépôt. Et pour les personnes âgées, il imaginerait même la possibilité de déplacements en taxi ou en ambulance payés par la commune (jusqu'à Scherwiller ?).

Mais après tout ? pourquoi n'a-t-il pas pensé à un conteneur unique placé près de l'entrée de l'église ? Tous les dimanches, les villois pourraient déposer leurs biodéchets en se rendant à la messe, aux vêpres ou au rosaire. Ce serait faire d'une pierre deux coups. On pourrait compter sur une participation de 90% des habitants.

bio2

NB : ci-dessous l'article concernant les biodéchets paru dans Villé-Infos. A noter qu'il n'est déjà plus d'actualité puisque le point de dépôt "Giratoire entrée-Est" a été déplacé au parking de l'ancien Signal-Lux, semble-t-il !  

bio8

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 18 juillet 2019

Elections municipales...

... les 15 et 22 mars 2020

affiche

Les élus attendaient impatiemment la date. Les candidats aux différentes mairies de France sans doute tout autant. Les élections municipales auront lieu les dimanches 15 mars pour le 1er tour et 22 mars 2020 pour le second tour, a annoncé le ministère de l'Intérieur​.

Ces dates feront l’objet à la rentrée d’un décret de convocation des électeurs en Conseil des Ministres. Les demandes d’inscription sur les listes électorales devront être déposées au plus tard le 7 février, précise le ministère.

Dans la France entière, les citoyens se posent la question : "Le maire sortant va-t-il se représenter ?" A Villé, c'est l'inverse : le maire cherche à savoir qui va se présenter ! et ses espions circulent dans le village, à l'écoute de tout bruit suspect.

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 6 juillet 2019

Vaisseau fantôme

Plus tu es absent(e), plus tu touches !

fant_me2

L'approche des vacances d'été fait redoubler d'efforts les élus. Alors en à peine une semaine, toutes les collectivités ont siégé : conseil départemental, communauté des communes, conseil municipal. C'en était vraiment de trop pour notre conseillère départementale et municipale la plus assidue tout au long de l'année dans les PV de réunions, très exactement dans la rubrique des absents plus ou moins excusés.

Sans compter que, depuis son élection (ou nomination ?) au poste de vice-présidente du comité de massif elle doit se rendre régulièrement dans les sous-sols de l'Assemblée nationale (où ont lieu habituellement les réunions du groupe montagne, à l'abri des canicules) ou à Forcalquier (chez un certain Castaner).

Alors faut-il s'étonner si aucun dossier du canton Mutzig-Villé, où la représentante de la vallée de Villé est devenue un authentique vaisseau fantôme, n'est évoqué en 33 pages de compte-rendu lors de la dernière séance plénière ? Enfin, soit. Mais peut-être sera-t-elle présente à la dernière réunion de la commission permanente du 8 juillet, histoire de rattraper le temps perdu ?  En attendant, il a quand même été délibéré sur un point qui intéresse tous les parents d'élèves (y compris dans la vallée de Villé) : 

Le tarif des cantines des collèges

cantine

mardi 25 juin 2019

Un nouveau conseil municipal à Villé ...

... au bout d'un trimestre moins une semaine ! 

001

Il était temps ! Le dernier conseil municipal de Villé a eu lieu le 8 avril. Il semblerait que le prochain soit fixé au lundi, 1er juillet à 20 h. Encore ne faudrait-il pas qu'il soit reporté comme les deux derniers, car on tomberait en pleine illégalité. Car les textes officiels sont clairs : au moins une séance tous les 3 mois ! Sinon, n'importe quel quidam de Villé peut demander et obtenir l'annullation des délibérations prises.

Et dire qu'à l'installation dans son fauteuil en mars 2001, le maire actuel avait proposé dans le réglement communal une fréquence d'un conseil par mois. Les choses semblent avoir bien évolué : le fauteuil serait devenu un canapé-lit. Et les délibérations sont si rares ... faute de finances suffisantes pour les exécuter ? D'ailleurs l'ordre du jour ne semble toujours pas établi. Toutes les commissions communales ne se seraient-elles pas encore réunies ? Espérons qu'il soit publié avant le 2 juillet tout en espérant aussi que le conseil ne soit pas encore reporté, car un dicton populaire dit "Jamais deux sans trois".

Ce que dit le code communal !

002

Le maire peut réunir le conseil municipal chaque fois qu'il le juge utile. Cependant, il existe une fréquence minimum de réunion du conseil. En effet, en vertu de l'article L2121-7 CGCT, « le conseil municipal se réunit au moins une fois par trimestre ». (-)

Le non respect de l'article L2121-7 alinéa 1er CGCT n'est pas clairement assorti de sanction. En revanche, les conséquences du non respect du délai trimestriel tel qu'il est posé dans le règlement intérieur de l'assemblée ne doivent pas être négligées. En effet, la tendance jurisprudentielle est d'octroyer une véritable valeur juridique aux dispositions du règlement intérieur d'une assemblée délibérante. Leur non respect est donc de nature à pouvoir entraîner une annulation des délibérations prises en violation du règlement intérieur, si le juge du tribunal administratif est saisi d'une demande.

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,