jeudi 11 octobre 2018

Délibérations du conseil départemental 67

Voilà ce qui concerne notre canton Mutzig - Villé

CD2

C'est le 1er octobre qu'a siégé la commission permanente du Conseil Départemental, sous la présidence de Frédéric Bierry et en présence de notre représentante Frédérique Mozziconacci.

Nul doute que ce sont les plus importantes décisions qui concernent notre grand canton depuis le début de son mandat, qu'il est venu annoncer au marché de Villé ! Cela en valait la peine ! Un grand merci reconnaissant à notre représentant bruchois. Et après une matinée si occupée, bon appétit, monsieur le président.

CD

Et un peu aussi pour notre bourg-centre :

CD1

Posté par jl boehler à 02:08 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 27 juillet 2018

Au Conseil Départemental du Bas-Rhin

Délibérations du 9 juillet 2018

mozzi

Le mois de juillet a été très important au Conseil Départemental 67 pour la vallée de Villé. Aussi, ne comprenons-nous pas trop bien l'absence, certes excusée, de notre représentante. Elle se devait de préparer son abandon inattendu du poste de première adjointe au maire de Villé, certes déjà effectif depuis le 1er juillet. Mais il fallait bien l'annoncer au conseil municipal du 16, où cela ne pouvait plus passer inaperçu. Une semaine pour élaborer un discours et prévoir une petite réception avec vin d'honneur, ce n'est pas trop. Voici donc les délibérations de la Commission Permanente du Conseil Départemental.

1

Régularisation foncière à Lalaye

2Logements sociaux à Thanvillé

3

dimanche 22 octobre 2017

33ème congrès de l'ANEM à Forcalquier (Alpes de Haute-Provence)

Ciel, notre maire-adjointe y était !

forcalquier1

Notre conseillère départementale, première adjointe au maire de Villé, a participé aux débats suivants : La montagne à l'avant-garde de la transition écologique - l'aménagement numérique de la Montagne un an après l'acte 2 de la loi Montagne - la résilience de la spécificité montagne. Bien que Villé n'est plus en zone de montagne, on aurait aimé connaître le contenu de ses interventions concernant le massif vosgien.

mozziconacci

Il est vrai que notre élue a l'habitude de fréquenter les toits, même si ce ne sont pas toujours les toits du monde (voir photo ci-contre). Mais peut-être a-t-elle même pu serrer la pince au maître de céans, l'ancien député-maire de Forcalquier Christophe Castaner, aujourd'hui porte-parole du dieu Jupiter, maître de la république française. Ou peut-être même à Jacqueline Gourault, ministre rattachée au ministre de l'intérieur Gérard Collomb, en charge de la cohésion des territoires. Celle-ci a dû recueillir toutes les sympathies de notre maire-adjointe lorsqu'elle a déclaré que pour les communes françaises les DGE (dotations globales de l'Etat) étaient en hausse. Même le maire de Villé va risquer de s'étouffer à l'annonce de cette brillante nouvelle. L'autre membre du gouvernement présent, Julien Denormandie, secrétaire d'Etat lui aussi à la cohésion des territoires, a renchéri en annonçant que le gouvernement n'oublie pas les territoires ruraux. A dire des bêtises, il vaut mieux être à deux. Et puis, il semble que ce cher Denormandie s'imagine déjà à la tête de LREM. Et pour y arriver, il faut bien soutenir ses ministres.

Pour faire plus sérieux, voyons plutôt le discours du porte-parole du gouvernement. 

En altitude, la météo peut vite varier. Malgré la reconnaissance de leur spécificité par deux lois dédiées (la dernière en décembre), les élus montagnards ne se départissent pas d’un naturel inquiet.

Et le changement politique radical en 2017 n’est pas forcément signe de temps clair pour eux, habitués à l’immuable baromètre gauche/droite. D’autant que les nuages s’amoncellent : raréfaction de la ressource publique, fonds de péréquation pénalisant, transfert obligatoire de l’eau aux intercommunalités en 2020, présence du loup… « On a le sentiment que la spécificité montagne est oubliée », s’est désolée Marie Noëlle Battistel lors de ce congrès de l’Association nationale des élus de montagne (ANEM), qu’elle préside et qui perd des adhérents.

Sans aucune langue de bois ?

castaner3

Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, est revenu sur ses terres dire à tous ces montagnards (sans aucune langue de bois ?)  qu’après la pluie vient le beau temps. Lui qui, il y a peu, était encore maire de Forcalquier, revendique une approche innovante : « J’ai vécu la différence de culture entre la plaine de la Durance et la vallée de l’Ubaye, je suis à votre écoute. » Et de louer « l’intelligence territoriale » des élus de massifs, expérience inventive qui doit influencer les politiques de Paris.

La confiance est donc rompue entre l’Etat et les collectivités ? « La confiance, ça se recrée. Que dit le projet loi de finances en ce moment à l’Assemblée ? Pour la première fois, le budget global pour les collectivités va augmenter. (Mais peu de présents y croient). Il n’y aura pas de baisse des dotations. L’effort sera ciblé sur les 319 plus grandes communes. (et les autres ?) » Si le slogan de l’ANEM, le parti de la montagne, c’est bien “ni gauche, ni droite”, ce n'est pas l’esprit en marche à l’Elysée, plutôt "pas de gauche et surtout à droite". « Sur le sujet de l’eau, on est ouvert. La loi mérite d’être adaptée aux territoires » rappelle notre porte-parole macronien en réponse à une pétition du comité directeur de l'ANEM. Mieux, le secrétaire d’Etat Castaner a parlé d’alléger les procédures administratives pour les retenues collinaires : « Simplifions ! ». A défaut d’annoncer avec certitude la neige pour cet hiver, en météorologue optimiste, il prédit des éclaircies sur les hauteurs capitoliennes.

La motion de l'ANEM qui a fait sursauter Castaner

anem

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 10 octobre 2017

Une conseillère départementale à Paris ...

... pour une réunion de l'Anem (association nationale des élus de montagne)

forcalquier

Ciel, notre conseillère départementale villoise est allée à Paris pour une réunion de travail du Comité directeur de l'ANEM. Loi Montagne acte 2, téléphonie mobile, aménagement des territoires, transfert de compétences... comparer et confronter nos pratiques pour mieux répondre aux enjeux qui se présentent. Selon son compte facebook, elle a surtout photographié la Tour Eiffel, plus haut sommet, certes, de l'Ile-de-France. C'est déjà une belle avancée pour la vallée !

Elle nous livre même l'ordre du jour, mais sans rien nous rapporter de concret. Téléphonie mobile : de plus en plus catastrophique dans la réalité ! Fibre optique toujours pas installée ! Aménagement du territoire : on aimerait savoir ! La RN 59, peut-être ? Toujours pas commencée ! Quant au démantèlement du service public en zone de montagne, à la disparition progressive du petit commerce, l'extension des friches industrielles et agricoles, c'est vrai qu'elle connaît, mais ne s'en inquiète guère. Transfert de compétences : qu'elle précise, on aimerait savoir.

Quant à comparer et confronter nos pratiques ! Où était-elle lorsqu'il s'est agi de maintenir l'intégralité du Val de Villé en zone de montagne, au moment où l'Etat n'y a maintenu que quelques villages de l'arrière-vallée, piétinant la notion de bassin d'emploi, d'économie et de vie de la vallée ? Sait-elle seulement que sa commune de Villé n'est pas classée en zone de montagne. Et quelle logique y a-t-il dans ce nouveau découpage par courbes de niveau où l'on est en zone de montagne selon l'altitude du coq du clocher de l'église ? 

Mais peut-être ira-t-elle s'instruire au prochain congrès de l'ANEM à Forcalquier (Alpes de Haute-Provence) les 19 et 20 octobre prochains et reviendra-t-elle avec quelques idées sur l'aménagement et les moyens de développer nos vallées. J'ai bien peur que le citoyen des zones de montagne en apprendra plus en consultant le site de l'ANEM :

Posté par jl boehler à 05:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 31 août 2017

Séminaire au Haut-Koenigsbourg

Bierry copie Macron

hk8

HK3

En ces temps de rentrée politique, les "séminaires" foisonnent ! au point que les français se demandent si leur république est encore laïque. En Alsace, la situation est encore plus tordue : un "séminaire", en principe a lieu au Mont-Sainte-Odile, et non au très "impérial" château du Haut-Koenigsbourg. Mais peut-être que le président du conseil départemental 67 sort-il de la cuisse de Jupiter ?

Au vu des photos de ce laïque séminaire, on constate de nombreuses absences d'élus. Il est vrai qu'une ou deux réunions au Haut-Koenigsbourg c'est moins intéressant qu'un lointain voyage d'études (ou de vacances ?) en Afrique. 

HK1

HK

HK2Selon ces photos, il manque des élus de poids. Auraient-ils jugé ce séminaire inintéressant et inutile ? Et l'opposition,  aurait-elle été jetée aux oubliettes de ce beau château ? Enfin, quelques photos de l'armurerie, laissent penser que le conseil départemental va partir en guerre contre ... son opposition ? Philippe Richert et le conseil régional du Grand-Est ? ou contre le conseil départemental du Haut-Rhin et sa nouvelle présidente Brigitte Klinkert ?

En tous cas, les citoyens du 67 auraient aimé connaître les ordres du jour et les comptes-rendus de toutes ces très intéressantes discussions. Ceux qui ont été donnés ne sont guère précis :

- Trajectoire politique et financière pour la préparation du budget 2018.
- Évolution des politiques publiques 
- Présentation des actions concrètes sur les territoires d'action Nord, Sud , Ouest et Eurométropole.
- Comment faire face aux nouvelles baisses de dotations annoncées par le gouvernement.

hk7

hk9

Posté par jl boehler à 00:12 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 18 septembre 2016

Des nouvelles des transports collectifs dans le Val de Villé

Le Conseil Départemental du Bas-Rhin s'est beaucoup penché sur les transports collectifs du Val de Villé. On n'a pourtant pas beaucoup entendu les élus de notre canton Mutzig-Villé s'exprimer sur ce dossier, crucial dans une vallée où 58% des salariés travaillent à l'extérieur du canton. Pire ! pour le dossier de transport lié au RPI Neubois - Dieffenbach-au-Val, le dossier a été pris en main par le conseiller départemental du canton voisin de Sélestat. Où étaient donc passés les deux élus de notre canton, et notamment celle qui semble se préoccuper du Val de Villé ?

En tous cas, voici in extenso les délibérations du Conseil Départemental concernant les transports du Val de Villé. 

transport

transport1

transport2

transport3

diff

diff1

diff2

Posté par jl boehler à 03:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 5 juillet 2016

Fin de la gratuité des transports scolaires

La loi sur la gratuité de l'école mise à mal !

bus

Le conseil départemental du Bas-Rhin a décidé de rendre payants les transports scolaires pour les collégiens, comme c'est déjà le cas pour les lycéens. Il en coûtera 90 € par collégien, 135 € par lycéen, avec une gratuité pour le troisième enfant d'une même fratrie. Par ailleurs, le ticket de transport interurbain du réseau 67 passerait au 1er septembre à 2,50€ au lieu de 2€.

Voilà qui met fin à la loi "Jules Ferry" du 16 juin 1881 qui rendait l'école laïque, obligatoire et gratuite. La scolarisation étant obligatoire jusqu'à 16 ans, il était donc normal que le transport des collégiens et des lycéens de moins de 16 ans reste gratuit !

On se demande où nos élus départementaux ont la tête, surtout que les transports scolaires et interurbains doivent être transférés a la Région prochainement. Et comme par hasard, le président LR Bierry invoque le refrain du faux problème du désengagement de l'Etat que reprendra bientôt le non moins LR Philippe Richert...

Une fois de plus, la période estivale est celle de tous les coups fourrés contre la population.

Posté par jl boehler à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 7 mai 2016

Maisonsgoutte : commission communale d'aménagement foncier

A Maisonsgoutte, la commission citée avance. A Villé elle fait du surplace et dort depuis 2008. Certains conseillers n'en connaissent même pas l'existence, encore moins son supposé fonctionnement et ses compétences. Il est vrai que lors de la délibération concernant ce point notre conseillère départementale - adjointe au maire était absente et n'a donc pu s'intéresser à ce problème. Aussi, ne faut-il pas s'étonner que nos édiles villois considèrent comme affabulateurs tous ceux qui soulèvent l'affaire.

maisonsgoutte2

maisonsgoutte

maisonsgoutte1

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 19 février 2016

Démantèlement des transports collectifs du Val de Villé

"Le Conseil Départemental du Bas-Rhin a développé sur le territoire du canton des lignes de transport en commun vers Sélestat." 

bus

C'est en ces termes que le site municipal de Villé présente les transports collectifs du Val de Villé. Il semble donc qu'au moins de ce côté tout est bien dans le meilleur des mondes !

Oui mais voilà ! Une fois de plus, nos politiques profitent des congés d'été pour réaliser leurs coups fourrés contre la population. Depuis le 31 août 5015, la ligne 510 du "Réseau 67" ne s'arrête plus qu'à Villé (3 arrêts), Triembach-au-Val, Thanvillé, Val de Villé, Châtenois et Sélestat. Même Saint-Maurice est oublié !

Et même s'il existe un service "Taxival" à la personne pour circuler dans la vallée, cela devient bien compliqué pour les personnes sans voitures de 15 villages de se rendre à Sélestat.

Voici dans son intégralité, la délibération prise a posteriori (le 30/11/2015) par le conseil général et la convention  signée (sans aucun débat ?) par la communauté des communes ! Qui défend encore notre vallée et le monde rural ? Où est la démocratie et l'égalité des citoyens ?

cd1

cd2

cd3

Posté par jl boehler à 03:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 4 janvier 2016

La presse rencontre un de nos conseillers départementaux

Un binôme fantôme et une vallée ignorée

binome3

Les DNA viennent de publier l'interview d'un des deux conseillers départementaux de notre canton de Mutzig-Villé, à savoir Frédéric Bierry. Quant à l'autre membre du binôme, elle passe presque inaperçue (juste citée pour le Champ du Feu et ses navettes, son dada depuis 2011). Le grand oublié de cet interview reste le Val de Villé : pas un mot sur la friche de l'ancienne usine FTV, pas un mot sur l'ancienne gendarmerie ou la maison de services publics et leur démantèlement, pas un mot sur les transports, par un mot sur les nouvelles technologies dans nos coins reculés, pas un mot sur les zones d'activité désespérément vides, pas un mot sur l'exode des jeunes... Bref, on peut se demander si le binôme existe encore, ou s'il estime que le Val de Villé ne fait plus partie de leur canton.

INTERVIEW

DNA : En se recentrant sur les questions sociales le conseil départemental reste-il un partenaire privilégié des communes ?

FB : Longtemps les maires étaient dans une démarche d’équipement et ont pendant des années perçu le conseil général comme un guichet, un tiroir-caisse. Ce n’est pas une critique, j’ai été dans ce rôle-là aussi. Aujourd’hui l’enjeu majeur tourne autour de ce qu’on pourrait appeler le rôle social du maire, la façon dont il construit le lien avec les habitants : cela concerne la manière dont on intègre les jeunes, comment on accompagne les personnes âgées pour donner en plus des années de vie de la vie aux années, comment enfin on arrive, nous élus, à lutter contre le sentiment de relégation et à réconcilier les habitants entre eux, jeunes et vieux, élus et citoyens… le conseil départemental est au cœur de ces questions. « Quand dans la Meuse des collègues nous disent qu’ils sont sous-équipés, c’est une toute autre réalité qu’ici ».

DNA : Le sentiment de relégation est à la base d’une partie des votes extrêmes des derniers scrutins notamment dans certains villages de la vallée.

FB : Effectivement mais il y a aussi un décalage entre le sentiment d’une partie des gens, leur perception et le niveau de service réel. Par exemple, nous avons une clinique avec un service d’urgence : c’est un million que l’Etat ajoute chaque année pour que ça fonctionne. Autour de Schirmeck on recense 40 offres de services publics, il y a un niveau d’équipement qui est plutôt bon. Quand dans la Meuse nos collègues nous disent qu’ils sont sous-équipés c’est une tout autre réalité qu’ici. Ce n’est pas simple d’ancrer sur le territoire des entreprises qui doivent faire face à un fort dumping social.

Les habitants sont inquiets quand à l’avenir économique du territoire avec certaines entreprises fragilisées, comme Federal Mogul ou Delpierre. Même si le conseil départemental n’a plus la compétence « aide économique » le conseiller doit être un facilitateur pour aider les entreprises et les salariés à faire face aux difficultés, c’est aussi pour cela que j’ai pris la tête de l’ADIRA.

Chez Federal Mogul c’est effectivement difficile. On demande toujours plus d’efforts aux salariés et ce n’est pas simple d’ancrer sur le territoire des entreprises qui doivent faire face à un fort dumping social (NDLR : de leurs concurrents). On l’a pourtant vu avec Delpierre où toutes les collectivités ont apporté leur concours au projet d’atelier relais, il existe des moyens d’action. Autre exemple : Mecatherm avait un impérieux besoin d’être raccordée au haut débit. Avec l’aide de la Région, du Département, de la commune, ils le seront en début d’année. Le haut débit est d’ailleurs un enjeu majeur pour l’attractivité du territoire. Je pense notamment à des solutions comme le centre de télétravail. On a environ 2 000 salariés de la vallée qui vont chaque jour travailler au-delà de Molsheim. Si une partie de ces personnes pouvaient ne pas faire systématiquement la navette ce serait bon pour elles, pour l’attractivité du territoire, pour le commerce local, pour l’environnement… D’autres projets de résidences seniors sont à l’étude à Saâles, Russ ou Niederhaslach.

DNA : D’autres pistes ?

FB : Il y a un autre sujet sur lequel on travaille avec les élus ; il concerne la promotion des produits agricoles et la nécessité de retrouver une politique agricole forte. Il y a aussi tout un travail autour du Champ du Feu qui est un élément d’attractivité de la vallée de la Bruche. Cette année on travaille sur la sécurisation de l’entrée des pistes de ski de fond, c’est Frédérique Mozziconacci qui porte ce dossier. De nouvelles navettes ont aussi été mises en place depuis Strasbourg.

Des craintes se font jour également concernant le secteur de la santé et du troisième âge : la fermeture de la maison de retraite de Rothau et l’avenir des centres de l’Ugecam avec une concentration des activités sur Schirmeck…

Pour le centre de Saâles, il y a deux pistes sur lesquelles on travaille aujourd’hui, c’est le traitement de la tuberculose, maladie qui revient et pour laquelle il existe très peu de structures. L’autre piste concerne des lits de suite de chirurgie en lien avec les hôpitaux de Strasbourg, mais nous n’en sommes qu’au stade des réflexions.

Concernant Rothau je regrette que le projet initial n’ait pu aboutir mais la solution trouvée avec Lutzelhouse et l’Abrapa est pertinente. On poursuit aussi avec la Sibar les projets de résidences sénior qui répondent également à un vrai besoin. Outre ceux de Rothau et Dorlisheim, d’autres projets sont à l’étude à Saâles, Niederhaslach ou Russ.

Malgré les coupes budgétaires (lire encadré) le conseil départemental reste en charge des routes. Sur le canton, il y a deux projets principaux : à Mutzig, la descente vers la zone Atrium et à Rothau, le contournement.

Pour Mutzig, il ne peut y avoir d’engagement nouveau dans les trois ans. Tous les dossiers sont étudiés en fonction de trois critères : l’opportunité à réaliser, l’équité entre les territoires et l’engagement du territoire. Sur le premier point c’est un projet qui n’est pas très cher au regard de l’effet que ça peut avoir sur la circulation et le développement de la zone. Concernant l’équité, il faut savoir que le conseil général a beaucoup investi sur le territoire (contournement de Molsheim, tunnel de Schirmeck). Pour ce qui est de l’engagement du territoire, s’il y a un coportage avec Mutzig, Dorlisheim et la com’com on pourrait aller plus vite.

Concernant Rothau, c’est un projet sur dix ans. L’idée est de débuter le contournement au niveau de l’Eglise et de ressortir le plus loin possible après le cimetière. La priorité est de définir ce tracé (les études sont en cours) pour qu’ensuite la commune et la com’com puissent, elles, commencer à travailler sur un aménagement urbain.

(publié dans les DNA du 3/1/2016 - édition de Molsheim/Schirmeck)

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,