mercredi 11 décembre 2019

Conseil municipal restreint et silencieux à Villé

Des questions au compte-gouttes !

conseil_m1

Décidément, chaque fois que je vais assister à un conseil municipal, le maire passe en mode "messe basse". Il paraît, selon certaines mauvaises langues, que, quand la presse ou les blogueurs sont là, le mot d'ordre est donné de la mettre en veilleuse. Et ce soir, la presse est là, et moi aussi. Quant aux conseillers, c'est dans leur rang qu'on compte les absences. 13 présents sur 19 élus ! Et seulement, 18 places étiquetées ! La multi-conseillère absente habituelle n'a même plus son nom sur la table ! Et pour une fois, elle n'a même pas donné sa procuration à un (ou une) collègue. Absente déjà le matin à la séance plénière du Conseil Départemental, elle ne pouvait évidemment pas se pointer le soir à Villé.

Mais ce qui a surtout retenu mon attention, c'est la vitesse à laquelle ont été "expédiés" les deux points les plus importants, à savoir :

- programmation des travaux forestiers pour 2020

- plan de prévention du risque d'inondation

Et pas une question de la part des élus ! Alors, 5 minutes 30 secondes pour la forêt, et 7 minutes pour la montée des eaux ! c'est fantastique ! Et un conseil complet en moins d'une heure, c'est fabuleux !

Mais que dire, lorsqu'un plan de protection contre les inondations de 61 pages est présenté avec un seul schéma pratiquement illisible (voir ci-dessous) ? ou lorsqu'une fois de plus, au niveau des travaux forestiers, la réfection des chemins n'est pas intégrée ? Tous les élus ont-ils compris ? raison pour laquelle ils ont voté ces points à l'unanimité ?

Afin d'éclairer les villois, je vais donc reprendre ces deux points, de façon détaillée, dans deux messages qui seront publiés bientôt.

giessenSeul plan présenté aux élus !

bierrySur la photo prise lundi matin au Conseil Départemental, voir sur la droite de la photo la place laissée vide par notre conseillère !

Posté par jl boehler à 10:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 9 décembre 2019

Conseil municipal de la Saint-Nicolas à Villé

Les élus présents au complet ?

cm4

Il fallait s'y attendre ! Comme beaucoup de monde dans la vallée, le maire de Villé a dû croiser la conseillère départementale, encore toujours élue municipale, et s'est-il dit qu'il devait profiter de son passage dans la vallée pour organiser une réunion du conseil municipal, qui pour une fois pourrait siéger au grand complet, et sans se déplacer en Ariège. 

Alors, vite, un ordre du jour a été établi ! Même Saint-Nicolas y trouve son compte avec un programme de travaux forestiers (sur les chemins manquant d'entretien depuis des décennies ?) qui devraient à l'avenir lui permettre de se déplacer plus facilement ! Peut-être les propriétaires forestiers, qui ont laissé leur revenu de la chasse à la commune, s'y retrouveront-ils  enfin aussi. 

Une invitation a été envoyée aux conseillers, et publiée dans la presse, avec comme date et heure :

Lundi, 9 décembre 2019 à 20h00 à la mairie !

Evidemment la réunion est publique. Et peut-être un participant ou deux annonceront-ils leur candidature aux municipales de mars 2020 ?

cm1

cm2

Posté par jl boehler à 09:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 7 décembre 2019

La conseillère est de retour ?

Incroyable, mais vrai !

saint_nicolas_m

La conseillère aurait-elle abandonné l'Ariège pour revenir quelques jours dans son cher Val de Villé ? Elle aurait été reconnue à plusieurs reprises ces derniers jours, et hier soir le voile a été définitivement levé : elle a défilé à travers le bourg-centre en tête du cortège des enfants, déguisée en Saint-Nicolas. Mais elle n'était visiblement pas seule. Elle était accompagnée d'une personne déguisée en père fouettard. Certains spectateurs auraient reconnu le maire de Villé, d'autres plus perspicaces sont persuadés que c'était le président du conseil départemental Frédéric Bierry. Pour moi, je pencherai pour Fredo le schirmeckois, car la promenade aurait été précédée dans la nuit du 5 au 6 décembre d'une distribution à deux de la "lettre du canton de Mutzig". Le plan de distribution était d'ailleurs plus ou moins bien au point, puisque certains destinataires n'ont pas reçu cet intéressant courrier, alors que d'autres l'auraient trouvé deux fois dans leur boîte aux lettres. 

a1

a2

a3

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 28 novembre 2019

Aux élus qui auraient des sparadraps sur les yeux et des bouchons dans les oreilles

Quand je l'écris sur mon blog, c'est de la foutaise et de la désinformation ! mais quand ça paraît dans la presse régionale, c'est la vérité !

DNA

DNA1Et ci-dessous, en prime, le nouveau manoir de la conseillère, en Ariège !

alexandra

Posté par jl boehler à 23:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 21 novembre 2019

Quand le maire de Villé rencontre les facteurs grévistes...

...et soutient la direction !

facteur4Ménager la chèvre et le chou ! Ne jamais prendre une position ferme ! C'est l'art de beaucoup d'élus, notamment du maire de Villé. Ainsi lors de cette grève très particulière des facteurs de la vallée, il les a bien reçus (contraint et forcé pour rentrer chez lui ?), leur a affirmé son soutien (pour quelle lutte ?), même signé la pétition (sans la lire ?), pour mieux diffuser  dans le bulletin municipal Villé-infos n° 16 un communiqué fourni par la direction. Singulière façon de défendre le service public dans le monde rural !

facteur

Sans aucune gêne, il titre page 4 du bulletin n° 16 "Communiqué de votre facteur" ! Et cela apparaît comme une nouvelle dégradation du service pour les habitants. Des nouveaux "services facteurs" comme l'accompagnement et les services au 3ème âge, alors que le "chronométrage" des tournées permet à peine aux préposés de déposer le courrier et repartir à toute vitesse ! On croit rêver... Quant à "l'amplitude horaire élargie", belle formule pour expliquer que le courrier arrivera avec du retard ! Vive le progrès du vocabulaire !

Et pas un mot de soutien aux grévistes ! pas un mot sur les raisons de la grève ! Bien que le titre de l'article soit "Communiqué de votre facteur", il reprend le seul texte  de la direction ! Bravo, une fois de plus.

Et évidemment, pas un mot sur le démantèlement du service public dans nos vallées ! Se rappelle-t-il du temps où chaque village avait sa poste ! son facteur, alors qu'aujourd'hui il m'arrive de voir en une semaine trois facteurs différents sur une tournée. Alors les erreurs de distribution ne se comptent plus (la bonne volonté des faux destinataires ne suffira pas toujours !), et qu'est-ce que ce sera lorsque le facteur poussé à la faute se trompera en amenant les mauvaises courses ou portera le mauvais menu à la bonnne adresse ou le bon repas à la mauvaise adresse ! Et je ne parle même pas des conditions de travail des facteurs !

Monsieur le maire, votre bulletin est une fois de plus à la hauteur de vos convictions. Pour compenser votre manque de la plus petite pensée pour le service public, je publie ci-dessous des félicitations aux facteurs en grève, qui viennentt évidemment d'autres bords politiques que le vôtre, pour lequel vous exprimez avec tant d'ambiguïté.

Enfin, signalons quand même qu'une fois de plus le bulletin municipal publie avec un mois de retard sur le début des nouvelles fonctions de la poste. En espérant que la poste n'ait pas changé le programme des facteurs à la fin de la grève...

Mais au fait, que fait notre conseillère départementale Frédérique Mozziconacci ? Quelle est sa position ? A-t-elle reçu les grévistes dans le local départemental de la rue de Luttenbach ? ou chez elle ? Fait-elle déjà du ski dans les Pyrénées ou va-t-elle venir en vaisseau-fantôme diriger quelques mômes sur les pistes du Champ du Feu ? Et notre cher député Herth, macroniste à la mode Lemaire et agriculteur du Ried n'y connaissant rien aux friches agricoles de nos vallées ? ne l'oublions pas !

facteur3

lutte

Depuis mardi 22 octobre, les facteurs de Villé sont en grève contre la prétendue « réorganisation » de leur service, la suppression d'un emploi de facteur, et pour réclamer que tout le monde soit embauché en CDI.

Bien sûr, la direction pensait pouvoir les forcer à se partager la tournée du facteur dont le poste est supprimé. Mais sur ce point, leur grève a déjà réussi à la faire reculer.

Mais les postiers n'ont aucune envie de se laisser faire, ils ne veulent plus accepter les tournées à rallonge qui atteignent déjà 60 km pour certaines et ils se battent pour que ce soit bien clair.

Ils ont lancé une pétition pour faire savoir leur combat et de nombreux habitants expriment leur soutien, en la signant ou en klaxonnant devant la tente qu'ils ont installée.

Les postiers ont bien raison de se défendre ! Ça suffit de presser les travailleurs comme des citrons, tout en dégradant le service rendu à la population !

facyteur1

facteur2

Posté par jl boehler à 00:59 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 13 novembre 2019

Deux maires : pas forcément le même avenir

L'un se représente, l'autre non !

frantz1

Les deux ont cependant un point commun : ils se condidèrent comme des "chefs". L'un est maire de Sélestat et souhaite le rester. L'autre est maire de Villé et a annoncé son départ... bien qu'il aimerait bien rester dans l'équipe qui lui succédera... en tant que consultant ou conseiller technique ? Surtout pas ! Il a déjà fait trois mandats de trop en accumulant les boulettes et même les grosses boules !

digel

Comme "chefs" ils ont pourtant les mêmes méthodes. Le Marcel ("Cella" pour les intimes, tire sur tout ce qui bouge, notamment sur ses adjoints qui ne le suivent pas au pas cadencé et auxquels il retire aussi sec les délégations - voir presse du 9/11). Un vrai bulldozer !

Le maire de Villé ("Frantzele" pour les intimes de la comcom) a des méthodes très particulières aussi. Il tire sur tout ce qui risque de lui faire de l'ombre, comme, semble-t-il il l'aurait fait avec sa première adjointe exilée à l'heure actuelle à l'autre bout de l'Hexagone. Après une démission "un peu forcée", celle-ci a été remplacée par un conseiller qui n'est pas forcément le "choix" du maire qui avait d'autres vues. Encore un beau loupé ! 

Et voilà que ce nouvel adjoint s'empresse bien tôt d'annoncer sa candidature aux élections de mars 2020 ! Alors que l'adjointe précédente n'a pas demandé au chef l'autorisation de partir, en voilà un qui ne demande pas l'autorisation d'arriver ! Dans quel monde sommes-nous donc ?

Alors notre cher "Frantzele", grand vice-président aux transports et à la pédale douce de la comcom où il n'a pas voix au chapitre, poussé dans ses retranchements, prend deux mesures qui font le tour du village : il savonne la planche à son adjoint (avec plus ou moins de réussite, d'ailleurs plutôt moins que plus) et cherche désespérément une "tête de liste docile"' à soutenir. Sachant qu'avec ses 19 années de présence, Villé devra être "soigné", il chercherait surtout du côté du corps médical. Avec peu de succès pour l'instant...

Tous les hypothétiques candidats ont déjà compris que le petit maire sortant n'a plus aucune autorité (s'il en a déjà eue ?) et ne représente aucun soutien de campagne ni une quelconque  source de conseils pour l'avenir. Pas de rôle de consultant pour lui ! A dégager tout simplement ! Mais peut-être le sympathique "Sella von Schlettstadt" l'embauchera-t-il comme colleur d'affiches ? 

PS : Le maire de Villé, qui prend souvent des conseils auprès de l'élu sélestadien (les deux sont du même bord politique), va-t-il à son tour retirer les délégations à son nouvel adjoint-candidat ? Suite dans un prochain numéro. Et la conseillère départementale et municipale, partie à l'autre bout de la France, va-t-elle enfin se positionner ?

Posté par jl boehler à 04:04 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 11 novembre 2019

Novembre 1918 : les comités de soldats et d'ouvriers (soviets)

Armistice : 11 novembre - arrivée des troupes françaises : 25 novembre

armistice_1918L'histoire nous apprend que le 11 novembre 1918 l'armistice fut signé avec le maintien des troupes sur les lignes de front (en Alsace sur la ligne bleue des Vosges). On peut donc se demander ce que le 25 novembre suivant les troupes françaises venaient faire à Villé.

C'est tout simple : les troupes allemandes stationnées à Sélestat, dans l'importante caserne Schweisguth, s'étaient révoltées contre leurs officiers, et avaient instauré des "comités de soldats et ouvriers" (soviets), comme dans toutes les villes de garnison alsaciennes et allemandes. Le gouvernement allemand a donc appelé à l'aide les troupes françaises, qui ont encerclé et réduit à l'état de ruines la caserne occupée par les soldats révoltés. L'intérêt commun d'empêcher l'Allemagne de tomber dans le camp soviétique avait prévalu.

La caserne Schweisguth est restée en l'état jusque dans les années 1980. Elle fut transformée en lycée en 1990.

caserne_1

 

Images du "soviet" à Strasbourg

Affiche révolutionnaire

1918_1

Manifestation à Strasbourg, le 22 novembre 1918

1918_2

Réunion du Comité de soldats

1918_3

Le drapeau rouge sur la cathédrale

1918_4

Posté par jl boehler à 05:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 8 novembre 2019

Pour remplacer les facteurs grévistes, la direction embaucherait des coureurs kenyans

Extrait de la presse régionale du 7/11/2019 : Ce mercredi, les facteurs en grève à Villé ne se sont pas rendus sur le marché hebdomadaire comme ils l’avaient fait la semaine dernière pour faire signer une pétition demandant le maintien des neuf tournées dans la vallée. Ils ont choisi de rester devant le bureau de poste, le long de la route, au pied de la tonnelle qu’ils occupent de 8 heures à 16 heures depuis seize jours exactement. « Ça commence à être un peu fatigant, concède Olivia Dielaine, secrétaire de la section locale CGT FAPT 67. On se doutait qu’il faudrait tenir au moins une semaine mais seize jours… »

Cynthia, factrice depuis trois ans et demi, assure ne pas trouver les journées trop longues : « On est mieux ici que dans le stress du boulot », sourit la jeune femme. Réunis autour d’un feu, les grévistes se réchauffent et discutent régulièrement de leurs conditions de travail, qui ne cessent de se détériorer selon eux. La goutte d’eau qui les a poussés à se mobiliser, c’est la dernière réorganisation annoncée par la direction, marquée par la suppression d’une des neuf tournées dans la vallée.

« Certains doivent déjà rogner sur leur pause de midi voire y renoncer »

Vill_

« C’est la réorganisation de trop, s’énerve Christine, 31 ans de carrière à La Poste. Jusqu’en 2008, on était douze facteurs pour desservir les 18 communes de la vallée. Ils ont supprimé deux tournées cette année-là, puis une autre quelques années plus tard. Et là, une quatrième tournée disparaît. Cette suppression, c’est 45 minutes à une heure de travail en plus pour les autres. » « Certains doivent déjà rogner sur leur pause méridienne, voire y renoncer pour terminer à 16 heures et ils n’y arrivent pas toujours », souffle Olivia Dielaine. On peut comprendre la baisse du trafic, mais on ne demande pas la lune : on veut simplement travailler dans de bonnes conditions. » « On essaie de faire des efforts, et voilà la récompense », lâche Nicolas, 17 ans d’ancienneté.

Alors que les négociations semblent au point mort – « des propositions leur ont été faites mardi, mais ils ont décidé de reconduire leur mouvement », indique-t-on simplement à la direction, les grévistes disent pouvoir compter sur le soutien de la population locale : la pétition qu’ils font signer aurait recueilli près de 900 signatures, dont celles de plusieurs élus de la vallée.

Une distribution assurée par des marathoniens kenyans ?

vill_2

Jeanne, d’Urbeis, n’a pas hésité à la signer : « Je trouve ce qui leur arrive inadmissible. Quand je les vois distribuer le courrier, ils sont déjà en train de courir. Leur mettre toujours plus de pression, ça ne va pas ! » Croisé au marché, Hubert, d’Urbeis également, ne mâche pas ses mots. « Ils ont plus que raison de faire grève, ils sont maltraités par des c… de patrons. » Cet habitant dit leur avoir apporté des croissants en guise de soutien. Ce mercredi, une dame est venue déposer un kougelhopf sur la table bien garnie dressée sous la tonnelle.

Régulièrement salués par des coups de klaxon, les grévistes, confortés par ce soutien, n’entendent pas relâcher la pression. « Les sept qui sont en grève depuis le début sont toujours là », insistent-ils. Christine l’assure : « On restera jusqu’à ce que la direction nous entende ! » En attendant, la distribution du courrier continue d’être assurée par d’autres postiers venus parfois des Vosges ou de Nancy.

Premier commentaire : Avec la loi des "quotas pour l'immigration" prévue par le tandem Macron-Edouard Philippe, la Poste pourrait embaucher des athlètes-migrants kenyans ou éthiopiens... Dopage autorisé, aux frais des salariés... Face à ces sournoises menaces sur leur emploi, les grévistes reprendront-ils le travail ?

Posté par jl boehler à 05:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 1 novembre 2019

Poubelles à Villé : rien ne va plus

A la mairie, aucune promesse tenue !

smictom

Depuis 2010, le même problème revient régulièrement : les poubelles de la montée de la croix ne sont pas toujours ramassées. Et pour cause : la rue est bloquée par des voitures en stationnement qui empêchent les camions-poubelles du SMICTOM de passer.

Le 2 juin 2017, les riverains apprennent que face à cette situation le SMICTOM envisage même de supprimer la tournée dans cette rue. Excédés, ils demandent une réunion avec le maire et les services du SMICTOM. Réunion qui a lieu le 11 juin. Le maire s'engage :

  •  à prendre un arrêté municipal d'interdiction de stationner à l'endroit posant problème.
  •  à faire poser un panneau fixe réglementaire signifiant l'interdiction.
  • à informer par courrier tous les habitants du quartier.

Hélas, au courant de l'été 2019, à plusieurs reprises, la rue est restée obstruée. Et pour cause : le maire n'a tenu aucune de ses promesses !

Certains riverains ont tenté de contacter la mairie en ce jeudi 31 octobre : ils se sont heurtés à une mairie fermée ! Quant au maire et à l'adjoint compétent appelés téléphoniquement, en cette veille de Toussaint, ils font les morts et ne décrochent pas.

De guerre lasse, les riverains sont partis déposer leurs sacs poubelles devant la porte d'entrée de la mairie. Histoire de rappeler ses engagements au premier magistrat.

DSCF0677

DSCF0675

DSCF0673

* Alerte générale : des voleurs auraient été vus lors de la soirée Halloween et ont dérobé des sacs devant la mairie. La municipalité appelle les témoins à se faire connaître auprès des autorités compétentes !

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 30 octobre 2019

A la comcom de Villé, on parle de bornes

En ce mois d'octobre, grande réunion du conseil communautaire de la vallée de Villé. Avec des histoires de bornes : d'abord celles que dépassent  la délégation du bourg-centre, avec seulement 50% de présence de ses délégués. Les éternels absents : la conseillère départementale et le spécialiste de l'urbanisme ! A l'heure où le conseil municipal de cette commune obtient un cinquième siège de délégué à partir de 2020, ça ne fait pas très sérieux.

borne_de_v_lo

La deuxième affaire de bornes concerne pourtant directement Villé qui réclamait... une borne de réparations de vélos, place de la gare, et qui l'a obtenue. Si les délégués avaient été au complet, peut-être en obtenaient-ils deux ? 

Une telle borne existe déjà à hauteur de la comcom, route de Bassemberg ... à un endroit où ne passe aucune piste cyclable. Belle logique ! Mais enfin, c'est mieux que rien, admettons. Et place de la gare de Villé, où il n'arrive plus ni trains ni pistes cyclables, ce n'est pas plus illogique.

  • Extrait du PV de la réunion plénière de la comcom :

borne_de_v_lo_1

borne_de_v_lo_3

Posté par jl boehler à 03:33 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,