samedi 9 juin 2018

Une vidéo anti-Bouteflika crée la polémique

Le ton monte entre Alger et l’Union Européenne

Bouteflika_Leila_Haddad_320x220

Le ton monte entre l’Algérie et l’Union Européenne après la diffusion sur les réseaux sociaux par la journaliste Layla Haddad d’une vidéo, tournée dans les locaux de l’UE, moquant l’e président Bouteflika. La journaliste a par ailleurs déposée une plainte pour une agression intervenue à Bruxelles le lendemain de la publication de cette vidéo.

Les rapports entre l’Algérie et l’Union européenne sont très tendus depuis la publication d’une vidéo réalisée au siège de la Commission européenne à Bruxelles par Layla Haddad, ancienne correspondante à Bruxelles de la télévision nationale algérienne (l’EPTV). Dans cette vidéo, très critique vis à vis d’Abdelaziz Bouteflika, Layla Haddad s’adresse directement au président algérien en utilisant des formules qui peuvent en effet choquer, « Vous n’êtes plus qu’un amas de chair immobile (...) Les barons du régime dont votre propre frère se sont arrogés le droit de disposer de vous ». Layla Haddad accuse aussi Bouteflika d’avoir fait de la présidence « une fonction vacante », et estime que son état de santé ne lui permettant plus de gouverner il lui faut « tirer un trait » après 19 ans de pouvoir.

Outre la réaction sur le contenu même du message diffusé, les autorités algériennes reprochent à l’UE sa passivité vis-à-vis de l’utilisation de ses symboles dans une vidéo portant atteinte aux la table ornée du drapeau européen.

L’ambassadeur de l’UE en Algérie John O’Rourke a été convoqué mais il a répondu, dans un tweet, q« ue les journalistes accrédités auprès des institutions européennes ne parlent pas au nom des institutions mais en leur propre nom, en ligne avec les principes de liberté d’expression et liberté des médias », réponse qui n’a évidemment nullement satisfait Alger.

Par ailleurs, Layla Haddad a déclaré avoir été agressée au lendemain de la publication de sa vidéo. « J’ai été victime le 4 juin 2018 autour de 07h50 au pied de mon domicile personnel à Bruxelles, d’une agression verbale et physique par deux individus de type maghrébins », a déclaré Layla Haddad précisant qu’elle avait déposé une plainte. Layla Haddad a tenu à réaffirmer sa « détermination à porter haut et fort » son message de citoyenne algérienne qui « ne sera nullement ébranlé par cette tentative d’intimidation » rapporte Algérie Focus.

Posté par jl boehler à 01:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 19 mars 2017

Le pouvoir des nouveaux medias

Grâce aux réseaux sociaux et les réactions massives de la part des Européens et Européennes suite aux dérapages sexistes de l’eurodéputé polonais Janusz Korwin-Mikke, ce dernier a été sanctionné.

OK_Korwin_Mikke_Piotr_Drabik_from_Poland_Wiki_ccby20_620x310

Il avait l’air ridicule, Monsieur Korwin-Mikke, lorsqu’il applaudissait la sanction à son encontre annoncée par le Président du Parlement Européen Antonio Tajani. Ce geste se voulait supérieur, serein, mais ne faisait que traduire la baffe cinglante que Korwin-Mikke venait d’encaisser. Pour ces propos sexistes concernant les femmes qui, selon son intervention au Parlement Européen, « devraient gagner moins parce qu’elles sont moins grandes, moins intelligentes et moins fortes que les hommes ». Cette bêtise lui vaut la suspension de ses indemnités journalières pour une période de 30 jours, l’interdiction de participer aux actions du Parlement pendant 10 jours et, pendant un an, il n’a plus le droit de représenter le Parlement Européen lors de conférences ou comme membre d’une commission. C’est le placard.

Ce sont les réseaux sociaux qui ont contribué à ce que ce scandale ne reste pas inaperçu. La vidéo de l’intervention honteuse de Korwin-Mikke a fait le tour des réseaux sociaux, accompagnée d’une pétition réclamant, justement, à ce que cet anachronisme ambulant soit sanctionné. Un moment donné, les responsables du Parlement Européen ne pouvaient plus fermer les yeux devant cette indignation et cette sanction était la seule réponse pensable suite aux dérapages de Korwin-Mikke.

On a beau s’exciter sur les nouveaux médias – c’est grâce au travail de ces nouveaux médias que de tels incidents ne passent plus inaperçu. Même Korwin-Mikke n’a pas pu essayer de mettre ce scandale sur le dos des « fake news », puisque l’intégralité de son discours pouvait être regardé sur Facebook et ailleurs. Et il convient que les Européens et Européennes prennent conscience de leur importance – si la société civile a réussi à guider la main au Président du Parlement Européen pour que celui-ci sanctionne un collègue, c’est que les citoyens et citoyennes ont plus d’incidence sur la politique européenne qu’ils ne le pensent. Prenons donc conscience de notre pouvoir et exerçons la même pression sur nos parlements aussi dans d’autres dossiers. Il est temps que les citoyens et citoyennes se réapproprient « la chose politique »… la preuve, ça marche ! (selon "eurojournalist")

Posté par jl boehler à 00:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

lundi 28 juillet 2008

La chrysomèle du maïs dans la plaine du Rhin

chrysomele_du_maisLe nombre des chrysomèles du maïs capturés dans l'Ortenau, ces coléoptères originaires d'Amérique du Nord, se monte à 76, selon le ministre de l'Agriculture Peter HAUCK, soit un doublement en un an de cette population. Des mesures ont été prises : interdiction de planter du maïs dans un rayon de 2 km dans les secteurs où l'insecte a été découvert. Par ailleurs, les propriétaires sont encouragés à arroser les plantations avec un produit qui tue la chrysomèle, mais est inoffensif pour les abeilles. Malgré les mesures phytosanitaires mises en oeuvres ces dernières années en Alsace pour empêcher sa progression, sa présence a été à nouveau détectée, a annoncé la semaine dernière la préfecture du Bas-Rhin. Le laboratoire d'entomologie de Montpellier a confirmé que trois insectes adultes capturés dans un champ de maïs à Orschwiller (Bas-Rhin), non loin de la frontière entre le Haut-Rhin et le Bas-Rhin, étaient des chrysomèles. C'est la deuxième année consécutive que la présence de l'insecte est confirmée dans le Bas-Rhin. Dans le Haut-Rhin, des foyers avaient été identifiés en 2007 et en 2003. L'insecte, qui s'attaque exclusivement aux racines du maïs, peut causer des dégâts considérables, comme c'est le cas aux Etats-Unis. La réglementation européenne impose la lutte contre la chrysomèle pour empêcher sa prolifération dans l'Union européenne.

racines

Posté par jl boehler à 11:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,