mardi 17 octobre 2017

Le PS appelle à manifester

Sauvons le logement social !

logo_ps_social_e_cologie_bas_rhin

La fédération du Bas-Rhin du Parti socialiste dénonce le projet de loi de finances 2018 qui menace notamment le modèle français de logement social. En baissant les APL de 60 € pour les seuls locataires des logements sociaux, le gouvernement d’Edouard Philippe veut réaliser des économies sur le dos des ménages les plus fragiles.

La volonté du gouvernement contraint les organismes HLM à supporter cette diminution sur leurs ressources propres provoquant une dégradation significative de la production de nouveaux logements mais aussi de leur capacité de rénover les immeubles existants.

 Dès 2018, l’accès au logement des plus modestes de nos concitoyens en sera rendu plus difficile, avec de surcroît une lourde conséquence sur l’emploi dans le secteur du bâtiment.

 La fédération du Bas-Rhin du Parti socialiste appelle ses militant-es et sympathisant-es à participer, avec les organisations syndicales et associations, au rassemblement organisé mardi 17 octobre à 14 h 30, place Kléber à Strasbourg, pour sauver le logement social.

Ensemble, mobilisés-ées, il n’est pas trop tard pour infléchir les projets du gouvernement.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 13 octobre 2017

Sécurité du Parlement Européen et fermeture de piste cyclable

Les riverains manifestent leur désaccord

europe1

« Dans le cadre des travaux de sécurisation des bâtiments, réalisés en concertation avec les autorités françaises, des travaux de sécurisation des berges sont en cours », expliquait-on au service de presse du Parlement.

"Sous couvert de sécurité, le Parlement européen veut interdire le passage des piétons et des cyclistes le long du bassin de l'Ill (...) Les abords du du Parlement sont petit à petit bunkérisés, donnant de l'Europe une image de forteresse qui se coupe de ses citoyens", répond le communiqué des associations ADIL et Verlaüch, qui dénoncent une privatisation des quais.

La manifestation a rassemblé quelque 200 usagers (enfants, parents et retraités) de tout âge qui ont contesté bruyamment, face aux façades de verre du Parlement européen, avec des sonnettes, trompettes et sifflets "cette décision sans concertation", ont souligné des membres du collectif Verlaüch (groupe militant pour les déplacements sains à la Robertsau) et de l'ADIR (Association de défense des intérêts de la Robertsau)

La Ville : "Nous souhaitons que ces berges demeurent naturellement ouvertes" 

La Ville s'est saisie du sujet : trois adjoints Nicole Dreyer, adjointe de la Robertsau - Wacken, Olivier Bitz, adjoint du Conseil des XV, et Jean-Baptiste Gernet, adjoint en charge des mobilités alternatives, informent les manifestants, via un communiqué, que "la Ville est sensibilisée au projet de fermeture aux piétons et aux cyclistes des berges du bassin de l’Ill au niveau du Parlement européen, pour lequel l’Etat a formulé un certain nombre d’instructions".

La conclusion étant : "Pour notre part, nous souhaitons que ces berges demeurent naturellement ouvertes et accessibles, et que d'éventuelles fermetures pour raisons de sécurité soient parfaitement exceptionnelles et motivées. »

Posté par jl boehler à 00:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 18 juin 2017

Ouattara, président de Côte d'Ivoire, devant les députés européens

 Une semaine européenne du chef d'Etat le plus riche d'Afrique

Ouattara_Reconciliation_et_justice_1

Alassane Dramane Ouattara (ADO pour les intimes) vient de faire le tour de l'Europe : Paris pour y rencontrer le nouveau président Macron, Berlin pour participer au G20, Strasbourg pour s'exhiber au Parlement Européen. On peut se demander ce qu'il est venu faire. Son discours devant les députés européens est explicite :

1) Une aide militaire renforcée. Son pays est menacé par le terrorisme, semble-t-il. En réalité, son pays est miné par les mutineries qui menacent son pouvoir. Il faut absolument que l'armée française, voire les armées européennes, l'aident pour éviter un éventuel coup d'Etat. Après tout, Sarkozy l'avait déjà aidé à conquérir le pouvoir en 2011.

2) Une coopération pour un meilleur développement économique. Oui mais pour le bénéfice de qui ? Des Bouygues, Bolloré, Vinci and co, ou de la population ivoirienne qui vit dans la misère et le chômage ? Cela reste à voir. Lui qui évoque les inondations et le réchauffement climatique uniquement pour toucher un plus gros pécule qu'il ira faire fructifier dans une banque suisse, ce qu'attestent ses nombreux déplacements à Zürich ou à Genève. Lui qui ignore ce que corruption veut dire ?

3) La lutte contre l'immigration clandestine. Il évoque les dangers de la traversée de la Méditerranée. Il oublie simplement que tous ceux qui vivent dans la misère le lui doivent, alors même qu'il promet "l'émergence" de son pays avant 2020. Et que tous ceux qui quittent son pays l'ont fait pour fuir la guerre et le font pour chercher un monde meilleur.

4) Et comme gages, il atteste depuis 2011 d'une réconciliation nationale réussie. Sans blagues ! Alors que les opposants sont régulièrement emprisonnés, que les droits de l'homme sont bafoués. Mais pourquoi donc de nombreux ivoiriens réfugiés au Sénégal et au Ghana refusent-ils de rentrer chez eux ?

Et justement, pendant qu'il prononce ses très conventionnés discours à Paris, Berlin et Strasbourg, son peuple manifeste dans plusieurs villes, notamment à Abidjan ! Les paroles sont une chose, les réalités une autre !

Film Complet

Les marches de la colère en Côte d'Ivoire

19149209_1049587408478206_4062958408960155698_n

18485796_1431922933532465_5588040265408631792_n

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 2 mai 2017

Un tram symbole pour l'Europe

Depuis ce week-end, la ligne D du tram strasbourgeois relie la capitale européenne et la ville frontalière allemande de Kehl.

OK_Tram_Alain_Fontanel_620x310

Magnifique ! Depuis ce week-end, on écrit un nouveau chapitre dans les relations franco-allemandes. Si une ligne de tram entre la France et l’Allemagne n’a rien de révolutionnaire (il en existe, par exemple, entre Sarreguemines et Sarrebruck), l’ouverture de la ligne D qui relie Strasbourg et Kehl, constitue non seulement une symbolique formidable, mais un élément pratique dans la vie quotidienne pour les gens qui vivent sur les deux rives du Rhin. 

Bien entendu, ce tram n’a pas seulement vocation à véhiculer les Strasbourgeois qui viennent acheter du tabac en Allemagne, mais cette connexion rapide et confortable, permettra des échanges franco-allemands à tous les niveaux – les deux villes se rapprochent et tendent vers une véritable intégration.

Pour une fois, chose rarissime, ce projet d’infrastructure n’a pas connu de contestation, hormis une initiative citoyenne qui protestait contre l’abattage de quelques arbres sur le tracé, sans pour autant remettre en question le projet lui-même. Badois et Alsaciens se réjouissent de ce projet ambitieux qui présente en plus la particularité d’avoir respecté autant les délais que les budgets, ce qui est rarissime dans les projets publics.

Ce week-end, on fera donc la fête dans les deux villes, sur les nouveaux arrêts aménagés le long du tracé de la ligne D, au terminus « Kehl Gare », dans les villes. A cette occasion, la circulation sur la ligne D sera gratuite, avec comme seul bémol que la gratuité ne s’applique pas aux autres lignes. A tous les coups, il y aura des visiteurs allemands qui profiteront de cette découverte pour faire un tour à Strasbourg et qui se retrouveront verbalisés dans une autre ligne que la ligne D. Mais bon, cela fait aussi partie des réalités transfrontalières… (selon "Eurojournalist")

Posté par jl boehler à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 8 mars 2017

Strasbourg : manifestation en vue pour la libération de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo

 Les ivoiriens se réuniront devant le Parlement Européen

manifestation_pro_gbagbo_paris

Les proches de Laurent Gbagbo, l’ex président ivoirien détenu depuis près de six ans à la Cour Pénale Internationale (CPI), se préparent à manifester devant le Parlement Européen à Strasbourg. Un rassemblement massif est prévu le jour anniversaire de son arrestation dans son Bunker à Abidjan le 11 avril 2011. Depuis cette date il reste incarcéré sans jugement ! L’évènement est organisé par le Front pour la Renaissance Africaine dénommé (FRA), qui est une plateforme ouverte aux personnalités et associations engagées pour le combat contre « l’impérialisme « français en Afrique. 


Une conférence publique sera animée par l’oncle maternel de Ouattara, Abou Cissé, mais bien avant, il y aura un sit-in devant l’institution. Après la CPI où ils se rassemblent régulièrement pour soutenir leur mentor, les « Gbagbo ou rien » se feront entendre devant le parlement européen et demanderont à être reçus en délégation. Pour rappel, Laurent Gbagbo et son bras droit Blé Goudé sont poursuivis par la CPI, pour crimes contre l’humanité et de sang pendant la crise post-electorale de 2011.

Le procès ouvert depuis le 28 janvier 2016 se poursuit à la Haye avec les dépositions des témoins de l’accusation, qui très souvent se contredisent et n'apportent pas de grands preuves concrètes. rappelons aussi que Laurent Gbagbo était membre de l'Internationale Socialiste...

Posté par jl boehler à 03:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 14 octobre 2016

Sonita

La rappeuse afghane Sonita Alizadeh était à Strasbourg pour assister à la projection du film qui relate sa lutte contre les mariages forcés de jeunes filles. Une battante à l’itinéraire des plus surprenants.

sonita

Si la rappeuse afghane Sonita Alizadeh a pu être reçue à l’Hôtel de Ville de Strasbourg par le Premier Adjoint Alain Fontanel, elle doit cet honneur exclusivement à son courage incroyable et à une série de hasards heureux qui ont fait que Sonita n’a pas été vendue et mariée à l’âge de 15 ans, mais qu’elle ait pu se lancer dans une lutte internationale contre l’anachronisme qui consiste à vendre et marier des filles mineures. Hier, elle a assisté au lancement du film « Sonita » qui relate son histoire époustouflante.

Le destin de Sonita aurait pu être quelconque. Née à Hérat en Afghanistan, sa famille a du fuir les Talibans et se retrouve en Iran. Pour financer le mariage de son frère, sa famille décide de la vendre, pour 9000 $. Sonita ne comprend pas. Comment est-ce qu’on peut vendre une fille ? Pourquoi l’obliger à épouser un vieil homme qu’elle n’aime pas ? Comment est-ce possible d’évoluer dans un système qui réduit les filles à des objets ayant une valeur marchande ?

Dans la structure d’accueil où elle se trouve avec sa famille en Iran, la réalisatrice Rokhsareh Ghaem Maghami est en train de tourner un documentaire sur le désespoir des réfugiés et elle croise Sonita. Cette rencontre allait changer le cours des choses autant pour la réalisatrice que pour Sonita. La fille se présente à la réalisatrice avec une demande surprenante : « Achetez-moi ». Puisqu’elle est destinée à la « vente » de toute manière, elle préfère être vendue à une personne de confiance plutôt qu’à un mari qu’elle ne connaît même pas. La réalisatrice finit par réunir 2000 $ et réussit à faire patienter la famille et l’aventure commence.

Le documentaire change de sujet – il s’agit maintenant de Sonita et de son refus de se faire marier contre son gré, un destin que subissent 15 millions de filles tous les ans. La nuit, pendant que l’équipe dort, Sonita s’exerce avec un cameraman à enregistrer des essais de musique. Le pop ne lui dit rien, c’est trop « soft » pour exprimer sa colère. Donc, le rap. Et après quelque temps, la chanson « Brides for sale » est prête. Et passe sur Youtube.  Et récolte plus de 700 000 clicks – l’histoire de Sonita fait le tour du monde.

Une école dans l’Utah aux Etats-Unis décide de lui proposer une bourse, car Sonita veut faire des études de Droit, histoire de pouvoir défendre les intérêts des filles dans le monde. Après un dernier périple dangereux à Kaboul où elle doit se procurer un passeport pour pouvoir aller aux Etats-Unis, elle y arrive. Au lieu d’être mariée à un inconnu comme de millions d’autres filles de son âge, elle a réussi à s’en sortir. Et avec une maturité et humilité exemplaires, elle poursuit sa lutte contre ces pratiques issues d’une autre époque, ce qui n’est pas sans danger, car la révolte d’une jeune fille contre des traditions anachroniques, suscite les ires des vieux hommes qui sont au pouvoir dans les pays de l’Orient.

Sonita est un exemple – son refus de se laisser faire, sa prise de conscience qu’il faut se battre, sa détermination sont extraordinaires. Allez voir le film « Sonita » qui est sorti hier dans plus de 50 salles partout en France. Vous allez l’aimer…

(selon Euro-journalistE)

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 13 septembre 2016

Le Grand Contournement Ouest au Tribunal Administratif

GCO, RN59, même combat

gco

Il fallait s'y attendre ! Alsace-Nature ne pouvait s'empêcher de déposer un recours, histoire de faire traîner les travaux par une procédure longue. Il faut reconnaître que les élus marchent dans la combine et ne vont pas entamer les travaux, alors même que la démarche n'est pas suspensive. Mais quel élu concerné aura le courage politique de prendre la décision de commencer les travaux ?

Ce recours "en contestation de la validité de la convention de concession passée entre l'Etat et la société concessionnaire de l'autoroute de contournement ouest de Strasbourg pour le financement, la conception, la construction, l'entretien, l'exploitation et la maintenance de l'autoroute A355, approuvée par décret n°2016-72 du 29 janvier 2016" attaque le projet d'autoroute en plusieurs points.

Selon un communiqué publié ce matin par l'association qui fait partie du collectif "GCO non merci!", le projet d'autoroute "aura d'importantes conséquences directes et indirectes sur l'environnement, tant en matière de qualité de l'air, d'hydraulique, de protection des zones humides et des espaces agricoles et naturels et des espèces qu'en termes paysagers".

Pour les conséquences "directes ou indirectes" sur l'environnement, la solution actuelle des bouchons strasbourgeois serait donc plus satisfaisante ? au point que des salariés passent plus de temps sur la route qu'au travail ! au point que des artisans refusent des chantiers au centre-ville ! La photo ci-dessous vaut toutes les explications.

gco1

Alsace Nature considère également que le projet d'autoroute tel qu'il est présenté aujourd'hui et sur le point d'être lancé diffère par trop du projet initial tel que présenté lors de l'enquête publique de 2006 qui a abouti à la signature de la Déclaration d'enquête publique en 2008. Notamment en ce qui concerne le nombre de voies et la structure de plusieurs ouvrages d'art.

Du n'importe quoi de quelques irresponsables à l'approche d'élections, pour tenter d'y réaliser 2,5% et obtenir un groupe parlementaire ?

Posté par jl boehler à 00:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 24 juillet 2016

Les trains de nuit supprimés

Le démantèlement du service public continue

trainnuit2

Les lignes Intercités de nuit appelées à disparaître cet automne sont celles reliant Paris à la Savoie (Saint-Gervais et Bourg-Saint-Maurice) et à Albi, ainsi que celles reliant Strasbourg et Luxembourg à Nice et Portbou (Espagne). C'est l'annonce faite par le ministre des transports Alain Vidalies.

Cette décision vise à résorber les pertes financières des trains de nuit, qui ne transportent que 3% des voyageurs mais représentent un quart du déficit des Intercités (au moins 400 millions d'euros prévus cette année), soit "plus de 100 euros de subvention publique" par billet vendu, a souligné le ministre lors d'une conférence de presse.

"Je confirme la décision du gouvernement de ne plus financer l'exploitation de ces lignes, mais je reste à l'écoute de toute offre de reprise" ou "de financement tiers, c'est-à-dire par les régions", a-t-il déclaré.

Aucun opérateur privé n'a répondu de manière satisfaisante à l'appel à manifestation d'intérêt lancé en avril par le gouvernement pour les six lignes qui ne seront pas conservées. Le groupe français Transdev (filiales de la Caisse des dépôts et de Veolia) a proposé en retour de reprendre les deux lignes que l'Etat entend garder, pour éventuellement "en sauver une ou deux de plus".

Cette réponse "ne correspondait pas à la demande", a estimé M. Vidalies, indiquant toutefois que "la porte reste ouverte pour trouver une solution" qui "n'implique pas les finances de l'Etat"

Questions à se poser : le service public est-il destiné à produire des bénéfices ? Entend-on conforter Strasbourg comme capitale de l'Europe en supprimant ces trains ? ou n'est-ce pas plutôt un pas de plus vers une Europe libérale au détriment d'une Europe sociale ? Le billet du train de nuit revenant moins cher que celui du TGV, nos responsables veulent-ils empêcher des catégories de Français de voyager ?

Posté par jl boehler à 11:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 28 avril 2016

Les intermittents du spectacle montent au créneau

Le mouvement des intermittents du spectacle prend de l'ampleur. Après l'occupation du Théâtre de l'Odéon, l'annulation de la représentation mardi soir à la Comédie française, c'est au tour du Théâtre national de Strasbourg d'être occupé.  

intermittents

A Strasbourg, les intermittents se sont réunis en assemblée générale mardi soir dans une salle du Théâtre national et ont voté une occupation symbolique, sans impact sur les deux représentations qui avaient lieu le soir même. Ils se mobilisent alors que des négociations sont en cours sur leur régime d'assurance chômage.

Dans un communiqué, ils expliquent leurs motivations : "Nous chomeur.euses, lycéennes, étudiant.es, salarié.es, retraité.es, intermittent.es, précaires, en réaction aux négociations de l’assurance chômage, à la loi Travail et son monde, et à la mise en place de l’état policier, nous occupons depuis 20 heurs le 26 avril/57 mars 2016, le Théâtre National de Strasbourg et rejoignons le mouvement d’occupation des théâtres, des facs, des places publiques qui se déroulent en France et ailleurs."

Lundi, les négociations nationales n'avaient pas abouti à un accord, mais un nouveau rendez-vous a été fixé mercredi à 16H00, au ministère du Travail, à la veille d'une journée nationale de mobilisation contre le projet de loi travail.
A la sortie du conseil des ministres, la ministre de la Culture a appelé toutes les parties "à la responsabilité" pour que "les partenaires négocient, sans se laisser perturber par des mobilisations qui sont parfois caricaturées et lorsqu'elles empêchent des spectacles ne servent pas la cause qu'elles veulent défendre".

intermittents1

"C'est un moment historique parce que pour la première fois, ce sont les partenaires sociaux du secteur du spectacle qui ont la main, qui peuvent négocier un accord qui soit pérenne, durable pour le secteur", a ajouté Audrey Azoulay.
Les artistes et techniciens du spectacle bénéficient de règles spécifiques d'indemnisation du chômage, maintes fois critiquées pour leur coût, qui sont liées au caractère discontinu de leur activité.
Le déficit de ce régime atteint environ un milliard d'euros chaque année, soit environ un quart du déficit général, selon la Cour des comptes. Un cadrage financier, proposé le 24 mars par la partie patronale et signé par la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC (syndicats minoritaires dans le spectacle) impose un effort global de 185 millions d'euros d'économies en année pleine d'ici à 2018 aux intermittents, mais suggère que l'Etat en compense une partie, à hauteur de 80 millions.
Des conditions jugées "inacceptables" par la CGT et la Coordination des Intermittents et précaires (CIP) qui menacent aussi de perturber les prochains festivals.
"Le compte n'y est pas encore, notamment sur les effets que pourrait avoir un éventuel accord et aussi sur la contribution des employeurs", selon la CGT-Spectacle, pour qui il manque en particulier "des éléments chiffrés qui nous permettront de savoir qui est touché par telle ou telle mesure, positivement ou négativement".
Mercredi matin, à quelques heures de la reprise des discussions, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, a estimé sur France 2 que les négociations devaient "se dérouler dans un climat serein".
"Nous faisons tout pour que ce régime qui est important pour les intermittents, avec cette spécialité culturelle, puisse se développer. Nous sommes très vigilants avec Audrey Azoulay sur ce point là", a-t-elle assuré.

En amont de la journée de grève générale du jeudi 28 avril (manifestation prévue place Kléber à Strasbourg à 14h), une assemblée générale a eu lieu ce mercredi 27 avril. (France 3 Alsace)

28avril

Posté par jl boehler à 00:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 14 avril 2016

"Nuit debout" à Strasbourg par les videos

Manifestation contre la LOI Travail à Strasbourg le 31/03/2016

Concert Nuit Debout place de la république Strasbourg 09/04/2016 17h00.

2016-04-05 MARDI NUIT DEBOUT STRASBOURG

Nuit debout et la mairie de Strasbourg

nuit_debout_mail2

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,