vendredi 13 juillet 2018

Nos voisins vosgiens mécontents

Pour l’ensemble des organisations syndicales des retraités,

« la situation se dégrade »

saintdi_

Les représentants de l’ensemble des organisations syndicales des retraités des Vosges ont fait le point sur les actions menées depuis quelques mois et sont tous d’accord pour constater que la situation des retraités vosgiens se dégrade. Unanimement, au nom de tous les retraités vosgiens, ils s’opposent toujours et encore à cette majoration de la CSG et à l’augmentation de tous les prix et charges qui érodent de plus en plus leur pouvoir d’achat.

Un communiqué

« Les journées de manifestation ont été bien suivies par les retraités vosgiens  témoignant du malaise grandissant. Une pétition a été largement signée sur les marchés du département : Epinal, Gérardmer, Contrexéville, Bruyères…..

Très bien accueillie, cette démarche a permis de mesurer le très fort mécontentement des retraités qui voient leur pouvoir d’achat baisser rapidement. De plus, ils vivent très mal le mépris manifesté à leur encontre par nos gouvernants dans cette accumulation de mesures.

 Vient s’y ajouter l’idée de perdre la pension de réversion ce qui est insupportable pour toutes et tous !

Pourquoi cette augmentation de prélèvement de CSG au bénéfice des actifs, alors que dans le même temps serait envisagé une deuxième journée de solidarité pour « les anciens » ? Comprenne qui pourra !

Tous ces passages en force sans concertation, le mépris et la non reconnaissance de la place des retraités dans la société sont très mal vécus. La non prise en compte de leur apport économique très important au sein des familles, des associations, de leur engagement au sein des municipalités, leur contribution à la cohésion sociale les blessent profondément. En arriver là après toute une vie de labeur est insupportable pour tous et revient à nier leur contribution à l’évolution économique pendant leur période d’activité.

Plus de 600 signatures, recueillies en peu de temps, sont remises au préfet, ainsi qu’un courrier demandant la prise en compte de ces revendications dans le projet de loi rectificative pour l’abrogation de la hausse de la CSG, et réitérant la demande d’augmentation générale des pensions de retraite.

Nous attirerons aussi son attention sur le fait que les retraités ne baissent pas la garde devant les mesures annoncées et qu’ils restent mobilisés quoique puisse en penser le gouvernement. Les nouvelles actions qui devraient s’engager dès la rentrée témoigneront, s’il en était besoin, de la volonté réaffirmée des retraités de faire entendre leurs voix, reconnaître leur place dans notre société et la justesse de leurs revendications. »

l’UD CGT des Vosges

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 9 juillet 2018

A 30 km de Villé, des expulsions !

Manifestation devant la sous-préfecture de Saint-Dié pour protester contre l’expulsion d’une famille kosovare

asileSuite à la reconduite au Kosovo d'une femme, Lendite Krasniqi et ses 3 enfants âgés de 7, 6 et 3 ans, qui logeaient dans un hôtel déodatien avant leur expulsion mercredi, une soixantaine de personnes se sont réunies devant la sous-préfecture de Saint-Dié-des-Vosges ce jeudi en fin de journée, sur les coups de 17h30.

Un rassemblement à l’initiative des associations Asil’Accueil 88, Amnesty International, le Secours Catholique et le CCFD-Terre Solidaire. Entrés illégalement en France le 19 octobre 2014, cette femme et ses 3 enfants ont épuisé tous les recours possibles pour obtenir un titre de séjour. Le père, qui était absent au moment de l’arrivée des forces, n’a quant à lui pas été conduit dans l’avion et se trouve toujours en France. Mais au-delà de ce retour forcé, ce que dénoncent les manifestations c’est avant tout la manière dont s’est déroulée cette expulsion.

« On n’expulse pas les gens de cette manière. On ne met pas des coups dans la porte très tôt dans la matinée. On ne sépare pas une famille de la sorte. Ces personnes ne sont pas des terroristes. Ils n’ont rien fait de mal, ils n’ont pas commis de crime. Les parents sont effondrés, les enfants pleurent. C’est un drame au pays des Droits de l’Homme. On n’a plus de leçons à donner aux autres après ce type d’expulsion, qui n’est d’ailleurs pas la seule en France »déplore Nathalie Georgeon, présidente d’Asil’Accueil 88.

Il s'agit de la deuxième expulsion en 2018 à Saint-Dié. Les associations ont sollicité une entrevue avec la sous-préfète de l’arrondissement Sylvie Siffermann, mais cette dernière a répondu par la négative. La nouvelle méthode Macron - Collomb est en marche !

asile1

Posté par jl boehler à 01:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 21 mai 2018

Johnny Halliday à Saint-Dié

Samedi 9 juin à l'Espace François-Mitterrand

johnny1

johnny2

Posté par jl boehler à 01:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 17 février 2018

Des agriculteurs du Val de Villé en visite au drive fermier de Saint-Dié

Ce vendredi après-midi, des agriculteurs de Schirmeck, Stosswihr et Villé ont visité le drive fermier de Saint-Dié.

drive

Organisée par les Chambres d’Agriculture des Vosges et d’Alsace, cette rencontre fut l’occasion pour les producteurs agricoles alsaciens de faire connaissance et d’échanger avec leurs homologues vosgiens. Tout particulièrement sur l’organisation, la structuration et l’organisation du drive fermier déodatien, et ce en vue de l’ouverture d’autres drives fermiers que celui de Schirmeck, le seul qui existe actuellement en Alsace. Présidé par Cyril Claude, celui de Saint-Dié-des-Vosges fonctionne depuis le 5 mai 2017 et rassemble actuellement 24 agriculteurs membres. Chaque vendredi, ce sont en moyenne 88 paniers de produits locaux qui sont distribués aux clients du drive fermier.

Pour un drive inauguré il y a moins d'un an, belle réussite. A Villé, un drive prendra-t-il la place ou complétera-t-il le marché du terroir de plus en plus défaillant, n'est-ce pas Monsieur le Maire et la Conseillère Départementale première adjointe chargée  du marché du terroir (si elle l'est encore) ?

drive1

Posté par jl boehler à 01:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 4 septembre 2017

Un drive fermier chez nos voisins vosgiens

Le Drive Fermier Saint-Dié a été lancé il y a un peu moins de 4 mois, plus précisément le 5 mai dernier.

drive

Initié par la Communauté de Communes de Saint-Dié-des-Vosges et porté par la Communauté d’Agglomération, ce projet de drive fermier déodatien rassemble 23 agriculteurs et producteurs locaux au sein de l’association « Drive Fermier Saint-Dié », que préside Cyril Claude. Ces producteurs de fromages, viandes, oeufs, charcuteries, miels, confitures, liqueurs, fruits et légumes proposent leurs produits à la vente sur leur site Internet, qui sont ensuite à venir chercher sur place sous forme de panier chaque vendredi. Pour devenir client du drive fermier déodatien, il suffit de créer un compte client sur www.drive-fermier-saintdie.fr, puis de passer commande le mardi avant minuit. Les produits commandés sont ensuite à venir chercher au point de retrait chaque vendredi après-midi, après avoir au préalable choisi au un créneau horaire entre 17h et 19h.

drive2

Un président que l’on retrouvait ce vendredi du côté de la rue des Folmard, où se situe le point de distribution hebdomadaire des paniers, à l’occasion de l’inauguration officielle du drive fermier déodatien. A ses côtés se trouvaient notamment Benoît Jourdain, président de la Chambre d’Agriculture des Vosges, qui a rappelé à l’assemblée que « les drives-fermiers permettent de mettre en relations les producteurs et les consommateurs, et ce sans aucun intermédiaire. Ils permettent aussi de garantir l’origine de produits tout en favorisant les circuits courts ». Etaient également présents cet après-midi le président du Pays de la Déodatie Guy Drocchi ainsi que de nombreux élus de la Ville, du Département, de la Région et de l’intercommunalité, dont le maire de Saint-Dié-des-Vosges et président de la Communauté d’Agglomération David Valence.

drive1

Ce dernier d’affirmer lors de sa prise de parole que « dans une ville comme Saint-Dié-des-Vosges, il peut exister des exploitants agricoles qui vivent de leur labeur et de leur inventivité. Un drive comme celui-là ne peut se construire que sur un tissu et dans un milieu favorable. C’est sur un tissu de bonne volonté que ce projet est né, grâce à l’engagement très fort de la Chambre d’Agriculture des Vosges, le volontarisme de la Communauté de Communes de Saint-Dié-des-Vosges et la ténacité de l’un de ses vice-présidents, Vincent Benoit. Il est très important que nous puissions valoriser ces circuits courts, car Saint-Dié-des-Vosges est située au coeur de territoires agricoles. Je considère ce lieu comme un point de départ et non comme un point d’arrivé. Le point de départ d’une réflexion à l’échelle d’un territoire, le point de départ de l’espoir, qui doit revenir chez nos producteurs locaux, mais aussi le point de ralliement pour le renouvellement de notre agriculture, déodatienne et vosgienne. » Ce temps d’inauguration s’est conclu par le partage du verre de l’amitié et par une dégustation des différents produits des membres du drive-fermier.(selon "Saint-Dié-info")

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 8 avril 2016

Un musée unique chez nos voisins vosgiens

Le musée animé du train et des collections, un ambitieux projet entrepris à l’automne dernier par les passionnés du Cercle de Modélisme déodatien, ouvrira ses portes au public le samedi 14 mai à partir de 10h.

Mus_e_Miniature_SDDV_03

Installé dans l’un des emplacements de l’« Hexagone Center » de la rue d’Artillerie, ce musée de la miniature d’une surface de 500 m² a nécessité des centaines d’heures de travaux. Des travaux de rénovation des locaux bien entendu, mais aussi et surtout de montage et de remontage des différentes scènes qui seront à découvrir dès le mois prochain. A titre d’exemple, la grande scène de 45 m² a nécessité à elle seule 3 mois d’un travail des plus minutieux, avec des centaines d’heures d’usinage, de collage et de peinture. Ce musée unique en France présentera notamment 600 locomotives et wagons différents, de toutes époques, de toutes échelles et de tous réseaux ferroviaires : français, allemand, suisse, autrichien, américain, anglais… Et en plus des trains, les visiteurs pourront également découvrir une raffinerie miniature. (Selon "Saint-Dié info")

Posté par jl boehler à 00:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 3 janvier 2016

2016 : le congrès de l'ANEM dans le massif vosgien

ANEM_AL_71_223120140327115925

C’est un événement ! Lors de l’automne 2016, les villes de Saint-Dié-des-Vosges et Gérardmer accueilleront le prochain Congrès de l’Association Nationale des Elus de la Montagne – ANEM – le 32ème en date.

Afin d’étudier les modalités d’organisation de ce futur grand Congrès, le maire de Saint-Dié-des-Vosges David Valence a récemment reçu Pierre Bretel et Olivier Lamoureux, respectivement directeur général et directeur de la communication de l’ANEM. Après une matinée passée en terres déodatiennes, la délégation de l’ANEM s’est ensuite rendue à Gérardmer. Les 2 villes vosgiennes travailleront de concert et en étroite collaboration pour l’organisation du Congrès.

Et si, au lieu de rester dans le département des Vosges, les élus de toute la France venaient faire un tour du côté du tunnel de Sainte-Marie-aux-Mines et des vallées vosgiennes alsaciennes plus que sinistrées ?

Posté par jl boehler à 03:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 30 août 2015

Yoni et ses enfants Aïssatou et Mohamed doivent rester en France

Yoni_01_300x300

Née à Dakar (Sénégal) le 3.11.1978, Mme Yoni N’DOYE vit à Saint-Dié depuis 2012, seule avec ses deux enfants, Aïssatou née le 6.08.2011 à Bergame (Italie) et Mohamed né le 24.03.2014 à Saint-Dié, son mari ayant quitté la famille fin 2013 sans donner signe de vie depuis tout ce temps.

En janvier 2014, Yoni a fait une demande en préfecture pour un titre de séjour en France, sans succès.

Soutenue par le Collectif 88 de soutien aux Sans-papiers, elle vient de renouveler sa démarche auprès du préfet des Vosges, assortie d’une demande d’hébergement en urgence. En effet, les amis qui hébergeaient la famille quittent la région à partir du 31 qui vient : ce qui veut dire que Yoni et ses deux enfants vont se retrouver à la rue à cette date. Or ni le 115, ni l’administration, ni le CCAS, ni les services sociaux ne veulent s’engager, chacun se renvoyant la balle.

Jusqu’à ce jour, ces personnes ont montré une réelle volonté d’adaptation socio-culturelle, par la fréquentation de lieux de vie collective : école, centre social, crèche, Maison de la petite enfance. Cette maman a à coeur que ses enfants maîtrisent la langue française, comme c’est le cas pour elle-même; elle a aussi en tête, l’image de son père né français en 1924 qui a combattu dans les rangs de l’armée française pour libérer la France et l’Europe, en 1944/45.

Un rassemblement de soutien est prévu lundi 31 août 2015 à 16h devant la sous-préfecture de Saint-Dié-des-Vosges. (Saint-Dié-info)

Posté par jl boehler à 09:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 4 février 2015

Conférence de Christian Pierret, ancien ministre

Des nouvelles de la Société de géographie de Saint-Dié ...

Confe_rence_CP

Posté par jl boehler à 00:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 2 janvier 2014

A propos des impôts locaux dans les villes moyennes

logo_fmvm_150x116

La Fédération des villes moyennes, présidée par le maire de Saint-Dié Christian Pierret (PS) a publié le communiqué suivant concernant les impôts locaux :

A l’occasion de la publication annuelle des chiffres de son Observatoire des finances, la Fédération des Villes Moyennes dresse un bilan préoccupant de la situation de ces collectivités. L’occasion également pour Christian Pierret, Président de la FVM, de rappeler qu’une réforme fiscale en profondeur exige aussi une remise à plat des impôts locaux, et implique que toutes les collectivités soient mises autour de la table.

Les collectivités : actrices-clés de la remise à plat de la fiscalité !
La FVM est aujourd’hui très surprise que la question des impôts locaux ne soit pas au menu des premières discussions, et que toutes les collectivités n’y soient pas associées. Comme le rappelle Christian Pierret : « La fiscalité locale représente environ 70 milliards d’euros au titre des impôts directs (TH,TFB, CET…), plus que l’impôt sur le revenu. En tant qu’acteur de l’impôt, les collectivités doivent être pleinement associées à cette discussion ». Le quart de la population française vit dans les agglomérations des villes moyennes, avec une présence plus importante de classes moyennes, fortement mises à contribution en matière d’impôts et de taxes.
Une équation fiscale intenable
Les collectivités doivent résoudre une équation intenable avec des dépenses en hausse et des recettes en baisse. Jusqu’ici, les villes moyennes ont été très modérées dans l’évolution de leur fiscalité. En 2013, 93% ont, en effet, reconduit leur taux d’imposition grâce à des bases encore relativement dynamiques en 2012 et 2013 (autour de 3%). Cependant avec des charges qui augmentent (revalorisation des agents de catégorie C, cotisation retraites, rythmes scolaires, hausse des tarifs de l’énergie, etc.), elles se trouvent dans une situation sans solution puisqu’elles ne peuvent et ne veulent pas ajouter à la pression fiscale, qui pèse déjà sur nos concitoyens et les entreprises.
Budgets : des signaux oranges !
Dans les budgets des villes, on constate une première en 2012 :
- L’épargne brute est en baisse (-0,4%), les charges de fonctionnement progressant plus rapidement que les ressources de fonctionnement. Cette tendance risque d’être accentuée en 2013 et 2014 avec la baisse des dotations de l’Etat, ne laissant plus aux collectivités aucune marge de manœuvre.
- Les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 1,2% en 2012 avec comme premier poste de dépense les charges de personnel (+1,3%) représentant 57% du fonctionnement, avec un rapport de 1 à 7 selon les villes.
- Les charges à caractère général comme les études, les achats, les fournitures de services, sont en hausse de +2,4% notamment à cause de l’évolution du coût de l’énergie (+ 7,4% pour le gaz et l’électricité, + 4,2% pour le chauffage urbain ou encore + 4,3% pour les carburants).
- À noter qu’en terme de subventions et de contingents, les dépenses des villes moyennes sont en baisse pour la première fois depuis 2005 (- 1,5%), ce qui traduit un retrait dans les politiques de financement des associations.
La réduction de la masse salariale, premier poste des dépenses de fonctionnement, est la priorité absolue pour les collectivités.
Il convient également de revoir entièrement le périmètre et le niveau des services publics proposés par les collectivités, ce qui engendra probablement une baisse de qualité des services de proximité au détriment du citoyen. Dans le même temps, l’État doit arrêter la prolifération des normes décidées toujours unilatéralement…
Des arbitrages devront être établis au niveau des investissements des collectivités : incitations et recentrages sur les politiques énergétiques, meilleure gestion des actifs (patrimoine public et privé). Face à ces perspectives, la FVM en appelle au gouvernement pour mettre l’ensemble des acteurs autour de la table et réussir une réforme à la hauteur des enjeux qui sont les nôtres.

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :