vendredi 21 juin 2019

La Marine française persona non grata au Vanuatu

Le d’Entrecasteaux, navire de la Marine basé à Nouméa, qui était en mission humanitaire, a été interdit d’accoster sur l’île d’Anatom. Un nouveau clash entre Paris et Port-Vila avec en toile de fond le conflit qui entoure la souveraineté des îles Matthew et Hunter.

NC_ARMEE_DENTRECASTEAUX_VANUA

Il n’a même pas quitté la base navale de Nouméa. Le d’Entrecasteaux a reçu une fin de non-recevoir de la part des autorités vanuataises pour se rendre sur l’île d’Anatom. Balayé par un tsunami en décembre dernier, ce petit territoire d’à peine 1 000 habitants, situé tout au sud de l’archipel, devait recevoir la visite du navire de la Marine nationale, basé à Nouméa, dans le cadre de l’opération Castor dont l’objectif est d’aider les populations qui vivent dans des zones difficiles.

Le Vanuatu revendique la souveraineté de ces îles

Cette mission humanitaire étant un signe fort de la coopération entre les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie et le voisin vanuatais, ce dernier prenant ainsi le risque de créer un incident diplomatique en refusant que le d’Entrecasteaux accoste sur Anatom. Le navire devait apporter, entre autres, des matériaux de construction pour rénover une école et un dispensaire. Selon le quotidien Daily post, qui a révélé l’information, le conflit qui entoure les îles inhabitées Matthew et Hunther (lire par ailleurs) et qui oppose la France au Vanuatu serait au cœur de ce clash. Le ministère des Affaires étrangères du Vanuatu aurait ainsi réaffirmé, toujours selon le Daily post, que ces îles stratégiques en termes de zone maritime leur appartiennent. Matthew et Hunther sont pourtant sous souveraineté française depuis 1976… Par ailleurs, évoquant « l’entrée illégale » du patrouilleur La Moqueuse, navire de la Marine, en début d’année, le ministère a annoncé avoir demandé le report de l’opération Castor.

vanuatu_espiritu_santo_blue_hole_241_vto

Cette brouille entre Paris et Port-Vila a été vivement critiquée par le député de la province de Taféa. D’après Tomker Netvunei, cet incident prive l’île d’Anatom d’un développement indispensable, les écoliers n’ayant plus de salles de classe. Interrogé par le Daily post et Radio New Zeland, Ishmael Kalsakau, chef de l’opposition, s’est lui aussi opposé à cette mesure, décrivant la réaction du gouvernement comme puérile. Du côté des autorités françaises, silence radio. Le Quai d'Orsay devrait directement prendre l’affaire en main. Une rencontre entre les deux pays serait prévue à Bruxelles, à la fin du mois, pour échanger sur les frontières maritimes et tenter de trouver une porte de sortie à ce vieux conflit diplomatique.

Un vieux conflit aux enjeux énormes

Ces deux minuscules îles, Matthew et Hunter, sont au cœur d’un très vieux conflit entre la France et le Vanuatu. Car quiconque acquiert la souveraineté de ces petits confettis volcaniques agrandit considérablement sa zone économique et exclusive. Les enjeux sont donc énormes. En mars dernier, l’un des hommes politiques les plus influents du Vanuatu avait, en substance, demandé l’expulsion du premier diplomate français installé à Port-Vila et des excuses de Paris après une « mission de souveraineté » menée par la France sur Matthew et Hunter. Quelques semaines plus tard, une manifestation avait été organisée à Port-Vila pour réappuyer leur revendication. Si les parlementaires Gérard Poadja, Philippe Gomès et Philippe Dunoyer ont récemment rappelé leur opposition « à toute tentative visant à déposséder notre pays d’une partie de son territoire et de sa richesse », le FLNKS a, de son côté, reconnu ces îles « comme patrimoine naturel de la République du Vanuatu ».

images

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 21 avril 2019

Polynésie française : Festival de danse aux îles Gambier

Pour la première soirée de chants et danses au festival des îles Gambier, l'honneur est donné aux îles de Hao et de Hiva Oa. Les prestations ont totalement séduit le public...

tuamotouLe groupe de danse de Hao, la délégation la plus importante avec une quarantaine de danseurs et danseuses, a fait le show pour la première soirée de spectacle au festival des Gambier qui couvre toute la semaine de Pâques. Les artistes de l'atoll ont choisi le thème de la culture dans sa généralité. "On a pris différents thèmes de l'île de Hao, celle d'une princesse ou encore d'artisanats", explique Teiki Piriotua, chef de la délégation de Hao.

Pour les Puamotu, la difficulté a aussi été de s'adapter à la fraîcheur des soirées. "Toutes les filles voulaient danser en pull lors des répétitions", confie Maria Kalinski, danseuse de Hao. Les Marquisiens étaient également sur la scène pour cette première soirée. Le feu était au centre de leur show. "Nous avons essayé de vous raconter le don du feu aux hommes par Maui", souligne Patrice Kaimuko, chargé de la culture de la commune de Hiva Oa.

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 8 août 2018

Enfin le haut débit en Polynésie

Internet : la pose du câble sous-marin Natitua a commencé

tahiti

Le câblier l'Île de Batz est arrivé à Hao pour commencer la pose du câble sous-marin qui devrait permettre de procurer l'internet haut-débit dans 20 îles des Tuamotu (anciennement Nouvelles-Hébrides) et des Marquises avant la fin de l'année. La cérémonie d’atterrage du câble a eu lieu samedi matin. 

tahiti1

Les hommes du câblier L'Île de Batz sont sur le pont. Ils travaillent 24 heures sur 24 sept jours sur sept et ce n'est que le début. Le navire est arrivé ce samedi 4 août à Hao pour attaquer la pose du câble Natitua. Une cérémonie d’atterrage de Natitua était organisée sur place en présence de la ministre en charge du numérique, Tea Frogier. 

La fin de la pose du câble sur l'ensemble de la Polynésie est prévue aux alentours de la première semaine d'octobre. Le câble quant à lui sera pleinement opérationnel à la fin de l'année 2018. 

Le câblier L'Île de Batz tirera les 2800 kilomètres du futur câble sous-marin domestique entre dix îles des Tuamotu et des Marquises. 

Les experts ont décidé de commencer l'atterrage du câble par l'extrémité Est. Les travaux de la première branche de Natitua ont commencé dès l'arrivée du câblier à Hao ce samedi. Le câblier se dirigera ensuite vers Makemo où il devrait arriver ce mardi, puis Fakarava le 14 août. Le navire devrait continuer sur sa lancée et être à Arutua le 20 août et le 24 à Kaukura. Le planning pour cette première branche est prévisionnel et dépendra essentiellement des conditions météorologiques. 

tahiti2

L'Île de Batz reviendra alors sur Tahiti et plus précisément à Hitia'a, le 3 septembre pour tirer la deuxième branche du câble. Elle partira de la station d'atterrage toute neuve de Hitia'a o te Ra. Le câblier continuera à tirer le câble jusqu'à Rangiroa où il est attendu le 10 septembre. C'est depuis cet atoll que les branches Nord et Sud du câble Natitua seront raccordées. Le 15 septembre, le câble atteindra Manihi et le 20 Takaroa. 

Enfin, début octobre le câblier devrait rejoindre les eaux marquisiennes pour poursuivre sa pose. Ainsi, il connectera Hiva Oa le 1er octobre et Nuku Hiva le 6 octobre. Le temps estimé de tous ces raccordements est de deux mois et demi. 

tahiti4

Le câble devrait être posé dans sa totalité dès la première semaine d'octobre. Après une période de tests, il devrait être opérationnel à la fin de l'année 2018. 

Natitua n'est pas qu'un câble sous-marin, une grande partie des îles qui pourront bénéficier de l'internet à haut débit seront desservies par un réseau de faisceaux hertziens. Cela concerne les îles Amanu, Faaite, Apataki, Tikehau, Ahe, Takapoto, Tahuata, Fatu Hiva, Ua Pou et Ua Huka. 

A la fin de l'année, une population de plus de 20 000 habitants répartis sur 20 îles des Tuamotu et des Marquises disposera ainsi d’une liaison internet haut débit, grâce à l’installation de ce câble de 2 800 kilomètres.

Posté par jl boehler à 00:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,