lundi 18 novembre 2019

Les ex-mineurs réunionnais victimes de migration forcée réclament des comptes à l'Etat

Les ex-mineurs réunionnais victimes d'une migration forcée vers l'Hexagone orchestrée par l’État entre 1962 et 1984 ont réclamé jeudi que le gouvernement mette enfin en place les mesures préconisées il y a plus d'un an et demi par un rapport d'experts. 

r_unionAu total, 2.015 jeunes Réunionnais ont été déplacés dans l'Hexagone entre 1962 et 1984, pour résoudre les problèmes de démographie galopante et de grande pauvreté que connaissait alors La Réunion. Certains n'ont jamais remis les pieds dans leur île, ni revu leur famille. On les a appelés les "Enfants de la Creuse", parce qu'ils ont notamment été accueillis dans ce département rural, mais au total ils ont été envoyés dans 83 départements.
En avril 2018, une commission d'experts, présidée par le sociologue Philippe Vitale avait rendu un rapport sur cet événement méconnu de l'histoire de France, préconisant notamment la mise en place de cellules psychologiques, des aides pour leur permettre de retrouver leur racines et leur familles, mais aussi l'instauration de lieux mémoriels à La Réunion et en métropole, la création d'une date de commémoration ou encore l'intégration de cet épisode dans les manuels scolaires et les travaux de recherche.
"Depuis la remise du rapport en avril 2018 et ses préconisations, très peu de choses ont été faites, ou seulement des mesurettes, comme les billets d'avions" pour se rendre à La Réunion, a dénoncé lors d'une conférence de presse Me Elisabeth Rabesandratana, l'avocate de la Fédération des enfants déracinées d'Outre-mer (FEDD), qui regroupe plusieurs associations d'ex-mineurs réunionnais.    
Aujourd'hui, "ils veulent que les préconisations soient mises en oeuvre", a-t-elle insisté, et notamment que leurs recherches pour retrouver leurs familles et comprendre comment l'Etat a pu organiser ces "transplantations" puissent "aller jusqu'au bout". Mais "aujourd'hui, la lourdeur administrative fait qu'on n'avance pas", a déploré l'avocate.
"Il faut des moyens", a expliqué Me Rabesandratana, réclamant la mise en place d'un "centre de ressources" pour "l'assistance et l'accompagnement juridique, administratif et psychologique des victimes et de leurs familles".
Insistant sur l'idée d'une "réparation", elle a expliqué qu'elle devrait passer "à un moment donné" par "des excuses" de l'Etat.     
S'il n'est pas prévu de plainte collective contre l'Etat -plusieurs actions en justice ont déjà été menées par d'ex-mineurs, déboutés à cause des délais de prescriptions-, elle a expliqué qu'il pourrait y avoir des plaintes individuelles contre l'aide sociale à l'enfance ou des départements, notamment pour des "faux et usages de faux", car certaines victimes se sont vu créer de nouveaux états-civils pour effacer leur précédente identité.(selon AFP)

Posté par jl boehler à 06:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 7 novembre 2019

De Wallis-et-Futuna à Rennes

Sofia a parcouru la moitié de la planète pour soigner son cancer

cancer1

Après un éprouvant voyage de plus de trente heures, Sofia, 53 ans, a été prise en charge par le centre Eugène-Marquis, à Rennes, pour traiter son cancer au cerveau. Une opération dans le cadre d’un accord de coopération entre le centre et les îles Wallis-et-Futuna.

Je vais mieux. Ici le personnel est particulièrement gentil et attentionné. Je sais que c’est une véritable chance pour moi, assure Sofia, 53 ans. Cette femme est née et vit à Futuna. Une des îles de l’archipel de Wallis-et-Futuna, dans l’océan Pacifique, et située à 16 230 km de la capitale bretonne.

Ce n’est pas une image quand la quinquagénaire dit qu’elle a traversé la moitié de la planète. Ça a été très long et très fatigant. On a dû passer par le Japon. Plus de trente heures de voyage raconte-t-elle. D’autant que sa santé est particulièrement fragile.

Traitement et rechute…

Un voyage qu’elle a effectué fin août, dans le cadre d’un accord de partenariat passé entre le centre Eugène-Marquis de Rennes et l’hôpital de Wallis-et-Futuna. En fait d’hôpital, plutôt un dispensaire vieillot et sous-équipé, très loin des standards hospitaliers de l’hexagone.

En 2007, j’ai appris que j’avais un cancer du sein, explique-t-elle. À plusieurs reprises, j’ai dû me rendre à Nouméa, à trois heures d’avion de chez moi, pour me faire soigner. Le traitement est efficace, mais elle rechute en 2017. De nouveau, elle doit se rendre dans la grande île voisine pour de nouvelles séances de chimiothérapie. Mais en janvier 2019, on a aussi découvert des cellules cancéreuses dans mon cerveau. Une pathologie qui dépasse les compétences médicales de sa région.

Partenariat avec le centre Eugène-Marquis

Elle entre alors en contact avec les Dr Marlène Knezynski et Olivier Riou. Un couple qui, après avoir travaillé à Saint-Pierre-et-Miquelon, s’est installé à Wallis-et-Futuna pour apporter leurs compétences médicales. Nous avions déjà établi des relations de travail avec ce couple de médecins lorsqu’ils étaient à Saint-Pierre-et-Miquelon, explique le Dr Marc Pracht, oncologue à Eugène Marquis. Ils nous ont donc contactés pour voir ce que l’on pouvait faire pour cette patiente en particulier et pour Wallis-et-Futuna plus globalement. L’idée étant d’établir un partenariat pour développer l’oncologie, qui est totalement absente des deux îles lointaines.

Appareil de radiothérapie de dernière génération

Sofia est donc venue, accompagnée de Koleti et Emanuelé, deux infirmiers de l’agence de santé de Wallis. Ils vont effectuer un stage d’immersion de trois semaines dans notre établissement et nous allons les former à la préparation de la chimiothérapie.

Est aussi prévue, à moyen terme, la mise en place de télémédecine. Le but étant de leur donner une certaine autonomie et d’éviter aux habitants de Wallis-et-Futuna de se déplacer à Nouméa. Un véritable enjeu de santé.

Quant à Sofia, elle a pu bénéficier du Cyberknife, implanté à Eugène-Marquis. Un appareil de radiothérapie ultra-perfectionné de dernière génération, adapté au traitement des tumeurs du cerveau. Elle a également fait l’objet d’une petite chirurgie du cerveau. Elle va aujourd’hui beaucoup mieux et on espère qu’elle pourra rentrer chez elle bientôt. En attendant, Sofia peut profiter de la présence de ses trois enfants, qui vivent à Rennes depuis des années. (Samuel Nohra, journaliste à Ouest-France)

Posté par jl boehler à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 7 octobre 2019

En Martinique, un port de plaisance construit en toute illégalité

Les dirigeants d'une société de carénage, le maire de la commune du Marin et l'ancien directeur de la mer ont été mis en examen par le parquet de Fort-de-France.

1255840_point_marin_port_illegal

Ce devait être à la base une aire de carénage par délégation de service public confiée à l’entreprise Carenantilles. La mairie du Marin, sous-préfecture du sud de la Martinique, avait en effet confié en 2014 à Jean-Louis Lucy de Fossarieu et son fils Arthur, patrons de Carenantilles, l’exploitation du centre de carénage local. Mais les Lucy de Fossarieu l’auraient transformé en rutilant port de plaisance, y ajoutant des pontons capables d’accueillir deux méga yachts et 70 bateaux, le tout… pour leur usage personnel. Le 20 septembre, Jean-Louis et Arthur Lucy de Fossarieu, le maire du Marin et ancien sénateur (Parti progressiste martiniquais, gauche) Rodolphe Désiré, ainsi que l’ancien directeur de la mer de Martinique, Michel Pelletier, ont été mis en examen.

«Favoritisme», «recel de favoritisme», «corruption active et passive», «concussion», «abus de biens sociaux», «travail dissimulé», «blanchiment de fraude fiscale», «exercice sans autorisation d’une activité nuisible à l’eau»…, pas moins de onze chefs d’accusation sont égrenés par le procureur de la République, Renaud Gaudeul, dans un communiqué diffusé le 23 septembre. Rodolphe Désiré et Arthur Lucy de Fossarieu ont été placés sous contrôle judiciaire, tandis que Jean-Louis Lucy de Fossarieu a été placé de détention provisoire.

Dénonciation anonyme

L’affaire débute en décembre 2018 par un courrier anonyme envoyé au parquet de Fort-de-France, dénonçant la construction illégale d’un port de plaisance sur la commune du Marin, au profit de l’entreprise Carenantilles. La missive pointe du doigt l’attribution de la délégation de service public, «obtenue dans des conditions illicites», précise le procureur de la République, «car ne respectant pas le principe d’égalité qui doit prévaloir entre les candidats». Puis, en 2017, la mairie aurait attribué un droit d’exploitation pour de nouveaux pontons, dont deux «servant de véritable port de plaisance sans aucun lien avec l’objet initial de la délégation de service public», le tout sans «aucune contrepartie fiscale». Jean-Louis Lucy de Fossarieu aurait obtenu des avantages «grâce à des contreparties offertes à diverses personnes».

Pour les magistrats, le chef d’entreprise aurait également régulièrement utilisé les fonds de ses deux sociétés à des fins personnelles, et notamment au profit de son fils Arthur, 30 ans, cogérant de la société Carenantilles. Ce dernier serait également «complice des faits de travail dissimulé», commis au sein de l’entreprise : les Lucy de Fossarieu auraient mis en place un système de travail occulte, puisque toutes les heures de travail des salariés n’étaient pas déclarées.

Direction de la mer corrompue?

Quant à l’ancien directeur de la mer, Michel Pelletier, il aurait été prévenu par un fonctionnaire des affaires maritimes, et «n’aurait pas réagi», selon nos confrères de Martinique 1re. Vivant désormais en Guyane, il est également soupçonné de corruption passive et de violation du secret de l’enquête. Militaire, il dépend d’une juridiction spécialisée : le parquet de Fort-de-France s’est donc dessaisi de son cas, au profit de celui de Cayenne.

Mercredi 25 septembre, les édiles martiniquais réunis par l’association des maires de Martinique ont exprimé leur soutien à Rodolphe Désiré, indiquant qu’il «avait fait de sa ville l’un des ports de plaisance les plus renommés et plus développés de la Caraïbe». Mais à quel prix? (De Léa Mormin-Chauvac dans "Libération")

Posté par jl boehler à 05:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 22 septembre 2019

Guyane : des milliers d'enfants non scolarisés

En Guyane, des milliers d'enfants ne sont pas scolarisés à cause notamment du manque de classes et de contraintes administratives et socio-économiques, ont indiqué à l'AFP plusieurs membres de la communauté éducative.

antillesCette année, comme les années précédentes, des milliers de jeunes, de la maternelle au lycée, ne seront pas scolarisés en Guyane, déplore la communauté éducative, évoquant le manque de classes et d'internats, de professeurs, les barrières matérielles (coût du transport en pirogue, de la cantine), et accusant aussi des pratiques municipales entravant les inscriptions en maternelle et primaire (comme l'exigence d'un justificatif de domicile dans un territoire qui compte de nombreux habitats spontanés).
"Il y a des enfants de maternelle qui sont inscrits mais qui n'ont pas d'affectation faute de places, et il y a les non-inscrits à cause des mairies qui ne permettent pas l'inscription de tous les enfants", a regretté vendredi le réseau éducation sans frontières (RESF) auprès de l'AFP.
En 2018, le taux de non-scolarisation était de "13,7%" (soit 11.000 élèves), a expliqué à l'AFP le rectorat de Guyane.
Aïssatou Chambaud, présidente de la Fédération autonome des parents d'élèves et étudiants de Guyane, souligne des difficultés de scolarisation "au niveau de la maternelle" et "lors du passage de la 3e à la seconde, avec chaque année 800 élèves qui se retrouveraient sans affectation".
Dans ce territoire classé en zone d’éducation prioritaire renforcé (Rep+), les constructions scolaires ne parviennent pas à suivre la croissance démographique, cinq fois plus élevée que dans l'Hexagone.
Pour le Sgen CFDT-Cdtg, le "dédoublement des classes - même si il y a souvent deux enseignants dans la même classe" et l'obligation de scolariser "d'un coup" les 3-6 ans, avec l'obligation d'instruction dès 3 ans, aggravent les capacités d'accueil de ce territoire de 300.000 habitants et 84.000 élèves.
Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a d'ailleurs reconnu à la rentrée que "pour arriver à ce que tous les enfants de Mayotte et Guyane aillent à la maternelle dès 3 ans", il faudrait "deux ou trois rentrées" pour "y arriver pleinement".
"Les enfants appartenant à des groupes stigmatisés (Amérindiens, Bushinengé) ou étrangers ou perçus comme tels sont les plus exposés" à la non-scolarisation, "la priorité étant donnée aux autres enfants", déplorait déjà en avril 2019 la commission nationale consultative des droits de l'homme.
Après la grande crise sociale de 2017, l'État s'était engagé à augmenter les dotations des collectivités à 350-400 Millions d'euros d'ici 2027 pour les constructions scolaires.(selon AFP/Antilles)

Posté par jl boehler à 02:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 10 septembre 2019

Vivre à Mayotte

29% de la population vit dans un logement sans eau courante.

mayottePrès d’un tiers de la population de Mayotte (81.000 habitants) vit dans un logement qui n’a pas accès à l’eau courante, selon une enquête Insee sur l’évolution des conditions de logement à Mayotte, faisant suite au dernier recensement de 2017. 

"Cette proportion est deux fois plus importante qu’en Guyane et cela représente 81.000 habitants", a déclaré Jamel Mekkaoui, directeur de l'antenne de l'Insee du 101e département français. 
Toutefois, la situation s’est considérablement améliorée. En 1997, 80% des logements n’avaient pas l'eau courante. Entre 2007 et 2012, le nombre de logements sans eau courante a baissé de moitié, mais il est reparti à la hausse entre 2012 et 2017 avec la hausse des constructions des bangas (cases) en tôle. 
Ces constructions en tôle forment aujourd'hui 38% du parc immobilier mahorais. Et elles sont habitées dans 65 % des cas par des étrangers. Un peu plus de la moitié des bangas est dépourvue d’eau courante contre seulement 12% des logements en dur. 
Sur les 18.300 ménages qui ne bénéficient pas d’eau courante dans leur logement, 7.900 ont malgré tout un robinet dans leur cour et 3.700 font appel à la solidarité des voisins, parents ou tiers.  
"Il y a 1.600 ménages qui s’approvisionnent dans une rivière ou dans un ruisseau. Cela représente une hausse de 37% entre 2012 et 2017 et c’est en lien avec la forte immigration récente", explique M. Mekkaoui.  
"Les risques sanitaires associés à ce type d’approvisionnement (maladies hydriques, telles que la gastro-entérite ou la diarrhée) peuvent toucher 7.300 habitants, dont 1.450 enfants de moins de 5 ans. Et dans le même temps, on observe une augmentation de 54% d’approvisionnement aux bornes-fontaines. Cela touche 3.000 ménages dont 1.000 dans les communes de Mamoudzou, Koungou et Dembeni, là où il y a le plus de bangas en tôle", explique Jamel Mekkaoui. 
Le confort sanitaire de base est peu répandu dans l’habitat mahorais. Dans 60% des cas, il manque au moins l'eau courante ou les toilettes ou la douche à l’intérieur du logement. Ce taux monte à 95% pour les bangas en tôle, contre 37% pour l’habitat en dur. "Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas d'eau du tout. Souvent, il y a des toilettes ou un robinet dans la cour, mais ils sont partagés avec plusieurs habitations", précise Jamel Mekkaoui.(selon AFP)

mayotte1

Posté par jl boehler à 06:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 31 août 2019

Comores : un accord de partenariat avec la France

Un tiers des députés comoriens est contre !

comores

Plus d'un tiers des députés comoriens ont dénoncé jeudi l’accord de partenariat signé le 22 juillet entre la France et les Comores à l’occasion de la visite à l’Elysée du président comorien Azali Assoumani. 

Douze des 33 députés ont signé une déclaration en ce sens remise à la presse. 

"Les parlementaires de l’Union des Comores considèrent comme nuls et non avenus les accords-cadres signés le 22 juillet 2019 à Paris entre les gouvernements comorien et français et se désolidarisent du gouvernement comorien", indique ce texte. 

Les signataires accusent le président Azali de "piétiner et bafouer" la Constitution des Comores. 

Ils accusent aussi la France de violer la souveraineté des Comores depuis 44 ans "en occupant une partie de son territoire", Mayotte, la quatrième île de l’archipel des Comores, devenue en 2012 le 101e département français mais toujours revendiquée par Moroni. 

Les parlementaires signataires font "du retour de l’île de Mayotte dans son ensemble naturel une priorité nationale.De son côté, le Front démocratique (gauche) a accusé jeudi M. Azali d’avoir "livré les Comores en pâture à la France". 

Le président français Emmanuel "Macron donne 150 millions d’euros qui seront gérés (...) par l’Agence (...) spécialisée dans le blocage du développement des Comores, l’AFD de triste renommée (...). En contrepartie  (...) Azali concède l’occupation de Mayotte", affirme le parti dans un communiqué. 

L’accord, qui a déjà suscité une vague de protestations de l’opposition et de la société civile, prévoit le versement par la France de 150 millions d'euros sur trois ans au profit des Comores, notamment par l'intermédiaire de l'Agence française de développement (AFD).  

Le président Azali s’est pour sa part engagé à mettre en place un programme de lutte contre les traversées illégales entre Anjouan et Mayotte. 

Mayotte subit une forte pression migratoire des îles voisines des Comores dont la plus proche, Anjouan, est située à 70 km de ses côtes.(selon AFP)

Posté par jl boehler à 05:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 5 août 2019

Guadeloupe : grève du personnel hospitalier

En soutien, des milliers de personnes dans la rue

guadeloupePlusieurs milliers de personnes ont défilé jeudi dans les rues de Pointe-à-Pitre, au départ du CHU, a constaté un journaliste de l’AFP, répondant  à un appel à la mobilisation générale lancé par une dizaine d’organisations syndicales pour soutenir le personnel en grève.

Victime d’un incendie majeur le 28 novembre 2017, le CHU de Guadeloupe fonctionne depuis de façon perturbée. Plusieurs services ont été délocalisés dans des locaux transitoires inadaptés, selon le personnel. Un mouvement de grève générale a débuté au CHU de Guadeloupe le 23 juillet, et même depuis le 10 juillet aux urgences et à la maternité, pour dénoncer le manque de moyens humains et matériels, ainsi que la vétusté et l’exiguïté des locaux. 

En conséquence, la majorité des services fonctionne en service minimum. 

Jeudi, le cortège est parti du CHU en direction du centre-ville de Pointe-à-Pitre et s’est ensuite rendu devant la sous-préfecture. La radio RCI a annoncé que 6.000 personnes avaient défilé d'après le décompte des syndicats. Le comptage des forces de l'ordre faisait état de 2.500 manifestants. 

En plus de l’Union des travailleurs de la santé (UTS) – une branche de l’Union générale des travailleurs guadeloupéens (UGTG) – et de la CGTG, qui sont mobilisés à l’hôpital, onze organisations syndicales avaient invité leurs membres à manifester. 

En soutien, un appel à la mobilisation avait aussi été lancé devant le centre hospitalier de Basse-Terre ce jeudi. 

Les différentes négociations entre la direction du CHU et les autorités sanitaires n'ont pas permis de parvenir à un accord jusqu'ici. Mercredi, le dialogue s'est même tendu après des menaces du directeur, Gérard Cotellon, d'assigner en justice les organisations syndicales qui bloqueraient l'entrée du site à partir de jeudi avec une astreinte quotidienne de 5.000 euros. 

Selon un sondage Qualistat réalisé en juillet 2019, 82 % de la population guadeloupéenne estime que ce mouvement social est justifié et 15% des sondés le juge injustifié. 

Les négociations doivent reprendre vendredi matin. Mercredi, M. Cotellon a annoncé qu'une aide de 20 millions d'euros accordée par l'État, initialement remboursable, ne sera finalement pas à rembourser. De même, l'assurance de 40 millions d'euros débloquée après l'incendie de 2017, initialement déductible des aides gouvernementales, ne sera pas déduite. 

Le CHU fait actuellement face à de grosses difficultés budgétaires, avec notamment une dette fournisseur de près de 49 millions d'euros.

Posté par jl boehler à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 30 juillet 2019

Biodiversité marine

Mayotte et ses 25 espèces de requins : un argument touristique

requins

Plusieurs études conjointes ont permis de recenser 25 types différents de requins dans le lagon de Mayotte, selon nos confrères de France Mayotte Matin. Mais contrairement à La Réunion, aucune attaque n'a été signalée depuis le début de l'année. La découverte des requins fait d'ailleurs partie des sorties mer prisées des touristes, à la recherche de sensations fortes ou de découverte marine.

Différentes études ont recensé 24 types différents de requins présents à Mayotte dont le requin gris de récif, le requin de pointe noire ou encore le requin baleine. C'est ce que rapportent nos confrères de France Mayotte Matin. Le requin blanc lui aussi serait passé aux larges des côtes de l'île française.

Il y a quatre ans, une 25ème espèce a pu être recensée : le squale chagrin cagao. Mesurant environ un mètre pour les plus grands spécimens, il peut vivre jusqu'à 800 mètres de profondeur. Davantage connu au Mozambique, aux Comores ou en Afrique du Sud, il a été pêché accidentellement à Mayotte en 2015, ce qui a permis de le classer parmi les espèces repérables autour de l'île. Mais il se fait rare dans le lagon et les plus curieux doivent s'armer de patience.

Un gagne-pain touristique

De nombreux touristes s'aventurent dans les eaux de l'île aux parfums en espérant apercevoir des requins. Mais pour avoir la chance d'en croiser, il faut se rendre à l'extérieur du lagon, en plongée. Dans ces coins, il n'est rare de voir des bancs de requins marteaux. A noter qu'ils ne font pas partie des espèces qualifiées comme dangereuses pour l'homme, contrairement au requin blanc, le requin tigre ou encore le requin bouledogue.

Le bouledogue lui, a déjà été repéré à Mayotte mais il se fait plus rare que dans les eaux réunionnaises. Les grandes stars des excursions plongée ou bateau restent les requins marteaux ou les requins baleines.

Les sorties requins ont du succès à Mayotte. A raison de 70 euros la journée la plupart du temps, ce business équivaut à nos sorties baleines. Assez rares à croiser totalement par hasard, la technique utilisée reste de les attirer en utilisant des leurres, afin de les faire remonter jusqu'à 3 ou 5 mètres de la surface.

Rappelons qu'il existe aussi une nurserie de requins située au Nord de l'île. Elle permet notamment aux associations locales d'effectuer un gros travail de collecte de données sur les requins de l'île aux parfums.

Pas d'accident mortel

Malgré les attaques que nous connaissons à La Réunion, la plupart des requins sont inoffensifs. Et à Mayotte, la présence fréquente des nageurs n'ont pas entraîné pour autant d’accidents mortels.

Le requin à Mayotte est très peu pêché. En 2015, le préfet de l'époque, Seymour Morsy, avait signé un arrêté interdisant la commercialisation de la chair de requins tigres et bouledogues à Mayotte suite à leur contamination par des ciguatoxines, des micro-algues associées aux récifs coralliens. (selon "France Matin Réunion")

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 9 juillet 2019

Mayotte : un nouveau volcan sous-marin

La naissance d'un volcan sous-marin au large de Mayotte a été dévoilée en mai par une équipe de scientifiques coordonnées par le CNRS, chargée d'élucider un phénomène de séismes en essaim qui secoue l'île depuis un an. A l'issue d'une deuxième campagne océanographique sur la zone, présentée lundi, voici ce que l'on sait du volcan. 

Il culmine à 800 mètres

volcan1

Né à l'été ou à l'automne dernier, d'après les premières estimations, ce volcan sous-marin se situe à 50 kilomètres à l'Est des côtes mahoraises et à 3.500 mètres de profondeur, a expliqué la physicienne Nathalie Feuillet. D'un diamètre de 4 kilomètres, il culmine à 800 mètres. "On pense que le volcan a grandi depuis que l'essaim de séismes a débuté", selon la scientifique qui a participé à la première mission du CNRS.  

Un mois après, une seconde campagne océanographique a révélé une coulée de lave au sud de l'édifice, d'une surface de 8 km2 et d'un volume de 0,2 km3 de magma, signe d'une éruption sous-marine. Le volcan "n'a pas grossi en taille mais a toujours une activité fluide à son sommet", précise Stephan Jorry, géologue de l'Ifremer. Selon lui, ces fluides n'atteignent pas la surface. 

Lien avec les séismes ? A prouver

Depuis le 10 mai 2018, Mayotte a subi plus de 1.800 secousses de magnitude supérieure à 3,5 dont une trentaine de magnitude supérieure à 5. La fréquence des séismes "tend à freiner" depuis trois semaines, précise Stephan Jorry, même si des secousses de magnitude supérieure à 5 sont encore enregistrées. Cependant, il n'y a à ce jour pas de lien scientifiquement établi entre l'activité magmatique et l'essaim de séismes, a précisé le géologue, même si le gouvernement a jugé en mai que cette découverte permettait "de mieux comprendre les séismes sur l'île". 

En parallèle, l'île s'affaisse

La vidange d'une ou plusieurs poches magmatiques vers le volcan a provoqué l'affaissement de l'île de 13 centimètres en moyenne ainsi que son déplacement vers l'Est par basculement, selon Nathalie Feuillet. Cet affaissement rapide inquiète le géographe mahorais Saïd Hachim. En effet, l'île s'affaisse normalement de 0,19 mm par an, "du fait de son poids", a expliqué le scientifique à l'AFP. Or, "130 mm par rapport aux 0,19 mm (…), c'est comme si en un an, l'île avait fait un bond dans le temps de 684 ans", a-t-il calculé, soulignant que des inondations d'habitations en bord de mer avaient eu lieu en mai dernier, lors de grandes marées. 

Que risque Mayotte ?

volcan

Le phénomène sismo-volcanique étant toujours à l'étude, "il serait imprudent de s'avancer sur les risques" que court Mayotte, juge Saïd Hachim. "Il faut informer et rassurer la population", a affirmé le préfet Dominique Sorain. Différentes mesures ont été prises depuis un an pour assurer la sécurité des habitants dont l'élaboration "d'un plan Orsec séismes". La couverture en instruments de mesure sera également améliorée grâce à "des moyens qui vont être affectés", a promis le préfet qui a accueilli fin mai trois spécialistes en sécurité civile. Un "suivi de ce qu'il se passe sur ce volcan" devrait permettre "d'évaluer les risques", notamment en termes de submersion de rivages. 

Il intéresse les scientifiques du monde entier

Ce phénomène "géologique exceptionnel", selon le gouvernement, intéresse la communauté scientifique mondiale, d'autant que "les volcans sous-marins sont assez peu connus", dit Saïd Hachim. "C'est la première fois qu'on documente un volcan (sous-marin) avec des images du fond", se réjouit aussi Nathalie Feuillet. La mission en mer de mai dernier, mobilisant une vingtaine de scientifiques, a notamment permis de draguer le volcan et de ramener des échantillons de lave.  

Ce sera le seul de ses semblables à être nommé

"On a découvert au large de l'île beaucoup de volcans", souligne Nathalie Feuillet. Mais seul le volcan sous-marin actif sera baptisé. La préfecture et le vice-rectorat ont lancé fin mai un concours auprès des écoles primaires et collèges de l'île pour "nommer cet édifice avant la fin de l'année scolaire". (selon AFP et Tahiti-infos)

Posté par jl boehler à 03:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 7 juillet 2019

Suicides d'amérindiens en Guyane

Face à la vague de suicides dans la population amérindienne de Guyane, la ministre des Outre-mer a proposé jeudi de travailler avec "d'autres pays" qui ont eu à surmonter les mêmes crises. 

am_rindiensInterrogée par le sénateur guyanais Antoine Karam (LREM) sur l'action du gouvernement pour enrayer les suicides qui affectent la population amérindienne de Guyane, Annick Girardin a reconnu qu'ils étaient "25 fois plus nombreux que dans l'Hexagone. C'est un véritable drame", a-t-elle dit. 

Dix suicides ont été recensés depuis octobre, majoritairement chez des jeunes. La communauté amérindienne guyanaise a été frappée par plusieurs vagues de suicides ces dernières décennies, les plus récentes remontant à 2011 et 2015. 

Selon Mme Girardin, "les changements sociétaux qui bouleversent profondément et très rapidement, la société amérindienne sont très certainement aussi à l'origine d'une partie de ces gestes de désespoir". 

La ministre a souhaité "que nous puissions travailler avec d'autres pays qui, sur ces sujets ont largement avancé", citant le Canada. 

Alors que le sénateur Karam a rappelé la demande des populations amérindiennes de ratification de la convention 169 de l'Organisation internationale du travail (OIT) sur le droit des peuples autochtones, la ministre a précisé que "notre droit national fait obstacle à la reconnaissance d'un droit particulier à des groupes spécifiques".  

Cette convention est le seul texte juridique international contraignant qui donne des droits aux peuples indigènes, notamment des droits sur leurs terres et en matière de respect de leurs culture, coutumes et spécificités, et des garanties de non discrimination. 

"Mais pour autant la France applique largement les grands principes de cette convention", a-t-elle assuré, soulignant que dans le cadre du plan d'urgence pour la Guyane, mis en place en avril 2017 après le mouvement social qui a paralysé le territoire, "il a été décidé le transfert de 400.000 hectares de foncier pour les populations amérindiennes".  

"Je veux qu'on puisse rapidement, avec les peuples autochtones, avec la collectivité, mettre en place ces transferts notamment avec la création d'un établissement public dédié", a-t-elle dit. 

"La question amérindienne fait pleinement partie, vous le savez, de l'identité guyanaise et il faut en être fier. La France a deux peuples premiers, il faut que nous puissions nous impliquer aux côtés de ces peuples premiers, de leur spécificité, du besoin d'accompagnement", a-t-elle insisté. (selon AFP)

Posté par jl boehler à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :