vendredi 2 septembre 2011

Un nouveau scandale chez nos voisins : des armes allemandes fournies à Kadhafi

49182083_p_590_450

Les rebelles libyens viennent de découvrir dans les casernes de façon massive des armes allemandes, en l'occurrence les fameux G-36. Ces armes individuelles fabriquées pour la Bundeswehr depuis 1997 ont une excellente précision jusqu'à 800 mètres et peuvent tirer jusqu'à 750 coups/minute. UN groupe d'ONG a dénoncé ces livraisons, alors que le fabricant Heckler & Koch, et le gouvernement fédéral démentent des livraisons, du moins "pas de façon directe et officielle". En tous cas la fourniture d'armes à un régime frappé par l'embargo, avec lequel l'OTAN est en guerre (même si l'Allemagne ne participe pas aux bombardements aériens), cela fait désordre. Des questions se posent donc :

- L'Allemagne a-t-elle soutenu le régime de Kadhafi par des fournitures d'armes ? En réalité, il n'y a que très récemment que les 27 pays de l'Union Européenne ne livrent plus d'armes à Kadhafi. Auparavant, il en a obtenu pour plusieurs centaines de millions d'€, et encore en 2009 le Conseil de l'Europe a avalisé des exportations vers la Libye pour 344 millions d'€, l'Allemagne ne venant qu'en troisième position avec 53 millions d'€, derrière l'Italie (112 millions) et Malte (80 millions).

- D'où viennent ces armes ? Le stock saisi par les rebelles date d'une fabrication de 2003, et proviennent d'une entreprise qui a son siège en Forêt Noire. Mais les numéros de série ont été effacés par grattage. Il est donc impossible de reconstituer leur parcours, et d'identifier les intermédiaires.

- Quelle est la règlementation ? En Allemagne, une loi de contrôle des armes de guerre, datant de 1961, règlemente la fabrication, la vente et l'exportation des ces armes. Les fournisseurs et les services gouvernementaux affirment qu'aucune autorisation d'exportation vers la Libye n'a été accordée. L'hypothèse la plus probable est qu'il s'agit d'armes exportées vers l'Espagne ou la France. On comprendrait alors mieux comment s'est règlé le problème des infirmières bulgares, et comment Kadhafi, après avoir été reçu en grande pompe par Sarkozy, a pu dresser sa tente dans les jardins de l'hôtel Marigny.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 31 juillet 2011

Quand Sarkozy et Guéant fournissaient des armes à Kadhafi

Après Alliot-Marie, Guéant dans l'oeil du cyclone

S7_Claude_Gueant_les_radars_ont_sauve_23_000_vies_68295Selon un article de "Mediapart", publié jeudi 28 juillet, Claude Guéant a été, alors qu'il était directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy, puis secrétaire général de l'Elysée, l'un des "pivots des deals financiers" entre la France et la Libye de 2005 à 2007. A partir d'une masse de documents, dont plusieurs notes confidentielles, liée à Ziad Takieddine, intermédiaire franco-libanais en vente d'armes et suspect dans le volet financier de l'affaire Karachi, le site d'investigation révèle les liens étroits entre l'homme d'affaires et la place Beauvau.

"Ziad Takieddine a obtenu en avril 2007, en pleine campagne présidentielle, des  commissions occultes sur un marché de livraisons de matériel de guerre électronique vendu [...] à la Libye", écrivent les journalistes Fabrice Arfi et Karl Laske. Et la personne à l'origine de ce rapprochement entre Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi ne serait autre que Claude Guéant, aujourd'hui ministre de l'Intérieur. "Ce genre de collusion" entre un haut fonctionnaire et un intermédiaire de l'armement "relève du jamais-vu", notent-ils.

Contrôle total des marchés libyens

Selon les documents produits par Mediapart, Ziad Takieddine "aurait promis 'un contrôle total' sur les futurs marchés signés en Libye. Le site raconte que les relations entre les deux hommes ont débuté en 2003 lors du projet de vente avorté du système de surveillance des frontières de l'Arabie Saoudite dont Ziad Takieddine était l'intermédiaire.

En 2005, alors que la Libye est devenue fréquentable, l'homme d'affaires organise les visites à Tripoli de Claude Guéant, de Nicolas Sarkozy et de Brice Hortefeux. Les relations entre la France et la Libye se réchauffent. La même année, Ziad Takieddine liste les marchés qui intéressent la Libye : fabrication de passeports et cartes d'identité biométriques, modernisation et rénovation de l'aviation militaire (Mirage et Sukhoi), protection des frontières et des ports... des domaines qui relèvent du ministère de la défense et non de l'Intérieur, précise Mediapart. L'homme devient l'intermédiaire privilégié de l'Elysée à la fin de l'été 2005, toujours selon le site d'investigation.

Photocopie d'enveloppe à l'appui, les journalistes expliquent que les échanges entre Claude Guéant et Ziad Takieddine deviennent directs et "formels". Ziad Takieddine donne des conseils mais organise aussi des rencontres officielles entre Nicolas Sarkozy et ses homologues libyens dont les objets officieux concernent des contrats d'armement.

Infirmières bulgares

L'élection de Nicolas Sarkozy en 2007 ouvre de nouvelles perspectives à Ziad Takieddine. Mediapart confirme qu'il y a bien eu des contreparties en échange de la libération des infirmières bulgares, ce que Claude Guéant a démenti devant la Commission d'enquête parlementaire sur les conditions de la libération des infirmières bulgares.

S.D - Le Nouvel Observateur

2240235

Nicolas Sarkozy passant en revue les troupes libyennes de Kadhafi  le 25 juillet 2007.

Posté par jl boehler à 05:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 21 février 2011

Et de trois ? Selon des diplomates libyens, Kadhafi se serait enfui au Venezuela

Protestors_in_the_Arab_World_375x280Plusieurs diplomates libyens ont présenté leurs démissions le dimanche et ce lundi 21 février 2011 pour contester les pratiques du dirigeant libyen et ses autorités envers le peuple libyen qui subit un massacre à huis clos, ils ont tous dénoncé ce massacre et la violence que les libyens ont subie.

Al Jazeera a révélé selon un diplomate libyen, Houssin Sadek, que Mouamar Kadhafi a quitté le sol libyen pour s’enfuir s’envolant vers la Venezuela. Le diplomate Houssin Sadek a refusé de citer ses sources, ajoutant que ces déclarations sont sûres et qu’il ne peut citer ses sources pour assurer leur sécurité mais qu’il le fera une fois que ces personnes seront en lieu sécurisées.

En ce qui concerne le fils de Mouamar Kadhafi, Seif Allah, des rumeurs circulent annonçant que ce dernier a été touché par des balles d’une arme à feu.

  • Au dernières nouvelles, son avion se serait posé à Malte. Panne de kérozène ? Ce serait le comble !

 

  • Et un nouveau démenti (venant du Venezuela) : Kadhafi est toujours à Tripoli !

 

  • Et maintenant il réapparaît à la télévision ... pour traiter les journalistes de chiens !

La chaîne alJazeera en anglais a ramené ce reportage de Libye pour témoigner du climat de violence :

Posté par jl boehler à 16:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 17 janvier 2011

Et la Libye ?

kadhafi13gadhafiAlors même que le dictateur lybien Muammar Kadhafi se disait prêt à accueillir Ben Ali qui, selon lui, "n'a fait que du bien pour son pays", l'agence MediArabe.info communique : "Selon le site Middle East Transparent, les choses commencent à bouger en Libye. La même source croit savoir que des manifestants ont pillé des appartements et des entreprises étrangères travaillant dans le pays. Ce vandalisme épargne seulement la région de Tripoli et Benghazi, et les autorités laissent faire pour ne pas envenimer la situation par crainte d’une contagion depuis la Tunisie. Le site affirme par ailleurs que depuis la mi-journée, plusieurs sites d’informations et des journaux, notamment ceux proches de Saïf el-Islam Kadhafi, qui se présente comme le plus réformateur en Libye, sont inaccessibles". Et en Algérie, les immolations par le feu de pauvres gens n'ayant plus de quoi vivre continuent.

Posté par jl boehler à 10:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 7 janvier 2010

Quand Hannibal Kadhafi nargue les Suisses

beyonce2Deux ressortissants suisses sont toujours détenus en représailles en Lybie pour motif de mise en garde à vue par la police suisse du fils du dictateur Kadhafi pour des raisons de violences envers des tierces personnes. Le gouvernement helvétique s'était même abaissé à s'excuser pour obtenir la libération des deux "otages" qui n'ont rien à voir dans cette histoire. Malgré les promesses de papa Kadhafi, leur libération n'a toujours pas eu lieu et ils restent détenus dans un lieu tenu secret. Pendant ce temps,le fils Hannibal Kadhafi était venu faire parler de lui peu après Noël. Selon plusieurs médias, il aurait molesté son épouse dans un hôtel de luxe à Londres. Usant de son passeport diplomatique, l'enfant terrible du Colonel n'a pas été inquiété, mais ses gardes du corps ont été brièvement emmenés au poste de police. Puis, cet agité fiston un peu gâté est revenu fêter le Nouvel An à Saint-Barth en s'offrant une représentation privée de la diva Beyoncé, celle-là même qui est prévue pour ouvrir le spectacle d'ouverture de la Coupe du Monde en Afrique du Sud en juin prochain. Elle aurait interprété cinq chansons devant un parterre de stars conviées par le fils du leader libyen. Parmi elles: Usher, Lindsay Lohan, Jay-Z ou encore Jon Bon Jovi. Le cachet de Beyoncé pour la fête d'Hannibal se monterait à 600.000 francs suisses. Il y en a que rien n'arrête ... pas même la police suisse qui préfère ne pas se disperser et s'occuper du seul cas Polanski.

A voir le site : beyoncé

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 29 août 2009

Sarkozy préfère garder sa vieille Rolex

sarkozy_fan_de_la_rolex_daytonaNicolas Sarkozy ne participera pas mardi à Tripoli aux cérémonies commémorant le 40e anniversaire de l'arrivée au pouvoir de Mouammar Kadhafi, contrairement à ce qu'ont annoncé les organisateurs des festivités, a annoncé hier l'Elysée. Le chef de l'Etat «ne se rendra pas» mardi à Tripoli pour ces célébrations, a-t-on fait savoir. Il y sera toutefois représenté «à un niveau qui n'a pas encore été déterminé», a précisé la même source. Un membre de l'équipe organisatrice du 40e «anniversaire de la révolution» qui a porté le colonel Kadhafi au pouvoir avait pourtant affirmé hier que Nicolas Sarkozy était attendu mardi à Tripoli, ainsi que le président et le Premier ministre russes Dimitri Medvedev et Vladimir Poutine. Notre Nicolas national ne recevra donc pas le cadeau commandé en 250 exemplaires par Kadhafi pour chacun de ses hôtes de marque : une montre de la maison suisse Chopard, gravée à l'effigie de Mouammar. La commande passée valant 5,2 millions d'€, calculez le prix du cadeau reçu par chaque invité... Kadhafi a vraiment attaché beaucoup de prix aux excuses suisses pour les frasques de son fils Hannibal.

A lire : ER2808kadhafi

Posté par jl boehler à 03:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 28 août 2009

Le pétrole de la honte

arton59Après le décès, le 8 juin 2009, du doyen des chefs d’Etat africains, Omar Bongo Ondimba, c’est désormais au guide de la Révolution libyenne qu’échoit ce titre. Cela lui fait 40 ans en effet à la tête de la Libye. Chose qui aurait pu causer quelques problèmes de conscience dans une démocratie libérale où le mot alternance a encore tout son sens. Mais que voulez-vous ! Kadhafi n’est pas un chef d’Etat élu ; il n’est même pas chef d’Etat. C’est un Guide. Pour l’homme de la rue du côté de Tripoli, c’est même un Guide choisi à l’unanimité par le peuple libyen pour présider à ses destinées …pour longtemps encore. Autant dire que si le Tout-Puissant lui prête longue vie, il est parti pour faire une entrée fracassante dans le livre Guinness des records en matière de longévité au pouvoir. Et en attendant de célébrer le 50e, voire le 70e anniversaire de son règne, la fête promet d’être belle pour ses quarante petites années à la tête du pays. Dans une semaine, jour pour jour donc, les Libyens vont certainement célébrer avec faste l’acte 40 de la Révolution du Premier-Septembre. Et pour cet évènement, du côté de la Jamahiriya arabe libyenne, on entend, autant que faire se peut, – et Dieu seul sait comment dans ce pays jaillissent les pétrodollars - mettre les petits plats dans les grands pour que la fête reste, pendant longtemps encore, dans la mémoire de tous comme une hyper réussite en matière d’organisation. Pour joindre l’utile à l’agréable, le premier des Libyens veut faire coïncider son quarantième anniversaire à la tête du pays avec un Sommet de l’Union africaine à Syrte. C’est dire donc que la quasi-totalité des princes qui nous gouvernent seront de la partie. lockerbie_20village_2Ainsi, ce pays - là, nous en parlerons abondamment encore dans les tout prochains jours. Mais, en attendant, ce qui fait la une de l’actualité africaine, voire internationale, c’est la libération pour des raisons de santé de l’ancien agent libyen Abdel Basset Ali al-Megrahi qui, on se rappelle, était condamné à la prison à vie pour l’attentat contre un Boeing de la compagnie américaine Pan Am en 1988. Il y a 20 ans, on se souvient, à Lockerbie, une petite bourgade sans histoire, juste à la frontière entre l’Angleterre et L’Ecosse, un Boeing 747 de la compagnie Pan Am, avec à son bord 259 passagers et membres d’équipage, qui avait décollé 38 minutes plus tôt de Londres, explosait en plein vol et s’écrasait sur ce village. C’était un attentat au lourd bilan : 270 morts. C’est cet homme - jugé et reconnu coupable d’attentat contre cet avion - qui vient d’être libéré par le ministre écossais de la Justice, Kenny Mac Askill, lequel estime que « le fait de commettre des atrocités ne peut et ne doit être une base pour perdre de vue qui nous sommes, les valeurs que nous voulons porter et les croyances selon lesquelles nous voulons vivre ». Et pour le garde des Sceaux de l’Ecosse, Abdel Basset Ali al-Megrahi, qui est atteint d’un cancer de la prostate en phase terminale, « n’a plus que quelques mois à vivre et il fallait l’élargir ». C’est donc un Abdel Basset Ali al-Megrahi victorieux et tout heureux qui a été ramené triomphalement à Tripoli auprès des siens par vol spécial par des fils du colonel Mouammar Kadhafi, la semaine écoulée. Bien malheureuses de voir ce condamné libyen s’en tirer à si bon compte, les familles des victimes de cet attentat de Lockerbie se disent doublement humiliées par les récents propos du rejeton du Guide qui n’a guère fait preuve de diplomatie en déclarant que la libération du cerveau de l’attentat de Lockerbie était intimement liée à la signature de futurs accords énergétiques entre la Libye et la Grande-Bretagne. Une sortie médiatique qui, on s’en doute, a créé une mini crise politique du côté de la Grande-Bretagne, où l’opposition est montée au créneau pour en savoir plus dessus, en acculant le gouvernement de Gordon Brown jusque dans ses derniers retranchements. Il en est de même aux USA, où le directeur du FBI, qui n’a pas pour habitude de commenter les décisions de justice, s’est dit cette fois scandalisé par les propos du fils Kadhafi.

16710_une_hannibal2Mais, au-delà de tout cela, ce qui aura incontestablement marqué l’actualité internationale en cette fin de semaine, c’est sans aucun doute la honteuse reculade de la confédération suisse vis-à-vis de la Libye. On se souvient que la crise entre la Libye et la Suisse a éclaté après l’arrestation d’Hannibal Kadhafi (le fils du Guide) et de son épouse, Aline, le 15 juillet 2008, dans un hôtel de Genève, par suite de plainte pour mauvais traitements de leurs domestiques, à savoir une Tunisienne et un Marocain, qui ont finalement été indemnisés et ont retiré leur plainte ; ce qui a permis de classer le dossier judiciaire comme le demandait la Libye. Cependant, outre l’abandon des poursuites judiciaires, Tripoli exigeait de Berne des excuses officielles ; eh bien ! c’est à ce piteux et humiliant exercice qu’a dû se soumettre la toute-puissante confédération helvétique : « J’exprime mes excuses au peuple libyen pour l’arrestation injuste de diplomates libyens par la police de Genève ». Par cette reculade à forte odeur de pétrole, le président de la confédération helvétique, Hans Rudolf Merz, a mis ainsi un terme au conflit qui opposait son pays à la Libye depuis la fameuse interpellation à Genève du fils Kadhafi, un crime de lèse-Guide honteusement réglé à coups d’excuses officielles. Autant dire que, par cet exercice, le premier Helvète est allé à Canossa. Mais, véritablement, Berne, où les banques lavent plus blanc, pour paraphraser le titre d’un livre du célèbre sociologue suisse Jean Ziegler, pouvait-il se permettre d’entretenir si longtemps des relations orageuses avec ces émirs de l’or noir que sont les Libyens, sans en ressentir le contre-coup ? COLOMBEY_012_RAFFINERIEAssurément non, car aux premières heures de cette crise déjà, la Grande Jamahiriya avait décidé d’arrêter l’approvisionnement de la Suisse en pétrole brut. Sur les 5,14 millions de tonnes de pétrole dont a besoin ce pays pour son économie, 3,7 millions proviennent de la Libye. Sans oublier le retrait des avoirs libyens des banques suisses, qui s’élèvent à 7 milliards de dollars. Hormis tout cela, le royaume des Kadhafi avait décidé l’arrêt de toute coopération économique avec Berne pour protester contre les mauvais traitements infligés à ses diplomates, qui ne sont autres qu’Hannibal et sa tendre et douce moitié Aline. Comme on le voit donc, la Suisse perdait au change. Et ainsi, toute-puissante financière qu’elle est, elle n’a pas hésité à ravaler son honneur et sa fierté toutes suisses pour se plier aux bonnes grâces et aux desiderata du roi des rois d’Afrique, le magnat du pétrole. Ainsi va le monde ... du pétrole.

A lire : LEMATIN2708kadhafi

Posté par jl boehler à 05:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,