mercredi 31 août 2022

L'Europe se prépare à un hiver sans gaz russe

Thermostats en baisse et chaussettes en laine: les Européens se préparent à un hiver difficile faute de recevoir assez de gaz provenant de Russie, dont l'invasion de l'Ukraine il y a six mois, a bouleversé le monde de l'énergie.

thermostatEn première ligne, les Lettons n'ont déjà plus de gaz russe, depuis fin juillet, et savent à quoi s'en tenir pour les prochains mois. "Les prix de l'énergie sont tellement exorbitants que nous avons installé notre propre chauffe-eau, c'est moins cher à utiliser que d'avoir recours à l'eau chaude collective", raconte Juons Ratiniks, habitant de la petite ville de Rezekne, non loin de la frontière russe.

Ce garde-frontière à la retraite prévient les "politiciens" qu'il attend une aide pour payer ses prochaines factures en hausse, sinon "ça va chauffer pour eux!"

Comme la Lettonie, le robinet de gaz russe est déjà coupé pour la Bulgarie, le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas et la Pologne. Chez les autres, les flux vers l'Europe se tarissent: ils étaient en baisse d'environ 70% en juillet sur un an, selon plusieurs experts interrogés par l'AFP.

Dans les capitales du continent, la perspective de radiateurs froids ou d'usines à l'arrêt hante les gouvernements, qui savent que Vladimir Poutine use stratégiquement de l'arme énergétique. Les baisses de livraisons ont fait flamber les prix du gaz et, dans son sillage, de l'électricité, puisque nombre de centrales thermiques tournent au gaz. Le pétrole a aussi augmenté avant toutefois un reflux récent.

La guerre a déclenché la "première véritable crise énergétique mondiale de l'histoire", juge Fatih Birol, directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Et l'Europe se situe "à l'épicentre de la tourmente".

Le gaz est si crucial -surtout dans les pays très dépendants comme l'Allemagne pour son industrie lourde- qu'il est exempté de sanctions européennes, contrairement au charbon (embargo total) et au pétrole (embargo progressif).

- "Opération thermostat" -

Les flux déjà considérablement réduits dans le très important gazoduc Nord Stream 1 entre Russie et Allemagne "vont fluctuer entre zéro et 20% de la capacité ces prochains mois, entraînant une récession en Europe lors de l'hiver 2022/23", prédit Matt Oxenford, de l'Economist Intelligence Unit.

En cas de pénurie, les autorités couperont l'alimentation en priorité aux entreprises: en France comme en Allemagne, les gouvernements sont en train de choisir lesquelles seront sacrifiées en premier.

Mais les consommateurs qui se chauffent ou cuisinent au gaz sont aussi appelés à économiser l'énergie, alors que Bruxelles demande aux 27 pays membres de réduire de 15% leur consommation de gaz.

L'Italie a lancé dès le printemps une "opération thermostat" pour baisser le chauffage et réduire la climatisation dans les écoles et administrations. Initiative imitée par l'Espagne et l'Allemagne.

Dans ce dernier pays, une campagne a été lancée pour baisser la climatisation, privilégier les transports en commun ou acheter un pommeau de douche moins dispendieux en eau. De nombreuses villes ont diminué la température de l'eau des piscines ou l'éclairage urbain.

"J'économise l'énergie", explique Annette Kapaon, retraitée de 70 ans rencontrée à Berlin. "Je ne chauffe que la pièce où je passe du temps, dans les autres c'est juste pour que rien de gèle".

- Charbon et GNL -

La France a bloqué les prix réglementés du gaz pour les particuliers, mais en Allemagne, la facture des ménages s'alourdira de plusieurs centaines d'euros par an.

Face à l'hiver difficile qui s'annonce, le centre de conseil aux consommateurs de Rhénanie-du-Nord-Westphalie n'a jamais été autant sollicité en plus de 40 ans d'histoire. "Il y aura de nombreux ménages qui ne pourront pas payer", s'inquiète son porte-parole Udo Sieverding.

Beaucoup se renseignent sur l'installation de panneaux solaires, selon lui. Mais les vendeurs de charbon font aussi face à une ruée.

La France renoue pour sa part avec la "chasse au gaspi" des années 70: les magasins qui utilisent la climatisation sont priés de garder les portes fermées.

C'est aussi la course pour trouver des sources d'énergie alternatives comme le gaz naturel liquéfié (GNL) ou le charbon, pourtant très polluant.

La France a donc renoncé provisoirement à fermer une centrale à charbon et veut installer un nouveau terminal méthanier flottant, une décision décriée par les défenseurs de l'environnement. (selon "France-Antilles")

Posté par jl boehler à 05:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 24 juillet 2022

La plus grande passe à poissons de France

Après deux ans de travaux et huit millions d'euros d'investissement, EDF vient d'inaugurer une rivière artificielle près de Valence-d'Agen, sur la Garonne, pour permettre aux poissons migrateurs de franchir le barrage de Malause, et favoriser leur reproduction.

passeUn ouvrage hors du commun vient d'être inauguré dans le Tarn-et-Garonne. EDF vient de construire une rivière artificielle près du barrage de Malause, non loin de la centrale nucléaire de Golfech. Une sorte de déviation de la Garonne qui permet à certains poissons de remonter le fleuve pour aller se reproduire dans les Pyrénées. Ils étaient jusque-là coincés par le barrage, qu'ils ne pouvaient franchir qu'à certaines périodes de l'année.

"C'est la plus grande passe à poissons de France, une rivière artificielle de 450 mètres de long" explique Franck Darthou, le directeur d'EDF Hydro Sud-ouest. Le débit est de trois mètres cube par seconde, avec des paliers en béton successifs, qui permettent aux poissons migrateurs de remonter le cours d'eau. "On lève un verrou important" explique le directeur.

Un dispositif pour compter les poissons

Du côté des pêcheurs, "l'ouvrage était très attendu" réagit René Delcros, le président de la Fédération de pêche du Tarn-et-Garonne. La rivière artificielle est aussi équipée d'une zone de comptage, explique le pêcheur : "Comme un bocal, avec une vitre devant laquelle est placé un dispositif avec des caméras. Cela permet de compter, mais aussi de repérer l'espèce".

Pour créer cet ouvrage piscicole, il a fallu deux ans de travaux, et huit millions d'euros financés à 60% par EDF et à 40% par l'Agence de l'eau Adour-Garonne. Non loin de là, il existe déjà un ascenseur à poissons, près de la centrale de Golfech. Là aussi on est dans les records, car il s'agit du plus grand d'Europe, avec ses 16 mètres de haut !

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 4 mars 2022

500 soldats français en Roumanie et 200 en Estonie

Si l'envoi de troupes en Ukraine ne semble pas à l'ordre du jour, la France déploie des soldats dans les pays voisins de l'État dans le cadre des missions de l'Otan, a appris BFMTV de l'Élysée à l'issue du sommet de l'OTAN.

amx10Mi-mars, un groupement tactique de 500 soldats et leur matériel, vraisemblablement des chars blindés de type AMX 10 et des Griffons, vont être déployés en Roumanie, État-membre de l'Otan qui partage plusieurs centaines de kilomètres avec l'Ukraine.

Début mars, ce seront 200 soldats d'infanterie de montagne qui seront déployés en Estonie, également État-membre de l'Otan. Limitrophe de la Russie, ce pays est séparé par la Lettonie et la Biélorussie de l'Ukraine. L'armée de l'air va assurer la police du ciel dans les pays baltes avec quatre avions de chasse Mirage 2000.

Deux missions de deux Rafale et avion ravitailleurs vont s'élancer de manière imminente afin de survoler en permanence l'espace UE.

Du matériel de protection envoyé en Ukraine

Sur l'appui militaire à l'Ukraine, l'Ukraine envoie chaque jour des demandes de matériel mais des difficultés ont pu être soulevées. Par exemple, si la France envoie un certain type de missiles, il est possible que les Ukrainiens n'aient pas le système de lancement qui correspond. Pour cela, il faudrait donc envoyer des missiles avec le lanceur adéquat et former les soldats ukrainiens à leur utilisation, ce qui prendrait trop de temps.

D'ores et déjà, la France a cédé - et non pas vendu - des équipements individuels de protection et du matériel de déminage et coopère avec les autorités ukrainiennes au plan cyber.

Quel est "l'état final recherché", selon l'expression militaire, par Poutine? S'agit-il d'obtenir une continuité territoriale jusqu'à la Transnistrie? De s'attaquer aux institutions ukrainiennes et aux personnes qui les dirigent? De poursuivre vers la Moldavie? À date, les autorités françaises ont encore une incertitude. (selon BFMTV)

Posté par jl boehler à 07:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 16 février 2022

Scandales en Ehpad

Plusieurs enquêtes ont effectivement montré que certains groupes pratiquent des tarifs abusifs pour leurs résidents. Ainsi l'Ehpad de Neuilly-sur-Seine, dépendant du groupe Orpéa, demande pour une chambre d'entrée de gamme un montant mensuel de 6500 €. 

Alors, vous qui êtes bons en calcul, quel est le tarif mensuel appliqué dans l'EHPAD du dessin ? Le personnel présent ( 1 aide soignante) ainsi que les conditions d'accueil des résidents vous semblent-ils satisfaisants ? Enfin, si vous en avez l'âge, aimeriez-vous figurer parmi ces résidents ?

003

Posté par jl boehler à 05:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 20 novembre 2021

« La France a le meilleur système médical du monde »

Un photographe tchèque et un journaliste allemand ont fait des expériences renversantes dans les hôpitaux français. Avant de râler sur tout, il faut apprécier ce qu’on a…

vueLe photographe tchèque František Zvardon et le journaliste allemand Kai Littmann, tous deux instigateurs de la nouvelle campagne européenne « Beautiful Europe » qui vient d’être lancée dimanche dernier, vivent à Strasbourg. Tous deux ont parcouru le monde et peuvent comparer. Leur évaluation du système médical français est claire : « La France a le meilleur système mondial du monde ! ».

František Zvardon vient de se faire opérer des deux yeux à la Clinique Rhéna à Strasbourg. Pour un photographe, les yeux sont « l’instrument de travail » le plus important. Depuis son opération, František Zvardon est aux anges. « Je revis, je vois le monde à nouveau en clair, les couleurs, les contrastes, c’est comme une renaissance ! » Même son de cloche pour Kai Littmann qui avait été hospitalisé au mois de septembre dernier à l’Hôpital Civil à Strasbourg : « La compétence de l’ensemble du personnel est bluffante. Mais pas seulement la compétence, mais aussi l’attitude. »

Tous deux ont vécu et voyagé dans de nombreux pays où les choses ne se passent pas comme en France. Non-prise en charge, soins bâclés, personnel peu avenant – les deux pourraient raconter des anecdotes d’autres pays pendant des heures. Pour František Zvardon, il convient de rendre hommage aux structures et soignants français : « Les gens râlent toujours, rien ne leur convient, ils contestent le temps d’attente, mais je ne peux que leur conseiller d’essayer de se faire soigner dans d’autres pays – c’est là qu’ils apprendraient à quel point ils sont bien pris en charge en France ! »

La qualité du système médical en France ne se manifeste non seulement dans la qualité et la gratuité des soins, mais également dans l’attitude du personnel. « Que ce soient les gens des services de nettoyage, les aides-soignantes, les infirmières, les docteurs – le personnel trouve toujours un mot sympa, une petite attention, un sourire et ce, malgré les contraintes énormes qui pèsent sur ces métiers. Mais pour les patients, cette gentillesse est tellement importante, ça fait partie de la guérison ! », souligne Kai Littmann.

« Il faut rendre hommage à un système unique au monde », dit František Zvardon, « un système qui ne laisse personne en rade. Quand on voit le fonctionnement des systèmes médicaux, par exemple, aux Etats-Unis, dans certains pays africains, dans les hôpitaux asiatiques – c’est là que l’on constate la différence ! ».

« Même pour les vaccinations, František et moi étions traités exactement comme les Français », ajoute Kai Littmann, « on a pu faire l’expérience qu’au niveau du système médical, la France se comporte de manière totalement européenne et exemplaire. Tous les deux, nous ne pouvons que remercier la France de nous soigner comme tout autre citoyen français ! »

Même si les applaudissements à 20 heures ont cessé, il convient de se rappeler que ce sont ces métiers-là qui ont tenu la France à bout de bras pendant les vagues de la pandémie, mais aussi en temps normal. Avant de râler parce qu’on doit attendre une demi-heure dans un service où les gens travaillent toujours sous pression, il convient de réfléchir et d’être reconnaissant de vivre dans un pays qui n’exclut personne des soins. Même pas les étrangers. (selon Eurojournalist)

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 29 octobre 2021

Rémy Daillet bientôt président ?

Actif dans les réseaux complotistes, l'homme derrière l'enlèvement de la petite Mia projetait un coup d'État visant à prendre l'Élysée et renverser le gouvernement.

dailletMis en examen le 22 octobre dernier pour terrorisme, Rémy Daillet, 55 ans, figure influente des réseaux complotistes et arrêté pour son rôle dans l'enlèvement de la petite Mia, projetait un coup d’État pour s’emparer de l’Elysée, selon les informations du Parisien.

L'enquête de la DGSI montre que l’individu avait mis en place une organisation clandestine nationale, structurée en cellules régionales.

"Opération Azur"

L’objectif ? Monter « l’opération Azur » pour renverser le président et instaurer un nouveau pouvoir par le peuple. "Le jour J, Rémy Daillet et ses ouailles imaginent acheminer les troupes des provinces vers Paris, équipés de boucliers de maintien de l’ordre et d’explosifs fabriqués artisanalement", expliquent les journalistes. 

Un des complotistes affirme : "L’opération finale qui consiste à mobiliser le maximum de gens, de manifestants, (…). La manifestation a une grande ampleur, tout le monde est débordé et ça précède le renversement de gouvernement et des structures étatiques".

Un décoré de la Légion d'honneur en bras droit

Parmi les seconds de Rémy Daillet, la DGSI note la présence d’un ancien lieutenant-colonel de l’armée de terre décoré de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite.

C’est notamment lui qui devait professionnaliser l’organisation, sélectionner les troupes et qui était chargé de les « aguerrir » pour le jour de l’attaque sur l’Elysée. L'organisation de Rémy Daillet, divisée en une branche civile et une branche militaire, revendiquait 300 partisans de ce plan. 

L'arrestation en Malaisie de Rémy Daillet à cause de l'affaire Mia, puis son transfert en France, où il a été placé en détention provisoire et mis en examen le 16 juin pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a mis fin à ce projet de coup d'État. (selon les DNA)

Posté par jl boehler à 00:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 30 septembre 2021

Validation de la dissolution du collectif contre l’islamophobie

Le 24 septembre, la plus haute instance administrative de France, le Conseil d’État, a validé la dissolution, décidée en décembre 2020 par les autorités françaises, du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), une importante organisation anti-discrimination. Cette décision du Conseil d’État endommage gravement la réputation auto-proclamée du pays de champion des libertés d’expression et de réunion. Une décision susceptible d’avoir un impact glaçant sur la société civile en France et au-delà.

ccif_696x392Au cours des années, le CCIF a joué un rôle essentiel en fournissant un soutien juridique à des personnes confrontées à des discriminations anti-musulmanes et en documentant l’impact discriminatoire à l’encontre des musulmans des mesures antiterroristes prises par la France, indique Human Rights Watch, dans un communiqué transmis à la rédaction.

Dans son jugement, le Conseil d’État a affirmé que la dénonciation par le CCIF de l’hostilité de la France vis-à-vis des musulmans dans le cadre de sa lutte contre le terrorisme, ainsi que le fait que l’organisation se soit abstenue de « modérer » des commentaires antisémites et d’autres commentaires hostiles affichés par des tiers en réponse à des affichages du CCIF sur les réseaux sociaux, constituaient des incitations à la discrimination, à la haine et à la violence, justifiant la décision de la dissoudre. Le Conseil a également accepté des allégations controversées selon lesquelles le CCIF entretenait des liens étroits avec des partisans de l’islamisme radical, notamment par l’intermédiaire de son ancien directeur exécutif.

Aux termes du droit international et européen en matière de droits humains, les États ne peuvent intervenir dans les domaines des droits aux libertés de réunion, de religion et de culte, et d’expression que lorsqu’une telle intervention repose sur une base légale, et qu’elle est nécessaire et proportionnée. La dissolution d’une organisation indépendante devrait être une mesure de dernier ressort, à prendre dans les cas où elle se fait l’avocate d’une menace claire et imminente de violence ou a agi en grave violation de la loi. Le Conseil d’État a rejeté tous les autres arguments du gouvernement français selon lesquels le CCIF laissait percevoir une telle menace, et pourtant il a approuvé la décision de le dissoudre.

La dissolution du CCIF entre dans le cadre d’une répression plus large de la part des autorités françaises en réponse à des attentats imputés à des extrémistes islamistes. Une loi controversée visant à « lutter contre le séparatisme et les atteintes à la citoyenneté [française] » a été adoptée en août dernier, suscitant des préoccupations de la part de Commission nationale consultative des droits de l’Homme en France et de la Commission européenne.

La dissolution du CCIF et la décision du Conseil d’État la semaine dernière sont susceptibles d’avoir un effet glaçant sur les libertés d’expression et de réunion des personnes qui travaillent dans le domaine de la non-discrimination en France et ailleurs en Europe. Fermer le CCIF affaiblit la crédibilité du pays en tant que champion des droits et offre un dangereux exemple à d’autres gouvernements qui sont prompts à recourir à des lois vaguement formulées afin de réduire leurs détracteurs au silence. Les autorités françaises devraient cesser d’imposer une censure aux organisations de la société civile et démontrer à l’inverse leur attachement aux libertés d’expression et de réunion, ainsi que leur détermination à lutter contre la discrimination. (selon Afrik.com)

Posté par jl boehler à 00:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 21 septembre 2021

Le groupe Wagner à Bamako ?

Le Kremlin dément toutes négociations officielles

bamakoLes supposées négociations entre les autorités de la transition malienne et le groupe Wagner ne sont pas du goût de Paris. Le Kremlin dément toutefois des négociations pour une présence de militaires russes à Bamako.

Bamako - Wagner - Paris, un véritable jeu du chat et de la souris

L'affaire fait grand bruit dans la presse hexagonale. Et pourtant, aucune note officielle n'atteste de la véracité des faits. Il se murmure en effet que des négociations seraient en cours entre Bamako et le groupe russe de sécurité privée. Si un accord venait à être trouvé entre les deux parties, alors près d'un millier de paramilitaires Russes pourraient être envoyés au Mali pour diverses opérations de sécurité, notamment la formation des Forces armées maliennes (FAMa) et la protection des dirigeants de la transition.

Florence Parly, ministre des Armées, a jugé ces négociations d' « extrêmement préoccupantes et contradictoires », quand son collègue des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, indique que la présence russe est « absolument inconciliable » avec la présence militaire française.

Les autorités russes sont cependant montées au créneau pour apporter un démenti formel à toute négociation de la présence militaire russe au Mali. « Il n'y a aucun représentant des forces armées russes là-bas (...) et aucune négociation officielle n'est en cours », a déclaré Dmitri Peskov. Avant de préciser que Moscou a « des contacts dans le domaine militaire avec beaucoup de pays, y compris ceux situés sur le continent africain ».

Dans sa déclaration, le porte-parole du Kremlin n'évoque pas directement le groupe Wagner qui est pointé du doigt, et qui pourrait envoyer, dans un futur proche, des mercenaires sur Bamako. Paris a d'ores et déjà menacé de quitter le Mali, si cet accord venait à être signé. C'est bien dans ce contexte que le président français, Emmanuel Macron, a annoncé la neutralisation du terroriste Adnan Walid al-Sahraoui, chef du groupe État islamique dans le grand Sahel (EIGS). (selon "Afrique sur 7")

Posté par jl boehler à 03:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 20 septembre 2021

Le chef du groupe Etat islamique au Sahara tué par les forces françaises

Les forces françaises ont tué le chef du groupe jihadiste Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), Adnan Abou Walid al-Sahraoui, un "succès majeur" pour la France à l'heure où ses troupes se réorganisent au Sahel pour se concentrer sur la lutte antiterroriste.

sahara"Il s’agit d’un nouveau succès majeur dans le combat que nous menons contre les groupes terroristes au Sahel", a twitté le président Emmanuel Macron dans la nuit de mercredi à jeudi. Cet été, Paris avait déjà annoncé la mort ou la capture de plusieurs cadres de haut rang de l'EIGS par la force française Barkhane et ses partenaires, dans le cadre de sa stratégie visant à cibler les hauts dirigeants des organisations jihadistes.

La frappe française qui a tué Adnan Abou Walid al-Sahraoui s'est déroulée "mi-août" à l'issue "d'une manoeuvre de renseignement de longue haleine et grâce à plusieurs opérations de captures de proches d'al-Sahraoui", a précisé la ministre des Armées Florence Parly lors d'une conférence de presse.

L'émir circulait comme passager sur une moto qui a été frappée par un drone reaper dans une zone au sud d'Indelimane, au Mali, dans la zone des 3 frontières, a détaillé le chef d'Etat major Thierry Burkhard.

Cette nouvelle intervient dans un contexte tendu entre Paris et la junte au pouvoir à Bamako, laquelle envisage de conclure un contrat avec la sulfureuse société paramilitaire russe Wagner. Un déploiement de ces mercenaires serait "incompatible" avec le maintien au Mali des troupes françaises, qui combattent depuis huit ans les jihadistes au Sahel, a averti mardi le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

L'EIGS, créé en 2015 par Adnan Abou Walid al-Sahraoui, ancien membre du Front Polisario (groupe indépendantiste du Sahara occidental), puis de la mouvance jihadiste Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), avait été désigné comme "ennemi prioritaire" au Sahel, lors du sommet de Pau (sud-ouest de la France), en janvier 2020.

Ce groupe est l'auteur de la plupart des attaques dans la région des "trois frontières", une vaste zone à cheval sur le Mali, le Niger et le Burkina Faso, dans laquelle opère aussi un autre groupe jhadiste concurrent de l'EIGS: le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM ou Jnim en arabe), lié à Al-Qaïda, et dont le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly est également traqué par la France.

"Notre combat continue"

L'EIGS a perpétré des attaques particulièrement meurtrières, visant militaires mais aussi civils, au Mali, au Niger et au Burkina Faso.

Il est responsable de la mort de "2.000 à 3.000 civils depuis 2013", a estimé Mme Parly.

Il avait pris pour cible des soldats américains en octobre 2017: quatre soldats américains des forces spéciales et quatre Nigériens avaient été tués dans une embuscade à Tongo Tongo, dans le sud-ouest du Niger. 

Fin 2019, l'EIGS avait mené une série d'attaques d'ampleur contre des bases militaires au Mali et au Niger, faisant des dizaines de morts dans les rangs des armées locales. 

Et le 9 août 2020, au Niger, le chef de l'EIGS avait personnellement ordonné l’assassinat de six travailleurs humanitaires français de l'ONG Acted et de leurs guide et chauffeur nigériens. 

"Ce groupe est décapité dans son organisation. Il importe maintenant , en particulier au Niger, que les acteurs étatiques puissent reprendre le terrain qui a été ainsi abandonné et laissé (au) groupe EI", a commenté jeudi sur Franceinfo le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.

Après plus de huit ans d'engagement militaire français au Sahel, au cours desquels 50 Français ont perdu la vie, Emmanuel Macron a annoncé en juin une réduction de la présence française dans la région au profit d'un dispositif resserré, recentré sur les opérations de contre-terrorisme et l'accompagnement au combat des armées locales, autour d'une alliance internationale associant des Européens. 

Ainsi, le nombre de troupes françaises déployées au Sahel devrait passer de plus de 5.000 hommes actuellement à 2.500 ou 3.000 d'ici 2023, au terme d'une vaste réorganisation débutée ces dernières semaines, qui prévoit notamment la fermeture des emprises françaises de Kidal, Tessalit et Tombouctou, dans le nord-Mali.

Mais "nous ne partons pas du Mali, nous adaptons notre dispositif militaire", a souligné Mme Parly. "Notre combat continue". (selon "Tahiti-infos")

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 3 septembre 2021

Sahel : Amnesty dévoile les fournisseurs d'armes aux terroristes

Amnesty International évoque des « armes de fabrication serbe » des terroristes du Sahel

Terroristes_arme_sLe Sahel est devenu le nouveau repaire des terroristes qui endeuillent bon nombre de pays africains. Amnesty International, dans un rapport publié mardi, révèle les provenances des armes utilisées par ces marchands de la mort.

Il ne se passe presque plus de jour sans que l'on entende parler d'une attaque terroriste perpétrée dans un pays sahélien. Le Mali, le Niger et le Burkina Faso sont en effet la zone de prédilection de ces djihadistes, qui contrôlent presque des zones entières, qu'ils ont transformées en un véritable No man's land.

Mais d'où ces terroristes tirent-ils l'impressionnant arsenal militaire qu'ils prennent pour accomplir leurs basses besognes ? Telle est l'interrogation qui taraudait, jusque-là, bon nombre d'observateurs. Si certains ont vite fait de faire le rapprochement avec la chute du guide libyen, Mouammar Kadhafi, et les pillages de ses poudrières, Amnesty International vient de donner quelques pistes à suivre.

Des experts en armement de l'ONG ont en effet publié sur leur site un rapport qui établit formellement que les armes utilisées par des groupes armés dans la région sahel, du moins l'un d'eux affilié à Daech, sont de fabrication serbe.

« Les nouveaux fusils, certains étant les modèles les plus récents qui existent, correspondent à des transactions entre la Serbie et le Burkina Faso, ce qui laisse à penser que ces armes ont été vendues récemment au gouvernement burkinabé avant de tomber entre les mains de groupes armés », indique le rapport.

La France également incriminée !

La République tchèque, la France et la Slovaquie sont également incriminées dans ce rapport comme étant les fournisseurs en armes de ces groupes terroristes. C'est du moins ce qui ressort de l'analyse des données relatives aux transactions commerciales. Et ce, en toute violation du Traité sur le commerce des armes (TCA), qui interdit tout transfert d'armes s’il existe un risque qu’elles servent à commettre ou faciliter des violations des droits humains.

« Dans ce contexte qui ne cesse de s'aggraver, les États doivent faire preuve d'une extrême prudence en matière de transferts d’armes au Sahel. Il existe un risque inacceptable que les armes soient détournées vers des groupes armés », a déclaré Patrick Wilcken, responsable du programme entreprises, sécurité et droits humains à Amnesty International.

Puis, il ajoute : « Alors que se tiendra la semaine prochaine la conférence annuelle sur le Traité sur le commerce des armes, nous engageons tous les États à se montrer à la hauteur de leurs obligations et à ne pas valider de transferts d’armes susceptibles de favoriser des violations des droits humains. »

« Les armes serbes que nous avons identifiées prouvent une nouvelle fois que les armements vendus à des gouvernements de la région du Sahel risquent de tomber aux mains de groupes armés violents et d'alimenter un conflit qui ne cesse de s'aggraver », prévient toutefois Amnesty. (selon "Afrik sur 7")

armes

Posté par jl boehler à 02:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,