lundi 4 février 2019

Egypte, une répression made in France !

En sept ans, les livraisons d’armes et de systèmes de surveillance de la France à l’Egypte ont été multipliées … par 33 alors que le maréchal Sissi a intensifié la répression contre tout ce qui bouge encore dans son pays.

egypte_abdelfatah_al_sissi_chef_de_l_armee_2530528_696x392L’auteur de ce papier est Rabha Attaf, grand reporter spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient qui a écrit « Place Tahrir, une révolution inachevée », éditions Workshop 19.

Il était grand temps que les ONG de défense des droits humains tapent du poing sur la table concernant les relations franco-égyptiennes ! C’est désormais fait, depuis le 2 juillet dernier, jour de la visite officielle à Paris de Mohamed Zaki, le ministre Egyptien de la Défense, quelques jours après  celle du ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian au Caire, le meilleur VRP des ventes d’armes depuis l’ère Hollande. La FIDH, la LDH, l’Observatoire des armements et the Cairo Institue for human rights studies ont, en effet, rendu public un rapport détonnant sur les ventes d’armes de la France à l’Egypte. Et lancé dans la foulée une campagne intitulée « Exportons nos valeurs, pas nos armes ».

A lui seul, le titre de ce rapport donne le ton : « Egypte, une répression made in France ». L’accusation est grave mais justifiée !

Une répression implacable

Depuis le coup d’état militaire de juillet 2013 orchestré par le maréchal Abdel Fattah Al Sissi, l’Égypte est en proie à une répression implacable. Le bilan est accablant : dispersions de manifestations avec des moyens militaires (plus de 1 000 morts pour la seule dispersion du sit-in de Rabaa Al Adawiya, le 14 août 2013 au Caire) ; incarcération d’au moins 60 000 prisonniers politiques depuis 2013 ; des milliers d’exécutions extra-judiciaires et disparitions forcées (entre juillet 2013 et juin 2016, 2 811 cas de disparition forcées aux mains des services de sécurité sont parvenus aux ONG ) ; recours systématique à la torture ; augmentation vertigineuse des condamnations à mort (le 25 décembre 2017, 15 personnes ont été collectivement pendues malgré les protestations internationales, suivies de  5 personnes en janvier 2018 !)

« Alors que le Conseil Européen annonçait la cessation des exportations de matériel militaire et de surveillance pour condamner la dérive dictatoriale en Égypte, la France gagnait des parts de marché et réalisait des exportations records ! » remarque ainsi Dimitris Christopoulos, Président de la FIDH. Au moins huit entreprises françaises – encouragées par les gouvernements successifs – ont au contraire profité de cette répression pour engranger des profits records. Entre 2010 et 2016, les livraisons d’armes françaises vers l’Égypte passent de 39,6 millions à 1,3 milliards d’euros. Ainsi, depuis 2013, la France est devenu le premier exportateur d’armes lourdes vers l’Egypte !

Certaines entreprises françaises ont vendu des armes conventionnelles à une armée responsable de la mort de centaines de civils au nom de la guerre contre le terrorisme, notamment dans le Sinaï : navires de guerre Mistral (DCNS) ; frégates Fremm (DCNS) ; corvettes (Gowind) ; avions de combat Rafale ; véhicules blindés (Arquus) ; missiles air-air Mica et de croisière SCALP (MBDA) ; missiles air-sol 2ASM (SAGEM). D’autres ont livré des véhicules blindés (200 Renault Trucks Defense vendus entre 2012 et 2014) et des machines-outils à fabrication de cartouches (Manurhin) à des services de police qui n’hésitent pas à disperser des manifestations au fusil mitrailleur, voire même à les écraser avec des véhicules blindés.

Surveillance généralisée de la population

Plus grave encore : des sociétés ont vendu aux services de sécurité des technologies de surveillance individuelle (AMESYS/NEXA/AM Systems) ; d’interception de masse (SUNERIS/ERCOM) ; de collecte des données individuelles (IDEMIA) et de contrôle des foules (drones Safran, satellite AIRBUS/THALES, blindés légers Arquus ex-RTD, adaptés au milieu urbain). Ce faisant, elles ont toutes participé à la construction d’une architecture de surveillance généralisée et de contrôle des foules, visant à empêcher toute dissidence ou mouvement social, et ayant conduit à l’arrestation de dizaines de milliers d’opposants, de militants et de bloggers. Aucune communication en Egypte n’échappe à la surveillance électronique, y compris le système Telegram -très prisé des égyptiens- pourtant réputé comme inviolable.

L’une des dernière arrestation en date est celle d’Amal Fathy, l’épouse de Mohamed Lotfy, l’un des dirigeant de la Commission Egyptienne pour les Droits et les Liberté, une ONG égyptienne spécialisée, par la force des choses, sur les disparitions forcée. Le 9 mai 2018, elle avait posté sur sa page Facebook un message vidéo dénonçant le harcèlement sexuel qu’elle avait subi le jour même et l’atteinte aux libertés en général. S’en était suivi un véritable lynchage médiatique à son encontre ainsi qu’une avalanche de menaces. Finalement, deux jours après, les forces de police sont venus la cueillir à son domicile de Maadi au Caire, en pleine nuit, à 2h30. Son mari et Zinedine, leur fils agé de trois ans, ont été emmenés en même temps qu’elle, puis relâchés quelques heures après. Amal Fathy a été incarcérée et est poursuivie pour « appartenance à organisation interdite » et « incitation au terrorismes ». Précisons que depuis juin 2015, Mohamed Lotfy est interdit de voyage, de même qu’une dizaine d’autres responsables d’ONG en Egypte.

« Si la révolution égyptienne de 2011 avait été portée par une « génération Facebook » ultra-connectée ayant su mobiliser les foules, la France participe aujourd’hui à l’écrasement de cette génération via la mise en place d’un système de surveillance et de contrôle orwellien, visant à écraser dans l’œuf toute expression de contestation. » a déclaré Bahey Eldin Hassan, Directeur du Cairo Institute for Human Rigths Studies. Résultat, communiquer avec des correspondants en Egypte est devenu un vrai casse-tête !

Bien sûr, les ONG signataires de ce rapport demandent aux entreprises et aux autorités françaises la cessation immédiate de ces exportations mortifères. Elles exigent non seulement l’ouverture immédiate d’une enquête parlementaire sur les livraisons d’armes à l’Égypte depuis 2013, aussi une totale refonte du système français de contrôle des exportations d’armes et de matériel de surveillance. Caractérisé par son opacité et sa trop grande dépendance au pouvoir exécutif, c’est ce système lacunaire qui permet aujourd’hui la livraison de matériel contribuant à de graves violations des droits humains en Égypte. (selon "Mondafrique")

On comprend mieux les dessous de la visite de Macron en Egypte, après celle non moins surprenante au Tchad (où il a été précédé par un certain nouveau "consultant" en armement Benalla).

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 19 juillet 2018

Découverte d'un mystérieux sarcophage en Egypte

Une tombe de l'époque de Ptolémée

alexandrieUn mystérieux sarcophage de granit noir, ainsi qu’un buste, ont été découverts en Egypte. La tombe, qui remonte à la période ptolémaïque entre 305 av. et 30 av. J.-C., a été retrouvée dans la ville d’Alexandrie.

Dans un post sur Facebook, le Dr. Mostafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, a annoncé que le sarcophage de 6 pieds de haut, long de 8,7 pieds et large de 5,4 pieds, est le plus grand jamais trouvé à Alexandrie. Il n’a jamais été ouvert depuis sa fermeture, il y a plus de 2 000 ans.

C’est le ministère égyptien des antiquités qui a annoncé la découverte sur Facebook, mais sans donner d’informations précises sur la date de la découverte, la datation du sarcophage ou le nom de l’équipe qui a réalisé cette découverte.

alexandrie1

Aucune inscription ne ressortant sur le sarcophage, toutes les interprétations sont possibles à partir de la taille du sarcophage et du buste qui indique que la personne enterrée dans le cercueil était d’un statut social élevé.

D’autres découvertes récentes incluent un ancien cimetière en Egypte avec plus de 40 momies et un collier contenant un “message de l’au-delà”. Une ancienne statue d’un roi de Nubie avec une inscription en hiéroglyphes égyptiens a également été trouvée dans un temple du Nil au Soudan.

Posté par jl boehler à 00:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 3 décembre 2017

Sommet UE-UA à Abidjan

Ouattara applique la réciprocité à Macron

Arriv__d_Emmanuel_Macron___Abidjan_Ouattara_absent

Les présidents français ont cette coutume de ne jamais recevoir les dirigeants africains à leur descente d'avion à l’aéroport. Alassane Ouattara qui a récemment fait l’expérience lors de sa réception par Emmanuel Macron lui a réservé le même type accueil, une sorte de réciprocité. Le jeune président français avait reçu le chef de l'État ivoirien sur le perron de l'Élysée comme l'ont toujours fait tous ses prédécesseurs.

En effet, pour la première fois de l’histoire de la relation franco-ivoirienne, ce n’est pas le président ivoirien qui a fait le déplacement à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny pour accueillir son homologue français, mais son vice-président. Emmanuel Macron qui arrivait à Abidjan pour le Sommet UE-UA en provenance de Ouagadougou ne verra évidemment aucun problème dans le fait d’être reçu par le vice-président Daniel Kablan Duncan pendant que le président Alassane Ouattara se chargeait en personne d’accueillir le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, président de la République de Guinée équatoriale, personnalité autrement plus importante que le nouveau petit Napoléon français.

napoleon1

Rappelons que le premier empereur français ne connaissait de l'Afrique que les pyramides égyptiennes, où il s'est exclamé : "Du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent !" autrement plus sérieux que "Il va réparer la climatisation" dans l'amphithéâtre de Ouagadougou.

Ceci dit, la réciprocité a été respectée comme du temps de Sarkozy. Macron, lors de ses vacances à Marseille, a été invité à Mougins, dans l'arrière-pays cannois, comme il a été invité à Assinie, résidence secondaire de Ouattara (une de plus) en Côte d'Ivoire. 2 - 0 pour Ouattara ! Puis Macron a été invité par Ouattara (ou Ouattara par Macron ?) à poser le premier pavé du métro abidjanais qui a scellé la réconciliation Bouygues - Alsthom. Amitié capitaliste franco-française retrouvée et financée on ne sait pas combien par le contribuable français : 2 milliards d'€ prêtés selon Le Drian, 1,4 milliards d'€ offerts selon Macron. Et comme le chef a toujours raison, rien n'est encore inscrit au budget par les députés français. 3 - 0 pour Ouattara ! Drogba doit se régaler devant la télé !

Posté par jl boehler à 02:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 6 avril 2017

Egypte : découverte de vestiges d’une pyramide de 3700 ans

En bon état de conservation ! 

pyramide

Le ministère égyptien des Antiquités, a annoncé, ce lundi 3 avril 2017, que des vestiges d’une pyramide vieille de 3 700 ans ont été trouvés « en bon état de conservation » près du Caire. La petite pyramide, datant de la XIIIe dynastie (1802-1640 avant J.-C.), a été retrouvée dans la nécropole du site archéologique de Dahchour, au sud du Caire.

Le texte souligne que les archéologues égyptiens ont ainsi découvert « un corridor conduisant à l’intérieur de la pyramide, prolongé par une rampe, et l’entrée d’une pièce ». « L’équipe va poursuivre les fouilles sur le site pour mettre au jour le reste » du vestige. Les archéologues ont notamment retrouvé un petit bloc en albâtre noirci, affichant des inscriptions en hiéroglyphes. Ils ont aussi retrouvé un linteau de granit et des blocs de pierre qui permettent d’en savoir plus sur « l’architecture interne de la pyramide ».

La trouvaille a été effectuée près de la pyramide rhomboïdale de Dahchour. Cette dernière a été construite par le pharaon Snéfrou, fondateur de la IVe dynastie (environ 2600 avant J.C.) et père du pharaon Khéops, qui a lui-même donné son nom à l’une des plus célèbres pyramides égyptiennes, sur le plateau de Gizeh.

Les fouilles en sont encore à leurs débuts et la taille exacte de la pyramide n’a pas pu encore être établie.

Posté par jl boehler à 00:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 28 mars 2016

Lutte anti-terroriste et bavures

Une bavure de l'armée égyptienne, qui avait pris des touristes pour des djihadistes, avait fait douze morts et victimes innocentes le 14 septembre 2015.

djihad

belge

Elle n'est hélas, ni la seule, ni certainement la dernière. L'affaire qui enflamme les attentats de Bruxelles pour lesquels le gouvernement turc accuse les dirigeants belges d'avoir été prévenus du retour en Belgique de djihadistes notoires en est un autre exemple. Sans compter que "l'homme au chapeau" du métro était encore recherché par des services de police alors que d'autres policiers l'avaient déjà arrêté depuis deux jours. Preuve de la bonne coopération entre services...

Autre belle bavure, c'est celle de Grand-Bassam en Côte d'Ivoire, où Hamed Bakayoko, ministre de l'Intérieur, face à la presse nationale et internationale pour faire le point sur l’enquête menée par ses services après l’attaque terroriste, annonce l'identification du "cerveau" de l'attentat qui serait un certain Kounta Dallah. L'information serait venue du FBI !

kounta_dallah_1

On annonce même ce dirigeant djihadiste arrêté à Port-Bouët, puis face aux informations dévoilées par "L'Eléphant Déchaîné" (qui est en Côte d'Ivoire ce que "le Canard Enchaîné" est en France) la police doit démentir les termes de sa propre conférence de presse. L'homme, dont de fins limiers ont détecté la photo grâce à la vidéosurveillance dans un hôtel, n'était qu'un client, victime d'un accident de travail, qui attendait de partir vers un centre de réadaptation. Trouvera-t-on bientôt des djihadistes en chaise roulante ? L'histoire aurait pu faire rire s'il n'y avait des morts et des blessés dans cette affaire.

En Egypte, les autorités ont renvoyé la faute vers la compagnie de tourisme mexicaine. En Côte d'Ivoire, le glorieux ministre Bakayoko a laissé aux subalternes la lourde tâche d'annoncer son erreur. Deux cas qui prouvent le peu de courage politique dans les plus hautes instances de certains Etats. 

En Belgique, les ministres responsables ont proposé de démissionner. Démission très justement refusée : l'heure n'est pas aux règlements de compte, mais à la lutte contre le terrorisme.

  • Ci-dessous : l'éditorial des "Dernières Nouvelles d'Alssace" du 27/03/2016.

    viperes

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 13 août 2015

Etat islamique :exécution d'un otage travaillant pour une société française en Egypte

XVMc8c3e65a_4105_11e5_9a86_0ed4b81db668

L'otage de nationalité croate enlevé par l'État islamique dans la banlieue du Caire, en Égypte, où il travaillait pour la société pétrolière française CGG, aurait été décapité par ses ravisseurs. C'est en tout cas ce qu'affirme l'organisation djihadiste, faisant par la même circuler des photos de son cadavre sur Twitter. Comme souvent, l'EI a mis ses menaces à exécution.

Revendiquant au gouvernement égyptien la libération de «femmes musulmanes», les terroristes avaient publié une vidéo au début du mois montrant Tomislav Salopek agenouillé, vêtu d'une tenue orange, et menacé par un homme armé d'un couteau. «J'ai 30 ans et je viens de Croatie», affirmait-il. Il y expliquait travailler pour la branche au Caire du groupe français de services pétroliers CGG et révélait avoir été enlevé le 22 juillet, par les combattants de la branche égyptienne de l'EI, «La province du Sinaï». 

Le Sinaï, un nouvel enjeu pour l'EI

Le groupe se faisait autrefois appeler «Ansar Beït al-Maqdess» mais s'est rebaptisé «Province du Sinaï» pour marquer son allégeance au «califat» autoproclamé par l'EI sur une partie de l'Irak et de la Syrie. Le 11 juillet, le groupe a revendiqué un attentat à la voiture piégée contre le consulat d'Italie au Caire qui a tué un civil, la première attaque contre une représentation diplomatique depuis l'éviction du président islamiste Mohamed Morsi, en juillet 2013. Depuis sa destitution par l'armée, les attentats visant les forces de sécurité se sont multipliés en Égypte, essentiellement dans le nord de la péninsule du Sinaï, où des centaines de policiers et de soldats sont morts dans des attaques spectaculaires.

La France dans le collimateur

ob_94e139_photo_f_robineau_dassault_aviation

Autre élément inquiétant: le jeune Croate travaillait pour une enseigne française. Il était depuis quelques mois employé par la société Ardiseis, filiale de la Compagnie générale de géophysique (CGG), en tant qu'analyste sismique. De quoi laissait penser, selon certains observateurs, que les intérêts français aient été visés dans cette opération. La France, qui est membre de la coalition internationale antidjihadistes, et qui a récemment vendu 24 avions de chasse Rafale à l'Égypte, ne cache pas son engagement contre Daech. Lors de son déplacement en Égypte, la semaine dernière, François Hollande, avait également réitéré sa volonté de lutter fermement contre le terrorisme.

Posté par jl boehler à 00:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 4 février 2011

Violences en Egypte

Le site du quotidien britannique "Le Guardian" a signalé une vidéo datée de mercredi montrant un véhicule à gyrophare qui fonce sur la foule, entraînant un manifestant sur plusieurs mètres. Attention, les images sont choquantes. 

  

 

Posté par jl boehler à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 30 janvier 2011

Alliot-Marie, onzième plaie de l'Egypte ?

Nous avons fait paraître sur ce blog, en date du 16/1/2011, l'intervention devant la représentation nationale de Michèle Alliot-Marie, qui voulait faire bénéficier la police tunisienne de Ben Ali du savoir-faire français. A revoir :

 http://jboehler.canalblog.com/archives/2011/01/16/20132767.html

Mais voilà qu'un document officiel émanant de l'ambassade de France en Egypte atteste qu'en 2010 des policiers égyptiens sont venus s'entraîner en France. Un "savoir-faire" qui à ce jour a un bilan d' "au moins 100 morts et 1200 blessés" dans les grandes villes égyptiennes.  Elle est belle la "formation sur la gestion des foules" à la française. CGT, CFDT, FO, ouvriers, étudiants, lycéens et tous les autres, attention ! vos prochaines manifestations contre la politique de Sarkozy et pour la défense des acquis sociaux risquent de devenir de vrais carnages ! Et ce n'est peut-être rien à côté de ce qui va se passer lorsque les CRS manifesteront contre les fermetures de leurs casernes ?

Image_5_0

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 28 janvier 2011

Révolte à l'égyptienne : Moubarak 1er sera-t-il chassé du pouvoir ?

Histoire sans ... hiéroglyphes

karikaturen_016

Posté par jl boehler à 00:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,