jeudi 26 octobre 2017

Chine : Le rêve de Xi Jinping

Une puissance aérospatiale complète en 2045, selon le "Quotidien du Peuple" 

xijinping_x_0922_net

Le matin du 18 octobre, le Grand Hall du Peuple a accueilli un groupe de 19 députés de la base, dont un membre de l’équipe de taïkonautes de l’Armée populaire de libération, Jing Haipeng. « Actuellement, mes camarades et moi préparons à la mission de la station spatiale, qui est une tâche glorieuse que nous ont confiée la patrie et le peuple ». A cette occasion, Jing Haipeng a révélé qu’il était impatient de partir à nouveau dans l’espace. Le 18 octobre, jour de la cérémonie d’ouverture du 19e Congrès national du Parti communiste chinois, le Secrétaire général Xi Jinping a clairement mis en avant, dans son rapport important au Congrès, l’objectif stratégique de faire de la Chine une puissance spatiale.

200 satellites en orbite en 2020 !

Lei Fanpei, représentant au Congrès et président et secrétaire du Parti de la China Aerospace Science and Technology Corporation, a déclaré aux médias que d’ici à 2020, la Chine va s’efforcer d’atteindre un nombre de plus de 200 satellites en orbite, ce qui lui permettra d’atteindre le statut de puissance spatiale mondiale. Selon Lei Fanpei, la Chine possède déjà 30% des indicateurs techniques aérospatiaux permettant de parvenir au niveau de classe mondiale, et elle va s’efforcer de faire passer ce chiffre à 60% à l’horizon 2030, au-delà du niveau de puissance spatiale mondiale de la Russie. D’ici 2045, elle ambitionne de rivaliser avec les États-Unis dans un certain nombre de secteurs, faisant d’elle une puissance spatiale mondiale dans tous les domaines.

Lei Fanpei a par ailleurs ajouté que les prochaines étapes du groupe de technologie aérospatiale consisteront à achever sans faillir des tâches majeures de projets de haute technologie et de sciences et technologies nationales, de construire et mettre en service la première station spatiale chinoise, de réaliser les missions de prélèvement d’échantillons de sol lunaire et leur retour sur Terre et d’atterrissage et d’exploration de Mars, d’achever la construction d’un système mondial de satellites de navigation et d’un système d’observation de la Terre à haute résolution.

Il s’agit également d’assurer la promotion globale du développement de véhicules de lancement lourds et de construire des infrastructures spatiales civiles basées sur des systèmes de communication, de navigation et de télédétection, afin que la Chine dispose de capacités d’exploration et d’application spatiales complètes, dans le but de bâtir un pays innovant et une puissance aérospatiale,de construire une force de dissuasion stratégique « trois en un », et de contribuer davantage à la consolidation de la pierre angulaire de la stratégie de sécurité nationale.

Propagande, quand tu nous tiens !

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 16 juillet 2017

Chine : les investissements portuaires, nouveaux avant-postes en Europe

La puissance commerciale de la Chine est en pleine expansion : elle investira 20 milliards de dollars principalement dans les ports en Asie du Sud et dans le nord de l'Europe dans les ports.

chineL'investissement commercial des entreprises chinoises à l'étranger ne se limite plus aux entreprises à technologie développée. Il s'étend de plus en plus au commerce maritime. De juillet 2016 à juin 2017, les entreprises chinoises ont annoncé des plans pour l'acquisition ou le développement de ports à l'étranger pour un montant de 20,1 milliards de dollards, selon une étude de la banque d'investissement basée à Londres Grisons Park. Le port de Hambourg est l'actuel objectif chinois.

Cela signifierait un doublement par rapport aux douze mois précédents (9,97 milliards de dollars de juillet 2015 à juin 2016). Le rythme de l'expansion de la Chine dans le transport maritime international pourrait être encore plus élevé. Au cours des douze derniers mois, les entreprises chinoises ont demandé des investissements supplémentaires dans d'autres ports étrangers en vue, dont le montant n'est pas encore chiffré.

La majeure partie de l'investissement est réalisé en Asie du Sud. dans les ports en Malaisie, d'autres projets sont en cours en Indonésie et au Sri Lanka.

Apparemment, une route maritime joue un rôle stratégique dans les projets de la Chine, selon les experts et devrait être économiquement compétitive vers 2035.  

Cela signifierait un doublement par rapport aux douze mois auparavant, où ont annoncé des investissements selon ide les estimations du journal se sont élevées à 9,97 milliards de dollars. Le rythme de l'expansion de la Chine dans le transport maritime international pourrait être encore plus élevé. Au cours des douze derniers mois, les entreprises chinoises ont demandé le journal des investissements supplémentaires dans d'autres ports étrangers en vue, dont le montant ont, mais non chiffrée.

La majeure partie de l'investissement est réalisé en Asie du Sud. dans les ports seuls en Malaisie Chine met donc plus de 11,5 milliards de dollars américains: dans la porte d'entrée Melaka 7,2 milliards, dans le Kuala Linggi-Port 2,8 milliards, dans le port de Penang 1,4 milliard et dans le port Kuantan 177 millions de dollars américains. D'autres projets sont en Indonésie et au Sri Lanka.

La route du Grand-Nord

arctique

Apparemment, une route maritime joue un rôle stratégique dans les plans de la Chine (selon les experts, le passage du Nord au large de la côte russe à travers l'océan Arctique) devrait être économiquement compétitif en 2035. Dans ce but, l'opérateur portuaire China Merchants a investi dans le port lituanien de Klaipeda, ce qui est favorable pour les routes de transport à travers l'Arctique, et a un programme. de pourparlers sur l' investissement dans le port norvégien de Kirkenes et deux ports en Islande.

Ainsi, l'opérateur portuaire China Merchants a investi dans le port lituanien de Klaipeda, ce qui est favorable pour les routes de transport à travers l'Arctique. donne également le journal des pourparlers sur l' investissement dans le port norvégien de Kirkenes et deux ports en Islande.

Ailleurs en Europe, la Chine est un investisseur important dans les ports. La compagnie maritime chinoise Cosco a acheté environ les deux tiers du port du Pirée (Athènes) pour environ 370 millions d'euros. Cette acquisition a été réalisée au printemps 2016.

Jeudi, la Chine a présenté des plans pour construire un troisième terminal à conteneurs entièrement automatisé dans le port de Hambourg. Le syndicat Ver.di a annoncé une opposition ferme au projet. De plus, en Allemagne et en Europe, la préoccupation à propos de l'achat des entreprises technologiquement avancées par la Chine se développe. Le gouvernement fédéral a mis cette semaine son veto pour protéger ses infrastructures. Cela devrait permettre d' éviter la migration d'un savoir-faire d'importance. La Commission européenne a annoncé en mars  une session pour examiner les acquisitions par des investisseurs extérieurs à l'Union européenne.

Posté par jl boehler à 12:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 25 février 2017

Wauquiez collecte-t-il en Chine pour Fillon ?

Et encore le Canard : un Wauquiez-gate

wauquiezL'escapade chinoise tous frais payés de Laurent Wauquiez pourrait lui coûter cher. Le Canard Enchaîné a révélé que le voyage en Chine payé par la région Auvergne-Rhône-Alpes aurait servi à faire campagne pour François Fillon.

En cause, une réunion pro-Fillon à Shangaï le 13 février dernier. Un programme loin de celui qui aurait été validé par la région dont il est le président. L'objectif de ce déplacement retenu officiellement était de "renforcer la coopération entre la région et la ville de Shanghai". Et s'il était financé, c'était à condition d'agir "pour le compte de la région dans le cadre de missions d'accompagnement des élus".
Dans ce contexte, la rencontre des adhérents LR en faveur du candidat de la droite où des dons auraient été collectés fait débat. "Il a pris une heure sur son temps privé. Tout est transparent (...) Et ce n'est pas une levée de fonds, comme j'ai pu le voir écrit dans certains articles" , précise un proche de Laurent Wauquiez au Lab d'Europe 1.
Mais la polémique est loin de s'arrêter là puisqu'elle pourrait se poursuivre devant la justice. Le conseiller régional d'opposition Stéphane Gemmani a publié sur son blog un long message intitulé "WauquiezGate : Les péripéties de Laurent Wauquiez en Chine ou les aventures de Tartuffe au service de François Fillon". Il dit vouloir envoyer des élements au procureur de la République de Lyon, mais aussi son intention de saisir "la commission nationale des comptes de campagne".

Posté par jl boehler à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 26 septembre 2016

Surréaliste !

telescope

Le plus grand radiotélescope du monde est entré en service ce dimanche dans le sud-ouest de la Chine. Dans le cadre d'un projet faramineux, l'ambition de cette installation est, selon Pékin, de détecter une vie intelligente extraterrestre.

Appelé par les scientifiques Five-hundred-metre Aperture Spherical Radio Telescope (FAST), le télescope a commencé à fonctionner vers midi, a annoncé l'agence "Chine nouvelle". Le FAST, qui présente une ouverture sphérique d'un diamètre de 500 mètres, couvrant une surface équivalente à 30 terrains de football, est installé dans une zone rurale de la province du Guizhou (sud-ouest), entre trois collines karstiques.

Plus de 10.000 habitants déplacés

L'installation, dont la construction avait commencé en mars 2011, a coûté 1,2 milliard de yuans (165 millions d'euros) et dépasse nettement en dimension le radiotélescope d'Arecibo, située dans l'île de Porto Rico, qui a un diamètre de 305 mètres. Le directeur général de la Société chinoise d'astronomie, Wu Xiangping, avait déclaré l'an passé à “Chine nouvelle” que le haut degré de sensibilité du FAST allait “aider à rechercher de la vie intelligente en dehors de notre galaxie”.

Près de 10.000 habitants résidant dans un rayon de cinq kilomètres autour du dispositif d'écoute ont été réinstallés plus loin pour laisser place au télescope. (selon M6)

Posté par jl boehler à 04:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 11 janvier 2016

Tensions entre Chine et Vietnam

"Guerre froide" entre deux pays communistes

vietnam1

Un petit avion qui fait un atterrissage forcé sur une île désertique vietnamienne, y a-t-il de quoi fouetter un chat ? On pourrait à la limite parler de tempête dans un verre d'eau si l'incident ne s'inscrivait dans une ambiance de conflits d'intérêts économiques de longue date.

Toujours est-il que Hanoï a adressé des protestations à Pékin qui les a rejetées, à propos de l'atterrissage d'un avion chinois sur un récif disputé de mer de Chine méridionale, en affirmant que l'appareil s'était posé en territoire chinois, et non vietnamien. Un "vol d'essai" a atterri sur le récif de "Fiery Cross", a déclaré samedi soir Hua Chungying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué posté sur internet.

Le Vietnam revendique également la souveraineté de ce récif de l'archipel des Spratleys. Mais la Chine a commencé en 2014 des opérations de remblaiement pour aménager sur ce récif situé à un millier de kilomètres de la province de Hainan, dans le sud de la Chine, une piste de 3000 mètres. Le Vietnam avait déjà vivement protesté contre l'atterrissage d'un appareil chinois, estimant qu'il s'agissait d'une violation de sa souveraineté.

Des responsables vietnamiens ont par ailleurs indiqué qu'ils avaient demandé à Pékin d'enquêter sur le naufrage d'un bateau de pêche vietnamien percuté par un bateau chinois présumé vendredi, à une soixantaine de milles de l'île de Con co, dans la province de Quang Tri. Les 11 membres d'équipage du bateau ont pu être secourus. 

Vietnam

Chine et Vietnam continuent de s'opposer à propos des îles Paracels et Spratleys en mer de Chine méridionale ainsi que sur les droits d'exploration pétrolière et de pêche dans les eaux contestées. L'installation d'une plateforme pétrolière chinoise dans des eaux disputées près des Paracels avait provoqué en 2014 au Vietnam les émeutes antichinoises les plus violentes depuis des décennies, poussant Pékin à évacuer des milliers de ses ressortissants.

La guerre économique entre les deux pays fait rage, de nombreuses entreprises occidentales quittent même la Chine pour s'implanter au Vietnam plus attractif. Même l'un ou l'autre groupe du Centre-Alsace, implanté en Chine, vient d'ailleurs de "délocaliser" chez le voisin vietnamien.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 12 octobre 2015

Touristes chinois en Alsace

Voilà plusieurs années que Strasbourg et l’Alsace tentent de séduire les touristes chinois à coup d’opérations de promotions touristiques. Mais qu’est-ce qui intéresse les touristes chinois dans la région ? 

1005785_10151860884112150_1876635371_n

Le premier intérêt pour ces touristes, « c’est la culture », indique Yan Yu consultant qui représente l'Agence d'Attractivité de l'Alsace, Strasbourg et Mulhouse sur le marché chinois. « En Alsace, il y a une très longue histoire et une culture riche. A Strasbourg, il y a un mélange entre le quartier européen et la Petite France. Les Chinois recherchent la différence, et ils trouvent en Alsace ce qu’ils n’ont pas chez eux. » 

chine_vin_france

« Les Chinois ne connaissent pas l’histoire de l’Alsace ou des changements en Europe », indique la guide chinoise Lili Jia. Lorsqu’elle fait visiter la région à des groupes de touristes, Lili Jia se rend en premier lieu à la cathédrale puis à la Petite France. Et pour ceux qui ne souhaitent pas rester qu’à Strasbourg, elle les emmène sur la Route des Vins. De quoi leur permettre de découvrir « beaucoup de villages typiques, charmants et qui sont attractifs pour les Chinois », dixit Yan Yu. 

2048x1536_fit_touristes_et_prieres_ne_font_pas_bon_menage_cathedrale_de_strasbourg_le_07_07_2008

Autre avantage avancé par Yan Yu, outre la gastronomie : du fait de la position centrale de l’Alsace, les touristes peuvent aller en Allemagne, en Suisse voire en Italie. « On veut faire en sorte de développer cela », indique Jean-Jacques Gsell, président de l'office de tourisme de Strasbourg et sa région. Le consul général de Chine à Strasbourg He Yanjun pense, quant à lui, que les touristes chinois viennent rechercher « les paysages, l’air pur et l’architecture ».

La promotion touristique n’est en tout cas pas près de s’arrêter puisque, entre autres opérations, le marché de Noël de Strasbourg s’exportera à Pékin du 5 au 20 décembre.(selon "20 minutes" Strasbourg)

chinoisok

Posté par jl boehler à 03:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 24 juin 2015

La Chine interdit la pratique du ramadan

L'observance du ramadan dans la région du Xinjiang (nord-ouest de la Chine) où vit une importante minorité musulmane, les Ouïghours, est fortement restreinte par les autorités chinoises. Une décision vivement condamnée par la prestigieuse institution de l'islam sunnite Al-Azhar.

ramadan

Fonctionnaires, enseignants, étudiants et restaurateurs visés

Les fonctionnaires, les enseignants et les étudiants sont particulièrement visés par les mesures restrictives des autorités chinoises. Il leur est interdit de prendre part aux pratiques religieuses traditionnelles associées au mois sacré du ramadan, qui a débuté jeudi. 

Une note adressée aux fonctionnaires sur un site gouvernemental du Xinjiang indique : Durant le ramadan, ne jeûnez pas, ne participez pas à des veillées ou à d'autres activités religieuses. 

Les restaurants ont également reçu pour consigne de continuer à fonctionner normalement, selon des instructions publiées par divers sites gouvernementaux. Une note officielle publiée sur le site de l'Administration de l'alimentation et des médicaments du canton de Jinghe au Xinjiang indique : Les services de restauration ouvriront aux heures normales de fonctionnement durant le ramadan. 

Les sites officiels préviennent que des "inspections" se dérouleront pour assurer la "stabilité sociale". 

"Arracher les Ouïghours à leur culture musulmane"

La région du Xinjiang est un immense territoire, situé au nord-ouest de la Chine. Les Ouïghours y sont la première ethnie locale. Ces musulmans turcophones se plaignent que leurs droits linguistiques, culturels et religieux sont bafoués par les autorités chinoises qui ont, de leur côté, opté pour une stratégie de répression implacable contre les militants ouïghours, invariablement qualifiés de "terroristes" ou de "séparatistes". 

Dilxat Rexit, porte-parole du Congrès mondial ouïghour, une organisation basée à Munich (Allemagne) considérée par Pékin comme "séparatiste", a déclaré : En interdisant le jeûne du ramadan, la Chine cherche à arracher les Ouïghours à leur culture musulmane. 

Il a également jugé que cette "provocation" des autorités chinoises ne pourrait déboucher que sur davantage de troubles et de tensions.

Des restrictions condamnées par Al-Azhar

L'institution basée au Caire a indiqué vendredi dans un communiqué : Al-Azhar et son grand imam Ahmed Al-Tayeb condamnent la décision des autorités chinoises d'interdire aux musulmans de jeûner et de pratiquer leurs rituels religieux durant le ramadan dans certains secteurs de Xinjiang.

Al-Azhar a "rejeté toute forme d'oppression engagée contre les musulmans Ouïghours en Chine et qui affecte leurs droits religieux et libertés personnelles", et appelé la communauté internationale, l'ONU et les ONG de défense des droits de l'Homme à agir pour mettre fin à de telles "violations".

Le chercheur Romain Caillet a indiqué sur Twitter qu'Al-Azhar est, pour le moment, la seule institution du monde arabe ayant réagi aux restrictions imposées par les autorités chinoises. En tous cas la Chine : une laïcité à l'envers.

Posté par jl boehler à 00:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

lundi 20 avril 2015

Les tribulations des Alsaciens en Chine

chine1

En ce dimanche, la presse régionale titre "les ambitions chinoises des Alsaciens", "Nos élus prospectent la Chine de l'Ouest", et j'en passe. Alors qu'en est-il ? Un nouvel Eldorado pour le patronat alsacien en recherche de délocalisations ? Une collaboration sino-alsacienne pour le développement de l'Alsace ? Enquête.

En novembre 2014, une délégation chinoise avait été accueillie par Philippe Richert et ses collaborateurs au Conseil Régional. Et en retour, une délégation alsacienne, comprenant entre autres André Reichardt (Philippe Richert étant en déplacement en Suisse), Marie-Reine Fischer et le technicien François Bouchard, s'est rendue en Chine. La Région Alsace a déjà un accord de coopération avec la province du Jiansu dans l'Est du pays. Alors pourquoi ne pas s'étendre à l'Ouest à Chengdu, dans la province du Sichuan ? Officiellement, il s'agit aussi d'attirer plus de touristes chinois en Alsace, en faisant passer les nuitées de ces riches visiteurs de 7000 à 40000. Alors, après tout, où est le problème ?

De nombreuses entreprises fuient le Jansu !

jiangsu

Car au Jansu, la vie des entreprises occidentales n'est plus si rose, alors il faut délocaliser plus à l'ouest dans des provinces plus favorables à leurs bénéfices. Les raisons sont multiples : lors de leurs installations, les industriels ont laissé au gouvernement local l'intégralité des dépenses liées à leur installation. Celui-ci croule sous les dettes et augmente donc les impôts de façon intolérable pour ceux qui étaient venus pour fabriquer à moindre coût. Certains secteurs, comme par exemple la contruction navale ou les panneaux solaires, sont en surcapacité. Autrement dit, la province du Jansu connaît une crise égale à celles du Brésil en 1989, 1993 et 1999. L'état exact de la situation plus que préoccupante du Jansu est en fait une inconnue, la Chine n'ayant pas pour habitude de rendre publique la situation financière réelle. Selon un économiste chinois de la Deutsche Bank, le Jansu serait, sur les 31 provinces que comporte la Chine, celle qui a la plus grande dette publique, au point que l'Etat central de Pékin lui interdit tout nouvel investissement pour installer des zones d'activités. La situation est d'ailleurs confirmée par le Crédit Suisse et Standard Chartered. Et c'est ainsi que des entreprises telles Rongsheng Heavy Industries Group (8000 employés) ont été mises en faillite. Les salariés licenciés, déjà peu payés pour travailler, n'ont d'autre ressource que de retourner dans leur village cultiver un lopin de terre. Dans d'autres entreprises du sud de cette province, où l'on retrouve surtout des aciéries, les salariés travaillent au ralenti.  Un peu partout, il ne reste que des friches industrielles.

Et qu'en est-il du Sichuan et de Chengdu ?

map_of_china

L'ambassadeur de France en Chine, Maurice Gourdault-Montagne, avait conseillé beaucoup de prudence aux investisseurs alsaciens. Mais, vont-ils en tenir compte ? Rien n'est moins sûr. Certes, s'éloignant vers l'ouest, le coût de la main d'oeuvre est moindre (ce qui intéresse nos industriels) et le Sichuan est à la fois industriel et touristique (d'où l'intérêt de nos élus qui croient résoudre les problèmes d'emploi chez nous par des échanges touristiques). Mais tout cela risque de ne durer qu'un temps, car, malgré les belles maquettes présentées par les responsables de cette nouvelle province, tout reste à faire au niveau des infrastructures. Et à ce moment, nos chers délocalisateurs trouveront à nouveau leurs impôts chinois trop cher ? Et ils quitteront à nouveau, en laissant une province chinoise dans la misère avec une gestion impossible de friches industrielles ?

La délocalisation ne crée pas seulement le chômage an Alsace, mais provoque aussi la misère à l'autre bout du monde. Le crime ne profite qu'à quelques actionnaires. Jusqu'à quand ?

jiangsu4Dépôt de lingots d'aluminium au Jansu

jiangsu2Friche industrielle au Jansu

Creative_Cities_Chengdu2Cheng-Du

global_center_projet_chengdu_chineMaquette du Global-Center à Cheng-du

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 16 mars 2015

Les armes chinoises

Helicpt_res_arm_s

Selon des statistiques publiées lundi par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri), la Chine devient le troisième exportateur mondial d’armes. Elle dépasse ainsi l’Allemagne et la France.

En effet, les chiffres publiés par SIPRI portent sur une période de cinq ans (2010-2014) afin de faire apparaître les grandes tendances. On retient clairement de ces chiffres que sur le marché de l’armement les États-Unis ont nettement pris la tête (31% des exportations) devant la Russie (27%). Les trois suivants arrivent loin derrière, avec quelque 5% des exportations chacun.

Pour l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, la France aurait pu être troisième si elle avait livré fin 2014 un navire Mistral que la Russie n’a pas obtenu du fait du conflit dans l’Est de l’Ukraine.

Dans le même temps, le rapport indique que trois pays asiatiques rassemblent plus des deux tiers des livraisons à l’étranger d’armement chinois. Il s’agit du Pakistan (41% à lui tout seul), le Bangladesh et la Birmanie. Pékin a aussi commercé avec 18 pays africains sur la période.

On note aussi que la Russie fournit pour sa part en premier lieu l’Inde, premier importateur mondial, dont 70% des importations d’armes sont russes. Pour leur part, les États-Unis ont la clientèle la plus diversifiée: le premier importateur d’armes américaines, la Corée du Sud, ne représente que 9% du total. Quant à la France, elle vend d’abord au Maroc (18%) et à la Chine (14%).

L’institut révèle dans son rapport que les efforts de la France pour augmenter ses exportations d’armes ont été couronnés par le contrat passé avec l’Égypte en février. Grâce à ce contrat, la France va livrer 24 avions Rafale et une frégate multi-missions à l’Egypte.

Parmi les dix premiers exportateurs mondiaux, la Chine (+143% ces cinq dernières années par rapport aux cinq précédentes), l’Ukraine et la Russie sont ceux qui ont connu la plus forte croissance, tandis que les livraisons de l’Allemagne et la France ont reculé.

L’Inde, avec 15% du marché vient à la tête dans le tableau des importations et se trouve loin devant les numéros deux et trois, l’Arabie saoudite et la Chine (5% chacune).

« Le volume du commerce mondial d’armes avait augmenté de 16% ces cinq dernières par rapport à la période 2005-2009 », précise le SIPRI.

Aussi, le rapport relève-t-il que le volume d’armement échangé dans le monde reste encore d’un tiers inférieur à son pic de l’après-guerre, atteint au début des années 1980 malgré la hausse notée depuis une dizaine d’années. (selon "Oeil d'Afrique")

Posté par jl boehler à 10:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

samedi 10 janvier 2015

Condoléances : l'hypocrisie chinoise !

1046_Dessin_non_signe_A

BEIJING, 9 janvier (Xinhua) Le Premier ministre chinois Li Keqiang a envoyé jeudi un message à son homologue français Manuel Valls pour lui présenter ses condoléances suite à l'attentat terroriste contre le siège du magazine hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

Dans son message, M. Li, au nom du gouvernement chinois, a présenté ses sincères condoléances aux victimes de l'attaque et aux familles des personnes tuées.

Le gouvernement chinois soutient les efforts déployés par la France afin de préserver la sécurité nationale, a souligné M. Li, avant d'ajouter que la Chine est prête à renforcer la coopération avec la France et la communauté internationale pour relever ensemble les défis et protéger la paix et la sécurité mondiales.

Voilà un communiqué officiel du gouvernement chinois, empreint de la plus grande sincérité ! En effet la Chine est classée 175ème sur 180 au « Classement mondial de la liberté de la presse » !  et que depuis le 20 novembre 2014, RSF demande la remise en liberté immédiate de la journaliste Gao Yu détenue dans les prisons chinoises !

Et pendant ce temps, le «Quotidien du Peuple», principal journal du Parti communiste, se garde bien de faire son éditorial, ni même son principal titre de «une», sur le sujet. Détenu aussi le journaliste Chen Yongzhou du journal cantonais Xinkuai Bao (New Express) a été arrêté pour avoir enquêté sur une puissante société d’ingénierie, Zoomlion, l’accusant d’avoir publié des bilans comptables frauduleux afin de faire monter sa cote boursière. Il a été interpellé, soupçonné d’avoir « porté atteinte à la réputation d’une entreprise ». Une autre journaliste Liu Hu mis en examen pour avoir dénoncé la corruption d’un haut gradé. Selon 'Le Monde", ces deux journalistes sont les victimes d’une vaste campagne du gouvernement pour lutter contre la corruption. Après avoir été incitées à dévoiler ces scandales par le gouvernement central, les autorités locales se livrent à une véritable chasse aux sorcières pour se venger de ces dénonciations. Il faut dire que Zoomlion, qui est détenu à 20% par l’Etat, représente une grande partie des revenus de Changsa, capitale de la province du Hunan. 

Pékin multiplie aussi les mesures de représailles à l'encontre des médias occidentaux et avait ainsi retardé jusqu'au dernier moment le renouvellement des visas de deux douzaines de journalistes travaillant pour le New York Times et l'agence Bloomberg. La Chine bloque aussi l'accès aux sites Internet des médias jugés trop critiques et interdit l'accès à des «zones sensibles», notamment le Tibet.

Posté par jl boehler à 16:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,