samedi 9 décembre 2017

Soirée pour le regroupement familial des réfugiés à Elzach

A l'initiative des paroisses protestantes de Elzach et de Oberprechtal, les groupes de soutien aux réfugiés se réunissent ce soir samedi, 9 décembre à17h30. But de la réunion : permettre le regroupement de familles réfugiées dispersées.

elzachDe nombreuses associations issues de différentes confessions ont lancé une campagne intitulée "Les réfugiés ont le droit de retrouver leur famille". Actuellement, ces regroupements sont entravés par les procédures administratives complexes pour l'asile et les visas. Pour les réfugiés issus de pays en guerre le regroupement familial a été totalement ignoré par le législateur. Les associations s'engagent à trouver des solutions politiques opportunes et fiables afin que les familles puissent être réunies. 

Dans l'Elztal, les réfugiés (plus de cent à Elzach, zéro à Villé) s'inquiètent aussi pour les proches restés au pays d'origine. Pendant ce temps, en France, le ministre de l'intérieur Gérard Collomb exige des préfets l'accélération des procédures d'expulsion. Sur le plan local, l'ancienne gendarmerie de Villé, prévue pour accueillir des réfugiés, reste désespérément vide, alors que l'hiver frappe à la porte. 

Posté par jl boehler à 01:12 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 1 décembre 2017

Vaccins chez nos voisins allemands

La ministre de la santé Buzyn n'y est pas allée de main morte pour annoncer onze vaccins obligatoires pour nos enfants, sinon ils seront interdits d'école. Ni plus ni moins. Et qu'en est-il chez nos voisins allemands ?

piq_re

 En réalité, le sujet est sensible : faut-ilvacciner ou non ? De nombreux sites sur internet traitent des dommages causés par les vaccins, et ils se lisent comme des histoires d'horreur. L'affirmation selon laquelle le vaccin anti-rougeole est lié à des menaces d'autisme a été scientifiquement réfutée depuis belle lurette, persiste sur la toile.

Mais il reste bien des questions. Les médecins de Fribourg soulignent des problèmes des problèmes de comportement et des allergies liées aux vaccins. Des médecins généralistes et homéopathes ont publié récemment une étude semblant démontrer que les enfants non vaccinés sont en meilleure santé. Pas étonnant que l'incertitude reste grande.

Surtout que trop souvent, les campagnes pour les vaccinations se font avec le soutien de l'industrie pharmaceutique. De nombreux médecins, qui se prononcent contre la vaccination, trouvent ces soutiens irresponsables. Certains services de pédiâtrie des hôpitaux préconisent les vaccinations, mais les écoles ont renoncé à donner des conseils aux parents. Mais la position des autorités reste nuancée : "Nous essayons de convaincre. Mais si la famille ne veut pas des vaccins, nous respectons leur volonté." Voilà qui change de l'autoritarisme ministériel français. 

Ah décidément, même au niveau de la santé, l'Europe est loin d'être unie.

Posté par jl boehler à 22:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 19 novembre 2017

Allemagne : Vers la semaine de 28 heures ?

Est-ce que les Allemands salariés dans le domaine de la métallurgie profiteront désormais de la semaine de 28 heures ?

OK_IG_Metall_Klaus_Kettner_Wiki_ccbysa30_620x310

L’Allemagne se prépare à un automne chaud. Le puissant syndicat allemand de la métallurgie, IG Metall, a surpris tout le monde en demandant non seulement une augmentation salariale de 6%, mais aussi la possibilité de réduire le temps de travail hebdomadaire à 28 heures. Si ceci ne représente pas encore une révolution (la semaine de 28 heures est déjà pratiquée dans bon nombre de grandes entreprises), ce postulat déclenche actuellement un débat sur la future organisation du monde du travail.

Quand l’IG Metall se met en marche, le patronat tremble, car les 2,3 millions adhérents du syndicat de la métallurgie représentent plusieurs industries clés en Allemagne, par exemple dans le secteur de l’automobile. Le postulat de l’IG Metall, à savoir une augmentation salariale de 6% et la possibilité de réduire le temps de travail hebdomadaire à 28 heures, a déclenché un vif débat en Allemagne. Toutefois, il convient de regarder de plus près.

Car cette semaine de 28 heures serait un concept applicable pour une durée de deux ans, qui ressemblerait davantage à une sorte de « congé sabbatique amélioré » permettant de poursuivre d’autres objectifs pendant ces deux ans. En même temps, ce concept ouvre la voie vers la remise en question de nos systèmes de travail. A une époque marquée par le chômage, est-il vraiment indiqué de travailler 35 ou 40 heures par semaine ? Est-il nécessaire que certains doivent faire des heures supplémentaires, pendant que d’autres aimeraient travailler aussi ?

Comment sera fait le monde du travail demain ? Travaillerons-nous moins, mais mieux ? Les expériences faites dans les entreprises qui proposent déjà à leurs salariés la semaine de 4 jours, sont concluantes. Les salariés qui ne travaillent « que » 4 jours par semaine, sont plus motivés, plus focalisés, plus équilibrés et souvent, ils sont plus performants que leurs collègues qui travaillent 5 jours par semaine. 4 jours de travail pour 3 jours de congé, cela augmente forcément la qualité de vie et libère des énergies et en fin de compte, les entreprises en profitent autant que les salariés. Dans quelques semaines, on en saura plus… (selon "Eurojournalist")

Posté par jl boehler à 00:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 6 novembre 2017

Glyphosate : interdit en Bavière, autorisé en Forêt Noire

L'interdiction bavaroise vient des laiteries

bade

En Bavière, les laiteries du "Berchtesgadener Land" viennent d'interdire à leurs agriculteurs d'utiliser le glyphosate. Ce groupement, qui rassemble des exploitations de taille moyenne, prend ces mesures au moment même où le comité de l'Union Européenne reporte toute décision à ce sujet. Et en même temps, le groupement laitier de Forêt Noire, basé à Fribourg-en-Brisgau, critique la décision bavaroise, disproportionnée semble-t-il, tout en recommandant d'éviter autant que possible les herbicides. Quelle cacophonie !

Indépendamment de cela, les structures pastorales de Forêt Noire sont différentes de celles du Berchtesgaden Land. N'étant composées que de prairies, la lutte contre les mauvaises herbes est moindre.

Différents moyens de réduction des mauvaises herbes

Caroline von Ehrenstein, responsable du département marketing de "Schwarzwaldmilch", a évoqué le mélange des terres vertes et de terres arables comme un argument contre l'interdiction du glyphosate. Elle préconise l'utilisation d'herbicides uniquement dans les cas de nécessité absolue. En Bavière, l'interdiction d'utiliser le glyphosate depuis le mois d'octobre a été bien ressentie car le produit était de toutes façons peu utilisé. Le BLDC (Bechtesgadener Land Dairy Cooperative) souhaite malgré la généralisation de l'interdiction du glyphosate.

Posté par jl boehler à 01:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 26 septembre 2017

Elections au Bundestag

Salomon, Oberbürgermeister de Fribourg : "La Jamaïka  n'est pas facile pour les Verts"

bund

 

Après les élections au Bundestag, qui a certes vu la victoire de la CDU d'Angela Merkel, on parle de plus en plus d'une coalition gouvernementale CDU - FDP - Verts, le SPD ayant déjà annoncé son retour dans l'opposition. "Ce serait quelque chose de nouveau", estime Dieter Salomon. Mais il reste sceptique : les négociations seront difficiles. A Fribourg, les Verts étaient en tête devant la CDU. Mais pour l'Allemagne, l'arrivée au Bundestag de l'extrême-droite est une catastrophe.

Posté par jl boehler à 00:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 13 septembre 2017

Fribourg dit « non » aux populistes xénophobes

« Nous n’avons jamais eu autant de contre-manifestants », soupirait l’un des deux porte-paroles de l’AfD, Jörg Meuthen dimanche à Freiburg. Décidemment, les 1000 contre-manifestants étaient en surnombre et sous la musique des rappeurs franco-allemands de « Zweierpasch », montraient le carton rouge aux populistes xénophobes pour qui le Pays de Bade n’est pas vraiment une terre promise.

fribourg

La bonne humeur était le maître mot des contre-manifestants qui voulaient à tout prix que leur manifestation ressemble plus à une « fête des cultures » qu’à une bataille de rue. « Pas de violence » – et ce leitmotiv a été respecté de la première à la dernière minute.

L’AfD, parti d’extrême-droite devenu encore plus extrémiste après le « putsch » contre sa présidente Frauke Petry jugée pas assez radicale par les vieux hommes du parti autour de Meuthen et Gauland, perd peu à peu du terrain et trouvera son plafond électoral aux alentours des 8%. L’accueil réservé à ces fanatiques politiques d’avant-hier au Pays de Bade ne surprend pas – le Rhin Supérieur, terre de l’Humanisme Rhénan, région de la tolérance entre les peuples et les cultures, ne s’y prête pas vraiment pour le nombrilisme nationaliste de l’AfD.

Et bravo ! aux manifestants de ne pas avoir cédé à la tentation de s’en prendre aux représentants de cette extrême-droite bête et méchante – exprimer son mépris pour ces idées dépassées depuis des générations était beaucoup mieux qu’une confrontation musclée. Mais quelle idée aussi de venir à Freiburg, la première grande ville allemande dirigée par un maire vert, pour y prêcher la haine et l’exclusion… Les 1000 manifestants fribourgeois ont donné la meilleure réponse aux extrémistes xénophobes : « on ne veut pas de vous ici. Et on ne votera pas pour vous. Bon vent… » (selon Euro.journalist)

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 4 août 2017

Enlèvement d'un opposant vietnamien à Berlin

Les méthodes du KGB ne sont pas mortes

vietnam

Trinh Xuan Thanh était autrefois un homme d'affaires prospère et un haut dignitaire du Parti Communiste vietnamien. Il a dirigé une filiale de la compagnie pétrolière Petrovietnam, et des entrées à un niveau élevé au sein du ministère du Commerce et de l'Industrie. Mais depuis le 16 septembre 2016, la police vietnamienne le recherchait avec un mandat d'arrêt.

Exclu du Parti !

Il y a un an, il a été déchu de son mandat de député et Tanh a dû restituer toutes ses médailles et les primes qui y étaient affectées. Plus tard il a été exclu du Parti Communiste. Les autorités lui reprochent des faits de corruption. Il lui est reproché d'avoir été "irresponsable et négligent". Il aurait réalisé pour 145 millions de dollars de détournements vers les Etats-Unis.

Agé de 51 ans, Tanh a fui en Allemagne où il a obtenu l'asile politique. Le 23 juillet 2017, il a été enlevé. Des hommes armés, devant appartenir aux services secrets vietnamiens, l'ont entraîné vers une voiture dans les allées du Tiergarten en compagnie d'une vietnamienne, et l'auraient emmené à l'étranger.  Cette dernière, blessée à un bras, a été retrouvée dans un hôpital de Hanoï.

Grave incident diplomatique

Le gouvernement allemand a rappelé tous les représentants des services de renseignement vietnamiens leur enjoignant de quitter le territoire allemand dans les 48 heures. Mardi, 1er août, le ministre des Affaires Etrangères Markus Ederer a convoqué l'ambassadeur du Vietnam. Mercredi, 2 août, le porte-parole du Foreign Office a déclaré que l'incident était "une violation sans précédent du droit allemand et du droit international". 

En effet, en marge du sommet du G-20 à Hambourg, la délégation vietnamienne, conduite par le premier ministre Nguyen Xuan Thanh, avait affirmé publiquement que Tanh a été arrêté à Hanoï, ce qui est tout simplement impossible.

14 000 vietnamiens à Berlin

Près de 90 000 vietnamiens vivent aujourd'hui en Allemagne, dont 14 000 à Berlin. Une forte communauté est également établie dans les districts de l'est (Lichtenberg, Marzahn-Hellersdorf). Ceux-ci vivent discrètement et redoutent les représailles dûes à la conduite de leur gouvernement.

tiergarten_strasse_17_juni

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 4 juillet 2017

Allemagne : ce sont les plus faibles qui paieront l’ardoise

La précarité des personnes âgées devient un problème majeur dans la société allemande. Les beaux chiffres de l’économie ont un prix – que payent les plus démunis.

Une étude menée par les instituts de recherche sur le monde économique DIW et ZEW tire la sonnette d’alarme. L’Allemagne se dirige vers une précarité des retraités qui menace un nombre croissant de personnes – et cette évolution est le résultat de différentes mesures prises dès les années 90 pour combattre le chômage. Si, à l’époque, ces mesures avaient un certain succès, elles conduisent un retraité sur cinq vers la précarité. Le « modèle allemand », à bien y regarder, n’est pas aussi efficace qu’on ne puisse le penser.

vieux

Dans les années 90, l’Allemagne avait mis en œuvre des mesures visant à réduire le chômage, comme les « mini-jobs » (avec un salaire ne dépassant pas les 400 €, mais faisant « disparaître » les personnes concernées des statistiques du chômage). Après, l’Allemagne a connu « l’agenda 2010 », qui introduisait les « jobs à 1 euro », le tristement célèbre « Hartz IV » (une sorte de RMI) et toutes les personnes qui « bénéficiaient » de ces mesures, sont concernées par cette précarité des personnes âgées.

A partir de 2036, un nombre croissant de personnes concernées arriveront à l‘âge de la retraite – et resteront condamnées à ce minimum de survie qui est le « Hartz IV », pas assez pour vivre, trop pour mourir, loin d’être assez pour mener une vie digne pourtant garantie par l’article 1 de la constitution allemande.

Actuellement, pour les personnes atteignant l’âge de la retraite, le risque de précarité augmente de 16,2% à 20,2% – et cette précarité est définie par les institutions internationales comme suit : « Est menacée de précarité toute personne disposant de moins de 60% du revenu médian de la population ».

Mais que vaut une société qui laisse ses vieux en rade ? Que vaut une société qui accepte qu’un cinquième de ses personnes âgées végètent à l’âge de la retraite sans pouvoir participer encore à la vie de société ? Il faudra absolument revoir cette politique d’exclusion qui touche déjà trop de groupes de la population. Une politique sociale digne de ce nom doit assurer un revenu minimum correct aux personnes âgées – un dossier à revoir rapidement. Et un avertissement à tous ceux qui pensent qu’il faille suivre « l’exemple allemand » – les formidables chiffres présentés depuis des années, ne dévoilent pas toute la vérité… (selon "eurojournalist")

Posté par jl boehler à 00:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 18 mai 2017

Berlin : l'extrême-droite terrorise les militants venant en aide aux réfugiés

500 personnes blessées, dont 41 enfants

neukoelln_27_12_2016La France s'est engagée à accueillir 30.000 réfugiés, l'Allemagne un million. Une grande partie se retrouve à Berlin, ils sont aidés par des militants bénévoles d'associations caritatives. C'est à ceux-là en même temps qu'aux réfugiés que s'en prennent les voyous de l'extrême-droite. 

De nombreuses agressions, d'incendies des centres d'accueil ont changé l'ambiance. Dans la Beusselstrasse Moabit, un jeune homme se cache entre des blocs de béton, dans un passage qui mène à une église, où a été aménagé un centre de consultations médicales. Fares Naem, un Syrien qui a été passé à tabac, s'en est bien sorti. Les bleus sur tout son corps ont disparu, sa lèvre ensanglanté est guérie. Mais le traumatisme reste : "J'essaie de ne pas attirer l'attention, car j'ai peur." Un peu plus loin, trois personnes de Berlin. : une jeune femme blonde militante du SPD, un historien qui a fondé une association d'aide aux étrangers. Un ingénieur électricien originaire de Damas. Ce qui les unit, c'est la crainte des extrémistes de droite. Mais aucun ne se décourage. Le nombre de violences depuis 2015 a augmenté de plus de 80 en 2016.Et tous les cas ne sont pas signalés. Les auteurs de ces agressions sont la plupart du temps des néo-nazis. Souvent, les violences ne sont pas organisées, mais les auteurs ont des idées racistes à l'esprit.

Les preuves font souvent défaut

Malgré l'absence de preuves, les indices de la présence néo-nazie sont nombreux. Less personnes interpelées font partie de groupuscules tels "Forces Libres Neukölln", ou même du NPD et de l'AfD.

Le ton des politiques a changé. Le parti "die Linke" estime que l'augmentation des violences est dûe à la dérive droitière de la société, qui renforce l'extrême-droite. 431 agressions ont aussi eu lieu contre les hommes politiques, dont 141 contre les personnalités du SPD. Tout cela a amené à des manifestations de solidarité pour les victimes des attentats.

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 21 avril 2017

La « Marine Le Pen » allemande jette l’éponge

Frauke Petry subit exactement le sort qu’elle avait réservé au fondateur du parti « AfD » Bernd Lucke – elle s’est faite désavouer. Maintenant, elle déclare prendre sa retraite.

OK_Frauke_Petry_Harald_Bischoff_Wiki_ccbysa30_620x310

Lorsque l’extrême-droite ne sait pas si elle doit adopter des positions d’extrême-droite ou d’ultra-droite, elle a un problème. Et ce genre de problème est généralement l’occasion pour les extrémistes parmi les extrémistes de tenter un « putsch ». Frauke Petry , la chef de l’AfD, avait réussi le sien lorsqu’elle avait éjecté de son parti, le fondateur de l’AfD, Bernd Lucke. Mais sa joie n’était pas de longue durée – maintenant, ce sont les ultra-extrémistes qui ont eu raison d’elle. Dans la course à la nomination pour les élections législatives au mois de septembre, Frauke Petry s’avoue vaincue et ne sera pas candidate, « ni à titre individuel, ni dans une équipe de candidats ». Comment doit-on comprendre cette évolution ?

Frauke Petry, c’était la « Marine Le Pen allemande ». Tristement célèbre pour des propositions comme celle de tirer sur des réfugiés qui tenteraient de franchir clandestinement la frontière allemande, le reste de son parti estimait qu’elle n’était pas assez radicalement à l’extrême-droite. Ce sont les vieux hommes du parti, souvent avec un passé dans le parti NPD, qui prennent maintenant les commandes.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, mais l‘extrême-droite allemande glisse encore davantage vers la droite, se rapprochant ainsi de mouvements comme la « Pegida » qui porte la violence xénophobe dans les rues allemandes. Si Frauke Perty avait récemment essayé d’imiter sa collègue française en tentant de dédiaboliser son parti, cette nouvelle orientation n’était pas du goût des vieux hommes du parti qui eux, défendent des positions ouvertement antisémites, xénophobes et « völkisch », utilisant sciemment une terminologie des nazis, cherchant des votes parmi cette frange de la population qui rêve toujours d’un « Reich » de 1000 ans.

Au niveau électoral, le retrait frustré de Frauke Petry risque d’affaiblir davantage ce parti qui, après un essor fulgurant, commence déjà à s’effriter. Désormais, ce ne seront plus que les électeurs à tendance néo-nazi qui voteront pour l’AfD et les « électeurs de protestation », nombreux, se rabattront certainement sur des partis de la droite bourgeoise.

Dès qu’il faut discuter contenus, l’extrême-droite a un vrai problème. Fort en slogans, l’AfD peine à présenter un programme politique digne de ce nom – mais pour les électeurs, il ne suffit plus d’être simplement contre tout. L’AfD, c’est le parti qui est contre le monde politique, contre les étrangers, contre les médias, contre l’Europe, mais comme dans d’autres pays, ces extrémistes n’ont aucune idée comment diriger un pays.

Après le mauvais score de l’ami néerlandais de Frauke Petry, Geerd Wilders, et après le mauvais score aux élections régionales en Sarre, l’AfD a perdu sa dynamique. C’est rassurant que ce parti s’auto-dévore, car les électeurs n’apprécient pas ce genre de manque d’orientation politique. Maintenant que les vieux qui rêvent d’un 4e Reich prennent les commandes, l’AfD s’auto-disqualifie aux yeux des électeurs et ceci est donc une bonne nouvelle. Il faut croire que sur l’échiquier politique en Allemagne, il n’y a pas vraiment de la place pour des formations qui défendent des idées proche des néonazis. Tant mieux ! (selon "Eurojournalist")

Posté par jl boehler à 02:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,