vendredi 24 mai 2019

Molsheim : le député LREM Michels chahuté

Les gilets jaunes arrivent à la réunion publique.

molsheim_le_depute_lrem_thierry_michels_face_aux_gilets_jaunes_1558470893

Qui redoute les réunions politiques par trop consensuelles aurait dû venir mardi soir à la Monnaie à Molsheim. Dans la salle de part et d’autre de l’allée centrale une toute petite vingtaine de sympathisants de la liste Renaissance, de l’autre une trentaine de Gilets jaunes. Au milieu, le député Thierry Michels. Après des débuts quelque peu anarchiques faits de vives apostrophes et distributions de photos de blessés des manifs, le dialogue s’installe peu à peu. Grâce notamment aux talents de diplomate de Guy Salomon, responsable du Modem, ancien candidat aux législatives et GO du soir.

PAC et travailleurs détachés

Après un bref exposé des grandes lignes du programme le jeu des questions-réponses permet aux Gilets jaunes et aux autres participants de discuter parfois de sujets de fond européens, comme de la directive travailleurs détachés qui devrait permettre en 2020 de freiner le dumping social en Europe. « Mais pour que ça marche il faudrait que les 28 soient d’accord », lance un Gilet jaune « Mais cette directive, elle a été approuvée par les 28 Etats membres et elle va s’appliquer », répond le député qui fait face à des moues dubitatives. Une jeune femme lance le député sur l’élargissement des programmes Erasmus aux apprentis. Un peu de miel pour l’élu, mais le répit ne dure pas. Un Gilet jaune explique qu’il risque de perdre « son emploi à la sucrerie d’Erstein […] parce que vous avez ouvert les quotas ». Le député riposte sur la PAC qui protège les agriculteurs français. « Alors pourquoi ils se suicident », poursuit un GJ ? « Oui il faut que l’on sorte d’un modèle tout productiviste », plaide le Thierry Michels. Une personne se lance alors dans une diatribe anti européenne, acclamée par les GJ. « Bon on va prendre les deux dernières questions », coupe Guy Salomon.

Il est 21 h, dernier échange. Thierry Michels tente de conclure en disant sa foi en une « Europe plus solidaire, plus innovante et plus souveraine ». Les GJ jaunes répondent par de sonores « Macron démission ». Chacun son credo. La messe est dite.(DNA du 23/05, édition de Molsheim). 

Résultat de cette réunion : match nul. L'Europe solidaire, innovante et souveraine, personne n'y croit, pas plus qu'en une démission de Macron.

Posté par jl boehler à 00:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 21 mai 2019

Ségolène Royal n'appelle pas à voter LREM

11271861

Pas question de prendre le risque de briser son image d’icône de la gauche. Ségolène Royal ne prendra finalement pas la parole pour donner une consigne de vote avant les élections européennes ce dimanche. L’ancienne ministre de l’Ecologie assure avoir refusé toutes les propositions d’émissions et interviews à ce sujet et répète à qui veut l’entendre qu’elle ne compte pas divulguer pour qui elle vote dans l’isoloir.

Posté par jl boehler à 18:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 14 avril 2019

La campagne des élections européennes commence

Une réunion à Sélestat

europ_ennes

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 16 mars 2019

Parité homme-femme en politique

La Guadeloupe est "le modèle", selon l'Insee.

guadeloupeLa Guadeloupe est "un modèle de parité" homme-femme en politique, note l'INSEE dans une étude parue vendredi, soulignant que "la féminisation des élus y est plus élevée qu'au niveau national".

"Le modèle matrifocal antillais, qui place les femmes au centre de la structure familiale, semble gagner la vie publique. Ceci participe à l’amélioration de la représentation des femmes en politique", estime l'Insee, dans cette étude parue pour la journée de la femme.  
Dans les conseils municipaux, "la parité est quasiment atteinte", souligne l'institut. Dans les 32 communes guadeloupéennes, qui doivent appliquer la parité au sein de leurs conseils municipaux puisqu'elles comptent toutes plus de 1.000 habitants, "on compte 95 femmes pour 100 hommes dans lesdits conseils. Les autres régions françaises affichent entre 82 et 92 conseillères pour 100 conseillers municipaux". 
Par ailleurs, avec, "huit des 32 maires" qui sont des femmes, la Guadeloupe "reste la plus paritaire de France, devant le Centre-Val de Loire et l’Île-de-France qui comptent 20 % de femmes maires", ajoute l'Insee. 
De même, dans les six intercommunalités guadeloupéennes, "où aucune loi n’impose de manière directe la parité, il y a 44% de conseillères communautaires, ce qui est comparable aux autres DOM et bien supérieur au niveau national (31 %)". 
Au 1er mars 2019, "deux des six intercommunalités sont présidées par des femmes, qui représentent également 30 % des vices-présidents. Cette situation reste plus paritaire que dans le reste de la France où seulement 8 % des intercommunalités sont dirigées par des femmes". 
La parité est également respectée au niveau de l’exécutif, puisque le conseil régional de Guadeloupe est présidé par un homme, tandis que le conseil départemental l’est par une femme. Les vice-présidences des deux conseils sont occupées pour moitié par des femmes.  
Enfin, les femmes guadeloupéennes occupent aussi "la moitié" des quatre sièges guadeloupéens à l’Assemblée nationale et "un des trois sièges au Sénat". 
"Au niveau national, avec 39 % de députées et 32 % de sénatrices, la parité est encore loin d’être atteinte même si elle progresse", note l'Insee.

Posté par jl boehler à 01:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 20 novembre 2018

Les "gilets jaunes" de Belgique créent un mouvement politique en vue des prochaines élections

Les "gilets jaunes" vont créer un mouvement politique afin de porter la voix des citoyens lors des prochaines élections fédérales, a annoncé dimanche après-midi Claude Gilles, porte-parole de l'action citoyenne menée devant le dépôt de Proxifuel à Wierde (Namur). Après quatre jours d'actions à plusieurs endroits en Wallonie, les manifestants ont décidé d'aller plus loin dans leur démarche. Leurs différents représentants se sont entendus pour créer un mouvement politique qui portera le nom de Mouvement Citoyen Belge. Celui-ci prendra part aux prochaines élections. Et pourquoi pas une liste "gilets jaunes" aux européennes en France ? Succès garanti ...

belgiquePendant ce temps à la Réunion : aéroport bloqué par des manifestants, qui ont mis le feu à des palettes. La nuit de dimanche à lundi a encore été brûlante au Tampon (commerces pillés, voitures incendiées). Et pourtant c'est l'été là-bas...

r_union2

r_union3

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 5 mai 2018

Macron l'a dit avec des fraises

Où est le caractère légal de la dépense ?

fraises3

Emmanuel Macron carbure-t-il aux fraises Tagada ? Les citoyens sont en droit de se poser la question, après l’apparition dans le dossier des comptes de la dernière campagne des présidentielles 2017 d’une étrange facture : l’achat de 17,8 kg de ces fameux bonbons pour un montant de 102,80 euros.

Les sucreries ont été achetées le 1er mars 2017 par le député La République en Marche (LREM) Mickaël Nogal, comme l’indique une facture publiée mercredi 2 mai par La Dépêche du Midi. L’élu s’est fourni dans la boutique Haribo de Nailloux, au sud de Toulouse (Haute-Garonne).

fraises4

Contacté par le quotidien occitan, Mickaël Nogal a précisé que ces fraises « n’étaient pas destinées au futur président de la République », ni même aux « marcheurs » mais aux citoyens toulousains. Elles devaient être distribuées à l’occasion d’une opération de tractage dans les rues de la Ville rose. Une manière habile de faire passer un message politique auprès des gourmands.

« À l’occasion de la journée du droit des femmes du 8 mars, nous présentions aux Toulousains les propositions d’Emmanuel Macron sur ce sujet, explique le député. Nous avions distribué des flyers pour la venue de Marlène Schiappa (actuelle secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, NDLR), et les militants avaient eu comme idée de les accompagner de petits sachets de fraises Tagada ».

kirsch

La dépense a en tout cas été jugée quelque peu inappropriée par l’instance responsable du contrôle des comptes de campagne. « Veuillez fournir des éléments démontrant le caractère électoral de cette dépense », a demandé la Commission nationale des comptes de campagnes et des financements politiques (CNCCFP) à l’équipe électorale d’Emmanuel Macron.

Si cette dernière ne parvient pas à produire ces justificatifs, il leur faudra payer toutes ces fraises Tagada de leur poche.

Et si le candidat Macron était venu dans le Val de Villé ? Combien de litres de kirsch ou de whisky aurait-il acheté pour les distribuer sous forme d'échantillon avec une invitation à un grand meeting au Saint-Gilles ou dans la salle festive de Villé ? Evidemment il aurait pris la dépense sur ses deniers personnels et non sur les impôts du contribuable. Les référents d'En Marche du Val de Villé, que tout le monde connaît, s'en seraient portés garants.

fraises5

Posté par jl boehler à 01:13 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 26 septembre 2017

Elections au Bundestag

Salomon, Oberbürgermeister de Fribourg : "La Jamaïka  n'est pas facile pour les Verts"

bund

 

Après les élections au Bundestag, qui a certes vu la victoire de la CDU d'Angela Merkel, on parle de plus en plus d'une coalition gouvernementale CDU - FDP - Verts, le SPD ayant déjà annoncé son retour dans l'opposition. "Ce serait quelque chose de nouveau", estime Dieter Salomon. Mais il reste sceptique : les négociations seront difficiles. A Fribourg, les Verts étaient en tête devant la CDU. Mais pour l'Allemagne, l'arrivée au Bundestag de l'extrême-droite est une catastrophe.

Posté par jl boehler à 00:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 16 juin 2017

La RN 59 évoquée au débat Herth - Simler des DNA

Match nul entre deux candidats nuls !

rn59

Antoine Herth et Gérard Simler, deux candidats qui ont déjà beaucoup "fait" pour la RN 59 ? Soyons clairs pour chacun d'eux :

Gérard Simler

Autrefois conseiller général du Bas-Rhin : alors que la RN 59 était inscrite au contrat de plan Etat - Région 2000 - 2006 (de l'autoroute A-35 à Lièpvre), suite aux rencontres de l'association RN 59 Sécurité avec le cabinet du ministre des transports Jean-Claude Gayssot, Gérard Simler a voté le transfert de fonds de la déviation prévue vers Mertzwiller et le tunnel de Schirmeck ! Il est donc co-responsable de la non-réalisation de cette route dès le 4 décembre 2003 !

Quant à cette voie "plus humaine" est-ce celle où l'on compte le nombre de victimes, ou celle où l'on compte les papillons écrasés sur les pare-brise ? Et cette voie pour laquelle, en habitant d'un petit village du Ried tout comme  son concurrent, il se réfère à la liaison avec la proche Allemagne, connaît-il le no man's land des zones industrielles de nos vallées, comme le Danielsrain ou Maisonsgoutte ? Pire ! il y a contribué.

Antoine Herth

Des travaux avant la fin de l'année ? Il se moque de qui ? Rien n'est prêt, pas même l'expropriation des terrains impactés, et ceci malgré le forcing de la DREAL pour amadouer les propriétaires concernés, après une vague enquête publique bâclée qui regroupait des plans très peu précis !

Et pour quelle route ? Une 2x2 voies pour le contournement de Châtenois tel que prévu à la D.U.P. (déclaration d'utilité publique) signée par le préfet ? ou une 2x1 voie ridicule qui ne régle aucun problème de bouchon à Châtenois et oublie le tronçon accidentogène Lièpvre - Val de Villé ?

Enfin, notre député sortant évoque l'attitude des présidents départementaux Bierry et Straumann, oubliant de préciser que ces deux-là avaient voté contre le contrat de plan 2014 - 2020 qui comprenait le contournement de Châtenois.

* A rappeler aussi : RN 59 : les exploits du député Herth ! et Antoine Herth connaît le GPS

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 12 juin 2017

Elections législatives

5ème circonscription du Bas-Rhin (Sélestat - Erstein - Villé)

ci_67105_3_34_resultat_complet_5e_circonscription_67_1_4_3106603

Il fallait s'y attendre. Le candidat LR Herth, macrocompatible, arrive en tête face à un ancien conseiller général de droite UDI. Le FN est éliminé, mais uniquement du fait du faible taux de participation. Quant à Caroline Herth, aux étiquettes changeantes, elle paie sa valse hésitation, se trompant en plus d'élection, confondant notamment élection législative et élection municipale de Sélestat. La gauche représente 19,76 % des voix. Unie, elle aurait été présente au deuxième tour.

Dans un combat droite -  droite, je ne choisirai pas.

Posté par jl boehler à 09:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 9 juin 2017

Les pas de l'oie de Caroline

Vous avez dit "rebondissement", quel rebondissement ?

tournesol

Décidément Caroline Reys aime les feuilletons amusants plutôt qu'un programme sérieux pour sa circonscription.  

S'étant vue refuser le soutien des sections PS de sa circonscription pour avoir "flirté" avec "En Marche", la voilà qui s'adresse au PS national en jouant sur les mots, pour obtenir le soutien tant convoîté. Selon le courrier de retour, elle se serait fait passer pour une adhérente de EELV qu'elle n'est pas. Et partout elle se revendique "sans étiquette". D'ailleurs ne confond-elle pas le "slow-up" associatif de la route du vin du 4 juin avec la politique politicienne hésitante et vacillante qu'elle mène ? Attention à ne pas tomber, chère Caroline ! ni en vélo ni en politique !

Mercredi midi, je reçois un mail d'un aubergiste du centre-ville : Caroline, de passage au marché de Villé, laisse à mon intention un courrier :  une copie d'une lettre qu'elle détient du PS national. Première question que je me pose : veut-elle contribuer au démantèlement du service public dans la vallée en instaurant de nouvelles filières privées pour la distribution du courrier ? ou voulait-elle m'inviter pour l'apéritif ?

Mais, quelle n'est pas ma surprise lorsque je découvre le contenu : un courrier du PS national du 9 mai lui affirmant le soutien du PS,  soutien qui lui a été retiré de fait le 13 mai, jour où sa promenade de santé avec les marcheurs macroniens a été connue. 

Quant à sa page facebook avec EELV, qu'en dire ? sinon que Caroline n'a de vert que le haut de son survêtement ? Et ses documents officiels (absence sur les uns du "poing et la rose" et sa présence sur les autres) ne sont là que pour convaincre l'électeur "des pas de l'oie" de cette originale candidate. Bref, j'ai bien souri à voir cette "fausse preuve" de soutien du PS, qu'elle a été la seule à prendre encore au sérieux. Pour berner l'électeur ?

PSC

Lettre du PS national du 9 mai !

docofficiel2Lettre d'En Marche du 10 mai !

docofficiel

Un coup sans le PS ...

docofficiel1

... et un coup avec le PS !

La position très claire du PS national

logo_custom_ps_social__2_

« 5ème circonscription : position claire du PS national »

En réponse à la prise de position de Patricia Gueguen, Secrétaire régionale d’EELV, soutenant l’utilisation usurpée du logo du Parti socialiste sur les affiches et bulletins de vote de Caroline Reys, candidate non investie par le Parti socialiste, le siège national du Parti socialiste a souhaité clarifié la situation :

«Les directions du PS et d'EELV ont passé un accord national qui concernait notamment cette circonscription. Le PS s'engageait ainsi à soutenir le candidat investi par EELV. Présentée par EELV, Caroline Reys avait donc, conformément à l'accord entre nos deux formations, reçu un courrier du Secrétaire National aux élections lui confirmant notre soutien et la possibilité d'utiliser les logos du parti. C'est sur la base de ce courrier qu'elle a utilisé ceux-ci sur sa propagande électorale.

Malgré cet accord,  Caroline Reys a ensuite essayé d'obtenir l'investiture En Marche, trahissant de fait la stratégie nationale d'alliance entre EELV et le PS et perdant ainsi la confiance des militants socialistes locaux.

La Fédération PS du Bas-Rhin a donc considéré lors de son Bureau Fédéral du 13 mai que Caroline Reys ne pouvait plus se prévaloir du soutien du Parti.

Cette dernière en a pris acte et s'est d'ailleurs elle-même décrite comme "sans-étiquette" dans la presse locale.

Informée de cette nouvelle situation, c'est donc en toute logique que la direction nationale a confirmé la décision de la Fédération PS du Bas Rhin. Le nom de Caroline Reys n'apparaît plus sur la liste des candidats soutenus par le Parti socialiste. »

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,