mercredi 22 mars 2017

La spécificité de l’école en montagne

Sur le site de l'ANEM (association nationale des élus de montagne) 

ecole2

L’école est un service public essentiel en montagne et stratégique pour son avenir. C’est pourquoi, l’ANEM revendique la préservation du maillage actuel du service public de l’éducation et le maintien du taux d’encadrement par élève des écoles et collèges en zone de montagne, ainsi que les moyens affectés au suivi des enfants en difficulté et au remplacement des enseignants.

Sa présence, vitale pour le développement local et l’aménagement du territoire, détermine le choix d’une famille de s’établir dans une commune. Disposer d’une école vivante, c’est une perspective d’avenir et l’assurance d’une population jeune contribuant à l’économie locale. En tant que « fixateur de population », l’école rurale est un rempart contre la désertification de ces territoires.

L’ANEM plaide l’application de seuils d’ouverture (ou de réouverture) de classes adaptés aux réalités rurales et montagnardes, notamment à travers la prise en considération des évolutions démographiques, à moyen terme, qui traduisent un regain d’intérêt pour la ruralité.

Les élus de la montagne considèrent que les caractéristiques marquées de leurs territoires telles que le relief et le climat influencent directement l’accès à l’école par les enfants et justifient une approche particulière du transport scolaire, notamment en termes de sécurité, mais aussi en privilégiant la durée sur la longueur des trajets. La santé des enfants impose que le temps du transport scolaire quotidien ne dépasse pas certaines limites.

Le combat des élus en faveur du maintien du service public de l’éducation se traduit par l’adoption de motions, par des rencontres avec le ministre de l’Éducation nationale et par la défense, auprès des pouvoirs publics, des écoles de montagne, trop souvent menacées de fermeture.

L'Education Nationale a reconnu cette spécificité

Au lendemain de la publication de la circulaire relative à la rentrée scolaire 2017, Marie-Noëlle BATTISTEL, députée de l’Isère, et Annie GENEVARD, députée du Doubs, respectivement Présidente et Secrétaire générale de l’ANEM se félicitent de la prise en compte, par l’éducation nationale, de la spécificité de l’école de montagne.

Une circulaire, publiée au Bulletin officiel du 9 mars 2017, détaille les priorités de la rentrée 2017-2018 notamment sur l’école primaire et la mise en oeuvre de la carte scolaire. Cette instruction ministérielle fait référence à l’article 15 de la loi du 28 décembre 2016 de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne qui est désormais codifié dans la partie législative du code de l’éducation.

anem

Posté par jl boehler à 00:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 5 mars 2017

Réunion à propos du bilinguisme à l'école

En Alsace, zone frontalière, le bilinguisme intéresse tout le monde.

college

college1

Posté par jl boehler à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 2 août 2016

Le chemin des écoliers des "Pommiers" de Villé

Dixième anniversaire de la commercialisation

Voilà 10 ans que le lotissement communal des "Pommiers", comprenant la rue des pommiers, la rue des cerisiers et le haut  de la rue de Breitenau était lancé. De nombreux couples jeunes, avec des enfants scolarisés, habitent maintenant ce quartier. Une piste piétonne devait permettre aux écoliers de rejoindre leur établissement scolaire sans emprunter la route de Breitenau, qui représente un danger du fait de la circulation et un rallongement du trajet à parcourir. Mais cette piste tant vantée aux acheteurs de parcelles dans ce quartier n'existe toujours pas, ou reste à l'état embryonnaire. Autrement dit, rien n'a été fait par la municipalité. Les photos ci-dessous le prouvent.

Incitation à l'école buissonnière ?

 Et il est sûr que dans un mois, pour la rentrée scolaire de septembre 2016, l'état de la piste n'aura pas changé. Au point qu'on peut se demander si les enfants de ce quartier verront leur rentrée différée et bénéficieront de vacances supplémentaires. A moins que nos élus souhaitent encourager ces élèves à faire l'école buissonnière ?

pommiers2_008Départ du sentier près du transformateur de la rue des cerisiers

pommiers2_002Descente un peu raide et glissante par temps de pluie

pommiers2_003De l'utilité de machettes !

pommiers2_007Jonction vers la rue des pommiers

pommiers2_001Arrivée au bas de la pente ! Deux gros cailloux pour arrêter les glissades à 10 mètres du sentier multi-activités et pour éviter le passage de véhicules.

Ce chemin, sous lequel des travaux archéologiques ont permis de découvrir en 2005 des milliers de bouteilles vides de vin d'Algérie, sera-t-il classé "monument historique" avant même sa réalisation ?

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 6 juillet 2016

A Offenbourg, les parents réclament la gratuité des transports scolaires

C'est le monde à l'envers !

ortenau

Alors que le conseil départemental du Bas-Rhin, pour la première fois, fait payer les transports scolaires, les "Elterninitiative" (associations de parents d'élèves) de Offenbourg exigent des transports scolaires gratuits. Une initiative allemande concernant les droits des parents a été portée devant le tribunal administratif de Sigmaringen. 

Pourtant le "Kreis Ortenau" ne semble pas avoir l'intention de renoncer au paiement par les parents. Pour les élèves d'écoles primaires, le coût du transport varie entre 39,50 € et 69,50 € (moins que ce que prévoit le conseil départemental 67). Oui, mais voilà : de nombreux Länder tels la Bavière, la Rhénanie-Palatinat, la Hesse et la Basse-Saxe pratiquent déjà la gratuité, contrrairement au Bade-Würtemberg. Les experts juridiques qui défendent cette initiative se basent sur un article de la Constitution de l'Etat allemand : "L'école doit être débarrassée de toutes les barrières économiques et sociales."

Le tribunal a rendu un jugement négatif en ce  qui concerne les écoles secondaires. Pour les écoles primaires, on reste dans l'attente. 

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 5 juillet 2016

Fin de la gratuité des transports scolaires

La loi sur la gratuité de l'école mise à mal !

bus

Le conseil départemental du Bas-Rhin a décidé de rendre payants les transports scolaires pour les collégiens, comme c'est déjà le cas pour les lycéens. Il en coûtera 90 € par collégien, 135 € par lycéen, avec une gratuité pour le troisième enfant d'une même fratrie. Par ailleurs, le ticket de transport interurbain du réseau 67 passerait au 1er septembre à 2,50€ au lieu de 2€.

Voilà qui met fin à la loi "Jules Ferry" du 16 juin 1881 qui rendait l'école laïque, obligatoire et gratuite. La scolarisation étant obligatoire jusqu'à 16 ans, il était donc normal que le transport des collégiens et des lycéens de moins de 16 ans reste gratuit !

On se demande où nos élus départementaux ont la tête, surtout que les transports scolaires et interurbains doivent être transférés a la Région prochainement. Et comme par hasard, le président LR Bierry invoque le refrain du faux problème du désengagement de l'Etat que reprendra bientôt le non moins LR Philippe Richert...

Une fois de plus, la période estivale est celle de tous les coups fourrés contre la population.

Posté par jl boehler à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 22 juin 2015

Pays de Bade : des écoles pour les enfants de réfugiés

106472100_w_479

Alors que nos dirigeants résument trop souvent le problème des migrants à Vintimille et Calais, et à détruire quelques camps de Roms, au nom du slogan "France, terre d'accueil" nos voisins du Pays de Bade aménagent des logements, et surtout font l'effort de créer des écoles pour les enfants de ces migrants. Le Land Bade-Würtemberg a déjà créé 1100 classes dans le but d'intégrer ces élèves, qui ne connaissent souvent pas un mot d'allemand. Ces classes sont gérées avec une certaine flexibilité nécessaire au vu des origines très diverses des réfugiés. D'où un gros problème à résoudre : la formation des enseignants.

L'école n'est pas seulement une obligation, mais aussi un droit

Le nombre des réfugiés augmente rapidement, et plus encore celui des enfants en âge d'aller à l'école. Cette année, le gouvernement du Land compte avec l'arrivée de 52000 migrants, dont un tiers d'enfants à scolariser, soit, selon le ministre de l'éducation Andreas Stoch (SPD) un doublement des effectifs.

L'obligation de scolarisation débute, selon la loi allemande, au plus tard six mois après l'arrivée des familles, sans qu'il ne soit fait une différenciation sur les origines ou sur les situations administratives. D'où la nécessité de scolariser aussi les enfants de l'ex-Yougoslavie menacés de reconduction dans leur pays. Le droit à l'inscription dans une école est quasi-immédiat.

16000 élèves du Land nécessitent des classes spéciales

La plupart des enfants de réfugiés viennent des Balkans, de Gambie et de Syrie, un autre tiers provenant de l'Afrique de l'Ouest (surtout  du Nigeria), d'Algérie, d'Irak, du Pakistan, d'Afghanistan et d'Erythrée. Non seulement ils ne parlent jamais l'allemand, mais sont aussi très souvent analphabètes et n'ont jamais vu d'école. L'administration scolaire du Land a déjà aménagé 780 classes dans les écoles primaires, et 800 classes de formations professionnelles.

Nécessité de recruter des enseignants et d'assurer leur formation

De nombreux enseignants d'écoles allemandes traditionnelles sont recrutés et formés notamment au niveau des langues. "Nous voulons donner à ces enfants les meilleures chances de repartir dans la vie" promet Stoch.

Posté par jl boehler à 00:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 29 mai 2015

On verra !

ecole_maternelle_bouton_fermeture_classe

Héroïque la dernière réunion du conseil municipal ! Et d'une clarté éblouissante en ce qui concerne la fermeture d'une classe à l'école maternelle annoncée depuis plus d'un mois. Si je dis héroïque c'est en référence au combat mené par la municipalité pour obtenir le maintien de la classe !

Après un tango vacillant début avril (l'adjointe aux écoles annonçant le problème résolu, contrairement aux annonces de la presse), on a droit à des explications pleines d'incohérences de l'adjointe-conseillère départementale.

Si le nombre d'élèves est insuffisant au 1er janvier, comment pourrait-il devenir suffisant au mois de juin ? Les parcelles du lotissement Pommiers II seraient-elles tout d'un coup vendues ? ou la cigogne villoise, d'une espèce rare, apporterait-elle plusieurs enfants de 2 ou 3 ans sous forme de dérogations ? ce qui déplacerait les fermetures de classe vers des villages voisins ?

Et les parents devront-ils attendre la rentrée scolaire pour connaître le sort réservé à leurs enfants ? Et qu'en est-il des postes d'enseignant et d'ATSEM ? Et la parole historique du maire de Villé "On verra !" suffira-t-elle pour maintenir la troisième classe ?

attenteDNA du 28/05/2015

  • Selon la même édition des DNA, à Artolsheim et Kertzfeld la mobilisation bat son plein pour le maintien des classes... CQFD.

Posté par jl boehler à 00:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 9 avril 2015

Pour les élus de Villé, l'école ne compte pas

54927765_p

Décidément Villé reste "maillot jaune du monde à l'envers". Ainsi, ce magnifique conseil municipal de mardi soir n'a même pas abordé l'affaire d'une suppression de classe à l'école maternelle communale ! Sujet grave pourtant.

Du côté de la mairie a-t-on évalué l'impact négatif de cette mesure ? Dégradation de la vie scolaire, surcharge des classes restantes, suppression d'un poste d'enseignant et un autre d'ATSEM ? Pourtant la mesure était connue ! Les enquêtes du Comité Technique Départemental auprès des directeurs d'école et des mairies ont commencé en début d'année ! Et si une décision a été prise mardi matin et communiquée le soir-même à la presse, les éléments étaient établis et communiqués depuis longtemps !

DNA_de_ce_jour

Alors pourquoi ne pas avoir bougé ? pourquoi ne pas avoir informé les parents et la population ? Quels sont les motifs de cette suppression de classe ? Le maire s'est-il seulement tenu informé ? Ou pire, pourquoi a-t-il voulu délibérément le cacher ? Et n'est-il pas trop tard pour réagir ?

Espère-t-il récupérer une salle supplémentaire pour les soirées festives, ou envisage-t-il une salle servant de dépôt pour le matériel du futur "Noël à Villé". A noter au passage, que la CPAM va fermer définitivement sa permanence à la maison des services publics du bourg-centre, et que lors d'une réunion publique de la candidate conseillère départementale élue, celle-ci m'a répondu que "c'est faux" n'attendant même pas la fin de ma question. Voilà le résultat ! Encore un local qui peut servir pour des festivités et des réunions. A Villé, c'est ça le service public !

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 16 décembre 2014

Val d'Argent : contre l'exode rural

Les associations de parents d'élèves du Val d'Argent communiquent :

Rendez vous mardi 16 décembre à 17h30 parking cuisines SCHMIDT LIEPVRE, nous sommes TOUS concernés.

Venez avec parents, amis, grand parents, cousins.... Mobilisez vous en nombre.

Venez avec une valise ou un sac à dos , une lampe de poche ou une lanterne et préparons nous à l'exode...

ob_57df0b_ex10806348_10205284052839421_836558180

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 2 septembre 2014

A Villé aussi, on modifie les rythmes scolaires !

courrier_594x862Cela suffira-t-il pour que les élèves ne fassent pas l'école buissonnière au marché ?

Posté par jl boehler à 23:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,