mercredi 20 juin 2018

Le PLUi et les bâtiments en friches

Le plus bel exemple : les FTV !

FTV1Dans le PADD (projet d'aménagement et de développement durable), accompagnant le PLUi, nos élus ont ciblé les friches à traiter en priorité. Ils ne peuvent pas le renier !

FTVComme on peut le lire, sont surtout concernés les maires de Villé et de Steige, les deux vice-présidents de la comcom, celui de Steige étant même président de la commission "industrie". Mais intéressons-nous surtout aux anciennes Filatures & Tissages de Villé (FTV), à l'abandon depuis 2002 dans des conditions assez douteuses.

ftv5

Les derniers 28 salariés de l'entreprise SATIG (qui avait remplacé les FTV) ont été licenciés avec effet du 31 mars 2002 ! Le directeur avait pris comme argument les évènements du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis qui auraient entraîné une chute des ventes à l'exportation vers les Etats-Unis ! L'usine FTV devenait ainsi définitivement une friche, et en est encore une aujourd'hui ! Pourtant des solutions de reprise d'activité avaient été proposées. Mais il semble qu'elles n'aient intéressé ni les responsables économiques ni les politiques, malgré les démarches entreprises jusqu'au ministère de l'industrie. Pourtant plusieurs entreprises étaient intéressées dès 2001, telles  la société ZARKA.

Zarka

Zarka1

Zarka2

Zarka3

Un peu plus tard, une entreprise de traitement de matières plastiques, avec 20 créations d'emplois à la clé, nous échappait à son tour. Question sans réponse : La comcom, qui a la compétence "artisanat et industrie" a-t-elle seulement été informée par le maire de Villé de ces dossiers ?

Une dépollution ratée !

J'étais intervenu à l'époque auprès du ministre de l'Industrie Christian Pierret qui m'avait donné des indications pour régler le problème de la friche FTV.

pierret1

pierret2

pierret3

En tant que président de la commission Industrie de la municipalité, j'ai appelé à la visite de friches reconverties et à la rencontre d'élus ayant obtenu des résultats dans ce domaine. L'une des plus belles réussites que nous avons pu visiter a été à Fraize où la friche textile a laissé la place à une usine de fabrication de meubles. Le député-maire Claude Jacquot, vers lequel nous avait orienté le ministre de l'industrie Christian Pierret, a même expliqué dans le détail le processus administratif permettant la dépollution du site et la revente sans aucune casse financière pour la commune. Mais à Villé, des blocages divers sont intervenus.

La procédure était pourtant simple :

- prise en charge par la collectivité de la dépollution dans le cadre du Contrat de Plan Etat/Région 2007 - 2013, comme l'avait d'ailleurs souhaité à l'unanimité le conseil municipal de Villé, en date du 25 avril 2006. Il fallait obtenir l'inscription du chantier. Au niveau de l'Etat l'affaire semblait acquise, il n'en était hélas pas de même du côté de la Région. Où le courage politique a-t-il manqué ? Je laisse chacun juge. Voici mon intervention au conseil municipal à ce sujet : 

"L'Etat et le Conseil Régional viennent de mettre en place les premières directives concernant le prochain Contrat de Plan Etat/Région (devenu maintenant le Contrat de Projet) pour la durée 2007 - 2013 ! Ce contrat sera finalisé dans le premier trimestre 2007, mais s'élabore dès maintenant ! Dans le Contrat de Plan 2000 - 2006, le Val de Villé a brillé par son absence, alors que la vallée voisine de Ste-Marie-aux-Mines obtenait son "parc minier". Les documents d'élaboration proposent : des actions d'accompagnement des mutations économiques dans les bassins d'activités lourdement affectés, des actions de rénovation urbaine et de développement dans les massifs de montagne. Comme en Lorraine, il est temps dans ce cadre d'obtenir de l'Etat et de la Région l'inscription de l'achat, de la dépollution de la friche des FTV (Filatures et Textiles de Villé) et de sa réaffectation ! Avec une prise en charge de 50 % par l'Etat et 50 % par la Région, qu'attendons-nous ? Et pourquoi n'interpellerions-nous pas les principaux acteurs du contrat de plan (Adrien Zeller et Philippe Richert) qui viennent à Villé le 13 mai prochain pour l'inauguration du sentier multiactivités ? Je demande au conseil municipal de donner son accord pour défendre ce dossier en commission de la communauté des communes."

Le courage politique du maire ne l'avait pas poussé à inscrire cette intervention au PV du conseil ! Les FTV sont toujours en friche ! Dont acte.

Belle réussite, Monsieur le Maire ? Et une crédibilité bien entamée pour un acteur important du PLUi ? Quant aux spéculateurs sur les friches industrielles, va-t-on leur laisser la main encore longtemps ? Actuellement, les FTV en friches sont la propriété de la Sélestadienne de Participations, sise au 36 route de Colmar à Sélestat, une holding dirigée par Mme Deborah Simon-Bigart.

SB

Pour rappel, la friche devient propriété de la "La Sélestadienne de Participations", le 23 octobre 2003. L'actionnaire principal est alors Madame Alice Bigart (Sélestat), les autres actionnaires étant Mr. Philippe Baly (Schirmeck), Mr. Jean-Paul Jost (Lalaye), Mme Claude Preiss (Colmar). L'administrateur est Mr. Jacques Simon-Bigart (fils de Mme Alice Bigart). Cette société est spécialisée dans le rachat des friches industrielles et la gestion de biens immobiliers à travers toute l'Alsace, et souvent on parle de Jacques Simon-Bigart comme du "Bernard Tapie alsacien".

La Sélestadienne de Participations avait deux projets : un projet de réfection industrielle  des anciennes F.T.V. et un projet hôtelier envisagé par un autre actionnaire que la SA Sélestadienne, dont Mr. Simon-Bigart refuse de donner le nom. Le projet industriel comprend : la remise en état des anciens locaux et location à des artisans par lots. Construction de bureaux. Quant au projet hôtelier, il se compose d'un centre touristique "populaire au niveau du prix", 15 chambres "3 étoiles", 90 chambres (50 studios et 40 pièces/cuisine). Construction d'une salle des fêtes et d'une maison pour le troisième âge, et un centre commercial (magasin de souvenirs, MacDonald, etc...). Une vraie gestion à l'américaine... restée vaine ! Trop pharaonique pour être vrai.

La commune aurait dû s'engager sur les points suivants : vente d'un terrain  communal à cette société (entre la caserne des pompiers et l'usine), modification du P.O.S. pour la partie hôtelière, déplacement du Giessen, chemin à aménager entre les FTV et l'aire de loisirs de la Comcom, aménagement d'un giratoire à l'entrée des FTV à la hauteur des routes de Breitenau et de Bassemberg. Rien que ça ! Voilà qui ne sera réalisé ni dans le cadre du POS, ni très certainement du prochain PLUi. Le côté pharaonique laissait la place à un côté plus spéculatif.

Alors, la dépollution du site ? ça reste tout aussi hypothétique.

ftv3

Bientôt : PLUi, où passent les pistes cyclables des fonds de vallée ?

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 17 juin 2018

Marche des lécheurs de plats

Deuxième édition !

plattaschlacker

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 16 juin 2018

S.O.S. école !

Dans le Ried les municipalités se battent pour leur école, celle de Villé pour une nouvelle fleur.

scolaire

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 6 juin 2018

PLUi : pas forcément le beau temps !

Le PLUi pour la vallée de Villé a été décidé à la comcom dès 2015. Intention louable ! Oui, la méthode est définie, mais... au service de quelle politique ? La réponse est là beaucoup plus floue.

PLUi9A noter que le POS de Villé, comme bien d'autres de la vallée (7 très exactement), sera caduc en 2020 ! Alors, la commune aurait intérêt à intégrer tout son zonage dans le PLUi ! et pas seulement les deux sites évoqués en  exclusivité au conseil municipal (Schmissberg, entrée est de Villé) ! Ce travail de fond, à 18 ou 20 mois de l'échéance est-il entrepris ? On peut en douter ! Il ne semble même pas envisagé  dans le bourg-centre.

petr

S'il est fait une rapide référence au SCoT du Centre-Alsace, approuvé depuis 2013, aucune allusion cependant au Schéma Interrégional du Massif Vosgien, qui est pourtant aussi important que le SCoT ! Le PLUi ne peut être en contradiction avec ces documents approuvés, et pourtant ... Là aussi il y a beaucoup à redire. Quant à la loi ALUR citée dans le document de la comcom, si elle encadre les loyers, régule les frais d'agences et les plafonne, on se demande en quoi elle peut intervenir et impacter un document de zonage. Comprenne qui pourra.

PLUi1

Le Schéma Interrégional du Massif des Vosges est un document officiel de 163 pages que tout élu de notre vallée devrait avoir en livre de chevet. Il est aussi important que le SCoT ! Il a d'ailleurs été lui aussi approuvé en 2013. Incongruité pour le Val de Villé : seule la moitié des communes est dans la zone "Montagne et Régions défavorisées" ! Et ceci personne ne s'en est rendu compte parmi nos élus ! Première difficulté, et de taille ! A noter, que même Frédérique Mozziconacci, vice-présidente du comité de massif, qui plus est première adjointe du maire de Villé, ne s'est guère exprimée à ce sujet.

PLUi

Dans la vallée deux responsables politiques devraient être particulièrement au courant de ces documents à la base du PLUi : Jean-Marc Riebel, président de la comcom et premier vice-président du PETR (pôle d'équilibre territorial et rural) de la région de Sélestat, qui est très versé dans la mise en place du SCoT, puis déjà citée, notre conseillère départementale, très bien placée au niveau du Comité du Massif Vosgien. Nul doute qu'ils imiteront le maire de Villé, qui apparaît de plus en plus sur ce blog dans un rôle très "constructif" (hérité du député Herth et de la sénatrice Keller), et proposeront dans les articles à venir de très intéressantes contributions sous formes de commentaires.

* Prochains articles concernant le PLUi : Une vallée de friches en tous genres !

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 28 mai 2018

Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi)

A Villé, les élus n'ont rien compris !

PLUi1

Lundi, 14 mai, lors d'une réunion du conseil municipal, monsieur le maire a "présenté" d'une voix à peine audible un document pour la confection d'un PLU intercommunal. Comme les documents n'avaient été distribués aux conseillers qu'au début de la réunion, même eux n'ont pu ni débattre ni se prononcer. D'ailleurs, même ceux de la majorité du maire, ont reconnu que la présentation était mauvaise. Seule annonce positive : une réunion publique, le 19 septembre 2018 à 20h00 à la salle festive de l'école primaire de Villé.

PLUi4

Si l'impréparation est la même qu'en ce 14 mai, les citoyens de Villé et de ses vallées risquent d'obtenir un document sans queue ni tête, allant contre les aspirations de la population, qu'elle paiera malgré tout à travers les impôts. L'illisibilité  n'amènera qu'à favoriser quelques intérêts particuliers aux dépens de l'intérêt général. 

Pour éviter une telle situation, je présenterai très régulièrement de façon hebdomadaire des informations concernant ce PLUi, celles que le premier magistrat a été dans l'incapacité de donner !

PLUiUne des grandes modifications proposées par les conseillers municipaux de Villé 

PLUi9Prochain article : SCOT, zone de montagne, schéma interrégional du massif vosgien et PLUi !

Le programme complet des réunions publiques dans la vallée

PLUi9

Posté par jl boehler à 04:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 10 mai 2018

Rencontre Elzach - Villé ...

... pour quelques élus seulement !

elzach

Des élus de notre bourg-jumeau de Forêt Noire, Elzach, ont été reçus dans le Val de Villé, comme publié dans la "Badischezeitung" du 5 mai dernier et dans le bulletin de la municipalité d'Elzach. Du côté badois, on notait la présence du "Bürgermeister" Roland Tibi, la secrétaire générale Ulrike Schneider et la représentante au district d'Emmendingen Silke Tebel-Haas. Du côté "willerthal", on notait Jean-Marc Riebel, président de la comcom, André Frantz, le premier magistrat du bourg-centre, et la conseillère municipale franco-allemande Rosemarie Durand.

Et c'est tout ! Les autres conseillers municipaux de Villé ou délégués de la comcom, aux abonnés absents, ont-ils seulement été invités ou informés ? Selon, certains, non ! Pourtant le pinot noir d'Albé était en nombre important, au point que les restes ont pu servir exclusivement au vin d'honneur de fin de cérémonie du 8 mai.

Même l'adjointe-conseillère départementale a brillé par son absence. A-t-elle été seulement invitée ? ou tenue au courant ? Ou le président de la comcom, ou le maire, n'ont-ils pas souhaité la voir, tant leurs relations personnelles semblent bonnes. Ou était-elle déjà en train de chercher son écharpe tricolore perdue, qu'elle n'aura pas encore retrouvée le 8 mai à la cérémonie de dépôt de gerbe au monument aux morts ? 

On ne sait d'ailleurs plus si c'est la comcom ou la commune de Villé qui sont jumelés avec Elzach. Mais passons...

Il est plus urgent de s'intéresser au futur programme élaboré pour les 25 ans du jumelage lancé en son temps par le curé Trendel) par ces si importantes délégations.  Et beaucoup d'idées ont été évoquées ! 

Un échange d'élèves devrait avoir lieu dès 2018, et les enseignants des écoles villoises et elzachiennes vont travailler dur à l'élaboration d'un programme d'activités pendant les visites.

Quant au jumelage Elzach-Villé des adultes, qui a été officiellement scellé en 1993, après plus de 30 ans de rencontres d'amitiés entre citoyens et les clubs (notamment les sections des jeunes juniors, cadets et minimes de l'AS Villé), le report à 2019 des festivités du 25ème anniversaire se fera au 26ème. Histoire de pouvoir peaufiner quelques "schnaps-idées" encore trop peu élaborées en vue de ce jour qui devra être mémorable.  

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 8 mai 2018

Sport mécanique dans le Val de Villé

Après les anciennes courses de côte du col de Fouchy, du col de la Charbonnière, voici celle du col de Steige.

steige

Posté par jl boehler à 00:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 22 avril 2018

Le printemps de Bassemberg

Et surtout, le samedi soir, n'oubliez pas de vous régaler avec les bonnes blagues de Albert de Munster !

printemps

Gérard et le curé de Albert l'Alsacien

Je m'appelle Albert

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 28 mars 2018

Une école privée "Montessori" à Villé ?

Que va devenir l'école de la république ?

montessori

Dans le monde rural, le plus fragile au niveau du maintien du service public, voilà qu'apparaissent des école privées qui vont encore être une menace de suppressions de postes. Etait-il opportun pour nos élus de Villé et de la vallée de tolérer cela ? Surtout que ce genre d'institution est une atteinte à la notion d' "école de la république gratuite, laïque et obligatoire". Vu les prix pratiqués dans ces écoles, ce sont évidemment des portes qui se ferment aux enfants de familles pauvres ! Qui peut payer une moyenne de 500 €/mois dans une région très défavorisée par enfant scolarisé ?

Une enquête réalisée par LCI auprès de Mme Diane Vandaele, présidente des AMF

Il y a 111 ans, en 1907, ouvrait la première salle de classe Montessori. Imaginée par la célèbre pédagogue italienne, Maria Montessori, elle s’adressait aux enfants d’un quartier pauvre de Rome. Aujourd’hui pourtant, les écoles qui appliquent la méthode éducative sont onéreuses. Pour la scolarisation d’un enfant, il faut compter en moyenne 500 euros par mois. L’Association Montessori de France (AMF) explique :

"C’est très simple !. C'est parce qu'il s’agit d’écoles privées hors contrat." Ne bénéficiant d'aucun soutien financier de l’Education nationale, les établissements doivent s'arranger pour payer par leurs propres moyens les locaux, les salaires (compris entre 1500 et 1800 euros net par mois, selon notre interlocutrice), le matériel, les repas, etc. Autant de dépenses qui se répercutent sur les coûts d'inscription. "C'est comme une petite entreprise".

En moyenne, la scolarisation d'un enfant dans une école Montessori coûte 500 euros par mois. Mais les tarifs sont très aléatoires d'une école à une autre. L'école maternelle Montessori de Vincennes, par exemple, demande 700 euros de frais d'inscription puis 675 euros par mois. A l'école de Bergerac, en Dordogne, les frais d'inscription sont trois fois moins élevés (250 euros) et les frais de scolarité deux fois moins (350 euros/mois).

Pour Diane Vandaele, ces différences de prix s'expliqueraient surtout par le montant du loyer dont doivent s'acquitter les écoles. "Il y a aussi des écoles qui ont 30 ans d'existence et qui sont propriétaires de leurs bâtiment. Les situations sont très variées, commente-t-elle. Je peux en tout cas vous affirmer qu'aujourd'hui, il n'y a aucune école Montessori qui fait des bénéfices excessifs. Ça n'existe pas. Tous les directeurs avec lesquels on travaille ont du mal à boucler leurs fins de mois."

 Il y a une fois de plus les riches et les "rien".  Et qu'a dit le maire de Villé de cette implantation lors du conseil municipal de lundi soir, devant les parents d'élèves venus assister au conseil ? Rien, bien évidemment.

- A lire les articles du "Journal L'Alsace" du 27 mars montessori1 et Montessori2

Posté par jl boehler à 00:56 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 28 décembre 2017

Le président "geek"

C'est dans "Esch's wohr"

geek

Alors que la communauté des communes de la vallée de Villé est à la pointe technologique puisqu'elle envisage la possibilité de mettre en place un atelier de fabrication numérique (FabLab), Jean-Marc Riebel, son président, vient seulement de se mettre à la page dans ce domaine. Mieux vaut tard que jamais ! Il a en effet précisé, devant les élus du conseil communautaire, qu'il venait tout juste de découver un nouveau terme :ce qu'on appelle "les geeks..." MDR (pour mort de rire) ou LOL (pour laughing out loud, rire aux éclats en français) comme on dit sur internet ! Le terme de geek n'est pourtant pas si récent pour désigner une personne qui s'y connaît en informatique notamment. (DNA du 24/12/2017). 

giphy

Ah si Jean-Marc Riebel venait, comme par exemple le maire de Villé André Frantz, un peu plus souvent sur ce blog, ou s'il avait "un mur" facebook, ou s'il fréquentait les réseaux sociaux... Il serait initié depuis belle lurette. Et il ne serait pas sans ignorer ceux qui sabordent sa belle oeuvre depuis leur mairie, comme en diffusant à retardement les "comcom.infos" et les enquêtes qui y sont lancées.

Posté par jl boehler à 01:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,