samedi 9 juillet 2022

Voitures & motos à Breitenbach

voitures

Posté par jl boehler à 02:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 4 juillet 2022

Décibulles (rappel)

d_cibulles

Posté par jl boehler à 05:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 23 mars 2022

Russes et Ukrainiens ne partiront plus en vacances en Egypte

L’Égypte, victime collatérale de la guerre en Ukraine

egypteD’une façon assez surprenante puisque c’est le tourisme égyptien qui est touché en plein cœur par cette guerre. Russes et Ukrainiens représentaient les deux-tiers des vacanciers dans les villes balnéaires d’Hurghada et de Sharm El-Sheikh.

Inutile de préciser que la fermeture, fin février, des espaces aériens ukrainiens puis russe, est un coup très dur portés aux stations balnéaires de la Mer Rouge qui s’étaient spécialisées ces dernières années dans l’accueil de cette clientèle.

En janvier, les hôtels de la « Riviera égyptienne » affichaient encore un taux d’occupation de 60 à 70%. Ces derniers jours, il est tombé à moins de 30% alors même que l’hiver est d’ordinaire une période propice pour le tourisme venu de Russie et d’Ukraine.

Si les Russes et Ukrainiens sont si nombreux à aller en Égypte, c'est parce que les Occidentaux et les Israéliens, qui formaient le gros des contingents du tourisme balnéaire en Égypte, ont déserté cette destination.

D’abord après la Révolution égyptienne de janvier 2011 et ensuite, à cause de la situation sécuritaire dans le Sinaï.

Donc l’industrie locale du tourisme – aidée par les autorités égyptiennes – ont cherché une autre clientèle moins effrayée par le terrorisme et tout aussi avide de sable blanc, de fonds marins d’exception et de température estivale quand il gèle en Europe.

Les Russes et les Ukrainiens ont donc petit à petit comblé le vide. Surtout les Ukrainiens d’ailleurs : l’an dernier, 3 millions d’entre eux ont plébiscité l’Égypte et ont dépensé 3,5 milliards de dollars à eux-seuls, soit un tiers des recettes touristiques du pays !

Pour les Russes, c'est plus compliqué. En 2015, eux-aussi avait été 3 millions à se prélasser sur les rives de la Mer Rouge. Mais le 31 octobre de cette année-là, un avion de la compagnie russe Metrojet se désintégrait en vol au-dessus du Sinaï. Une bombe avait été placée en soute.

Tous les 224 passagers et membres d’équipage, presque tous russes, ont péri dans cet attentat revendiqué par une branche locale de l’État islamique. La Russie, en représailles, a interrompu toutes ses liaisons aériennes avec l’Égypte jusqu’en 2018.

Mais en fait, les vols directs entre la Russie et les cités balnéaires égyptiennes n’ont été rétablis qu’en août dernier. L’espoir était donc grand pour cet hiver et l’été à venir. Jusqu’au 24 février, évidemment. Tout à coup, l’urgence était tout autre.

L'urgence, c'était le début de la guerre en Ukraine et donc des touristes des deux pays à rapatrier. Fin février, une vingtaine de milliers d’Ukrainiens et probablement autant de Russes se sont retrouvé coincés en Égypte, sans pouvoir prendre leur avion du retour.

D’abord, le ministère du Tourisme égyptien a pris en charge les nuitées supplémentaires. Ensuite, il a fallu affréter des avions pour ramener les touristes dans des pays frontaliers de la Russie et de l’Ukraine.

Il reste encore, selon Le Caire, 4 000 Ukrainiens sur place qui tous, à lire leurs témoignages dans la presse égyptienne, font l’expérience de l’émouvante solidarité des Égyptiens qui les hébergent et les nourrissent et tentent de les réconforter. (selon "France-Inter")

Posté par jl boehler à 06:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 20 janvier 2022

Tahiti : Les touristes asiatiques ont disparu

Deux ans que les lignes aériennes avec l’Asie sont fermées. Ce marché était pourtant en plein essor et la Polynésie misait dessus. Ça, c’était avant le Covid-19. Aujourd’hui, le secteur doit composer sans ces quelques milliers de visiteurs au fort pouvoir d’achat.

tahitiDes perles exceptionnelles qui peinent à trouver preneur et des bijouteries désespérément vides…Dans cette bijouterie de Papeete, ce sautoir exceptionnel en perles blanches de Tahiti, vendu 9,5 millions Fcp, aurait séduit une clientèle chinoise, assure la directrice commerciale. Mais les touristes asiatiques, grands amateurs de luxe, ont totalement disparu depuis deux ans.

« Ils sont prêts à payer le prix fort, il n’y a pas de problème, se souvient Robert Wan. « L'empereur de la perle » qui envisage aujourd’hui de ralentir sa production indique que " la clientèle chinoise, c’est la meilleure clientèle chez nous. Ils cherchent la qualité, des grosses perles et de belles couleurs. Ils sont très connaisseurs en perles ».  

En 2018 selon l’Institut de la Statistique de Polynésie Française, le marché asiatique ne représentait que 6,6 % des visiteurs, contre 48,4 % pour l’Europe et 28,3 % pour les Etats-Unis. Mais la Polynésie a misé sur ces touristes fortunés et potentiellement nombreux.

La fermeture des frontières chinoises et l’arrêt des vols entre Tahiti et le Japon ont définitivement asséché le marché, déjà en recul à partir de 2019, avant le Covid-19. « Cette baisse a beaucoup impacté les structures touristiques, déplore Brenda Liao. Selon la responsable vente et marketing Asie dans une agence de voyages " les agences de voyages, les hôteliers, les prestataires de services, les chauffeurs de bus ont été affectés, soit en restructuration, soit en perte d’emploi. » 

Pas de retours avant juillet 2022

Sans ligne directe avec le cœur de l’Asie, Air Tahiti Nui organisait un à deux vols charters avec la Chine chaque année, sans compter les deux rotations hebdomadaires avec le Japon. Aujourd’hui, ces destinations restent en attente de réouverture, pas prévue avant juillet 2022 et régulièrement repoussée.

« Pour l’industrie touristique, l’Asie est un marché qui représentait quand même un chiffre d’affaires de 6 milliards Fcp par an, avec une dominante Japon et la Chine qui commençait à démarrer, explique Michel Monvoisin, Pdg d’Air Tahiti Nui. Aujourd’hui, ces destinations ne sont pas fermées que pour Air Tahiti Nui, elles sont fermées pour l’ensemble des pays. Les compagnies aériennes ont donc des moyens qu’elles mettent sur des destinations ouvertes. La Polynésie prend sa part, puisque United Airlines passe de 2 à 5 rotations. Aujourd’hui, on stimule les marchés nord-américain et français. Se posera après une question de stratégie : est-ce qu’on met tous nos œufs dans le même panier ? Pour le moment, la question ne se pose pas. On a mis tous nos œufs dans le même panier, forcés et contraints, puisque ces destinations sont fermées. »  

En moyenne, 5 000 touristes asiatiques visitaient la Polynésie chaque année, friands de bungalows sur l’eau et de perles noires. (selon France.tv)

tahiti1

Posté par jl boehler à 02:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 12 octobre 2021

"SOS Massif des Vosges" ravive la guerre des sentiers

Pour l’association de protection de la nature SOS Massif des Vosges, les itinéraires partagés randonneurs/vététistes défendus par le Club vosgien sont une hérésie. C’est une avancée dans l’organisation des nouvelles pratiques, répond l’association de marcheurs.

vosgesAlors qu’après des années de crispation, la question de la cohabitation entre randonneurs et vététistes sur les sentiers des Vosges semblait en voie d’apaisement, SOS Massif des Vosges, déjà montée au créneau à l’été 2020 avec une pétition contre le bruit des motos, lance un nouveau pavé dans la mare montagnarde.

« On transforme la nature en parc de loisirs »

Cette fois-ci, c’est la pratique du VTT sur sentier qui est dans le collimateur de l’association présidée par Dominique Humbert. En un long communiqué de presse, elle critique (ou) vertement les choix du président du Club vosgien du Haut-Rhin (CV68) et du Parc naturel régional des Ballons des Vosges (PNRBV).
« Comment comprendre que la principale association de randonnée pédestre du massif ouvre ses sentiers les plus précieux à la fréquentation des deux-roues avides de vitesse et garants de dégradations multiples ? […] Comment comprendre que soit méconnu le danger qui résulte de la cohabitation entre montagnards paisibles et descendeurs ? […] Comment comprendre le soutien à ce laisser-aller du Parc qui se veut le défenseur de la tranquillité ? »
Pour rappel, les itinéraires partagés consistent à organiser la cohabitation du vélo et de la marche sur certaines portions de sentiers en créant des virages séparés. « Le VTT est à sa place sur les pistes forestières et les chemins carrossables, pas sur les sentiers », estime Dominique Humbert, qui cible en particulier l’enduro VTT, déplore l’apparition de pistes sauvages, et met en garde contre l’émergence de nouvelles pratiques, telle la trottinette électrique tout terrain. « On transforme la nature en parc de loisirs pour le bonheur de quelques marchands du temple. »

« Le vélo est là »

« Méconnaissance des réalités du terrain », répond Joseph Peter, initiateur du projet des itinéraires partagés. Le nouveau président du CV68, lui-même un temps bête noire des vététistes, rappelle que les pratiques sportives et sociétales ont évolué depuis 30 ans et lance un appel à Dominique Humbert pour participer à la prochaine journée de travail sur le terrain. « Les sections locales font face à une problématique de dégradation de certains sentiers et les travaux de restauration sont actuellement réalisés à la seule charge de nos bénévoles. L’idée des itinéraires partagés, lancée à Kruth, consiste à créer des structures associatives mixtes dans lesquelles l’entretien de ces portions est réalisé par les deux types d’usagers. »

« La situation réelle n’a rien de la catastrophe absolue décrite »

« La situation réelle n’a rien de la catastrophe absolue décrite », réagit de son côté Olivier Claude, directeur du PNRBV, qui réfute tout « laisser-rouler » et annonce la signature d’une charte VTT pour octobre. « Le vélo est là, c’est une pratique qu’il faut accompagner dans son développement, en réfléchissant et décidant localement par petits massifs avec les élus et les associations locales. » Le reste étant affaire de responsabilité des usagers. Dans ce cadre général, « les itinéraires partagés sont une des réponses possibles » à apporter dans la boîte à outils du Parc. « Dans certains cas, comme la traversée de zones naturelles très sensibles et l’hyper-fréquentation piétonne, on envisage l’interdiction du VTT. Tout comme on travaille aussi avec le Club vosgien à effacer certains sentiers pédestres. »
Jusqu’où peut-on aller dans l’organisation des loisirs en milieux naturels ? C’est la question de fond que pose SOS Massif des Vosges. Samedi matin, la pétition mise en ligne par l’association avait recueilli plus de 300 signatures. Le partage du communiqué sur les réseaux sociaux a suscité des réactions contrastées, dont une certaine lassitude de la part de vététistes… qui sont aussi souvent des marcheurs. (selon "L'Est Républicain")

Posté par jl boehler à 03:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 7 septembre 2021

Des cabanes au cœur de la forêt

La société luxembourgeoise Nutchel ouvrira le 22 octobre un village de 37 cabanes nichées au cœur de la forêt, à Plaine, dans la vallée de la Bruche.

plaine2« Quand je pense à ce site, je pense à la chanson écrite par Michel Berger, “débranche tout… et revenons à nous” », lâche Bernard van Laethem, cofondateur, avec Clémence Rousseau-Dumarcet, de Nutchel. Car c’est bien de cela dont il s’agit, « un lieu pour se reconnecter à la nature et à soi-même », un besoin impérieux pour nombre de citadins en ces temps de pandémie.

Pour cela, des cabanes pour deux, quatre ou six personnes, rustiques et cosy, où l’on se chauffe au poêle à bois et refroidit ses vivres au pain de glace. « L’idée est de revenir à des choses simples tout en gardant un vrai confort », avec une literie très soignée, salle de bains avec eau chaude et, pour certaines cabanes, bain nordique en extérieur. Le tout au cœur du massif forestier.

A Plaine, sur ce site qui accueillait un VVF (définitivement fermé en 2016) 19 des 37 cabanes sont déjà en place. Mais, pour en arriver là, un lourd travail de démolition, de recyclage des matériaux, de désimperméabilisation des sols et de renaturation a été entrepris depuis début avril. « On a retiré 61 tonnes d’amiante, démoli, trié et recyclé les matériaux des bungalows », poursuit Bernard van Laethem « et 3 600 arbres sont en cours de plantation », ajoute Clémence Rousseau-Dumarcet. « On n’est pas dans le greenwashing, 15 % du prix d’une nuitée va à la renaturation de sites », précise-t-elle.

Premier projet en France

plaine1Nutchel, jeune société luxembourgeoise, a investi 3,5 millions d’euros sur ce site découvert grâce à Grand E-nov, (la cellule de la région Grand Est en charge de trouver des investisseurs étrangers). Le groupe, dont c’est le premier projet en France, dispose déjà d’un village, ouvert il y a un an, dans les Ardennes belges, et compte monter un projet par an, en Europe, dans les cinq ans à venir, pour toucher une clientèle prioritairement belge, néerlandaise, allemande, suisse. Elle creuse aussi des pistes du côté de la Champagne pour viser le public parisien.

Le site, qui ouvrira le 22 octobre, sera accessible 365 jours par an avec des réservations de deux nuitées minimum en semaine et trois minimum le week-end, du vendredi au lundi. Côté tarifs, il faut compter autour de cent euros la nuit. Le village permettra de développer 22 équivalents temps pleins. (Selon DNA - édition de Schirmeck du 2/9/2021)

Posté par jl boehler à 07:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 28 juillet 2021

Covid-19 sur la route de vos vacances

Les îles Baléares enregistrent un nombre record de nouvelles infections en 24 heures.

bal_aresLes îles Baléares, avec Majorque comme île de vacances préférée des Européens, ont enregistré plus de nouvelles infections en un jour que jamais depuis le début de la pandémie.

En 24 heures, 795 infections par le coronavirus ont été enregistrées, ont annoncé jeudi à Palma les autorités sanitaires des îles espagnoles de la Méditerranée. C'est 115 cas de plus que le jour précédent. Le nombre le plus élevé jusqu'à présent avait été enregistré le 19 janvier avec 776. La région, qui compte près de 1,2 million d'habitants, a enregistré le plus grand nombre de cas dans toute l'Espagne pendant l'hiver.

Le gouvernement régional a souligné que, bien qu'une augmentation du nombre d'infections ait été enregistrée depuis plusieurs jours, "la situation dans les hôpitaux est sous contrôle". Étant donné qu'aux Baléares, comme dans toute l'Espagne, ce sont principalement des personnes plus jeunes qui sont actuellement infectées et que l'évolution de la maladie est donc le plus souvent plus bénigne, la situation était relativement détendue : Seuls 26 patients étaient dans des unités de soins intensifs sur les quatre îles avec Covid-19. Le taux d'occupation des lits de soins intensifs est resté à douze pour cent. En outre, environ 50 % des résidents des Baléares sont déjà entièrement vaccinés.

Selon les autorités des Baléares, l'incidence sur 7 jours était de 265, contre seulement huit en Allemagne. Dans l'ensemble de l'Espagne, les chiffres de l'infection n'ont cessé d'augmenter depuis la fin du mois de juin. Le gouvernement fédéral a donc récemment classé l'ensemble du pays comme une zone à risque.

bal_ares1

Posté par jl boehler à 04:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 5 juin 2021

Vacances en Espagne

Test, quarantaine… Tout ce qu'il faut savoir avant de partir

espagne

Destination préférée des Français pour les vacances estivales, l'Espagne veut rouvrir grand ses portes aux touristes cet été. Pour cela, les exigences sanitaires à l'entrée sont réduites au minimum. Sur place, le pays a retrouvé un semblant de «vie d'avant».

QUELLES CONDITIONS D'ENTRÉE ?

Seul un test PCR négatif effectué moins de 72 heures avant l'arrivée est demandé pour entrer sur le territoire espagnol, sauf pour les enfants de moins de 6 ans. Les passagers se rendant dans le pays par avion doivent en complément remplir un formulaire. Il leur permettra d'obtenir un QR code qui leur sera demandé pour passer le contrôle sanitaire à l'aéroport d'arrivée. Aucune mise en quarantaine n'est exigée.

A partir du 7 juin, les voyageurs étrangers entièrement vaccinés seront exemptés d'obligation de test. Dès cette date, l'Espagne accueillera «toutes les personnes vaccinées» quel que soit leur pays d'origine, a annoncé le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez vendredi 21 mai. Ils devront présenter un certificat de vaccination, réalisée avec l'un des vaccins autorisés par l'Agence européenne des médicaments (EMA) ou l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les autres devront toujours se soumettre à un dépistage nasopharyngé avant l'arrivée.

QUELLES RESTRICTIONS SUR PLACE ?

Sur place, la vie a repris son cours quasi normalement. L'état d'urgence a été levé le 9 mai dernier, signifiant notamment la fin du couvre-feu dans la plupart des régions (excepté les Baléares et la région de Valence, où il reste en vigueur de 23h à 6h). Le masque reste obligatoire dans les espaces publics, à l'intérieur comme à l'extérieur. Les restaurants, bars, commerces et lieux culturels sont ouverts, et les rassemblements autorisés, mais avec des restrictions en termes de jauges ou d'horaires, différentes en fonction des régions.

QUELLE SITUATION SANITAIRE ?

Après une nouvelle vague épidémique particulièrement virulente au mois de janvier, la situation sanitaire en Espagne s'est calmée. Aujourd'hui, en moyenne, le pays recense environ 5.000 nouveaux cas de Covid-19 chaque jour (contre 12.000 en France) et 40 décès (115 en France). La campagne de vaccination est légèrement plus avancée qu'en France, avec 36 % de la population ayant reçu au moins une dose (35 % en France), dont 17 % est complètement vaccinée (15 % en France).

QUELLES OBLIGATIONS AVANT LE RETOUR EN FRANCE ?

A noter qu'avant leur retour dans l'Hexagone, les voyageurs français ayant séjourné à l'étranger, par exemple en Espagne, doivent effectuer un test PCR. Il doit être réalisé moins de 72 heures avant le trajet retour. En Espagne, le tarif moyen pour se faire dépister tourne autour des 100 euros. Il est possible de se faire rembourser 50 euros, soit le plafond indiqué par l'Assurance maladie sur son site, soit en présentant sa carte européenne d’Assurance Maladie (CEAM) au moment du test, soit en complétant un formulaire à son retour en France. (selon C-News)

Posté par jl boehler à 05:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 29 janvier 2021

Le Haut-Koenigsbourg

htkoenigsbourg

 

Posté par jl boehler à 00:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 11 janvier 2021

Un nouveau département : Mayotte

Dans l'Océan Indien...

mayotte

Posté par jl boehler à 04:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,