vendredi 14 décembre 2018

Magie de Noël à Elzach

Au Kurpark Oberprechtal

weihnachten

Le marché de l’avent et des artistes à Oberprechtal ouvre les 15 et 16 décembre 2018 aux portes du parc des expositions. 

De nombreux exposants offrent leur savoir-faire à acheter dans le couloir de pause de l'école primaire. Confitures, chocolats, bonnets, écharpes et chaussettes tricotés, vêtements pour enfants, bijoux et décoration de Noël, ou une fiole "à pourcentage élevé" - il y en a pour tous les goûts! 

Les clubs locaux offrent le meilleur pour votre bien-être physique. Les maisons en bois décorées de Noël sur le champ de foire offrent un charme particulier. Rencontrez beaucoup de gens sympas à Feuerzangenbowle, vin chaud et punch pour enfants. Profitez des gaufres, des gâteaux enflammés, des soupes chaudes et bien plus encore, de ce que les clubs locaux offrent à la consommation.

Le marché de l'Avent est encadré musicalement par les élèves du Musikverein et le choeur de l'église catholique de l'Oberprechtal. 

Le dimanche, les hôtes Oberprechtäler vous attendent à la Festhalle avec un déjeuner typique de Baden. Dans l'après-midi, réchauffez-vous avec une tasse de café et un morceau de gâteau dans le hall. 

Pour les plus petits, le "chemin de fer" populaire est prêt à partir. En outre, ils sont autorisés à cuire eux-mêmes le pain populaire près du grand feu. 

Le marché a lieu dans le parc des expositions et dans le hall de pause de l'école primaire d'Oberprechtal. Début : Samedi: 17h00 - Dimanche: 11h00 -

Posté par jl boehler à 04:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 11 décembre 2018

De plus en plus de manifestations dans les rues de Fribourg

Au cours des deux dernières années, le nombre de manifestations a fortement augmenté à Fribourg. Les résidents et les opérateurs économiques sont dérangés par cette situation, mais les interdictions sont juridiquement non exécutoires. Comment la ville gère-t-elle la tendance?

fribourgFribourg sans manif'? Difficile à imaginer. Pas même à une époque où de grandes protestations étudiantes et nucléaires, les mouvements de femmes et les squats sont dépassés. Au cours des deux dernières années, leur nombre a encore augmenté et 370 manifs ont déjà eu lieu cette année, soit près de 12% de plus qu'en 2017. Les raisons en sont des événements locaux tels que des manifestations devant des tribunaux spectaculaires, des crises internationales, la guerre et la terreur. La démo la plus populaire de ces dernières années, le Christpher Street Day, s'est développée.

Les manifestations massives à Fribourg étaient dirigées majoritairement contre l'extrême-droite: la manifestation de 2002 contre le NPD avait attiré 15.000 participants. La plus grande manifestation d’après-guerre était dirigée contre Pegida en janvier 2015 (20.000 personnes dans la rue). Selon Markus Geugelin du bureau municipal responsable de l'ordre public. Il est clair que l’article huit de la loi fondamentale garantit aux citoyens la liberté de réunion, et personne n'a une quelconque habilitation pour autoriser ou refuser une manifestation.  "Il n'y a donc jamais de demande formelle". Ce qui existe, cependant, est une obligation légale de notifier - non pas de réglementer ou de restreindre la contestation, mais de garantir la protection de la manifestation, souligne Geugelin. Par conséquent, le bureau de l'ordre public informe toujours la police, qui peut effectuer d'autres recherches sur les éventuels participants, ainsi que sur l'orientation et les transports publics. Et il mène des "discussions de coopération" avec les organisateurs, si l'on peut s'attendre à des protestations, des perturbations par des tiers, des obstructions de la circulation ou un plus grand nombre de participants. Le résultat peut être la définition d'un itinéraire différent. Cependant, en principe, il appartient aux organisateurs de déterminer quand, où, de quelle manière et dans quel but ils veulent manifester. "

Entre 85 et 95% de toutes les manifestations sont enregistrées à l'avance. L'obligation d'annoncer une réunion, verbalement ou par écrit, signifie que 48 heures avant l'annonce publique d'une démo, celle-ci doit être communiquée au bureau de l'ordre public; la majorité des manifs sont enregistrées de cette manière. Toute personne qui ne se conformera pas à cette disposition fera l'objet d'une enquête conformément à l'article 26 de la loi sur les assemblées.

Il existe toutefois des exceptions : les réunions Express se caractérisent par le fait qu’elles ne sont lancées qu’à bref délai - environ un jour ou deux auparavant - et qu’il s’agit en général d’un événement d'actualité. C'était le cas à Fribourg en décembre 2016, un jour après l'arrestation du meurtrier Dreisam. Sont également exclus du calendrier de 48 heures les assemblées spontanées déclenchées brusquement par un événement. Les embouteillages, les réclamations des habitants ayant besoin de repos ou défendant  des intérêts économiques (magasins protestant contre des marches à leur porte), les plaintes de personnes qui se sentent gênées par certaines actions, telles que des manifestants nus. Geugelin a déclaré: "Bien sûr, les droits des résidents ne sont pas anodins, mais ils doivent accepter une certaine ingérence." Cependant, de nombreuses plaintes ne sont pas reçues par le bureau de l'ordre public. (traduit de "Badische Zeitung")

Posté par jl boehler à 04:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 8 novembre 2018

Macron à Morhange

Les habitants triés sur le volet pour pouvoir rencontrer le président.

morhangeEmmanuel Macron a débuté lundi un périple à travers l'est et le nord de la France. Première étape à Morhange, une ville sinitrée par la crise et où les Morhangeois qui vont assister à la commémoration ont été soigneusement sélectionnés.

Première étape de sa grande tournée sur les lieux historique de la Première guerre mondiale, Emmanuel Macron a rencontré une centaine d'habitants de Morhange en Moselle, une ville durement touchée par la crise et la désindustrialisation. Les heureux élus ont été triés sur le volet, au grand dam des absents du jour.

Posté par jl boehler à 03:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 7 novembre 2018

Arnaque et diffamation par internet

Longwy : un bar devient centre de détention sur Google

google

Dimanche soir, le gérant du Diamond, à Longwy, a constaté que son bar était répertorié comme « Centre ce détention pour immigrants » par Google Maps. « C’est du racisme ! », estime Sofien Mostefa-Sba.

Comment un bar peut-il se retrouver répertorié comme centre de détention pour immigrants sur internet ? Rien de plus simple… À Longwy, le patron du Diamond l’a appris à ses dépens. Dimanche soir, un client l’a alerté sur la mention attachée à son établissement par Google Maps… « Quel est l’intérêt de faire ça ? Nous salir ? Nous faire fermer ? S’en prendre à un musulman ? », se questionne le gérant, Sofien Mostefa-Sba, 27 ans.

La méthode, elle, est des plus simples. Pour changer la catégorie d’un lieu sur Google Maps, il suffit de… créer un compte Google ! La société collecte des infos que le demandeur peut aisément fausser. Sauf le numéro de téléphone. Celui-ci est nécessaire afin que le site vérifie que l’internaute est bien l’utilisateur de l’appareil.

Le compte Google créé, son propriétaire est autorisé à « suggérer une modification » sur n’importe quel lieu. Puis la faire valider en quelques secondes. Et l’efficacité de l’option « Vous possédez cette entreprise ? », vouée à empêcher les interventions indésirables, reste à prouver… La blague a un revers non négligeable. Elle peut être qualifiée de diffamation, ou bien de provocation à la discrimination, par des moyens de communication électronique, explique le commissaire Jean-Baptiste Leheup, à l’hôtel de police de Mont-Saint-Martin. Par conséquent, elle se traduit par une peine allant jusqu’à un an de prison et 45000 euros d’amende. (Selon "Le quotidien", journal indépendant du Luxembourg)

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 20 octobre 2018

Cervantès, Don Quichotte et Sancho Pança connaissaient-ils Sélestat ?

Une fresque éculée pour lancer une campagne politicienne ?

sancho1

Ah! sacrée Caroline ! Elle a trouvé un sujet qu'elle pensait intéressant pour ses électeurs ! Dénoncer une fresque du controversé d'extrême-droite Dieudonné, voilà qui aurait pu, selon elle, donner du relief en vue de ses ambitions électorales. Hélas, trois fois hélas, la petite combine ne marche pas, le stratagème est éculé, la peinture est vieille de cinq ans. Que n'a-t-elle pas découvert cette peinture quelques années plus tôt, lors de sa réalisation en 2013 ! Connaîtrait-elle si peu cette ville dont elle est élue municipale ? 5 ans, bref une éternité qui en fait l'équivalent d'une peinture préhistorique de la grotte de Lascaux.

sancho2

Certains intellectuels du quartier nord de Sélestat m'ont d'ailleurs confié que ce chef d'oeuvre auquel peu de monde prêtait attention représentait Sancho Pança, le fidèle serviteur de Don Quichotte, dans l'oeuvre du célèbre auteur espagnol Cervantès. Il est vrai que Caroline, qui a l'habitude de brasser du vent, doit se sentir à l'aise : partir en guerre contre des moulins, confondre Sancho Pança avec Dieudonné, voilà qui a dû la mettre hors d'elle, à un moment où les autorités sélestadiennes envisagent de célébrer le côté humaniste de leur cité.

caroline3

Même si certains de ces intellectuels du quartier nord envisagent de la soutenir en offrant à la bibliothèque humaniste les oeuvres complètes de Cervantès ! De la littérature espagnole en France, qui plus est à Sélestat, voilà qui aurait de la gueule, surtout au moment où un ex-premier ministre français migre en Espagne. Echange qui prouve les rapports cordiaux entre nos deux pays.

Mais revenons à notre mouton de la fresque ! A la suite de l'intervention de Caroline auprès du plus célèbre de nos canards, rappelons quand même qui est Caroline : une représentante politique multicartes bien connue (sans étiquette, puis indépendante, puis PS, puis "En Marche", puis EELV, et bientôt adhérente aux LR constructifs si Antoine Herth lui offre sa succession aux prochaines législatives ?). Et comme je l'avais déjà écrit lors d'élections précédentes, ses projets et son idéologie sont d'une minceur déconcertante. Alors la lutte contre un vieux graffiti sans intérêt, voilà qui va effacer ce manque ! et qui va refaire parler de Caroline au bon moment.

fresque2Même la presse régionale en parle ! (DNA et L'Alsace du 19/10/2018)

fresque

Posté par jl boehler à 02:46 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 18 octobre 2018

Prévoir l'école de demain à Elzach

La ville souhaite une concertation ouverte.

elzachÀ Elzach, Prechtal, Oberprechtal et Yach, il existe actuellement cinq écoles avec des écoles élémentaires, la "Werkrealschule" et la "Realschule". Les élèves de 8e et 9e années sont transportés à Winden et aucune école n’est actuellement ouverte à Yach. Le conseil municipal a été chargé d'élaborer un plan de développement visant à façonner le paysage scolaire afin qu'il réponde aux besoins à venir.

La "planification de la planification" a été présentée avec un soi-disant "coup d'envoi" à tous les Elzachois et a été débattue de manière ouverte. «L’objectif ultime est de disposer d’une conception cohérente», souligne le maire Roland Tibi. Assurer cela nécessite une discussion initial. Au cours des dix dernières années, environ un million d'euros ont été consacrés à la rénovation. C'était "l'investissement le plus important pour que l'organisation scolaire puisse être maintenue", explique Tobias Kury, responsable de la construction. Le besoin actuel en entretien immobilier est de plusieurs millions et comprend des mesures très élémentaires telles que la toiture, la modernisation du chauffage ou la protection contre le feu.

En outre, l'élaboration d'un plan est soumise aux demandes des enseignants. Le juridique et la politique ne sont pas de la responsabilitée de la ville, mais des instances de l'éducation. Il est prévisible cependant que le nombre d'écoliers augmentera. Statistiquement, environ 60 enfants supplémentaires  obligent chaque année à prévoir davantage de places dans les crèches et les écoles. Et déjà à présent, il est clair que la précédente garde d’une demi-journée n’est pas suffisante: "Il existe une forte demande pour des heures d’ouverture prolongées et des garderies pour une journée complète", explique Christoph Croin, chef de la direction du bureau, qui décrit la situation dans les jardins d’enfants. "Cette attente se poursuit dans les écoles primaires", poursuit Croin. Les défis sont multiples: Quelles mesures conceptuelles et éducatives devraient être prises? Quelles mesures de construction sont nécessaires pour cela? Ces mesures sont-elles réalisables financièrement? Et surtout: tous les acteurs sont-ils d'accord?

"Nous souhaitons un processus dynamique et extrêmement transparent", a déclaré à plusieurs reprises le maire Tibi. "Il ne faut pas commencer à suspecter que quelque chose soit décidé en secret." Par conséquent, un consultant externe a été mandaté en tant qu'expert indépendant: Gerhard Leon a aidé de nombreuses communautés dans leurs plans de développement et modère désormais l'action prévue à Elzach: Les acteurs suivants se réuniront bientôt pour mettre en doute leurs idées et leurs souhaits: Les écoles avec gestion et collège ainsi que des conseils de parents. Ensuite, il y aura des discussions avec les autorités scolaires et des soirées d’information pour échanger avec les parents. L’administration espère que les plans auront déjà pris forme en janvier / février 2019, que les premières décisions fondamentales peuvent être prises. "Alors ne sera pas encore construit", répond Gerhard Leon à la question du public et explique que le programme est "très sportif", mais "vous pouvez toujours pousser".

Les quelque 100 visiteurs se sont posés de nombreuses questions: Il s’agit avant tout d’informations préliminaires et d’inclusion: comment les informations sur les résultats de la conversation sont-elles transmises aux autres acteurs? Les parents ne devraient-ils pas être impliqués plus tôt? Les conseils locaux devraient être utilisés - ils connaissent la situation sur le terrain. Qu'adviendra-t-il des autres bâtiments qui étaient autrefois utilisés comme écoles et maintenant vides?

Le modérateur Leon prend tout comme une suggestion, suggère un événement supplémentaire et écrit le mot clé "plan de communication" sur un tableau à feuilles. Il demande également aux participants de saisir l'occasion pour écrire leurs souhaits, suggestions et idées sur les tableaux. Parce-qu'il est clair que ce sera une solution de compromis. Mais selon l'expérience de Leon, "le résultat sera acceptable si tout le monde est impliqué". (selon "Badische Zeitung")

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 13 octobre 2018

Plein-emploi dans l'Ortenau

Le taux de chômage passe en-dessous de la barre psychologique des 3%. Désormais, on peut vraiment parler de plein-emploi.

ortenau

On s’y attendait un peu. Le taux de chômage dans l’Ortenau voisine vient de passer en-dessous de la barre des 3% – avec un taux de 2,9%, on peut techniquement parler de «plein-emploi». Si cela constitue sans doute une bonne nouvelle pour les voisins badois, cette assertion de «plein-emploi» n’est qu’une prise de vue instantanée qui, en fait, cache d’autres problèmes réels.

En principe, les Badois devraient sabler le champagne à l’annonce de ces chiffres ; mais à bien y regarder, ces chiffres ne sont pas si bons que ça. Car le « plein emploi » dans une société vieillissante comme l’Allemagne, n’est autre que la promesse d’une forte baisse de la productivité du pays et ce, à un moment où un nombre décroissant d’actifs doit supporter les retraites d’un nombre croissant de retraités – les problèmes sont programmés.

Aujourd’hui déjà, de nombreuses entreprises allemandes peinent à trouver la main d’œuvre qualifiée dont surtout les industries nouvelles ont besoin. Conséquence : de plus en plus d’entreprises se voient obligées de se délocaliser là où cette main d’œuvre est disponible – ce qui constitue une perte de la force d’innovation de l’économie allemande.

Bien entendu, les chiffres annoncés sont positifs. Un faible taux de chômage se traduit logiquement par moins de dépenses sociales et par plus de recettes fiscales. Mais pendant combien de temps ? En vue des changements démographiques, l’économie allemande se doit d’innover, d’être à la pointe des évolutions technologiques. Mais voilà : les entreprise qui excellent dans ce domaine peinent de plus en plus à embaucher des talents. A terme, cela conduira à une perte de vitesse de la force de l’ingénierie allemande, et la dépendance allemande du secteur de l’automobile fera le reste. Car dès 2035 et l’interdiction des moteurs à combustion, même l’industrie de l’automobile allemande risque de rencontrer de sérieux problèmes.

Donc, les chiffres du marché de l’emploi allemand sont effectivement positifs, mais pas davantage qu’une prise de vue instantanée. Le « modèle allemand » risque de s’essouffler rapidement ; et si l’Allemagne ne trouve pas rapidement une toute nouvelle approche à son économie, l’implosion de ce « modèle » est déjà programmée.

Dans un monde en pleine mutation, l’Allemagne est en perte de vitesse dans les secteurs d’innovation. Le pays est trop attaché à des technologies dont la fin est déjà décidée, et il manque la force d’innovation d’une jeunesse bien formée. Si aujourd’hui, l’Allemagne se vante toujours d’être le « premier de la classe », elle risque de porter le bonnet d’âne dès demain. Ou après-demain. (selon "Eurojournalist")

Posté par jl boehler à 04:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 26 septembre 2018

Une fête originale à Elzach

La première "Elzacher Ladies Night"

120868996_f_3_2_w_932Samedi 29 septembre au soir, le centre-ville d’Elzachs est une "zone sans homme"! Pourquoi? Parce que la première Elzacher Ladies Night se déroule entre Schuttigbrunnen à Bärenplatz et Glauberturm dans la Schmiedgasse adjacente. Kurt Meier , de "Badische Zeitung", voulait connaître les trois organisateurs Sarah Puscher, Sonja Kuhn et Theresa Burger.

BZ: Comment avez-vous eu l'idée de la "Elzacher Ladies Night"? 

Sarah Puscher: À Elzach, il existe des événements pour presque tous les groupes, pour les hommes de toute façon, pour les personnes âgées, pour les enfants, les adolescents, les familles etc... L'offre spécialement pour les femmes est plutôt modeste. Nous voulons remédier à cela et faire une offre pour les femmes uniquement avec la "Elzacher Ladies Night". 

BZ: Qui est l'organisateur, où se déroule la "Ladies Night" et qu'est-il est proposé? 

Puscher: La "Ladies Night" est un événement organisé par le Gewerbeverein Elzach. Il se déroule au milieu du Städtli, sur le Bärenplatz et dans la Schmiedgasse. Nous voulons offrir une atmosphère décontractée, avec des coins salons confortables, une ambiance bon enfant, des effets de lumière agréables, etc. En outre, il y a de bons divertissements, de la musique, des spectacles, de la danse et des divertissements. Le premier temps fort sera un défilé de mode. Il commence vers 21h. Nous verrons de superbes modèles présentant des bijoux, de la mode, des chaussures, des sacs, des coiffures, des compositions florales et plus en sept passes. Nous avons été en mesure de convaincrer huit entreprises différentes de se présenter avec leurs produits. Ce sera une réussite totale. 

BZ: Et puis vous avez annoncé une surprise pour tard dans la nuit. C'est quoi ?

Sonja Kuhn: Nous ne révélerons pas cela. C'est un numéro très chaud que les filles espérent. Cela vous fera tomber de la chaise, c'est ce que nous promettons! 

BZ: Qui est le bienvenu?

Theresa Burger: Toutes les jeunes et jeunes femmes et filles de 16 ans, toutes les générations, de la grand-mère à la petite-fille. Notre objectif est que toutes les filles et les femmes sortent ensemble et s'amusent ensemble pour une soirée ensemble. 

BZ: Et qui n'est pas le bienvenu? 

Kuhn: Les hommes! Nous aimons les avoir autour de nous, mais ce soir, ils resteront à l'écart. Nous voulons célébrer les femmes entre nous. 

 

Info : Elzacher Ladies Night le samedi 29 septembre de 19h à 14h. Lieu: Elzach Stadtmitte (Bärenplatz, Schmiedgasse). L'entrée est gratuite. Age minimum: 16 ans (contrôle d'admission). Offres: mode et style de vie d'exposition, grand défilé de mode, invité surprise, amuse-gueule, repas légers, créations de vin et plus encore. Par mauvais temps, l'événement aura lieu dans la maison d'hôtes.

2018_Ladies_Night

Posté par jl boehler à 01:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 14 septembre 2018

Grande braderie à Saint-Dié

De 8h à 19h dans les rues du centre-ville

Pr_sentation_67_me_Grande_Braderie__1_

De 8h à 19h, les nombreux visiteurs attendus auront tout le loisir de flâner sur les stands des quelques 200 commerçants non sédentaires et 50 commerçants sédentaires installés dans les rues du centre-ville, de dénicher de bonnes affaires en poussant la portes des boutiques ouvertes pour l’occasion et de chiner du côté de la rue de l’Orient et de la Place du Marché, où s’étaleront les puces.

« Nous avons décidé de déplacer les puces plus proche du centre-ville. Nous avons également décidé de resserrer le périmètre de la manifestation. Et dans un souci d’attractivité, nous avons encore baissé l’ensemble des droits d’inscriptions, qui s’élève cette année à 15 euros pour l’inscription puis de 10 euros le mètre linéaire. Pour les puces, le module de 4 mètres est proposé à 10 euros. A savoir qu’il est toujours possible de s’inscrire à l’Hôtel de Ville, et ce jusqu’à dimanche matin » précise à ce propos l’adjointe Dominique Chobaut, déléguée au Coeur de Ville ainsi qu’au Commerce et à l’Artisanat.

Le tout sans oublier la présence des 28 élèves du lycée Jeanne-d’Arc de Bruyères, qui renforceront le dispositif de sécurité, et sans oublier les professionnels et artisans qui seront également présents dimanche. Ces derniers seront ainsi en mesure de répondre aux demandes de conseils, à une période de l’année propice à la réalisation de travaux à la maison. Et comme les années précédentes, ce jour-là des navettes gratuites, au départ des hypermarchés Cora et Leclerc, circuleront en continu de 8h à 19h.

Cerise sur le gâteau, des températures estivales et le soleil sont annoncés pour ce 67ème épisode de la grande braderie déodatienne.

Posté par jl boehler à 00:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 30 août 2018

Stadtfest Elzach !

Les invités de la commune jumelée de Telfs (Autriche) se sont sentis chez eux, ceux de Villé aux abonnés absents. 

elzachLa commune partenaire de Telfs dans le Tirol est venue nombreuse à Elzach, avec ses élus et ses musiciens. 80 personnes ont fait le déplacement pour 3 jours, essentiellement pour profiter de la fête en Forêt Noire. Car les joyeux tyroliens ne manquent pas une occasion pour s'amuser et renforcer les contacts. La délégation de Telfs, arrivée à Elzach dès vendredi matin, était conduite par le maire Christian Härting et ses deux adjoints Christoph Walch et Cornelia Hagele. Cette dernière est aussi membre du parlement du Land du Tyrol. Selon le Bürgermeister Roland  Tibi, le jumelage avec Telfs monte en intensité. Les visiteurs autrichiens ont pu même meubler leur samedi en assistant à un match du SC Fribourg club de la Bundesliga, après avoir goûté à l'Europapark de Rust .

Pour ne pas vexer les jumelés du "Weilerthal", Roland Tibi a rappelé que le jumelage avec les alsaciens lui semblait important aussi. Alors que les valdevillois lui semblent avoir des "compétences très limitées" en matière de festivités, il a quand même remercié les deux présents, André Frantz, maire de Villé, et Jean-Marc Riebel, président de la communauté des communes , qui ont pris leur courage à deux mains pour venir à Elzach. Beaucoup d'autres élus de la vallée et de Villé "grognent" : aucune invitation ne leur est parvenue tant de la comcom que de la commune de Villé. Certains n'étaient même pas au courant qu'ils y avait une grande fête à Elzach.

Des photos de Stadtfest Elzach 2018 !

elzach1

elzach2

elzach4

elzach5

elzach6

Nos deux visiteurs villois ont aussi pu participer à la fête, surtout du côté d'une buvette !

Le maire de Villé a eu bien du mal à ne pas renverser sa bière.

frantz

Pendant que le président de la comcom attendait impatiemment la sienne !

riebel 

Posté par jl boehler à 05:09 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,