jeudi 10 septembre 2015

Banquiers millionnaires

aacrise1_300x293

En Europe, rien qu'au Luxembourg, terre d'accueil de dirigeants industriels, politiques et autres, seize banquiers sont millionnaires sur un an, selon le dernier rapport de l’Autorité bancaire européenne (EBA), publié hier. Leur nombre a grimpé de dix unités, entre 2010 et 2013, peut-on observer dans le document. Ces banquiers ayant gagné plus d’un million d’euros au Grand-Duché représentent 0,06 % des effectifs totaux du secteur, selon les calculs de l’EBA. 

Sur l’ensemble des pays membres de l’Union européenne, l’institution a comptabilisé 3 178 banquiers millionnaires en 2013, un chiffre en recul de 10 % sur un an. Le plus gros contingent se trouve au Royaume-Uni (2 086), puis en Allemagne (397) et en France (162). Ils sont neuf en Belgique. 

En termes de pratiques de rémunération, la part des bonus (le variable) s’est réduite. Elle est passée en moyenne de 2,20 à 1,27 fois la part fixe entre 2012 et 2013 pour leurs collaborateurs gagnant plus d’un million d’euros dans les banques luxembourgeoises. 

Cela entre dans le cadre du plafond européen sur les bonus mis en œuvre à partir de 2014, qui impose un rapport maximal entre parts variable et fixe à 200 % au maximum. Le ratio moyen du bonus par rapport au fixe en Europe étant de 1,8 fois, selon l’EBA. À noter également que la quasi-totalité de ces «suprabanquiers» (94 %) sont considérés comme du personnel ayant une incidence significative sur le profil de risque de leur institution. 

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 9 septembre 2015

A Mayotte, la grève dure chez Orange

Mayotte est un département français au même titre que le Bas-Rhin ou le Haut-Rhin. Pourtant peu d'informations nous parviennent à travers  les médias nationales. 

Orange_On_attend_toujours_des_n_gociations

Les grévistes d’Orange, qui ont entamé leur 7ème semaine de conflit social, ne veulent plus négocier avec leur directeur régional. Celui-ci est attendu demain jeudi, à nouveau, à Mayotte mais le syndicat Sud Solidaires souhaite que la directrice des ressources humaines (DRH), numéro 2 du groupe de téléphonie dans l’océan Indien, reçoive un mandat de Paris pour achever les négociations.

Une affiche syndicale devant la boutique Orange de Kawéni 

Après un nouveau round de discussion de 4 heures à Saint-Denis ce lundi, la sortie de conflit qui semblait accessible s’est à nouveau éloignée. Direction et syndicat campent sur leur position, la première proposant une prime «vie chère» de 60 euros mensuels rétroactive jusqu’en 2012, le second réclamant 120 euros par mois, comme l'ont obtenu les salariés de La Réunion.

La grève continue donc de perturber fortement l’activité commerciale des boutiques de l’opérateur à Mayotte et de paralyser le fonctionnement de ses services techniques. 

orange1

orange2

Posté par jl boehler à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mardi 8 septembre 2015

Till Eulenspiegel était à Elzach

andremullerfrance3alsaceveloagueter

France 3 Alsace et son animateur André Muller étaient de passage à Elzach-Oberprechtal, notamment au restaurant Schäcks-Adler, pour son émission "A Gueter".

Cela fait six ans qu'André Muller voyage de cuisine en cuisine à travers l'Alsace, et surtout le Dreyeckland. Marc Haeberlin, le célèbre chef "trois étoiles" le surnomme même "le Till Eulenspiegel des cuisines". Ses promenades à travers la campagne avec son vélo vert, tablier magenta et chapeau du chef, sont devenus sa marque de fabrique. Et André Muller parle cuisine avec son coeur et ses tripes, et même dans les émissions diffusées sur la France entière. 

prechtal

André Muller a tourné d'abord avec son équipe au célèbre "Traube" à Tonbach. Puis il est venu à Oberprechtal, où il a d'abord "prélevé" trois magnifiques truites dans le ruisseau de l'Elz. L'idée lui avait été soufflée par l'artiste Raymond Waydelich, encore un alsacien qui a fait de Elzach sa résidence secondaire. Pendant ce temps, Christophe Schäck, le patron du "Gasthof Adler", préparait les fourneaux. Et lorsqu'André Muller arrive tout est prêt pour préparer un somptueux  repas. Raymond Waydelich, décoré de la médaille des "Forellenfischer", fut invité au repas sur une table installée aux bords de l'Elz. Tout le voyage des trois truites, de l'Elz aux estomacs, a été  filmé.

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 7 septembre 2015

L'Ortenau, terre d'accueil

Sasbachwalden, petite commune de 2500 âmes, a accueilli ce 5 septembre pas moins de 500 réfugiés arrivés de Syrie. La population et les élus leur ont réservé un accueil chaleureux.

sasbachSuite à la situation  dramatique des réfugiés en Hongrie, les délégués de la région de Fribourg ont dû faire un effort supplémentaire pour l'accueil de réfugiés. Et c'est ainsi que Sasbachwalden, qui avait accepté 300 réfugiés, a dû se résoudre à en recevoir 500. 300 autres ont été dirigés vers les anciennes casernes militaires françaises à Donaueschingen. De son côté, Offenbourg avait déjà logé 460 arrivants. A Sasbachwalden, les réfugiés seront hébergés dans un premier temps dans l'ancien hôtel Bel Air.

"Hello" et "Thank you"

 

sasbach1

Homs, Alep, Hama : autant de villes entièrement détruites par la guerre en Syrie, d'où sont originaires ces réfugiés. Ces femmes, hommes, enfants sont descendus des bus fatigués, mais pleins d'espoir. C'est souvent en silence, qu'ils ont gravi les derniers mètres vers l'hôtel. Les pères portaient  les quelques effets de la famille, les enfants ouvraient de grands yeux et souriaient. Les habitants ont reçu ce flot de réfugiés avec sympathie. Et ceux-ci répondaient avec les seuls mots qu'il connaissaient en anglais "Hello" (Bonjour) et "Thank you" (merci). Le comité d'assistance avait tout réglé des 8 h du matin et l'accueil a eu lieu dans les meilleures conditions.

Des Balkans à l'Ortenau

Un Syrien, installé à Sasbach près de Marckolsheim depuis quelques années, a servi d'interprète. Les jeunes gens venus en Allemagne ont ainsi pu communiquer sur leur exode par ce qu'ils appellent "la route des Balkans". Et c'est grâce à lui que les responsables locaux ont pu souhaiter la bienvenue dans la salle à manger de l'hôtel. Tous ont ainsi pu obtenir leurs documents administratifs qui régularisent  leur situation de demandeur d'asile. Certains ont même déjà obtenu un travail. L'un d'eux a raconté qu'il a nagé six heures dans la mer, un autre qu'il n'a pas vu sa famille depuis trois ans. Lors de ces échanges, tous expriment le désir de rester ici.

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 6 septembre 2015

Responsables sans responsabilité ?

syrie1

L'image du petit Aylan a réveillé la conscience des peuples. La semaine dernière, tous les stades de football allemands voyaient fleurir les cris en faveur de l'accueil des réfugiés. Ce samedi, des manifestations ont eu lieu dans toutes les grandes villes françaises. Et tous les partis ont récupéré l'affaire avec quelques propositions, les unes inefficaces, les  autres carrément de mauvais goût ! Mais aucun ne recherche les origines du mal, au nom du principe que les politiques ne connaissent pas le mot "mea culpa". Les événements récents (Libye, Côte d'Ivoire, Congo, Nigeria entre autres) ne semblent même pas avoir servi de leçon.

Rappelons juste pour mémoire, en France, Hollande veut étendre les frappes aériennes à la Syrie, et déjà le "républicain" Bruno Le Maire surenchère en proposant l'envoi de troupes au sol ! On a vu le résultat des russes et des américains en Afghanistan ! Juppé, en grand rassembleur, se lance dans des lapalissades : "L'Europe est aujourd'hui tétanisée et divisée. La France doit prendre sa part de misère, mais pas toute la misère, au risque de séismes politiques et économiques." Quant à Sarkozy, il se fend d'une idée originale, transférant la misère chez les autres : "Il faut des centres de rétention en Afrique du Nord, en Serbie ou en Bulgarie." Aussi sordide que le FN qui veut ramener les réfugiés dans leur pays d'origine. Tout cela, en fait, ne sent que... les présidentielles de 2017.

Rappelons que c'est en 1920 que la Syrie déjà indépendante fut placée "sous mandat français", histoire d'éviter la reconstitution de l'Empire Ottoman qui avait eu pour tort de s'allier à l'Allemagne. La véritable raison ayant été très certainement les intérêts économiques. En 1940, après la défaite de la France, la Syrie réclame le départ de la France avec l'appui des Britanniques. De Gaulle engage un bras de fer avec Churchill et les Syriens qui se solde par le bombardement de la Syrie par la France gaullienne qui à lui seul a fait plus de 2000 morts. On évoque souvent le génocide arménien, jamais le génocide syrien. L’indépendance de la Syrie s'en suivra en décembre 1946. Mais l'image de la France en Syrie resta durablement écornée, surtout que le désordre s'installa durablement. Quand De Gaulle prononça plus tard sa phrase célèbre : "Moi ou le chaos !" il ne pensait pas si  bien dire, ni à propos du "pré carré français" en Afrique, ni du Moyen-Orient.

Alors aujourd'hui, assumer l'accueil des réfugiés, n'est-ce pas non seulement un devoir humanitaire, mais aussi la reconnaissance de lourdes responsabilités et de dettes non soldées par la France et l'Europe ? 

Posté par jl boehler à 11:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 4 septembre 2015

Aylan, 3 ans, noyé en Méditerranée

La photo d'Aylan Kurdi mort, dont le corps a été rejeté sur la plage de la station balnéaire de Bodrum en Turquie, a fait le tour du monde. La famille d'Aylan fuyait la ville syrienne de Kobané, entièrement détruite lors de nombreux combats. Les responsables politiques vont-ils enfin s'entendre pour faire face à ce désastre humanitaire qui s'amplifie de jour en jour ?

aylanAbdullah Kurdi, son père, a raconté la tragique histoire de sa famille. Le bateau qui devait emmener son épouse et ses deux fils sur l'île grecque de Kos a chaviré. "J'ai retenu en m'agrippant à la coque pendant plus d'une heure mes fils et mon épouse. Mes enfants étaient encore en vie. Mais mon fils aîné a été emmené par les vagues, j'ai dû le laisser partir pour sauver mon autre fils." C'est en pleurant, qu'il explique qu'il s'est rendu compte que son deuxième fils était mort aussi. Puis il a retrouvé son épouse, décédée elle aussi. Il a encore passé trois heures dans l'eau pour nager jusqu'à la plage. Il avait payé 4000 € à un passeur qui, dès l'arrivée des premières vagues, s'était jeté à l'eau pour se mettre en sécurité, laissant les réfugiés seuls à bord. 

La famille espérait se rendre au Canada

Le père voulait, avec son épouse et ses enfants, rejoindre la famille de sa soeur qui habite à Vancouver. Mais les documents pour s'y rendre leur ont été refusés au mois de juin. Le transit par la Turquie leur avait été refusé par les autorités de ce pays. La famille habitant au Canada s'était cotisée pour leur envoyer l'argent du voyage. La belle-soeur de Abdullah Kurdi  a reçu un appel téléphonique jeudi matin. Tout ce qu'il arrivait à dire était : "Mon épouse et les deux jeunes sont morts."

Dans le naufrage, douze personnes sont également mortes. Selon la police turque, le passeur a pu être arrêté. Tous les hommes politiques européens, de Cameron, Hollande, Merkel, Juncker ont repris les mêmes paroles : "Nous sommes tristes et désolés, petit ange." Oraison funèbre a minima. Mais la volonté politique maximale pour arrêter le massacre, où est-elle ?

Appel du collectif "Pas en notre nom"

refugees


Strasbourg, communiqué du 03 septembre 2015

Plus de 3000 personnes, hommes, femmes, enfants, sont mortes ces derniers mois en essayant de rejoindre nos côtes, nos pays, nos villes.

Simples citoyens ne pouvant rester indifférents à une tragédie humaine qui déshonore la France et l'Europe, retrouvons - nous samedi 05 septembre Place Kléber à Strasbourg:

Pour montrer notre solidarité et marquer notre indignation.

Pour demander l'accueil des réfugiés et le respect de la dignité humaine de tous les migrants.

Pour dire que l'Europe ne peut se hérisser de murs et transformer ses mers en charniers sans perdre son âme. Notre âme.

Pour affirmer que pareilles politiques répressives menant à tant de drames humains ne sauraient être menées en notre nom. Pas en notre nom!

Pour partager notre honte, mais aussi nos espoirs.

Les disparus de Méditerranée, les morts d'Euro Tunnel, les noyés de la Mer Egée et les asphyxiés d'Autriche ont des noms et des destins.

Par-delà nos clivages politiques, nos divergences idéologiques ou nos choix religieux, laissons parler notre humanité et retrouvons-nous ce samedi 5 septembre à 16 h Place Kléber à Strasbourg.
Comité de vigilance

Rassemblement place Kléber, samedi 5 septembre - 16 H

Posté par jl boehler à 11:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 3 septembre 2015

Extinction des feux à Villé

Depuis quelques années, l'éclairage est très limité la nuit, au point que la population se demande si on ne pourrait pas économiser les lampadaires. Surtout que les horaires d'extinction sont très variables. Ainsi, depuis le 1er septembre, nos lampadaires s'éteignent dès minuit alors qu'auparavant ils éclairaient jusqu'à 1 h du matin, au point de déboussoler même les hiboux ! 

feu7

Dans la plupart des communes qui pratiquent l'économie électrique, les horaires sont clairement annoncés. A Villé, rien ! ni dans les journaux, ni dans le bulletin municipal (y en a-t-il encore un ?), ni même sur le magnifique site internet très complet de la commune où le dernier arrêté municipal paru date du 27 octobre 2014, ni sur un panneau officiel. Même certains conseillers municipaux interrogés ne connaissent pas les horaires d'extinction. On peut alors se demander qui a pris l'initiative, le préfet, le maire, un (ou une) adjoint, l'EDF ? 

Dans quel but ?

On peut se demander les raisons : l'économie d'énergie est minime. Mais peut-être y a-t-il à Villé encore un arrêté en vigueur de la dernière guerre mondiale, où l'extinction des feux devait empêcher les bombardements aériens. Mesure inefficace puisque Villé a quand même vu brûler en novembre 1944 une dizaine de maisons. Et on peut se demander si un tel arrêté a déjà été abrogé. 

Plus sérieusement, avant l’extinction totale, il y a d’autres mesures à examiner par les élus désireux de faire des économies sur leur facture d’électricité : la diminution de flux lumineux, l’installation de lampes faible consommation.

Rappel au maire !

N'oublions pas que « S’il y a un accident et qu’il est démontré qu’il a été occasionné par le manque d’éclairage, le maire est pénalement et civilement responsable… on peut comprendre que certains hésitent un peu !» Et même la pose de beaux panneaux n'exempte pas le premier magistrat de ses devoirs. Avant l’extinction totale, il y a d’autres mesures à examiner par les élus désireux de faire des économies sur leur facture d’électricité : la diminution de flux lumineux, l’installation de lampes faible consommation.

Posté par jl boehler à 11:39 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 2 septembre 2015

Ces sales guerres africaines qui alimentent les richesses des mécènes

Un homme d'affaires belgo-américain accusé d'esclavage et de trafic de diamants pendant la guerre civile au Sierra Leone va être extradé vers la Belgique, a annoncé lundi la justice espagnole.

Des_prospecteurs_de_diamands_a_koidu_en_sierra_leone_le_28_avril_2012

Michel Desaedeleer, 64 ans, avait été interpellé vendredi à l’aéroport de Malaga au sud de l’Espagne, alors qu’il s’apprêtait à partir aux Etats-Unis, où il réside. Il ne s’est pas opposé à son extradition, a annoncé un porte-parole du tribunal devant lequel il a été présenté.

La justice belge le recherche depuis une plainte déposée contre lui à Bruxelles en janvier 2011 par cinq anciens forçats des mines de diamants au Sierra Leone. Ces diamants ont financé la guerre civile qui a ensanglanté ce pays d’Afrique de l’ouest de 1991 à 2002.

«C’est la toute première fois qu’un homme d’affaires est arrêté pour son implication dans les deux crimes internationaux de pillage de ‘diamants de sang’ et d’esclavage de civils», a souligné l’ONG suisse Civitas Maxima, chargée de défendre les victimes de crimes de guerre et qui a constitué un dossier contre M. Desaedeleer.

Les «diamants de guerre» ou «de sang», qui représentent 4% de la production mondiale selon Amnesty International, ont servi à financer des guerres civiles ayant déchiré le continent africain dans les années 1990.

CHarles_Taylor2

Michel Desaedeleer «est suspecté d’avoir participé, avec l’ex-président libérien Charles Taylor et avec les rebelles sierra-léonais du Front Révolutionnaire Uni (RUF) à la réduction en esclavage, un crime contre l’humanité, et au pillage des ‘diamants de sang’, un crime de guerre, dans le district de Kono dans l’est du Sierra Leone, entre 1999 et 2001», précise l’ONG suisse.

Charles Taylor soutenait le RUF qui avait recours au travail forcé de civils afin d’exploiter des mines de diamant.

«Dans un climat de terreur, ces ‘esclaves’ travaillaient jusqu’à 15 heures par jour, menacés par des armes», a souligné Alain Werner, avocat et fondateur de Civitas Maxima.

Cité dans un rapport de l’ONU en 2000

Le nom de M. Desaedeleer avait été mentionné dès 2000 dans un rapport de l’ONU sur le trafic de diamants au Sierra Leone.

Il indique que l’homme d’affaires belge avait signé en 1999 un accord avec le RUF, dirigé par Foday Sankoh, lui permettant d’exploiter les mines sierra-léonaises et de revendre les diamants à l’étranger –à Anvers notamment– en les faisant transiter par Monrovia, au Libéria.

Interrogé par un journaliste de la revue américaine Newsweek en 2000, M. Desaedeleer a insisté sur la légalité de ce contrat.

Cette arrestation «va contribuer à la prise de conscience du rôle-clé des acteurs financiers dans le trafic de ressources minières, qui financent les conflits armés en Afrique et ailleurs dans le monde», a estimé M. Werner.

Charles Taylor, ancien président du Libéria, avait été condamné en appel à 50 ans de prison pour des crimes contre l’humanité, le 26 septembre 2013.

La guerre civile en Sierra Leone a été une des plus meurtrières de l’histoire africaine récente, avec 120.000 morts et l’utilisation d’enfants-soldats.

Des compagnies minières internationales rivalisaient alors pour le contrôle des diamants.

Ce commerce illégal et sanglant a été rendu célèbre par le film américain «Blood Diamonds» (2006), inspiré d’une histoire vraie romancée par l’auteur Greg Campbell, qui fait justement allusion à M. Desaedeleer dans son livre. (selon "Oeil d'Afrique")

Posté par jl boehler à 00:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 1 septembre 2015

Des trèfles à quatre feuilles et de la mousse ?

stade_001Grand débat au dernier conseil municipal de Villé, il y a quelque temps déjà, concernant le stade ! La tondeuse est morte. Que faire ? Ce 27 juillet, en pleines vacances, on organise d'urgence une réunion pour aborder le sujet ! On n'a pas été aussi rapide en juillet 2014 pour décider de la procédure des baux de chasse. Enfin, passons. Un adjoint se rappelle que déposer l'herbe fauchée au dépôt sauvage de l'entrée d'un chemin vers Saint-Martin. Très juste, monsieur l'adjoint, cette place devait être réservée à entreposer des grumes.

Autre aspect non évoqué au stade ! Sur sa partie sud-sud-ouest, le beau gazon est envahi, voire remplacé par du trèfle et de la mousse. Les raisons ? Le manque de soleil dû aux aulnes des bords du Giessen voisin. Cette barrière d'arbres devrait être éclaircie régulièrement, ce qui n'a plus été réalisé depuis 2002 où des bénévoles s'étaient attelés à la tâche. 

chevre

Par la suite, plus rien. Les aulnes ont repoussé. Le trèfle est revenu, la mousse aussi, étouffant le gazon. On pensera à l'entretien des bords du Giessen d'ici quelques années ... quand on retrouvera des bénévoles. A moins qu'on fasse brouter les trèfles du gazon par des chèvres, après avoir aménagé un abri dans l'abattoir. On évitera ainsi l'achat  d'une nouvelle tondeuse.

  • Des chèvres pourraient servir aussi à nettoyer les ronces des chemins ruraux dans le cadre de la mutualisation des moyens.
  • Et n'oubliez pas de demander l'autorisation au Conseil Supérieur de la Pêche.

Posté par jl boehler à 00:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 31 août 2015

Images du festival d'Elzach

Ce samedi, grande fête d'Elzach avec la participation de stands et d'élus de Villé.

elzach1Concert

elzach3Ambiance

elzach5Défilé

elzach4Tartes flambées "au bois du Val de Villé"

elzachAmusez-vous bien, Monsieur le Maire de Villé. Le prochain "Stadtfest" c'est uniquement dans 3 ans ! pourvu que vous soyez rentré avant l'extinction des feux.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,