lundi 15 février 2016

Pérou, il y a 1200 ans, l'empire lambayèque

Des archéologues découvrent six dépouilles de femmes sacrifiées

A l’ombre de la cordillère des Andes, en Amérique du Sud, la vallée de Lambayèque a été le théâtre de la naissance et du déclin d’un peuple baptisé Lambayèque (également connu sous le nom de Sicàn). Cette civilisation pré-inca est beaucoup moins connue que celle des Mayas ou des Incas. Les Lambayèques étaient obsédés par la construction des pyramides. Aujourd’hui, seuls quelques vestiges témoignent du nombre impressionnant de monuments qu’abritait cette vallée.

lamba

Le Pérou peut se targuer de posséder un patrimoine historique d’exception, le passé précolonial permet aux archéologues de cerner un peu mieux chaque jour les richesses ancestrales des cultures précolombiennes qui ont peuplé ce territoire bien avant les affres et les abus de la Conquête espagnole et de la Colonisation volontairement annihilatrice pour les natifs.

Les Espagnols missionnés par l’Église catholique afin d’évangéliser les populations ne sont guère parvenus à effacer, malgré leur volonté de réduire à néant les traces de civilisations jugées païennes et idolâtres, un passé glorieux qui constitue l’identité originelle du Pérou.

perou

Les scientifiques viennent ainsi de mettre à jour un nouveau trésor de la période préhispanique datant de près de 1200 ans, un centre cérémoniel au nord du Pérou où six dépouilles de femmes sacrifiées ont été retrouvées, des ossements ont été déterrés dans une fosse et d’autres sur une rampe supérieure du supposé temple rituel de la culture Lambayeque, une zone côtière située à 750 kilomètres de la capitale, Lima.

Les sacrifices humains et les offrandes avaient lieu pour honorer les dieux et s’assurer de leur protection, l’un des experts a ajouté que les crânes des femmes sacrifiées étaient orientés vers la chaîne de montagne andine « ce qui attire l’attention c’est la position atypique de l’un des corps d’une femme âgée d’environ 24 ans. Il est placé sur la partie centrale de la rampe, aux côtés d’un camélidé et de vases en céramiques ».

« L’orientation du corps de la femme nous laisse à penser qu’il y avait un lien étroit entre les peuples de Lambayeque et Cajamarca depuis la fin des Mochicas », a-t-il précisé. 

lamba1

« Sur le sol de la place, plus d’une centaine de petits trous ont été découverts contenant des offrandes de Spondylus, différentes variétés de poissons, du piment, du maïs et des espèces abondantes de mollusques. Sous cet important espace cérémoniel Chimu, un petit complexe architectural de la culture Lambayeque, à parois minces plâtrées et peintes de couleurs noirs et blancs ont été identifiés. Ces résultats démontrent le rôle de cette architecture religieuse pour les cultures Lambayeque et Chimu », a aussi affirmé l’archéologue.

Celui-ci a souligné que cette découverte permet « d’établir une étroite relation entre les Mochicas et la culture Lambayeque… Cela nous permet de mieux comprendre la fin des Mochicas et le surgissement de la culture Lambayaque aux environs de 950 et 1000 après Jesus-Christ »Le temple est situé dans la huaca Santa Rosa, dans le district de Pucalá, à environ 30 kilomètres de la ville de Chiclayo.

Posté par jl boehler à 02:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 14 février 2016

Manifestation des Kurdes à Strasbourg

kurdes3

Des milliers de Kurdes, membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont manifesté ce samedi à Strasbourg pour exiger comme chaque année la libération de leur chef historique Abdullah Öcalan, emprisonné en Turquie depuis février 1999.

Selon les organisateurs, entre 13.000 et 15.000 personnes participaient à la manifestation. "A bas le régime fasciste", ont lancé quelques personnes à l'intention du régime turc. Abdullah Öcalan purge depuis 1999 une peine de prison à vie dans l'île-prison d'Imrali (nord-ouest de la Turquie).

Le PKK est un parti nationaliste kurde, d'inspiration marxiste-léniniste, qui revendique la création d'un Etat pour les Kurdes vivant en Turquie. Le PKK dispose d'une antenne dans les zones de peuplement kurde en Syrie, le Parti de l'Union démocratique (PYD). Ce dernier combat l'Etat islamique, et a conclut une alliance de circonstance avec le régime de Bachar al-Assad. 

Après un espoir de processus de paix et des années de négociation entre le gouvernement turc et le PKK, la Turquie a pris le parti de la répression. Ankara a lancé une campagne militaire contre plusieurs villes à majorité kurde du sud-est anatolien, depuis juin dernier, pour y détruire les cellules du PKK. 

Des opérations particulièrement meurtrières ont été menées contre les rebelles dans le bastion kurde de Cizre (sud-est de la Turquie). Jeudi 10 avril, le ministre turc de l'Intérieur Efkan Ala a annoncé qu'elles étaient finies. Mais les opérations continuent dans le quartier de Sour, à Diyarbakir, la principale ville du sud-est de la Turquie, et un couvre-feu y est en vigueur depuis le 2 décembre.

Posté par jl boehler à 03:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 13 février 2016

RN 59 : la récupération politicienne commence

L'action des élus qui se limite à la publication d'un courrier au moment d'un accident grave est des plus déplorables. La récupération politicienne évidente se limite à la règle suivante : pour 1 mort, on est attristé, pour 2 morts on déplore et on se dit solidaire, et pour 3 morts on fait semblant de péter un câble ! C'est ainsi, qu'alors que les victimes ne sont pas encore enterrées, que le conseiller départemental  LR, maire de Sélestat, Marcel Bauer, et le conseiller régional LR Charles Sitzenstuhl, publient des lettres qu'ils ont envoyées à un ministre. Histoire de faire semblant de s'occuper d'un dossier.

 Marcel Bauer, champion du copié / collé

bauer

La meilleure des deux lettres envoyées (et publiées dans les DNA du 12/2) est incontestablement celle de Marcel Bauer : un copié/collé très sélectif des articles de ce blog ! Merci, cher Marcel, grâce à toi l'audimat du blog va encore monter (1126 personnes avaient déjà consulté mon article du 9 février dernier).

Merci aussi, cher Marcel, de consulter régulièrement ce blog. Mais à part ça, ta mémoire est très sélective et quand on copie, il faudrait tout copier et non seulement ce qui t'arrange.

Tu as certes participé à la marche silencieuse du 18 juillet 1998, et je t'en félicite. Tu étais parmi les rares élus présents (avec le maire de Breitenbach Jean-Pierre Piela et le député Dumoulin).

Ce que tu oublies de dire, c'est que le 3 décembre 2003, tu as voté sans broncher au Conseil Général le transfert des fonds prévus au Contrat de Plan pour le contournement de Châtenois vers Mertzwiller. Il n'y avait pas eu de morts sur la RN 59 ce jour-là.

Tu oublies de dire que tu n'as pas bronché non plus, ni même alerté ton député, lorsqu'en 2008, le gouvernement Sarkozy-Fillon a retiré les routes du contrat de projet, condamnant du même coup la réalisation du contournement de Châtenois et le tronçon Val de Villé - Lièpvre.

Tout comme tu n'as pas bronché en 2013 lorsque le tronçon Val de Villé - Lièpvre n'a pas été inscrit au nouveau contrat de plan 2014 - 2020.

Tout comme tu n'as pas bronché lorsque pour le contournement de Châtenois, tes chefs de file LR, Philippe Richert et Guido Kennel ont promis à Alsace-Nature (malgré les plans de la DUP que je veux bien te transmettre au cas où tu ne les aurais pas reçus, ou si tu les as perdus) de ne réaliser qu'une 2x1 voie inutile, et lorsque le 7 septembre 2013 le Préfet du Bas-Rhin a annoncé cette scabreuse nouvelle au Conseil Général du Bas-Rhin réuni en assemblée plénière. 

Alors, arrête ton char, Marcel, tu as perdu une roue !

Sitzenstuhl : aucune connaissance du dossier

sitzenstuhl

Le petit nouveau du paysage LR de Sélestat veut lui aussi se faire un nom. Alors de l'audace, toujours de l'audace, quitte à dire des banalités, voire des bêtises. Ainsi, il ne sait pas que la RN 59 a été classée en grand axe interrégional en 1976, lors de l'ouverture à la circulation routière du tunnel Maurice Lemaire (voir le schéma d'aménagement régional publié à cette date par le conseil régional présidé par l'ancien ministre André Bord). Cher Charles, votre président de région Philippe Richert a certainement encore ce document dans ses tiroirs. Alors, nous raconter que c'est depuis 15 ans que les élus et les habitants attendent, c'est se moquer du monde : cela fait 42 ans, et il a déjà fallu 25 ans pour réaliser le tronçon du tunnel à Lièpvre.

Par ailleurs, les études pour une nouvelle route à la place du tronçon accidentogène Val de Villé - Lièpvre où au moins 8 tracés ont été présentés aux élus et à la population, elles en sont où ? Pourquoi n'en parlez-vous pas ? Pourquoi en restez-vous au réaménagement de la route actuelle, impossible à réaliser tant les points noirs sont nombreux ?

Et avez-vous lu le CPER 2014 - 2020 ? Vous y trouvez toute la programmation. Même pas la peine d'interroger un ministre. Mais demandez plutôt à vos amis LR à la Région s'ils comptent un jour inscrire le projet au budget. Alors vous voulez quoi ? Vous faire de la publicité ?

Dans ce cas, vous pourriez aussi écrire au nouveau ministre à l'aménagement du territoire Jean-Vincent Placé, pour évoquer l'économie des vallées, sujet qui ne vous effleure même pas alors qu'il relève de la compétence du nouveau Conseil Régional ! Que prévoyez-vous donc pour le Danielsrain et sa soi-disante "zone industrielle interdépartementale" submergée par les gravats du tunnel de Sainte-Marie-aux-Mines depuis 2006 ? Créer des entreprises dans les vallées, c'est pourtant aussi faire baisser le trafic sur cette route. Renseignez-vous donc, Mr. Sitzenstuhl, avant de raconter n'importe quoi !

L'utilisation des morts pour des ambitions personnelles n'a jamais honoré personne.

rn1591

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 12 février 2016

Carnaval

Dimanche, à Mulhouse

affiche_carnaval2016_2

Posté par jl boehler à 00:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 11 février 2016

Canal+ le 8/2/2016 : Spécial Investigation - Qui a bombardé Bouaké en 2004 ?

Diffusé en France, Bolloré censure l'émission en Afrique : pourquoi ?

special_investigation

Canal + : le 8 février 2016 : Spécial Investigation - Bombardement De Bouaké 'Côte d'Ivoire) : Une Affaire d'État (diffusée le lundi 8 Février 2016).

On peut se demander pourquoi Bolloré, très impliqué économiquement en Afrique de l'Ouest, et notamment en Côte d'Ivoire, et aussi propriétaire de Canal+, a fait censurer cette émission sur le réseau africain ? 

Le 6 novembre 2004, lors d'une offensive contre des rebelles ivoiriens stationnés dans la ville de Bouaké, l'aviation du président Laurent Gbagbo a bombardé un lycée désaffecté, occupé par l'armée française. Bilan : 10 morts dont 9 soldats français et 38 blessés. Onze ans plus tard, on ne sait toujours pas ce qui a motivé ce bombardement. Etait-ce une bavure ivoirienne ? Une provocation française ? Ou un acte de guerre délibéré ? Aux ordres de qui étaient ces pilotes biélorusses qui, arrêtés puis relâchés par l'armée française, ont pu rejoindre leur pays pour ne plus être retrouvés ? Onze ans plus tard, la lumière n’a toujours pas été faite sur les circonstances exactes de ce bombardement. Les journalistes enquêtent auprès des familles des victimes et des militaires.

ob_56c34f_bouake_2004

sukhoiBolloré ayant même fait censurer ou effacer la video de Canal+ (alors que toutes les émissions de "Spécial investigation" sont publiées sur youtube), voici  sur Dailymotion : « BOUAKE, un crime » - Entretiens N°1 et 2 avec Maitre BALAN – CÔTE d'IVOIRE

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 10 février 2016

Les forces US en Irak

Témoignage d'un militaire américain

SoldatUS_ChaosIrak

Quand j’étais stationné en Irak dans le 1er bataillon du 7e corps de marines, de 2003 à 2005, je ne savais pas encore quelles allaient être les répercussions de cette guerre, mais je pressentais déjà qu’il y aurait des comptes à rendre. Cet effet boomerang est maintenant ressenti à travers le monde (Irak, Afghanistan, Yémen, Libye, Égypte, Liban, Syrie, France, Tunisie, Californie, etc.) sans qu’on voit le bout du tunnel.

Là bas, j’ai régulièrement assisté et participé à des obscénités. Bien sûr, l’horreur de cette guerre n’a jamais été vraiment reconnue par l’Occident. Évidemment, les organisations pacifiques ont essayé de dénoncer les atrocités de la guerre en Irak, mais les médias de masse, les forces académiques, politiques et économiques occidentales n’ont jamais permis d’enquêtes sérieuses sur les plus grands crimes de guerre du XXIème siècle. 

Alors que nous patrouillions dans la vaste région irakienne d’Al-Anbar, en jetant les restes de nos rations à travers les fenêtres de nos véhicules, je n’avais jamais réfléchi à la manière dont on parlerait de nous dans les futurs livres d’histoire. Je voulais seulement faire le propre dans mon Humvee. Des années plus tard, en écoutant mon prof d’histoire parler du berceau de la civilisation, je repense aux déchets de rations qui jonchent le sol du désert mésopotamien.

En étudiant les récents événements de Syrie et d’Irak, je ne peux m’empêcher de penser aux petits enfants auxquels mes camarades militaires jetaient les restes de rations. Mais des bonbons n’étaient pas les seuls objets que nous lancions sur ces gosses. Des bouteilles d’eau remplies d’urine, des cailloux, des débris divers étaient aussi jetés. Je me demande souvent combien de membres d’EI ou des autres organisations extrémistes se souviennent de tels événements.

Surtout, je me rappelle les centaines de prisonniers que nous avons capturés et torturés dans les prisons de fortune gardées par des adolescents du Tennessee, de New York ou de l’Oregon. Je n’ai pas eu la malchance de travailler dans de telles prisons, mais je me souviens bien des histoires. Je me rappelle parfaitement les marines me racontant comment ils frappaient, violentaient et défonçaient la tête aux Irakiens. Je me rappelle des histoires de tortures sexuelles où l’on forçait les prisonniers irakiens à s’accoupler pendant que les marines les menaçaient avec un couteau dirigé sur leurs testicules ou en les sodomisant avec un bâton.

Par contre, avant que ces abominations ne se déroulent, nous, dans l’infanterie, avions le plaisir de traquer les Irakiens pendant des raids nocturnes, de les ligoter et de leur mettre un sac sur la tête avant de les jeter a l’arrière de l’Humvee pendant que leurs enfants hurlaient et que leurs femmes s’évanouissaient. Quelquefois nous les arrêtions de jour. La plupart n’offraient aucune résistance. Quelques-uns se tenaient par la main pendant que les marines les frappaient au visage à coup de bottes. Une fois livrés à la prison, ils pouvaient être gardés pendant des jours, des semaines ou des mois. Leurs familles étaient laissées sans nouvelles. Une fois libérés, on les lâchait en plein désert à plusieurs kilomètres de leurs maisons.

Après leur avoir ôté menottes et sacs sur la tête, quelques-uns des plus dérangés parmi nous tiraient des coups de feu en l’air ou au sol pour les effrayer. Seulement pour rigoler. La plupart des Irakiens se mettaient à courir, pleurant encore de leur long supplice dans la prison, espérant retrouver un certain degré de liberté. Qui sait combien de temps ils ont survécu. Car après tout, tout le monde s’en foutait. Même si, de nos jours, on connait bien un ancien survivant des prisons américaines, Abu Bakr al-Baghdadi, le chef d’EI.

Ironiquement, l’habileté à déshumaniser le peuple irakien a atteint un paroxysme après que balles et explosions ont été terminées, car de nombreux marines avaient comme hobby de prendre des photos des morts, de leurs corps mutilés, par plaisir, ou s’amusaient à frapper leurs corps boursouflés avec des bâtons pour rire un peu. Même si les iPhones n’existaient pas à l’époque, de nombreux marines venaient avec des appareils photos digitaux. Ces appareils contiennent l’histoire non dite de la guerre d’Irak, une histoire que l’Occident voudrait que le monde oublie. Cette histoire et ces appareils contiennent aussi les photos de massacres gratuits et autres crimes de guerre, une réalité que les Irakiens n’auront pas le plaisir d’oublier.

Malheureusement, je peux aussi me rappeler d’innombrables anecdotes de mon temps en Irak. Des innocents n’étaient pas seulement pourchassés, torturés et emprisonnés, ils ont aussi été brûlés par centaines de milliers, certaines études prétendent même par millions.

Seuls les irakiens peuvent comprendre le mal absolu qui s’est déchainé sur leur nation. Ils se rappellent le rôle de l’Occident pendant la guerre entre l’Irak et l’Iran qui a duré huit ans ; ils se rappellent les sanctions de Clinton dans les années 1990, sanctions qui ont entraîné la mort de plus de 500 000 personnes, en majorité des femmes et des enfants. Puis est venu 2003 et l’Occident a achevé le travail. Aujourd’hui l’Irak est totalement dévasté. Les gens sont empoisonnés et mutilés et l’environnement est irradié par les bombes à uranium appauvri.

Après 14 ans de guerre contre le terrorisme, une chose est certaine : L’Occident excelle à fomenter la barbarie et à créer des États déchus.

Vivre avec des fantômes

Les yeux pétillants des jeunes enfants irakiens me hantent en permanence, c’est normal. Les visages de ceux que j’ai tués ou de ceux assez proches de moi que j’ai eu la possibilité d’examiner ne veulent pas quitter mes pensées. Mes cauchemars nocturnes et mes réflexions diurnes me rappellent d’où vient EI et pourquoi ils nous haïssent. Malheureusement, mais de façon compréhensible, cette haine nous poursuivra pendant les années et les décennies à venir. Comment pourrait-il en être autrement ?

J’insiste, le niveau de destruction que l’Occident a infligé au Moyen-Orient est absolument inimaginable pour la vaste majorité des gens vivant dans le monde développé. Et cette réalité est démontrée par le fait que les Occidentaux se demandent constamment et avec une grande naïveté : pourquoi nous détestent-ils ?

Finalement, les guerres, révolutions et contre-révolutions se passent et les générations suivantes vivent avec leurs conséquences. Les civilisations, les sociétés, les cultures, les nations et les individus survivent ou périssent. C’est ainsi que l’Histoire se déroule. Dans le futur, la manière dont l’Occident sera confronté au terrorisme dépendra largement du fait qu’il va garder, ou pas, son propre comportement terroriste. La manière la plus évidente d’empêcher que des groupes du style d’EI ne se forment est de s’opposer au militarisme occidental dans ses formes les plus effrayantes : les coups montés de la CIA, les guerres par procuration, les frappes par drones, les campagnes de contre-révolution, les guerres économiques…

En attendant, ceux qui comme moi ont directement participé à cette campagne militaire génocidaire devront vivre avec les fantômes de cette guerre. (propos recueillis par Michel Cornillon, écrivain)

Posté par jl boehler à 04:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 9 février 2016

RN 59 : l'accident le plus grave depuis 1998

100,101 et 102èmes morts depuis 1976 ! 

deux_morts_et_deux_enfants_gravement_blesses_dans_un_accident_1454927293

"Un accident de la route impliquant un poids lourd et deux voitures a eu lieu ce lundi matin sur la RN59 au niveau de la sortie de Châtenois vers Lièpvre, a annoncé le service d'incendie et de secours du Bas-Rhin. Le bilan fait état de deux morts et de trois blessés graves.

C'est en ces termes d'une banalité à toute épreuve que France 3 Alsace annonce l'accident le plus grave depuis 1998, sur cette route très accidentogène depuis 1976 où elle a été classée comme voie à vocation interrégionale ! On oublie de dire que c'est encore une fois sur le tronçon Lièpvre - Val de Villé, le plus dangereux, celui-là même qui a été retiré par nos élus du Contrat de Plan 2014 - 2015 et qui ne risque donc pas de laisser la place à une route plus apaisée et plus fonctionnelle.

Tous ont promis, sans jamais rien tenir 

deux_morts_et_trois_blesses_graves_dans_un_accident_1454922229

En 1998, les usagers s'étaient mobilisés pour la construction d'une nouvelle route, pour laquelle 8, 9 ou 10 tracés étaient à l'étude ! Sans aucun résultat pour cause de mésentente et de laxisme des élus responsables à tous les niveaux. Pendant quelques années, l'association "RN59 Sécurité" a démarché tous ces responsables, organisé des réunions publiques où tous ces élus sont venus promettre, signer des engagements, sans jamais rien tenir. Et aujourd'hui, ils en sont à la masturbation mentale pour savoir s'il fallait baisser les tarifs du tunnel Maurice Lemaire avant ou après la réalisation du contournement de Châtenois, pour lequel ils promettent le tout et son contraire.

Bien sûr, l'enquête de gendarmerie va conclure à une faute humaine de l'un des conducteurs. Mais mettra-t-on un jour en cause les défauts persistants de l'infrastructure et poursuivre certains de nos responsables pour non respect des promesses ? pour non-assistance à personne en danger ? pour homicide involontaire ? Car les accidents graves avec morts et blessés se répètent à espace régulier. Les derniers sont :

- le 19/2/2014 : 1 mort à La Vancelle (choc entre un poids-lourd et une voiture).

- le 6/12/2014 : 2 morts (choc frontal entre deux voitures).

- le 2/10/2015 (il y a 4 mois à peine) : 1 mort à La Vancelle (choc entre un poids-lourd et une voiture).

Sans compter les accidents qui n'ont fait que des blessés ou des dégâts matériels qui sont devenus de l'habituel et du banal. Nos grands et petits élus devraient déjà relever les traces de coups freins. Ils seraient sidérés. 

Quant à ceux qui veulent se rabattre sur un aménagement minimal (2x1 voie pour le contournement de Châtenois, giratoires sur le tronçon Val de Villé), qu'ils se rhabillent ! La RN 59 de Val de Villé à Lièpvre présente tellement de chausse-trappes (1 accès tous les 40 mètres) qu'il reviendra moins cher et plus sécuritaire de construire une nouvelle route. Quant à vouloir réaliser la déviation de Châtenois à 2x1 voie, c'est tout simplement du sabotage. 

marche18 juillet 1998 : marche silencieuse. Mais, la RN 59, dont le trafic a augmenté (23000 passages/jour à Val de Villé) est restée en l'état !

NB : La plupart des spécialistes de sécurité routière estime qu'une route à 2x1 voie est saturée à 17000 véhicules/jour. La RN 59, en 1998, supportait 17000 véhicules/jour à Val de Villé (11000 prenant la RN 59 vers le Val d'Argent, 6000 prenant la D 424 vers Villé). Aujourd'hui le trafic de la RN 59 est de 23000 véhicules/jour (16000 vers le Val d'Argent, 7000 vers le Val de Villé). Chacun peut en conclure les mesures qui s'imposent, d'autant plus que cette route est bien sinueuse.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 8 février 2016

Offenbourg : quand les "russes allemands" manifestent contre les émigrés

Qui sont les Russes Allemands ? 

offenbourg1

A partir de 1761, de nombreux allemands ont quitté leur pays pour tenter de faire fortune en Russie. Ils s'y étaient établis et pour la plupart avaient obtenu la nationalité russe. Mais dès 1941 et l'invasion de l'URSS par les troupes de Hitler, Staline décide la déportation de ces Allemands de la Volga vers la Sibérie. Entre 1941 et 1948, 850 000 descendants d'allemands sont internés dans des camps de travail. 35 % d'entre eux meurent au cours des cinq premières années. Une déportation qui reste un épisode traumatisant de l'histoire des familles allemandes de Russie. Certains fuient et viennent en Allemagne en 1945, d'autres après la chute du mur de Berlin.

D'anciens réfugiés contre la politique d'accueil !

De façon assez curieuse, ce sont ces anciens réfugiés qui protestent contre l'accueil des réfugiés venant de Syrie, d'Irak ou d'Afrique, et ce sont près de 200 d'entre eux qui ont manifesté ce dimanche à Offenbourg. Rassemblés devant la Mairie, ils exigent notamment une inversion de la politique d'accueil des réfugiés, plus de protection et de sécurité pour leurs femmes et leurs enfants. Il n'y a pourtant pas eu à Offenbourg des violences comme à Cologne.

Applaudi par les manifestants, leur représentant Alexei Simon a déclaré "qu'il y avait de l'abus dans l'application du droit fondamental d'asile". Angela Merkel, la chancelière, a eu droit à un traitement verbal spécial, des huées et des sifflets qui ont dû retentir jusqu'au proche Strasbourg où elle était en réunion gastronomique avec François Hollande.

D'anciens réfugiés qui ne veulent pas de réfugiés, on aura tout vu. 

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 7 février 2016

Vosges : le monde rural fait encore les frais du démantèlement du service public

40 villages sans boîtes aux lettres

poste1

« La Poste a mis au point, après des années de bons et loyaux services, un nouveau module de formation : arracheur de boîtes aux lettres. Cette innovation se traduit par l’arrachage de boîtes jaunes dans les hameaux de nos villages. Les opérations se déroulent certainement la nuit, à l’abri des clients postaux, pour éviter le stress des administrés. Merci pour cette délicatesse. » Écœuré et très en colère, c’est en ces termes sarcastiques que Michel Fournier, président des maires ruraux qualifie l’attitude de la Poste qui, depuis une dizaine de jours, procède au retrait de certaines boîtes aux lettres de rue. « Les maires sont révoltés. Certains ont même failli porter plainte pour vol de boîte aux lettres. Même les facteurs n’étaient pas au courant. La Poste ne mesure pas que ça a un impact sur les territoires ruraux. On atteint des sommets de la bêtise. Une seule boîte par village, c’est ridicule. Ça n’apporte qu’un sentiment de révolte qui va se traduire par un vote n’importe comment encore le prochain coup. »

Ces enlèvements concerneraient une quarantaine de villages vosgiens selon l’élu des Voivres : « Je n’ai même pas été prévenu, ni à aucun moment consulté sur le sujet. Merci à la Poste, défonceuse du service public, menteuse comme une arracheuse de boîtes ! », explique l’édile des Voivres qui a obtenu un rendez-vous avec le directeur régional la semaine prochaine.»

De son côté, la direction de la Poste, a répondu par l’intermédiaire d’un communiqué.

Une boîte pour 200 habitants

Si l’institution se gargarise de proposer l’un des réseaux parmi les plus denses en Europe avec 140 331 boîtes en France fin 2013, dont 128 000 de rues, soit une boîte pour 200 habitants, elle reconnaît également être obligée de vivre avec son temps et de se moderniser : « Il faut s’adapter aux modes de vie et de consommation des Français (des boîtes aux lettres près des lieux de vie, des boîtes aux lettres propres et bien entretenues, des boîtes aux lettres pour un dépôt tardif) et à la diminution constante du volume de courrier depuis plusieurs années. Aussi, la baisse du nombre de boîtes aux lettres (moins de 1 % en comparaison avec l’année dernière) doit être comparée à une baisse de près de 6 % du volume de courrier. » Autre chiffre assez explicite : celui du courrier collecté en boîtes aux lettres qui ne représente que « 12 % du total du courrier traité par la Poste, le reste étant collecté soit aux guichets des bureaux de Poste, soit déposé directement dans les centres de traitement de courrier. »

Du côté de la défense, on va même jusqu’à rappeler que « le facteur est à même d’emporter toutes les lettres à poster que les clients lui confieront » ou qu’il est indiqué sur les boîtes restantes les lieux de dépôt plus tardifs les plus proches.

Autant d’arguments qui auront du mal à convaincre les élus et leurs administrés de tous ces villages de plus en plus oubliés.

(Vosges-Matin du 6/2/2016)

Posté par jl boehler à 03:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 6 février 2016

Réfugiés au Japon

D’après les chiffres préliminaires publiés par le Ministère de la Justice japonais le 23 janvier, un nouveau record a été enregistré pour le nombre de demandeurs d’asile en 2015. On retrouve même des syriens et des afghans.

japon

En 2014, le Japon avait reçu 5 000 demandes d’asile et 11 personnes ont obtenu le statut de réfugié cette année-là.

En 2015, le nombre de demande a explosé pour atteindre 7 586 notamment avec l'arrivée de Syriens, d'Afghans et de Pakistanais. Mais ces derniers ont peu de chances de pouvoir rester car ils n'ont généralement aucun papier. Le Ministère de la Justice a accordé le statut de réfugiés à 27 personnes seulement mais a aussi autorisé 79 autres à rester sur le territoire nippon.

Parmi les demandes ayant pu être déposées avec des justificatifs, on peut compter, entre autres, 1768 Népalais, 969 Indonésiens, 926 Turcs, 808 Birmans et 572 Vietnamiens. 80% des demandeurs viennent de pays asiatiques. On peut donc remarquer que le Japon est très peu touché par l’importante crise migratoire que connait le monde en ce moment.

Cette hausse serait due aux restrictions de travail plus souples pour les immigrés mais aussi de l’assouplissement vis-à-vis du visa pour les Indonésiens, ce qui a pour conséquence directe une augmentation de 20% de demandes venant d’Indonésie. Selon le Ministère, près de 30 % des demandeurs refoulés n’étaient clairement pas des réfugiés politiques mais venaient seulement pour trouver un emploi. Le reste des demandes ont été rejetées car il n’y avait pas assez de preuves pour obtenir le statut de réfugié.

Sur les 27 élus qui ont obtenu le précieux sésame, 6 sont afghans, 3 viennent de Syrie, d’Éthiopie et du Sri Lanka tandis que l’Érythrée et le Népal comptent chacun 2 réfugiés.

C’est la cinquième année consécutive qu’un nouveau record est battu et pour la seconde fois avec une telle augmentation par rapport à l’année précédente. Avec un nombre de demande si important, il est devenu plus difficile pour le Ministère de trier les candidats et il se montre donc plus strict sur les critères de choix. (Caroline N)

Posté par jl boehler à 02:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,