vendredi 13 mai 2016

L'été arrive à Villé...

... les soirées- guinguette aussi

accord

guinguette

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 12 mai 2016

Du rififi chez les pseudo-socialistes

Macron et Valls, les frères ennemis, se chamaillent en public à l'Assemblée Nationale

Cela doit être joyeux en conseil des ministres, entre Simplet et Grincheux !

Posté par jl boehler à 11:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 11 mai 2016

Valls dégaine le 49/3, la kalachnikoff des faibles

Au risque de voir se soulever tout le pays

Alors qu'il risquait de ne pas avoir la majorité pour voter la loi dite "Travail", portée par Myriam El Khomri, Manuel Valls a souhaité recourir à l'article 49 alinéa 3 de la constitution. À 14h30, le Premier ministre a convoqué un conseil des ministres extraordinaire qui l'a autorisé à engager la responsabilité du gouvernement. Une motion de censure a été déposée par l'opposition. Mais le Front de gauche, le Parti communiste et le Front national souhaitent aussi voter la motion de censure. Ce sont les députés PS frondeurs qui feront -ou non- pencher la balance. Déposé mardi après-midi, la motion de censure sera discutée et soumise au vote jeudi. Dès 18 heures, de nombreux opposants au texte se sont rassemblés devant l'Assemblée nationale, dans une ambiance tendue face au CRS qui en bloquent l'entrée.Invité du journal de 20 heures sur TF1, Manuel Valls a assuré ne pas craindre la motion de censure. Et il a appelé les députés de la majorité susceptibles de la voter à prendre leurs responsabilités. Les sept syndicats contestataires appellent à deux nouvelles journées de grèves et de manifestations les 17 et 19 mai.

AN2

AN1

Filippetti: "On n'a pas de leçon à recevoir si on vote avec la droite"

Et si, en fin de compte, c'est la rue qui votait la motion de censure avec ses pieds ?

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 10 mai 2016

Sarko en Argentine

LA PROPAGANDA DE LA SOPA KNORR - BRUNI - SARKOZY

carla

Nicolas Sarkozy, accompagné de Luc Chatel, Rachida Dati (décidément, elle est dans tous les bons coups, celle-là), Christian Jacob et Éric Woerth, a encore une fois posé ses valises à Buenos Aires. En août 2015, lors d'une visite privée teintée de conférences rémunérées pour joindre l'utile à l'agréable, et d'un concert privé de Carla Bruni, il avait déjà rencontré Mauricio Macri, alors candidat à la présidence de l'Argentine. Il s'était également réuni, à l'occasion d'un curieux dîner dans une maison du centre historique de Buenos Aires, avec une poignée d'influents entrepreneurs argentins.

La semaine passée, il a démarré dans la soirée son périple de quarante-huit heures par une intervention rémunérée à Santiago-du-Chili (histoire de ne pas perdre les bonnes habitudes), dans le cadre d'un forum économique avant de rencontrer, jeudi à Buenos Aires, le président argentin Mauricio Macri, élu de justesse en 2015 (alors qu'il était devancé par son rival, Daniel Scioli, au premier tour).

Carla_Bruni_Sarkozy_star_en_Argentine_grace_a_du_bouillon

Mais en Argentine, c'est surtout l'épouse de Nicolas Sarkozy qui est connue comme chanteuse. "Quelqu’un m'a dit" est la chanson qui tourne en boucle dans les écrans publicitaires de la télévision argentine.

Cette chanson en francais de Carla Bruni sert de "bande sonore" à une publicité pour une célèbre marque de soupe de légumes. Il y a trois ans, Knorr imagine une publicité mettant en scène deux employés d'une même compagnie, une Argentine et un Russe, qui tombent amoureux par écrans interposés. Ils décident alors d'utiliser la chanson de Carla Bruni pour illustrer cette romance sur fond de légumes bouillis. 

Il n'en faut pas plus pour faire dire aux mauvaises langues qu'en Argentine aussi....Sarkozy et Bruni préparent une soupe électorale ! 

sarko1

Posté par jl boehler à 12:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 9 mai 2016

Manifestation à Varsovie

Le plus important mouvement depuis la chute du communisme

varsovie

C'est l'une des plus importantes manifestations en Pologne depuis la chute du communisme. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont participé, samedi 7 mai, à une manifestation dans le centre de Varsovie pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement conservateur qu'elles considèrent comme une menace pour la démocratie et pour l'avenir de la Pologne.

Organisée, sous le mot d'ordre "Nous sommes et resterons en Europe", la manifestation s'est déroulée dans le calme, sous un soleil estival. Le cortège des manifestants s'est rassemblé sur un boulevard passant devant le palais présidentiel. La maire de la ville, membre du parti d'opposition Plateforme civique (PO), a estimé la mobilisation à 240.000 personnes. Selon le chef de file de PO, cette manifestation est la plus importante qu'ait connue le pays depuis la chute du gouvernement communiste en 1989.

L'opposition polonaise accuse le parti Droit et Justice (PiS, conservateur), arrivé au pouvoir l'an dernier, de chercher à réduire les avancées démocratiques et à modifier l'équilibre des pouvoirs, entretenant des tensions entre Varsovie et ses partenaires européens. Les opposants redoutent également que les eurosceptiques du PiS ramènent la Pologne, ancien pays satellite de l'Union soviétique, dans le giron de la Russie.

Posté par jl boehler à 03:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 8 mai 2016

Palmyre outragé, Palmyre ruiné, mais Palmyre libéré !

Un maestro russe et son orchestre symphonique jouent dans les ruines de Palmyre

Posté par jl boehler à 01:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 7 mai 2016

Maisonsgoutte : commission communale d'aménagement foncier

A Maisonsgoutte, la commission citée avance. A Villé elle fait du surplace et dort depuis 2008. Certains conseillers n'en connaissent même pas l'existence, encore moins son supposé fonctionnement et ses compétences. Il est vrai que lors de la délibération concernant ce point notre conseillère départementale - adjointe au maire était absente et n'a donc pu s'intéresser à ce problème. Aussi, ne faut-il pas s'étonner que nos édiles villois considèrent comme affabulateurs tous ceux qui soulèvent l'affaire.

maisonsgoutte2

maisonsgoutte

maisonsgoutte1

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 6 mai 2016

Un referendum en Suisse

Charité bien ordonnée commence par soi-même

suisse(Extrait de "L'Alsace" du 4/5/2016)

suisse1

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 5 mai 2016

Les 400 ans de la mort de Miguel Cervantès

Une vie mystérieuse

cervantes_obras_cortas

Beaucoup d´intellectuels soulignent l’absence de célébrations officielles, à l’image de ce que l’Angleterre a fait pour fêter la mort de Shakespeare. Planétairement connu pour son Don Quichotte, l’emblématique auteur espagnol Miguel de Cervantès est mort le 22 avril 1616 à Madrid, mais l’anniversaire a toujours été célébré le 23, jour de son enterrement, et date du décès de son grand confrère britannique William Shakespeare. Beaucoup de mystères demeurent sur l’existence de ce soldat devenu prisonnier puis percepteur d’impôts, un écrivain presque anonyme n’ayant connu la gloire qu’à 50 ans passés grâce à Don Quichotte.

Né en 1547 à Alcala de Henares, près de Madrid, Cervantès s’est ensuite installé à Madrid avec sa famille modeste, et y a écrit son premier poème vers l’âge de 20 ans. En Italie, il s’engage comme soldat et participe à la bataille de Lépante (1571), où une alliance chrétienne de plus de 200 vaisseaux inflige une défaite à la flotte de l’empire ottoman.

Cervantès combat et se blesse à la poitrine et à la main gauche, dont il perd définitivement l’usage. Guéri, il participe à d’autres campagnes militaires avant de chercher à regagner l’Espagne, en 1575. Son bateau est capturé par des pirates qui l’emmènent à Alger, administrée par les Ottomans. Il y restera cinq ans jusqu’au paiement de sa rançon par sa famille et par un ordre religieux. En 1584, il a une fille, sa seule descendance. Mais il n’épousera pas sa mère, lui préférant plus tard une autre femme, de 20 ans sa cadette, avec laquelle il s’installe dans un petit village de Castille-La Mancha (centre) où «Don Quichotte» vécut aussi.

Don_Quixote_Windmill_570x484

Les années suivantes ont vu Cervantès repartir à Madrid où il est resté jusqu’à sa mort, sans grands moyens et sans imaginer à quel point il marquerait l’histoire de la littérature. L’écrivain a été emporté par la mort à 68 ans après une vie pleine de rebondissements. Il a survécu à une bataille navale, à cinq ans de captivité à Alger et quelques passages en prison en Espagne.

Cervantès est considéré comme le père du roman moderne, et son Don Quichotte reste l’une des œuvres les plus traduites de la littérature mondiale. L’histoire du pauvre gentilhomme fou de lecture, qui se prend pour un chevalier redresseur de torts, connut un succès immédiat et foudroyant dès sa publication en 1605. Cervantès a inspiré des générations d’écrivains de Jane Austen à Fiodor Dostoïevski, Gustave Flaubert et Mark Twain.

«Son œuvre est universelle parce qu’elle ne se limite pas à une époque ou un à pays, elle reste d’actualité», dit Javier Rodriguez Palacios, le maire d’Alcala de Henares, la ville de naissance de Cervantès. «Racontez cette vie à un lycéen de 16 ans, il réalisera que ce qui se passe aujourd’hui — le chômage, l’exil des jeunes, les conflits entre les gens d’origine espagnole et les autres — Cervantès l’a connu aussi», affirme-t-il. 

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 3 mai 2016

Journée du 3 mai en direct

an

  • 14h10 : Quelques pétards éclatent mais sinon, c’est très calme sur la place. Slogans "Tous les flics sont des bâtards", "Paris debout soulève-toi". Unité spontanée contre la répression policière. Une partie des gens partent.
  • 14h La base de la CGT vient se mélanger quand il y a des attroupements, face à la barrière policière "Pétain, reviens, t’as oublié tes chiens !" On sent que la base de la CGT a aussi envie d’en découdre ! Vision d’horreur : La CFE-CGC (syndicat des cadres) est présente mais a mis un fil tout autour d’eux avec des mecs de sécu privée tout autour. Ils se font chambrer par la CGT et traité de "traîtres". Slogans : "Tout le monde déteste la police", "Que fait la police ? ça crève les yeux !", "Qui sème la misère récolte la colère"
  • 13h50 : Quelques lycéens arrêtés parce que portant des masques à gaz pour se protéger des différentes grenades, lacrymogènes envoyées régulièrement par les forces de l’ordre depuis le début du mouvement pour le retrait de la loi Travail.
  • 13h : Le secrétaire général de la CGT , Philippe Martinez, prend la parole. Pas de grandes annonces, il a néanmoins répété que la CGT continuera jusqu’au retrait et a dénoncé les violences policières. Finalement ça passe à peu près. Par contre personne n’a pu entendre William Martinet, président de l’Unef : il s’est fait huer aux cris de "Unef, Medef, même combat". 
  • 12h35 : 3000 personnes rassemblées aux Invalides. Un drone dans les airs.
  • 12h20 : La CFE-CGC (cadres et techniciens), dont le syndicat de porcs Alliance fait partie, se sont auto-parqués dans un coin de la place, derrière des barrières infranchissables à qui ne possède pas la carte du syndicat, et les syndiqués ont ordre de ne pas parler aux passants.
  • 12h00 : rassemblement intersyndical Place des Invalides et prises de paroles.
  • 11h20 : Départ de Montparnasse. Pas mal de flics dans le quartier, mais ils restent plutôt discrets.
  • 11h00 : Manifestation de Montparnasse aux Invalides.
  • 10h30 : Les manifestants ont été prestement virés par les flics de Brigade d’intervention.
  • 9h30 : Une centaine de manifestants  issue de Nuit  Debout s’assoit pacifiquement devant l’assemblée nationale. 

Et pendant ce temps, une vingtaine de députés débattent de la loi El Khomri ! Quel sérieux, quel intérêt pour les 540 ou 550 absents ! Courage, fuyons !

loi_travail_myriam_el_khomri_assemblee_absenteisme_5591889

Posté par jl boehler à 10:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,