lundi 23 mars 2015

Communiqué de l'équipe de gauche rassemblée du canton de Mutzig

scharly

Nous tenons sincèrement à remercier les 1348 électeurs de notre canton de Mutzig qui nous ont donné leur voix en faisant le choix de la gauche rassemblée !

Il s’agit maintenant de regarder le second tour de dimanche prochain 29 mars. L’UMP fera face au FN!
Nous nous tournons vers vous et ensemble, solidaires et responsables, nous ne pouvons utiliser le message du « ni, ni » à nouveau porté ce soir par le Président de l’UMP n’appelant pas, une fois de plus, au front républicain.


Bien au contraire, parce que nous voulons défendre notre république et ses valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, parce que nous soutenons notre démocratie, parce que nous portons notre liberté de penser et de s’exprimer, parce nous tenons au respect des autres, alors nous vous demandons, à vous chers amies et amis de notre canton, d’aller voter au second tour contre le Front National.

L’équipe de Gauche Rassemblée du Canton de Mutzig
Astrid Scharly et Virginie Paclet
Régis Simoni et Patrick Appiani

Posté par jl boehler à 09:45 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 22 mars 2015

Soldat Louis

Après son succès de 2011, Soldat Louis revient en Alsace

soldat_louis

Posté par jl boehler à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 21 mars 2015

Marché du terroir : lettre ouverte au maire de Villé

march_

Monsieur le Maire,

Comme vous le savez, en tant que conseiller municipal de 2001 à 2008, je me suis occupé du marché du terroir estival qui avait lieu tous les jeudis. Nous avions à cette époque réuni près 30 producteurs locaux. Ce marché était une belle réussite.

J'ai pu rencontrer au courant des derniers jours, plusieurs producteurs qui participaient encore régulièrement à ce marché qui en 2014 n'en rassemblait plus qu'une douzaine. Plusieurs m'ont affirmé qu'ils ne participeraient plus au marché de l'été 2015, et certains sont des piliers de ce marché, pour diverses raisons qui m'ont été rapportées :

- Trop peu de ventes ! Des élus responsables du marché ne viennent apporter des tracts qu'en période électorale, mais donnent par ailleurs le mauvais exemple en n'achetant jamais rien. Aucun élu de Villé ne s'est jamais déplacé sur les lieux de production.

- Le règlement établi il y a plusieurs années semble tombé en désuétude, n'est appliqué que partiellement ("à la tête du client" m'a affirmé l'un d'eux), et tout le monde fait n'importe quoi.

- Certains semblent avoir de très mauvaises relations avec vous et votre responsable du marché que je ne nommerai pas pour ne pas lui nuire, puisqu'elle est en campagne électorale.

- De même, les relations entre certains exposants semblent détestables.

Je ne vais pas continuer la liste des griefs, mais j'espère, Monsieur le Maire, que les années de travail pour le développement de ce marché n'auront pas été inutiles, que vous saurez redresser la barre pour que ce marché du terroir ne passe pas de vie à trépas. J'ai toujours proposé que les producteurs aient la possibilité de créer leur association et de se gérer eux-mêmes comme cela se fait ailleurs où ce genre de marché fonctionne à merveille (Saales, Dambach-la-Ville, etc...). L'association de marché solidaire, présidée par Mme Christiane Dutter, fonctionne très bien de cette manière. Alors pourquoi pas le marché du terroir ?

Espérant avoir été compris, veuillez agréer, Monsieur le Maire, l'expression de mes sentiments les meilleurs,

Jean-Louis Boehler

ancien conseiller municipal

ancien responsable du marché du terroir

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 20 mars 2015

La gauche - profession de foi

Malgré la grève annoncée des facteurs pour ce jeudi, 19 mars, les professions de foi sont arrivées dans le Val de Villé !

foi1

foi2

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 19 mars 2015

Un front unique aux élections présidentielles de Côte d'Ivoire

ouattara1

Des représentants d’une dizaine de partis politiques, issus de la majorité et de l’opposition à Alassane Ouattara, ont annoncé mardi soir la création d’une coalition contre le chef de l’Etat ivoirien, seul candidat d’envergure déclaré avant la présidentielle d’octobre.

Cette coalition qui se veut victorieuse contre Ouattara rassemble tous ceux qui jugent son bilan catastrophique, tous les frustrés, les peureux, les hésitants, les déçus des deux camps pour qui Ouattara ne mérite pas un second mandat, a déclaré à l’AFP Mamadou Koulibaly, l’un de ses membres, lui-même candidat déclaré au scrutin.

Des représentants du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) et du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, majorité), deux partis majeurs fortement divisés avant l’élection d’octobre, ont participé à la réunion fondatrice de ce nouveau front, a constaté l’AFP.

On en parlait depuis de longs mois. Chacun attendait de voir l’évolution au sein de son camp avant de se décider, a expliqué M. Koulibaly, ancien président de l’Assemblée nationale sous l’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo.

Seul le Rassemblement des républicains (RDR), la formation d’Alassane Ouattara, présente un visage unifié à sept mois de la présidentielle, qualifiée de cruciale pour la décrispation en Côte d’Ivoire, qui sort d’une décennie de crise politico-militaire.

Que les gens fassent des alliances, et surtout des mésalliances, voire des mésalliances contre-nature, au RDR, ce n’est pas notre problème, a commenté Joël N’Guessan, porte-parole du parti.

Laurent Akoun, un cadre du FPI, a de son côté rejeté toute idée d’alliance contre-nature.

Un politique prend acte du contexte dans lequel il vit et puis il avance (…) Ce sont les intérêts du pays qui commandent ces alliances. Si ça peut ramener un minimum de cohésion dans le corps social tout entier, nous nous sentons que c’est important que les Ivoiriens se rassemblent, a-t-il argumenté.

FPI et du PDCI, opposés l’un à l’autre sur l’échiquier politique, sont en proie à des scissions internes.

Un nombre croissant de militants du FPI conteste l’autorité du président du parti, Pascal Affi N’Guessan, qui souhaite conduire la principale formation de l’opposition à la présidentielle.

Ses opposants en interne ont suspendu début mars M. N’Guessan, qui conteste cette éviction devant la justice ivoirienne.

Quatre frondeurs, dont l’ex-Premier ministre Charles Konan Banny, s’opposent au PDCI à la stratégie de leur formation de ne pas présenter de candidat en octobre prochain afin d’assurer la victoire d’Alassane Ouattara.

Les quatre cadres de l’ancien parti unique, absents, étaient représentés par des proches mardi.

Il y a sept ou huit candidats potentiels (au sein de la coalition). Plusieurs d’entre nous souhaitent qu’il puisse y avoir une candidature unique. Mais pour le moment, on n’en est pas à ce stade, a observé Mamadou Koulibaly.

La coalition vise à faire reculer Ouattara sur tous les points du processus électoral qu’il est en train de verrouiller pour se garantir une victoire trop facile, a-t-il dénoncé.

L’opposition critique la composition selon elle trop pro-Ouattara de la Commission électorale indépendante (CEI), organisatrice du scrutin, ce que les autorités nient. Elle accuse également les médias publics d’être des instruments de propagande à la solde du chef de l’Etat.

La présidentielle de novembre 2010 en Côte d’Ivoire s’est terminée dans le sang. Plus de 3.000 personnes sont mortes dans des violences électorales liées au refus de l’ex-président Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara.

Laurent Gbagbo est emprisonné depuis plus de trois ans à La Haye, en attente de son procès pour crimes contre l’Humanité devant la Cour pénale internationale.

AFP

Posté par jl boehler à 11:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 18 mars 2015

Les facteurs en grève

20130410

Les facteurs de plusieurs régions de France sont en grève la semaine du 16 au 21 mars 2015. Ils dénoncent le surplus de travail engendré par la distribution des professions de fois des candidats pour les élections départementales, et le manque de compensations financières.

Selon les régions, le mouvement est différent : un à plusieurs jours de grève, une absence totale de distribution ou juste la non-distribution des plis pour les élections. En Alsace, la grève sera effective au moins jeudi, 19 mars. Les envois officiels arriveront-ils à temps pour le premier tour des élections ? Et qu'est-il prévu pour le scrutin en cas de non distribution ? La question mérite d'être posée.

Posté par jl boehler à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 17 mars 2015

RN 59 : le binôme UMP Bierry-Mozziconacci ignare !

 

rn1

Arrêtez ! Mme Mozziconacci et Mr. Bierry de parler de choses que vous ne connaissez pas. A la page 6 de votre tract de 8 pages qui sont un vrai "Catalogue de la Déroute" vous citez comme votre priorité pour demain le Contournement de Châtenois ! déjà inscrit au Contrat de Plan Etat/Région depuis belle lurette, que vous avez participé à amputer du tronçon inscrit en 2000 Lièpvre - Val de Villé (le plus accidentogène), que vous voulez réaliser à 2x1 voie contrairement à la DUP en vigueur ! De plus la RN 59 est une route nationale, hors de votre compétence ! Alors arrêtez votre cinéma. Vous n'avez jamais rien obtenu pour cette route, même pas la baisse du tarif des péages du tunnel de Ste-Marie-aux-Mines, pour laquelle Mme Mozziconacci s'était engagée publiquement lors de sa campagne de 2011 sans même savoir que le conseil général 67 n'avait aucun pouvoir en ce domaine.

DNA du 19 décembre 1998

rn

Posté par jl boehler à 23:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 16 mars 2015

Les armes chinoises

Helicpt_res_arm_s

Selon des statistiques publiées lundi par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri), la Chine devient le troisième exportateur mondial d’armes. Elle dépasse ainsi l’Allemagne et la France.

En effet, les chiffres publiés par SIPRI portent sur une période de cinq ans (2010-2014) afin de faire apparaître les grandes tendances. On retient clairement de ces chiffres que sur le marché de l’armement les États-Unis ont nettement pris la tête (31% des exportations) devant la Russie (27%). Les trois suivants arrivent loin derrière, avec quelque 5% des exportations chacun.

Pour l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, la France aurait pu être troisième si elle avait livré fin 2014 un navire Mistral que la Russie n’a pas obtenu du fait du conflit dans l’Est de l’Ukraine.

Dans le même temps, le rapport indique que trois pays asiatiques rassemblent plus des deux tiers des livraisons à l’étranger d’armement chinois. Il s’agit du Pakistan (41% à lui tout seul), le Bangladesh et la Birmanie. Pékin a aussi commercé avec 18 pays africains sur la période.

On note aussi que la Russie fournit pour sa part en premier lieu l’Inde, premier importateur mondial, dont 70% des importations d’armes sont russes. Pour leur part, les États-Unis ont la clientèle la plus diversifiée: le premier importateur d’armes américaines, la Corée du Sud, ne représente que 9% du total. Quant à la France, elle vend d’abord au Maroc (18%) et à la Chine (14%).

L’institut révèle dans son rapport que les efforts de la France pour augmenter ses exportations d’armes ont été couronnés par le contrat passé avec l’Égypte en février. Grâce à ce contrat, la France va livrer 24 avions Rafale et une frégate multi-missions à l’Egypte.

Parmi les dix premiers exportateurs mondiaux, la Chine (+143% ces cinq dernières années par rapport aux cinq précédentes), l’Ukraine et la Russie sont ceux qui ont connu la plus forte croissance, tandis que les livraisons de l’Allemagne et la France ont reculé.

L’Inde, avec 15% du marché vient à la tête dans le tableau des importations et se trouve loin devant les numéros deux et trois, l’Arabie saoudite et la Chine (5% chacune).

« Le volume du commerce mondial d’armes avait augmenté de 16% ces cinq dernières par rapport à la période 2005-2009 », précise le SIPRI.

Aussi, le rapport relève-t-il que le volume d’armement échangé dans le monde reste encore d’un tiers inférieur à son pic de l’après-guerre, atteint au début des années 1980 malgré la hausse notée depuis une dizaine d’années. (selon "Oeil d'Afrique")

Posté par jl boehler à 10:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 15 mars 2015

Les désinformations du binôme de l'UMP : la gendarmerie de Villé !

nouvelle_gendarmerie

Ils ont peur et il s'affolent. Alors il leur faut s'expliquer dans un document de 8 pages. Encore faudrait-il qu'il ne soit pas bourré de contrevérités. Il va falloir plusieurs posts pour rétablir la vérité. Alors, commençons par la gendarmerie de Villé que le binôme sortant s'accapare dans ses prétendues réalisations. Rappelons tout d'abord que la gendarmerie est une compétence régalienne de l'Etat ! Rien à voir du côté de son fonctionnement ni avec l'ancien conseil général, encore moins avec le futur conseil départemental.

Mais, on peut supposer que notre tandem de choc voulait évoquer la construction de la nouvelle gendarmerie villoise réalisée par la SIBAR (société immobilière du Bas-Rhin) qui est une SEM (société d'économie mixte) dans laquelle le conseil général possède certes une part d'actions. Il n'empêche que cette SEM est indépendante du Conseil Général.

Rappelons-nous d'ailleurs les différentes péripéties de la construction de cette nouvelle gendarmerie. Dès 2002, le ministère de l'armée, sous la direction de Michèle Alliot-Marie, met en place un grand projet de renouvellement des bâtiments militaires. Les premières gendarmeries sont inaugurées en 2010.

A Villé, les péripéties ont été nombreuses. D'abord le conseil municipal a estimé que la gendarmerie pouvait être rénovée et agrandie sur le site existant, où le ministère de la Défense possédait près d'un demi-hectare en friche. Voir photo ci-dessous.

001Rappelons qu'à l'époque, ces terrains faisaient partie du lotissement communal de la rue du Beausite, que les terrains étaient vendus à des villois qui souhaitaient y construire leurs maisons, et que ces propriétaires furent expropriés selon des méthodes de déguerpissement dignes de dictatures africaines. Et même si cela remonte aux années 1950/55, beaucoup de villois s'en souviennent. Alors laisser ces terres en friches et ne pas y agrandir la gendarmerie, c'est une insulte à tous les villois. 

Le ministère de la défense, tout comme la SIBAR, refusèrent cette proposition dès 2004. Le maire de Villé s'inclina, malgré une forte opposition de son conseil municipal. Fut alors proposé comme site possible l'entrée de Villé (en venant de Triembach-au-Val). Un endroit qui était aussi en friches... et qui l'est toujours, malgré un grand panneau posé par une agence immobilière. Le terrain répondait à une exigence du ministère de la défense, en étant au plus près des interventions en cas d'accidents de la route. C'est la SIBAR qui mit son veto : trop chère la construction, le terrain est en pente ! Et finalement, le maire proposa un terrain communal à côté de l''atelier municipal qui était prévu pour une salle des fêtes, qui, de ce fait, ne vit jamais le jour. Au conseil municipal, le vote, après une longue séance houleuse qui ne vit pas une réelle majorité se dégager, le vote en faveur de la cession de ce terrain se fit avec 7 voix pour, 6 contre et 5 abstentions.

Puis eut lieu la bataille pour le prix de vente. Le conseil demandait que la SIBAR s'aligne sur la valeur du prix d'un terrain de construction, et la commune vendait à ce moment les terrains du lotissement "les Pommiers 1" à 6000 € l'are HT. La SIBAR imposa 3000 €, et le terrain fut bradé à ce prix.

Mais comme Charlie-Hebdo, pardonnons à ce tandem : Mr. Bierry venait juste d'être élu au conseil général et ne connaissait donc rien à cette affaire ! Quant à la candidate villoise, elle n'était encore ni au conseil municipal, encore moins au conseil général ! Bref, elle n'était politiquement pas née. Beaucoup de villois trouvent cependant fort de café cette récupération électoraliste.

Posté par jl boehler à 11:14 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,