samedi 6 février 2016

Réfugiés au Japon

D’après les chiffres préliminaires publiés par le Ministère de la Justice japonais le 23 janvier, un nouveau record a été enregistré pour le nombre de demandeurs d’asile en 2015. On retrouve même des syriens et des afghans.

japon

En 2014, le Japon avait reçu 5 000 demandes d’asile et 11 personnes ont obtenu le statut de réfugié cette année-là.

En 2015, le nombre de demande a explosé pour atteindre 7 586 notamment avec l'arrivée de Syriens, d'Afghans et de Pakistanais. Mais ces derniers ont peu de chances de pouvoir rester car ils n'ont généralement aucun papier. Le Ministère de la Justice a accordé le statut de réfugiés à 27 personnes seulement mais a aussi autorisé 79 autres à rester sur le territoire nippon.

Parmi les demandes ayant pu être déposées avec des justificatifs, on peut compter, entre autres, 1768 Népalais, 969 Indonésiens, 926 Turcs, 808 Birmans et 572 Vietnamiens. 80% des demandeurs viennent de pays asiatiques. On peut donc remarquer que le Japon est très peu touché par l’importante crise migratoire que connait le monde en ce moment.

Cette hausse serait due aux restrictions de travail plus souples pour les immigrés mais aussi de l’assouplissement vis-à-vis du visa pour les Indonésiens, ce qui a pour conséquence directe une augmentation de 20% de demandes venant d’Indonésie. Selon le Ministère, près de 30 % des demandeurs refoulés n’étaient clairement pas des réfugiés politiques mais venaient seulement pour trouver un emploi. Le reste des demandes ont été rejetées car il n’y avait pas assez de preuves pour obtenir le statut de réfugié.

Sur les 27 élus qui ont obtenu le précieux sésame, 6 sont afghans, 3 viennent de Syrie, d’Éthiopie et du Sri Lanka tandis que l’Érythrée et le Népal comptent chacun 2 réfugiés.

C’est la cinquième année consécutive qu’un nouveau record est battu et pour la seconde fois avec une telle augmentation par rapport à l’année précédente. Avec un nombre de demande si important, il est devenu plus difficile pour le Ministère de trier les candidats et il se montre donc plus strict sur les critères de choix. (Caroline N)

Posté par jl boehler à 02:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 5 février 2016

Chili : la faune marine en péril

Après des centaines de baleines, c'est au tour des calmars de mourir en masse

baleine

Au Chili, les autorités ont réalisé en ce mois de janvier le survol d’une zone éloignée du sud de la Patagonie afin de trouver les causes du décès d’environ 330 baleines, un échouage massif découvert il y a quelques mois dans un fjord. Les recherches prennent une nouvelle dimension avec « un vol de l’Armée chilienne », c’est au mois d’avril que 20 baleines de l’espèce Sei (pouvant mesurer jusqu’à 16 mètres de long et peser 30 tonnes) échouées ont été découvertes par un groupe de scientifiques dans le Golf de Penas, à environ 1950 km au sud de Santiago, puis une nouvelle expédition scientifique effectuée en juin a permis d’identifier près de 330 baleines sans vie.

Les chercheurs souhaitent déterminer si les cétacés sont décédés de causes naturelles ou s’il y a une cause humaine de type pollution et également si les deux échouages s’expliquent de la même façon. Mauricio Ulloa, chargé de préserver les espèces protégées sur le territoire national chilien a rappelé que le nombre de cadavres retrouvés était vraiment impressionnant « il s’agit d’un record mondial. Jamais il n’y a eu un échouage qui inclut autant de spécimens de cette taille et de ce poids dans un même lieu, lors d’un même évènement »À ce jour, les causes restent une énigme pour la communauté scientifique, les autorités chiliennes avaient annoncé au mois de décembre un travail conjoint avec des experts étrangers pour identifier les origines de ces morts.

chili

La présence du Niño en cet été austral pourrait avoir un impact, en effet le réchauffement des eaux océaniques réduit les sources d’alimentation des baleines. L’acidification des océans en raison de l’augmentation du dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère affecte également les baleines, car il réduit le plancton dont elles se nourrissent.

En effet, El Niño, résultant de l’interaction entre l’océan et l’atmosphère dans les régions de l’Est et du centre du Pacifique équatorial, peut avoir des effets dévastateurs, et a déjà provoqué la disparition de 90 % des iguanes marins, 50 % des phoques, 75 % des pingouins et de presque tous les bébés phoques de moins de trois ans aux Galapagos (à 1000 km des côtes équatoriennes).

CalamarPatagonico

Malheureusement, il est prévu que les effets globaux du changement climatique dépassent largement celles causées par El Niño « avec les événements de 1982-83 et en 1997-98, deux des trois phénomènes les plus forts depuis 1950 », a déclaré dans un récent rapport un représentant du Parc national des Galapagos.

Autre fait inquiétant, ces derniers jours les cadavres de milliers de calmars géants (Dosidicus gigas) ont été retrouvés sur le littoral de l’île Santa María, situé face aux côtes de la province d’Arauco (au Chili), et encore une fois l’influence du phénomène météorologique El Niño n’est pas totalement écartée par les scientifiques. (selon Actu Latino)

Posté par jl boehler à 02:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 4 février 2016

Délits à haut niveau

Faux, usage de faux et diffamation

Ali_Bongo

Une héritière de l’ex-président gabonais Omar Bongo Ondimba, demi-soeur de son fils et successeur Ali Bongo Ondimba, a porté plainte en France pour « faux », après avoir obtenu en novembre la communication de l’acte de naissance de ce dernier, selon des sources concordantes.

« Une plainte contre X pour +faux et usage de faux+ a été déposée au parquet de Nantes (ouest) la semaine dernière », a déclaré à l’AFP Éric Moutet, l’avocat de Onaida Maisha Bongo Ondimba, 25 ans, fille d’Omar Bongo et l’une de ses 54 héritiers déclarés.

Le parquet a confirmé la réception de cette plainte.

A la suite d’un feu vert judiciaire le 12 novembre, la jeune femme a pu consulter l’extrait de l’acte de naissance complet d’Ali Bongo, qui figure dans les archives du service central d’état civil du ministère français des Affaires étrangères, basé à Nantes, a expliqué Me Moutet.

Ce document est au cœur d’une vive controverse au Gabon à l’approche de la présidentielle prévue cette année: les détracteurs d’Ali Bongo l’accusent d’avoir menti sur ses origines, ce qui pourrait l’empêcher de briguer un nouveau mandat.

La polémique avait été lancée à l’automne 2014 après la publication d’un livre du journaliste français Pierre Péan, « Nouvelles affaires africaines », qui affirme qu’Ali Bongo a falsifié son acte de naissance. Selon cette thèse, vigoureusement démentie par la présidence gabonaise qui a porté plainte, il serait en fait un enfant nigérian adopté pendant la guerre du Biafra, à la fin des années 1960.

Le document archivé à Nantes confirme la version officielle, à savoir qu’Ali Bongo est né le 9 février 1959 à Brazzaville, capitale de l’ancienne Afrique équatoriale française (AEF), qui comprenait tout ou partie du Gabon, du Congo, du Tchad et de la République centrafricaine.

« On s’attendait à avoir un document officiel. En réalité, c’est une photographie de registre, sans estampille officielle et qui n’est pas signé par l’officier de l’état-civil », a détaillé l’avocat.

« L’élément troublant supplémentaire, c’est la signature d’Omar Bongo, (…) qui est radicalement différente sur cet acte » et sur un autre, a poursuivi Me Moutet.

Trois actes de naissance d’Ali Bongo ont été divulgués, et « il y a au moins un document qui est faux, si ce n’est les trois », a-t-il avancé. « Il y a beaucoup trop de différences entre les trois, trop d’éléments troublants dans ce dossier pour ne pas demander une enquête approfondie », a lancé Me Moutet.

L’avocate d’Ali Bongo, Me Claude Dumont-Beghi, a pour sa part dénoncé cette remise en question et annoncé son intention de « déposer une plainte pour diffamation et dénonciation calomnieuse ». (Selon l'AFP)

  • Evidemment, ce n'est pas en France qu'on verrait ça, y compris dans le Val de Villé où le mot diffamation a été rayé du dictionnaire.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 3 février 2016

RN 59 : Antoine Herth ne manque pas d'air !

Les "schnaps-idées"  du député 

herth1

Depuis que Antoine Herth est devenu député en 2002, puis vice-président du conseil régional chargé des transports en 2010, il faut bien reconnaître que ce brillant homme politique a eu par intermittences des idées lumineuses. Comme celle qu'il a émise en  juin 2008 d'ôter le tunnel Maurice Lemaire du GPS (voir l'article du blog Antoine Herth connaît le GPS et son résultat pratique Le GPS n'indique plus le tunnel ). Heureusement pour les riverains et les usagers, les interventions de cet élu sont restées très espacées.

Ainsi, il n'est jamais intervenu auprès de son ami LR (UMP autrefois) Philippe Richert pour empêcher en 2003 le transfert des fonds prévus pour la déviation de Châtenois vers Mertzwiller, tout comme il n'a jamais insisté pour qu'en 2004 l'Etat fasse appel de l'annulation de la DUP par le tribunal administratif, tout comme il n'a pas insisté pour que le tronçon  Val de Villé - Lièpvre soit inscrit au CPER (contrat de plan Etat - Région en 2014-2020).

herth

Aussi ne faut-il pas s'étonner qu'à l'occasion de la baisse des tarifs du tunnel de Ste-Marie-aux-Mines, il refasse surface dans la presse (L'Alsace du 2/2/2016) avec un communiqué marqué du sceau de l'ignorance du dossier. Il oublie de dire que tous les élus du massif (sauf le maire de Châtenois, semble-t-il) se sont mobilisés (donc, lui aussi en théorie) pour obtenir cette baisse du tarif du péage. Quant à la fluidité du trafic Est-Ouest, c'est un terme bien vague pour dire que la RN 59 est une route accidentogène qui de surcroît vide les zones artisanales et industrielles des vallées de tout intérêt économique (voir les zones désertiques du Danielsrain ou de Maisonsgoutte).

Les riverains et les usagers attendaient autre chose de sa part que des déclarations fracassantes à contre-courant, destinées à sa propagande électoraliste. Espérons (l'espoir fait vivre) que Antoine Herth soit plus efficace pour que la déviation de Châtenois se fasse à 2x2 voies comme elle est prévue dans la DUP (déclaration d'utilité publique) et pour qu'au réajustement du CPER à mi-parcours, le tronçon Val de Villé - Lièpvre soit réinscrit à ce contrat, comme il l'avait été au CPER 2000 - 2007. 

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 2 février 2016

Fête annuelle des aînés de Villé

La priorité de la municipalité : les crottes de chiens

crotte

Bel après-midi pour moins que la moitié des "plus de 70 ans" pour la traditionnelle fête de Noël qui a eu lieu le 23 janvier. En effet, 108 personnes concernées étaient présentes sur les 331 aînés que compte la commune. Raison certainement pour laquelle seule la moitié des conseillers municipaux (10 sur 19) s'est mobilisée pour participer à la fête, et seuls 7 d'entre eux ont assuré le service. Heureusement qu'on a pu compter sur les bénévoles du CCAS !

Relevons quand même que parmi les conseillers aux abonnés absents, c'est encore les co-listiers du maire qui étaient majoritaires, malgré l'absence intégrale de l'opposition. Il doit régner une belle ambiance dans ce conseil ! Relevons aussi que même la première adjointe, conseillère départementale de surcroît, a assuré un service minimum en passant rapidement de table en table pour souhaiter la bonne année (histoire de se faire voir ?), clés de voiture déjà en main pour démarrer plus vite. 

Enfin, signalons que le traditionnel discours du maire a été à la hauteur de l'événement : "Avant de présenter ses vœux, le maire a parlé de son indignation vis-à-vis des propriétaires de chiens qui laissent leurs amis à quatre pattes faire leurs besoins n’importe où." (DNA du 29/1/2016) Voilà qui a le mérite de la clarté sur les priorités municipales. 

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 1 février 2016

Bulletin officiel du 31 janvier 2016

Le bulletin officiel comprend enfin quelques articles concernant la RN 59. Toutes les questions ne sont pas abordées. On y trouve malgré tout des éléments concernant le financement de la déviation de Châtenois, ce qui ne garantit pas sa réalisation en 2x2 voies. Y figurent également les nouveaux tarifs du tunnel Maurice Lemaire.

Contournement de Châtenois

2.13.1. La société concessionnaire contribuera par voie de fonds de concours, pour un montant forfaitaire de 30 M€ courants, au financement de l'aménagement de la RN 59 (déviation de Châtenois) réalisé par l'Etat.

Tarifs du tunnel

lusse

25.2.-III. Au 1er février 2016 ou, à défaut, au dixième jour suivant l'entrée en vigueur du 17e avenant, les tarifs de péage plafonds, exprimés en euros HT, sont les suivants :

Classe 1 : 5,00 € ;
Classe 2 : 7,83 € ;
Classe 3 : 13,92 € ;
Classe 4 : 23,33 € ;
Classe 5 : 3,00 €.
A compter du 1er février 2017, la hausse annuelle des tarifs de péage plafonds (HT) est égale à 0,7 × In pour les classes 1, 2, 3, 4 et 5, avec In = (in-1/in-2) - 1, où in est l'indice des prix à la consommation, hors tabac, ensemble des ménages, constaté en octobre de l'année n.

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 31 janvier 2016

Le péage du tunnel Maurice Lemaire

Un pas en avant, deux en arrière !

france_maurice_lemaire

Le 11 août 2015, Jean-Pierre Masseret, encore Président de la Région Lorraine, et Christian Franqueville, Député des Vosges, signaient le communiqué suivant dans "Vosges-Matin":

"En lien étroit et constant avec Jean-Pierre Masseret, Président de la Région Lorraine, le Député Christian Franqueville travaille à l’aboutissement de ce dossier depuis maintenant plus de deux ans : 

Les faits :

  • Dépôt d’un amendement dans le cadre du Projet de Loi de Finance 2014
  • Intervention directe lors d’un entretien au Ministère des Transports le 14 janvier 2014
  • Question orale au Ministre des Transports dans l’Hémicycle (11 février 2014)
  • Plusieurs courriers de relance auprès de Madame Ségolène Royal Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, en charge des Transports et ausi auprès du secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies.

Le point actuel sur l'état d’avancement de ce dossier :

En juin 2015, Alain Vidalies, secrétaire d’Etat aux Transports, rappelle l’engagement du Député Franqueville, du Président de Région Masseret aux côtés des élus du Massif Vosgien «depuis plusieurs années».

Il rappelle que le Gouvernement a depuis 2013 engagé des négocations avec la société APRR pour fusionner la concession d’ouvrages d’art du tunnel Maurice Lemaire et la concession autoroutière. Ainsi, un protocole d’accord a déjà été signé,  avec le société autoroutière pour fusionner les deux concessions.

L’objectif est la baisse des tarifs pour les particuliers comme pour les transporteurs routiers et, ainsi, de désengorger les cols vosgiens et alsaciens.

Ces modifications contractuelles sont maintenant à valider par la Commission européenne. Les négocations en cours entre le Gouvernement, le Député Franqueville, le Président Masseret, les dirigeants en poste de l’APRR et la Commission européenne ne sauraient être remise en cause. Nul «autre levier» n’apparaît nécessaire."

On peut donc s'étonner aujourd'hui que la société APRR ne respecte ses engagements, selon l'article paru dans les DNA du 27/12/2016 (voir ci-dessous). A moins que Philippe Richert, maintenant président de l'ACAL, n'ait décidé de changer encore de position ?

tunnel

 

  • NB : rajouté l'extrait de "Vosges-Matin" de ce jour : VM3101tunnel Les ordres et les contre-ordres créent le désordre !

Posté par jl boehler à 00:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 30 janvier 2016

Argentine : panique chez les agriculteurs

L’Argentine affronte la pire attaque de criquets de ces cinquante dernières années, le phénomène est tel qu’il a été catalogué de « fléau » par les régions concernées par l’invasion, à savoir les provinces de Tucumán, Salta, Catamarca, San Luis et Córdoba, ainsi que Santiago del Estero au nord-est du pays sud-américain. La présence massive de ce phytophage de l’ordre des orthoptères est considérée comme une véritable catastrophe pour les agriculteurs, la Confédération rurale d’Argentine (CRA) parle « état d’alerte » et d’une « situation intenable ».

argentine27012016

« C’est un fléau national qui affecte directement les cultures, les pâturages et les forêts naturelles et cela pourrait empirer si aucun contrôle n’est réalisé dans les 20 ou 25 prochains jours », a déclaré le secrétaire d’ARC pro, Juan Pablo Karnatz, lors d’une interview accordée au quotidien argentin la Nación. Selon les premières estimations, 700 000 hectares auraient déjà subi de forts préjudices et les destructions agricoles augmentent de jour en jour, et pourraient concerner des millions d’hectares.
Les agriculteurs ont révélé ne jamais autant avoir été impactés par la prolifération de criquets, selon eux de mesures urgentes doivent être adoptées pour enrayer leurs méfaits, les criquets ne possèdent pas d’ailes à la naissance, il est donc important d’agir vite.

Le criquet parvient à conquérir de nouveaux territoires facilement dès qu’il est en mesure de voler et son éradication est dès lors plus facile à mener, car il parvient à se déplacer sur de grandes distances et avec beaucoup de facilité. Le secrétaire de l’agriculture, Ricardo Negri, s’est réuni avec les représentants de CRA il y a peu, à cette occasion les autorités gouvernementales se sont engagées à mettre toutes les actions possibles pour régler le problème. « Ce fléau peut induire un préjudice énorme si des mesures d’urgence ne sont pas prises », a déclaré l’Institut national de technologie agricole (INTA).

« Ce sont des insectes qui naissent avec une apparence semblable aux adultes, mais ils se distinguent principalement par leur petite taille, leur absence d’ailes d’ailes et par le fait de ne pas avoir d’organes reproducteurs. À ce stade, l’insecte est appelé nymphe. Quand les nymphes grandissent et parviennent à l’état adulte, les ailes apparaissent et le développement de l’appareil reproducteur est terminé, lutter contre leur propagation devient alors difficile », a expliqué l’ingénieur Ignacio Lune et Marcelo Druetta de l’Inta.

Les spécialistes notent l’importance du suivi dans ce genre de situation critique, le fait qu’aucune mesure n’ait été adoptée précocement avant que les criquets ne soient capables de voler est une erreur. Un criquet peut en effet parcourir 150 km par jour et chaque insecte peut dévorer son propre poids sur ce laps de temps.
Chaque individu adulte peut manger entre 2 et 3 grammes par jour, multiplier cette quantité par des centaines de millions de criquets, il est aisé de mesurer l’ampleur de la catastrophe, a déclaré Diego Quiroga, directeur national de Protección Vegetal .

La sécheresse qui se prolongent depuis trois ans dans cette partie du pays constitue pour les spécialistes un facteur de prolifération sans compter que l’hiver dernier a été assez doux, un terreau idéal pour alimenter une crise sanitaire, avec un impact catastrophique sur les champs, les cultures de tournesol et de blé sont particulièrement impactées, à la différence du soja beaucoup moins au goût de ces voraces insectes volants.
Parmi les modes d’action, il s’agit de neutraliser les insectes regroupés en essaims avant qu’ils ne s’envolent avec l’épandage d’insecticides au sol.

L’an dernier, les agriculteurs ont évoqué un nuage de criquets de 6,4 km de long et de près de 3 km de haut, a déclaré Juan Pablo Karnatz, qui représente plus de 100 000 agriculteurs de la province de Santiago del Estero. (Aline Timbert - Actu-Latino)

Posté par jl boehler à 03:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 29 janvier 2016

Hôpital de Sélestat

Le démantèlement des services publics de proximité continue !

hopital

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 28 janvier 2016

Démission de Christiane Taubira

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, en désaccord avec l’exécutif sur le projet de déchéance de nationalité des auteurs d’actes de terrorisme, a remis sa démission au président François Hollande, a annoncé la présidence mercredi.

taubiraLa démission de la ministre âgée de 63 ans, caution de gauche au gouvernement de Manuel Valls et honnie par la droite qui l’accuse de laxisme, intervient alors que le Premier ministre doit présenter ce mercredi aux députés le texte définitif du projet de réforme constitutionnelle sur l’état d’urgence et la déchéance de nationalité.

Parfois résister c’est rester, parfois résister c’est partir (…) Pour le dernier mot à l’éthique et au droit, a commenté Christiane Taubira sur Twitter.

François Hollande et Christiane Taubira ont convenu de la nécessité de mettre fin à ses fonctions au moment où le débat sur la révision constitutionnelle s’ouvre à l’Assemblée nationale, aujourd’hui (mercredi) en commission des lois, écrit l’Elysée dans un communiqué.

Elle est remplacée par Jean-Jacques Urvoas, 56 ans, ex-rocardien et proche de Manuel Valls, spécialiste des questions de sécurité, qui présidait jusqu’à ce jour la commission des lois à l’Assemblée nationale.

Manuel Valls doit défendre mercredi matin devant la commission des lois la réforme constitutionnelle voulue par François Hollande après les attentats de novembre. Celle-ci prévoit la constitutionnalisation de l’état d’urgence, décrété le 13 novembre et dont l’exécutif envisage par ailleurs la prolongation pour trois mois.

Le texte prévoyait aussi initialement l’inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français et condamnés pour crime terroriste, une mesure instituant une différence de traitement entre Français qui a fracturé la gauche. Dans le texte qui sera présenté mercredi, le gouvernement a supprimé toute référence aux binationaux tout en étendant la déchéance de nationalité aux auteurs des crimes les plus graves.(selon AFP)

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,