mercredi 5 août 2015

Les dégâts de la mini-tornade réparés

Il avait fallu que ce blog signale à la mi-juillet les dégâts d'une certaine "mini-tornade" sur la piste cyclable le long du Giessen à Villé. Comme l'exécutif du conseil municipal lit assidûment ce blog, une délégation s'est rendue sur place dans les jours suivants. Et les travaux ont été réalisés dans la foulée. Comme quoi ce blog a son utilité ! Et félicitations à cette municipalité exceptionnellement si réactive. Et si certains élus ont encore du mal à retrouver tous les messages publiés (il y en a plus de 3000), je suis prêt à me déplacer à la mairie pour leur donner quelques cours d'information pour leur faciliter la recherche.

001La chicane d'entrée sur le sentier est refaite à neuf !

004Le chemin d'accès pour le petit tracteur communal a été dégagé !

005Les bancs et les poubelles ont retrouvé leur place ! Encore un petit coup de peinture et ce sera parfait.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 4 août 2015

Vallée de la Bruche : débat sur les convocations !

Il n'y a pas que dans le Val de Villé où des réunions de la comcom ou de conseils municipaux tournent au tragi-comique !

Retrieve_Outlook_emailExtrait des DNA-Schirmeck du 29/7/2015 : 

Élus et nouvelles technologies

"À la question de Pierre Grandadam : « Est-ce que vous seriez d’accord de recevoir les invitations et les comptes rendus par mail ? », les esprits se sont réveillés.

Un grand débat a débuté. Alice Morel, vice-présidente et maire de Bellefosse, a opéré une petite observation : « On est tous d’accord de recevoir des mails. Au risque de passer pour rétrograde et pas moderne, ce type de décision fait qu’on ne soutient ni nos facteurs, ni La Poste… ». Et Régis Simoni (Rothau) d’enchaîner : « J’ai passé ma vie à La Poste. Ce n’est pas en prenant ce genre de décisions, qu’elle vivra ! ».

À cela, Pierre Grandadam a répondu : « J’ai négocié avec La Poste une visite du centre de tri. Bien que les courriers diminuent de 5 % par an, le nombre de colis augmente, grâce aux sites d’e-commerce ».

D’autres délégués étaient plus inquiets quant à la réception de courriels : « Je ne lis pas toujours mes mails quand je suis à la mairie : est-ce qu’on peut avoir la convocation au moins dix jours avant ? Est-ce que c’est possible que vous gériez les mails en non lus ou en retour ? ».

Une personne, très avancée en matière de technologie, a même proposé que les prochaines réunions se fassent en visioconférence. Cette proposition a été rejetée.

Et pour finir, une question bien originale a été posée : « Si je ne vais pas à la mairie et/ou qu’on oublie de me remettre le mail, je ne serai pas au courant. Est-ce que vous pouvez m’envoyer un SMS pour me dire que vous m’avez envoyé un mail ? ». À cela, on a entendu des éclats de rire dans toute la salle.(-)"

Depuis que les vallées de Villé et de la Bruche sont dans le même canton, on dirait que certaines pratiques du côté de Villé contaminent déjà la CCVB (communauté des communes de la vallée de la Bruche). Si les mails dans la vallée de la  Bruche fonctionnent aussi bien que le site de la commune de Villé, sur lequel chaque citoyen peut déposer des courriers sans grand espoir de réponse, on risque fort qu'il n'y ait pas le quorum à certaines réunions. On peut aussi imaginer que les mails de l'opposition arrivent en spam ? On se rappelle qu'à Villé, même la consultation des propriétaires pour les baux de chasse s'est faite par téléphone, procédé reconnu par le maire dans les délibérations au PV officiel.

On rappellera simplement que mails, sms, téléphone, n'ont aucune valeur légale.

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 3 août 2015

Netzpolitik.org : la liberté de presse en question

796441__

En Allemagne, une affaire d'atteinte à la liberté de presse remontant à près de deux ans commence enfin à faire surface. netzpolitik.org est un blog créé en 2002 par le journaliste Markus Beckedahl (à droite sur la photo). Celui-ci et son collaborateur Andreas Meister (à gauche) avaient été mis un certain temps en garde à vue très prolongée (103 jours). Relâchés sans aucune inculpation, ils pensaient l'affaire terminée. Mais, le procureur général Harald Range vient de leur notifier leur chef d'accusation : haute trahison. En conférence de presse, il a qualifié le blog Netzpolitik.org de "nid de frelons". 

Qu'est-ce que Netzpolitik.org ?

Depuis 13 ans, ce blog est devenu une plate-forme importante qui traite des sujets concernant les libertés et dénonce régulièrement la surveillance à l'ère numérique et le fichage systématique d'individus. Netzpolitik soutient aussi de nombreuses ONG dans le monde entier. Ses blogueurs sont parmi les rares journalistes qui suivent les enquêtes de la NSA.

Que reproche-t-on au blog ?

Selon le procureur, le blog aurait publié des documents classés "rapports confidentiels des services secrets". En fait il s'agit de notes adressées à la commission du budget du Bundestag pour demander la planification de nouvelles ressources humaines par la création de 75 postes à temps plein dans la lutte contre le terrorisme. Postes permettant de surveiller les internautes aux profils radicaux et extrémistes sur leurs réseaux sociaux. La note évoquait aussi des surveillances des télécommunications, des courriers électroniques et autres, et la levée du secret postal. Une note que n'importe quel député, membre de la commission du budget, aurait pu divulguer. Un motif ridicule lorsqu'on sait qu'en France c'est le ministre de l'Intérieur qui a annoncé lui-même les moyens supplémentaires mis à disposition des services de renseignement.

L'accusation ne tient pas !

Pourtant, le procureur général Harald Range vient tout simplement de confirmer publiquement l'inculpation des deux journalistes et la poursuite de l'enquête en cours. Un tel processus n'avait pas lieu en Allemagne, ni d'ailleurs dans l'Union Européenne, depuis plus de trente ans. Selon l'article 94 du code criminel allemand, l'infraction ne serait pas constituée. D'ailleurs, toujours d'après ce code, l'auteur à poursuivre devrait être l'auteur de la divulgation (un agent des services allemands ou d'une puissance  étrangère, et non pas les journalistes). D'autre part, il faudrait prouver que la divulgation "favorise une puissance extérieure" ou "représente un risque pour la sécurité de l'Etat". Ce qui est loin d'être le cas.

Il est aussi remarquable que le même procureur général ait fait preuve d'une passivité sans égale lors de la récente affaire de la NSA (écoutes du téléphone cellulaire d'Angela Merkel par les services secrets américains). Le procureur prétend qu'il n'a pas de preuves, alors que de nombreux documents circulent sur le net. Et même dans la très ancienne "affaire du Spiegel", au  temps de la guerre froide en 1962, qui dévoilait le système de défense de l'Allemagne (installation de missiles dirigés vers l'URSS sur le sol allemand), autrement plus nocive pour le monde occidental, aucun journaliste n'a été condamné. (Seul le directeur a passé quelques temps en garde à vue). Et, "der Spiegel" existe toujours.

L'affaire devient politique

2_format530

L'Association des Journalistes Allemands et Reporters Sans Frontières exigent la mise hors de cause immédiate des deux journalistes. Elles en ont mis du temps, mais il vaut mieux tard que jamais. d'ailleurs, jusqu'à ces derniers jours, les médias avaient passé sous silence toute cette affaire. Après tout, que représentent quelques blogueurs ? Quant au monde politique, il est divisé. Le président CDU de la commission numérique du Bundestag Jens Koeppen a même déclaré : "Si un document est classé confidentiel, cela vaut pout tout le monde, y compris les journalistes !" Quand au ministre fédéral de la Justice SPD Heiko Maass il a fait savoir au procureur : "Je doute que les journalistes aient agi dans l'intention de porter tort à l'Allemagne ou de vouloir informer une puissance étrangère." Quant aux partis de gauche, SPD, die Grüne et die Linke, ils ont décidé de participer aux manifestations de soutien aux deux journalistes, qui ont eu lieu ce samedi 1er août et au nom de la liberté de la presse. Près de 3000 manifestants ont marché du Hauptbahnhof jusqu'au ministère de la justice. A l'heure où ce post paraît, il est  de plus en plus question au ministère de la Justice de  faire bénéficier le procureur général Harald Range (67 ans) d'une mise à la retraite d'office. Merkel cherche à désamorcer la bombe ? Elle ne le sera qu'avec l'abandon définitive des poursuites.

demo1

demo2

demo3

demo4

demo5

demo6

demo7

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 2 août 2015

Soirée-Guinguette

La dernière de l'été

Affiche_Web_Guinguette_du_07

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 1 août 2015

Le conseil départemental dématérialise !

Le Conseil Départemental 67 et son président Frédéric Bierry viennent d'adresser à tous les abonnés du bulletin départemental le courrier ci-dessous. Très bien, même s'il n'est pas sûr que tous les abonnés soient pourvus d'ordinateurs. Et certains élus de notre ex-canton  vont avoir du mal à trouver et consulter les rubriques adéquates, alors qu'ils n'arrivent même pas à consulter ce blog.

Autre question à se poser : aurons-nous les informations aussi rapidement qu'avec un bulletin parvenant par le facteur ? Car, pour les extraits de la commission permanente, la dernière mise à jour de cette rubrique remonte au 31 août 2012 ! Alors peut-être d'ici 2017 ... ? La prochaine et dernière facture arrivera certainement plus rapidement. En tous cas, le bulletin départemental promis pour le mois de juillet n'est toujours pas en ligne. Les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

cd

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 31 juillet 2015

Des agriculeurs cambodgiens à l'assaut de Bolloré

 

bolloreUne cinquantaine de paysans assignent en justice le groupe Bolloré implanté au Cambodge. Ils déplorent expropriations et déplacements de population.Ils estiment que leurs droits ont été "piétinés par la multinationale française" : une cinquantaine de paysans cambodgiens assignent en justice, en France, deux sociétés du groupe Bolloré. Ils réclament la "réparation du préjudice matériel et moral" causé par leur activité agricole dans la région. "Le développement de l'hévéaculture par Bolloré à Bousra (dans l'est du pays) s'est fait systématiquement au détriment des habitants bunongs, dont les droits ont été littéralement piétinés par la multinationale française", dénonce l'assignation délivrée à la société Bolloré et à la Compagnie du Cambodge.

"Expropriations"

bollore1

Ces paysans de la minorité autochtone bunong, qui demandent la "restitution de terres" et des "indemnisations", subissent "la perte de leurs ressources économiques, la destruction de leurs lieux de culte et la dégradation de leur environnement" du fait de l'activité d'une coentreprise du groupe, Socfin-KCD, expliquent-ils dans l'assignation. Ils déplorent des "expropriations", des "déplacements de populations" et des difficultés croissantes à pratiquer leur agriculture itinérante traditionnelle, faute de terres, avec pour conséquence une "perte de revenus" et une "insécurité alimentaire". L'assignation évoque aussi un "désastre écologique" : "perte de la biodiversité" du fait de la monoculture d'hévéas et "déforestation".

Cette déforestation met également en péril leur pratique religieuse, "une croyance animiste fondée sur la sacralisation des forêts", disent-ils. "Les sociétés du groupe Bolloré n'ont pas hésité à raser ces parties sacrées de la forêt du Bousra, entraînant la destruction d'arbres considérés comme des divinités", pointe le document. "Les opérations ont également eu pour conséquence l'anéantissement de leurs lieux de sépultures". "Essayer de faire valoir leurs droits dans le pays où la décision a été prise, et pas dans celui où elle est appliquée, est une démarche totalement inédite de la part de victimes des investissements internationaux", clame Me Fiodor Rilov, avocat des paysans cambodgiens.

Bolloré réplique

bollore2

Si l'action devant le tribunal de grande instance de Nanterre vise la société Bolloré et la Compagnie du Cambodge, c'est parce qu'elles "exercent à partir de la France le pouvoir opérationnel dans le Bousra au sein de la joint-venture Socfin-KCD dont elles dirigent et organisent au quotidien les activités", justifie l'assignation. Une allégation que réfute le groupe Bolloré. Contacté par l'AFP, il assure que "la Compagnie du Cambodge n'a plus de plantations au Cambodge depuis un demi-siècle" et ajoute n'être "qu'un actionnaire minoritaire et financier (à 39 %, NDLR) dans Socfin, qui est gérée et contrôlée par la famille belge Fabri". La holding possède des plantations de palmiers à huile et d'hévéas au Cambodge, via Socfin-KCD, ainsi que dans plusieurs pays africains et en Indonésie.

Déforestation

bollore4

Autant de pays où l'Alliance internationale des riverains des plantations Socfin Bolloré a lancé en avril une série d'actions de protestation : occupations d'usines et de plantations, au Cameroun notamment, mais aussi une pétition intitulée "Bolloré a pris nos terres. Et maintenant notre liberté", ouverte le 3 juin sur le site sauvonslaforet.org et qui a recueilli près de 75 000 signatures. L'Alliance dénonce l'expansion "continue" depuis 2008 des plantations de Socfin, qui provoque "de graves conflits avec les populations riveraines qui sont privés de terres et voient leurs conditions de vie sans cesse se dégrader". D'après l'ONG française ReAct, qui soutient le mouvement, des négociations au niveau local sont en cours. "Bolloré s'est repositionné sur ses engagements et essaie de faire revenir Socfin à la table des négociations", précise-t-elle. "À ma connaissance, il n'y a pour l'heure pas d'autre procédure judiciaire envisagée", affirme Me Rilov, pour qui il n'est toutefois "pas interdit de penser que la démarche fasse des émules" (selon AFP)

Posté par jl boehler à 00:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 30 juillet 2015

Le "tour Alsace 2015" passe à Villé dimanche à 14h12 !

ta15_etape4

Inscrite au calendrier UCI catégorie 2.2, le Tour Alsace Cycliste est une épreuve sportive à la valeur reconnue, tant par la difficulté de son tracé que par la beauté des villes et paysages traversés.

Sa renommée et son sérieux ne sont plus à démontrer. Après 11 ans de compétition, elle attire aujourd'hui les équipes et les coureurs les plus prometteurs du monde entier. Ils ont 5 jours pour faire vibrer les miliers d'amateurs de la petite reine et ainsi se faire un nom dans le monde du cyclisme.

Bien plus qu'un tremplin pour ces futurs champions, le Tour Alsace est aussi une véritable vitrine des savoir-faire et savoir-être alsaciens. Caravane publicitaire, Village du Tour, distribution de cadeaux par les partenaires de la course, cérémonies protocolaires, soutien de personnalités, jeux ou encore animations sont à l'origine d'un véritable engouement populaire.

La course passera à Villé lors de la 4ème et dernière étape Colmar - Sélestat, après un passage au col de Fouchy et avant la montée vers Hohwarth.

Tour Alsace 2014 - Le film

Posté par jl boehler à 00:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 29 juillet 2015

Tournez, manèges

A l'occasion du 70ème anniversaire de la libération de Sélestatcorso

Posté par jl boehler à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 28 juillet 2015

La charia de Bolloré

guignol4

Depuis jeudi, les auteurs des "Guignols" vivent terrés derrière leur téléphone. Traumatisés. Refusant de répondre au moindre appel. Et même de confirmer notre information : ils sont virés. Tous les quatre. Lionel Dutemple, Julien Hervé, Philippe Mechelen et Benjamin Morgaine, les quatre plumes des marionnettes depuis respectivement seize ans pour les deux premiers, sept ans pour le troisième et trois ans pour le dernier. Le seul qui a répondu à notre appel s'est contenté de bafouiller un « sans commentaire » avant de raccrocher . Une décision assumée par Maxime Saada, le nouveau directeur général du roupe Canal +. Le même qui, dans « le Figaro » du 23 juillet, annonçait : «L'émission reste en format quotidien et conserve intacts ses 17 M€ de budget.» 

guignols_fins_humour_bollore_700x509

Mais sans ses auteurs historiques, quel sens a encore le programme? Certes, les plumes des marionnettes sont très grassement payées : 35 000 € brut par mois pour les plus anciens. Pas difficile d'en trouver des moins chers, et plus dociles. Un dénouement qui intervient en plein mois de juillet, histoire de faire le moins de vagues possible. C'est le troisième acte. La pièce a débuté fin juin. Vincent Bolloré, actionnaire majoritaire de Vivendi, qui possède Canal +, veut la tête des « Guignols ». Trop coûteux ou trop fielleux avec certains politiques ? Dépassés par « le Petit Journal » qui fait autant d'audience si ce n'est plus et dont le compte Twitter affiche 528 000 abonnés contre 111000 ?

Mais, de François Hollande à Alain Juppé en passant par Nicolas Cante-loup, le soutien aux caricaturistes est massif. Acte II : Bolloré fait machine arrière. « Il n'est pas question ni de céder les Guignols à quiconque ni de les abandonner », lance-t-il le 2 juillet sur Europe 1. Maxime Saada annonce leur maintien, mais en crypté. L'argument avancé : muscler les programmes attractifs pour les abonnés. Mais alors pourquoi proposer les épisodes gratuitement sur Dailymotion dans la foulée de leur diffusion ? 

guignol3

Acte III : à défaut de supprimer « les Guignols », Bolloré les décapite. Une information que la chaîne et le groupe Vivendi refusent de confirmer. Les têtes tombent beaucoup ces jours-ci dans le groupe Canal +. Après Rodolphe Belmer, le directeur général jugé trop indocile et soupçonné d'avoir fait fuiter l'arrêt des « Guignols », Thierry Langlois (directeur des antennes), Alice Holzman (patronne de CanalSat), c'est Renaud Le Van Kim qui saute. Ce producteur historique de la chaîne, mais dont la société appartient au groupe Zodiak, a donné hier sa démission de l'entreprise KM, au nom inspiré de son patronyme. C'était la condition pour que cette dernière, qui produisait « le Grand Journal » depuis onze ans, continue à assurer les cérémonies des Césars, du Festival de Cannes et l'émission « Conversation secrète », de Michel Denisot, pour la chaîne. En échange de la perte du « Grand Journal », KM assurera la production de « la Nouvelle Edition », présentée à partir de la rentrée par Daphné Bürki chaque midi. Dernière victime de la purge ? Ce vendredi, Ara Apri-kian, à la tête de D 8, D17 et i>télé, a été remercié. C'est les mains vides qu'il a quitté vers 16 h 30 le siège du groupe. Ejecté en quelques minutes, sans avoir le temps de faire ses cartons. Comme Rodolphe Belmer avant lui. A qui le tour ? (selon "Le Parisien")

guignolLes raisons de cette décapitation ? Sarkozy le susceptible ami (très proche) de Bolloré se trouverait trop souvent charrié dans l'émission ? ce qui pourrait nuire à son élection ambitionnée pour 2017  ? Aurait-il fait pression en lui promettant l'exclusivité de l'exploitation des puits de pétrole sur la lune ?

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 27 juillet 2015

Emeutes néo-nazies à Dresde

dresde1

Vendredi, une manifestation du NPD (équivalent allemand du FN) contre un village de tentes pour accueillir 1100 réfugiés syriens à Dresde a dégénéré. Bouteilles et pierres ont été lancées, ainsi que des pétards allumés ont menacé les employés chargés d'installer les tentes. Le gouvernement de l'État de Saxe a dénoncé les faits : «Ici, les limites sont dépassées." et a fait intervenir la police.

Trois personnes ont été blessées, un homme a été arrêté, selon un rapport provisoire Les manifestants s'en sont pris aussi à la Croix Rouge Allemande (DRK), dont les membres ont subi de graves agressions. C'est seulement vers minuit que la situation redevint calme.

 Le chancelier de l'Etat de Saxe Fritz Jaeckel (CDU) a déclaré : "Les attaques contre les employés de la Croix-Rouge et des blessures à des personnes, qui sont appelés réfugiés et qui des hôtes bienvenus, pas acceptables. Les auteurs, nous allons les  poursuivre sans relâche et les tenir pour responsables."

Sven Giegold, membre du Groupe des Verts au Parlement européen, a condamné la violence à Dresde et appelle à une réaction et à une entente de tous les Etats européens pour accueillir les réfugiés victimes des conflits armés dans leurs pays. Quand, enfin, comprendra-t-on que tous ces migrants n'ont pas choisi de venir chez nous ? qu'ils viennent pour échapper à la mort ? que c'est l'occident qui est souvent responsable de leurs maux en déstabilisant leurs pays ?

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,