samedi 4 mars 2017

Char de Sundhouse, un coup monté !

Des français de souche avec siège social en Inde !

fdesouche

Les premiers à diffuser l'information concernant l'affaire sur internet ont été les responsables du blog "François Desouche" ou "fdesouche", d'origine identitaire et d'extrême-droite. Le créateur de ce blog est un certain Pierre Joris Sautarel bien connu dans les milieux du FN et de Marine Le Pen ! Car, il est l'ancien webmaster du site du FN, candidat-suppléant FN aux législatives de 2007 en Seine-et-Marne. 

Fdesouche, c’est lui. Inconnu du grand public, Pierre Sautarel n’en est pas moins le principal animateur du site le plus connu de la «fachosphère». Ancien membre du kop Boulogne au Parc des Princes, passé par le FN et le Mouvement national républicain de Bruno Mégret, Sautarel a aussi été salarié du FN de 2006 à 2011, participant à la cellule Internet du parti. C’est en 2005 qu’il a lancé fdesouche: le site, qui se présente aujourd’hui comme une compilation anxiogène de faits divers liés à l’islam et à l’immigration, revendique un million de visites par mois. 

Pourtant, ce blog professionnel déclare son siège social à New-Delhi en Inde, avec un propriétaire du nom de Tilak Raj. Très certainement d'origine française, voire alsacienne. Mais au FN rien ne nous étonne plus : ne vient-il pas d'envoyer une délégation reçue par un ministre en RDC (République Démocratique du Congo). Il se dit d'ailleurs lui-même originaire de Lakhnau, la capitale de l’Uttar Pradesh où les musulmans représentent 20 % de la population. Il aurait 35 ans et habiterait un appartement de New-Delhi.

Les raisons de cette fourberie ?

Jusqu'en 2009, ce blog était d'ailleurs hébergé en Suède, avant de rejoindre l'Inde. On peut se demander l'intérêt de ces sièges sociaux à l'étranger pour un mouvement qui se veut nationaliste.

La raison est simple à trouver. Elle est d'ordre juridique. Le blog fdesouche fait régulièrement l'objet de poursuites judiciaires. Ainsi, le 1er février 2012, Pierre Sautarel est mis en examen pour diffamation publique contre l'association France Terre d'Asile et son président Pierre Henry. Nouvelle poursuite en mars 2012, où il est poursuivi par Arek Dahmani, président de l'université de Toulon. En juillet 2015, il fait l'objet de nouvelles plaintes, de la part de Pierre Bergé, co-propriétaire du journal Le Monde. Il fait l'objet de perquisitions. Bien sûr, Pierre Sautarel sait qu'avec des sièges sociaux le plus loin possible de la France, ces affaires traînent en longueur, ou, carrément, n'aboutissent pas.

Ah si Marine Le Pen, dont l'immunité au parlement européen vient d'être levée, pouvait bénéficier d'un statut de parlementaire pakistanais  ou nord-coréen ! Voilà qui l'arrangerait bien !

Les relais locaux

Il est évident que ce blog, qui réclame depuis 2009 recevoir 80000 visiteurs/jour, a des correspondants locaux. Le "char de Sundhouse" a été organisé ouvertement par un restaurateur du village, tout comme le "sabotage" de la réunion publique concernant les réfugiés à Villé a été annoncé et organisé par un triste personnage du Val de Villé, qui se cache derrière le pseudo très français de "Karl Hauffen", auteur d'un autre site d'extrême droite "Riposte laïque" avec siège social à Genève en Suisse (comme par hasard ?).

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 3 mars 2017

Villé : négligences fatales au club-house

Qui va payer la note ? Le contribuable, évidemment !

DSCF0448

L'hiver a été rude, y compris pour l'AS Villé 2010 qui a laissé à l'abandon pendant près de 3 mois son si beau club-house entièrement aménagé par la municipalité de Villé, pour le confort de nos chers footballeurs.

Oui, mais voilà ! le gel (-15° certaines nuits) a passé par là, et nul n'a pensé à couper les conduites d'eau ! Et ce qui pouvait être évité avec un peu de responsabilité des utilisateurs, ne l'a pas été. Toutes les conduites ont éclaté sous la poussée de l'eau gelée, et au dégel, les locaux ont été fortement inondés.

Depuis plusieurs jours, une entreprise répare les dégâts. Mais qui va payer, les négligents ou les contribuables villois ? Une affaire vraiment navrante.

Et ce n'est pas la participation du club au carnaval de Villé le 18 mars qui couvrira les frais.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 2 mars 2017

Le carnaval de l'extrême-droite à Sundhouse

Le char de la honte 

fdesouche1Sundhouse, un petit village du Ried, fête toujours carnaval le lundi avant mardi-gras. Ce lundi, 27 février, le défilé de chars se serait bien déroulé, si un char à propagande électorale de l'extrême-droite FN ne s'était mêlé avec son idéologie nauséabonde à la fête. Une initiative (tolérée par les autorités locales ?) qui a dû indisposer plus d'un. Certains spectateurs sont même partis écoeurés. Espérons que ce char ne se présentera pas à une autre cavalcade, les confettis pourraient bien être remplacés par des oeufs pourris.

fdesouche2

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 1 mars 2017

"Je ne me retirerai pas !"

Discours du général De Gaulle le 30 mai 1968 

Charles_de_Gaulle

Françaises, Français.

Étant le détenteur de la légitimité nationale et républicaine, j'ai envisagé, depuis vingt quatre heures, toutes les éventualités, sans exception, qui me permettraient de la maintenir. J'ai pris mes résolutions.

Dans les circonstances présentes, je ne me retirerai pas. J'ai un mandat du peuple, je le remplirai.

C'était à la suite des événements de mai 1968, où il s'est maintenu, mais a chuté un an plus tard suite au referendum où le peuple français lui a dit "non".

fillon_10_ec8f2

François Fillon, quant à lui, avait annoncé son retrait en cas de mise en examen. Il avait même lancé : "Qui aurait imaginé le général De Gaulle mis en examen ?". Et voilà qu'il remet en cause sa parole. C'est du De Gaulle à l'envers ! Et il se veut gaulliste.

Comment croire en un candidat qui n'a pas de parole ? Certes, le "gaulliste corse" Charles Pasqua avait prononcé en son temps cette phrase historique : "Les promesses n'engagent que ceux qui y croient." Mais il l'a prononcée après les élections. Fillon n'a même pas cette décence, il revient sur ses promesses déjà avant l'élection. Un avantage cependant, les français pourront apprécier sa crédibilité à sa juste valeur.

Posté par jl boehler à 14:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 28 février 2017

Carnaval chez nos jumelés d'Elzach

Avec torches et fanfares

elzach

Les Elzachois de l'Oberprechtal fêtent pendant 2 jours le quarantième anniversaire du Bergteufel (diable de la montagne) avec un grand défilé aux flambeaux, comprenant notamment six chars, deux "Guggenmisigg" et la fanfare des "fous" de la "Trachtenkapelle. La cavalcade était annoncée par une grande banderole "D'Bergdeifel het jetzt upper Precht fünf Dag lang' Narrenrecht" (Le diable de la montagne a pendant cinq jours tous les droits dans le Prechtal). Très belle ambiance !

Pour une fois, le maire de Villé, bourg jumelé, ne se serait pas déplacé à ces festivités en guise de solidarité avec tous les villois privés cette année de carnaval.

134055821_w_794

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 27 février 2017

Carnaval le long du Rhin

Rosenmontag Zug Köln 

Carnaval De Strasbourg

Basler Fasnacht 2016 -Morgestraich - Vier Uhr

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 26 février 2017

La bête hideuse et haineuse est toujours présente

L'horreur cotoie la banalité du quotidien. Pour voir où mènent les idées haineuses de l'extrême-droite, une visite du camp de concentration de Dachau est recommandée.

dachauTout semble si normal. Le long des murs gris du mémorial, la circulation sur la Vieille Route des Romains est dense. Un parking. Payant. Un McDo. Un supermarché de bricolage. Des maisons construites dans les années 60. Un arrêt de bus. La vie. Tout semble si normal. A cent pas du lieu d’un des plus horribles crimes contre l’humanité. Rien n’est normal. A Dachau.

A Dachau, petite ville aux portes de Munich, le camp de concentration fait presque office d’une attraction touristique. Le parking est payant pendant les mois d’été, 3 € pour les voitures et motos, 5 € pour les camping cars. Qui l’eut cru qu’un camp de concentration puisse encore rapporter de l’argent en 2017 ? L’idée que les descendants des victimes de la barbarie nazie doivent s’acquitter d’un droit de stationnement pour se recueillir à l’endroit où leurs proches ont été torturés à mort, est insupportable.

Tout est normal dans la petite ville de Dachau, même ce site qui matérialise le mal absolu et qui fait, en quelque sorte, partie du paysage. A Dachau, on vit avec son camp de concentration qui se situe entre des quartiers populaires, un centre de loisirs et une église. Mais comment peut-on vivre dans un appartement avec vue sur les miradors et les barbelés ? Cette normalité est aussi choquante que l’endroit, c’est « la banalité du mal », comme disait Hannah Arendt.

« On n’était pas au courant », telle était l’excuse des générations précédentes, de ces générations qui ont vécu l’époque des nazis et Dachau est la preuve que c’est faux. Un camp de concentration niché au coeur de la petite ville bavaroise, des miradors que personne ne pouvait ignorer, un four crématoire qui tournait quasiment sans cesse. Probablement, dans les années 30, la présence du camp était déjà aussi « normale » qu’aujourd’hui. A Dachau, on a appris à s’arranger avec une horreur indescriptible.

L’époque nazie est révolue, mais on le sent – la bête n’est pas morte. A Dachau, il manque quelque chose. Le regret visible. L’aveu d’une culpabilité collective. On s’attend à ce que la promesse « jamais plus ça » soit proposée aux visiteurs. On espère une volonté tangible de surmonter ce passé par un présent engagé contre la haine, le racisme, le mal. Mais Dachau reste muet. Une ville coincée dans sa banalité.

Est-ce que les gens à Dachau sont fiers d’être des Dachauiens ? Comment disent-ils, lorsqu’ils voyagent à l’étranger, d’où ils viennt ? Est-ce que cette normalité dachauienne ne constitue pas un deuxième mépris des victimes du nazisme ?

On aurait aimé que Dachau soit autrement en 2017. On aurait imaginé cette ville comme un haut-lieu de la lutte contre le fascisme, comme un centre mondial de la sensibilisation contre la barbarie, pour la paix, pour l’entente entre les peuples et les religions et les sexes et tout le monde. Nous sommes tous les juifs, les musulmans, les noirs, les blancs de quelqu’un. Et là où les horreurs de l’humanité se répètent, elles se répètent dans la même normalité, la même froideur.

Mais Dachau se trompe. Son auto-absolution et transformation en « ville normale »  est venu trop vite. Car ce que représente Dachau, est en train de se réveiller. En 2017, un peu partout en Europe, une extrême-droite défendant des idées proches de celles des nazis, sort de ses cachettes. En 2017, elle voudrait à nouveau interner des gens à cause de leur religion, de leurs convictions politiques, de la couleur de la peau. En cette année 2017, au moment d’aller voter, il convient de penser à Dachau. Au Struthof. A Theresienstadt. A Auschwitz. A Buchenwald. A Treblinka. S’opposer à tous ceux qui défendent à nouveau cette haine, n’est pas l’expression d’une opinion politique, mais un devoir civique.

Personne ne devrait s’amuser à jouer avec le feu. On ne peut tout simplement pas voter pour des formations qui aimeraient raviver l’horreur de ces camps. Chaque vote pour une telle formation politique constitue une nouvelle insulte aux victimes du nazisme. Il est temps de se réveiller. (selon Eurojournalist).

Dachau, Struthof : des points de détail, selon Le Pen ?

dachau_arbeit_56_41

dachau1

dachau2

Posté par jl boehler à 11:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 25 février 2017

Wauquiez collecte-t-il en Chine pour Fillon ?

Et encore le Canard : un Wauquiez-gate

wauquiezL'escapade chinoise tous frais payés de Laurent Wauquiez pourrait lui coûter cher. Le Canard Enchaîné a révélé que le voyage en Chine payé par la région Auvergne-Rhône-Alpes aurait servi à faire campagne pour François Fillon.

En cause, une réunion pro-Fillon à Shangaï le 13 février dernier. Un programme loin de celui qui aurait été validé par la région dont il est le président. L'objectif de ce déplacement retenu officiellement était de "renforcer la coopération entre la région et la ville de Shanghai". Et s'il était financé, c'était à condition d'agir "pour le compte de la région dans le cadre de missions d'accompagnement des élus".
Dans ce contexte, la rencontre des adhérents LR en faveur du candidat de la droite où des dons auraient été collectés fait débat. "Il a pris une heure sur son temps privé. Tout est transparent (...) Et ce n'est pas une levée de fonds, comme j'ai pu le voir écrit dans certains articles" , précise un proche de Laurent Wauquiez au Lab d'Europe 1.
Mais la polémique est loin de s'arrêter là puisqu'elle pourrait se poursuivre devant la justice. Le conseiller régional d'opposition Stéphane Gemmani a publié sur son blog un long message intitulé "WauquiezGate : Les péripéties de Laurent Wauquiez en Chine ou les aventures de Tartuffe au service de François Fillon". Il dit vouloir envoyer des élements au procureur de la République de Lyon, mais aussi son intention de saisir "la commission nationale des comptes de campagne".

Posté par jl boehler à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 24 février 2017

Une délégation du FN reçue par un ministre de la République Démocratique Congolaise

C’est le journal télévisé de la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC) qui a présenté cette rencontre. Une délégation du Front National (FN) a été reçue par le ministre congolais, Lambert Mende. Mais qui sont ces personnes qui font campagne pour le parti de Marine Le Pen dans les capitales africaines? 

RDC

« Une délégation du Front National, parti cher à Marine Le Pen a été reçue par le ministre Lambert Mende. Au menu, la politique actuelle de ce parti en pleine course à la présidentielle française. » annonce la journaliste de la télévision nationale. A l’image, quatre hommes font leur entrée dans le bureau du ministre. Accueilli par le chef des lieux, sourires aux lèvres, les visiteurs du jours sont heureux de leur opération. 

A l’issue de l’entretien, la parole est donnée à l’avocat Frédéric Joachim. « Il était question d’assurer par la communication, une meilleure souveraineté de votre pays,  et d’armer suffisamment votre pays contre les forces obscures, mondialistes qui tendent à essayer de le partager, en le divisant à la fois contre lui-même et en le présentant de façon erroné dans les médias mondiaux et les institutions internationales. » explique le juriste. Pour ces ambassadeurs du FN, la France risque de connaître également « une partition par manque de souveraineté. » Rien que ça. 

Sur les questions internationales, le Front National, loin des obligations d’Etat a toujours eu un discours de vérité. Oui, la République Démocratique du Congo fait l’objet depuis plusieurs décennies de tentatives de balkanisation.  Oui, l’image de la RDC à l’international n’est pas au beau fixe. Oui, le Congo vit une crise institutionnelle sans précédent. Oui, l’Afrique « économique » pèche dans son développement tant son poumon [RDC] ne réussit pas à se stabiliser et à donner des gages de sécurité aux investisseurs internationaux. Mais est-ce qu'un parti politique victime d’un plafond de verre dans son propre pays peut aider un Congo  malade? 
Avocat de Jean-Marie Le Pen 

Ces visiteurs du jour n’ont rien d’une représentation politique. Contacté par Œil d’Afrique, le service de communication du Front National s’est étonné de cette information. « Aucune délégation du Front est en mission au Congo. Monsieur Frédéric Joachim est l’avocat de Jean-Marie Le Pen [fondateur du parti], mais celui-ci n’est plus membre du parti. » explique notre interlocuteur.  

Un autre personnage sulfureux était également convié. Lorrain de Saint-Affrique, ancien conseiller en communication de Jean-Marie Le Pen, il apporte son soutien à Nicolas Sarkozy en 2012 lors de l’élection présidentielle. Une trahison qui l’a brouillé avec le fondateur du FN. 

Contacté par le quotidien Œil d’Afrique, Lambert Mende s’interroge : « Avons-nous été floués? » Puis il  explique tout de même les raison de la visite. « Je m’intéresse comme tout le monde à la politique française mais, je ne suis pas un expert du Front National. Je voulais savoir ce que ces gens voulaient me dire. Il n’y a rien de spécial à cela. Ils ont rencontré d’autres autorités au Maroc avant d’arriver ici. » dit le ministre congolais. 

Le journaliste d'Oeil d'Afrique s'interroge aussi : "Alors que le débat présidentiel en France donnera encore une large place aux questions liées à l’immigration, les porteurs de mallettes sont déjà en mission sous couvert de causes « nobles » afin d’aider l’Afrique à sortir de la crise énergétique, de la mauvaise gestion et pourquoi pas du terrorisme.  Cette visite devrait attirer l’attention des autres capitales qui ont pour l’heure échapper à ceux qui témoignent leur amour aux africains uniquement tous les cinq ans.

Mais au fait qu'est venue chercher cette délégation ? L'argent que le père prêtera à sa fille ? Après le Sarkoton en Côte d'Ivoire, verra-t-on les congolais de Kinshasa invités à participer au Lepenneton ? Décidément, même au FN l'argent n'a ni odeur ni ... couleur. Dommage que le journaliste n'ait pu voir ce qu'il y avait dans les mallettes citées.

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Mets le voile, ou mets les voiles

Marine Le Pen au Liban

Tentant d'être reçue par le grand mufti du Liban, Marine Le Pen s'est vue essuyer un refus, sauf si elle accepte de mettre un voile. Un compromis aurait été trouvé : voir ci-dessous.

lepen

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,