dimanche 3 février 2019

Patrimoine mondial de l’Unesco

L’Algérie veut sauver ses pyramides 

pyramide_algerie

Vieilles parfois de plus de 16 siècles, les djeddars de Frenda sont 13 pyramides érigées dans le nord de l’Algérie qui souhaite aujourd’hui les inscrire dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les 13 monuments érigés entre le 4e et le 7e siècle, ont des bases carrées de pierre et sont surmontées de monticules anguleux rappelant des pyramides. Ils sont juchés sur deux collines voisines près de la ville de Tiaret, à environ 250 km au sud-ouest de la capitale Alger.

pyramide_algerie_3

L’obtention du statut de patrimoine mondial de l’Unesco est long et demande un dossier bien préparé. Le ministère de la Culture algérien a déclaré que la candidature des djeddars de Frenda serait déposée au cours du premier trimestre 2020. Des experts du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques ont travaillé sur le dossier.

A travers son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco, l’objectif est de « préserver cet héritage, d’une valeur inestimable et d’un héritage ancestral« , a déclaré Mustapha Dorbane, professeur à l’Institut d’archéologie de l’Université d’Alger 2. Lors de la construction des Jeddars, les rois berbères régnaient sur la région dans de petits domaines dont l’histoire est mal connue et dont il reste peu de traces. Ce fut une période de grande agitation pour l’ancienne province romaine de Numidie, l’effondrement de l’empire occidental de Rome, l’invasion des troupes vandales et byzantines et la pénétration des forces arabes à travers l’Afrique du Nord.

patrimoine_alg_rie_4

Construits entre le IVe et le VIIe siècle, ces monuments éloignés ont été en grande partie ignorés, livrés aux ravages du temps et des pilleurs. Certains chercheurs estiment que les tombes sont des lieux de repos pour la royauté berbère. Les Jeddars renferment une ou plusieurs pièces (jusqu’à 20 pour le plus grand) reliées par un système de galeries avec des chambres funéraires.

Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle et les premières explorations archéologiques modernes en Algérie, provoquées par le colonialisme français, que les Djeddars ont commencé à attirer l’attention. Les troupes françaises et les autorités coloniales ont commencé l’exploration de neuf des tombes en 1865. L’archéologue algérien Rachid Mahouz, qui a consacré cinq ans à sa thèse de doctorat sur les tombes, déplore le manque de recherches consacrées aux « merveilles » du pays. « Les archives françaises sur les Djeddars ne sont pas disponibles et les objets et ossements trouvés pendant la période coloniale ont été transportés en France », a déclaré Rachid Mahouz.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

samedi 2 février 2019

Législation alimentaire

La fin des offres spéciales !

w950_h605_x1500_y956_DPA_bfunk_dpa_5F9AEE00B2E1915D_b58b779218efc39fLes supermarchés ne sont plus autorisés à vendre des produits à des prix inférieurs au prix d'achat. La raison est la soi-disante loi sur l'alimentation, qui est entrée en vigueur vendredi. Cette loi a été approuvée avec les meilleures intentions du monde. Elle est destinée à éviter les guerres de prix récurrentes entre les supermarchés, généralement tenues pour le compte des producteurs. Elle devrait profiter avant tout aux agriculteurs locaux, qui se plaignent depuis des années d’avoir de moins en moins de revenus.

Par conséquent, les produits ne peuvent plus être vendus à prix coûtant à l'avenir. Le prix de vente doit être supérieur d'au moins dix pour cent à la valeur d'achat du produit.

Les perdants sont les consommateurs. En attendant, il existe des listes de produits qui sont devenus plus chers du jour au lendemain en raison de la nouvelle réglementation. Par exemple, une bouteille d'anis Ricard, très prisé, coûte désormais près de 21 euros, soit près de deux euros de plus qu'auparavant. Et le prix d'un pot de Nutella de 750 grammes passe d'un peu moins de quatre euros à environ 4,40 euros.

Si l'on voit que lorsque la hausse du prix de l'essence a augmenté de quelques centimes et que les retraités se retrouvent dans la rue pour des milliers de retraites pendant des semaines, la nouvelle loi sur les denrées alimentaires contient beaucoup d'explosifs.

Les entreprises assurent que dans un supermarché proposant environ 13 000 produits, au plus 500 à 600 produits sont concernés. Cependant, ce sont souvent exactement ceux que les consommateurs achètent régulièrement et connaissent donc très précisément leurs prix. Tels que Ricard, Nutella, Yaourt et Camembert ou Coca-Cola. Afin d'attirer les clients dans les supermarchés, les prix de vente de ces produits sont souvent à peine calculés au-dessus du prix d'achat.

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, assure que la loi française coûterait au maximum 50 cents par mois. Dans le même temps, elle nous rappelle les mauvaises conditions financières dans lesquelles doivent vivre les agriculteurs nationaux. L'association de consommateurs UFC-Que choisir rétorque que la facture entraînerait des coûts supplémentaires de plus d'un milliard d'euros pour les ménages.

Les promotions dans les grandes surfaces étant attrayantes pour les consommateurs, les gestionnaires essaient de nouvelles méthodes. Ils espèrent conserver les acheteurs avec des cartes de fidélité qui proposent des offres avantageuses. Dans le même temps, la "guerre des prix" dans le domaine des marques de distribution deviendra beaucoup plus intense. Là, les marges de vente sont plus importantes et les prix entre les différents supermarchés moins comparables. Par exemple, Leclerc a déjà annoncé son intention de réduire les prix de 4600 produits de sa propre marque Repère.

Bref une loi qui déplace les problèmes, sans en résoudre aucun de façon durable. Quant à Macron, il tient ses promesses : il avait dit pas d'augmentations au 1er janvier ! Il n'a jamais dit qu'il n'y en aura pas au 1er février.

Posté par jl boehler à 00:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 1 février 2019

Très haut débit en Grand Est (fibre optique) : où en est-on ?

Des réunions d’information pour les habitants ?

fibre1

Voilà l'information publiée en date du 31/1/2019 qu'on trouve sur le site officiel de la région Grand Est :

L’ouverture commerciale du réseau très haut débit Rosace se poursuit sur le territoire alsacien, dans le cadre du plan Très Haut Débit initié par la Région Grand Est et les Départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin.

Des réunions publiques d’informations se tiendront  :

dans le Haut-Rhin :

  • Muespach-le-Haut – Salle Polyvalente – rue du stade –  le mercredi 6 février à 19h00 pour les habitants de Knoeringue et Muespach-le-Haut.
  • Hausgauen – Salle communale – Le Thalbach – 3, rue du vignoble – le jeudi 7 février à 19h00 pour les habitants de Hausgauen, Hundsbach et Willer.
  •  Raedersheim – Salle Polyvalente – 12, rue de Merxheim – le mercredi 27 février  à 19h00 pour les habitants de Raedersheim.

dans le Bas-Rhin :

  • Wimmenau – Salle Polyvalente – rue du stade – le lundi 4 février à 19h00 pour les habitants des communes de Bosselhausen, Buswiller, Kirrwiller, Ringendorf, Printzheim et Wimmenau.
  • Mittelschaefffolsheim – Salle communale – 7, rue principale – le mardi 5 février à 19h00 pour les habitants de Olwisheim et Mittelschaeffolsheim.

Ces réunions publiques permettront d’informer les habitants et les professionnels sur les modalités de raccordement de leurs logements ou entreprises à la fibre optique et de présenter les offres des différents fournisseurs d’accès internet. A ce jour, le réseau Rosace permet l’accès aux offres de 9 FAI (Fournisseur d’accès à Internet) grand public et de 15 FAI destinés aux professionnels. Organisées conjointement par l'entreprise Rosace et chaque maire, elles associeront les représentants de la Région Grand Est, de chaque Département et de l’EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale), s’il cofinance le projet. D’autres réunions seront organisées au fur et à mesure de l’achèvement des travaux de connexion des villages alsaciens.

Et dans la vallée de Villé ?

Annoncée depuis 2013, la fibre optique n'a pas encore été réalisée ! Même si l'entreprise Rosace effectue actuellement quelques travaux préparatoires. Pour la commercialisation, on repassera !

A noter que les premières réunions publiques ont lieu à Wimmenau, là où habite l'ancien président du Conseil Général, puis du Conseil Régional, Philippe Richert, une chose expliquant très certainement l'autre. Dans le Val de Villé aucune réunion d'information ne semble encore prévue. On a les élus qu'on mérite, avec les résultats que l'on constate ! Même lors de la dernière réunion publique de nos élus départementaux, le sujet n'a pas été abordé.

Posté par jl boehler à 00:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 31 janvier 2019

Dans le viseur de l’Union Européenne

Les oranges d'Afrique du Sud

orange_dafrique

Selon une étude réalisée par une institution espagnole, les oranges d’Afrique du Sud commercialisées en Europe contiendraient plus de 50 substances actives phytopharmaceutiques, des produits chimiques utilisés pour combattre et prévenir les parasites et les maladies d’origine agricole, interdites dans l’Union européenne et potentiellement dangereuses pour l’être humain.

L’étude menée par l’association de l’Unió de Llauradors – une organisation regroupant des agriculteurs de la Communauté de Valence- a permis d’identifier les substances actives de plus de 50 produits utilisés pour éliminer les parasites et les maladies des plantes dans les oranges importées d’Afrique du Sud. Certains sont considérés comme dangereux pour les être humains, comme le paraquat en particulier qui est un herbicide extrêmement dangereux pour le cœur, les reins et les intestins. Des traces d’azinphos-méthyl ont également été découvertes, une substance interdite par l’Union européenne 2008.

L’organisation agraire qui a réalisé l’étude demande la suspension de la vente d’oranges importées d’Afrique du Sud, particulièrement présentes au Portugal, car elles présentent un risque possible pour les consommateurs. Selon l’Observatoire des importations de produits agricoles et agroalimentaires, l’Afrique du Sud est le principal fournisseur non européen de fruits et légumes frais de l’Union européenne.

Au Portugal, d’après l’Observer, les oranges d’Afrique du Sud sont vendues sur la plupart des supermarchés du pays.

Posté par jl boehler à 05:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 30 janvier 2019

Clinique Saint-Luc de Schirmeck

Les menaces de fermeture de services mises à exécution

schirmeck_clinic_st_luc

On a appris ce mardi après-midi, de source syndicale, que les menaces qui planaient sur la fermeture du service de chimiothérapie et la polyclinique de la clinique Saint-Luc de Schirmeck seraient mises à exécution.

Pour le premier des services, la ligne de crédits de 99 000 € serait effectivement éteinte, sans compensation. Cela pourrait donc concourir à sa fermeture.

Pour la polyclinique, c’est une baisse de dotation régionale de 292 000 € qui mettrait en danger ce service d’urgences jugé essentiel dans cette vallée.

L’ARS avait parlé, en décembre, d’un délai de six mois quant à ces mesures.

Un coup dur supplémentaire pour nos vallées, classées "zones de montagne et régions défavorisées". 

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 29 janvier 2019

Des élus du Val de Villé à Elzach

Les maires ont visité la coopérative locale de chauffage

Besichtigung_B_rgermeister_Nahw_rme_klein_f_r_Presse

Une délégation de maires alsaciens composée de 40 membres se trouvait dans le district à l'invitation de l'élu du Landrat Hanno Hurth de Emmendingen. Elle a visité plusieurs installations municipales liées au chauffage projets. 

La visite comprenait notamment la coopérative de chauffage urbain d'Elzach. Karl Weber et Nikolaus Dufner, membres du conseil d’administration, ont présenté à la délégation du centre de chauffage d’Elzach un aperçu sur les installations existantes, ainsi que des informations sur le remarquable projet d'extension en cours. 

La délégation comprenait notamment plusieurs maires de la Communauté de Communes de la vallée de Villé, région partenaire de la ville d'Elzach. Il y a 15 ans, la municipalité réfléchissait à un chauffage collectif pour les bâtiments communaux. Occasion de sortir ce dossier du sommeil dans lequel les élus municipaux l'ont plongé ?

Posté par jl boehler à 00:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 28 janvier 2019

Argentine : Soutien aux Gilets Jaunes

Les députés du FIT se réunissent devant l’ambassade de France en soutien aux Gilets Jaunes

argentine

Une délégation du FIT (Frente de Izquierda y de los Trabajadores) s'est rendue devant l’ambassade de France en Argentine ce jeudi. Elle a souhaité apporter son soutien au mouvement des Gilets Jaunes et dénoncé la répression que ceux-ci subissent.

La délégation était composée de plusieurs personnalités des partis, ainsi que des députés provinciaux et nationaux, qui composent le FIT étaient présents ce jeudi devant l’ambassade française en Argentine. Le FIT est une coalition électorale de gauche composée de plusieurs partis argentins : le PTS (Partido de los Trabajadores Socialistas), le PO (Partido Obrero) et Izquierda Socialista (IS). Cette coalition dispose de plusieurs députés dans les parlements provinciaux mais aussi au parlement national.

Ceux-ci ont souhaité se réunir ce jour-là pour marquer leur soutien au mouvement des Gilets Jaunes. Pour eux, les « gilets jaunes sont devenus un symbole de l’affrontement des plans des gouvernements capitalistes qui cherchent à ce que ce soient les travailleurs et les classes populaires qui payent la fête des riches ». Ils insistent sur le fait que ceux-ci ont « fait reculer le gouvernement Macron ».

Ceux-ci ont également pointé la « responsabilité des directions syndicales, qui regardent scandaleusement ailleurs ». Pour eux, cette « division est uniquement en faveur de la réaction alors que le mouvement est en plein développement. Pour cela, l’intervention de la classe ouvrière et de ses organisations avec ses propres méthodes, qui se mette à la tête des couches exploitées, est décisive ».

Enfin, ceux-ci ont souhaité remettre une lettre à l’ambassadeur français en poste en Argentine que nous reproduisons ci-dessous. Les signataires du FIT dénoncent l’énorme répression qu’a subi le mouvement des Gilets Jaunes, évoquant le chiffre de 1700 blessés. « Dans notre pays, nous avons une grande histoire de répression de tout type contre les travailleurs et les classes populaires », écrivent-ils. Avant d’exiger « la fin de toutes les actions répressives et la libération et l’arrêt des charges contre tous les inculpés du mouvement des Gilets Jaunes ».

Ce soutien venu de l’Argentine n’est pas le fruit du hasard. Depuis 2015, le président argentin Mauricio Macri impose une politique d’austérité et néo-libérale qui rappelle pour beaucoup les contre-réformes du président Macron. Partout dans le monde, solidarité à ceux qui subissent les mauvais coups du grand patronat !

Posté par jl boehler à 04:57 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 27 janvier 2019

"Initiative citoyenne" à Müllheim (Pays de Bade)

Résistance à l'abattage massif dans la forêt "Eichwald"

m_llheimIl y a quelques jours, est née à Müllheim (Pays de Bade) une "initiative citoyenne" contre la décision de l'administration municipale de procéder à un abattage massif dans la forêt "Eichwald". L'initiative appelle à l'arrêt immédiat des travaux. 50 manifestants ont protesté devant l'hôtel de ville. Lors du conseil municipal, le maire a annoncé la poursuite des travaux, malgré de nombreuses critiques issues de tous les groupes politiques.

L'initiative a déjà recueilli plus de 500 signatures, à travers une pétition. Si elle manque encore de structure, elle est malgré tout soutenue par la chercheuse en sciences forestières Beate Kohler (diplômée en droit forestier), qui enseigne à l'université de Fribourg. Sur les affiches et banderoles apparaissaient les slogans : "Sauvez le Eichwald", "Arrêt immédiat de l'abattage", "Ne touchez pas aux vieux arbres", "Eichwald = zone de loisirs". La pétition de l'initiative citoyenne commence : "Nous, citoyens de Müllheim, exigeons de la ville et de l'administration forestière la protection des plus vieux chênes de l'Eichwald, et une importante réduction des coupes prévues." L'initiative citoyenne, outre le côté écologique et environnemental, estime aussi que le côté "loisirs", pourtant prévu dans les orientations municipales, n'a pas été respecté. Le groupe "die Grünen" dénonce le fait que le maire ne voit que le côté "commercial" de l'exploitation. Le groupe SPD a renchéri en dénonçant le désastre climatique de l'affaire.

m_llheim3

m_llheim4

Posté par jl boehler à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 26 janvier 2019

Réponse à l' "urgence sociale"

La CGT appelle "à la grève" le 5 février 

cgtLa CGT a appelé "à la grève" le 5 février et à "des manifestations" sur tout le territoire, pour répondre à l'"urgence sociale", réclamant de nouveau une hausse du Smic et une réforme de la fiscalité. 

La CGT "appelle à tenir des assemblées générales, sur tous les lieux de travail et dans tous les secteurs professionnels, pour réussir la grève et les manifestions" le 5 février "et débattre des suites à construire dans la durée". 
Dans un communiqué, elle écrit que "depuis de nombreuses années, les politiques menées au service du capital par les gouvernements successifs génèrent de fortes injustices sociales, territoriales et fiscales".  
"Ce ne sont pas les mesurettes récentes annoncées par le gouvernement en réponse au mouvement des +gilets jaunes+ qui répondent aux urgences sociales", ajoute-t-elle, considérant que "les 57 milliards d'euros versés aux actionnaires des grandes entreprises démontrent l'ampleur des richesses créées par les travailleurs". 
La CGT appelle donc à "construire un rapport de force, notamment par la grève, pour imposer au patronat la redistribution des richesses". 
Elle réclame une augmentation du Smic, une suppression des aides publiques aux entreprises (CICE, exonérations) de même qu'une réforme de la fiscalité avec une refonte de l'impôt sur le revenu. Cette dernière doit conférer "une plus grande progressivité afin d'assurer une plus grande redistribution des richesses et d'alléger le poids de l'impôt indirect pénalisant les salariés et les ménages". 
Elle réclame aussi le "développement des services publics, partout sur le territoire, en réponse aux besoins de la population, avec des moyens suffisants en personnels pour un bon exercice de leurs missions". 
Le 14 décembre, la CGT avait organisé 170 rassemblements et manifestations pour demander des hausses de salaires. La centrale syndicale avait dénombré 15.000 manifestants à Paris, la préfecture de police en comptant 6.000.

Posté par jl boehler à 04:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 25 janvier 2019

Vers un incident diplomatique franco-italien ?

L’Italie accuse la France d’appauvrir l’Afrique avec le franc CFA.

FCFA

Luigi Di Maio, vice-président du Conseil italien a accusé la France d’appauvrir l’Afrique, notamment en maintenant la colonisation à travers le franc CFA, et d’être ainsi à l’origine du drame des migrants en Méditerranée. Une leçon qui n’est pas apprécié du tout côté français mais qui pourrait relancer le débat sur la monnaie africaine.

La France a convoqué L’ambassadrice d’Italie en France, Teresa Castaldo, après que le vice-Premier ministre italien ait accusé les Français d’exploiter l’Afrique et d’alimenter les migrations. Dimanche, en effet, Luigi di Maio a appellé l’Union européenne à imposer des sanctions à la France pour ses politiques en Afrique ajoutant que la France « n’a jamais cessé de coloniser des dizaines d’États africains« .

Les relations entre la France et l’Italie sont plus tendues que jamais, les deux pays transalpins procèdent de plus en plus régulièrement à des joutes verbales sur la question des migrants. M. Di Maio, dirigeant du Mouvement des cinq étoiles (M5S), a par ailleurs soutenu les manifestants « gilets jaunes » en France, les exhortant à continuer leur combat renoncer et leur offrant si besoin du soutien.

Mais le coeur des échanges actuels concerne l’Afrique et les attaques de Luigi di Maio sont assez violentes car il considère que la question des migrants est largement le fait de la politique africaine de la France  : « Si aujourd’hui il y a des gens qui partent, c’est parce que certains pays européens, la France en tête, n’ont jamais cessé de coloniser des dizaines de pays africains», explique-t-il,  en poursuivant « il y a des dizaines de pays africains où la France imprime une monnaie, le franc des colonies et avec cette monnaie elle finance la dette publique française (…) Si la France n’avait pas les colonies africaines, parce que c’est ainsi qu’il faut les appeler, elle serait la 15e puissance économique mondiale alors qu’elle est parmi les premières grâce à ce qu’elle est en train de faire en Afrique ». « L’UE devrait imposer des sanctions à la France et à tous les pays comme la France qui appauvrissent l’Afrique et obligent ce peuple à partir« , a-t-il encore déclaré.

Voilà qui ne va pas manquer de relancer le débat sur l’avenir du Franc CFA. Le 18 février 2018, Poutine avait déjà lancé un ultimatum de 6 mois à Macron, pour qu'il annulle cette monnaie.

L’ambassadrice italienne en France, Teresa Castaldo, a été convoquée lundi au ministère des Affaires étrangères à Paris. Selon des sources diplomatiques françaises citées par l’agence de presse italienne Ansa, les propos de M. Di Maio sont « hostiles et sans motif compte tenu du partenariat entre la France et l’Italie dans l’Union européenne« .

Posté par jl boehler à 05:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,