vendredi 3 août 2018

Centrafrique : trois journalistes russes assassinés

Ils enquêtaient sur une société militaire privée

russieEn Centrafrique, trois journalistes russes ont été tués à environ 200 km de la capitale Bangui. Les trois hommes, reporter, caméraman, et documentariste, ont été retrouvés morts lundi soir à Sibut. L’identité des victimes a été confirmée mardi soir par le ministère des Affaires étrangères russe dans un communiqué. Ce mercredi, les médias indépendants russes ont beaucoup évoqué le professionnalisme des victimes.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a confirmé à la télévision l’identité des trois journalistes tués. Il s’agit du reporter de guerre Orkhan Djemal, du documentariste Alexandre Rastorgouïev et du caméraman Kirill Radtchenko. Maria Zakharova a aussi déclaré que la diplomatie russe n’était pas informée de leur présence en Centrafrique, car leur voyage avait été déclaré comme touristique.

Sur quoi avaient-ils décidé d'enquêter ?

Les journalistes collaboraient avec le Centre de gestion des investigations, un projet lancé par l’opposant en exil Mikhaïl Khordorkovski. L’organisme l’a confirmé, les trois journalistes étaient partis il y a quelques jours enquêter sur « les activités de la société militaire privée Wagner » en Centrafrique, une société qui a notamment été active dans l’est de l’Ukraine à partir de l’été 2014.

Que fait cette société privée en Centrafrique ? C’est justement ce que cherchaient à savoir les 3 journalistes assassinés. Depuis le début de l’année, Moscou a déployé des instructeurs militaires, livré des armes et assure même la sécurité du président Touadéra.*

Selon la rédactrice en chef adjointe du site pour lequel les trois journalistes travaillaient, ils avaient tenté de s’approcher d’une base présumée du groupe Wagner à Bangui, mais en ont été empêchés au motif qu’ils n’avaient pas d’accréditations. Le lendemain, ils ont pris la route pour rejoindre un collaborateur de l'ONU, prénommé Martin qui devait leur servir de fixeur. C'est lui qui leur aurait recommandé le chauffeur, qui est le seul rescapé de l'attaque.

Des professionnels reconnus

L'information sur l'enquête sur la société Wagner est mentionnée dans les médias indépendants russes qui rendent hommage au professionnalisme de ces journalistes. La chaîne de télévision Dodj leur a consacré une émission spéciale dans laquelle on a pu voir le documentariste Vitali Manski très ému. Il avait travaillé avec Alexandre Rastorgouïev qui avait réalisé une dizaine de films.

Trois professionnels reconnus, qui avaient fait beaucoup de terrain. Le plus âgé du groupe, Orkhran Dzhemal, 51 ans, était un reporter de guerre qui a écrit pour des journaux comme Novaya GazetaKommersant, en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Géorgie. En Libye, il avait été blessé à une jambe et depuis il se déplaçait avec une canne. Cela ne l’a pas empêché de repartir dans le Donbass ukrainien en guerre. Le documentariste Alexandre Rasstorgouïev, 47 ans, avait filmé le mouvement d’opposition et les soldats de la guerre en Tchétchénie. Enfin, le plus jeune du groupe, Kirill Radtchenko, 33 ans, cameraman et photographe avait notamment travaillé en Syrie.

Aux dernières nouvelles, ils enquêtaient sur un groupe de miliciens privés russes présents en RCA.

Le motif et les circonstances du drame doivent encore être éclaircis. Les corps des victimes seront rapatriés samedi en Russie. En France l’'ONG "Reporters sans frontières" demande aux autorités russes et centrafricaines de mener une enquête sérieuse et approfondie sur la mort des trois journalistes russes en Centrafrique. Ils seraient tombés dans une embuscade, mais peu d’informations ont filtré sur l'identité des assaillants et leurs motivations. (selon RFI)

Posté par jl boehler à 01:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 1 août 2018

Soirée guinguette

Place du marché à Villé

Affiche_Web_du_03

Posté par jl boehler à 09:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Chine: un gratte-ciel improbable...

... avec cascade intégrée

chineUn gratte-ciel du sud-ouest de la Chine, équipé sur une de ses faces de la chute d'eau artificielle "la plus haute du monde", rejoint la longue liste des constructions audacieuses ou étranges édifiées dans le pays asiatique. 

Le Liebian International Building est construit dans la ville de Guiyang. Sa cascade culmine à 108 mètres du sol mais a un problème de taille: cette fantaisie a un coût faramineux. La chute d'eau a été construite il y a deux ans. Mais elle n'a depuis été activée qu'à six reprises, car le pompage de l'eau jusqu'au sommet coûte 800 yuans (100 euros) de l'heure. 

Edifié par le groupe chinois Ludi Industry, le gratte-ciel est encore en cours de finition. Il devrait accueillir un centre commercial, des bureaux et un hôtel de luxe. La cascade utilise notamment les eaux de pluie et souterraines, qui sont canalisées dans d'énormes réservoirs placés dans le sous-sol du bâtiment. Le système vise à reproduire en zone urbaine la nature sauvage de la province, a expliqué le directeur du groupe Ludi, Cheng Xiaomao, au journal hongkongais South China Morning Post. 

Mais l'ouvrage est vite devenu la cible d'innombrables moqueries de la part des internautes. Ils s'en prennent notamment à l'immense gaspillage de ressources. "Mettez-la juste en route quelques fois par an! Comme ça, ça nettoie les vitres et il n'y a pas besoin de payer des laveurs de carreaux", plaisante un utilisateur du réseau social Weibo. 

Les métropoles de Chine ont vu se multiplier ces dernières décennies les innovations architecturales, accompagnant le développement économique et la poussée de l'urbanisation. Le siège de la télévision d'Etat (CCTV) à Pékin présente une architecture futuriste et audacieuse, en forme de bassin humain surmontant deux jambes. L'édifice est surnommé affectueusement par la population "le Caleçon long". Tout proche, le bâtiment du Quotidien du peuple, l'organe du Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir, affiche lui un profil évoquant pour certain un pénis. Quant à une université des ressources en eau située dans le nord-est de la Chine, elle était devenue la risée du web pour sa ressemblance avec... une cuvette de toilettes. 

Le président chinois Xi Jinping a pourtant appelé à stopper l'essor des "architectures bizarres et grotesques". (selon "Tahiti-infos")

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 31 juillet 2018

Eclipse de lune au Mont Sainte-Odile

Les astronomes priés de s'éclipser !

obernai

150 personnes étaient venues vendredi au Mont-Sainte-Odile observer le phénomène lunaire. L’excitation du public, à son comble, a contre toute attente été éclipsée… par la déception de devoir quitter les lieux prématurément. Il restait trente minutes avant l’éclipse totale quand, à la grande surprise générale, la gendarmerie a eu la délicate mission d’évacuer tout le monde au nom du respect d’un lieu de recueillement. Sans esclandre mais très désappointée, la plupart des présents a dû trouver dans l’urgence une solution de repli. « Ce spectacle, un vrai cadeau, fait partie de la création divine et il eût été judicieux d’offrir une heure de plus pour communier ici, pas seulement avec la lune, mais avec le ciel tout entier », résumait un habitué du Mont Sainte-Odile.

Posté par jl boehler à 00:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 30 juillet 2018

Mayotte : le droit du sol à l'Assemblée Nationale

47 députés mettent à mal l'intégrité républicaine

assemblee_3

En pleine période de congés, en présence de 66 députés, avec le soutien du gouvernement et notamment du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, l'Assemblée Nationale a voté par 47 voix contre 19 un nouveau "droit du sol" soit-disant "adapté" à Mayotte.

En nouvelle lecture du projet de loi asile-immigration, les députés ont donné leur aval par 47 voix contre 19 à un article introduit au Sénat qui exige pour les enfants nés à Mayotte que l'un de ses parents ait, au jour de la naissance, été présent de manière régulière sur le territoire national depuis plus de trois mois. 

Fin juin, lors d'un discours consacré aux Outre-mer, Emmanuel Macron avait soutenu cette démarche. Dans l'hémicycle, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, le lieutenant aboyeur, a défendu à son tour une évolution "nécessaire et équilibrée". Il a eu l'appui des deux députés de Mayotte, Ramlati Ali (LREM) et Mansour Kamardine (LR). 

Dans les rangs de la majorité, où 9 LREM et 2 MoDem ont voté contre l'article, des voix se sont élevées contre une disposition "mal préparée", notamment Saïd Ahamada (LREM) ou Nadia Essayan (MoDem).  

"Est-ce qu'on va résoudre des problèmes? La réponse est non", a aussi lancé Sonia Krimi, parmi les élus LREM abstentionnistes en première lecture. La députée, née en Tunisie, a déploré que cela rouvre les débats "sur les +horribles+ étrangers dont je faisais partie" qui "viennent pour profiter". 

La gauche a aussi fustigé un article qui "va à l'encontre de l'Histoire" (Muriel Ressiguier, LFI), vient "casser encore un peu plus l'unicité de la République" (Pierre Dharréville, PCF) ou "ouvre une boite de Pandore" (Marietta Karamanli, PS).  "Nous ouvrons un biais dangereux en droit", a également estimé Olivier Becht (UDI-Agir), magistrat de profession. 

Côté LR, Eric Ciotti (LR) a proposé de "généraliser ce principe à l'ensemble du territoire national". Fallait-il donner des gages à l'extrême-droite ?

assemblee

mayotte

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 29 juillet 2018

Bientôt de nouveau à Albé ...

... toujours en habits de lumière

alb_1

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 28 juillet 2018

Eclipse de lune

Eclipse de lune totale - Pixmodels

_clipse

_clipse

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 27 juillet 2018

Au Conseil Départemental du Bas-Rhin

Délibérations du 9 juillet 2018

mozzi

Le mois de juillet a été très important au Conseil Départemental 67 pour la vallée de Villé. Aussi, ne comprenons-nous pas trop bien l'absence, certes excusée, de notre représentante. Elle se devait de préparer son abandon inattendu du poste de première adjointe au maire de Villé, certes déjà effectif depuis le 1er juillet. Mais il fallait bien l'annoncer au conseil municipal du 16, où cela ne pouvait plus passer inaperçu. Une semaine pour élaborer un discours et prévoir une petite réception avec vin d'honneur, ce n'est pas trop. Voici donc les délibérations de la Commission Permanente du Conseil Départemental.

1

Régularisation foncière à Lalaye

2Logements sociaux à Thanvillé

3

jeudi 26 juillet 2018

Algérie : un blogueur emprisonné et en gréve de la faim

Soutiens pour la libération de Merzoug Touati

touati2

Le blogueur algérien Merzoug Touati, condamné à sept ans de prison pour « intelligence avec une puissance étrangère » pour un entretien avec un diplomate israélien, a débuté une nouvelle grève de la faim, a annoncé, mercredi 18 juillet, Reporters sans frontières (RSF), réclamant un « réexamen » de son cas. Depuis le 8 juillet, « Merzoug Touati a cessé de s’alimenter (…) pour protester contre sa condamnation qu’il juge injuste », indique l’ONG de défense de la liberté de la presse dans un communiqué. Il « réclame l’annulation de sa peine, sa libération ainsi que l’abandon des poursuites judiciaires », poursuit RSF qui continue de dénoncer « la disproportion » de cette peine.

Merzoug Touati, 30 ans, avait été condamné en mai en première instance à dix ans de prison pour avoir entretenu « avec les agents d’une puissance étrangère des intelligences de nature à nuire à la situation militaire ou diplomatique de l’Algérie ou à ses intérêts économiques essentiels », crime passible de vingt ans de prison.

Sa peine a été réduite à sept ans en appel le 21 juin. Il lui est reproché d’avoir publié sur son blog un entretien vidéo avec un porte-parole du ministère des affaires étrangères d’Israël, Etat que ne reconnaît pas l’Algérie.

Lors de ses deux procès, la cour avait écarté le chef d’incitation à « s’armer contre l’autorité de l’Etat » – passible de la peine de mort – et deux autres crimes et délits d’atteinte à la sûreté de l’Etat, dont était accusé le blogueur pour avoir posté un appel à manifester sur Facebook. Depuis son arrestation et incarcération en janvier 2017, Merzoug Touati a mené plusieurs grèves de la faim.

« Merzoug Touati proteste aujourd’hui au péril de sa vie », souligne RSF, qui « rappelle que les autorités algériennes sont responsables de la vie de Merzoug Touati et demande à la justice de réexaminer au plus vite le cas de ce blogueur injustement puni pour avoir exercé son droit informer. »

L’Algérie figure à la 136e sur 180 du classement mondial de la liberté de la presse 2018 établi par RSF, qui estime que « la liberté de l’information (…) demeure fortement menacée » dans le pays.

Posté par jl boehler à 01:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 25 juillet 2018

Lettre au Président de la République

Un vieux militant de gauche, conseiller municipal puis maire d'une commune du Nord, vient d'écrire à Emmanuel Macron :

pot4

« Monsieur le Président, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être si vous avez le temps… »

Oui Monsieur le Président, comme beaucoup de Français, j’ai voté pour vous en mai 2017, non pas pour les politiques que vous mettez en œuvre depuis et qui consistent à enrichir les très riches tout en appauvrissant, à des degrés divers, tous les autres,

oui j’ai voté pour vous pour éviter l’élection d’une Présidente d’extrême droite ou d’un Président de la droite dure,

avec peut-être un petit zeste d’espoir que vous aviez distillé avec une réelle habileté et que de plus jeunes que moi avaient voulu m’en convaincre de la réalité.

 

pot5

Il ne vous a pas fallu un an pour montrer votre vrai visage quant à la forme et, sur le fond, le vrai sens de vos politiques qui n’ont vraiment rien de neuves et qui, au contraire, nous font reculer de plus d’un siècle en matière économique et surtout sociale.

Finalement, vous avez pu vous féliciter (et vous réjouir) d’avoir su faire passer, en quelques mois, sans trop de tempêtes, ce dont les droites rêvaient depuis des décennies et ce, grâce à votre habileté.

Vous avez allumé ainsi de multiples « petits feux » à première vue inoffensifs, car aux motifs souvent contradictoires (ce qui a d’ailleurs contrecarré Messieurs Mélenchon et Martinez qui espéraient les voir s’agréger).

Mais Monsieur le Président, si vous aviez l’expérience, ne serait-ce que d’un petit élu local comme moi, vous auriez su qu’en multipliant ces petits feux, il suffit un jour d’un bon coup de vent pour que tout s’embrase et qu’on passe presqu’instantanément de petits feux à un vaste incendie.

C’est ce que vous connaissez depuis quelques jours et que « vos pompiers de services Elyséens » ne sont pas prêts de réussir à éteindre.

Et à l’instar du chêne de la fable de Monsieur de La Fontaine  n’oubliez jamais sa conclusion : « le vent redouble ses efforts et fait si bien qu’il déracine celui de qui la tête au Ciel était voisine et dont les pieds touchaient à l’Empire des Morts ».

Ce vent est arrivé en cette semaine écoulée. Il faut dire que « vous aviez fait fort » dans l’affaire en cours.

Monsieur le Président, comme l’aurait dit (nous dit-on), un de vos proches, si vous avez gagné l’Elysée « en mode commando » à coups de grande séduction et de petites « tromperies », en vous appuyant sur certains jeunes attirés par votre jeunesse… tout en veillant bien à « acheter » de « vieux politiciens sur le retour »,

si vous avez pu ainsi démolir de vieilles structures politiques et avec elle « un monde qualifié de vieux », vous avez, en fait, entrepris de reconstruire un monde plus vieux encore avec des outils à l’allure certes plus jeune mais des techniques qu’on aurait pu croire à jamais disparues.

Il y a une semaine, sous les feux de la Coupe du Monde de football et des médias, tout semblait vous être acquis et vos troupes (« gardes rouges » ou « Marie Louise ») rêvaient de faire « main basse » sur bien des villes en mars 2020 après avoir raflé de nombreux sièges de Députés Européens en juin 2019.

Et paf !… à l’image de « la laitière et le pot au lait », poème de Jean de La Fontaine à lire et à relire jusqu’à sa conclusion :

pot1

« Perrette là-dessus saute aussi, transportée.

Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée…

… On m’élit roi, mon peuple m’aime ;

Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant ;

Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même ;

Je suis gros Jean comme devant ».

En l’occurrence, il a fallu une vidéo pour démasquer un système, une simple vidéo pour mettre à jour certains comportements… et peut-être pire quand on se rappelle les graves incidents survenus dans le cortège parisien du 1er mai dernier !

Monsieur le Président, quoi qu’il en soit, sauf à imaginer l’inimaginable ce que je me refuse de faire, … vous êtes Président jusqu’en mai 2022.

Je vous le demande : Reprenez pied sur « le bon chemin » ! Ecoutez nos forces vives et tous les élu(e)s à tous les niveaux de notre République !

François Mitterrand savait le faire en n’écoutant pas et en ne sollicitant pas que les avis de ses courtisans… Je fus en son temps (parmi bien d’autres) un de ceux là… très éloigné de « la cour Présidentielle » mais proche des citoyens.

Monsieur le Président, élu depuis 42 ans, j’avais décidé de me retirer.

Aujourd’hui devant la situation dans laquelle vous avez plongé la France, je m’autorise à m’interroger encore.

Quand je visite les chantiers de travaux dans ma Ville, je me dis que nous, les élus locaux, grâce à la décentralisation que vous remettez en cause de différentes manières, on fait mieux que l’État.

Quand je visite nos centres de vacances et nos centres de loisirs d’été (sans médias écrits ni télévisions à mes côtés), je peux ajuster en permanence nos politiques aux réalités sociétales et humaines.

Quand je vois « l’état de ma ville », je me dis que plus que des discours et des plans nouveaux portant les noms de leurs ministres successifs, il nous faut de la continuité, de la globalité et de l’humanité, car il faut agir pour éviter de descendre une pente ou pour la remonter au moins sur une ou deux générations.

pot3

Quand nous construisons à Villeneuve d’Ascq un Centre Ville du 21ème siècle « sans jeter l’argent par les fenêtres » nous faisons ce que l’État n’a jamais  plus su faire depuis les Villes Nouvelles du Général de Gaulle.

Quand nous protégeons la nature et l’agriculture de proximité, quand nous aidons la vie associative citoyenne, quand nous faisons du partenariat économique, quand nous valorisons nos universités et que nous ouvrons nos écoles sur le monde, quand nous développons du sport et des sports pour tous, quand nous diversifions des habitats adaptés à chacun(e)s,

oui, nous élu(e)s locaux, nous faisons notre travail et vous feriez bien, Monsieur le Président, de vous en inspirer !

« Monsieur le Président je vous fait cette lettre que vous lirez peut-être » :

Arrêtez d’allumer des feux,

Arrêtez de vous croire « le centre du monde » et même celui de la France en vous rappelant le pourcentage et le nombre de voix que vous avez fait au premier tour des Présidentielles de 2017,

Arrêtez de prétendre faire du neuf quand vous ne faites que recycler du « très vieux ».

Regardez les femmes et les hommes de France plutôt que d’attendre qu’ils vous regardent et vous admirent.

Il vous a fallu un an pour tout gagner. Craignez de tout perdre en encore moins de temps.

Croyez-moi, Monsieur le Président, vous allez d’abord perdre celles et ceux qui vous doivent tout puis celles et ceux qui ont cru en vous, et je ne parle pas de celles et ceux qui ont trahi leurs camps pour vous… certains ont d’ailleurs commencé à faire mine d’être « En marche… arrière ».

« Monsieur le Président je vous fais cette lettre »… que vous ne lirez sûrement pas…, je suis trop petit, trop anonyme sans doute, pour cela.

Mais je sais que bon nombre de vos amis et de vos adversaires la liront, que ma parole au moins dans ma région continue à compter et que j’ai la capacité d’un élu local d’éviter de commettre trop d’erreurs et ce, en écoutant mes concitoyens.

J’ai eu pour cela un Maître qui, lui, est resté Président de la République Française durant 14 ans,

pot6

François Mitterrand, un Président et un homme qui reste et restera dans nos cœurs et dans nos mémoires… en particulier de celles et de ceux, qui comme moi se réclament encore fièrement de « la Génération Mitterrand ».

Monsieur le Président, je vous fais cette lettre que vous ne lirez pas, faute de temps… et c’est compréhensible, faute surtout d’intérêt pour ce qui n’est pas vous et votre monde…,

et cela c’est bien dommage, sinon pour vous, mais pour notre pays, la France, à la tête duquel vous êtes et peut être resterez…

Avec mes salutations citoyennes et républicaines !"

 Gérard Caudron, conseiller municipal, puis maire de Villeneuve d'Asq

Posté par jl boehler à 00:28 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :