mardi 2 février 2016

Fête annuelle des aînés de Villé

La priorité de la municipalité : les crottes de chiens

crotte

Bel après-midi pour moins que la moitié des "plus de 70 ans" pour la traditionnelle fête de Noël qui a eu lieu le 23 janvier. En effet, 108 personnes concernées étaient présentes sur les 331 aînés que compte la commune. Raison certainement pour laquelle seule la moitié des conseillers municipaux (10 sur 19) s'est mobilisée pour participer à la fête, et seuls 7 d'entre eux ont assuré le service. Heureusement qu'on a pu compter sur les bénévoles du CCAS !

Relevons quand même que parmi les conseillers aux abonnés absents, c'est encore les co-listiers du maire qui étaient majoritaires, malgré l'absence intégrale de l'opposition. Il doit régner une belle ambiance dans ce conseil ! Relevons aussi que même la première adjointe, conseillère départementale de surcroît, a assuré un service minimum en passant rapidement de table en table pour souhaiter la bonne année (histoire de se faire voir ?), clés de voiture déjà en main pour démarrer plus vite. 

Enfin, signalons que le traditionnel discours du maire a été à la hauteur de l'événement : "Avant de présenter ses vœux, le maire a parlé de son indignation vis-à-vis des propriétaires de chiens qui laissent leurs amis à quatre pattes faire leurs besoins n’importe où." (DNA du 29/1/2016) Voilà qui a le mérite de la clarté sur les priorités municipales. 

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 1 février 2016

Bulletin officiel du 31 janvier 2016

Le bulletin officiel comprend enfin quelques articles concernant la RN 59. Toutes les questions ne sont pas abordées. On y trouve malgré tout des éléments concernant le financement de la déviation de Châtenois, ce qui ne garantit pas sa réalisation en 2x2 voies. Y figurent également les nouveaux tarifs du tunnel Maurice Lemaire.

Contournement de Châtenois

2.13.1. La société concessionnaire contribuera par voie de fonds de concours, pour un montant forfaitaire de 30 M€ courants, au financement de l'aménagement de la RN 59 (déviation de Châtenois) réalisé par l'Etat.

Tarifs du tunnel

lusse

25.2.-III. Au 1er février 2016 ou, à défaut, au dixième jour suivant l'entrée en vigueur du 17e avenant, les tarifs de péage plafonds, exprimés en euros HT, sont les suivants :

Classe 1 : 5,00 € ;
Classe 2 : 7,83 € ;
Classe 3 : 13,92 € ;
Classe 4 : 23,33 € ;
Classe 5 : 3,00 €.
A compter du 1er février 2017, la hausse annuelle des tarifs de péage plafonds (HT) est égale à 0,7 × In pour les classes 1, 2, 3, 4 et 5, avec In = (in-1/in-2) - 1, où in est l'indice des prix à la consommation, hors tabac, ensemble des ménages, constaté en octobre de l'année n.

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 31 janvier 2016

Le péage du tunnel Maurice Lemaire

Un pas en avant, deux en arrière !

france_maurice_lemaire

Le 11 août 2015, Jean-Pierre Masseret, encore Président de la Région Lorraine, et Christian Franqueville, Député des Vosges, signaient le communiqué suivant dans "Vosges-Matin":

"En lien étroit et constant avec Jean-Pierre Masseret, Président de la Région Lorraine, le Député Christian Franqueville travaille à l’aboutissement de ce dossier depuis maintenant plus de deux ans : 

Les faits :

  • Dépôt d’un amendement dans le cadre du Projet de Loi de Finance 2014
  • Intervention directe lors d’un entretien au Ministère des Transports le 14 janvier 2014
  • Question orale au Ministre des Transports dans l’Hémicycle (11 février 2014)
  • Plusieurs courriers de relance auprès de Madame Ségolène Royal Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, en charge des Transports et ausi auprès du secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies.

Le point actuel sur l'état d’avancement de ce dossier :

En juin 2015, Alain Vidalies, secrétaire d’Etat aux Transports, rappelle l’engagement du Député Franqueville, du Président de Région Masseret aux côtés des élus du Massif Vosgien «depuis plusieurs années».

Il rappelle que le Gouvernement a depuis 2013 engagé des négocations avec la société APRR pour fusionner la concession d’ouvrages d’art du tunnel Maurice Lemaire et la concession autoroutière. Ainsi, un protocole d’accord a déjà été signé,  avec le société autoroutière pour fusionner les deux concessions.

L’objectif est la baisse des tarifs pour les particuliers comme pour les transporteurs routiers et, ainsi, de désengorger les cols vosgiens et alsaciens.

Ces modifications contractuelles sont maintenant à valider par la Commission européenne. Les négocations en cours entre le Gouvernement, le Député Franqueville, le Président Masseret, les dirigeants en poste de l’APRR et la Commission européenne ne sauraient être remise en cause. Nul «autre levier» n’apparaît nécessaire."

On peut donc s'étonner aujourd'hui que la société APRR ne respecte ses engagements, selon l'article paru dans les DNA du 27/12/2016 (voir ci-dessous). A moins que Philippe Richert, maintenant président de l'ACAL, n'ait décidé de changer encore de position ?

tunnel

 

  • NB : rajouté l'extrait de "Vosges-Matin" de ce jour : VM3101tunnel Les ordres et les contre-ordres créent le désordre !

Posté par jl boehler à 00:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 30 janvier 2016

Argentine : panique chez les agriculteurs

L’Argentine affronte la pire attaque de criquets de ces cinquante dernières années, le phénomène est tel qu’il a été catalogué de « fléau » par les régions concernées par l’invasion, à savoir les provinces de Tucumán, Salta, Catamarca, San Luis et Córdoba, ainsi que Santiago del Estero au nord-est du pays sud-américain. La présence massive de ce phytophage de l’ordre des orthoptères est considérée comme une véritable catastrophe pour les agriculteurs, la Confédération rurale d’Argentine (CRA) parle « état d’alerte » et d’une « situation intenable ».

argentine27012016

« C’est un fléau national qui affecte directement les cultures, les pâturages et les forêts naturelles et cela pourrait empirer si aucun contrôle n’est réalisé dans les 20 ou 25 prochains jours », a déclaré le secrétaire d’ARC pro, Juan Pablo Karnatz, lors d’une interview accordée au quotidien argentin la Nación. Selon les premières estimations, 700 000 hectares auraient déjà subi de forts préjudices et les destructions agricoles augmentent de jour en jour, et pourraient concerner des millions d’hectares.
Les agriculteurs ont révélé ne jamais autant avoir été impactés par la prolifération de criquets, selon eux de mesures urgentes doivent être adoptées pour enrayer leurs méfaits, les criquets ne possèdent pas d’ailes à la naissance, il est donc important d’agir vite.

Le criquet parvient à conquérir de nouveaux territoires facilement dès qu’il est en mesure de voler et son éradication est dès lors plus facile à mener, car il parvient à se déplacer sur de grandes distances et avec beaucoup de facilité. Le secrétaire de l’agriculture, Ricardo Negri, s’est réuni avec les représentants de CRA il y a peu, à cette occasion les autorités gouvernementales se sont engagées à mettre toutes les actions possibles pour régler le problème. « Ce fléau peut induire un préjudice énorme si des mesures d’urgence ne sont pas prises », a déclaré l’Institut national de technologie agricole (INTA).

« Ce sont des insectes qui naissent avec une apparence semblable aux adultes, mais ils se distinguent principalement par leur petite taille, leur absence d’ailes d’ailes et par le fait de ne pas avoir d’organes reproducteurs. À ce stade, l’insecte est appelé nymphe. Quand les nymphes grandissent et parviennent à l’état adulte, les ailes apparaissent et le développement de l’appareil reproducteur est terminé, lutter contre leur propagation devient alors difficile », a expliqué l’ingénieur Ignacio Lune et Marcelo Druetta de l’Inta.

Les spécialistes notent l’importance du suivi dans ce genre de situation critique, le fait qu’aucune mesure n’ait été adoptée précocement avant que les criquets ne soient capables de voler est une erreur. Un criquet peut en effet parcourir 150 km par jour et chaque insecte peut dévorer son propre poids sur ce laps de temps.
Chaque individu adulte peut manger entre 2 et 3 grammes par jour, multiplier cette quantité par des centaines de millions de criquets, il est aisé de mesurer l’ampleur de la catastrophe, a déclaré Diego Quiroga, directeur national de Protección Vegetal .

La sécheresse qui se prolongent depuis trois ans dans cette partie du pays constitue pour les spécialistes un facteur de prolifération sans compter que l’hiver dernier a été assez doux, un terreau idéal pour alimenter une crise sanitaire, avec un impact catastrophique sur les champs, les cultures de tournesol et de blé sont particulièrement impactées, à la différence du soja beaucoup moins au goût de ces voraces insectes volants.
Parmi les modes d’action, il s’agit de neutraliser les insectes regroupés en essaims avant qu’ils ne s’envolent avec l’épandage d’insecticides au sol.

L’an dernier, les agriculteurs ont évoqué un nuage de criquets de 6,4 km de long et de près de 3 km de haut, a déclaré Juan Pablo Karnatz, qui représente plus de 100 000 agriculteurs de la province de Santiago del Estero. (Aline Timbert - Actu-Latino)

Posté par jl boehler à 03:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 29 janvier 2016

Hôpital de Sélestat

Le démantèlement des services publics de proximité continue !

hopital

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 28 janvier 2016

Démission de Christiane Taubira

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, en désaccord avec l’exécutif sur le projet de déchéance de nationalité des auteurs d’actes de terrorisme, a remis sa démission au président François Hollande, a annoncé la présidence mercredi.

taubiraLa démission de la ministre âgée de 63 ans, caution de gauche au gouvernement de Manuel Valls et honnie par la droite qui l’accuse de laxisme, intervient alors que le Premier ministre doit présenter ce mercredi aux députés le texte définitif du projet de réforme constitutionnelle sur l’état d’urgence et la déchéance de nationalité.

Parfois résister c’est rester, parfois résister c’est partir (…) Pour le dernier mot à l’éthique et au droit, a commenté Christiane Taubira sur Twitter.

François Hollande et Christiane Taubira ont convenu de la nécessité de mettre fin à ses fonctions au moment où le débat sur la révision constitutionnelle s’ouvre à l’Assemblée nationale, aujourd’hui (mercredi) en commission des lois, écrit l’Elysée dans un communiqué.

Elle est remplacée par Jean-Jacques Urvoas, 56 ans, ex-rocardien et proche de Manuel Valls, spécialiste des questions de sécurité, qui présidait jusqu’à ce jour la commission des lois à l’Assemblée nationale.

Manuel Valls doit défendre mercredi matin devant la commission des lois la réforme constitutionnelle voulue par François Hollande après les attentats de novembre. Celle-ci prévoit la constitutionnalisation de l’état d’urgence, décrété le 13 novembre et dont l’exécutif envisage par ailleurs la prolongation pour trois mois.

Le texte prévoyait aussi initialement l’inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français et condamnés pour crime terroriste, une mesure instituant une différence de traitement entre Français qui a fracturé la gauche. Dans le texte qui sera présenté mercredi, le gouvernement a supprimé toute référence aux binationaux tout en étendant la déchéance de nationalité aux auteurs des crimes les plus graves.(selon AFP)

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 27 janvier 2016

Réalités de la vallée

Le Val de Villé n'est pas un désert économique, social et culturel (André Frantz, maire LR de Villé, lors des voeux du Nouvel An)

pommiersII

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 26 janvier 2016

Réunion plénière du conseil régional ACAL

Philippot obstrue et s'en va, Richardot polémique, Richert pédale dans la choucroute

acal

La première véritable session plénière de travail commence très mal ce lundi matin. Songez ! presque 2 heures pour régler les deux premiers points (des douze prévus) de l'ordre du jour. 

Premier point : les indemnités des élus ! Au bout d'une heure de discussions inutiles (Philippot relance le débat sur les iphones qui sont "du fric foutu en l'air" selon lui, provoque une interruption de séance, revient sur les accords donnés en réunion des présidents de groupes, bref toutes les ficelles d'une opposition qui veut surtout faire parler d'elle, et qui au final vote pour le barême défini. Pernelle Richardot intervient juste pour rappeler les nombreuses absences de Philippot à son poste de député européen (12% de présences) puis se tait face à la réponse de Philippot qui lui rappelle sa position électoralement inconfortable au sein de son groupe.

On pensait que le président Richert allait mettre un peu d'ordre dans cette belle pagaille. Que nenni ! il se contente de quelques ironies qui relancent les discussions dignes d'un comptoir de bistrot, jusqu'à ce que le vote intervient ... à l'unanimité !

Deuxième point : le règlement intérieur. Le FN relance une interminable bataille de procédures, qui dure encore une heure, pour au final une vague abstention de sa part. 

Philippe Richert suspend la séance ! C'est l'heure du repas ! On se donne jusqu'à 14 h 30, histoire d'avaler un peu plus qu'un sandwich. Il reste 10 points à traiter, ça promet de durer. Les lorrains et champagne-ardennais ont intérêt à prévoir des chambres d'hôtel pour la nuit surtout que la séance ne reprend qu'à 15h15 (on est si bien à table) avec 3/4h de retard.

choucroute

Troisième point : l'économie. Philippot a disparu, la choucroute a mal passé. Il doit être parti faire la sieste. C'est le FN Grolet qui s'accapare la parole et qui estime que Richert applique le "plan socialiste". Après une explosion de rires sur les bans du PS, Pernelle Richardot reproche quand même à Richert le manque de vision stratégique. Et encore une fois Richert pédale : "Comment voulez-vous créer le schéma de développement économique alors qu'on vient tout juste de former la commission économique, on a besoin de structuration pour agir." Et alors ? Il n'avait pas le temps d'y penser ? Il n'a pas d'équipe autour de lui ? 

Il est plus précis sur les CPER (contrats de plan Etat - Région) : "Pour les contrats de plan, on va profiter de la clause de revoyure à la mi-parcours pour mettre en place une politique sur l'ensemble du territoire. Même si les moyens sont mis en commun, la priorité est de les affecter aux territoires qui en ont besoin, sans gommer les priorités qui ont été affichées". Voilà qui explique que la RN 59 ne sera plus sa priorité ? du moins dans l'état de 2x2 voies prévue à la DUP et signée dans le CPER 2014 - 2020.

 Quatrième point : la ruralité. Argument frappant de Philippe Richert : "Vous pensez que personne avant vous ne s'est occupé des zones rurales, ça va, ça va !" Autrement dit, rien ne changera, même si Richert habite en pleine ruralité. Et la gauche s'abstient... Mais personne ne propose quoi que ce soit de concret.

chat

Cinquième point : le nom de la Région. Le FN se réfère à un sondage effectué par Philippot, absent car pas encore réveillé de sa sieste. Pour le reste une méthode est proposée par le groupe LR, plus facile que pour les problèmes économiques où chacun se prévaut de la bonne gestion de son ancienne Région. De toutes façons, le nom, tout le monde s'en tape ! Grand Est, Acal, Alca, Lotharingie, Champarcallor, ... Le citoyen attend du concret et en cette journée, il n'a eu qu'une vaste comédie.  

17 h 30 : Richert siffle la fin de la récréation, pardon, la fin de la réunion, bien que l'ordre du jour ne soit pas épuisé. Malgré tout, la prochaine session plénière n'aura lieu qu'en avril (peut-être vendredi 1er ?). Il faudra prévoir un dossier sur la pêche dans le Rhin et la Moselle ? Et peut-être d'ici là Florian Philippot sera revenu de son voyage imaginaire sur la planète Mars... Il a quand même la télé dans son astronef puisque, comme par enchantement, il a pu être interviewé par France 3 lors de son long voyage dans les bras de Morphée.

philippot

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 24 janvier 2016

Ne pas confondre "macaron S" et "fichier S"

D'après l'association "Signal Senior", les personnes de 65 ans et plus sont moins souvent victimes d’un accident de la circulation que le reste de la population, mais les conséquences de ces accidents sont plus graves, plus souvent mortelles. C'est la conséquence de leur plus grande vulnérabilité aux chocs et aux blessures.

signal_S

En 2013, pour cette tranche d'âge, les déplacements en voiture totalisent près de la moitié (49 %) des tués et 47 % des blessés. Face à ces chiffres, on estime que les conducteurs de 75 ans et plus ont 2 fois  plus de risque d'être tué sur la route que l'ensemble des conducteurs de  voiture. Dans ce contexte, des questions reviennent souvient : doit-on interdire à tous nos ainés de conduire ou leur faire passer un examen médical ? L'association Signal senior a, elle, pensé à une autre solution.

Pas de stress avec le macaron S

Sur son site, il est écrit : « Nous estimons qu'il est plus intelligent de préserver leur autonomie tant que cela reste possible plutôt que de les discriminer ». Pour cela, l'association Signal Senior affirme avoir trouvé une alternative pour tous, il s'agit d'un disque de prévention routière qui n'est rien d'autre qu'un macaron S que le senior peut coller à l'arrière de sa voiture.

Un autocollant à 4€

« Loin de vouloir rendre ce disque obligatoire pour tous nos ainés, nous estimons qu'il ne doit s'adresser qu'aux personnes âgées en légère perte de confiance au volant et qui souhaitent se rassurer en étant visible des autres automobilistes », précise l'association. Elle rajoute que cette solution existe déjà dans d'autres pays européens (Espagne, l'Italie, l'Angleterre...) qui se trouvent confrontés à l'autonomie de leurs aînés.

Afin de convaincre, Gille Renard, concepteur et président de l'association raconte : Un jour, un couple de voisin âgé m'a dit : « Les gens ne nous distinguent pas dans ce flux de voitures et ils roulent n'importe comment... Nous ne sommes pas rassurés. On repère facilement les jeunes conducteurs sur la route avec le disque A et on fait attention à eux... Pourquoi pas nous ». Et signal Senior était né...

Et pourvu que nos policiers ne confondent pas les personnes âgées circulant avec ce macaron S avec des présumés terroristes du fichier S !

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 23 janvier 2016

PEGIDA, une énigme pour les politologues

Hans Vorländer, de Dresde, donne son analyse

pegidaLe politologue Hans Vorländer, de Dresde, a publié son livre concernant le mouvement d'extrême-droite Pegida qui, pour lui, reste un mystère. Il n'est d'ailleurs pas le premier, ni sûrement le dernier, à s'exprimer sur le sujet.

Il y a un an à peine, Pegida représentait juste une page de Facebook d'un certain Lütz Bachmann, marchand de saucisses  et graphiste à ses moments perdus. C'est à partir de là que Pegida s'est développé très rapidement sur tous les réseaux sociaux. La xénophobie a touché surtout l'ancienne Allemagne de l'Est, notamment autour de Dresde. 

Ce mouvement s'essouflait au premier semestre 2015, lorsqu'a a commencé l'arrivée chaotiques des réfugiés. Le mouvement s'est relancé et même radicalisé. Les groupes se sont développés sur trois thèmes : le sentiment islamophobe, la défiance de l'élite politique allemande et l'aversion aux médias allemandes. Et le regroupement s'est fait autour de la figure  de proue Lütz Bachmann. Les manifestations sont devenues un rituel tous les lundis soirs, un peu comme un pélerinage. Beaucoup venaient de la Saxe orientale, pour une bonne bière, pour une promenade et de façon secondaire pour Pegida.

Pour Hans Vorländer, il reste malgré tout un danger : la prolifération des idées d'extrême-droite. En effet, la politisation sournoise progresse, les dirigeants de Pegida proclamant même ouvertement qu'ils agissent au nom de la démocratie. Mais en même temps, ils jouent sur les souvenirs à la fois du régime nazi et de la dictature du régime soviétique.

Vorländer n'a pas de solution miracle pour éradiquer ce mouvement. Il préconise quand même que ces manifestations soient interdites au centre des villes, notamment à Dresde où des incidents se répètent trop souvent.

Posté par jl boehler à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,